avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1540
Age : 42
Double Compte : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Mar - 15:07


----> En provenance de : http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t28801-un-retour-clandestin


**********
Le rideau tombe sur les fonds,
Dévoilant une ironique scène.
Les acteurs se révèlent alors,
Incarnant d’inattendus rôles.


Le spectre de l’oubli s’étend,
Couvrant l’antique domaine.
L’histoire file inlassablement,
Erodant toutes civilisations.


Chance, infidèle compagne,
Dénigrant tes engagements.
Espérance, incomprise amie,
Réveillant nos âmes perdues.

**********

Le jeune homme observait la cité depuis son point culminant. Au sommet de cette tour, quiconque surplombait les quartiers composant le conglomérat flottant de New Atlantis, tout en bénéficiant d’une vue inégalée sur les eaux s’étendant jusqu’à l’horizon. Tout était paisible : s’en était presque reposant.

La mégalopole, fondée bien après la dernière grande guerre sainte, celle ayant totalement submergée l’ancien sanctuaire sous-marin, n’était qu’une vitrine, une façade occultant le véritable trésor de Poséïdon : Atlantis. Nul ne se doutait que les deux domaines étaient en voie d’extinction. Si l’âme du seigneur des océans ne pouvait être restaurée, la première serait livrée à elle-même, sans défense face à la cupidité ou la malfaisance des hommes et des autres éveillés. La seconde, quant à elle, s’effondrerait vraisemblablement sur elle-même et sombrerait à jamais dans l’oubli.

Silencieux, le guerrier albinos monopolisait la moindre de ses ressources cérébrales pour étudier les options pouvant résoudre cet inextricable problème. Il devait forcément exister une solution pour rendre son immortalité à la divinité olympienne, pour éviter l’extinction définitive de tout un peuple. L’échec, bien que n’étant pas une option, pesait bien lourdement sur le jeune éveillé, ainsi que sur bien d'autres, telle une épée de Damoclès.

Hakon avait beau étudier la problématique encore et encore, il se sentait impuissant et ne savait pas comment éviter l’issue fatale de cette crise. Tout devait être tenté pour sauver Atlantis de la chute, tout et bien plus encore, même l’impensable. Ainsi, il finit par convoquer la secrétaire particulière de son souverain :

- « Mademoiselle, envoyez sur le champ une invitation au seigneur Thanatos. Je souhaite le rencontrer ici-même et en tête à tête. Faites également le nécessaire pour sa venue, je vous prie. Tout doit être irréprochable. »

Aux grands maux, les grands remèdes. Le porteur du Kraken n’entrapercevait malheureusement pas de meilleures solutions que de s’adresser à la Mort pour traiter un problème de mortalité. Il espérait juste ne pas regretter sa décision…


Dernière édition par Hakon le Mer 12 Avr - 16:40, édité 1 fois
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 26/12/2012
Nombre de messages : 1871
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Mar - 8:37
Vous avez demandé à me voir ?

Il n'avait pas fallu longtemps à Thanatos pour se manifester. Comme sculptant les ombres pour y tracer sa forme, il apparut devant Hakon tel qu'il était à leur première rencontre, n'apportant avec lui ni arme ni Surplis. Non qu'il en ait vraiment besoin s'il avait voulu apporter un avant-goût des Enfers avec lui, ni qu'il risquât quoi que ce soit - bien qu'Hakon ne puisse pas le voir, il n'était pas vraiment là, pas entièrement - mais le geste était symbolique.
Le Dieu de la Mort était un homme très occupé - en ce moment en particulier. Mais il avait aussi l'avantage de pouvoir être partout à la fois. Il faut bien que la Fin de Tout puisse répondre à l'appel quand enfin sonne le glas. Et si cette ubiquité passagère lui demandait une énergie qu'il aurait pu investir à d'autres fins, un appel direct de la part d'un lieutenant de Poséidon - celui qu'il soupçonnait d'être le plus fidèle - méritait que l'on s'y intéresse.

Émergeant du pan d'obscurité qui semblait lui avoir donné naissance, il porta aux alentours un œil scrutateur. S'il avait pu visiter plusieurs fois Atlantis encore très récemment - la cité engloutie ne changeait jamais vraiment ; c'était un peu tard pour ça -, il n'avait encore jamais mis les pieds dans leur nouveau sanctuaire... Si l'on pouvait appeler cela ainsi. Sinon bien sûr pour accomplir la tâche qui était la sienne - les atlantes meurent comme les autres -, mais ce n'était pas vraiment un acte conscient ; il aurait eu du mal à apprécier la beauté du décor à cette occasion.

Il était amusant de constater qu'après des milliers d'années à se faire la guerre depuis les mêmes positions, les dieux se soient enfin décidé à changer d'endroit au même moment. Pour un peu, on aurait pu croire qu'ils s'étaient concertés - et il ne serait pas étonné que des rumeurs de ce genre circulent dans toutes les armées. Il ne vit pas d'utilité à cacher sa découverte ; les rapports entre Marinas et Spectres étant ce qu'ils sont - ce qu'ils ont toujours été -, le Kraken devait se douter que Poséidon n'invitait pas fréquemment le Fils de Nyx à moins d'y être forcé.
Aucun des membres de leur fratrie n'était ici en odeur de sainteté, d'ailleurs : à croire qu'il avait quelque chose à craindre de leur part. Son indifférence habituelle, cependant, dut suffire à camoufler un réel étonnement ; et pour l'avoir fait venir, Hakon devait avoir en tête d'autres préoccupations. Peut-être même cela lui donnait-il l'impression de trahir son monarque que d'agir de la sorte.

Glissant comme une ombre - le terme d'ombre de la mort n'était pas venu de nulle part - sur le sol, il se dirigea vers lui, sans émettre aucun bruit. Si Thanatos n'avait rien fait pour cela, le simple fait de se tenir en sa présence suffisait à faire baisser la température de la pièce de quelques degrés. À quelqu'un d'aussi éclairé que lui - bien plus que son collègue des Lyumnades -, il devait paraître clair que ce n'était fait pour intimider.
Si, entouré comme il l'était, le Général de l'Arctique n'avait pas dû s'en rendre compte lors de sa visite en Enfers - ceux-ci produisant de plus le même effet -, il aurait cette fois bien du mal à l'ignorer. S'il prenait la peine de refréner cette pression sinistre quand il évoluait parmi les hommes, il n'avait ici pas motif à le cacher, à taire sa véritable nature. C'était son héritage, après tout - et son exposition une autre forme d'honnêteté.

À l'absence de vos collègues, j'en déduis que vous m'avez appelé de votre propre initiative. fit-il lorsqu'il eut fini de balayer la pièce d'un regard. Que puis-je faire pour vous ?
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1540
Age : 42
Double Compte : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Avr - 14:53


**********
Les flots inondent le monde,
Infiltrant la moindre fissure.
Les eaux troubles émergent,
Emportant le moindre péché.


Ô toi, resplendissante Cité,
Par mille joyaux, illuminée.
Dresse-toi pour une éternité,
Tel un phare pour tes sujets.

**********

Mademoiselle : il l’appelait toujours ainsi.
Il lui faudrait lui demander un jour son nom, si toutefois son créateur avait daigné lui en donner un…

La secrétaire particulière du maître des lieux était la perfection incarnée : une beauté indescriptible, une intelligence certaine, une fidélité à toute épreuve, et possédant assurément d’autres atouts cachés : une créature capable de damner le plus pieux des hommes de foi. Hakon savait toutefois que cette perfection n’était qu’illusoire, une image issue des pensées d’un dieu millénaire, et qu’elle serait la première chose à disparaitre si le souverain des océans venait à trépasser. S’ensuivrait vraisemblablement l’effondrement d’Atlantis, ainsi que d’autres créations secrètes dont le général ne préférait pas avoir connaissance.

Thanatos daignait répondre à son appel.
L’arrivée du subordonné d’Hadès se révélait digne d’une divinité : spectaculaire et empreinte de mysticisme. L’aura de Poséïdon était colérique et agressive, une force primordiale inspirant une crainte irrépressible, là où celle de son invité laissait une forte sensation de froideur et d’oppression, inspirant l’inéluctable : l’image parfaite que le quidam devait se représenter de la Mort.

Le Commandant en chef atlante s’inclina respectueusement, puis invita le prestigieux visiteur à s’installer. Mademoiselle avait pris soin de préparer un rafraichissement adapté à la nature de ce dernier. Contrairement au jeune finlandais, elle connaissait les goûts et désirs de Poséïdon pour les plaisirs terrestres : nul doute que le breuvage proposé serait à la hauteur des attentes d’un palais aussi fin que celui du maître actuel des Enfers. Hakon faisait pleinement confiance à la jeune femme pour ces choses.

- « Seigneur Thanatos, je vous remercie d’avoir répondu favorablement à mon invitation. Je promets de ne pas user de votre précieux temps plus que de nécessaire. »

Le Kraken n’était pas dans une situation avantageuse. Comme lors de son entrevue avec le dieu Odin, il s’efforça de ne laisser transparaître aucun sentiment personnel dans son attitude. Il se devait de garder une allure et un ton des plus neutres pour traiter cette affaire.

- « J'ai le regret de vous annoncer que le seigneur Poséïdon est mort. »

Le jeune albinos rechercha un bref instant une réaction potentielle de son interlocuteur, avant de mitiger son propos :

- « Son enveloppe charnelle tout du moins… J’ai pris les mesures nécessaires pour retarder le souffle final quelques temps et ainsi préserver l’âme du seigneur des sept mers. Mon stratagème ne m’offre toutefois qu’un répit de quelque mois, une année tout au plus… »

- « Je ne souhaite pas vous ennuyer avec un soliloque interminable sur les impacts de la disparition d’un grand olympien sur l’échiquier du pouvoir et sur l’équilibre des forces. Aussi, je sollicite officiellement votre concours pour rétablir ce qui a été brisé. Etes-vous en mesure de nous aider ? »

Hakon ne se faisait aucune illusion quant des négociations à venir, mais il devait en premier lieu s’assurer que le fils de Nyx était bien en capacité d’apporter une réponse au problème atlante...

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 26/12/2012
Nombre de messages : 1871
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Avr - 5:55
Une fois encore, le Kraken s'illustra par sa parfaite maîtrise du protocole. Un trait qu'il ne tenait assurément pas de son maître, plus enclin à lui mettre son trident sous la gorge qu'à lui faire des courbettes. Il était plaisant de constater que certains avaient encore le sens de l'étiquette, une qualité de plus en plus rare à cette triste époque ; avoir eu leurs différents ne signifiait en aucun cas qu'ils devaient se manquer de respect. Il accepta volontiers à la boisson qui lui était proposée ; après cette démonstration de savoir-vivre, il voulait croire qu'Hakon n'était pas homme à user d'une arme aussi vile que le poison - ni assez stupide pour croire que cela marcherait contre lui. C'est parfois d'une telle évidence que l'on finit par l'oublier, mais l'on ne peut tuer la Mort. Le terme de Mer Morte, en revanche, était sur le point de prendre tout son sens.

Je ne vous cache pas ma surprise : l'on m'a fait comprendre clairement à ma dernière visite que je n'étais pas le bienvenu. Les temps changent, fit-il en portant la coupe à ses lèvres pour un premier essai. Le breuvage était en effet excellent - il lui faudrait songer à l'ajouter à sa collection. Ne vous en faites pas pour mon temps : j'ai appris l'art de le gérer. Dites-moi plutôt en quoi je peux vous être utile.

Oui, cette urgence à le faire venir ne le rendait que plus curieux de ses motivations - bien qu'il en ait déjà sa petite idée. Leur entrevue aux Enfers n'avait peut-être duré qu'un instant, mais le général avait bien dû constater le peu d'affection que son dieu portait au fils de Nyx. S'il doutait que Poséidon ait véritablement proclamé un décret contre sa présence en ses lieux, l'y faire venir en son absence semblait au mieux malavisé ; aussi avait-il tout intérêt à avoir une bonne raison... À considérer que l'Ébranleur de Sol soit jamais à nouveau en mesure de le lui faire payer. Facile dès lors d'en tirer les conclusions nécessaires, et il lui fut rapidement donné raison.

Seigneur Hakon, vous rendez-vous compte que vous demandez à la Mort un moyen de la déjouer ? Certains qualifieraient ce comportement d'imprudent... Il pencha légèrement la tête de côté ; sa bouche s'étira en un sourire contrefait, exempt d'émotion. ...Je préfère le dire audacieux.

La nouvelle, si dramatique soit la façon dont elle avait été déclarée, n'avait pas ébranlé Thanatos : pourquoi l'aurait-elle dû ? Si un dieu venait à mourir - si un dieu pouvait mourir -, il serait le premier au courant. Oh, ce jour viendrait - quelque part aux abords de la fin des âges. Mais il n'en était pas encore venu le temps ; celui où il serait finalement libéré de sa fonction, de ses derniers engagements. Alors, et alors seulement, les lumières pourraient s'éteindre sur toute la Création - avant d'à son tour disparaître entre ses mains dans un dernier clap de fin. Oui, c'était ainsi que le monde finirait - pas dans une explosion, mais un murmure. Enfin. Ils en étaient encore loin. Quoique.

Vous avez fait du bon travail, affirma Thanatos, bien que n'ayant pas vue sur le corps - ce qui était bien normal ; ils n'étaient pas alliés. Il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir retenir une âme divine dans son corps d'emprunt. Autant qu'il nous arrive parfois de nous y attacher... - l'on pouvait comprendre à son ton que ce n'était pas son cas - Notre... Essence est souvent pressée de s'extraire de cette prison de chair quand sonne son heure. Même si ça doit signifier son extinction. Nonchalant, il observa le contenu de son verre : Poséidon - ce qui fait de lui ce qu'il est - doit probablement lutter pour en sortir en ce moment.

En tant qu'entités supérieures, s'implanter dans un corps humain était un procédé contre-nature, que beaucoup des leurs considéraient aujourd'hui encore comme dégradant. Lui-même n'en était guère friand, mais nécessité fait loi - et si les Spectres le trouvaient déjà effrayant sous son apparence actuelle, mieux valait ne pas apparaître sous ses véritables traits. Il ne serait pas surpris d'apprendre que cela avait été un facteur déterminant quand l'assemblée de l'Olympe avait voté leur retrait des affaires terrestres : devoir choisir un hôte pour pouvoir surveiller la Terre était une idée qui, là-haut, en aurait fait fuir plus d'un. Le Faucheur dégusta une gorgée supplémentaire.

Loin de moi l'idée de vous alarmer plus que de raison : je souhaite simplement que vous compreniez pleinement les enjeux de la situation. Pour vous répondre, il se pourrait en effet que je sois en mesure de vous aider. Pour certaines raisons, je serais moi-même déçu de voir votre suzerain disparaître, même si je doute que ce soit réciproque. À nouveau, ses lèvres s'étirèrent dans la semblance d'un sourire. Je dois cependant vous confier que c'est un cas sans précédent : tout ce que je pourrais tenter sera au mieux expérimental. Je me permets toutefois de présumer que vous n'avez rien à perdre dans votre situation.
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1540
Age : 42
Double Compte : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Avr - 20:14


**********
Ainsi va la Vie, si éphémère,
Berçant l’homme d’illusions.
Ainsi va la Mort, impartiale,
Brisant la plupart des rêves.


Au loin gronde le tonnerre,
Annonçant l’inéluctable fin.
Un jour nouveau se lèvera,
Éclairant ce sombre destin.

**********

D’ordinaire peu enclin à boire des breuvages alcoolisés, le général du Kraken imita toutefois son invité et porta le verre à ses lèvres. Le finlandais fut étonné et forcé de reconnaître que l’élixir servi par Mademoiselle était d’une qualité hors-norme. Sans doute une des meilleures cuvées de la collection personnelle du maître d’Atlantis.

Hakon écoutait et observait son interlocuteur avec la plus grande attention. Ce dernier s’exprimait de manière impassible, sans laisser transparaitre la moindre émotion, feignant parfois un sourire se voulant plus courtois que manipulateur. Le Marinas n’avait rencontré que peu de divinités, mais aucune n’avait présenté une attitude aussi neutre et aseptisée que celle du fils de Nyx ; il s'agissait même l’inverse : elles avaient toutes arboré une attitude plus ou moins passionnée.

L’atlante écouta attentivement les propos du lieutenant du monarque des Enfers. En se remémorant les risques encourus lors de la mise en stase du corps de Poséïdon, il se félicita intérieurement d’avoir agi avant que l’impensable ne se produise : si l’Empereur des océans s’était extirpé de son enveloppe charnelle, qui sait ce qu’il serait ensuite advenu …

- « Seigneur Thanatos, le mal dont souffre le Monarque des sept mers est assez inédit. Dans l’urgence, j’ai effectivement essayé de procéder au mieux. », commenta poliment le jeune guerrier, avant de laisser de nouveau la parole à la Mort.

Le dieu sombre semblait finalement être en mesure de pouvoir apporter une aide précieuse au souverain atlante. Hakon prenait note des incertitudes évoquées, esquissant un sourire machinal en guise de réaction. Toute manœuvre, aussi risquée puisse-t-elle être, représentait déjà beaucoup plus que l’attente d’une chute inéluctable.

- « Seigneur Thanatos, même une manœuvre expérimentale convient parfaitement au problème d’envergure touchant notre Empereur. Je me dois toutefois de vous questionner sur le prix à payer pour votre concours. Vous connaissez le caractère particulier du maître des océans, aussi je ne puis engager que ma parole : je m’acquitterai personnellement du prix que vous voudrait bien fixer, tant qu’il ne porte pas atteinte au royaume atlante. », annonça le jeune homme sur un ton des plus sérieux, tout en fixant l’être intemporel.

Le sujet du tribut aurait été abordé tôt ou tard, autant s’acquitter de ce point de détail dès à présent. Le général aurait l’esprit bien plus tranquille en connaissant au plus vite les exigences qui lui incombera d’honorer.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 26/12/2012
Nombre de messages : 1871
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Mai - 11:06
Bien que de subtils signes permettent à l’œil avisé de voir qu'il n'en était guère coutumier, le Kraken se prêta lui aussi à l'exercice de la boisson - peut-être pour lui prouver qu'il n'avait pas à s'en inquiéter ? Un effort futile, mais méritoire : Thanatos appréciait qu'il se soit donné cette peine. Une preuve de plus qu'il rassemblait à lui seul toute la courtoisie que l'on pouvait trouver dans les rangs des Marinas - dieu tutélaire y compris. Les chevaliers des glaces constituaient une caste particulière de chevaliers, et Hakon semblait adhérer à ses principes.
Pour ce qu'en savait Thanatos, peu porté sur les subtilités de cet ordre officieux tant qu'il ne mettait pas de mauvaises idées dans la tête de ses propres fervents, ses règles incluaient de garder les idées claires en toute occasion. Un principe qui s'accommodait en effet assez peu des effets de l'alcool. S'il en faudrait sûrement plus pour l'affecter réellement, qu'il en prenne le risque pour l'accompagner - si mineur que ce soit - restait le témoignage d'un profond respect.

Qu'il ait reçu cette éducation ou s'en soit lui-même imprégné, sa remarquable qualité n'était pas sans lui rappeler des temps déjà par trop éloignés. L'époque actuelle lui semblait en effet cruellement manquer de savoir-vivre, les Marinas n'étant hélas pas une exception. Tout en cette époque lui semblait tristement vulgaire, et des énergumènes comme Sargas - pourtant issu d'un siècle précédent - ne faisaient que renforcer cette impression. À défaut de se charger correctement de ses satanés terriens, Athéna aurait au moins pu les éduquer ; n'était-elle pas censée être la Sagesse incarnée ?

Une présence d'esprit que je me dois de féliciter, insista Thanatos. Poséidon peut s'estimer heureux de vous avoir à ses côtés. S'il avait dû compter uniquement sur vos camarades... Excusez ma franchise, mais il est probable qu'il serait déjà passé entre mes mains à l'heure qu'il est.

Tous n'auraient pas eu les bons réflexes, moins encore les moyens de les appliquer. Geler le corps d'un dieu - même sans résistance de la part de ce dernier - n'était pas rien : en d'autres temps, le simple fait d'y être parvenu lui aurait valu des chansons et des histoires à son nom. Ce qui voulait aussi dire qu'il avait la puissance de réaliser un tel exploit. Il fallait s'y attendre : même mourant, le Dieu des Mers ne lui aurait pas confié le poste de commandant s'il n'avait eu la force de s'y faire respecter, aussi brillant qu'il soit. Cela voulait aussi dire qu'il allait falloir s'en méfier.

Le Faucheur ne démontra aucun sentiment particulier en déclarant que Poséidon avait échappé à ses griffes : même pour lui, quoique pour des raisons sans doute bien différentes, sa perte serait à déplorer. Et de toute façon, le temps viendrait - que l'on parvienne ou non à le sauver. Qu'est-ce que éons de différence quand on a l'éternité pour patienter ? Semblant bercer son verre entre ses doigts, il mit quelques secondes à répondre à son interlocuteur, bien que n'ayant pas cessé de le fixer de son regard ambré.

Si je vous suis reconnaissant d'aborder le sujet par vous-même, je dois bien admettre n'avoir pas d'idée en tête concernant une contrepartie. Qui plus est, le temps presse : nous n'avons pas vraiment le luxe de négocier ici et maintenant les termes du contrat. Je me réserve donc le droit de vous demander un service lorsque nous en aurons terminé. Bien sûr, il n'engagera que vous et je vous certifie qu'il ne causera aucun tort au sanctuaire sous-marin. Cela vous convient-il ?

Procéder de la sorte revenait à lui faire signer un papier vierge - à lui laisser le champ libre quant à ce qu'il exigerait en contrepartie. Mais Hakon pouvait-il vraiment se permettre de prolonger le débat ? Si cela ressemblait fort à une ruse, Thanatos ne mentait pas en disant que la situation de Poséidon pouvait dégénérer à chaque instant. Bien moins que s'il n'avait été pris dans la glace, mais c'était le cas néanmoins. Portant à son verre le coup de grâce, il le fixa avec une intensité renouvelée :

La première chose à faire est de le placer dans un corps sain, commença-t-il à expliquer sans attendre de réponse, lui laissant sans le dire le temps de la réflexion. Son corps ne fait qu'aggraver son état. Il est censé périr sur-le-champ s'il vient à le quitter, mais c'est un problème que je dois pouvoir contourner si j'extrais son âme directement. Il faudra cependant un autre corps pour l'héberger : je ne pourrai pas tenir en échec la malédiction. Cela lui permettra de reprendre des forces. Un chevalier serait idéal pour qu'il puisse se nourrir de son cosmos. Cela ne fera pas de lui sa réincarnation : en plus d'être en torpeur, Poséidon est trop faible actuellement pour lui prêter le moindre pouvoir. Il risque même plutôt de drainer les siens. Mais étant donné le caractère vital de la tâche, je ne peux que vous conseiller de faire appel à une personne de confiance. Il se pencha légèrement dans sa direction. Je vous pense adapté pour ce rôle, à moins que vous ne voyiez un meilleur candidat.


Dernière édition par Thanatos le Jeu 11 Mai - 17:49, édité 1 fois
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1540
Age : 42
Double Compte : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Mai - 16:07


**********
Le temps défile sans s’arrêter,
Telle la révolution des astres.
Le destin tisse le fil de la vie,
Tel un artisan pour la réalité.


L’inéluctable guette, immobile,
Traquant chacun des hommes.
L’espoir éclaire nos lendemains,
Effaçant le doute de nos cœurs.

**********

Thanatos n’avait pas tort, les Marinas n’étaient d’ordinaire pas réputés pour leur finesse. La situation aurait pu avoir une fin irrévocable, s’il ne s’était trouvé à côté de l’Empereur des sept mers lors de cette incartade sur le territoire des spectres. Daken manquait cruellement d’expérience et aurait été dans l’incapacité de gérer cette crise. Quant à lui, il avait le sentiment d’avoir agi au mieux pour offrir une chance au peuple atlante, aussi infime put elle être.

La divinité de la Mort demeurait toujours aussi impassible et imperturbable que depuis le début de cet entretien. Hakon était dans l’incapacité de déceler le moindre indice concernant l’état d’esprit de son invité. Cette situation s’affichait comme assez déconcertante pour le général atlante. Lui-même œuvrait sur son attitude et ses expressions, afin d’apparaitre comme le plus courtois et respectueux possible, tout en dissimulant son ressenti du moment. Lorsque son interlocuteur renchérit sur la question du tribut, le jeune finlandais, bien qu’un peu déçu, ne fut qu’à moitié surpris par la réponse énoncée. Le choix ne représentait malheureusement pas un luxe dont disposait Atlantis, les conditions du lieutenant d’Hadès seraient à accepter en l’état.

- « Seigneur Thanatos, votre proposition me convient parfaitement. », répondit le plus aimablement possible le jeune albinos.

Discuter plus avant des détails de l’accord ne représentait aucun levier diplomatique ou stratégique valable. Au mieux, tous deux auraient perdu un temps des plus précieux ; au pire le Marina aurait pris le risque d’agacer l’immortel et de se voir refuser son précieux concours. Alea jecta est, comme le disaient si bien les romains…

Le fils de Nyx expliquait son mode opératoire au Commandant atlante. Effectivement, la problématique première demeurait la mortalité du corps et de l’âme du seigneur Poséïdon : extraire cette dernière et l’implanter dans un hôte sain semblait une solution intermédiaire et palliative acceptable. Les atlantes gagneraient un répit, ainsi que l’espoir de pouvoir trouver un remède à la malédiction lancée par les divinités nippones.

- « Votre stratégie m’apparait comme excellente. Je me porte bien évidemment volontaire pour cette manœuvre, quels qu’en soient les risques pour ma personne. », annonça solennellement le porteur du Kraken.

A l’issue de ces paroles, Hakon plongea la main dans un des tiroirs du bureau et en extirpa une télécommande. D’une pression du pouce, un écran géant escamotable se détacha du plafonnier, se positionna à bonne hauteur et afficha un planisphère. L’atlante effectua une manœuvre d’agrandissement centrée sur le massif de l’Himalaya, puis inséra en surbrillance un point d’intérêt et ses coordonnées associées.

- « Seigneur Thanatos, sa Majesté Poséïdon est dissimulée à cet endroit précis, un lieu où nul homme ne s’aventure jamais. Dès que vous le souhaiterez, un transport aérien est d’ores et déjà apprêté pour nous acheminer vers notre destination. A moins que vous ne préfériez un mode de déplacement moins… conventionnel. »

Hakon avait déjà paré à toutes les éventualités et donné ses directives en conséquence...

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 26/12/2012
Nombre de messages : 1871
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Mai - 5:48
Surprenamment, le Général du Kraken accepta sa proposition sans sourciller. Refusant de croire qu'il puisse ne pas voir la position délicate dans laquelle ça le mettrait au moment de payer ses dettes, il préféra mettre cela sur le compte du désespoir. Pour en être arrivé à faire appel au fils de Nyx malgré le passif houleux entre les deux camps, au risque d'encourir la colère de celui-là même qu'il essayait de sauver, il devait avoir épuisé toutes ses autres options. Voilà qui, à n'en pas douter, facilitait considérablement leurs tractations. Thanatos pencha légèrement la tête de côté, sans cesser de le jauger : s'il en avait été décontenancé de quelque façon que ce fut, son interlocuteur n'en laissait rien paraître. Et il n'en attendait pas moins.

C'était étrange : Hakon n'avait pas l'air d'un fanatique, mais était pourtant prêt à tout risquer au nom de son dieu - au point même de lui offrir son corps le temps de sa guérison. Ses propres séides en feraient-ils autant à sa place ? Sans doute que non, précisément parce qu'ils n'étaient siens que par emprunt : il n'était pas le souverain légitime du Monde d'Après, pas plus que le meneur légitime des armées spectrales - bien qu'il lui fût aisé de réclamer un droit d’aînesse. Qu'importe : il se jugeait de toute façon autrement plus malin que Poséidon, suffisamment pour n'avoir jamais à se trouver dans cette situation.

C'est entendu, alors. conclut Thanatos tout en se relevant. Nous pourrons partir dès que vous serez prêt.

Avant cela, Hakon attira néanmoins son attention sur l'ample écran qu'il venait de faire apparaître, et avec lui l'emplacement exact du corps défaillant - du cercueil humain - que s'était choisi Poséidon. Malheureusement, il ne fallait pas espérer qu'il retienne la leçon ; quel que soit l'âge auquel ils vivent, les dieux restent les mêmes, envers et contre tout. Pour devenir ce qu'il était aujourd'hui, n'avait-il pas dû lui-même frôler l'extinction ? C'est bien pourquoi leur histoire n'est qu'un cycle infernal, une pléiade de répétitions.
Disque rayé était le mot - à ceci près que chacun de ceux-ci détenait le pouvoir intrinsèque de changer le monde. À se demander d'ailleurs comment l'humanité ne s'était pas encore lassée de l'assommante ritournelle d'Athéna. Son vis-à-vis lui dit avoir fait affréter un véhicule - mais ils étaient pressés, et Thanatos avait un moyen de transport bien plus rapide à sa disposition.

Ce ne sera pas nécessaire.

Il posa la main sur l'épaule d'Hakon, et tout maître des glaces que soit celui-ci, il put sentir à travers lui une froideur qui n'était pas de ce monde - comme si l'on buvait à même la chaleur de son âme. Thanatos semblait n'avoir rien fait en ce sens : peut-être était-ce l'effet de son simple contact - quand du moins il ne faisait pas l'effort de refréner sa vraie nature. Les ombres se refermèrent sur eux comme une mâchoire obscure et ils disparurent à la vue - si toutefois il y avait eu quoi que ce soit pour les voir.
Quand les ténèbres se dissipèrent, ils se trouvaient au beau milieu du relief abrupt de l'Himalaya - et de son froid polaire, bien que le Faucheur n'en parut pas dérangé plus que cela. Si sa tenue n'était clairement pas adaptée à un tel environnement, et bien trop dispendieuse de surcroît, les flocons - pourtant d'une taille prodigieuse - semblaient l'éviter, comme par crainte qu'il puisse représenter une menace même pour eux. À moins que ce soit là le respect dû à une autre force de la nature.

Je nous ai déposé au plus près du point que vous m'avez indiqué. fit-il, joignant les mains dans son dos tandis que les ombres animées achevaient de se rétracter, se dissolvant dans la sienne pour n'avoir pas à subir plus longtemps cette blancheur omniprésente. Je compte sur vous à présent.

[OE] Ainsi va la Mort...