avatar
AslingProtecteur d'Atlas
Protecteur d'Atlas

Date d'inscription : 23/12/2015
Nombre de messages : 132
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Amarok

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Aoû - 13:25
Visiblement, l'homme qui était dans le lit d'hôpital ne se souvenait vraiment de rien. D'après ses réactions, Asling comprit qu'il y avait là du cosmos. Depuis qu'il était arrivé à cette époque, le pirate avait compris une chose. Bon certes, il ne l'avait pas compris seul, il avait eu besoin de regarder une série japonaise pour ça. Mais tout comme dans cette série, les détenteurs de cosmos s'attiraient entre eux, et on pouvait être sur que s'il y avait quelque chose de bizarre, il y avait forcement du cosmos dans l'histoire. Alec prit l'enveloppe que lui tendait le gardien. À première vu, c'était une enveloppe normale, jusqu'au moment où elle toucha les doigts du Saint. Prenant place dans les mains d'Andromède, un carton noir, dégageant une aura étrange. Inscrit sur le carton en lettre d'or, des coordonnées. S'il avait été sur un bateau, le Marina aurait pu trouver la direction sans problème, mais il n'y était pas, il était donc d'aucune utilité.

Alec en revanche eu une idée. Le duo se dirigea dans une nouvelle boutique, afin d'y acheter un gps. Asling ne savait pas à quoi cela pourrait servir, mais il le reçu tout de même, remerciant le Saint pour le cadeau. En effet, Andromède venait de se rappeler que son téléphone avait la fonction gps, rendant l'achat inutile. Les coordonnées indiquaient l'Égypte, un pays que le pirate ne connaissait pas. Ce qui n'était pas difficile, puisqu'il n'avait connu que les Caraïbes. Alec s'éloigna un instant pour donner un coup de fil, avant de revenir et d'annoncer que le groupe devrait prendre l'avion.

- Tu es vraiment sur qu'on ne peut pas prendre le bateau, avait protesté Asling.

Mais il était déjà trop tard, le Saint fit le nécessaire pour qu'ils partent en avion. Asling ne connaissait pas les avions, il venait de les découvrir en vrai, quand Alec le fit monter à l'intérieur. Tant que l'appareil était au sol, le Marina n'eut aucun problème, mais une fois en l'air, il se senti barbouillé, comme s'il n'était pas dans son élément. Pourtant, le pirate était sur de ne pas avoir peur du vide, combien de fois était-il monté sur le toit des maisons de la Havane ? Combien de fois était-il monté au grand mât de son navire ? Non, le vide ne lui faisait pas peur, mais il n'avait pas confiance en cet oiseau de fer. Voler n'était pas fait pour les Hommes, il en était sur et certain. Arrivée au Caire, un second avion les attendait, le pilote leur dit qu'il était prêt à partir pour Abydos. Une fois encore, le vol fut un calvaire pour Atlas, qui s'agrippait comme il le pouvait au siège de l'appareil. Une fois sur place, il fut heureux de voir que la suite se ferait en voiture. Grâce aux coordonnées, le duo pu se rendre exactement là où ils le voulaient.

- Bon, avant que notre hôte n'arrive, saches que plus jamais je ne monterais dans un avion. La voie des airs est un enfer pour moi. En plus, contrairement à toi, j'ai des facultés qui m'auraient permise d'arriver aussi vite jusque ici. Enfin... si ton gps fonctionne sous l'eau...

Visiblement, le voyage n'avait pas fait du bien au Marina.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Aoû - 14:54

Madfounek, ancienne cité égyptienne au culte principalement dédié au dieu Osiris, demeure empreinte d’un lourd passé historique. Temples, monuments, marchés pittoresques, tout un paysage et une économie faits pour le plus grand bonheur des touristes.

L’homme portait un pantalon et une chemise à manche longue en lin, ainsi qu’un chapeau de paille et une paire de lunettes bon marché. Il fixait l’horloge de l’aérodrome : selon ses sources du Caire, les « invités » n’allaient pas tarder à atterrir. Une véritable course contre la montre s’ensuivrait…

Les deux individus apparurent enfin, mettant ainsi fin à cette interminable attente. Ils avaient vraiment l’air de deux touristes, tant ils dénotaient avec l’ambiance générale du lieu. L’idée de se fier à des éveillés pour cette mission ne lui plaisait guère, mais l’avis de sa maîtresse était apparemment tout autre. Sans perdre un instant, l’homme les accosta :

- « Messieurs, mon employeur est impatient de faire votre connaissance. Nous n’avons pas une minute à perdre. »

Il invita les deux chevaliers à le suivre vers le véhicule réservé pour l’occasion.

avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 221
Age : 20
Double Compte : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Aoû - 13:45
Asling était réticent à l’idée de prendre l’avion, ce qui n’étonna pas vraiment le chevalier de bronze. Cependant, ils n’avaient pas d’autres solutions s’ils voulaient arriver dans les temps.
Pour Alec, le vol devait se passer sans encombre. Ce n’était pas la première fois qu’il prenait l’avion, ce ne serait pas la dernière. Cependant, son compagnon semblait nettement moins à l’aise dès l’instant où ils décollèrent. Andromède essaya tant bien que mal de le détendre en lui parlant de tout et de rien, de le faire penser à aux choses qu’a l’immense vide qui se trouvait sous leurs pieds. Ce fut le vol le plus long que l’américain n’ait jamais eu à vivre. Outre le fait qu’il luttait pour calmer le Marina, sa grande empathie sentimentale lui faisait ressentir la peur de son ami comme si elle était sienne. Aussi, quand ils atterrirent finalement, Alec fut extrêmement heureux d’enfin pouvoir mettre les pieds au sol.

« Ca tombe bien, parce que je ne veux plus jamais monter dans un avion avec toi. La prochaine fois on se donnera rendez-vous sur place. Par contre, je doute fort que le GPS soit waterproof. Et je ne pense pas qu’il fonctionne dans les profondeurs marines. Mais on trouvera quelque chose.

Alors qu’il se remettait lentement de ses émotions- ou plutôt de celle d’Asling- l’américain aperçut un homme avec un chapeau de paille et des lunettes de soleil s’approcher d’eux. Sans prendre le temps de les saluer, l’inconnu les invita à monter dans une voiture, leur expliquant qu’ils n’avaient pas une minute à perde. Alec avait un tas de questions à poser, à commencer par « qui est votre employeur », mais, si le temps était à ce point compté, il pourrait poser les questions pendant le trajet. Il s’installa alors dans le véhicule, attendis que son partenaire le rejoigne, puis, se décida à poser ses questions :

-Qui êtes-vous ? Et qui est votre employeur ? Qu’est ce que vous savez de cette histoire et pourquoi nous avoir fait venir ici sans donner d’explications au préalable ? Pourquoi ne pas tout nous avoir expliqué en Allemagne ? Pourquoi avons-nous du nous montrer plus discret ?

Parce que, oui, pour Alec, les vêtements qu’il portait étaient tout à fait discret.
Se rendant compte qu’il posait peut être un peu trop de questions à la fois, il se reprit alors :

-Bon, on va juste commencer par : qui est votre employeur ?
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Aoû - 21:31

Le véhicule quittait la zone de l’aérodrome, pour ensuite filer à bonne allure vers le centre-ville de Madfounek, ou Abydos comme on la nommait autrefois…

Un des deux éveillés semblait calme et silencieux, l’autre était au contraire bien plus expressif que son camarade. La curiosité et les questions de ce dernier avaient un 'je ne sais quoi' d’agaçant, mais le boss avait besoin d’eux. Cette raison était en définitive bien plus que suffisant pour l’homme de main. Il fixa le chevalier de la constellation d’Andromède et lui répondit le plus simplement du monde :

- « Je ne suis pas qualifié pour donner des réponses, mais soyez assurés qu’elles ne tarderont pas à venir. Nous sommes bientôt arrivés à destination. »

En effet, la voiture ne tarda pas à s’embarquer dans une des ruelles arpentant le vieux marché de la cité, pour finalement stopper devant un commerce de tapis, poteries et autres babioles égyptiennes. L’homme au chapeau fit alors signe aux deux éveillés de le suivre à l’intérieur, puis dans l’arrière boutique. Une porte dissimulée derrière un entrelacs de tentures les mena bientôt vers une petite pièce en sous-sol.





- « Enfin je vous rencontre, mes deux petits nigauds. On ne peut pas dire que la discrétion soit votre point fort. Je suis Madame Z. ‘Z’ pour Zlatanna. »

La femme était d’âge mûr, mais paraissant beaucoup moins que son âge réel. La soixantenaire affichait le physique d’une dame de vingt ans plus jeune ; seuls ses cheveux couleur poivre-sel pourraient éventuellement trahir ses années, si la mode ne s’était pas emparée de ce style ces derniers temps. La robe de l’allemande était ample, très colorés, à la limite du psychédélique, tout en respectant les coutumes et exigences locales. Un étrange pendentif, parcouru de symboles inextricables, ornementait son frêle cou.

- « Bien, je ne vais pas y aller par quatre chemins : vous avez foutu le bordel, vous autres les éveillés. Poséïdon a réveillé des gens qu’il aurait mieux fallut éviter de chatouiller : la cabbale noire. Vous croyez tout connaître, mais l’histoire secrète de ce monde vous est totalement inconnue. Voudriez-vous un thé ? »

avatar
AslingProtecteur d'Atlas
Protecteur d'Atlas

Date d'inscription : 23/12/2015
Nombre de messages : 132
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Amarok

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Aoû - 14:37
Alec confirma également qu'il ne prendrait plus l'avion, mais seulement en présence du Marina. Le Saint avait ressenti le malaise de son camarade, l'empathie était parfois une bonne chose, mais visiblement pas en permanence. Il annonça donc, que s'ils devaient se retrouver un jour en mission ensemble, Asling devrait se débrouiller pour venir au point de rendez-vous et que malheureusement, le gps n'était pas waterproof. L'Atlas fit semblant d'être triste pour le gps, alors qu'il savait qu'il n'aurait pas de problème en mer.

Un homme les attendait à la sortie de l'aéroport, dans un style vestimentaire encore moins discret qu'un agent du FBI sous couverture. Malgré ce qu'on leur avait dit sur leur tenue vestimentaire, Asling se sentait discret à côté, passant pour un riche entrepreneur. Sa peau mate lui permettait de se fondre dans le décors, pourquoi pas en se faisant passer pour un égyptien de souche. Seul ses yeux pouvaient paraître étrange, mais des lunettes de soleil pouvait arranger ce détail. L'homme s'avança vers eux d'un pas rapide, présent le duo à monter dans un voiture, pour les conduire vers son employeur.

Dans la voiture, Alec pressa de questions l'homme, qui ne répondit pas de suite. Le Marina préféra garder le silence, cherchant à déceler des failles dans cette affaire. Finalement, l'homme se décida à parler, pour ne rien dire d'utile. Le groupe arriva dans ce qui pourrait ressembler à un vieux marché, le décor ne déplaisait pas au pirate, se sentant presque à son époque. Ils se rendirent dans une boutique vendant beaucoup d'objets inutiles, y entrèrent et passèrent par une porte cachée qui les mena au sous sol. Dans la pièce, une femme d'un certain âge les attendait, les insultants même de nigauds. Enfin, ce qui aurait pu être une insulte si Asling l'avait vraiment écouté. Son regard scrutait la pièce, pour être sur qu'aucun piège ne leur était tendu. Une fois vérifié, il se détendit et s'approcha de la femme. Le pirate écouta attentivement les paroles, prenant celle ci comme personnelle. Il se mit alors à genoux devant la femme avant de déclarer.

- Pardonnez à mon seigneur son erreur, je prend l'entière responsabilité de ses actes. Il est donc de mon devoir d'arrêter cette cabale.

Se rappelant qu'elle avait posé une question à la fin de ses explications, Asling se décida d'y répondre.

- Je ne suis pas contre un thé, mais si vous avez du rhum, je ne dirai pas non. Mais s'il vous plait, dites m'en plus sur cette cabale, comment pouvont nous nous en débarrasser rapidement ?

Le regard du pirate se plongea dans celui de la femme, y cherchant une réponse non dite.
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 221
Age : 20
Double Compte : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Aoû - 20:09
L’homme qui les avait accueillit refusa de répondre aux questions d’Alec quoi croisa les bras et prit une moue boudeuse. Il ne dit rien durant le restant du trajet. Quand ils arrivèrent dans la boutique, il regarda tout autour de lui avec de grands yeux curieux digne d’un enfant. Occupé à la contemplation des articles, il mit un moment avant de réaliser que les autres étaient en train de partir dans l’arrière boutique. Il pressa le pas pour les rejoindre et suivit leur guide dans le sous sol. Ils rencontrèrent alors une femme qui semblait avoir la quarantaine, mais dont les cheveux étaient poivre et sel. L’américain devait avouer qu’elle était très à son goût. Prétendant observer les vêtements de la femme ainsi que son collier, il en profiter pour laisser son regard louvoyer sur le corps de celle qui les avait fait venir.
Elle se présenta sous le nom de Zlatanna- d’où le Madame Z- et les traita de nigauds. Le chevalier de bronze ne le prit pas mal. Il avait l’habitude qu’on le nomme de cette façon, il laissa d’ailleurs un sourire étirer ses lèvres

« Ca alors, comment connaissez vous mon deuxième prénom ?

Répondit-il avec humour. Cependant, il ne pouvait pas être d’accord quand elle dit qu’ils n’étaient pas très discrets. Il était on ne peu plus discret ! La tenue qu’il portait était sa tenue de tous les jours !

-Comment ça la discrétion n’est pas notre fort ? Mais on passe totalement inaperçue ! Avec sa peau, Asling passe facilement pour un milliardaire du pays. Et moi… Je suis son riche américain d’ami ! Bon, d’accord, mes vêtements sont un peu tape à l’œil, mais tout de même.

Reprenant un air faussement boudeur, il écouta les paroles de la femme, expliquant que les actions de Poséidon avaient foutu le bordel. Il aurait put s’offusquer en disant que les actions des Marinas n’étaient pas la responsabilité des saints. Mais ce n’était franchement pas son genre. Il fronça les sourcils avec inquiétude à ces paroles avant de répondre à la proposition de Zlatanna.

- Du thé ? Du… Thé ?! Vous voulez m’empoisonner ? s’offusqua-t-il, à moitié sérieux, Vous n’auriez pas plutôt de l’alcool ?

Il laissa son habituel sourire chaleureux et enjoué étirer ses lèvres.

-S’il vous plait ?

Un brin de politesse n’a jamais tué personne.

avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Aoû - 18:59

Qu’il était mignon à essayer de se justifier… La présence indiscrète des deux guerriers en Allemagne avait au moins eu le mérite de lui révéler l’identité des comploteurs. Depuis la mort de son grand-père, l’ordre s’était disloqué et la branche la plus virulente avait alors eu tout le loisir d’œuvrer dans l’ombre et en toute impunité : ainsi était la cabbale noire.

Franz apporta un petit plateau argenté. Des aromates aux volutes mentholés s’échappaient de la théière en terre cuite, tandis que deux timbales laissaient transpirer l’odeur fruitée d’une boisson sans doute locale. Zlatanna invita les deux éveillés à se servir.

- « Cette liqueur de figue est, parait-il, fameuse. Buvez toutefois avec modération, l’ébriété est très mal vue par ici. »

La dame prit le temps d’apprécier deux petites gorgées de ce fabuleux thé, avant d’entrer dans le vif du sujet.

- « Vous autres, éveillés, avez longtemps vécus cachés de la société des hommes, même si vos querelles ont souvent causé du tord à l’humanité. Mais celle-ci aussi possède ses secrets, l’histoire ne révèle pas tout… Et la cabbale noire est une conséquence de cette histoire occultée. »

Décidemment, ce thé lui manquera lorsqu’elle s’en retournera dans son échoppe.

- « La cabbale noire est un groupe de théologiens, hermétiques, scientifiques, tous versés dans des arts oubliés de la plupart. Ces fanatiques ont pour objectif ultime d’acquérir la puissance nécessaire à la soumission du monde et des dieux eux-mêmes. Les récentes actions d’éclat de Poséïdon ont quelque peu précipité le projet de ces gens. »

- « Vous devriez goûter ce thé, il est exquis… »

- « Toujours est-il que ces dissidents, appartenant autrefois à un ordre nommé l’aube dorée, ont retrouvé la piste d’un puissant artefact. Ils cherchaient le necronomicon, un ouvrage aussi légendaire que mystérieux, mais ils ont en réalité découvert le tombeau de quelque chose de bien plus réel et de tout aussi dangereux : le livre des morts d’Anubis. »

En y repensant, le vieil Einrich devait se retourner dans sa tombe, en voyant ce que l’héritage du Maître était devenu. Sans la présence d’esprit de sa petite fille, les dieux seuls savent les malheurs que pourrait déchaîner la cabbale.

- « Même si les masses l’ont oublié, les divinités égyptiennes ont autrefois donné la magie aux hommes. Seuls quelques vestiges subsistent de cette époque. Un important contingent de la cabbale a excavé un ancien temple du dieu chacal, il y a une semaine de celà. Hier, ils ont levé les scellés de l’entrée principale de la structure. Le chronomètre est désormais enclenché et j’ai bien peur que vous ne soyez le dernier espoir de l’humanité. Quoi qu’ils trouvent à l’intérieur, soyez certains qu’ils n’en feront pas le meilleur usage… »

avatar
AslingProtecteur d'Atlas
Protecteur d'Atlas

Date d'inscription : 23/12/2015
Nombre de messages : 132
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Amarok

Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Aoû - 20:15
L'homme qui les avait conduit jusqu'ici apporta la théière et deux timbales d'un liquide fruité. Madame Z expliqua qu'il s'agissait là d'une liqueur de figue. Le pirate n'en ayant jamais goûté pris l'une des timbales et y trempa les lèvres. L'alcool n'était pas mauvais, mais il aurait largement préféré une bouteille de rhum. Il écouta ensuite les paroles de la femme, essayant de comprendre des choses qu'il ne connaissait pas. S'il avait été avec Eize, le bibliothécaire d'Atlantis, qu'il avait croisé dans un couloir, il aurait pu lui demander. Ou peut-être aurait-il fallut qu'il garde son écaille prêt de lui, afin de lui demander conseil. Sans s'en rendre compte, Asling avait déjà vidé la timbale. Il se servit donc une tasse de thé, afin de faire plaisir à la femme, se demandant ce qu'il avait de si spécial. Quand elle eut terminé de parler, le Marina se gratta le menton pensif.

- J'aurai trois petites questions pour le moment, si vous me le permettez bien sur.

Le pirate attendit l'approbation de leur hôte, avant de continuer.

- Premièrement, et désolé d'avance pour ce manque de culture, mais qui est Anubis ?

S'il avait bien compris, Anubis devait être un dieu, s'il a un livre de ce nom, il devrait même être le dieu des Morts égyptien. Ce qui serait déjà un choc pour le pirate, qui avait toujours du mal à admettre qu'il servait un dieu grecque, alors qu'il pensait être seul juge de ses actes. Il fit ensuite le lien avec « chacal », qui serait donc l'apparence faciale du dieu, rendant le tout encore plus étrange pour Asling.

- Deuxièmement, la magie dont vous parlez est semblable au cosmos ? Pouvons nous utiliser le cosmos pour lutter contre ?

Encore une fois, le Marina partait vers un sujet qu'il ne maîtrisait pas. Cela ne faisait que peu de temps qu'il maîtrisait réellement son cosmos, qui pour lui était de la magie avant qu'on ne lui explique le tout.

- Troisièmement, combien de temps avons nous ? Car s'il nous reste vraiment peu de temps, pourquoi ne sommes nous pas en voiture pour parler de ça et nous diriger vers cette cabale ?

Le temps était une chose assez étrange, Asling pouvait le dire, puisqu'il avait lui même traversé son flux. Mais actuellement, pas de traverser possible, juste un décompte qui s'égrainait rapidement et pouvait signer la fin du monde qu'il venait juste de découvrir.
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 221
Age : 20
Double Compte : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Aoû - 20:41
Quel ne fut pas le plaisir de l’américain quand Madame Z annonça que les timbales contenaient de la liqueur. Pendant un instant, il avait cru qu’il allait devoir se contenter d’une tasse de thé. Il se délecta alors avec ravissement de la boisson tout en écoutant la conversation. Il aurait bien voulut en demander plus, mais, en dehors du fait que la femme les avait avertit que l’ébriété était mal vue, il était en mission, et ne pouvait vraiment pas se permettre d’avoir l’esprit embrouillé par l’alcool.
Pendant un instant, il lança un regard surpris à Asling quand il demanda qui était Anubis. Même lui, qui était loin d’être un exemple de personne cultivé, savait qui était Anubis. Puis il se rappela que le Marina n’était pas très au fait des connaissances contemporaines. Il répondit alors par le peu de connaissances dont il disposait sur le sujet :

« Bah… C’est un dieu égyptien… Celui de la mort il me semble…

Etait-ce normal qu’il soit à peine plus renseigné qu’un pirate du XVème siècle ? Mais il n’avait pas le temps de remettre ses connaissance en question-ça faisait longtemps qu’il avait abandonné l’idée d’avoir un niveau correct- il ne comptait pas manquer des passages importants de la conversation.
Comme Asling avait accepté de prendre une tasse de thé, l’américain se demanda si, par politesse, il ne devrait pas accepter lui aussi. Mais sans mauvais jeu de mot, le thé n’était pas sa tasse de thé.

La dernière question de son ami mit cependant fin à son dilemme. Il se redressa et approuva :

-C’est vrais que, si nous manquons tant de temps que ça, on ferait mieux de faire vite. Je nous ai fait perdre suffisamment de temps comme ça par mon incompétence quand nous étions en Allemagne.

Un peu d’auto dérision ne faisait pas de mal de temps en temps. D’autant plus que, même s’il ne l’admettra jamais, Alec leur avait réellement fait perdre beaucoup de temps.
Il reporta son attention sur la femme, autant pour attendre sa réponse que pour continuer à admirer son corps.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Sep - 20:12

Les deux éveillés n’étaient pas avares en questions ; elle ne pouvait décemment pas leur en vouloir. Ses dernières révélations auraient pu relever du mythe, même pour ces deux êtres hors du commun.

- « Comme le dénote si justement ce bien beau jeune homme, Anubis était le dieu de la mort du panthéon égyptien. Le gardien des tombes à la tête de chacal semble être une des plus anciennes divinités du monde antique civilisé. »

Avant de poursuivre son récit, le dame sortit son porte-cigarette et y inséra une black devil.

- « Il ne vous aura pas échappé que les égyptiens sont étonnamment absents du monde, et cela depuis des éons. Il se peut même que les olympiens, bien que millénaires, n’aient jamais eu la chance de rencontrer l’un des ces anciens à l’origine de la plus prestigieuse des civilisations. »

Deux inspirations lui suffirent : elle éteignit son bâton de mort, avant de se resservir un peu de thé.

- « Il faut toutefois savoir que les hommes ont appris la magie des dieux, et certainement pas de vos maîtres respectifs. Ses connaissances sont bien antérieures et datent d’une époque où dieux et humains vivaient en parfaite harmonie. Mais la corruption, la jalousie, la colère s’insinuent dans tous les cœurs, divins ou mortels, et n’épargnent personne… Pour répondre à votre question, les éveillés sont le cosmos, à l’échelle d’un microcosme, alors que le mage modèlera les énergies universelles du macrocosme pour obtenir des effets divers et variés. Vous pourrez vous prémunir des effets les plus basiques, mais difficilement des sorts élaborés par des maîtres en la matière. »

Zlatanna se leva et fouilla dans une des malles en cuir disposées dans un coin de la pièce. Elle revint avec une carte et un petit coffret argenté.

- « Vous avez raison, il est l’heure pour vous de partir pour le désert. Voici une carte de la région ; j’y ai repéré le site qui nous intéresse. Le lieu doit être bien gardé… »

Le coffre contenait une fiole de verre, avec un liquide métallique luisant à l’intérieur.

- « Veillez sur cette ampoule comme sur votre propre vie, elle pourrait bien vous sortir d’une situation délicate. Lorsque vous serez au pied du mur, n’hésitez pas à la briser. »

Leur hôtesse se leva et déposa un baiser sur la joue de chacun des deux chevaliers, avant de leur souhaiter bonne chance pour leur future mission…

[OTS] A la recherche des corps disparus