:: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres LieuxAller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2389
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Déc - 22:32

Over The Shadows
Le livre des morts

Un consensus, enfin. Les quatre chevaliers étaient parvenus à un accord. Ils avaient enfin toutes les clefs en main pour sceller cette statuette. Le guerrier divin de bêta prit la statuette afin de se mettre en route vers l’équateur quand, à peine effleuré, l’objet de toutes les discussions se désintégra sans laisser la moindre trace.

Reiner, comme les autres chevaliers furent totalement interloqués par la situation. Une paralysie imperceptible crispa l’entièreté de ses muscles, figeant tant bien physiquement que mentalement l’asgardien.

"Je l’ai à peine touché"

Ces mots prononcés à mi-voix sonnaient comme une réflexion

"Il semblerait en effet que ce que t’a donné cette madame Z soit sacrément efficace. Je pense que je vais vous accompagner chez elle, j’aurais quelques questions à lui poser."

Le guerrier referma sa main vide de toute trace de la statue et sourit légèrement.

"Ça nous fait un souci en moins, il ne nous reste plus qu’à raser cet endroit maudit !"

Ces mots resonnaient telle une promesse, ils seraient l’introduction à la libération du cosmos du porteur de l’habit de sleipnir. Avec le plus grand plaisir du monde, le jeune homme allait réduire cet endroit à l’état de cendre. Prêt à supprimer toutes traces, toute référence de cette abomination de la surface du monde. Il savait qu’à l’instant même où il libérerait son cosmos, les autres chevaliers lui emboîteraient le pas. Il ne faudra que peu de temps pour que les éveiller transforme cet édifice millénaire en un tas fumant de gravats.

Il ne leur restera ensuite, plus qu’à se rendre au prêt de madame Z pour clore cette histoire une bonne fois pour tout. Reiner et Wulf pourraient dès lors rentrer chez eux, enfin presque. Car avant de regagner le Grand Nord, Reiner devait honorer la promesse faite à humble journaliste allemand.




HRP:
 
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 621
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Déc - 0:45
Wulf était heureux de l’issu qui semblait se dessiner par rapport à la situation, non seulement un lieu pour enfermer cette aberration avait été trouvé, mais en plus chacun des guerriers présents étaient d’accord pour garder le secret de cet emplacement. Par contre, Wulf haussa un sourcil lorsque Asling fit part de sa surprise de l’entendre parler ainsi. Il était vrai qu’il maitrisait mal la plupart des langues des terres du sud, et l’incessant babillages des sudistes le fatiguait rapidement, heureusement que son cosmos lui permet de comprendre ce qu’on lui disait, mais surtout il n’aimait pas parler quand il n’avait rien à dire, surtout avec des personnes qu’il connaissait peu ou pas. Wulf était d’un naturel méfiant, et même s’il reconnaissait volontiers la valeur de l’Asling et d’Alec, il ne les connaissait toujours pas assez pour échanger des banalités.
 
-Qu’il en soit ainsi, moi Wulf Haraldsson fait serment sur mon honneur et celui de mon lignage que jamais je ne révèlerai à qui que ce soit, qu’importe son rang ou son identité, ce qui a été décidé en ce lieu. Que Nidhogg dévore mon corps et qu’Hraesvelg déchiquette mon âme si je faillis à mon serment.
 
Le guerrier-fauve, bien qu’aussi surpris que ses compagnons par la désintégration de la statuette, ne montra pas vraiment de réaction, restant affaler contre le mur le plus proche. Il ressentait une certaine lassitude suites à tous ces événements dont il serait bien incapable d’en expliquer la moitié, et la disparition de la statuette lui paraissait presque être la chose là moins bizarre qui leurs étaient arrivé, maintenant qu’il y repensait. Après tout, peut-être était-ce là la volonté des Nornes. En ce moment, Wulf ressentait l’irrépressible envie de revoir les terres du nord, là où se trouvait un monde qu’il pouvait comprendre.
 
Quelques secondes plus tard, lorsque la surprise fut passé, Reiner fit sa proposa qu’ils rasent ce lieu. À ces mots, Wulf se releva, sourire aux lèvres. Son excitation, à l’idée de pouvoir détruire cet endroit maudit, était même visible dans son attitude.
 
Enfin, j’ai bien cru que ce moment n’arriverait jamais.
 
Wulf observa légèrement les environs autour de lui, repérant déjà les endroits à frapper pour maximiser les dégâts sur ce lieu. Le combat qui s’était déroulé ici et sa rage avait déjà sérieusement entamé les environs…
 
- Je dois avouer que c’est dommage pour les statues, elles étaient classes.

Sans se faire prier, Wulf emboita directement le pas à son compatriote et libéra également son énergie, libérant la rage qui restait en lui. Il allait enfin pouvoir donner libre cours à sa soif de destruction et sans avoir à la réprimer. Par contre, à force de faire appel à sa fureur, il allait avoir besoin de manger quelque chose de solide après cela.

hrp:
 
avatar
AslingProtecteur d'Atlas
Protecteur d'Atlas

Date d'inscription : 23/12/2015
Nombre de messages : 124
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Amarok

Revenir en haut Aller en bas
Mar 13 Déc - 21:19

Le nouvel accord était donc passé, ils se dirigeraient tous chez Madame Z. Le pirate avait toujours des doutes sur la femme, mais ils n'avaient vraiment pas le choix. S'ils n'avaient pas les réponses qu'ils leurs manquaient, le quatuor ne serait jamais tranquille. Il valait mieux être sur de la disparition complète de cette statuette, plutôt que de laisser courir une menace potentielle.

Pour être sur de ne pas avoir d'ennui avec le temple, Reiner décida qu'il était préférable de le faire disparaître. Asling examina rapidement les statues et les murs, avant de comprendre qu'il n'y avait plus de trésor ici depuis un bon moment. Il accepta donc de participer au carnage des lieux, se préparant à abattre les colonnes et les murs porteurs qu'il trouverait en chemin. Il laissa la fureur de Wulf se déchaîner, ainsi que la puissance cosmique de son camarade, préférant viser les faibles failles de la pierre. Si ce temple était une ruine avant leur arriver, il ne serait plus que simples grains de poussière à leur départ. Une fois le temple terminé, le Marina s'attaqua aux restes des installations se trouvant autour, les faisant disparaître sous des dunes de sable. Même la jeep qui avait servi de moyen de transport aux deux Asgardiens s'enfonça lentement dans le désert, son utilité ayant disparu avec son moteur.

- Avant qu'on ne parte, j'ai quelques trucs à vous dire.

Le regard du jeune homme avait un peu changé, preuve qu'il attaquait un sujet sérieux.

- Premièrement, on va devoir aller à pied jusque là bas. Je me souviens plus ou moins du chemin et notre vitesse de croisière sera réduite par le fait qu'Alec ne pourrait pas nous suivre.

Le premier point n'était pas vraiment nécessaire, mais il voulait l'aborder avant de passer à l'élément suivant.

- Deuxièmement, malgré le bienfait de la fiole que nous a passé Madame Z, je n'ai pas une confiance totale en elle. Je pense qu'elle nous cache des choses. Peut-être même qu'elle maîtrise la magie que nous venons de combattre. Le mieux serait donc de rester sur vos gardes au cas où...

Asling montra rapidement le fragment de tablette qu'il avait, avant de le placer entre son bras et le bouclier.

- Troisièmement et justement par rapport au second point, il serait mieux de ne pas parler de la tablette à cette femme. Elle fait peut-être également partie de la Cabale Noire ou d'un groupe encore plus dangereux. Donc, pour notre sécurité et surtout celle du monde, même elle ne doit pas savoir. Si la question est posé, nous avons juste à l'éluder, surtout si le mensonge n'est pas votre fort.

Pensant avoir fini de donner son avis, le général prit la tête du groupe pour traverser le désert et rejoindre la cache de Madame Z. Il laissa tout de fois Alec leur imposer son rythme, afin de ne pas courir trop vite.
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 211
Age : 20
Double Compte : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Déc - 18:59
Alec regarda ses compagnons détruire les lieux qui avaient été le nid de tous leurs malheurs. Il grimaça. Même s’il savait que c’était pour le mieux, cet endroit était une partie du patrimoine du pays. Il secoua la tête en les laissant faire mais sans participer. De toute façon, ils se débrouillaient déjà très bien, et semblaient y prendre un grand plaisir. Les capacités d’Andromède n’étaient pas destinées à la destruction qui plus est. Une fois la totalité des lieux noyée sous des dunes de sable par Asling, cde dernier expliqua qu’ils feraient la route jusque chez Madame Z à pied, et qu’ils devraient se caler au rythme du chevalier de bronze qui grimaça.

« Je ne voudrais pas vous ralentir…

Mais que pouvaient-ils faire d’autre ? A moins de les laisser partir devant et de les rejoindre…. Mouais, pas très convaincant.

-Je ne pense pas qu’elle fasse partie de la Cabale Noir. Sans la fiole qu’elle nous a confiée, on ne serait jamais parvenu à venir à bout de la chose qu’on a affronté là dedans. Quel intérêt aurait elle eu à nous aider ? Enfin, si tu penses que c’est mieux de ne pas lui en parler, je ne dirais rien, ça ne peut pas faire de mal de toute façon.

Tandis qu’ils se rendaient chez l’intéressée, Alec était perdu dans ses songes. Il ne s’était pas du tout méfié de la femme qui les avait aidés au contraire du Marina. Peut être aurait il dû ? Peut être n’était il pas assez méfiant envers les gens ? Il secoua la tête. C’était dans sa nature de son montrer aussi peu méfiant, non ?
Quand ils arrivèrent enfin à destination, le chevalier de bronze était à bout de souffle. Quand bien même les autres s’étaient callés à son rythme, il n’avait pas voulut trop les ralentir et avait donné tout ce qu’il pouvait. A présent, il sentait ses poumons le brûler chaque fois qu’il inspirait. Mais il s’efforça de ne rien laisser paraître. L’américain poussa la porte de la boutique et entra.

-Madame Zlatana ? »

Appela t-il. Il ne précisa pas de suite la raison de leur retour. De toute façon, quelque chose lui disait qu’elle le saurait, cette femme avait l’air du genre à toujours tout savoir à l’avance.
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Jan - 17:06


La nuit allait bientôt tomber sur les terres des anciens pharaons.

L’étrange dame s’affairait sur le plancher, à donner trace à quelques savoirs enfouis depuis de nombreuses générations. Le retour des hérauts divins n’était plus qu’une question de minutes, elle ne le savait que trop bien. L’homme n’était-il pas depuis toujours effrayé et fasciné à la fois par ce qu’il ne pouvait comprendre ?

- « Mon cher, n’est-il point l’heure de prendre le thé ? Préparez également quelques boissons fortes pour les plus rustiques de nos invités. », prononça-t-elle d’un ton se voulant taquin.

L’homme acquiesça sans mot dire et se mis à l’œuvre. Il suivait Zlatanna depuis qu’elle avait sauvé sa vie. Là où quiconque aurait vu le monstre, elle avait su sonder la profondeur de son âme et lui offrir une existence alternative…

Quelques minutes plus tard, le quatuor pénétra dans l’arrière-boutique, marqués par la rudesse des récents combats.

- « Mes petits chéris, je n’ai jamais douté de votre réussite. Votre pugnacité vous fait honneur. », applaudit la maîtresse de maison.

- « Entrez donc et détendez-vous, j’ai fait préparer un petit en-cas à votre attention. Mais allez d’abord vous laver les mains : je déteste les gens sales ! », ajouta-t-elle d’un air amusé.

Madame Z. observa un instant les deux asgardiens, tout en leur adressant son plus beau sourire.

- « J’espère que vous n’avez pas mis trop de désordre dans mon échoppe. La facture sera pour vous dans le cas contraire. », leur adressa-t-elle sur le ton de la plaisanterie.

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2389
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Jan - 23:23

Over The Shadows
Le livre des morts

Une fois de plus les quatre chevaliers étaient tombés d’accord sur la marche à suivre. Il commencerait à détruire le temple et par la suite se rendrait chez la femme qui avait confié cette fiole mystérieuse au saint. La destruction de l’édifice fut une simple formalité, et ce malgré le fait que le chevalier d’Andromède ne prit pas part à cet acte quelque peu barbare.

Tandis que les vestiges du temple reposaient sous le sable chaud et dense du désert, les quatre chevaliers se dirigeaient à l’allure du saint de bronze en direction de la demeure de madame Z. Tandis que Reiner parcourait le désert en suivant le chevalier d’Andromède, il eut une courte pensée aux mots d’Asling concernant la femme qu’il s’apprêtait à rencontrer. La mise en garde du marinas lui semblait justifiée au vu de la situation et de toute façon, Reiner était quelqu’un de prudent.

On bout d’une longue marche, Reiner et ses compagnons atteignirent la demeure de celle qui les avait guidés jusqu’ici. En passant le pas de la porte, Reiner analysa sans perdre un instant les environs. Bien que son visage n’en laissât rien paraître, il scruta les lieux avec attention. Son analyse rapide, mais précise des lieux se termina à l’instant ou la propriétaire des lieux s’adressa aux deux asgardiens.

“Ne vous inquiétez pas, nous avons tout laissé tel que nous l’avons trouvé”

Comme Madame Z, Reiner s’était paré de son plus beau sourire en lui répondant, un sourire qui s’estompa légèrement tandis que l’asgardiens se lavait les mains et commençât à poser une des nombreuses questions qui lui brûlaient les lèvres.

“La fiole que vous nous avez confiée, nous as été d’une grande utilité, que contenait-elle et comment saviez-vous qu’elle viendrait à bout de cette chose qu’on à combattu ?

Reiner ne laissa pas le temps à la femme de répondre et enchaîna avec une autre question afin d’obtenir une réponse plus complète

“D’ailleurs quelle était cette chose que nous avons combattue et comment saviez-vous qu’elle apparaîtrait, que les hommes de la cabale déclencheraient une telle chose, car eux semblaient plutôt étonnés du résultat, il me semble.”


avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 621
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Jan - 20:49
Wulf s’était déchainé lors de la destruction du bâtiment, cela lui permettait d’extérioriser la violence qui l’habitait, surtout après cet affrontement, qu’il avait trouvé extrêmement frustrant à cause de l’intangibilité de leur adversaire. Sa part bestiale enrageait également de n’avoir put faire couler lui-même le sang de la Cabbale. Une fois que cela fut fait, une fois que le temple fut réduit en débris engloutit par le désert, le guerrier-fauve ne put s’empêcher de sourire à pleine dents, il se sentait bien, il s’était défoulé et, l’espace d’un instant, il avait eu l’impression de revivre la grande époque où les siens faisaient trembler le monde. Il regarda et se délecta du spectacle du temple s’enfonçant dans le sable, ce lieu maudit devait disparaitre de la mémoire de l’humanité à tout jamais.
 
Il écouta ensuite les avertissements d’Asling concernant cette mystérieuse Madame Z, chez qui ils s’apprêtaient à se rendre. Le Marina se méfiait de cette dernière et recommandait d’évité de parler des tablettes à cette dernière. De toute façon, Wulf ne comptait pas se fier à une inconnue complète. De plus, si c’était bien elle qui avait confié la fiole à Alec et Asling, il était évident qu’elle devait posséder des connaissances par rapport à la sombre magie qui avait été utilisé en ces lieux.
 
Le groupe se mit ensuite en route vers la demeure de cette mystérieuse « Madame Z », suivant Asling qui montrait le chemin. Une fois arrivé sur place, Wulf était en sueur, mais pas puisqu’il était fatigué, il avait tout simplement chaud. L’Asgardien était un fils du Grand Nord et déjà l’Allemagne lui avait paru avoir un climat plus que clément, alors en Égypte… la chaleur lui était assez difficilement supportable. Wulf pénétra dans la boutique en dernier, se baissant pour ne pas que sa haute taille ne lui fasse heurter le haut de la porte. Dès qu’il pénétra dans la pièce, ses sens perçurent une odeur qu’il n’arrivait pas à identifier mais qu’il était sûr d’avoir déjà sentit quelque part.
 
Cela l’intrigua, car même au moment où il vit la maitresse des lieux, il fut toujours incapable de relier à quoi lui faisait penser cette odeur… jusqu’à ce que Madame Z lui donna la réponse. C’était donc elle la propriétaire du magasin « la Croisée des Chemins », à Ausburg. Là-bas, il n’avait pu percevoir que quelques fragments d’odeurs, le reste étant beaucoup trop recouverts par les odeurs d’encens. Il ne savait pas quoi penser de cette femme aux manières lui paraissant étranges.

Vous ? …. Vous êtes la propriétaire d’une drôle d’échoppe. Vous êtes quoi comme marchandes au juste ?
 
Reiner posa à son tour des questions, cette fois par rapport aux évènements qui ne s’étaient déroulés un peu plus tôt. Wulf profita de ce moment pour aller se passer de l’eau sur le visage, histoire de se rafraichir, et au passage de se rincer les mains puisque leur hôte le demandait. Une fois que Madame Z eut répondu aux questions de Reiner, il décida d’aborder un détail qui le travaillait.

J’ai également une question à vous poser. La salle souterraine dans votre demeure, celle avec la gargouille. Elle sert à quoi cette salle-là ?
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Jan - 12:11


La curiosité : une des caractéristiques principales de l’humanité, permettant à cette dernière d’avancer, de conquérir l’inexploré et de se développer au-delà de l’imaginable. Mais parfois, viser le soleil n’apporte que l'obscurité…

Les guerriers d’Odin prirent la parole et inondèrent la mystique de questions, ce qui lui parut plutôt légitime. Il est vrai que ces derniers n’avaient pas participé à la première entrevue ; ses propos, si toutefois ils avaient été rapportés, auraient pu se retrouver altérés. C’est donc tout naturellement qu’elle adressa quelques éléments de réponse à ses invités :

- « Cher ami, vous ne posez pas les bonnes questions et vous supposez trop. Comment aurais-je pu deviner le dénouement de votre aventure ? Ce dont je suis certaine, c’est que mon cadeau vous aurait tiré d’un mauvais pas. Comme expliqué plus tôt à vos camarades olympiens, alors que la majorité des humains vivent dans l’obscurantisme, certains sont nés avec un don et d’autres étudient des disciplines oubliées depuis fort longtemps. »

Zlatanna prit le temps de déguster un biscuit aux amandes et de s’abreuver de ce si délicieux thé, avant de poursuivre son explication.

- « Alors que les éveillés génèrent leur propre énergie cosmique, quelques rares érudits sont en mesure de puiser dans les réserves inépuisables de l’univers pour alimenter leurs pouvoirs. Pour illustrer la mécanique de ma création par la métaphore du feu, privez le d’oxygène ou de combustible et il disparaitra de lui-même. Il en va de même pour le pyromane, la méconnaissance et la fascination peuvent conduire à des incendies non maîtrisés et d’une rare intensité. Pour résumer, en confrontant la créature à mon composant, vous avez coupé le lien avec son plan d’existence et l’avez donc ‘effacée’ de notre réalité. Il en aurait été de même pour la barrière magique qui vous a retenu si longtemps… »

La justification était simplifiée à l’extrême, la complexité de la réalité demeurait loin d’être appréhendable pour des non-initiés. La mystérieuse Madame Z. conclut en abordant le cas des hommes de la cabbale noire :

- « Les dieux égyptiens étaient les créateurs d’antiques magies, oubliées depuis leur disparition de notre monde. Ils étaient également les créateurs et maîtres de nombreuses créatures mythiques, planaires, dimensionnelles : peu importe la terminologie au final. Ce que vous avez affronté était un traqueur du néant, un puissant gardien illustrant l’importance du secret enfoui dans de la demeure millénaire que vous avez arpentée. Quant à notre défunt groupe, disons qu’ils ont eu les yeux plus gros que le ventre. Certains souhaitent prendre des raccourcis et considèrent que la puissance et l’ambition prévalent sur l’étude et la connaissance. Et c’est là que nous intervenons… Mais ceci ne vous concerne pas. »

La dame reprit un biscuit et une tasse de thé, puis répondit simplement au plus grand des émissaires du grand nord :

- « Brave guerrier, mon échoppe offre bien-être et connaissance aux clients. Ouvrages, articles ou encore consommables sur l’ésotérisme, la méditation, la théologie, le bien-être en général. Du standard bien évidemment, mais parfois, il se peut que la grâce touche quelques visiteurs les nécessiteux ou désespérés… Quant au sous-sol, il ne s’agit ni plus ni moins que de mon petit boudoir personnel. Vous savez comment nous sommes, nous les femmes : nous aimons à avoir notre petit jardin secret. »

Un petit mensonge tout au plus, mais ne dit-on pas que la curiosité est un vilain défaut ?

La crise avait finalement trouvé un dénouement favorable et il était grand temps de conclure cette entrevue. Elle et ses trop rares semblables n’avaient jamais eu, et n’auraient jamais rien à gagner à se rapprocher des forces éveillées de ce monde. Leurs philosophies et objectifs demeuraient bien trop éloignés. Cet intermède ne serait jamais plus qu’une collaboration d’opportunité. Elle se leva et afficha un ton un peu plus grave :

- « Messieurs, l’heure est arrivée de nous quitter et de retourner chacun à nos activités respectives. Vous pouvez vous reposer un peu si vous le souhaitez, mon assistant pourvoira à vos besoins. Mais avant de vous abandonner, je dois vous révéler que le pouvoir de la tablette a été scellé au moment même où vous êtes entrés dans cette pièce. Vous pouvez conserver vos morceaux respectifs car sans la clé, personne ne pourra accéder à sa puissance, pas même vos divinités respectives. Seuls les créateurs pourraient outrepasser mon charme, mais ils ne sont plus parmi nous… »

- « Dernière chose, j’ai pris soin de vous rétribuer à la juste hauteur de votre contribution. Ne soyez pas étonné si vous ressentez un surcroît de puissance dans les minutes à venir : mon intervention a également révélé une partie du potentiel cosmique enfoui en chacun d’entre vous. »


HRP:
 



avatar
AslingProtecteur d'Atlas
Protecteur d'Atlas

Date d'inscription : 23/12/2015
Nombre de messages : 124
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Amarok

Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Jan - 21:31

Le trio s'était fait une joie de tout détruire, calmant surement les ardeurs de Wulf au passage. Ils purent ainsi suivre Alec, le bronze faisant de son mieux pour avoir une allure correcte. Quand ils arrivent dans la boutique où se trouvait madame Z, la nuit était déjà tombé. Cela arrangea le Marina qui pouvait ainsi rester en armure sans choquer la population déjà endormi. En entrant dans l'arrière boutique, le pirate pu directement voir les bouteilles d'alcool se trouvant sur la table. Il se doutait que la femme les avait fait venir exprès pour le duo qu'il représentait avec Alec. Malgré la tentation d'un bon verre, Asling se contenta de prendre une tasse de thé, laissant ainsi les deux Ases prendre la parole. Après tout, ils n'avaient pas besoin de tous se lancer dans les mêmes questions, quand une seule personne pouvait le faire.

Le jeune homme n'écoutait que le tout d'une oreille, loupant ainsi une partie des explications. Du moins, c'est ce qu'on pouvait penser au première abord, son cerveau enregistrant et analysant les paroles en détail. Comme la femme venait de leur dire, il sentit soudain un gain d'énergie, comme s'il gagnait en puissance. C'est au même moment que son cerveau venait de finir d'analyser les paroles et de trouver une incohérence. Tout en se tournant, il lança vers madame Z.

- Mais comment savez vous pour la barrière et la tablette ?

Mais au moment où son regard devait trouver la femme, il tomba sur du vide. Le Marina se dépêcha de rejoindre l'extérieur de la pièce, mais la rue était déserte, il n'y avait aucune trace de la femme. En entrant de nouveau dans la boutique, Asling donna un violent coup dans la table, renversant la totalité de ce qui y était posé.

- Je suis sur qu'elle était de mèche avec eux... elle a juste fait tout ça pour nous tester...

La colère du pirate du redescendre rapidement, s'il ne voulait pas détruire une partie de la ville en utilisant son pouvoir. Sa confiance en la femme était encore descendu, devenant une ennemie à ses yeux. Ne voulant pas en rajouter, il se plaça devant la porte de sortie.

- Je vais faire des recherches sur ce « paranormal », si vous avez besoin de moi, vous savez où me trouver... ou du moins où me joindre... au plaisir de vous revoir.

Le Marina se dirigea rapidement dehors, cherchant au plus vite un accès vers la mer. Il devait se rendre rapidement dans les profondeurs, sachant déjà par où commencer ses recherches.

[hrp: Les recherches d'Asling n'ont en réalité rien à voir, c'est juste qu'on a une histoire de navire fantôme sur New Atlantis et que j'ai envie de m'amuser avec ça ^^]
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 211
Age : 20
Double Compte : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 19 Jan - 23:27
Les deux Asgardiens avaient beaucoup de questions à poser à Madame Z. Alec, lui, préféra rester silencieux et laisser ses camarades s’occuper de l’échange. Principalement parce qu’il avait toujours le souffle court et qu’il attendait que ses poumons cessent de le brûler pour reprendre la parole. Cependant, ce n’était pas parce qu’il restait silencieux qu’il n’avait pas de questions. Il ne put s’empêcher de froncer les sourcils quand la femme parla de la barrière qui les avait bloqués dans leur mission et la tablette qu’ils avaient récupérée. Si la nouvelle que même leur dieux ne pourraient pas facilement utiliser le pouvoir de cette dernière était plutôt bonne, savoir que la femme semblait être au courant de leurs moindres faits et gestes le laissaient dubitatif. D’ailleurs, Asling voulut l’interroger à ce sujet, mais elle était déjà partie, aussi, il se précipita dehors pour essayer de la trouver. L’américain se versa un verre d’alcool en cogitant sur ce qui s’était passé depuis le début. Depuis cet instant où il avait lut cette histoire de tombes saccagées et qu’il avait décidé d’enquêter dessus. Jamais il n’aurait imaginé finir ici, avec en sa possession un objet aussi dangereux qu’un fragment de la tablette. Il n’avait pas but une seule goutte que son ami pirate revint, furieux, et donna un coup dans la table où le verre était posé, le projetant au sol sous le regard hébété d’Alec. Il esquissa une moue déçue avant d’enfin se décider à parler :

« Ne vous en faites pas pour nos questions, on la reverra. Ca m’étonnerait qu’on en ai finit ici avec elle. Un jour elle va ressurgir dans une autre affaire étrange, au moment où on ne s’y attendra même pas, et où on l’aura totalement oublié.

L’américain chercha du regard de quoi ramasser les bris de verre et éponger son contenu tout en commentant d’un air attristé, mais avec un sourire en coin :

-Je n’ai même pas eu le temps de lui demander à la revoir dans des circonstances plus intimes. Quel dommage. Je suppose que je vais devoir attendre qu’elle décide de refaire surface ?

Il tourna ensuite la tête vers Asling et l’inclina chaleureusement :

- En ce cas, salutation mon ami. Je suis sûr, et j’espère qu’on se reverra. J’ai encore plein de films à te faire rattraper. J’ai même déjà ma petite idée du prochain ; Pirate des Caraïbes, je suis sûr que ça te plaira !

Puis, à l’adresse des deux Asgardiens :

-Je vais me retirer. Je doute que les Saints aient besoins de moi mais on ne sait jamais, peut être que la réincarnation d’Athéna a changé entre temps et qu’elle voudrait m’envoyer comme ambassadeur de la paix mondiale ? »

Il avait prononcé ces mots non sans humour, mais loin d’imaginer que l’incarnation avait en effet changé depuis son départ. Il salua ses compagnons mais s’assura avant de partir que les dégâts du Marina soient réparés.

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2389
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Jan - 17:57

Over The Shadows
Le livre des morts

Les réponses de madame Z restaient peu précises et laconiques. Elle expliquait les choses de façon simple et claire, mais sans vraiment entrer dans le vif du sujet. Cette façon de simplement caresser la surface d’une problématique avait la fâcheuse manie d’agacer Reiner qui avait pu déduire ce genre de constatations de lui-même. L’échange de banalité se poursuivit encore quelques minutes et puis l’hôte de cette modeste demeure annonça son départ. La dernière partie de son discours était probablement la plus intéressante et Reiner enregistra les infos qu’il avait triées au préalable, puis laissa partir Madame Z sans essayer de la retenir.

Le départ de celle qui les avait guidés dans cette aventure annonça également le départ du Marinas ainsi que du Saint. Reiner décidant de ne pas perdre davantage de temps loin de sa patrie se tourna vers Wulf.

“Il est également temps pour nous de partir. Rentrons chez nous l’ami, je n’ai aucune envie de m’éterniser ici plus que nécessaire. ”


Avant de quitter l’Égypte, Reiner prit le temps de décrire un rapide SMS au journaliste qu’il avait rencontré plus tôt durant cette aventure. Le guerrier divin de bêta avait des projets pour ce dernier et si tout se passait comme il l’avait prévu, le journaliste aurait un rôle important à jouer dans le futur du royaume d’Asgard.

“Notre investigation dans l’affaire de profanation du cimetière arrive à son terme, nous prendrons bientôt contact avec vous afin de vous donner un rapport détaillé des évènements”

Une fois le message envoyé, Reiner décolla à son aise du sol et adressa quelques mots à Wulf avant de s’élancer à toute vitesse vers le royaume du grand nord.

“Si elle ne veut pas nous en dire plus sur la magie, peu importe, après tout, Asgard possède sa propre magie et les nains que j’ai rencontrés durant la guerre contre Hel possède également une magie très puissante, peut-être qu’ils pourront nous en dire davantage”


avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 621
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Jan - 15:19
Les réponses de Madame Z furent loin de vraiment convaincre le guerrier-fauve, mais en fait, il ne s’attendait pas à recevoir des réponses claires à ses questions. Par contre, les affirmations de cette dernière concernant le fait que même les dieux seraient incapables de passer outre ses sorts le laissa pantois. Comment pouvait-elle ne serait-ce qu’imaginer que sa magie puisse mettre en échec des êtres divins ? Sans compter qu’elle semblait être fortement au courant de tout ce qui s’était passé à l’intérieur du temple. Mais avant que qui que ce soit ne puisse l’interroger plus en avant, la jeune femme sortit de la pièce.

Asling se jeta derrière elle pour tenter de la rattraper, Wulf lui emboita le pas mais au moment où ils sortirent, leur cible avait totalement disparu. L’Atlante fit alors demi-tour et rentra à l’intérieur de la boutique ce qui fut suivit juste après par le bruit d’une table renversée. De son côté, l’asgardien utilisa ses sens pour tenter de retrouver la piste de leur interlocutrice. Le bruit ambiant l’empêchait d’isoler le moindre son qui aurait pu l’aider et ses yeux ne repérèrent nulle trace d’elle ou d’une piste qu’elle aurait laissé. Il tenta ensuite de faire appel à son flaire et commença à humer les environs pour trouver une piste et son odorat repéra quelque chose. Une odeur … d’encens ?!! À nouveau son odorat fut agressé par cette odeur quoiqu’elle fut moins fortes que dans la boutique. Rapidement, il se rendit compte que cette odeur était tout autour de lui et qu’il était incapable de la suivre.

Wulf serra le poing, il sentait une grande frustration monter en lui face à cela. C’était tout juste s’il n’avait pas l’impression d’entendre le rire de madame Z résonner face à son incapacité à la pister. Ravalant son dépit, Wulf s’en retourna auprès du reste du groupe, espérant laisser cette histoire derrière lui le plus tôt possible. L’Atlante et l’Athénien saluèrent les Asgardiens avant de s’en aller rejoindre les leurs.

Quand ils furent partis Reiner s’adressa à Wulf pour proposer d’également repartirent chez eux, ce que Wulf ne pouvait qu’agréer.

-  Nos terres baignent dans la magie depuis l’aube des temps, depuis que Midgard fait partie des neufs royaumes. Si les nains ne connaissent pas la réponse, nous pourrions sans soucis demander aux alfars, ou à n’importe quelle autre entité vivant dans les neufs royaumes, toutes possèdent leur propre magie. Qu’aurions-nous besoin de nous tourner vers la magie de ce désert ?
 
Dès qu’il eut dit ces paroles, Wulf s’élança à son tour dans le ciel, fonçant en direction de sa terre natale plus vite qu’il lui était possible, fonçant vers un climat qu’il était capable de supporter.

[OTS] Le livre des morts

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Livre des Morts
» La calligraphie
» Fête du Livre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Uglies, un livre....prettie ? ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres Lieux-