avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 845
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Oct - 21:03
En contrebas du domaine terrestre des forces infernales, Gareth jeta un coup d’œil au château, parfaitement identique au précèdent, aucune innovation architecturale... Des souvenirs contradictoires émergeaient lentement de ses pensées. Il détourna le regard et commença son ascension. Parvenu devant les portes il s’annonça aux quelques gardes présents.

-« Gareth, Chevalier d’Or des Gémeaux. »

Avait-il réellement besoin d’en dire plus ? L’un des gardes se précipita à l’intérieur du château tandis que les autres pointaient leurs armes vers lui. Sa réputation ou encore les récentes altercations du sanctuaire ont eu raison d’un accueil chaleureux.
En guise de bonne foi le chevalier recula de quelques pas… Il était venu seul, sans escorte et sans appui. Son arrogance habituelle lui indiquait qu’il n’en avait pas besoin, malgré les années il demeurait toujours invaincu.

-« Dommage que votre collègue soit déjà parti… Il aurait pu ajouter que je suis ici en paix. »

En paix, le terme qui fâche. Plier genoux devant les spectres le répugnait au plus haut point… Si seulement les chevaliers s’étaient montrés plus compétents. Marcher sur les enfers n’aurait alors été qu’un jeu d’enfant.

-« Vous pensez que je vais devoir attendre longtemps ? »

Autant essayer de meubler la conversation, son attente risquait d’être longue. Sans obtenir la moindre réponse des gardes il s’emmitoufla dans sa cape et observait les portes closes.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1096
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 20:52
Depuis la disparition de Perséphone, les Enfers se sont rétrécis autour de moi jusqu’à n’être qu’une cage dans laquelle je ne pouvais plus respirer. Poser l’acte m’avait peut-être apporté beaucoup de satisfaction, celle d’avoir enfin pris ma place parmi les Spectres, mais garder le secret m’a rapidement entouré de regrets qui ne veulent pas partir. Je ne peux plus regarder qui que ce soit de la même façon, à me demander ce qu’ils savent, ce qu’ils en pensent, à m’imaginer le pire… je n’ose plus faire face à personne, surtout pas aux autres Spectres après leur retour du Sanctuaire. Ils ont combattu contre des Saints, en ont vaincus, et pendant ce temps, je m’en prenais à la Déesse des Enfers... Mais quel autre choix j'avais?

Je ne peux plus rester ici. Je dois m’éloigner, avant d’étouffer.

Je ne sais pas trop où j’irai. N’importe où, pour voir le monde, me reprendre, me redonner un peu de courage… pour pouvoir revenir l’esprit plus clair. À force d’éviter tout le monde, ça ne se remarquera pas si je disparais pour quelques jours. Au final, ce sera sans doute pour le mieux. Sans explication, je ne peux plus supporter tout ça.
Faute de meilleures connaissances des sorties possibles des Enfers, c’est au Palais de Pandore que j’apparais, me faisant toute petite alors que je traverse les corridors pour me diriger vers la sortie. La dernière fois que j’ai fait une chose semblable, c’était à Sparte, dans des circonstances qui se ressemblent beaucoup trop à mon goût : l’incertitude, la peur…
Mais n’est-ce pas ce qui m’a fait du tort depuis le tout début?

Tournant un énième coin pour m’aventurer plus loin dans le Palais en m’assurant que mon masque est bien en place sur mon visage, je me retrouve face-à-face avec un Squelette qui courait dans ma direction. C’est de justesse que je parviens à l’attraper par les épaules pour éviter la collision, mais si me voir suffit à l’immobiliser, ça ne parvient pas à le tranquilliser.

-Du calme! Qu’est-ce qui se…

Sous le coup de la distraction, je n’ai pas fait très attention à mon entourage. Ce n’est que maintenant que je ressens le puissant cosmos trop près de nous. Et pour l’avoir côtoyé, même brièvement, je sais déjà de qui il s’agit.
Par deux fois je viens ici, et par deux fois je me retrouve face à un ennemi. Cette fois, ce sera la bonne.

-… passe…

-Un Saint, le Chevalier d’Or des Gémeaux! Je pars tout de suite prévenir le Seigneur Thana…

-Non!

Je ne veux pas que personne puisse m’arrêter cette fois. Je ne veux pas désobéir au Faucheur, mais s’il n’est pas là, si je peux gagner du temps… c’est tout ce dont j’ai besoin. Il finira par le savoir, évidemment, mais pendant suffisamment de temps, je serai seule. Resserrant ma prise sur l’épaule du Squelette, je le force à me suivre jusqu’à la sortie, et c’est en poussant la grande porte que je me retrouve à l’extérieur.
Il a changé. Nous avons tous changé. Mais il faudrait plus pour que je ne le reconnaisse pas, et ce n’est pas pour me faire plaisir.

-C’est vraiment toi…

Ma voix n’est qu’un grognement sourd, chargée de haine et d’envie de meurtre. Je relâche le Squelette et ses collègues baissent leurs armes avant de reculer, mais je ne compte pas les laisser partir.

-Restez où vous êtes!

Pour une recrue, ce n’est pas facile de gagner le respect des serviteurs inférieurs. Pour quelqu’un venant d’un autre camp, c’est encore pire. Ceux qui me connaissent vont se poser des questions, se demander quel comportement je vais bien pouvoir adopter face à un ancien confrère… peut-être qu’ils ne me croient pas capable de lui faire du mal. Je veux qu’ils voient à quel point ils ont tort, et que ça se sache partout aux Enfers. Je me moque des conséquences. Qu’est-ce qu’il pourrait bien m’enlever de plus?

-Qu’est-ce que tu fais ici? Qu’est-ce que tu veux?!

Plus je parle, plus ma voix gagne en force. D’un pas lent et posé, je m’approche, de minuscules aiguilles se formant sous la peau de mes jointures. D’un coup, je n’ai plus aucun remord, et aucune question; submergée par ma propre colère, le reste disparait bien assez vite. D’une certaine façon, suite à ma chance ratée au Sanctuaire, celle qui se présente devant moi n’a pas de prix, mais je ne pense pas à ça maintenant.
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 845
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Oct - 16:41
Il profita de l’attente pour organiser ses différents argumentaires. Ce qu’il était venu faire en ces lieux ne l’enchantait pas, mais le Sanctuaire n’avait guère le choix. Le récent passage des spectres avait totalement décimé les maigres forces d’Athéna. Négocier une trêve tout en masquant les faiblesses de son ordre, une équation à plusieurs inconnues…

C’est une jeune femme, pour le moins agressive, qui l’arracha à ses pensées. Compte-tenu des différents qui existaient entre les deux factions, la jeune femme aurait dû envoyer les gardes quérir de l’aide. Cependant, contre toute attente, elle força les gardes à rester auprès d’elle et, seconde curiosité, elle le connaissait.

Le vieux chevalier plongea au cœur de ses souvenirs. Il avait connu de nombreuses femmes, mais aucune qui n’avançait un tel physique. Si seulement elle ne portait pas de masque…

Demeurait sa voix et son cosmos et effectivement, ces derniers ne lui étaient pas inconnus. Plusieurs souvenirs ensevelis firent à nouveau surface, un sauvetage au cœur d’une dimension divine… Gareth s’approcha doucement et leva une main vers le masque de la jeune femme. Il souhaitait le lui retirer, mais il se ravisa. L’attitude d’Oblivion incitait à la prudence.

-« Qu’ont-ils fait de toi ? » interrogea Gareth.

La surprise passée, de nombreuses questions se bousculaient. Pourquoi était-elle ici, pourquoi portait-elle un surplis ? Et surtout, quand et dans quelles circonstances avait-elle trouvé la mort ? Questions qui ne trouveront pas réponses tant qu’ils ne seront pas seuls.

-« Tu n’as pas à te méfier de moi Oblivion. J’étais venu entamer des négociations avec l’un des dirigeants infernaux… Mais cela n’a plus d’importance. » Gareth coinça une pièce de monnaie entre son pouce et son index. D’un rapide mouvement la pièce s’éleva dans les airs avant d’atterrir dans la paume de sa main, face. « Eh merde, Athéna ne va pas apprécier »

Le Chevalier d’Or augmenta significativement son cosmos, d’un geste il saisit le bras d’Oblivion avant de s’enfoncer avec elle dans un portail dimensionnel ouvert au préalable. L’opération dura à peine quelques secondes. Par contre, le voyage fut tumultueux, habituellement il évitait de forcer un tel voyage.

Les deux protagonistes se retrouvèrent sur une plage déserte sous un soleil de plomb. Face contre sol, Gareth cracha difficilement le sable qu’il avait avalé. Il se redressa, essuya sa barbe et ses cheveux tout en cherchant Oblivion du regard. Il venait d’enlever une guerrière infernale devant plusieurs gardes infernaux… Ses actes auront certainement de fâcheuses conséquences.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1096
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 23:57
Une flamme ardente remonte le long de ma gorge alors que le Chevalier des Gémeaux s’approche de moi, une vague de colère pure qui me brûle de l’intérieur et quand il tend le bras, c’est de justesse que je me retiens de ne pas déjà le repousser violemment d’une vague de cosmos ou mieux, d’une vague d’aiguilles… au final, il ne me touche pas, il se contente seulement de marmonner quelques paroles de regret, mais ce n’est plus quelque chose qui m’atteint. C’est tellement facile de prétendre, de regretter une fois le pire passé...

-Tu veux le savoir, maintenant?

Mais quand c’est arrivé, quand je me suis retrouvée face à des démons dont j’ignorais l’existence, j’ai été seule. Personne n’a été là pour regretter, pour s’inquiéter… il pourra bien dire ce qu’il veut, je ne crois pas un mot de ce qu’il me dit, et ce que je ressens en ce moment dépasse de loin la méfiance. Je ne suis pas prête à le laisser approcher le Seigneur Thanatos si facilement, même s’il dit n’être là que pour négocier, je ne peux pas laisser n’importe qui circuler dans le Palais, surtout pas un Saint. Et puis, il est là, juste devant moi, aux aguets, peut-être, mais assez près…
Thanatos l’écoutera, s’il sait que le Gémeau est ici. Je ne supporterai pas de voir un autre ennemi m’échapper ainsi, protégé dans l’enceinte même du Palais de Pandore.
Seulement, je n’ai pas le temps de faire quoi que ce soit. Avant même que je puisse dire un mot de plus, porter une première attaque, Gareth lance une pièce de monnaie dans les airs et je ne peux m’empêcher de le regarder faire, les sourcils froncés. Maintenant, je suis réellement méfiante, je sais qu’il a plus d’un tour dans son sac.

-Qu’est-ce que…

Ça se passe très vite, une seconde au plus. Mon cœur rate un battement quand le Saint m’attrape le bras, et avant que je ne puisse même penser à me libérer, le monde se déforme autour de moi et se dérobe complètement. Secouée de tous parts, prise d’un vertige et sans aucune notion de ce qui se passe autour de moi, quand je sens enfin mon dos heurter un sol plus matériel, la nausée et le violent étourdissement ne se dissipent pas tout de suite et je reste immobile, couchée sur le dos, à reprendre lentement mes esprits. Après un temps, je parviens à bouger les doigts et à respirer plus facilement malgré l’air soudainement plus lourd, plus humide, et la sensation du sable brûlant entre mes mains.

-Huh…?

Lentement, je me redresse, secouant la tête pour reprendre mes esprits. C’est seulement là que je regarde autour de moi, constatant que nous ne somme plus au Palais, mais sur une plage déserte. Le cœur battant à tout rompre, j’entreprends de me relever complètement, puis aperçois Gareth plus loin, pas en bien meilleur état.

-Où… qu’est-ce que tu as fait?!

Mon cosmos augmente et commence à circuler avec force dans mon corps et dans le sol autour de moi, prêt à créer une nuée d’aiguilles meurtrières en un claquement de doigts. C’est pourtant évident, ce qu’il a fait! Il croit vraiment qu’échapper aux regards des Squelettes va m’encourager à l’écouter? Il croit vraiment qu’il peut me garder là, que je vais rester en place sans résister?
Je ne suis plus aussi faible que je l’ai déjà été. Peu importe ce qu’il tentera, plus jamais je ne me soumettrai à sa volonté.

-Ramène-moi au Palais… Tout de suite!
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 845
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Oct - 21:53
-« Non. » Une réponse simple et catégorique. Gareth s’avança un peu en direction d’Oblivion. « Tu ne sais pas où nous sommes ni même à quelle époque nous sommes… Peut-être que cet endroit n’est qu’une vaste illusion et que tu n’as pas quitté le château ? Peut-être que non. » Le chevalier resserra son poing sur le pommeau de sa canne. « Si tout ceci n’est qu’une illusion alors me tuer règlera ce petit contretemps, si jamais nous sommes quelque part sur terre et à notre époque alors te suicider règlera ce contretemps. Dans tous les autres cas, tu demeures soumise à ma seule volonté ; mais comment savoir ? »

Oblivion n’avait aucune information sur cet endroit, la moindre décision pourrait entrainer de fâcheuses conséquences quant à son avenir. Le mieux à faire était encore de ne rien faire, simplement de collaborer avec le chevalier.

Gareth ressentait la colère qui animait son ancienne sœur d’arme. Une colère qu’il connaissait trop bien. La voie de la chevalerie est parfois complexe, de nombreuses recrues ou jeunes chevaliers s’égaraient et rompaient les liens avec le sanctuaire. Cependant, rares sont ceux qui parviennent au niveau d’Oblivion.

-« Je sens beaucoup de colère en toi. La colère mène à la haine et la haine ne conduit qu’à la souffrance. »

Oblivion pouvait l’attaquer maintenant, mais sans contrôle sur ses émotions elle serait incapable de le vaincre. En tout état de cause, quand bien même elle l’aurait, elle n’est pas encore au niveau. Son cosmos est mal contrôlé, brouillon et sans la moindre organisation.

-« Oblivion, comment en es-tu arrivée là ? »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1096
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Oct - 19:52
-Une autre époque? Tu es en train de me dire que tu peux nous emmener dans une autre époque en un claquement de doigts mais que tu as besoin d'un rituel pour te rendre dans une prison divine?!

Si cette petite explication était censée me calmer, sans doute en instillant le doute quant à mes chances de survie si je tente quoi que ce soit, elle a pourtant l'effet contraire. Le cosmos circulant sous terre prend de l'expansion et s'éloigne un peu plus de moi, cherchant à atteindre le Saint des Gémeaux. Enlèvement, manipulation, menaces, mensonges... toute chance de coopération de ma part a vite disparu, avec très peu d'envie d'y revenir. Peu importe ce qui pourrait bien m'arriver, le tuer pourrait très bien en valoir la peine –seulement pour la satisfaction de ne pas le laisser dominer complètement cet échange forcé.
Alors qu'il approche. Je n'ai pas peur de lui.

Il peut bien parler. Me faire la morale comme s'il savait de quoi il parlait. Il n'a pas été là où moi je suis allée, ne s'est pas tout fait enlever une tragédie à la fois jusqu'à n'être plus rien. Ne s'est pas vu déformé de toutes parts, sans rien comprendre, pour devenir un étranger qui n'avait plus sa place nulle part. À la fin de tout ça, pour moi, il y a eu l'acceptation, et la vérité, la lumière au bout du tunnel : j'ai toujours été pleine de colère. Et maintenant, après les ravages, elle a comblé les vides en moi.

Je regarde Gareth droit dans les yeux.

-Arrivée à quoi?! À la mort? La résurrection? Être chassée comme une intruse? Porter une nouvelle armure contre mon gré? ÇA?!

D'un geste brusque, je retire mon masque et le lance violemment par terre, juste devant moi, dévoilant enfin mon visage à quelqu'un qui, s'il s'en soucie seulement, sera probablement bien plus choqué que mes collègues des Enfers. C'est le but. Les blessures infligées par mes derniers combats ont pu guérir rapidement et les cicatrices laissées sont extrêmement subtiles, quand elles paraissent encore... mais les autres, celles de la torture que j'ai subie, sont toujours aussi présentes sur ma peau, et le moindre geste trop brusque menace constamment de rouvrir les plaies. Celles-là, elles ne guérissent pas. Ne le feront pas tant que je ne le voudrai pas.

-J'ai été tuée! Capturée, torturée jusqu'à en mourir! Enchaînée dans un trou crasseux à appeler à l'aide pendant des jours, et personne n'est venu. Jusqu'à la fin, j'ai voulu croire que quelqu'un viendrait pour moi... Mais ça ne devait pas valoir la peine, pour une Chevalière d'Argent! J'avais peur, et j'ai eu mal, tellement mal... mais je ne voulais pas ressentir de colère! Je ne voulais pas ressentir de haine! Tu crois que ça m'a empêché de souffrir? Quand j'ai pu revenir, je ne voulais pas faire de mal à personne, je voulais reprendre à zéro... j'étais prête à oublier, pour ne plus souffrir... Mais j'ai commencé à entendre des voix. J'ai perdu le contrôle. L'armure de la Lyre m'a quittée. Une autre a pris sa place. Ça aussi, ça a fait très mal. Puis, j'ai appris pour Sargas.

Maintenant, qu'il soit mort, vivant, disparu, je m'en moque. Il s'est obstiné à pourchasser des mirages qui ne pouvaient rien pour lui plutôt que de saisir la chance qui était déjà devant lui. Mais à ce moment, quand j'avais besoin de le savoir vivant, quand je me raccrochais à l'espoir de tout "réparer," quand je parvenais encore à croire que lui s'en soucierait, il n'était plus là. Personne ne me l'avais dit. Mais pour me l'annoncer... encore fallait-il le vouloir.

-Et tu ne t'es rendu compte de rien! Personne ne s'est rendu compte de rien! Une Sainte disparue du jour au lendemain et personne ne s'en est aperçu! Je suis partie comme une intruse parce qu'on ne me reconnaissait pas! Parce que d'un seul coup, j'étais une ennemie! Tellement d'espoir nourris, de colère refoulée, pour m'éviter de souffrir, pour aider mes... mes frères d'armes... et regarde ce que ça m'a fait!

Le dédain se fait sentir dans ma voix à la mention de mes anciens compagnons. Donner tout ce que j'avais pour eux, parce qu'on m'avait dit que c'était ce que les Saints d'Athéna faisaient... avant de réaliser que personne ne ferait de même pour moi.

-Ça doit bien t'embêter! T'intéresser à tout ça maintenant, parce que je suis encore là, en travers de ta route! Alors c'est quoi ton plan maintenant, hein? Tu vas me faire croire que tu regrettes? Tu vas faire comme si ce n'était jamais arrivé? Tu vas me réprimander, me punir pour ma traitrise? Tu vas me tuer? Tu vas tenter de me faire changer d'avis? Ou tu vas me laisser pourrir ici jusqu'à ce que je te supplie de me laisser partir? Vas y, essaye!

Et je reste là, à attendre, savourant le silence. Qu'est-ce qu'il peut bien faire? Ça ne me changera pas. Tout ce qu'il aurait pu faire, pour me garder sur la voie qui avait été choisie pour moi il y a longtemps, il aurait du s'y mettre avant. Quand je voulais bien y croire.
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 845
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Oct - 22:31
-« Il faut bien des connaissances pour douter des compétences d’un maître des dimensions. » Expliqua-t-il doucement avant d’écouter attentivement l’histoire d’Oblivion.

La souffrance était intrinsèquement liée à son récit. La colère et la haine façonnaient encore la personnalité et le corps de l'ancienne Sainte. Aussi, le Chevalier d’Or dut réprimer un frisson de dégoût devant le visage découvert de son ancienne sœur d’arme. Il pouvait y lire l’ensemble des sévices endurés et comprenait qu’elle puisse céder si facilement à ses émotions, elle était partie trop tôt.

Témérité et orgueil, ces maux frappaient de nombreux jeunes chevaliers, Oblivion incluse. Si seulement elle avait écouté les ordres...

-« … tu connaissais les risques. Notre cause est prioritaire, aucune équipe de secours ne pouvait être dépêchée. Ta faiblesse était inutile, je n'aurai envoyé aucune équipe et tu le sais. »

Bien qu’il éprouvait une certaine empathie à l’encontre d’Oblivion, seule la cause importait. L’humanité devait être protégée, quel qu’en soit le prix. Pour le Chevalier d’Or des Gémeaux, hormis l’honneur et la mission tout est voué au sacrifice.

-«Cependant, je suis réellement navré. J’espère sincèrement que tu trouveras un sens à tout cela… » Gareth marqua une pause polie avant de reprendre. « Malgré les conséquences qu’ils aient pu avoir, je ne regrette aucun de mes choix. »

En tout état de cause, le sursis létal d’Oblivion n’offrait aucune utilité au Sanctuaire. Une seule incartade et Oblivion rejoindrait sa dernière demeure. Même s'il le voulait, tenter de la ramener auprès des siens n'apporterait rien de bon à son Ordre.

Il fit un nouveau pas en direction d’Oblivion. L’agressivité dégagée par le cosmos infernal ne l’inquiétait pas outre mesure. Elle était encore loin d’atteindre son niveau. Affronter un Chevalier d’Or nécessitait une expérience et des compétences qu’elle ne possédait pas encore.

Derrière la jeune femme se dessinait un portail dimensionnel au travers duquel, s’observaient les tours du château allemand. Si tel était son souhait, elle pouvait s’en aller, toutefois, Gareth espérait secrètement qu'elle n'en fasse rien.

-« Je regrette simplement que l’héritière des arts d’Orphée ne soit pas morte les armes à la main… Quelle déception… »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1096
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Nov - 21:22
Pour qui il se prend? Pour qui il me prend? Je ne suis pas une enfant, encore moins suffisamment naïve, suffisamment aveugle pour croire ne serait-ce qu'un seul de ses mots. Ne nous sommes-nous pas rencontrés pendant une mission de sauvetage, pour un simple chevalier de bronze?
Un sauvetage pour lequel j'ai insisté.
Et Sargas? Nous nous sommes quitté sur de bien mauvais termes, le Gémeau voulait partir à la recherche d'un remède en m'empêchant de le suivre...
Sargas est mort. Et avant que ça ne se produise, c'est moi qui l'ait sauvé. Moi et Arsiesys, pas Gareth.

De quoi rabaisser le titre de "frère" d'arme au plus ridicule des mensonges. Est-ce qu'il savait? Est-ce qu'il s'était vraiment rendu compte de ma disparition, mais la jugeant inutile, il a préféré ne rien faire? C'est ça, sa cause?
Et le pire, c'est que d'autres suivent encore dans ces traces. Dans un chemin où mêmes ses propres alliés sont considérés comme inutiles.

Une flamme ardente remonte le long de ma gorge.

-INUTILE?! Je connais quelques dieux qui auraient quelque chose à en redire!

Alors qu'il s'avance, j'en fais de même, les pieds solidement ancrés dans le sable brûlant. Le Surplis me protège du possible inconfort, mais ça ne m'empêche pas de ressentir une autre chaleur, pour une raison différente. Je lève lentement les mains et les gantelets de mon armure disparaissent, révélant mes paumes couvertes d'ecchymoses et mes doigts blanchis par de nombreuses petites cicatrices. Celles-là, elles ne sont pas le produit de la torture...

-Tu veux savoir ce que j'ai fait, depuis que j'ai quitté... depuis que j'ai été chassée du Sanctuaire? Je suis allée à Sparte. Arès m'a accueilli parmi ses Berzerkers. J'ai vaincu une Lamia en combat singulier. J'ai survécu à Humbaba et aux gardiens de sa forêt. J'ai déjà gagné le respect des Spectres et la confiance de Thanatos... et pendant ce temps, le Sanctuaire continuait de s'écrouler sur lui-même. Mais ça, tu ne l'as sans doute pas remarqué. Ce n'est pas suffisamment "utile" pour retenir ton attention!

Il y a certaines choses dont je ne peux pas parler, bien que ce ne soit pas l'envie qui manque. Quelle pourrait être sa réaction en sachant que j'ai aidé à détruire une des seules armes pouvant arrêter un Spectre ? Ce serait la façon parfaite de lui faire perdre son air suffisant, toute sa contenance... mais les ordres ont été bien clairs. Ça ne doit pas se savoir encore –le moment viendra de lui-même, sans doute.

Mes lèvres s'étirent en un étrange rictus en entendant ses excuses. Il est vraiment stupide de croire que je vais avaler tout ça sans aucune rancune. Maintenant, je ne suis faite que de ça. Et puis...

-Tu vas le regretter.

J'appuie sur chaque mot d'une voix posée et étonnamment calme. Oui, il va le regretter. Ils vont tous le regretter. Plus il en apprendra sur moi, sur celle qu'il a si rapidement sous-estimée et écartée comme étant un simple boulet à traîner : c'était une grave erreur et de me voir ici, fière et plus forte que jamais, devrait être suffisant pour le lui faire comprendre.
Même mon parler maintenant plus doux ne suffit pas à cacher la rage constante qui bouillonne en moi. Et même s'il le pouvait... le changement peut être si rapide, ça ne prouve absolument rien. Comme maintenant.

-TU N'AS PAS LE DROIT!

Des dizaines d'aiguilles d'une incroyable finesse jaillissent du sable, portées par l'écho de mon cri de pure colère, et se plantent violemment dans la peau du Gémeau, l'immobilisant sur place en un clin d'œil. D'un Surplis Terrestre à une armure d'Or, ça ne change pas grand-chose : les épines sombres les traversent sans aucune difficulté pour atteindre leur cible, et une fois pris au piège, personne n'y échappe. Ce n'est peut-être pas douloureux, ou du moins pas assez pour en faire une réelle attaque, mais c'est désagréable. Ne plus pouvoir bouger a cet effet.
Fini de jouer. Celle-là, il va me la payer.

-Qu'est-ce qui se passe?! Tu ne fuis pas? Tu ne te défends pas? Tu ne vas même pas m'empêcher de partir? Essaie donc!

Sans aucune peur, je m'approche encore plus, jusqu'à être juste devant lui. Oui, qu'il essaie : tant qu'il est là, il ne peut plus rien faire, et je compte bien en profiter. De longues aiguilles jaillissent de mes doigts en déformant ma peau, semblables à de fines seringues. Lentement, posément, je les approche de sa gorge, les appuyant doucement contre sa peau.

-Tu comptais mourir les armes à la main, vieil imbécile?

J'appuie encore un peu plus, faisant perler une première goutte de sang. J'approche mon visage du sien, le forçant à me regarder d'encore plus près, à voir encore mieux chaque détail...

-Ou peut-être que tu préférerais vivre tes derniers moments avec un minimum de fierté... Tu as le choix, maintenant! Tu voulais négocier... tu peux toujours négocier. Mais fais bien attention à ce que tu choisis.

Les aiguilles descendent lentement, menaçant déjà de lui arracher bien plus qu'un morceau de peau.

-Sinon, c'est moi qui le ferai pour toi.

[HRP : Utilisation du Coffin sur Gareth. Il est maintenant paralysé pour une durée indéterminée et seule Oblivion peut le libérer.]
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 845
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Déc - 20:43
-« Je n’ai jamais prétendu être quelqu’un de bien » Lâcha-t-il pour seule consolation.

En fait, il ne savait pas comment réagir au récit d’Oblivion, peut-être s’était-il trompé sur elle ? Ses exploits passés l’impressionnaient, mais ils visaient une cause qui n’était pas la sienne. Sous l’égide des spectres la guerrière se révélait et s’écartait de son rôle initial.

A l’image de Sargas, Oblivion était le témoin d’un passé voué à disparaître afin de sauvegarder l’unité du Sanctuaire. Un jour ou l’autre, quelqu’un devra cantonner Oblivion au silence éternel. Ce rôle, Gareth était le seul à pouvoir l’endosser… Athéna n’apprécierait pas, mais, à tort ou à raison, voilà bien longtemps qu’il plaçait les désirs de sa déesse en dessous des siens.

Le discours d’Oblivion touchait à sa fin et le guerrier constata que, malgré ses exploits, elle ne parvenait toujours pas à dominer ses émotions, sempiternel signe d’inexpérience. Même si, il devait bien le reconnaitre, les arguments cosmiques que lui opposaient Oblivion étaient d'une rare puissance.

Le temps aidant, les éveillés observaient l’évolution de leurs pouvoirs. Mais jamais il n’avait constaté pareille modification, les arcanes d’Oblivion n’entretenaient pratiquement plus de liens avec ce qu’il connaissait de la jeune femme.

-« Tes progrès sont spectaculaires, toutefois, tu es encore loin d’être au niveau. » Bien que de nombreuses aiguilles traversaient son corps, le Chevalier d’Or des Gémeaux n’affichait aucune douleur. « Sais-tu seulement où nous sommes ? Si tu souhaites affronter plus puissant que toi, tu dois dominer l’ensemble des facteurs. Je ne suis pas un vulgaire spectre Oblivion. »

Pour clore son explication, le maître des illusions effaça le portail dimensionnel qu’il avait ouvert précédemment. Plusieurs autres Gémeaux firent leur apparition, chacun possédait ou semblait posséder un cosmos propre. La scène s’estompa doucement pour laisser place à une multitude de planètes, aux déplacements exponentiels.

-« Galaxian Explosion ! »

L’apocalypse et puis rien… Les deux protagonistes étaient à nouveau devant les immenses portes du palais allemand, sans garder la moindre trace de ce qu’il venait de se passer.

-« Comptes-tu me faire patienter encore longtemps ? »

[HRP/ Utilisation des illusions pour contrer la technique d'Oblivion]
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 687
Age : 22
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Déc - 22:12
La conquête d'Istanbul s'était terminée sans trop de complications et les Squelettes commençaient à prendre pied dans la ville. Le service de vidéosurveillance de Topkapi avait fait les frais de sa curiosité mal placée et ne causerait plus de problèmes à l'avenir. Les instructions de Wolgorn étaient limpides en ce qui concernait la prise d'un territoire : être impitoyable et soumettre par la force tout en demeurant dans l'ombre. Personne ne devait discuter les ordres des Enfers ni leur causer du tort de quelque manière que ce soit, les Squelettes s'assurant que rien ne fuite et que les collaborateurs turcs apprennent à craindre les Spectres. La sanction contre les contrevenants comportait la torture puis l'exécution du fautif et de ses proches, mais en réservant une éventuelle indulgence dans certains cas. La communication avait aussi été établie avec le Président de la Turquie, qui s'était montré plutôt docile une fois qu'il avait appréhendé la situation. Il ne manquait plus qu'à contacter les réseaux terroristes, mais la tâche était longue et ardue avec ces fanatiques bornés.
 
Cependant, une autre affaire requérait l'attention du Bourreau : selon les sentinelles du Palais de Pandore, le Chevalier des Gémeaux s'était présenté pour parlementer avec les Spectres. En apprenant cela, son sang s'était mis à bouillir autant de joie que d'impatience et de rage. L'Exécuteur n'avait toujours pas remercié ce misérable pour l'humiliation qu'il lui avait fait subir à la Porte du Purgatoire ni pour celle infligée par Éléonore. Certes, cette dernière endurait maintenant sa punition pour son opposition à Hadès, mais c'était une rétribution bien insuffisante pour ce que les Gémeaux lui devaient. Aussi Wolgorn s'empressa-t-il de partir en route vers l'Allemagne, excité à l'idée de rattraper le temps perdu. Les Gémeaux avaient échappé à la purge du Sanctuaire et il était temps de lui plonger le visage dans la boue. Que ce Saint vienne en paix ou non ne l'intéressait guère, mais il était prêt à faire une exception pourvu qu'il s'incline devant sa puissance.

Sillonnant la voûte céleste telle une étoile filante, le Russe fusa vers le quartier général de l'armée infernale sur Terre. Dès qu'il arriva en vue du château, il atterrit dans ses environs afin de ne pas endommager sa structure puis marcha jusqu'à l'entrée principale. Le Bourreau avait ressenti le cosmos du Chevalier d'Or au niveau du pont-levis et celui d'Oblivion, qui était sans doute venue à sa rencontre. Connaissant la peste teigneuse qu'était la Mante, elle risquait d'engager le combat sans réfléchir et de lui voler le privilège de trucider leur invité. Néanmoins, Wolgorn n'était pas certain de l'issue d'un éventuel affrontement entre ces deux-là, surtout qu'il ne savait pas non plus s'il s'agissait bien du même Saint qu'auparavant. Les Gémeaux irradiaient certes d'une aura démentielle, mais ce n'était pas un indice satisfaisant pour confirmer son identité, il lui fallait encore voir son visage.

BGM- https://www.youtube.com/watch?v=1WutkhmCLpQ -BGM

D'un pas lourd et menaçant, l'Exécuteur approcha du pont d'entrée ainsi que d'Oblivion et du Gold Saint. La tension entre ceux-ci était palpable, mais c'était loin d'être suffisant pour l'effrayer. Révolue était l'époque où il était effrayé par un vulgaire Chevalier d'Or ou un Marina du niveau d’Éléonore ! Le Bourreau avait surpassé ce stade depuis des lustres et il était prêt à châtier quiconque oserait s'attaquer à son suzerain et son idéal ! Il déploya alors une fraction considérable de son cosmos afin de signaler sa présence et indiquer qu'il n'était pas le genre d'individu avec lequel on pouvait plaisanter. Sous la visière de son casque, ses yeux étincelèrent d'une lueur sanguine et son Surplis émit un grondement sourd, tel un fauve affamé sur le point de bondir sur sa proie. Le Saint était pris en tenaille entre Wolgorn et la Mante, aussi ferait-il mieux de comprendre qu'il n'avait pas intérêt à faire le malin sous leur surveillance.

Après observation, le Russe reconnut l'homme qui se tenait devant lui et serra les poings de fureur : c'était bien le Chevalier des Gémeaux qui avait participé à la Guerre Sainte dans les profondeurs des Enfers ! Toutefois, il ne céda pas à la colère et se contenta d'afficher un sourire goguenard derrière son masque.

"Que viens-tu faire ici, Chevalier des Gémeaux ?" l'interrogea le Bourreau d'une voix caverneuse. "Tu viens ici pour venger les cloportes tombés au Sanctuaire ou essayer de ramener Oblivion vers votre prétendue lumière ? Il me semble qu'elle n'a guère apprécié votre angélisme putride et l'hypocrisie de votre morale sur la solidarité et la camaraderie..."

Encouragés par sa présence, les Squelettes réinvestirent les lieux et se massèrent derrière leurs supérieurs, avant de se mettre à ricaner. Comme tout ignoble larbin qui se respecte, ils percevaient le ton moqueur de l’Étoile de l'Exécution et mettaient un point d'honneur à l'appuyer. Maintenant que le mastodonte de service était de retour, les larbins pouvaient montrer qu'ils étaient chez eux et que ce paladin doré de pacotille ferait mieux de se tenir à carreaux. Hideux et difformes, ils ressemblaient à une horde de diablotins, leurs yeux vicieux rivés sur l'intrus. Néanmoins, Wolgorn exigea le silence en levant une main griffue, puis une fois obtenu, il croisa ses bras avec autorité et dignité.

"Je croyais que le Seigneur Thanatos vous avait clairement signifié qu'il n'avait plus rien à faire avec une planète condamnée et cette assemblée de loqueteux qu'est votre Chevalerie." grogna-t-il avec un mépris souverain. "Mais n'ayez crainte, vous pouvez poursuivre tranquillement votre agonie, vous et votre humanité chérie... Peut-être pouvez-vous essayer de vous racheter en nettoyant les dégâts provoqués par Poséidon ? Qui sait, peut-être reste-t-il une once d'utilité aux coquilles vides que vous êtes ?"

Sa phrase conclue, l'Exécuteur posa son regard sévère sur la sœur de Prayer, en attente d'une quelconque réaction de sa part. Certes, il s'adressait uniquement au Gold Saint, mais il ne pouvait négliger sa coreligionnaire, elle qui était si prompte aux répliques cinglantes sans que l'on s'y attende. Après tout, ne s'étaient-ils pas quasiment entretués avant de se rendre en Grèce pour s'emparer du Rosaire de la Vierge ? Pour en revenir aux Gémeaux, le Russe avait savamment omis les récentes conquêtes, histoire que les Chevaliers d'Athéna puissent découvrir au dernier moment quelle mauvaise surprise leur avaient préparés les Spectres.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1096
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Jan - 20:58
Pas quelqu’un de bien? C’est là tout le problème.
Les Saints ont voulu me changer, et naïve comme j’étais j’ai cru bien faire en faisant ce qu’ils voulaient. Ça ne m’a pas réussi. Arès et son Anima maudit ont bien failli me rendre folle, je sens encore l’influence de l’armure rouge parcourir mon être, malgré sa disparition. Abrutie par une irrationnelle soif de sang et un désir de cruauté, en proie à des démons qui n’existaient même pas… à ce moment-là, malgré moi, je me sentais changer. Et j’aimais ça.
Le Surplis ne m’a pas changée. Les Enfers m’ont prise telle que j’étais. Et maintenant, je suis suffisamment puissante pour que ça reste comme ça.
C’est encore mieux. Tellement, tellement mieux. Un problème de réglé.

Gareth a eu son compte et je suis plus que prête d’en finir avec lui. J’ai fini de parler, et il ne gagnera pas plus de temps. Il n’a pas fait de choix, mais moi, oui. Une multitude d’aiguilles jaillissent de mes mains et mes muscles se tendent brusquement, dans l’intention de lui écraser la tête sous les épines jusqu’à ce qu’elle ne soit plus reconnaissable, mais plusieurs cosmos apparaissent autour de nous, me forçant à me retourner pour voir de quoi il en retourne. Je ne sais pas à quoi m’attendre, ça pourrait être des renforts, d’autres ennemis, n’importe quoi, ça ne pourrait pas me déranger plus que ça, encore moins me surprendre.

Non. Oh non. Il ne s’en sortira pas avec ça!

Ignorant complètement mon prisonnier, je me prépare à chasser les mirages qu’il a réussi à invoquer malgré sa prison d’épines. Ce n’est pas la première fois qu’il tente une telle chose contre moi, bien que ce ne soit pas tout à fait la même chose, je devrais pouvoir m’en débarrasser. Je ne dois pas avoir peur… Je sais que tout ça n’est pas vraiment là, il ne peut rien me faire… Rien de tout ça n’est vrai!
Face à la cacophonie, je suis forcée de me boucher les oreilles.

Je ne comprends pas ce qui s’est passé. Ce qui n’est rendu que plus insultant par le fait que je croyais comprendre ce qui se passait. Me préparer n’a, faute de meilleure explication, rien fait du tout pour améliorer ma défense face à l’illusion qui a assailli mes sens, les a désorienté au point de me faire perdre la notion de présence dans l’endroit où il m’avait emmené de force. Était-il réel, au final? Je n’en sais rien, je ne le saurai probablement jamais. Tant mieux, si ça veut dire que je n’y retournerai pas.
Quand j’ouvre les yeux, nous sommes de retour devant le Palais.
En voyant la confusion dans le regard des Squelettes qui sont restés sur les lieux, je ne peux qu’assumer que nous étions véritablement ailleurs et non pas devant eux tout ce temps. C’est une bien faible consolation… mais au moins je n’en aurai pas beaucoup à expliquer.

Je lève les yeux vers le Gémeau. Penche la tête sur le côté comme si j’écoutais ce qu’il me disait.
Je lui aurais sauté à la gorge si la voix d’un autre Spectre ne s’était pas fait entendre.
Même si ce n’est pas une voix inconnue, c’est dans un élan de confusion que je me retourne pour observer le nouvel arrivant, ne le reconnaissant pas immédiatement au travers du voile de colère qui me brouille la vue. Ce n’est qu’après quelques secondes que je reconnais Wolgorn, accompagné d’encore plus de Squelettes qui l’ont suivi. Qu’est-ce qu’il fait ici? Les Squelettes… sont-ils allés le chercher? Je leur avais dit de rester! Je n’avais besoin d’aucune aide, je voulais m’occuper de ce gêneur seule… je leur avais ordonné!

-Va-t-en…

Loin de se préoccuper de moi, le Bourreau s’occupe tout de suite de menacer Gareth et de lui demander les raisons de sa venue. C’est vrai, il souhaitait négocier… Mais après ce qu’il a tenté, nous ne devrions même pas le laisser s’approcher encore plus du Palais. Wolgorn n’en sait sans doute rien, mais moi, je ne ferai pas d’erreur. S’il faut laisser approcher un Saint, surtout ce Saint là, de notre Seigneur, ce sera quand il sera hors d’état de nuire.
Serai-je seulement autorisée à tenter un coup pareil?

J’observe rapidement Wolgorn, qui me fixe à son tour. Plisse doucement les yeux en soutenant son regard.
Je n’ai pas besoin de son autorisation.

Une aiguille noire comme la nuit jaillit du sol juste à côté du Saint et lui érafle le bras tenant sa canne avec force, me donnant la distraction nécessaire pour m’approcher de lui à toute vitesse et résumer mon attaque interrompue par mon compatriote Spectre. Dans un grondement sourd, je frappe le dos de Gareth en y mettant tout mon poids et le plaque violemment par terre, attrapant sa canne et tirant de toutes mes forces pour m’en emparer pendant la chute.

-EEEEHAAA!!

Tout de suite après l’impact, je me redresse suffisamment pour lui enfoncer mon genou dans le creux du dos et ainsi l’empêcher de se redresser, ou du moins le dissuader de le faire sans avoir à ramper jusqu’à son temple au moment de rentrer chez lui.
… Ramper…

-Reste à terre!

J’applique un peu plus de pression pour le convaincre de m’écouter, le temps de me relever complètement et de poser un pied à la plante couverte d’aiguilles là où mon genou empêchait le Gémeau de se relever il y a une seconde de cela, sans pour autant l’abaisser complètement. Néanmoins, il devrait ressentir les pointes qui menacent de s’enfoncer dans on dos à n’importe quel moment. Je relève la tête pour observer les témoins de la scène quelques instants, retenant un sourire de satisfaction en regardant Wolgorn, puis reportant mon attention sur l’intrus qui souhaite parler à notre Seigneur. Malgré mon envie de lui écrabouiller la tête jusqu’à la rendre méconnaissable et de renvoyer le corps en pièces détachées dans un petit colis au Sanctuaire, je parviens à ronger mon frein et à prendre mon mal en patience, songeant aux rires des Squelettes au moment de l’arrivé de Wolgorn, leur soudaine fierté face à une minuscule victoire face à un ennemi se croyant au-dessus des conséquences. C’est ce qu’ils veulent voir, je devrais m’en moquer et ne m’en tenir qu’à ce que je souhaite… mais je les comprends. D’une certaine façon, moi aussi, j’aimerais voir ce qu’ils voient.
Je tente de rester calme, mais la tension m’empêche d’en faire une impression convaincante, et ma voix rend le tout bien évident.

-Alors? Réponds-lui, maintenant… c’est ce que tu veux? Alors réponds!

J'abaisse un peu plus mon pied pour soutenir mon propos. Je veux le voir ramper jusqu’à la salle d’audience. Que ce soit volontaire ou forcé, je m’en moque : il n’y entrera pas sur ses deux jambes. Ne restera pas debout quand le temps viendra de s’adresser à l’un d’entre nous. Ça peut être très facile, tout comme ça peut faire très mal, mais dans tous les cas ce sera un spectacle que chacun d’entre nous saura apprécier. Moi plus que n’importe qui d’autre.
Au fond, il a fait son choix. Et je vais m’assurer qu’il s’en souvienne pour le restant de ses jours.
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 845
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Jan - 16:25
-« Très bien… » résuma le chevalier d’or des Gémeaux.

Face contre terre, Gareth prit le temps d’évaluer sa position. Il avait ordre de ne pas envenimer les situations tendues, le sanctuaire ne souhaitait pas déclencher une nouvelle guerre et s’il répliquait il serait seul. Oblivion, à l’instar de Wolgorn, ne constituait pas un problème en soi. Cependant, il n’était pas certain de pouvoir les vaincre s’ils entendaient l’affronter à deux.

-« La camaraderie n’a de sens qu’en servant notre cause… J’ai dirigé le sanctuaire en des temps troublés et j’ai dû faire des choix... Je reconnais néanmoins, avoir mésestimer le potentiel d’Oblivion. » lança-t-il à l’adresse du Bourreau. « Quant à Poséidon et ses sbires, j’ai personnellement mis fin à l’existence du Dragon des Mers… Pour protéger l’humanité, j’ai tué la seule personne qui comptait pour moi. »

Il n’obtiendrait aucune compassion des spectres… Il espérait seulement qu’Oblivion saisisse, ne serait-ce qu’une infime partie, sa complexité. Gareth n’est pas seulement le monstre froid et inhumain qu’elle imagine, l’attachement qu’il porte à l’humanité, à sa cause, est sans aucune limite.

L’échec de sa mission devenait une certitude. Sa seule option consistait à quitter le palais terrestre des spectres, si possible en un seul morceaux. Aussi, le chevalier d’or ferma les yeux et relâcha ses muscles. A cet instant précis il appréciait même le contact de sa joue contre le sol, sa main droite glissa de quelques centimètres et dévoila deux cartes, les dames de cœur et de carreau. Oblivion connaissait ces cartes, il s’en était servi pour les guider au cœur de la dimension divine. Elle ignorait cependant leur impact martial, Wolgorn lui, aurait pu en entendre parler.

Cinq jeunes femmes éphémères prirent position sur la zone. Les trois premières braquèrent une arme à feu sur chacun des protagonistes (Gareth inclus), la quatrième se glissa contre le dos de Gareth et la cinquième pointa une épée en direction de Wolgorn. Gareth n’avait pas besoin de concentrer une grande quantité de cosmos pour développer ces techniques… Il se réservait dans l'éventualité d'une suite plus... explosive.

L’avantage de ces créations résidait dans le fait qu’hormis Gareth, personne ne peut les faire disparaître. Elles sont étroitement liées aux désirs et à la vie du chevalier d’or.

-« Il est possible que je ne survive pas si nous nous affrontons tous les trois… Maintenant, si vous imaginez pouvoir m’abattre facilement vous êtes bien présomptueux. Cette technique n’est pas très impressionnante j’en conviens. Cependant, Rhadamanthe et Rogos n’y ont pas résisté, quant à toi Wolgorn… je n’ai même pas eu besoin de m’en servir la dernière fois que nous nous sommes croisés. »

Toujours au sol, le chevalier d’or bénéficiait de la protection directe d’une de ses créations. Le problème soulevé par le positionnement d’Oblivion n’était plus, mais, afin d'éviter toute surenchère, le chevalier d’or ne tenta aucune action à l’encontre d’Oblivion.

« Je n’entamerai pas le moindre affrontement… Je ne suis pas là pour ça. J’ai pour ordre de délivrer le message suivant : le sanctuaire se refuse à la vengeance si les promesses de Thanatos, concernant l’humanité, se vérifient. »

Athéna ne souhaitait pas de nouvelles guerres, du moins pas immédiatement. Bien que Gareth n’entretenait ni espoir, ni illusion quant aux propos tenus par Thanatos (les spectres sont ce qu’ils sont et ils demeureront une menace pour l’humanité), le message permettra simplement de gagner du temps.
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 687
Age : 22
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Jan - 15:27
Oblivion ne paraissait guère enchantée de croiser Wolgorn, comme si elle lui reprochait d'avoir interrompu une conversation privée. Mais à la surprise générale, elle se jeta sur le Chevalier des Gémeaux et le cloua fermement au sol, au lieu d'agonir son confrère d'injures. Le Bourreau observa la scène avec une stupéfaction mêlée d'allégresse, tandis que les Squelettes sifflèrent et ricanèrent de plus belle. La Mante ordonna au Gold Saint de répondre à ses questions, sans doute plus poussée par une rancœur personnelle que par son sens du devoir. La connaissant, elle ne faisait pas cela pour satisfaire l'Exécuteur, mais certainement pour assouvir un quelconque grief à l'encontre de son ancienne faction. Qu'importe, cela arrangeait son coreligionnaire, trop heureux de voir ce paladin honni ramper telle une larve.
 
Néanmoins, le Chevalier des Gémeaux, malgré son évidente position d'infériorité, conserva son arrogance et répliqua aux moqueries de Wolgorn. Il mentionna notamment qu'il avait tué Éléonore de ses propres mains en réponse à l'Opération Espadon, ce qui amusa relativement le Russe. Ce dernier aurait préféré éliminer cette garce par lui-même, mais savoir que son frère astrologique l'avait assassinée était pour le moins comique, si ce n'était pathétique. Par ailleurs, la rumeur du décès du Dragon des Mers courrait depuis un moment, celle-ci ayant été aperçue parmi les condamnés du tribunal infernal. Pour cette traînée, il n'y avait que deux endroits où elle pouvait être : le Cocyte ou la troisième vallée de la sixième prison, un désert ardent où sont envoyés les débauchés. Rien qu'imaginer les souffrances qu'elle subissait en ce moment remplissait l'Exécuteur d'une joie intense.
 
"Alors comme ça, tu as tué cette chienne d'Éléonore ?" nota-t-il d'un ton mesquin. "Tu es un homme bien misérable pour être ainsi responsable du meurtre de ton âme sœur, Chevalier... Mais laisse-moi t'informer que ça n'a eu visiblement aucun impact sur les plans de Poséidon, à croire qu'elle était dépourvue d'utilité à son maître ! Tu fais le malin, mais on dirait que vous n'êtes bon qu'à brasser du vent et à vous tromper de cible ! Et c'est comme ça que vous prétendez protéger l'humanité ? Vous êtes pathétiques !"
 
Wolgorn s'esclaffa bruyamment, puis s'arrêta quand il vit le Gold Saint sortir deux cartes de poker de sa manche. Une puissante énergie se dégagea alors de ces cartes et se matérialisa sous l'apparence de cinq silhouettes féminines. Avant même que le Bourreau ne puisse réagir, les ectoplasmes braquèrent des armes sur lui, les Gémeaux et Oblivion. Tous les trois étaient dorénavant en joue, le Chevalier d'Or ayant probablement pour but de rééquilibrer le rapport de forces. Il profita ainsi du répit provoqué par sa technique pour avertir les Spectres de l'issue d'un éventuel affrontement et rabaissa le Russe dans la foulée. Toutefois, celui-ci était trop courroucé par cette provocation outrancière pour prêter attention à une menace fantomatique aussi ridicule.

Qu'il puisse être comparé à Rhadamanthe, soit, mais insinuer que Rogos soit meilleur que lui était inadmissible ! De plus, ce paladin doré se faisait des illusions s'il pensait sincèrement que Wolgorn était resté au même niveau depuis la Guerre Sainte en Enfer. C'était précisément ce comportement satisfait et orgueilleux, incarné par l'insolent et méprisable Hélios, qui avait causé la chute du Sanctuaire ! Puisque les Gémeaux ignoraient complètement à quel point les choses avaient changé, une âme charitable devait se dévouer pour les ramener à la dure réalité. Le Bourreau, un sourire hautain au visage, lui rétorqua donc fièrement :
 
"Je n'ai peut-être pas eu la chance de goûter à cette arcane, mais en revanche, j'ai eu amplement le temps de massacrer cet imbécile de Connor. Et tu penses sérieusement que nous sommes les mêmes moucherons que la dernière fois ? Tu divagues complètement mon pauvre vieux, contrairement à toi, nous n'avons pas passé notre temps à faire des cabrioles avec une petite garce... Nous avons progressé à un point auquel tu ne peux même pas imaginer, confit comme tu es dans l'héritage poussiéreux des Gémeaux !"
 
Sous le regard horrifié des Squelettes, il illustra son propos en embrasant violemment son cosmos ténébreux. Les jambes arquées, le dos courbé et les poings serrés, le Russe sublima son énergie et la canalisa à l'intérieur de son corps et de son Surplis. Sa force augmenta jusqu'à atteindre une ampleur titanesque, capable d'écraser avec aisance un Chevalier d'Or et vider ce titre pompeux de toute signification.
 
"MWOOOOOOOOOOOOOOOH !"
 
Les muscles de Wolgorn se mirent ensuite à s'hypertrophier et un éclat satanique traversa ses yeux. Une aura incandescente l'enveloppa, sans pour autant affecter son environnement grâce à sa maîtrise du flux cosmique. Enfin, un éclair frappa sa carcasse massive et il stoppa net la croissance de son énergie, jugeant que c'était assez. Derrière son casque, un gloussement inquiétant se fit entendre, signe de la confiance qu'il avait en ses capacités.

"Huhuhu... Que penses-tu de ça ?" l'interrogea l'Exécuteur. "C'est la force des Spectres de l'Empereur Hadès ! Tes tours de magie ne pèsent pas bien lourd face à cette puissance inébranlable au service de la Vertu et de la Justice ! N'oublie pas aussi que tu es sur nos terres et que d'autres Spectres capables de terrasser un Chevalier d'Or se tapissent dans les ombres de ce château ! Ton tour de cirque est déjà loin de pouvoir nous vaincre, Oblivion et moi, alors comment comptes-tu t'en sortir face à une horde de Spectres ?"

Sur ces mots, il se redressa et éclata d'un rire tonitruant, mettant au défi les Gémeaux d'utiliser leur arcane contre les guerriers infernaux. Cependant, il rétracta son aura démoniaque et croisa de nouveau ses bras dans une posture empreinte de noblesse. Le Bourreau avait entendu le souhait du Chevalier d'Athéna de ne pas engager le combat, mais il allait faire en sorte qu'il rentre avec un profond sentiment d'humiliation.

"Nous n'avons pas non plus l'intention d'engager une nouvelle guerre, Chevalier des Gémeaux." déclara solennellement Wolgorn. "Néanmoins, je ne peux restreindre Oblivion et son envie de réparer les injustices que vous avez commises à son encontre."

Il avisa ainsi la Mante, toujours prête à déchiqueter sa proie : au fond, il n'avait aucune envie de l'interrompre, même si la sœur de Prayer lui était peu commode. Ceci étant, l'Exécuteur se focalisa de nouveau sur le Saint et poursuivit son sermon :

"Tu te targues de pragmatisme, mais tu es aussi incompétent, aveugle et vil que le reste des pourceaux que nous avons égorgés au Sanctuaire ! J'aurais beaucoup à te raconter sur Hélios de la Balance et son antagonisme à géométrie variable... Quoiqu'il en soit, va-t'en d'ici et contemplez le monde et la pleine mesure de votre échec ! Regardez ce monde que vous avez laissé en proie à Poséidon, ce dieu destructeur devant lequel vous vous êtes lâchement inclinés ! Nous vous avons déjà punis pour votre bêtise, alors j'ose espérer que vous avez appris votre leçon et que vous cesserez de cracher sur la sagesse du Magnanime Hadès et accomplirez sérieusement votre tâche. Quant à nous, nous demeurerons à notre place, dans l'obscurité des Enfers, tel que son Excellence Thanatos nous l'a ordonné..."

Un pieux mensonge que celui-ci, mais de toute manière, les infidèles du Sanctuaire étaient trop bornés pour appréhender l'idée que les Spectres veuillent sauver la planète. Dans un monde aussi sombre et corrompu, les parangons d'Athéna ne pouvaient opposer que leur naïveté, leur vanité, leur hypocrisie et leur morale pontifiante en guise de remèdes. Face à ces maux, les guerriers infernaux allaient appliquer une solution juste et définitive afin de restaurer l'unité du Cosmos.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1096
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Jan - 22:46
J'ai le cœur qui bat la chamade et le sang qui bout dans mes veines, la peau qui me démange et les yeux qui refusent de cligner, de quitter ma proie des yeux ne serait-ce que pour une seconde. Je m'attendais à être seule dans cette initiative et d'avoir à me défendre contre les aversions de Wolgorn et des Squelettes, de se servir de cette frustration pour avoir la force de continuer. Bien que ces derniers me respectent plus que bien des Spectres, surtout en connaissant ma relation plutôt amicale avec leur doyen Lachès, en ce moment, ils suivent Wolgorn. Il y a très peu de complicité entre nous, pour dire pas du tout, je ne m'attendais pas à ce qu'il approuve mon geste et je m'en moquais. J'ai été agréablement surprise : le Bourreau n'a rien dit, a approuvé silencieusement mon geste, et les Squelettes ont ri de plus belle devant le spectacle qui se déroulait devant leurs yeux. Au final, le résultat reste le même :
Je n'ai aucune envie d'arrêter.

Je jette un coup d'œil en direction de Wolgorn, retenant un sourire arrogant, et reporte mon attention sur le Gémeau, qui tente mollement de défendre sa cause en nous contant la mort du Dragon des Mers, apparemment la seule personne qui comptait pour lui. Je l'observe longuement, soudainement incertaine, mais la réaction de Wolgorn me permet de reprendre un peu de contenance. Bien sûr que ça n'a rien accompli. Ce serait trop beau pour être vrai. Appuyant un peu plus mon pied contre le dos de Gareth, je me penche légèrement vers l'avant en lui soufflant:

-Eh bien, continue comme ça, Gareth... peut-être qu'à force de laisser des gens mourir, ça va porter fruit.

Tant mieux si ça lui fait mal. Peu importe qui était cette Éléonore, si c'est ce que ça
Prenait pour lui donner un peu de remord, un peu de conscience... Et pourtant. Il se prend encore pour quelqu'un qui fait le nécessaire.
Il n'y avait pas que moi qui étais aveugle. Sous la bannière d'Athéna, tous le sont un peu.

Je fronce les sourcils en apercevant les cartes dans la main du Gémeau, puis observe en pinçant les lèvres les cinq fantômes féminins se matérialiser autour de nous et nous menacer de leurs armes. Je recule un peu en apercevant une des apparitions qui protège maintenant Gareth, analyse la nouvelle situation en inclinant la tête sur le côté, et effectue un léger geste de la main.
Contrairement à lui, je suis capable d'aborder les choses sous un autre angle.
Un mince tapis de petites aiguilles jaillit lentement du sol jusqu'à appuyer contre la peau du Gémeau par terre, menaçant de grandir et s'allonger n'importe quand,
Et vue son poids, elles s'enfonceront dans sa chair sans aucune résistance. Ne me laissant pas distraire par l'ectoplasme, je marche un peu autour de Gareth en posant une main sur ma hanche, gardant l'autre main prête à compléter ma propre arcane. L'altercation continue entre le Gémeau et le Bourreau sans que je puisse y ajouter un mot, et alors que je m'apprête à les interrompre, ce dernier annonce finalement qu'il est prêt à laisser notre ennemi partir, mais qu'il ne pourra m'empêcher d'accomplir ma propre vengeance si c'est ce que je souhaite.

Ce n'est pas grave s'il ne le pense pas vraiment. Malgré moi, je souris.

-Tu entends ça? Il ne peut pas m'arrêter.

La puissance dégagée par mon collègue est brute, violente et implacable. Ce n'est plus le simple pion que j'ai rencontré dans la forêt de Sparte, il est plus puissant que
Jamais... mais je suis encore plus forte. La différence est que je ne ressens pas le besoin de le montrer sans joindre le geste à la parole. Par le passé, je favorisais la discussion, les solutions qui épargnaient le plus de vies possible... je n'ai plus la patience pour ça, encore moins pour la menace. Cette patience-là a déjà été épuisée.

-Je suis Oblivion, Spectre de la Mante Religieuse de l'étoile Céleste de la Rage, et quand je viendrai tous vous détruire un par un, tant que cette rage existera...

Je ne redresse, fixe Wolgorn.

-Personne ne pourra m'arrêter.

Je suis un soldat des Enfers et j'ai accueilli ce titre, ce devoir, à bras ouverts sans jamais le regretter. Mais quand ma quête de vengeance contre le Sanctuaire débutera, ce sera ma quête, à moi seule,
Et je ne l'entreprendrai pas en tant qu'ancienne Sainte, Berserker désertrice ou transfuge Spectre : ce ne sera que moi, Oblivion, la fille abandonnée à son sort et chassée de son chez-soi. Mésestimée.
Il n'y a aucune camaraderie. Aucune!

Je serre les poings.

-Maintenant va-t-en! Tu as dit ce que tu avais à dire et tu as vu ce que tu devais voir, tu n'as plus rien à faire ici!

Il n'a jamais eu à faire ici. En allongeant un peu le tapis d'aiguilles sous le Gémeau, je poursuis.

-Ne prend pas la peine d'essayer de te relever ou je t'éclate les genoux. Et quand tu retourneras au Sanctuaire, tu leur diras que nous ne voulons plus jamais vous voir ici.

Thanatos ne voudra pas de combat ici, et comme j'ai trouvé ma satisfaction ailleurs je respecterai sa volonté sans problème, mais cette visite est terminée et à la moindre résistance je n'hésiterai pas à utiliser la force.

-Tu l'as entendu ! Pars!
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7269
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Fév - 21:58
[Désolé pour l'attente, je joue Eris et Gareth en même temps.]

Le chevalier d’or ignora les menaces d’Oblivion et se releva, la majeure partie des aiguilles se brisèrent contre son armure. Le chevalier d’or n’entendait pas continuer à se faire humilier plus longtemps par deux spectres arrogants. Ils ne l'impressionnaient pas, leurs progrès n'étaient pas suffisants. Il ferma les yeux quelques secondes et augmenta considérablement ses émanations cosmiques. Il tourna son regard en direction de Wolgorn…

« Vaincre des chevaliers tout juste promus n’est pas très glorieux… Sauf pour toi peut-être, j’ai tendance à oublier ton véritable rang. » Puis vers sa comparse « tu devrais raconter à ton ami notre récente expérience… Oblivion de l’étoile céleste de la Rage. »

Aucun débordement, dommage qu’il ne puisse tenir sa promesse. Gareth concentra son cosmos entre ses mains et libéra l’ultime arcanne des chevaliers Gémellaires… Le chevalier intensifia la zone d’effet afin de prendre les deux spectres dans l’explosion.

-« Impressionnant » la poussière s’estompa pour dévoiler une zone complétement dévastée... « J’ai plusieurs fois observé cette technique. Je dois dire qu’un tel degré de maîtrise est rare. »

Le chevalier d’or plissa les yeux et découvrit une jeune femme plantée à quelques mètres de lui, indemne. Elle ne masquait ni la nature de son cosmos, ni son étendue. Elle s’avança d’un pas afin de retirer un sabre planté dans le sol qu’elle replaça, non sans l’essuyer, dans son fourreau. Un coup d’œil lui suffit pour constater que Wolgorn et Oblivion ne portaient aucun stigmate de son attaque… La déesse les avait-elle protégés ?

Les derniers reflux cosmiques émanant du chevalier d’or s’estompèrent… La déesse lui dédia un sourire radieux et resserra les sangles de cuirs qui entouraient ses poignets.

« Tu es prêt ? » Prêt à quoi ?

Eris s’élança à l’encontre du chevalier d’or et entama une joute inamicale. Nulle émanation cosmique, seulement le noble art. Bien que diminué, le chevalier d’or répliquait aux assauts divins. Elle pratiquait une boxe teintée d’archaïsme, volontairement assise sur la violence des coups. Gareth lui opposait technique et modernité mais il subissait plus qu’il ne s’imposait.

-« Il y a tellement de colère en toi Gareth… tu te souviens de mon royaume
? »
Comment aurait-il pu oublier Ubar et ses turpitudes…

Alors qu’il parvint à bloquer un crochet droit, le chevalier réussit à placer un violent uppercut forçant ainsi son adversaire à reculer d’un pas. La déesse essuya une goutte de sang à la commissure de ses lèvres. Gareth haletait, l’affrontement ne devait surtout pas s’éterniser, auquel cas il n’aurait aucune chance de quitter l’Allemagne en vie.

-« Tu as sacrifié tes propres troupes alors qu’il te suffisait de coopérer. Tu veux savoir ce qu’a dit le Scorpion avant de mourir ? »

Il ne répondit rien et se plaça face à Eris. Amusée, elle haussa un sourcil et délivra la seconde salve. Cette fois-ci l’affrontement gagnait en intensité. Le chevalier dévoila un aspect plus sauvage de sa personnalité, esquivant moins et frappant plus. Ils échangèrent de nombreux coups, mais la déesse dominait toujours les débats et c’est elle qui l’envoya au tapis.

-« Sargas, Nephtys… une vielle histoire. » Eris dégaina l’un de ses sabres et s’avança vers le chevalier d’or. Il tenta de lui opposer une résistance mais elle écarta ses maigres efforts d’un simple revers de la main. Non sans délectation, elle lui planta son sabre dans l’épaule et Gareth hurla de douleur.

Elle déposa un baiser sur son front et s’éloigna doucement, indiquant aux deux spectres qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient du chevalier d’or. Après tout il avait ouvert les hostilités, ils n’ont fait que répliquer. La déesse claqua des doigts et les décombres de l’entrée commençaient à reprendre leur place initiale… Thanatos n’aura pas à déplorer de nouvelles réparations.

Tandis qu’elle approchait le château, une multitude d’étoiles et de planètes virevoltèrent tout autour d’elle. La déesse poussa un profond soupir…

-« NON ! » La déesse déploya une grande partie de son cosmos et contracta la technique de Gareth autour du seul guerrier d’Athéna et circoncit l’explosion. Quelques minutes plus tard, le temps que la poussière retombe, le chevalier d’or avait disparu, ne restait que le sabre.

-« Je ne crois pas qu’il soit mort… Bon, je vais prendre possession de mes appartements, si vous voyez mon frère, dîtes-lui que je vais m’installer ici. »

1,2,3 je t'emmène avec moi