avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Jan - 20:17
En déployant son cosmo, il aurait pu parcourir les centaines de kilomètres en quelques minutes. Mais il en avait décidé autrement.

Andrew porteur de l'armure d'Epsilon, voulait rentrer pleinement conscient de ce qu'il avait vécu, mais ça mémoire n'était pas encore revenu totalement. Il se rappelait avoir combattu l'un des fléau de Loki avec une valkyrie.
Il se rappelait la mission qui lui avait été confiée par Sighild la grande Prêtresse ainsi que vaguement la silhouette d'autre guerrier.

Il voulait pouvoir mettre un nom sur tous ses frères et sœurs d'armes avant de rentrer au palais de Polaris. Quitte à ce que cela lui prenne encore du temps. Après tout son absence durait depuis maintenant plusieurs mois, plus d'une année même. Comment serait-il accueilli dans le grand nord?

verrait-on de lui un guerrier tombé en disgrâce parce qu'il avait disparu au moment ou Asgard avait le plus besoin de lui? Peut-être Odin lui même lui retirerait le privilège de porter l'armure du loup...

Il devait assumer tout cela et affronter son destin en véritable Asgardien. Il n'avait rien à se reprocher mais était prés à accepter que l'on puisse l'envisager.

Les jours passèrent depuis le jour ou il avait retrouver son armure. Geri et Freki les deux loups ne s'éloignèrent guère plus que d'ordinaire allant et venant pour chasser mais ne laissant jamais leur frère seul.

Plus il s'approchait des terres du Nord et plus les souvenirs remontaient. Sa mémoire était presque maintenant complète.

La dernière étape du voyage approchait. Entrer dans la sombre forêt... Sa forêt, c'était le lieu de garde du guerrier divin. Il se dirigea vers sa demeure, vers la demeure du 1er Epsilon en réalité et il pu constater que la battisse tenait toujours debout, soit ses réparations étaient parfaite soit quelqu'un avait entretenu les lieux durant son absence.

Il entra et fut surpris de la chaleur régnant à l'intérieur, un feu brûlait dans l'âtre; Qui avait allumé le feu ? Il ne savait pas mais il s'installa devant et sombra rapidement dans un sommeil profond. Geri et Freki autour de lui prêt à bondir aux moindres problèmes
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Jan - 23:09
À son retour d’Égypte, Wulf s’était une nouvelle fois isolé, laissant le soin à son compère d’aller faire un éventuel rapport au Père de Tout si celui-ci l’estimait nécessaire. Lui-même restait assez travailler par tout ce qu’il avait vu, cette créature, les fous qui l’avait libéré, toutes ces questions restées sans réponses, et ce partenariat avec un Athénien et un Atlante, toute des choses qu’il n’aurait jamais pensé voir un jour et qui remettait en question sa perception du monde sur bien des points. Il avait besoin de temps pour digérer toutes ces informations. De plus, le « petit cadeau » laissé par madame Z n’avait pas que des bons effets sur lui. Il pouvait sentir que sa montée en puissance augmentait également celle du fauve qui l’habitait, mais jusque-là il avait pu le gérer, voir même commencer à exercer une forme de contrôle dessus, mais la brusque montée en puissance accordée par cette mage avait compromis le fragile statut quo qui s’était imposé.

Après avoir réduit une nouvelle fois la tablette en morceaux et de les faire disparaitre en divers lieux perdus du grand nord pour ensuite se retirer dans les étendus sauvages d’Asgard.

Pendant des jours, Wulf tenta de maitriser cette nouvelle force, faisant volontairement appel à son héritage pour tenter d’accroitre son contrôle d’action sur ce dernier. Restant loin de tout habitat, il minimisait les risques de semer la destruction lorsqu’il s’aventurait trop loin et qu’il perdait le contrôle de ses actes. À chaque fois qu’il reprenait le contrôle de ses actes, c’était pour constater à quel point sa rage restait destructrice.

La nuit était déjà tombée depuis longtemps, la lune était haute et le blizzard omniprésent. Un puissant hurlement retentissait dans la nuit, un hurlement inhumain et bestial mais qui ne ressemblait pas à ceux d’une bête connue. Il s’agissait de Wulf qui une fois de plus se forçait à sortir de sa rage. Il était torse nu, ses tatouages recouvrant son corps, sa crinière flottant au vent. Wulf se moquait du froid depuis longtemps, et de toute façon, il préférait qu’en cas de perte de contrôle, ses potentiels victimes n’aient pas en plus à devoir l’affronter en armure. Reprenant son souffle, épuisé par sa dernière crise, mettant un genou au sol et plantant son poing à terre pour soutenir son corps, Wulf ferma les yeux, tentant de faire le vide dans son esprit. Alors qu’il reprenait ses esprits, ses sens perçurent quelque chose, une odeur assez familière.

Wulf se redressa de toute sa hauteur, et se dirigea vers son armure pour la revêtir manuellement. Bien qu’il savait maintenant utiliser son cosmos pour revêtir son armure, il appréciait encore la sensation de revêtir son armure d’une manière normale. Une fois cela fait, il s’élança sur la piste qu’il avait repéré, sa cape d’ours recouvrant sa silhouette, il avança en direction de l’odeur que son odorat avait repéré. L’heure la plus noire de la nuit, celle précédent l’aube, était arrivé lorsque le guerrier-fauve atteignit la cabane d’Andrew. Wulf avait déjà eut l’occasion de la voir, mais cette dernière avait été laissé à l’abandon suite à la disparition du porteur de l’armure d’Epsilon. Mais à présent, une lueur émanait de celle-ci et de la fumée sortait de la cheminée. Ses sens percevaient aussi la présence d’être-vivants, trois en faites, dans cette maison.

Wulf inspecta les alentours de la demeure, tentant de se souvenir qu’elle était cette odeur qu’il sentait. Il émettait un grognement, son côté bestial étant encore fort présent dans son esprit. Il ne tentait pas de cacher son cosmos, plus sauvage et agressif que jamais, signalant ainsi sa présence, tout en étant prêt à le faire éclater son énergie si jamais il s’agissait d’un intrus.

Qui !!?
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 20:37
son sommeil ne lui apporta que des cauchemars.

Il rêva d'abord que le conflit avait fini par tourner en faveur du fourbe et que lorsqu'il se présenta au palais il ne trouva que des sbires de Loki... Reçu par le fourbe il reçu l occasion de lui prêter allégeance ou de périr.

Avant qu'il ne pu clamer sa foi en Odin, le rêve changea, il était désormais face au père de toute chose. Qui lui reprochait son abandon. Qu'en tant que commandant des forces nordiques qu'il avait failli a son devoirs et n'était donc plus digne de porter un saphir, ni même une armure divine...

Lequel des deux rêves étaient le plus terrible il ne savait pas vraiment mais il se réveilla en sursaut. Il lui fallu quelques minutes pour se remettre de ses cauchemars.

Il jeta un oeil dans l'âtre, il remarqua que le foyer était en train de s'éteindre, il consacra son temps à raviver religieusement les braises, comme s'il s'était s'agit de sa propre foi. Etait-il toujours le même qu'il y a un an? Etait-il toujours autant un parangon à la gloire d'Odin?

Ses rêves avaient jeté le trouble sur les sentiments du guerrier divin. Il ne put s'étendre plus sur la question car Geri et Freki se levèrent d'un bon. Quelqu'un approchait et Andrew pouvait ressentir son cosmos. L'intru ne cherchait même pas à le dissimuler, cette rage n'était pas inconnue au guerrier d'Epsilon et son flair ne le trompait que rarement.

D'un geste de la tête, Epsilon indiqua l'ouverture dans le mur qui permettais les allées et venues des deux loups. Geri et Freki, comprirent l'ordre et s'employèrent à contourner l'intrus. Andy était convaincu de connaître l'homme mais dans l'incertitude la prudence était de mise.

Alors que la manœuvre de contournement arrivait à son terme, l'homme pénétra violemment dans la demeure. ET si son cosmos était devenu beaucoup plus agressif et bestial, que son armure n'était plus celle d'une rune d'Odin, Andrew le reconnu.

Sa voix trahissant sa surprise, il l’appela...

"Wulf ?"
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 23:28
Assez rapidement, les sens du guerrier-fauve repèrent du mouvement dans la demeure, il se tenait prêt à réagir à la moindre manœuvre. À l’instant même où les deux loups quittèrent la demeure pour le contourner, il le sut. Il lâcha un grondement de défis alors que les deux loups commençaient à le contourner, tout son être étant prêt à commencer le combat, ses doigts se courbèrent comme des griffes, prêt à faire couler le sang du premier intrus qui passeraient à sa portée.
 
En même temps, il analysait la situation, étudiant quel serait la prochaine action qu’il allait devoir faire. Attendre qu’ils approchent ? Pas question, il serait encerclé et donc désavantagé. Prendre les devants en attaquant en premier ? Il était sûr d’être capable de se débarrasser des loups sans le moindre souci, mais cela laisserait peut-être l’occasion à leur maître de s’échapper. Attaquer ce dernier, possible, mais si ce dernier était un minimum puissant, il risquait à nouveau de se retrouver attaquer de tous les côtés assez rapidement…
 
Alors qu’il réfléchissait, cette scène lui fit remonter des souvenirs. La dernière fois qu’il s’était retrouvé dans une situation pareil, à quelques détails près, c’était lorsqu’il avait rencontré Andrew. À cette pensée, il se demanda d’un coup si cela était possible… Après tout, si le guerrier d’Epsilon était compté parmi les victimes de la guerre contre Hèl, son corps n’avait jamais été retrouvé, pas plus que celui de ses loups…
 
D’un coup, prenant de vitesse les deux prédateurs qui terminaient leur manœuvre, Wulf bondit en direction la maison. De tout façon, s’il ne s’agissait pas du véritable propriétaire des lieux, son action aurait toujours pour effet de ne pas laisser à sa cible l’occasion de se préparer. En quelques enjambées, il se retrouva devant la porte qu’il défonça d’un violent coup d’épaule.
 
Alors qu’il était prêt à continuer son assaut, la fièvre du combat commençant déjà à l’habiter, mais ce qu’il vit l’arrêta net. La personne qui lui faisait face dans cette pièce éclairer par la faible lueur se dégageant de l’âtre semblait bien être Andrew. Wulf ne réagit pas tout suite, la dernière fois qu’il avait vu son ami, ce dernier se préparait à affronter Hati. Peut-être était-il victime d’une illusion… non, ça lui semblait ridicule. Baissant peu à peu sa garde, l’Ulfark décida de finalement retirer son heaume, pour pouvoir poursuivre la conversation à visage découvert. Une fois qu’il eut retiré son casque, révélant ses traits, ceux-ci semblaient avoir légèrement vieillit, la moitié de son visage était recouvert d’une série de tatouages complexe rouge sang représentant de manière stylisé un puissant ours. La lueur de folie qui habitait habituellement son regard était encore plus intense signe qu’il était toujours un guerrier-fauve… et que sa folie s’était peut-être encore aggravé.

- Qu’est-ce que… ?? T’étais pas au Valhalla toi ? Ou alors t’en es revenu ?
 
D’un coup d’œil, Wulf repéra l’armure de son camarade. Par un réflexe qu’il ne pourrait s’expliquer, au moment où il vit le saphir scintiller, il porta sa main sur le rubis écarlate qu’il portait lui-même à sa ceinture.
 
Si les Einherjars reviennent parmi les vivants, ça ne peut que vouloir dire qu’une grande menace approche.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 11:44
C'était bien Wulf, l'un des premiers partisans d'Odin qu'avait rencontrer Andy, mais quelque chose avait changer dans son aura.

L'agressivité latente du berserk ne l'était plus, son cosmos dégageait une impression de violence qu'Andrew n'avait jamais connu de la part de son ami, même lors de ses "crises". Le porteur de rune que le guerrier d'Espilon avait connu semblait avoir disparu, et cela fut confirmé lorsque Wulf ôta son haume.


Il n'y avait, selon Andy, qu'une année qui s'était écoulée au maximum, mais les traits du guerrier du nord était vielli et des tatouages ornait désormais son visage.

Une fois les deux hommes en tête à tête, la tension descendit d'un grand et cela se ressentit. Geri et Freki, vinrent à la rencontre de Wulf mais restèrent méfiant sans doute à cause des changements physiques et cosmique du guerrier.

Wulf interrogea Andrew. C'était légitime est en un sens Andrew appreçia de pouvoir livrer son histoire à un ami,... Du moins espérait-il qu'il l'était toujours.

"Non mon frère, je ne suis pas mort, même si je pense avoir entendu le son des sabots des valkyries... Enfin, je pense que je ne suis pas mort... "

Après tout, Andy avait entendu les sabots des Valkyries, mais peut-être avait-il été emmené par les gardiennes du valhalla et renvoyer en Asgard en tant qu'Einherjars par Odin.


Epsilon désigna un siège et s'installa dans le sien, raviva les braises de la main gauche, il plongea son regards dans celui de Wulf et y vit une étincelle de folie plus vive qu'il ne l'avait jamais vue... Qu'était-il arrivé à son ami?


"Je vais être honnête avec toi Wulf, je ne sais pas si je suis mort ou pas... Sincèrement je ne pense pas, je devrais m'en souvenir quand même, non? Passer son temps entre banquet et guerre devrait m'avoir laissé des souvenirs...


Tout ce que je me souvient, c'est de m'être réveillé, il y a quelques mois dans une plaine glacée d'Alaska, sans aucuns souvenir... Mon cosmos ne s'est réveillé qu'il y a peu et avec lui des bribes de souvenirs me sont revenus.


Je me rappelle mon combat contre Hati, je me rappelle de Clara mais guère de l'issue du combat...



Peux-tu m'aider?"


Andrew voulait connaitre l'issue de la guerre contre les fléaux de Loki, le nombre de morts et surtout s'il avait toujours sa place en sein des guerriers divins et il espérait que son ami pourrait l'aider
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Fév - 13:12
Wulf s’installa dans le siège qu’Andrew lui avait indiqué et l’écouta lui expliquer la situation dans laquelle il était. Son frère d’arme n’avait aucun souvenir de ce qui s’était passé après la bataille, il n’était même pas sûr s’il était mort ou vivant. Cette situation devait être assez inconfortable à vivre. Alors que son ami faisait son récit, Wulf observa du coin de l’œil les deux loups qui accompagnaient en permanence son ami, ces derniers semblaient éprouver une certaine méfiance à son égard, Wulf ne s’attarda pas plus que cela sur ce détail, il se savait dans une situation où il pouvait perdre le contrôle de manière imprévisible, peut-être que cela se sentait pour les sens de ces loups. Il détailla aussi un peu Andrew, ce dernier ne semblait pas avoir tant changé par rapport à son souvenir, toujours un guerrier calme, qui contrastait avec lui sur bien des points.
 
Quand Andrew eut fini, le guerrier-fauve garda le silence quelques minutes, le regard plongé dans les braises qui crépitaient dans la cheminée. Il réfléchissait à ce qu’il allait dire, se remémorant les évènements et ce qu’on lui en avait raconté. Pour lui, le souvenir de ces évènements restait assez confus par moment, il s’agissait de la période où il avait le plus fait appel à sa rage pour se battre, il n’était donc pas toujours sûr de ses souvenirs. Il se souvenait des morts qui marchaient, de son affrontement avec Olrik, de la bataille contre Jormungandr, et de la sensation qu’il avait ressenti lorsque sa main s’était refermé sur la poignée de Balmung durant cette même bataille.
 
- Nous avons gagné la bataille, mais le prix a été lourd. Surtout qu’en définitive, notre victoire ne fut pas totale… loin de là. Le Père de Tout a remporté son combat face à la maitresse des morts et son frère, par contre, l’enveloppe physique de la déesse Freyja a été détruite par Hèl. Quant au reste de cet affrontement, aucun autre de nos adversaires n’a été définitivement neutralisé. Skoll et Hati ont tous deux réussit à s’enfuir, et seul Reiner est revenu du combat en vie. Face à Jormungandr, tous mes compagnons ont finis par disparaitre, je serais probablement mort également si une Walkyrie, je crois qu’elle s’appelait Wanda mais je ne peux le jurer, n’était pas venus en renfort et si le Borgne ne nous avait pas prêter une part de sa puissance. Mais le Serpent de Midgard a aussi réussi à s’enfuir sans qu’on ne puisse y faire quoi que ce soit.
 
D’instinct, Wulf porta devant son regard sa main, là-même avec laquelle il s’était emparé de l’épée de son seigneur. Cet épisode de sa vie le hantait, il avait reçu une puissance sans commune mesure, put manier une lame légendaire et même eut temporairement la capacité de parfaitement contrôler la puissance de son Wòd. Mais même avec tout cela il n’avait pas été capable de débarrasser Asgard de l’une de ses pires menaces. Ce sentiment d’échec lui fit sérer le poing de frustration, au point de faire crisser le métal de son gantelet. Son visage se crispa également, sa frustration au souvenir de cette évènement pouvait se lire sur ses traits. La lueur dans son regard sembla s’enflammer l’espace d’un instant.

Niesquit de Delta, Raeven de Jotunheim, Clara de Reginleif, Keiyan d’Alpha et de nombreux autres ne sont pas revenus de cette guerre, tu en faisais partie jusqu’à maintenant. Les Walkyrie ont disparu avec leur maîtresse. Laissant notre ordre décimé. Je crois que si on excepte notre Suzerain, Reiner et moi sommes les derniers survivants de cet affrontement encore en activité. À présent, les 9 royaumes finissent de se relever et de réparer les dégâts que cette guerre a provoqué. Ils ont également reconstruit le Stavkirke du Ragnarok d’ailleurs, mais si tu t’y rends, prépare-toi à un choc, tu es représenté à présent parmi les guerriers, divins ou non, qui se sont sacrifiés pour protéger le Nord. Ils ont un peu raté ton œil droit d’ailleurs.

Wulf se releva pesamment, d’un côté, son corps commençait à accuser de la fatigue de ses crises de rages, mais également il se sentait installé inconfortablement dans ce siège, il n’était pas exactement à sa taille.
 
- Poséidon a par la suite décider de soumettre l’humanité. Il s’est notamment attaquer au panthéons Nippon et il en a payé le prix. Odin a fait appel à moi et Reiner pour venir le soutenir alors qu’il se rendait sur cet archipel, pour l’occasion, j’y ai vu une destruction qui renvois notre propre conflit à une simple chamaillerie, la terre c’est ouvert et la mer s’est agité pendant la bataille et la plus grande ville qu’il m’ait été donné de voir a été anéantit sous nos yeux, on a tout juste put vaguement aider les secours a limité les dégâts. On a bien appelé à la mobilisation face à la folie du seigneur des Atlantes mais aucune autre faction éveillée n’a accepté de nous rejoindre, ils ont préféré rester passif.
 
L’aura de Wulf s’enflamma pendant quelques secondes, il était encore furieux de comment les sudistes avaient rejeté la main qu’Asgard avait tendus. Le rubis à sa ceinture n’en brilla que plus intensément à ce moment. Il se calma rapidement, conscient que s’il continuait comme ça, il risquait de s’en prendre à son ami. Il reprit sur un ton plus calme.

- Odin a d’ailleurs ramené l’un des survivants du panthéon nippon avec lui, mais je ne me souviens pas l’avoir revu au palais depuis longtemps maintenant. Pour le reste, je ne sais pas t’aider pour savoir ce qui t’es arrivé, j’ignore même comment tu as put te retrouver en Alaska. Par contre, je doute que le Père de tout te rejette, il ne peut de toute façon pas vraiment se permettre de rejeter les services d’un guerrier tel que toi. Notre ordre ne s'est toujours pas remis des pertes qu'il a subit.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 14:39
Wulf était relativement précis dans son réçit, n’omettant apparemment aucun détail. Il écoute patiemment le guerrier, combien de temps discutèrent-ils? Nul n'aurait pu le dire.

Lorsque Wulf evoqua les pertes d'Asgard, Andrew se leva et se planta face à l'âtre attissant les braises.

"-Une victoire à la Pyrrus..."

Une victoire qui laissait le royaume du dieu borgne presque au bord du gouffre... Et ou était-il, lui le guerrier d'Epsilon? Celui que l'on avait chargé de mené les troupes?

Andrew n'entendit que vaguement les événements suivants, du moins n'y prétait-il pas plus d'importance que cela pour l'instant. Il devait d'abord digérer la mort de ses frères et soeurs avant de pleurer des inconnus.

Il se retourna s'assoir et regarda Wulf.

"Je souffre de ne pas avoir été la... Tu dis qu'Odin n'as pas le choix que de me reprendre? Mais je ne sais meme pas si je peux me pardonner moi même.

Je n'ai pas été la lorsque mes amis avaient besoin de moi... Quel genre de guerrier suis-je?"


Intérieurement la rage montait, pas contre Wulf, mais bien contre lui-même. Si ses amis étaient morts, c'était de sa faute... tout du moins c'était ce que ressentait le jeune homme.

"Peut-être que si j'avais été la... Peut-être que nous aurions pu sauver plus de nos frères..."

La discussion tournait à l'appitoyement et cela insupportait le guerrier loup. Aussi aborda t'il un autre sujet.

"Parles moi de toi, je peux voir que tu as changé, je le ressens même et d'ailleurs tu ne portes plus ta rune?"
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 21:21
Wulf était navré de voir l’état mental dans lequel se trouvait le guerrier d’Epsilon, ce dernier était rongé par la culpabilité. Le guerrier-fauve était tout à fait capable de comprendre ce qu’il ressentait, après tout, lui-même avait été, et l’était toujours, dévoré par les remords issus de la destruction des siens lors de sa première transe guerrière. Néanmoins, il n’était pas si sûr que la présence d’Andrew aurait pu grandement changé le cours des évènements. Chaque combat avait eu son lot de victime et ce bien avant que n’importe lequel des groupes engagés puisse venir en aides aux autres. Du moins, il estimait qu’on ne pouvait pas le savoir sans connaître les circonstances de la disparition de son frère d’arme.
 
- J’ai dit qu’Odin ne pouvait pas se permettre de refuser des guerriers, pas qu’il te reprendrait que par simplement par manque de choix. On ignore tout des circonstances de ta disparition, toi-même tu m’a dis que tu ne t’en souviens pas, et personne parmi les survivants n’a pu seulement croire que ta disparition aurait été un acte de lâcheté, personne n’a ne serait-ce qu’imaginé cela. De toute façon, je suis persuadé que le Père de Tout t’accueillera à bras ouvert, après tout, il garde bien auprès de lui des individus de mon acabit.
 
Le guerrier-fauve passa une main sur l’un des meubles de la maison et observa la quantité de poussière accumulée. Il fut étonné de voir que la présence de poussière était bien moins grande que ce à quoi il se serait attendu, au vu du temps que son camarade avait disparu. Quand aurait-il eu le temps d’enlever les poussières ?
 
De toute façon, je ne crois pas que tu aies grand-chose à te faire pardonner. Nos adversaires ne sont pas les Fléaux de Loki pour rien, ils sont de véritables forces de la nature. Il n’y avait que fort peu de chance que nous ne nous en sortions sans pertes importantes, soyons déjà heureux que ce soit notre camp qui ait remporté la victoire finale. Il est juste malheureux que nous n’ayons put mettre hors d’état de nuire plus de nos ennemis.
 
Le visage de Wulf sembla se renfrogner quelque peu lorsque son ami lui demanda de parler de lui-même. Il ne s’agissait pas là d‘un sujet qu’il avait envie d’aborder.
 
- Pour faire simple, disons que j’ai cessé de lutter contre ma nature. J’ai finalement accepté ce que j’étais. J’avoue avoir de plus en plus de mal à réprimer mes crises récemment, bien qu’en tant normale, je sois devenu capable de créer un certain équilibre. Les tatouages que tu vois sur mon visage sont le signe que je suis devenu un véritable Berzerkir, Depuis qu’ils m’ont été imposé, j’ai pu sentir que je changeais, ma force physique tout comme l’acuité de mes sens ont énormément augmenté, mais je sens aussi que ma part bestiale est de plus en plus présente dans mon esprit. Quant à la Rune de Hrungnir, je ne la porte plus depuis peu, depuis que cette armure m’a choisi comme son nouveau porteur. Il s’agit de l’armure de l’Ulfark et ce qui est amusant c’est que je n’en avais jamais entendu parler, alors que son dernier porteur semble avoir été l’un de mes ancêtres. Mais bon, il a vécut à l’époque mythique, vers la fin de l’âge d’or de notre civilisation.
 
Bien qu’il n’avait eu aucune envie d’en parler, il avait accepté de le faire car il s’agissait d’Andrew et qu’il lui faisait confiance, cependant, il était manifeste que parler de cela le mettait mal à l’aise. Pendant tout le temps où il avait parlé, il avait gardé le regard fixé dans le vide, bien que l’agressivité de son aura n’aie pas augmenter, les lueurs folles qui brillaient dans son regard c’étaient intensifiées. Dans son esprit, il pouvait revoir les images de cette nuit où ces évènements s’était déroulé, il pouvait revoir les esprits des ancêtres de son village, son combat contre ce mystérieux guerrier qui en mourant avait prit les traits de son père… tout des évènements dont il n’était pas sûr des effets que cela avait eut sur son esprit.

- Et toi ? Que comptes-tu faire pour la suite ? Car que tu ne sois ou pas revenus du Walhalla, je suppose que tu ne comptes pas rester inactif.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 22:19
Wulf essaya tant bien que mal de rassurer son compagnon, mais lui mieux que tout autre personne se doutait que les mots les rassurants sonneraient creux à l'oreille du guerrier. Il est était quasi certain que le sentiment de culpabilité ne quitterait jamais le coeur d'Andrew. Il devrait apprendre à vivre avec et ce, même si ce sentiment n'était pas mérité.

Malgré tout, Andrew apprécia les paroles de son ami, elles lui firent chaud au coeur, il ne lui exprima pas clairement mais le regard qu'il porta au guerrier fauve était empli de gratitude.


"Je suis heureux que tu aies survécu, mon ami"

Avec amusement, il vit Wulf cherchait la poussière qui aurait du être la en quantité bien plus importante.

" Un autre mystère, je m'attendais à devoir tout rebattir ici et au contraire, j'ai retrouvé ma demeure, celle du 1er Epsilon en faite, en bien meilleur état que je ne l'avais laissée.

A croire que quelqu'un attendait mon retour,..."

A y penser, ce mystère rajouter une nouvelle couche de brouillard, comment cela était-il possible, vu que personne en Asgard ne s'attendait à son retour.

Wulf, conta finalement sa propre histoire et il était clair qu'il ne désirait pas spécialement le faire, son regard posé dans le vide, sa concentration pour maintenir son cosmos sous contrôle.

Andy eut envie de poser plus de question à son ami, en savoir plus sur cette période qu'il n'avait pas vécu, combien de temps avait-elle durer au final il n'en n'était meme plus certain. Mais il se retint, son intuition était que le Berserker lui avait répondu par amitier mais qu'il ne désirait pas en dire plus, et au nom de leur amitié Andrew respecterais cela.

Puis vint la question qu'Andrew aurait préféré éviter.

"Rester inactif? je ne serais pas revenu si tel avais été mon intention, cependant je ne sais pas encore ce dont sera fait mon avenir.


Je pense que je fait aller m'admirer au Stavkirk." Un léger sourire illumina son visage, sourire qui disparu presque immédiatement. "Et rendre hommage aux frères et soeurs tombés au combat.


Puis je compte comprendre ce qu'il m'est arrivé, je veux connaitre le fin mot de cette histoire. J'espère qu'Odin pourra m'aider; car je pense que tant que je n'aurais pas trouvé une réponse je ne me sentirais pas digne d'être un guerrier divin.."
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Fév - 22:46
Un léger sourire apparut sur le visage de Wulf quand Andrew lui dit ce qu’il comptait aller voir le Stavkirke. Il risquait d’avoir du mal à le reconnaître tant ceux qui l’avait reconstruit en avait profité pour totalement repenser son architecture pour le rendre encore plus impressionnant, bien que certain en avait critiqué, estimant que la solennité qui avait toujours habité ces lieux s’en était retrouvé gâché. Wulf n’entendait pour sa part rien à tous ces débats, il savait juste que maintenant, il y avait beaucoup plus de visiteur qu’avant, beaucoup venant pour raison religieuse, mais un certain nombre juste pour admirer le nouveau Stavkirke.

Quatrième statue à droite dans le sanctuaire dédié aux morts de la guerre, juste à côté d’une tapisserie qui y dépeint les évènements de la guerre… à la réflexion, je ne suis même pas sûr de m’y être vu dessus, ou alors je ne me suis juste pas reconnu. Par contre le texte écrit sur la tapisserie est très beau, bien que d’un style très Scaldique.
 
Wulf s’y était rendu une fois, juste après son inauguration, pour pouvoir voire le lieu sacré le plus important du royaume, et s’assurer qu’aucun parmi ceux qui étaient tombé n’avaient été oublié. Il savait que si ni lui ni Reiner n’avait eu droit à leur représentation, c’était puisque qu’ils étaient encore en vie.

- Ne t’appesantit pas trop non plus sur la disparition de nos frères et sœur, ils ont eu une mort honorable. Il est bon que tu aille leurs rendre hommage, mais nous ne devons pas oublier pourquoi ils se sont sacrifiés, et le meilleur moyen de les honorer est de continuer à accomplir notre devoir. Si tu as besoin d’aide, n’hésite pas à me le faire savoir, je crois savoir ce que tu traverses, personnellement je ne me considérais pas digne d’être un guerrier divin lorsque nous nous sommes rencontré.
 
Ce qu’il ne disait pas, c’est qu’il n’était toujours pas sûr d’être digne de cet honneur, mais il avait décidé de faire taire ces doutes pour se concentrer sur ce qu’il avait à faire maintenant qu’il faisait partie de l’élite guerrière du grand nord.

- Sinon, fais quand même gaffe lorsque tu iras te recueillir, en théorie tu es sensé être mort, je te laisses donc imaginer la réactions que tu entraineras si tu débarquais  comme une fleur au milieu de la foule qui rend hommage aux héros de jadis tombé pour défendre nos terres dont t’es supposé en faire partie.
 
Wulf posa les yeux dehors, il pouvait voir que le jour commençait à se lever et que la neige s’était remis à tomber. Le guerrier-fauve vivait depuis suffisamment longtemps sur ces terres pour savoir reconnaître quand une tempête se préparait et bien que celle-ci ne serait probablement pas de longue durée beaucoup de flocons tomberaient d’un coup. Aussi il se réinstalla dans le fauteuil après avoir remis une bûche dans l’âtre.
 

- Je me demande bien qui à remit ta maison en état. La dernière fois que je suis venu, il y avait déjà des toiles d’araignée qui remplissait la pièce, si je n’avais pas repéré ton odeur, je ne me serais jamais douté que cette maison était la tienne. Et à présent je la trouve comme neuve. Pour moi, il n’y a pas de doute, il doit y avoir au moins un esprit qui as à la bonne.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Fév - 18:53
Les mots de Wulf firent mouche. Andy n'avait pas pour habitude de s’appesantir sur son sort. Peut être que ne pas savoir comment il avait atterri en Alaska avait un lien avec ce sentiment... Ou étais-ce peut-être le fait de ne pas savoir s'il était décédé lors du conflit ou non.

Mais Wulf avait raison sur une chose, il ne pouvait pas regretter la mort de ses compagnons, ils étaient mort sur le champs d'honneur et pour cela une place de choix leur serait réservé à la table des héros et ce jusqu'au Ragnarok... En fin de compte ils étaient chanceux du moins, d'un point de vue Asgardien.

Le Berserk lui indiqua l'endroit exact ou se trouvait sa statue, ce qui lui arracha un sourire, et lui conseilla également de faire profil bas.

"Merci du conseil, mais je comptais m'y rendre de nuit et sous couvert de ma cape. En jouant avec les ombres j'ose espérer ne pas me faire remarquer du tout...
Et je compte garder mon existence secrète jusqu'à ce qu'Odin puisse me recevoir ou que les événements ne m'y contraigne...


Je compte sur toi pour garder mon retour secret."

Andy remarqua le regard de Wulf, il jeta un oeil à l'extérieur. Le soleil était proche de son éveil et avec lui approchait une tempête de neige. Le loup d'Odin se leva et se campa devant la fenêtre.

"On dirait que nous allons être bloqué ici encore quelques heures..."

Andrew se dirigea vers un placard et l'ouvrit, c'était la qu'était stockée les réserves de nourritures, il s'était dirigé la comme s'il l'avait rempli la veille. Alors que cela faisait des mois qu'il n'avait plus mis les pieds ici.

Il en sortit une grille qu'il plaça au dessus de l’âtre et utilise un tison pour éteindre les braise. Puis retourna à l'armoire et en sorti quatres steak à faire pâlir les plus gros mangeurs. Il s'amusa du regard interloqué de Wulf et prépara la viande, rajoutant quelques épices et les mis à cuire.


"Mon amis, l'énigme de la maison est sans doute la plus facile à expliquer, si tant est comme nous, nous sommes sensible aux esprits et aux cosmos.


Vois-tu, pour obtenir mon armure divine, j'ai du rencontrer un esprit, le premier porteur du saphir d'Odin. Je t’épargne les détails, mais il était le propriétaire de cet endroit et je pense qu'il était au courant de mon retour et peut-être même en est-il à  la source. Aussi je suis à peine surpris de retrouver mes reserves pleines."

A l'aide d'une pique, il retourna les steaks.

"Je sais qu'il est tôt pour cela, mais vu le temps qui s'annonce, il nous faudra de l'énergie pour reprendre la route. Saignant pour toi mon frère?"

Geri et freki observaient la viande sur la grille, paradoxalement les deux loups d'Odin appréciait également la viande légèrement cuite.

PS: Désolé pour le temps d'attente
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Mar - 23:53
Si tu ne désires pas que quiconque apprenne la nouvelle de ton retour, alors je te fais le serment que personne ne l’apprendra par a bouche. Mais de toute façon, je ne crois pas que ça m’engage à grand-chose.
 
La dernière remarque se référait au manque d’interaction sociale qui caractérisait la vie de Wulf depuis la destruction des siens. Et même lorsqu’il s’approchait des endroits habités, la plupart des habitants préférait l’éviter, ou tout du moins ne le fréquenter qu’avec prudence. Certains avaient entendu l’histoire de son crime, mais tous savaient qu’il était un guerrier-fauve et que même s’il n‘avait pas de mauvaises intentions, sa folie pouvait s’emparer de lui à tout moment. Aussi, il préférait éviter de fréquenter les endroits fréquenter par la population, sauf quand il n’avait pas le choix, autant parce qu’il n’aimait pas la foule que pour les protéger de lui-même. Cela avait été vrais quand il portait la rune de Hrungnir, cela l’était encore plus maintenant qu’il portait l’armure de l’Ulfark. Ce secret ne ferait que s’ajouter à la liste grandissante des choses dont « il ne préférait pas en parler » avec autrui, liste semblant se rallonger sans cesse ces derniers temps.

Son ami ayant également remarqué la tempête dehors, ce dernier avait commencé à préparer une grille pour cuire de la viande. Wulf fut assez effarer de voir les morceaux de viandes qu’Andrew avait sorti de son armoire, et surtout de leur bon état. Andrew ne devait pas être revenu depuis un jour si ce qu’il avait dit était vrais. Et là, il avait l’impression de voir de morceaux de viande tout frais prélever. Il y avait un mystère là-dessous qui rendait le guerrier-fauve nerveux.

Alors qu’il commençait à faire cuire les steaks, le porteur de l’armure d’Epsilon parla à Wulf de sa théorie quant à pourquoi la maison était comme neuve et ravitailler. Les informations qu’il révéla à Wulf l’intriguèrent, car tout cela lui rappelait curieusement sa propre expérience. Sauf qu’il n’y avait pas un, mais plusieurs esprits, et pas tous des anciens porteurs de son armure. De plus, il doutait que ceux-ci lui rendent le même service dans ce genre de circonstances, ils étaient seulement apparus pour le guider, le reste n’était pas leur problème. Il fut tiré de ses pensées par la question qu’Andrew lui posa concernant la cuisson de son steak.
 
- Euh… ouais volontiers.
 
En son for intérieur, il se dit qu’un peu de viande cuite ne lui ferait pas de mal. Ces derniers temps, à force d’entrer en transe berserk pour tenter de se contrôler, il avait tendance à dévorer le premier truc qui lui tombait sous la main et qui lui semblait comestible. Et souvent, il avait trop besoin de récupérer de l’énergie pour prendre le temps de les cuisiner de quelque manière que ce soit, se contentant de les dévorer avidement. Le reste du temps par contre, il cuisait sa viande et ce qu’il mettait avec comme tout le monde, mais ça ne lui arrivait plus si souvent que ça. Un repas chaud lui ferait le plus grand bien. Il laissa ses sens s’imprégner du fumet qui s’en dégageait.

Tu te rends immédiatement au Stavkirke après ? Où il te reste autre chose à faire avant tout cela ?


hrp:
 
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mar - 14:48
Alors que la tempête redoublait de violence, sans doute avant s'endormir, le loup d'Odin avala une bouche de viande saignante. Du Sang lui coulait au coin des lèvres teintant une barbe naissante de sang.

Il s'essuya la bouche d'un revers de la main et repondit tout en caressant la tête de Geri.


" J'ai avant tout besoin de voir le lieu de la bataille, revoir les visages des frères et soeurs qui sont maintenant à la table d'Odin"

Freki vint pousser son frère pour recevoir lui aussi les caresses d'Epsilon.

"J'ai bien quelques travaux à réaliser ici, mais rien de trés long ni trés urgent aprés tout.
Il faut que je fasse mon retour officiel, et je t'avoue que je ne sais trop comment mis prendre.


Si je fait ça de but en blanc, les gens risques de croires au Ragnarok, un peu comme tu l'as pensés en entrant ici..."

Les faits étaient la, le retour des guerriers morts signifiaient que la bataille finale allait s'engage, il ne fallait pas faire paniquer les gens.

"Je pense que je fais me rendre incognito jusqu'au Stavkirke et qu'ensuite j'irais jusqu'au palais d'Odin, mon armure restera ici sous la surveillance de Geri et Freki."

Alors que la tempête commençait a perdre de son intensité, il posa une question dont il connaissait d'avance la réponse, du moins en était-il presque certain.

"Veut tu m'accompagner?"
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 766
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Mar - 22:29
Alors qu’il était encore en train de déguster son propre morceau de viande, Wulf écouta attentivement son ami lui dire son programme pour les temps à venir. Il tenait vraiment à aller rendre hommages à ceux qui étaient tombés. Wulf pouvait comprendre cela, Andrew voulait à la fois rendre hommage à leurs sacrifices, mais plus que tout il se sentait coupable de leur avoir survécut…et peut-être même fait défaut. S’il y avait bien un sentiment que Wulf était capable d’appréhender, c’était bien celui de la culpabilité…. Bien qu’il sentait une grande différences entre leurs deux situations. Lui-même connaissait quelles étaient ses fautes, Andrew ignorait par contre si fautes ils y avait eu, et qu’elle en serait l’ampleur, ce qui pouvait laissez présager du pire… comme de la fausse alerte.
 
- Je crains de malheureusement devoir décliner ton invitation. Ma part bestiale n’a jamais faiblit depuis notre première rencontre, au contraire. Et c’est derniers temps, cela n’a fait qu’empirer, aussi, tant que je n’arrive pas à me contrôler, je préfère éviter les lieux trop fréquenter. Au moment où je t’ai rejoint, je venais de sortir d’une nouvelle crise, et la fatigue est peut-être la seule chose qui m’a permis de garder le contrôle de mes actes quand je suis arrivé.
 
En tournant la tête, il vit que la tempête se calmait, à défaut d’être terminée. Aussi, Wulf se releva et prit son casque sous le bras avant de sortir. Il resta planter dehors pendant quelques instants, admirant la beauté des bois une fois que le jour se levait. Cette terre était froide, elle était hostile, elle était rude, mais il s’agissait de sa terre natale. Il ne pouvait en voir les bons côtés, tout en gardant à l’esprits ses dangers.
 
- Le sens-tu Andrew ? C’est dans l’air. Il ne s’agit pas d’une odeur, ou de quelque chose que les sens humains classiques peuvent percevoir, mais c’est une sensation qui me prend parfois, quand je laisse mon esprit vagabonder. Des choses changes, d’important changement qui concerne notre royaume. J’ignore de quoi il s’agit, mais je veux être prêt quand il arrivera. Récemment, une série d’évènement mon fait perdre toute foi dans les habitants du sud, ceux chez qui le soleil peut briller chaque jour. J’en suis venus à penser que ces derniers, avec leur égoïsme, leur morgue, leur soi-disant supériorité, ne méritaient pas tous les sacrifices que nous endurons pour eux sur ces terres cruelles, et je le pense toujours. Mais ces terres sont nos terres, et elle nous a façonner tel que nous sommes aujourd’hui. Pour protéger cela, je suis prêt à donner ma vie, mais pas pour ceux qui se réclament « modernes » car ils ont perdu leur honneur en se jetant dans les bras d’une vie facile. Quelques soit le changement qui arrive, je ferai tout pour que nous ne tombions pas dans leurs travers.
 
Sur ces mots, Wulf revêtit à nouveau son casque, le faciès animal de celui-ci cachant tout trait humains de son visage. Il fit quelque pas avant de se retourner une dernière fois vers son ami.

- Je suis heureux de te savoir en vie, et selon ton désir, je garderai ton secret. Mais sache que quel que soit le changement qui approche, je serai là pour me battre auprès de nos frères, après tout ne suis-je pas l’Ulfark ? La créature qui abat le courroux sacré des dieux du nord sur nos ennemis ? Ne suis-je pas venus au monde pour me battre au service des Ases ? Qu’importe les combats qui nous attendent Epsilon, j’espère pouvoir te compter dans les rangs de nos frères.
 
Le guerrier-fauve poussa alors un rire puissant, en partant, qui se termina par un hurlement de défis, comme si Wulf défiais qui que ce soit de venir subir sa fureur. L’excitation et la soif de combat commençait à nouveau à s’emparer de son être dans ce cycle qu’il détestait tant, mais auquel il commençait pourtant à s’habituer.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Ven 31 Mar - 21:57
Comme il s'y attendait, Wulf déclina son invitation. Andy avait effectivement senti le changement dans l'aura de son ami. Son côté bestial avait largement pris le dessus preuve en était, il incarnait désormais l'ulfark la créature qui devait déverser mort et désolation dans les rangs ennemis.

"Oui mon frère, je sens aussi que le changement est dans l'air. Comme toi je peux sentir des choses que le communs des mortels ou même nos frères d'armes ne peuvent sentir. Mon instinct me guide et il me dit que je dois vite découvrir ce qu'il en est de mon passé... Asgard aura bientôt besoin de tous ses guerriers, et n'aura que faire d'un Espilon remplit de doutes..."

Les deux hommes se perdirent dans la contemplation de la forêt qui n'était plus qu'un reliquat de ce qu''elle fut jadis.


"J'aimerais lui rendre sa splendeur d'antan."

A cela Wulf, fit connaitre son avis sur la modernité. Andrew avait un autre avis sur la question.

"Je te comprend, le changement pour le changement ne doit pas être encouragé. Mais si nous voulons qu'Asgard puisse jouer un rôle central nous devons nous départir de cette image de barbare qui nous colle à la peau. Je suis certain que nos visions peuvent s'unir.


Si nous ne brulons pas les étapes la modernité peut se marier avec le respect de nos traditions et de notre envirronnement. Nous avons simplement besoin de réfléchir avant d'agir... Pas comme les dirigeant des mondes humains."

Wulf replaca le haume de son armure et pris une direction que lui seul connaissait, espérant rester frère d'arme avec Epsilon.


"Si un jour nos allégeances divergent, nos âmes serons toujours frères d'armes, car jamais nos valeurs ne serons contradictoire. L'honneur est beaucoup plus importante pour nous que quoi que ce soit.


A bientôt mon frère."
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Retour en terre connue