avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 187
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 23:47
Nathalia se laissa tomber avec un long soupir de soulagement. Quand les médecins avaient enfin accepté de la libérer, elle avait compris à la douleur qui tirait sur ses membres à chaque mouvement qu’elle pourrait difficilement répondre à ses devoirs en tant que porteuse de l’écaille d’Arion sans un peu de repos. Elle s’était alors permit de petites vacances le temps d’être suffisamment rétablie, afin d’aller réaliser un autre de ses rêves. Elle avait déjà vu un volcan entrer en éruption, à présent, elle voulait voir de ses propres yeux la porte des enfers. Cette grande bouche enflammée en plein milieu du désert la fascinait d’avance. Cependant, pour l’heure, elle avait besoin de rester assise un instant car ses membres protestaient encore. Elle se massa les jambes en grimaçant.

« Est-ce que ça va aller ?

S’enquit l’homme qui lui servait de guide. La Marina hocha la tête et se redressa légèrement pour répondre d’un ton fier :

-Oui je… Voulais juste me poser un instant pour… Admirer les environs. Je suis jamais venue ici alors j’en profite.

Jamais elle n’avouera qu’elle avait besoin de repos. Mais elle avait conscience que son excuse était bien pitoyable. L’homme la fixa d’ailleurs d’un air dubitatif. Cependant, au grand soulagement d’Arion, il s’abstint de commentaire et s’assit à côté d’elle.

-Pourquoi vous tenez tant à voir la porte des enfers ? Je sais que ça attire beaucoup de touristes mais au point de venir dans votre état…

Nathalia lui lança un regard outré :

-Mon état ? Comment ça mon état ? Qu’est ce qu’il a mon état ? Je vais très bien !

Elle soutint le regard de son guide jusqu’à ce qu’il soupir et accepte de lui accorder qu’elle se portait pour le mieux, contre toute probabilité. Elle daigna alors enfin répondre à sa question :

-J’ai toujours voulu voir cet endroit. Depuis que j’ai découvert son existence. Ca me fascine. Venir pour le voir, ça fait partit des trucs que je me suis juré de réaliser dans ma vie.

Elle réprima une grimace lorsque ses jambes protestèrent violemment quand elle se releva. Petite note pour elle-même : la prochaine fois qu’elle croise Takeya, elle s’assurera qu’il soit aussi courbaturé qu’elle. Après tout, ce que d’autres ont réussi, on peut toujours le réussir.
Hein ? Quoi ? Des courbatures ? Bien sûr qu’elle n’avait que des courbatures ? Comme si elle pouvait avoir plus que des courbatures !
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 187
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Oct - 14:54
La porte des enfers ne se dévoilait pas encore à l’horizon qu’une forte odeur attaque leur odorat. Celle de la combustion du soufre. Malgré ce fumet pestilentiel, Nathalia sourit. Cela signifiait qu’ils approchaient de la destination. Plus ils avançaient, et plus ils croisaient de touristes eux aussi venus admirer la bouche enflammée. La russe fronça les sourcils en arrivant devant la Porte de l’Enfer.

« Je ne pensais pas que ça attirait autant de monde…

Commenta-t-elle.

-Et pourtant… C’est un bon site touristique pour le pays. Probablement pour ça que le trou n’a jamais été rebouché comme il était censé l’être.

Arion sursauta :

-Reboucher la Porte de l’enfer ?! Ce serait criminel ! C’est une merveille ! Plus beau que les sept merveilles du monde réunies ! Bénis soient les scientifiques qui l’ont allumé.

Elle s’approcha juste au bord du trou béant où se déchaînait le brasier depuis quarante ans. Elle ne se soucia pas une seule seconde du danger qu’elle courait en se tenant ainsi juste sur le bord. Pas plus que les autre touristes qui avaient pourtant moins de chance qu’elle d’en réchapper s’ils tombaient dans la bouche ardente. En bas, juste au centre, un cœur de feu vives trônait fièrement. Le long des parois sablonneuses, de longues langues de flammes montaient, comme si elles tentaient de se libérer, de se mêler aux touristes. Tout autour, juste sous le bord, crépitait une couronne ardente. Estomaquée par cette vision, Nathalia en oublia aussitôt son corps endolorie et resta bouchée bée. Dans son regard luisait une étrange lueur, comme si deux flammes s’étaient échappées de la bouche enflammées pour venir allumer ses yeux.
Un mélange de gaz et de feu… Une vague de chaleur enveloppa son cœur. Du gaz et du feu brûlant ensemble depuis quarante ans pour créer ce spectacle sublime. Cette merveille de la nature. La porte de l’enfer était comme Israk et elle. Lui le gaz. Elle le feu. Liés dans une amitié indéfectible, toujours aussi forte à sa naissance que dans les années futures. Capable de créer des merveilles. Même si leurs chemins s’étaient séparés, cette bouche emplie de dents de flammes venaient lui rappeler qu’ils étaient destinés à être amis.

-C’est magnifique… Dire que c’est une erreur qui l’a crée… Comme quoi, parfois, les erreurs peuvent s’avérer bien meilleures que ce que l’ont croit… J’ai envie de voir ce spectacle de nuit. On peut rester pendant la nuit ? Ca doit être tellement sublime, la lueur des flammes dansant dans le noir.

Le guide haussa les épaules :

-Vous ne serez ni la première, ni la dernière.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 187
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Oct - 23:37
« Vous avez de la chance, il fait vraiment bon ce soir !

Nathalia s’étira paresseusement avec un petit sourire amusé, s’abstenant de commentaire. Au fur et à mesure que la fraîcheur de la soirée arrivait, la russe avait crée une confortable bulle de chaleur. Cependant, son guide l’ignorait totalement. Elle avait voulut attendre la nuit en restant devant la Porte de l’Enfer. De toute façon, elle était tellement captivée par le spectacle qu’elle aurait été capable de rester là toute la journée sans sourciller, sans que jamais sa concertation soit captée par autre chose. Grand exploit pour cette jeune femme au cerveau hyperactif. Cependant, son guide avait réussi à la convaincre de partir et revenir une fois la nuit tombée. En effet, si elle gardait le regard rivé sur la bouche aux dents de feu, elle verrait le changement s’établir peu à peu, le noterait à peine, et cela gâcherait beaucoup de la splendeur du paysage. Hors, si elle revenait une fois la nuit tombée, elle découvrirait directement le creux à l’apothéose de sa beauté. L’effet n’en serait que meilleur.

-On devrait pouvoir se mettre en route. Si on part maintenant on devrait arriver pour l’heure la plus sombre.

Oubliant immédiatement sa paresse- et ses affreuses courbatures, Arion se redressa d’un bond, le regard luisant. Impatiente de voir les lueurs dansantes des flammes dans la nuit.

-Qu’est ce qu’on attend alors ? En route !

La route parue beaucoup plus longue à Nathalia qu’à l’allée. En effet, si habituellement un chemin parait plus rapide la deuxième fois qu’on l’emprunte, il fallait compter avec son impatience, qu’elle avait grande.
Mais le spectacle en valait la peine.
Au milieu d’un océan de ténèbres, du draps de la nuit, des êtes de lumière tordaient leur corps dans une danse étrange et frénétique. Comme si un immense tissu noir se faisait ronger par les flammes en son milieu. La russe en oublia de respirer pendant deux bonnes minutes.

-C’est… La plus belle chose que j’ai jamais vue… Attends… Le volcan c’était plus beau ou moins beau… Hmmm… C’est dur…

Elle pivota vers son guide qui attendait, un peu en retrait, le regard vaguement posé sur le brasier.

-Et vous pouvez venir voir ça quand vous voulez vous ? Vous avez tellement de chance…

L’homme haussa les épaules.

-A force de venir avec des touristes, j’ai vu ce spectacle tant de fois qu’il a perdu son charme.

Nathalia écarquilla les yeux.

-Vraiment ? Moi je ne m’en passerais jamais. Même si je vivais juste à côté. Même si je vivais DEDANS !

Son guide éclata de rire.

-Croyez-moi, si vous vivez dedans, vous n’aurez pas le temps de vous en lasser !

La jeune femme lui lança un regard vexé avant de porter à nouveau sur attention sur les flammes.
Elle ne saurait dire combien de temps elle resta figée, captivée, comme enchantée. Mais quand vint l’heure de rentrer, ce fut à contrecœur qu’elle se détourna de la Porte de l’Enfer. Ce n’était plus un pincement au cœur, c’était un déchirement. Mais elle ne pouvait pas rester éternellement. Il lui fallait bien retourner chez les Marinas tôt ou tard. Et dormir avant… Dormir ? Elle n’en avait aucune envie. Elle se sentait parfaitement réveillée. Elle n’avait pas besoin de dormir. Elle détestait dormir… La russe poussa un long soupir en se rappelant que les médecins avaient bien insisté sur le fait qu’elle avait besoin de repos. Et s’il y avait bien une chose qui était hors de question, c’était qu’elle retourne se faire soigner. L’inactivité la tuait à petit feu. Plus que l’idée de dormir. Avec un grognement résigné, elle gagna l’endroit où elle devait passer la nuit et s’étendit dans le lit. Elle passa plusieurs heures à fixer le plafond sans trouver les sommeils, les images de la Porte de l’Enfer dansant encore devant ses yeux. Elle finit par s’assoupir doucement, sans s’en rendre compte, et rêva de flammes incandescentes dévorant la bouche ouverte d’un démon rieur.

La porte de l'enfer