avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Mar - 12:06
La Déesse de la Discorde arpentait les vastes couloirs du château allemand. Elle n’avait jamais réellement apprécié cet endroit, trop sombre, trop vaste et tellement vide. Pandore et son éternelle absence de goût… Plusieurs minutes plus tard, Eris parvint au cœur d’une salle de bal entièrement vide.

Le parquet en pointe de Hongrie croulait sous la poussière et d’épais rideaux obstruaient les fenêtres. La Déesse poussa un long soupir et esquissa plusieurs gestes lents et rapides afin de rendre à l’endroit beauté et clarté. Une fois l’espace nettoyé, elle apprécia la justesse des moulures et l’étrangeté des peintures exposées. Pour l’heure elle n’avait absolument rien d’autre en remplacement, elle devra donc se contenter de ces horreurs artistiques.

La déesse dévoila la pomme d’or récupérée dans le cadavre de Driss et la laissa virevolter autour d’elle. Quelques instants plus tard, une figure éthérée rappelant vaguement l’entraîneur, errait dans la vaste salle.

-« Vous auriez pu conserver mon corps, je m’y étais habitué. »

-« Je te préfère sous cette forme. » répliqua doucement la déesse. « Que penses-tu de cet endroit ? J’aimerais en faire notre nouvelle salle d’entrainement. »

L’entraîneur ne prit pas la peine de répondre, en énonçant un souhait Eris exposa un choix.

-« Ce corps n’est pas celui qui m’était destiné au préalable… J’ai besoin de le renforcer. »

Elle concentra son cosmos, ferma les yeux et imagina le futur de la pièce. De nombreuses installations sportives s’extirpèrent du néant et prirent harmonieusement possession de la pièce. Les différentes installations offraient une allure intéressante à l’endroit, une vieille salle de boxe à l’anglaise, un mélange chic et animal.

-« Autant vous y mettre directement. »

La déesse acquiesça et s’approcha d’un lourd sac de sable accroché par plusieurs chaines dont elle testa la qualité. Puis, d’un geste élégant elle se hissa le long de la chaine. Une fois son bassin arrivé à mi-hauteur du sac, la Déesse l’enserra avec ses jambes.

Bien accrochée et stabilisée, elle laissa son corps descendre le long du sac et plaça ses mains derrière sa nuque. Lentement, à la seule force de sa musculature abdominale, elle remonta le haut de son corps en direction du sac. Elle entama alors plusieurs séries.
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 696
Age : 22
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Mar - 23:55
Wolgorn et Oblivion avaient été sauvés de la Galaxian Explosion des Gémeaux par une inconnue, qui s'était empressée de contraindre l'indésirable au repli. Le Bourreau était néanmoins convaincu qu'il n'avait pas besoin de cette aide pour vaincre le Gold Saint, mais un sujet bien plus important le préoccupait. Qui était donc cette mystérieuse femme à la puissance phénoménale, voire divine ? Apparemment, elle connaissait l'ennemi, mais leur relation n'était guère très cordiale à en juger cet échange. Une fois qu'elle en eut terminé, l'inconnue annonça aux Spectres qu'elle allait s'installer dans le château et mentionna son frère. Parlait-elle de Thanatos ? Dans ce cas de figure, si elle était véritablement sa sœur, de laquelle pouvait-il bien s'agir ? L'Exécuteur avait reconnu chez cette femme un cosmos d'une obscurité abyssale, si tortueux et néfaste qu'il lui en donnait des sueurs froides. Cette aura ressemblait légèrement à celle de la Mort, mais il lui semblait l'avoir ressentie autre part. Wolgorn avait beau réfléchir sur l'identité de cette personne, il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus...

Plongé dans ses pensées, il la suivit à l'intérieur du Palais de Pandore et essaya d'éclaircir son esprit pour démêler cette énigme. Le Russe envisagea alors le pire : et si cette femme était Éris, déesse de la discorde ? Suite aux ennuis que leur avait apportés la perfide Eydis, ce serait le bouquet que de devoir ensuite se coltiner sa maîtresse ! Même si Éris faisait partie de la famille nocturne de Thanatos, ce dernier ne pouvait décemment pas la laisser se promener librement dans le domaine des Spectres. Depuis qu'il avait été révélé que Perséphone avait été parasité par son hôte et que la Mort était partiellement responsable de la présence d'Eydis en Enfer, l'Exécuteur était passablement confus. Maintenant que la Discorde entrait en scène, la situation se compliquait encore plus et il se demandait comment l'armée infernale parviendrait à s'en sortir.

Furieux, Wolgorn s'introduisit dans la pièce où était entrée l'intrigante et s'aperçut qu'elle avait déjà meublé l'endroit. L'inconnue s'était aménagée une salle de boxe en moins d'une minute et commençait à s'entraîner sur un sac de sable, le frappant avec des coups de poing aussi vifs que lourds et précis. Comment osait-elle se comporter comme si elle était chez elle sans même se présenter en bonne et due forme ? Le Bourreau marqua sa présence en se raclant bruyamment la gorge puis interpella la voyageuse, la main droite sur le cœur en signe de révérence :

"Veuillez me pardonner Madame, mais je doute qu'il soit correct de vous inviter ainsi sur notre territoire en affirmant, sans plus de détails ni de preuves, être la sœur du Seigneur Thanatos. Pour ma part, je suis Wolgorn du Bourreau de l’Étoile Terrestre de l'Exécution, humble serviteur de Sa Majesté Hadès. Auriez-vous l'obligeance de décliner votre identité, si cela ne vous importune point ?"

Bien que formel dans le langage utilisé, le ton de sa voix était suffisamment acide pour que son interlocutrice puisse deviner qu'elle n'était pas la bienvenue. Même s'il n'était pas certain de l'identité de cette femme, l'Exécuteur savait au moins que les sœurs de Thanatos étaient réputées pour l'ignominie de leur nature. Par conséquent, il était difficile de leur faire confiance, d'autant que contrairement à la Mort et au Sommeil, elles n'étaient pas soumises à la sagesse de l'Empereur Hadès. C'était à la lumière de ces éléments que Wolgorn devait se montrer vigilant, ceci pour la sécurité des Enfers et l'idéal de son souverain.

"Vous comprendrez aisément que nous ne pouvons vous admettre ici sans nous informer sur vous au préalable..." ajouta-t-il, tout en retenue malgré sa colère intérieure. "Simple mesure de précaution."
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Mar - 22:20
-« Vous savez pertinemment qui je suis. » Eris n’accorda aucune attention à son interlocuteur et se concentra sur les exercices proposés par son éphémère entraîneur. Aussi, durant de longues minutes, la Déesse de la Discorde frappa lourdement l’épais sac de cuir. Wolgorn, imperturbable, demeura en place. Agacée par l’inopportun, Eris loupa le sac de cuir qui la heurta en plein visage.

-« Vous comptez rester ici longtemps ? Je déteste être observée lorsque je m’entraîne. » Alors qu’elle dénouait les bandes de cuir entourant ses mains, la déesse reporta toute son attention sur le spectre.

Elle le jaugea, non par son rang, mais par son attitude, par le cosmos qu’il dégageait. Ce spectre n’était pas une simple étoile terrestre. Etait-il l’un des piliers de l’armée d’Hadès ? Peut-être bien. Autant essayer de paraître la plus aimable possible.

-« Thanatos et moi avons conclu un marché… J’ai l’autorisation temporaire de prendre mes quartiers en ces lieux. En échange je dois protéger cet endroit et ne pas m’intéresser aux affaires des spectres. »

Elle aurait pu en rester là, ces explications auraient suffi. Mais, poussée par immuable nature, la déesse entreprit de sonder les pensées profondes de son interlocuteur.

-« Vous doutez des décisions de mon frère ? » Demanda innocemment Eris. « Remarquez, vous n’auriez pas tort... » affirma-t-elle sans préciser ses dires. La Discorde n’a parfois besoin que de mots. Derrière le masque de brutalité affiché, le spectre (Eris en était persuadée), pouvait être la proie de profonds sentiments. Elle imaginait en lui l’immense poids de sa création, l’Horkos.

-« Souhaitez-vous vous joindre à cet entraînement ? Il me serait utile de m’ouvrir à d’autres styles. »
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 696
Age : 22
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Mar - 23:36
Wolgorn écouta attentivement la réponse de la voyageuse et, au vu des derniers événements, ne pouvait qu'en conclure qu'il s'agissait d’Éris. Quitte à ce que les Spectres se confrontent au pire, autant s'y préparer du mieux qu'ils le pouvaient. Le Bourreau sentit aussi les implications assassines dirigées contre Thanatos, ce qui ne faisait que le rendre encore plus nerveux. Lorsque la déesse disait aussi qu'elle ne ferait rien pour importuner l'armée infernale, il n'accordait absolument aucun crédit à ces paroles. Il savait d'instinct à quel point elle était fourbe et qu'elle ne cessait jamais d'ourdir un quelconque complot, même contre ses bienfaiteurs. La mésaventure avec Eydis en était la preuve incontestable et nul mot que la Discorde pouvait prononcer n'était susceptible de changer cela. Pour le moment, il était hors de question que l'Exécuteur cède au doute et soupçonne la Mort de fomenter la chute du Monde Souterrain. Si celui qui était actuellement à la tête des Spectres était réellement un traître, alors c'était la fin de tout ! Néanmoins, l'âme d'Hadès ayant été récemment libérée, il restait un espoir que la situation s'améliore.

Mais... et si Thanatos avait délibérément caché à ses subordonnés la localisation de l'âme de leur souverain pour mieux s'accaparer le pouvoir ? Non, un tel acte serait d'une félonie impensable de la part d'un fidèle serviteur de l'Olympien Obscur ! De plus, la Mort avait cautionné l'élimination de la Nordique, ce qui pouvait induire qu'il ne trempait pas dans les combines de sa perfide sœur. Cependant, qu'en était-il de son agenda personnel ? Toutefois, Wolgorn se poserait ces questions plus tard, car il devait se concentrer sur la menace qui se tenait devant lui. Ses yeux enflammés posés sur Éris, il était déterminé à dévoiler son plan sournois au grand jour.

"Ne pas vous intéresser aux affaires des Spectres ?" grinça le Russe. "Le précédent laquais que vous avez envoyé ici était supposé nous aider, mais il a essayé de nous exterminer lors de notre expédition punitive au Sanctuaire ! Sauf votre respect, ô Dame Éris, vous prétendez être innocente et de bonne volonté, mais je sais que vous attendez le moment propice pour nous poignarder dans le dos ! Sachez que nous, les Spectres de Son Altesse Hadès, ne nous laisserons pas manipuler dans le but d'accomplir vos vils desseins !"

Il fit alors une pause et considéra l'invitation de la déesse à s'entraîner avec elle. Rien qu'en observant l'affrontement entre elle et le Chevalier des Gémeaux, le Bourreau avait compris que la Discorde ne faisait que s'amuser. Elle aurait pu vaporiser son adversaire en un instant, mais avait choisi de ne pas le faire, ce qui avait permis au Saint de s'enfuir. Wolgorn n'était clairement pas de taille contre elle, même si cela pouvait s'avérer intéressant comme expérience. Néanmoins, il se réservait le droit de dissimuler ses capacités face à Éris et pensait qu'il était indigne de se battre avec une divinité de manière aussi familière. Même si en raison de ses idéaux il était amené à violemment s'opposer à certains dieux, l'Exécuteur préférait conserver une certaine distance avec eux.

"Malheureusement, je me dois de décliner votre invitation, Dame Éris." répondit-t-il dans un soupir. "En l'état, je n'ai pas vocation à me mesurer à une divinité telle que vous, même dans le cadre d'un banal échauffement."

Sur cette phrase, le Russe s'adossa au mur juste à côté de la porte, croisa ses bras et prit une profonde inspiration. Pour le moment, il ne pouvait rien faire d'autre que de prévenir la Discorde que si elle essayait de nuire aux Enfers d'une quelconque façon, elle allait le regretter amèrement.

"Quoiqu'il en soit, nous allons respecter la volonté de Son Excellence Thanatos..." déclara-t-il d'un ton faussement calme, présageant de la tempête à venir. "Mais sachez que si vous tentez de nous jouer une entourloupe, vous comprendrez que même un dieu peut subir la colère de l'Inframonde ! La Justice est une valeur sacrée au sein de notre armée au service de l'Empereur Hadès, aussi nous ne laisserons pas vos manigances la souiller !"

Malgré l'angoisse qui torturait son âme, Wolgorn demeurait fidèle à ses principes et ne cèdera jamais face aux séides du Mal. Que les impies lui envoient leurs plus infâmes machinations, il saura en triompher grâce à la droiture de son cœur et la force de sa foi !
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Mar - 21:22
La déesse prit acte de la décision du spectre quant à l’entraînement proposé. D’aucuns se seraient précipités sur une telle occasion de progresser. Enfin, elle abandonna l’idée, pour les prochaines minutes du moins, de renforcer son corps et se concentra sur la discussion.

-« Je conçois qu’Eydis ait pu faire preuve d’un zèle excessif, sachez, toutefois, que sa mission en votre royaume était autre. » avança la déesse, bousculée par la nécessité de ne pas s’appesantir sur le sujet.

-« De surcroit, vous me prêtez une autorité que je ne possède pas… Pensez-vous vraiment que je puisse imposer mes choix aux enfers ? » Eris s’approcha un peu du guerrier infernal avant de reprendre lentement : « votre grille d’analyse me parait erronée. A mon avis, Qui ? est la seule interrogation importante. »

A qui profite le crime ? La seule question que les spectres devaient éclaircir, la seule question qui méritait d’être posée. Eris n’a jamais eu l’opportunité de choisir les juges infernaux.

Il n’apparaissait pas comme utile de préciser qu’Eydis avait été envoyée en enfer pour se débarrasser de Perséphone. Thanatos tolérerait quelques incartades, mais il n’apprécierait pas que son autorité soit entièrement sabordée. La rhétrice préféra donc articuler la suite de l’échange sur d’autres sujets, plus triviaux.

-« Je constate que vous accordez un grand crédit aux mensonges qui prolifèrent à mon sujet… Savez-vous pourquoi le titre de Déesse de la Discorde m’est accordée ? Pour la simple et unique raison que je m’emploie à placer Hommes et Dieux devant leurs contradictions ou leur hypocrisie. » La Déesse dévoila un sourire mutin. « Et personne n’apprécie d’être face à ses turpitudes. Enfin, vous n’aurez pas besoin de mettre vos menaces à exécution, je ne compte pas m’investir dans les projets infernaux. »

La déesse tira du néant un verre de nectar dont elle se délecta et proposa la boisson de son choix à Wolgorn, le secrétaire installé à l’est de la pièce étant considérablement garni : « ne vous inquiétez pas, rien n’est empoisonné»
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 696
Age : 22
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Ven 31 Mar - 21:40
En réponse aux accusations et avertissements de Wolgorn, Éris continua de répandre son venin afin d'instiller le doute et la paranoïa en lui. Le Bourreau avait peur de questionner la déesse sur la véritable mission d'Eydis et sur la personne qui tirait réellement les bénéfices de cette sombre machination. Tous les indices pointaient vers Thanatos, mais il se refusait à accuser ce dernier de chercher à trahir Hadès. Le fait que la Discorde insiste sur son besoin de s'appuyer sur la vérité pour générer un état de zizanie ne rassurait guère l'Exécuteur, mais il fallait qu'il tienne bon. Qu'avait-il donc comme garantie de sa sincérité autre que ses belles paroles ? Rien de bien solide à part des soupçons, mais il devait premièrement observer comment la situation évoluerait avant de hurler à la félonie. Il était aussi difficile de faire confiance à son propre jugement, surtout que Wolgorn n'était à l'origine qu'un simple exécutant des basses œuvres.
 
Éris lui proposa ensuite un verre d'alcool surgi de nulle part, à sa grande circonspection. Le Russe n'avait pas touché au vin que lui avait tendu Perséphone, aussi ne voyait-il pas pourquoi il ne ferait pas de même pour la fille de Nyx. De toute manière, ce n'était pas son genre de savourer une boisson avec insouciance tandis que les conditions étaient si peu propices à la détente. Révulsé par la nonchalance et la duplicité dont faisait preuve la divinité, le Bourreau renversa le verre au sol d'un revers de la main, le laissant éclater bruyamment et le nectar se répandre.
 
"Vous prétendez encore être innocente de tout complot contre nous, hein ?" nota-t-il d'une voix acide. "Fort bien, mais dites-vous que nous sommes extrêmement stricts à ce sujet et que vous allez devoir jouer avec nos règles, aussi vous ne pourrez pas échapper à un éventuel châtiment en cachant votre culpabilité derrière un quelconque moyen détourné... Voyez-vous, nous sommes plutôt de mauvaise humeur et nous pourrions vous désigner responsable du moindre problème qui nous tomberait dessus, alors faites très attention."
 
Wolgorn commença à se diriger vers la porte et l'entrouvrit, se préparant ainsi à quitter la pièce. Dos à la Discorde, une aura malsaine se dégageait de lui tant il ne parvenait plus à réprimer son animosité à l'encontre de la déesse. Il orienta ensuite légèrement son visage masqué vers son interlocutrice, révélant une fente fine et sinistre derrière laquelle se cachait son œil, qui brillait d'une lueur rouge sang.
 
"En venant chercher refuge chez nous, vous avez mis un pied en Enfer, mais vous avez l'air d'avoir oublié la terreur qui règne en ce funeste royaume." gronda l'Exécuteur. "Même une entité née des ténèbres a besoin de réapprendre ce qu'est l'horreur, ô Dame Éris..."
 
Il ponctua sa phrase d'un gloussement caverneux et fit une dernière révérence fort appliquée malgré la menace contenue dans ses propos. Ceci fait, il sortit finalement de la salle puis sa silhouette s'évanouit lentement dans l'obscurité anxiogène du château. Par l'entremise des Squelettes, il avait eu vent d'une nouvelle tâche de la plus haute importance à accomplir. Que pouvait donc tramer Thanatos avec ce mystérieux ordre de mission ? Néanmoins, c'était là une occasion parfaite pour le Russe de trouver les réponses à ces interrogations qui lui remuaient les tripes. En ce qui concernait Eris, il espérait que son avertissement la dissuadera de tenter un coup foireux contre les Spectres.

HRP- Plus grand chose à dire du coup, je crois que je vais en terminer là. ^^ -HRP
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1408
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Avr - 10:12
HRP : Pour passer le temps... Arrivée dans la pièce après le départ de Wolgorn.

Les exclamations paniquées des Squelettes tirèrent le Dullahan de son sommeil, mais ce fut l'explosion d'un cosmos dont il se rappelait jusque dans ses cauchemars qui le fit tomber à la renverse de sa chaise. Grognant et jurant au milieu des feuilles de papier qu'il avait entraînées dans sa chute, il ne réalisa pas tout de suite qu'il avait fini par s'endormir à son plan de travail après une énième succession de nuits blanches – même la caféine avait ses limites. Il y avait toutefois des affaires plus pressantes : que faisait ici le chevalier des Gémeaux et ancien Pope ? Pourquoi réapparaissait-il maintenant après une absence remarquée lors de la bataille du Sanctuaire ?

Il aurait sans doute la réponse à ces questions lorsqu'il lui ferait face. Il chercha son Surplis du regard pendant plusieurs secondes avant que son esprit embrumé ne se rappelle qu'il l'avait laissé en Enfer. Une impulsion cosmique plus tard et la sombre protection émergea de son ombre après sa traversée des plans d'existence. Rogos remarqua dans le même temps l'aura d'Oblivion qui faisait face à Gareth ; il n'était donc pas urgent de se précipiter au bas des escaliers pour repousser l'envahisseur, même s'il préférait éviter de laisser la jeune fille seule avec l'un de ses anciens camarades. Il ne doutait pas de sa loyauté... mais en ce qui concernait sa capacité à ne pas faire une bêtise par contre...

Le Spectre se débarrassa maladroitement de sa blouse blanche de laboratoire avant de revêtir son armure. Heureusement que l’Étoile Céleste de la Rage était là parce que s'il avait fallu compter uniquement sur lui pour défendre le Château, le Saint serait déjà arrivé à mi-chemin du Puits des Âmes.

Un troisième cosmos vint se joindre à la fête, bien connu lui aussi. Wolgorn. La tension du Dullahan se relaxa légèrement. « Bon, ces deux-là en même temps, ils n'auront pas besoin de mon aide... Du moment qu'ils se concentrent sur l'autre au lieu de s'étriper mutuellement en tout cas. »

Il décida de ne s'impliquer que dans l'éventualité improbable où ses camarades ne suffiraient pas à venir à bout de la menace. Il risquait davantage de les embarrasser s'il se pointait maintenant, avec sa fière allure et sa tête de déterré.

Le conflit à l'extérieur semblait être sur le point de s'embraser mais l'apparition d'une quatrième énergie – inconnue celle-là, bien qu'elle lui rappelle vaguement quelque chose – mit fin aux hostilités. Il semblait que Gareth avait tenté d'attaquer mais avait été contré par le nouvel arrivant, suite à quoi son aura avait disparu. Le cavalier sans tête supposa qu'il avait dû faire usage de ses fameux arcanes gémellaires pour se replier à travers les dimensions ou quelque chose du genre. Il ne voyait pas le vétéran qui avait triomphé de Rhadamanthe se faire dessouder mortellement d'un seul coup... même si la puissance majestueuse et impérieuse qui l'avait terrassé était incontestablement celle d'une divinité.

« Wolgorn et Oblivion n'attaquent pas, la situation doit être résolue. » pensa Rogos. Il aurait donc dû retourner à son travail mais la curiosité était trop forte. Un nouveau Dieu au Château ? Qui cela pouvait-il bien être ? Il n'aurait pas l'esprit tranquille avant que la réponse ne lui soit délivrée, et il n'avait pas envie de simplement demander à un Squelette. Il décida donc d'aller s'enquérir lui-même de l'identité de la nouvelle arrivante, prit quelques minutes pour se rendre présentable et ranger le désordre de son laboratoire avant de le quitter en n'oubliant pas de verrouiller à triple tour derrière lui. Il lui fallut près d'un quart d'heure de marche supplémentaire à travers les interminables couloirs et escaliers avant d'arriver à une salle d'où émanait un mystérieux cosmos. Il toqua poliment à la porte avant d'entrer, s'inclinant immédiatement devant l'occupante des lieux... tout en remarquant l'étrangeté des aménagements que la pièce avait subis.

« Mes hommages Ma Dame, je Vous souhaite la bienvenue en ces lieux. Y a-t-il quoi que ce soit que nous puissions faire pour rendre Votre séjour plus agréable ? »
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Avr - 20:55
Malgré le départ du spectre patibulaire, la déesse de la discorde n’avait pas pu reprendre son entrainement. En effet, un autre spectre, nettement plus amiable, vint la déranger. Légèrement agacée la Déesse de la Discorde lâcha ses poids qui heurtèrent violemment le magnifique parquet. Elle poussa un profond soupir et porta son entière attention sur le nouvel arrivant.

Moins bourru que son prédécesseur, il respectait la hiérarchie naturelle s’imposant entre un humain et une divinité. Après tout, les forces infernales ne sont peut-être pas uniquement composées de causes perdues. La déesse essaya d’afficher un sourire avenant.

-« Non merci, je ne crois pas que vous soyez qualifié pour répondre à mes attentes. Je vous remercie cependant d’y avoir veillé, votre prédécesseur n’a su faire montre d’aucune bienveillance à mon égard. Mais entrez je vous en prie, j’ai grand besoin de compagnie. »

La porte derrière Rogos se ferma d’un seul mouvement et Eris l’invita à s’approcher. Elle prit place au cœur d’un fauteuil somptueux et en désigna un second, d’un standing inférieur, au spectre. L’amicalité d’Eris tranchait nettement avec l’aura oppressante qu’elle imposait à cet espace clos. Agissant en parfait maître des lieux, la divinité entreprit de débuter l’échange.

-« Je viens à peine de m’installer, je suis désolée d’apparaître au cœur d’un tel désordre. » D’aucun préciseront que cet état n’est pas surprenant compte-tenu des titres de l’hôtesse. « Eris, Déesse de la Discorde, enchantée de faire votre connaissance. »

Elle ne prit pas la peine de s’enquérir de l’identité de son interlocuteur, son surplis parlait pour lui-même. Dès lors, les noms et prénoms du spectres relevaient du superfétatoire.

-« Dîtes-moi, j’ai connu ces lieux autrement plus actifs… Les forces infernales sont-elles si clairsemées ? »

Aucune précision sur sa présence en ces lieux, Eris entendait mener les débats dans leur intégralité. Ce faisant, Rogos ne manquera certainement pas de considérer un détail dérangeant qui officiait aux conversations avec la Discorde. Il était impossible de deviner où elle souhaitait en venir, parfois une interrogation anodine peut revêtir une importance considérable à l’esprit divin. Grande amatrice de joutes verbales, Eris distillait savamment les informations à son sujet.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1408
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Avr - 22:12
Dès l'instant où la porte se referma derrière lui, le Dullahan sut qu'il venait de commettre une énorme erreur. Quel imbécile, et dire qu'il aurait pu éviter cette bourde si seulement il avait résisté à la tentation et s'était posé pour réfléchir deux minutes ! Mais il était trop tard. Les premières paroles de la Déesse lui mirent bien vite la puce à l'oreille quant à son identité : le Spectre dont elle parlait ne pouvait être que Wolgorn, le seul qui aurait le cran de manquer de respect à une divinité... et le cavalier sans tête pouvait d'ores et déjà deviner les raisons de ce comportement peu amène, maintenant qu'il avait les idées un peu plus claires.

Eris, donc. La personnification-même des conflits et du chaos, héraut du massacre et de la souffrance, entité malsaine entre toutes. Un être qui représentait et propageait tout ce que les Enfers abhorraient, comme il l'avait fait remarquer à Thanatos Lui-même il y a de cela quelques temps. Leur envoyer Eydis n'était-il pas suffisant, fallait-il à présent que la Discorde vienne en personne planter ses griffes empoisonnées dans leurs affaires ?

« Tout l'honneur est pour moi. » répliqua courtoisement Rogos sans en penser un mot alors qu'il prenait place dans le fauteuil désigné par la Déesse. Il ne doutait pas qu'elle verrait immédiatement au travers de ce mensonge de convenance et s'interrogea dans le même temps sur ce qu'avait affirmé le Faucheur au sujet de Sa sœur. À L'entendre, elle ne disait jamais que la vérité. Cela s'appliquait-il également à l'hypocrisie coutumière des échanges de politesses ou était-elle sincèrement désolée... de ne pas être elle-même à l'origine du désordre régnant en ces lieux ?

« C'est nous qui regrettons de Vous infliger ce triste spectacle, Ma Dame. »

Là par contre, il s'agissait d'une semi-vérité, ce qui était déjà un progrès : ils auraient préféré que nul ne pose les yeux sur ce Château dans son état actuel, ami ou ennemi.

« Notre effectif n'est plus ce qu'il était mais nous travaillons toujours avec le plus grand empressement à l'exécution des desseins de Votre divin frère. Cela a parfois l'effet de laisser la garnison quelque peu dégarnie, comme Vous pouvez le constater. Néanmoins, Sa Seigneurie a su nous mener à une victoire historique au Sanctuaire malgré ces limitations. »

Et ceci en dépit du travail de sape de votre envoyée ainsi que de sa possible collusion avec un Saint... se garda bien de préciser l’Étoile Terrestre.
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Avr - 20:33
-« Ne soyez pas désolé, vous aviez fort à faire. » admit doucement la Déesse après les excuses du spectre.

Elle assimila l’ensemble des paroles de Rogos, seulement, la diminution actuelle des forces infernales n’expliquait pas intégralement le fonctionnement réduit du palais terrestre. La voix du spectre, son attitude et les tourments de son esprit dénotait une omission volontaire, quelque chose coinçait avec les possessions terrestres des troupes souterraines. Enfin, ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne découvre les véritables raisons de l’abandon du Palais…

Eris s’enfonça dans son fauteuil, se saisit de la pomme d’or abritant l’esprit de Driss et commença à manipuler délicatement le fruit, le passant d’une main à l’autre.

-« J’ai appris pour le sanctuaire, toutes mes félicitations. » Loin de toute naïveté, Eris savait que les spectres ne devaient leur victoire qu’aux faiblesses passagères du sanctuaire, mais elle ne souhaitait pas paraitre désagréable en rappelant cet état de fait. « J’ai également appris qu’Eydis vous a causé quelques… difficultés dirons-nous. Sachez que je suis sincèrement déçue de son comportement. » Eris, pensive, leva les yeux vers le plafond et semblait chercher ses mots. « Comment vous expliquer… Eydis est une expérimentation qui a mal tournée, disons qu’elle a fait preuve d’un zèle excessif. »

En déviant la conversation sur le sujet de l’ancienne guerrière de Loki, la déesse espérait retenir l’attention du spectre. Elle notait en lui une curiosité teintée de naïveté, le tout allié à une grande intelligence scientifique. Pour quelles raisons Eydis avait-elle été envoyée en Enfer ? Le seul questionnement qu’elle espérait voir naître chez son interlocuteur.

-« C’est un curieux lapsus que vous venez de faire… Vous suivez les desseins de mon frère, mais n’est-il pas sensé poursuivre ceux du sombre monarque ? » Eris afficha un sourire taquin et reprit doucement « Après tout, votre ressentiment est naturel Thanatos vous a conduit à la victoire et Hadès au désastre. »
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1408
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Avr - 21:47
Alors comme ça Eydis avait « mal tourné » et Eris était déçue... déçue que son agent ait été percée à jour avant d'accomplir ses objectifs sans doute. Quels que soient lesdits objectifs : il admettait que cela l'intriguait mais se retint de pousser plus avant le sujet. Sa curiosité venait déjà tout juste de le mettre dans un beau pétrin, il était hors de question de s'y enfoncer davantage. Peut-être que la Déesse refuserait de répondre de toute façon... et même si elle consentait à éclairer sa lanterne, il n'était pas sûr que ce savoir serait bénéfique au Dullahan. L'ignorance était parfois préférable.

En tout cas, il n'aimait pas les insinuations de la Discorde : il avait la nette impression qu'elle le poussait à la faute, à choisir entre ses deux Suzerains.

« Sa Majesté n'était pas pleinement incarné lors de l'attaque sur les Enfers ; nous seuls sommes à blâmer pour ne pas avoir su défendre Son domaine. » rétorqua Rogos, refusant obstinément d'exprimer la moindre déloyauté à l'encontre de ses divins Maîtres. « N'ayant jamais réellement servi sous les ordres de Sa Majesté, j'ignore si Ses projets différaient de ceux de Sa Seigneurie, cependant je suis certain que Votre frère a à l'esprit les meilleurs intérêts de notre Royaume. Nous ne pouvons en tout cas nous passer de Sa direction. »

Le malaise s'intensifiait bien qu'il fasse tout son possible pour le cacher, aidé en cela – encore et toujours – par son fidèle masque. Elle devrait toutefois faire mieux que ça si elle comptait lui arracher une critique d'Hadès ou de Thanatos. Les Spectres n'avaient pu s'opposer au rouleau compresseur des forces menées par Poséidon, un Olympien au sommet de sa puissance, mais ce n'était pas de la faute du Sombre Monarque : c'étaient les Berserkers qui avaient promis leur aide à Ses serviteurs puis avaient brillé par leur absence à l'heure de la bataille. Avant cela, c'étaient les actions malavisées des Étoiles Maléfiques qui avaient attiré l'attention puis l'ire des Saints et des Marinas.

D'ailleurs, en parlant de ces empaffés en armures brillantes, il ne pouvait s'empêcher de penser que le verbe vénéneux de la Déesse aurait été mieux employé à semer la zizanie entre les parties de cette alliance contre-nature. Même après que le Faucheur leur ait rappelé quel était leur devoir, les paladins d'Athéna semblaient toujours pressés de venir chercher des noises aux gardiens de l'Au-delà – à en juger par la visite de Gareth du moins – tandis que Poséidon, qui avait massacré un demi-million de leurs précieux humains et plongé le monde dans la terreur restait impuni. C'était inacceptable !

Mais Rogos sentait que ses pensées commençaient à vagabonder un peu loin du sujet ; il pouvait sans doute remercier le manque de sommeil. Retour à la case départ, et à la rhétorique du bon petit soldat par la même occasion. « Nous espérons de tout cœur qu'à Son retour, Sa Majesté appréciera l'ampleur des progrès accomplis. »

Son regard s'attarda un instant sur le fruit doré dans la main de la Discorde. Était-ce une âme que ses sens de Spectre percevaient à l'intérieur, prisonnière de quelque effroyable sortilège ? Il se rappela de celle de Sargas dans la poigne du fils de Nyx, puis d'avoir vu ce même Dieu extraire un objet semblable des ruines du Surplis d'Eydis. La Mort avait sans doute rendu et sa Pomme, et sa servante à Sa sœur...

« Je vois que Vous avez récupéré Votre bien. »


Dernière édition par Rogos le Ven 21 Avr - 20:05, édité 2 fois
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 14:59
Ces dévots, sans cesse à justifier ceux qui ont failli. Eris ne parvenait pas à se souvenir d’une époque ou Hadès s’était pleinement incarné. Par contre, à chaque Guerre Sainte, ses frères répondaient présents. Pourquoi Thanatos refusait-il de prendre ce qu’il lui revenait de droit ? Lui et Hypnos devraient mettre à bas le monarque décadent.

-« Et si jamais les projets de mon frère différeraient de ceux d’Hadès ? Pourquoi tant de certitudes à l’égard de Thanatos ? Votre dévotion m’intrigue, elle est sensiblement différente de celle du spectre qui vous a précédé en ces lieux. Pour tout vous dire, ses menaces à mon égard frisaient le fanatisme… » Eris dévoila un sourire carnassier à son interlocuteur. « Et je n’apprécie pas que l’on se permette de me menacer. » Précisa la déesse à l’origine du jugement de Pâris.

Si seulement elle pouvait révéler ce qu’elle savait de Thanatos et de ses intentions félonnes. Elle s’amuserait des dichotomies infernales, les spectres pourraient s’entre déchirer… La raison opposée à la passion, un spectacle qu’elle ne se lassait jamais d’observer. Un spectre tel que Rogos pourrait accepter le fait que Thanatos remplace Hadès. Le fils de Nyx était un sérieux atout attaché aux forces souterraines et, contrairement à Hadès, il avait régulièrement démontré sa valeur. A l’inverse, un fanatique comme Wolgorn n’acceptera aucune incartade à l’encontre d’Hadès, quelle qu’elle soit.

Les dernières paroles de Rogos tirèrent la Déesse de ses projets oniriques. Les spectres étaient donc informés du forfait de Thanatos ? Les derniers mots de Rogos ne laissaient aucune place au doute. La déesse se concentra pour juguler l’immense colère qui montait en elle. Que des mortels soient au courant de son incapacité temporaire était inqualifiable…

-« Non. Ce fruit n’est pas celui auquel vous pensez… Il me sert uniquement à conserver auprès de moi un être qui m’est cher, je refuse que son âme rejoigne le royaume que vous servez. Mon artéfact est toujours entre les mains de mon frère. » Eris se détacha légèrement du fond de son siège pour approcher son visage du spectre. « De cette manière, il s’imagine pouvoir contrôler mes faits et gestes. Croyez-vous qu’il en soit capable ? »
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1408
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 19:22
Voir la Discorde s'offusquer du discours tenu par le Bourreau – s'il ne l'avait pas entendu, le Dullahan avait néanmoins confiance en sa capacité à en imaginer la teneur – était très instructif. Tenter de comprendre la psyché de l'entité inhumaine et plusieurs fois millénaires qui lui faisait face était un exercice périlleux entre tous. Pourtant, il semblait logique de penser qu'à force de ne voir les gens que comme des animaux qu'il lui suffisait d'asticoter pour les voir s'entre-tuer, Eris devait avoir quelques problèmes à concevoir ce qu'était la loyauté indéfectible et inébranlable, la soumission absolue à un Idéal supérieur et immuable.

« Fanatique, Ma Dame ? Comment pourrait-il en être autrement ? Nous servons des Dieux éternels, pas des humains. Vous-même ne renonceriez jamais à Vos principes, j'en suis convaincu. Nous nous devons de faire preuve d'une dévotion à la hauteur de la vision de nos Maîtres ; ceux qui ne sont pas capables de se consacrer corps et âme à leur tâche n'ont rien à faire dans nos rangs. »

Il ne présenterait aucune excuse pour les paroles de Wolgorn, d'abord parce qu'il n'avait pas à s'écraser à la place de quelqu'un d'autre et ensuite parce que son camarade n'avait à son sens rien fait de répréhensible. Là aussi Eris pouvait insinuer autant qu'elle voulait, le cavalier sans tête avait déjà eu à subir l'intimidation de l'Empereur des Océans en personne, il ne céderait pas pour moins.

« Le Bourreau ne fait que son devoir, Ma Dame : avertir ceux qu'il considère comme une menace pour les Enfers... » et les exécuter si la dissuasion ne suffit pas, se retint-il d'ajouter. « Il ferait de même avec Athéna ou Poséidon mais jamais il ne déshonorerait sa fonction en passant à l'acte sans une excellente raison. Mon rôle n'est pas le même, d'où la différence de comportement. Quant aux projets de Sa Seigneurie... la question ne se pose même pas ; Il est demeuré aux côtés de Sa Majesté depuis la nuit des temps et est Commandant en Chef des Armées Infernales en Son absence, ce n'est pas à nous simples soldats de remettre en cause Ses décisions. »

Il allait finir par énerver la Discorde à force de jouer à ce petit jeu-là... Mais c'était apparemment l'évocation de sa Pomme qui touchait un point sensible. Elle révéla qu'il ne s'agissait que d'un artefact de remplacement – en voilà une Déesse prévoyante, le Dullahan se demandait si les Saints avaient aussi un Rosaire de rechange, auquel cas il faudrait de nouveau sévir – tandis que l'original restait en possession du Faucheur.

« Veuillez me pardonner Ma Dame, mais le fait que Sa Seigneurie estime avoir besoin de garder une forme d'assurance Vous concernant ne me rassure pas quant à Vos intentions concernant les Enfers. Je m'abstiendrai également de porter un quelconque jugement sur le bien-fondé ou même la faisabilité de la chose ; ce sont des affaires qui ne regardent que Vous et Sa Seigneurie et je Vous serais gré de ne pas nous y impliquer.»
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 21:09
-« La dévotion humaine est le pire des fléaux… » rétorqua doucement la déesse. « J’exècre l’aveuglement des hommes envers les dieux… Je n’existe que pour révéler les hypocrisies divines et humaines. » d’où son titre, personne n’aime être placé devant ses turpitudes.

Eris quitta son siège et se dirigea vers la fenêtre la plus proche afin de profiter d’une éclaircie. Elle ferma doucement les yeux et offrir son visage à l’astre divin. Elle espérait secrètement ne pas à avoir à s’éterniser en ces lieux, les spectres et les enfers la déprimaient.

-« L’intégralité de mes semblables obéissent à une logique, la plupart du temps elle résulte d’une soif de pouvoir. Les aspirations de mes frères recoupent en certains points celles d’Hadès, mais elles diffèrent souvent. N’oubliez pas que nous sommes issus d’entités primordiales, le jeu des Olympien est souvent loin de nos aspirations. » La déesse rouvrit délicatement les yeux, des nuages commençaient à masquer la luminosité. « J’estime cependant être différente, je ne recherche ni pouvoir, ni domination… En réalité je domine déjà. »

La déesse ne se trouvait plus devant la fenêtre mais derrière le fauteuil occupé par le Spectre. Elle posa ses mains sur le dossier et pencha sa tête à côté du casque de Rogos… L’appréhension du spectre gagnait en intensité.

-« Je vais vous révéler un secret. » dit-elle avant de reprendre en murmurant. « De tous les immortels, je suis la seule véritable, en ce qui me concerne le titre divin est une simplification grossière. En réalité, de simples doutes, tensions ou querelles suffisent à mon existence. Contrairement aux Olympiens, je ne tire pas mes forces de mon ascendance mais de ce que je suis. Aussi, mes corps peuvent être détruits, mon cosmos surpassé, mais jamais mon esprit ne pourra être scellé. »

Eris se retira légèrement et épousseta les épaulières du spectre. « Comprenez qu’il est dans l’intérêt du Royaume Infernal que je ne prenne pas mon frère en grippe. Si je devais m’opposer à lui, vous risqueriez fort d’en subir les conséquences… Soyez certains que les spectres ne m’effraient pas le moins du monde. Je connais les faiblesses des êtres quels qu'ils soient.»
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1408
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Avr - 15:54
Le point de vue d’Éris était radicalement incompatible avec celui de l’Étoile Terrestre. Si sa soi-disant quête de vérité et d'honnêteté était louable, il ne pouvait adhérer un seul instant au reste de sa doctrine. Le monde de la Discorde ne semblait pas accorder une grande place à la confiance, à l'altruisme, à l'abnégation... et sans cela, les humains étaient moins que des animaux, incapables de mettre de côté leurs différences pour accomplir quoi que ce soit de grand ou d'admirable. Heureusement que d'autres concepts venaient juguler son influence, modérer son emprise de façon à éviter que le monde ne dégénère en un état de guerre de tous contre tous. Certains mensonges, certaines illusions avaient leur utilité.

« Vous ne faites que retirer des masques, et ce qui arrive ensuite n'est qu'un regrettable dommage collatéral ? » se contenta-t-il de commenter, préférant ne pas en dire plus. Il la critiquait intérieurement, mais se demandait en quoi il serait différent à sa place. Quelle part de sa conduite était due à sa nature, et quelle part à l'exercice de son libre-arbitre ? En vérité, il n'était pas sûr qu'il échangerait sa position actuelle pour celle de la Déesse, pas même avec tout ce pouvoir à la clé. Pour rien au monde il ne voudrait contempler l'univers à travers ses yeux.

Un frisson glacé lui traversa l'échine lorsqu'elle se plaça derrière lui, à l'emplacement parfait pour lui faire payer le prix de son impertinence. Elle n'avait nul besoin de s'octroyer un tel avantage pour y parvenir, bien évidemment. Simple artifice pour l'effrayer encore plus. Et puis il se rappela Poséidon et son angoisse diminua. Que ces deux divinités aient en commun d'aimer perdre leur temps à intimider de pauvres petits péons comme lui avait quelque chose d'hilarant. Il évita cependant de le faire remarquer à voix haute, ne tenant pas à ce qu'il vienne à l'idée de la sorcière de le faire ressembler à son totem en le soulageant de sa tête. Ou pire encore.

« Votre frère n'est-Il pas dans le même cas ? Voir la Mort disparaître serait un fameux paradoxe. » observa-t-il à la fin de la divine confidence. Si Thanatos avait raison et que Sa sœur ne proférait jamais sciemment de mensonge, il semblait toutefois que celle-ci était toujours en mesure de tordre un peu la vérité, voire de se mentir à elle-même. Elle parlait de l'immortalité de sa nature profonde, mais le Faucheur était pour le Spectre une existence tout aussi fondamentale que la faiseuse de chaos et peut-être même plus. Quant à sa prétendue invulnérabilité... peut-être ne pouvait-elle être définitivement détruite ou emprisonnée, cependant il devait rester possible de la mettre temporairement hors d'état de nuire. Ces mécréants de Saints arrivaient bien à sceller Leurs Seigneuries, la Mort et le Sommeil, alors pourquoi pas la Discorde ?

« Je garderai Vos avertissements à l'esprit Ma Dame, mais je ne vois pas en quoi cela changerait quoi que ce soit. Nous obéissons à Sa Seigneurie, nous ne pouvons Lui dicter Sa conduite et si quelque conflit venait à émerger entre Vous, nous n'aurions d'autre choix que de Le protéger. Quelles qu'en soient les conséquences pour nous. »

Et maintenant, avait-elle fini de le menacer en lui mettant son gros pouvoir divin en pleine figure ? Était-il libre de repartir se consacrer à quelque chose d'utile, pour changer ?

HRP : Une fois de plus, Rogos est suicidaire... Il va finir par lui arriver des bricoles à ce garçon.
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Avr - 17:04
-« Les dieux ne poursuivent jamais qu'un but : limiter, enchaîner, assujettir l'individu, le subordonner à une généralité quelconque. Je m'efforce d'ouvrir une nouvelle voie, de permettre à chacun de prendre ses décisions en possédant toutes les données du problème. »

La déesse avait repris place dans le fauteuil face au spectre, la porte d'entrée se déverrouilla. Le spectre pouvait s'en aller s'il le souhaitait. Eris se radoucit et reprit doucement, il devenait inutile de poursuivre les menaces, ce serait contre-productif. D'autant plus que Rogos se trompait, si jamais un affrontement éclatait entre le frère et la sœur. Les premiers coups portés par Eris ne viseraient pas la Mort.

-« Thanatos et moi avons un accord, il m'a demandé de veiller à la protection de ce palais. Ce que je ferai, contrairement à ce que vous imaginez, je respecte toujours la parole donnée. » Lorsque la réciprocité est de mise bien entendu.« Le Chevalier d'Or des Gémeaux est venu chercher la mort en ces lieux, lorsque nous nous sommes affrontés j'ai senti qu'il souhaitait que je le tue... Mais il s'est ravisé.»

Pourquoi ? Un sentiment étrange agitait l'esprit divin, un détail qu'elle ne parvenait pas à identifier. Il se pourrait que ce ne soit qu'une vétille, mais il se pourrait que ce soit important.

« Gareth et ma fille se sont rencontrés une fois... Nous cherchions le moyen d'infiltrer les Dimensions Hindoues et nous avons appris que le Chevalier d'Or des Gémeaux avait réussit cet exploit. Mais il ne nous a jamais révélé son secret, et pourtant nous savons nous montrer persuasives. C'est un homme qui a son devoir chevillé au corps, mais pas aujourd'hui, il est venu pour une raison personnelle. Peut-être cherchait-il quelqu'un ? Pourriez-vous vérifier vos registres pour moi et me tenir informée ?»

Avec cette demande, la Déesse congédia Rogos, elle en avait assez fait pour aujourd'hui. Avec un peu de temps et de méthode, ce spectre pourrait devenir un précieux allié. Plus précieux qu'elle ne l'estimait.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1408
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Avr - 22:39
Elle continuait de se prétendre différente des autres divinités... Quel but poursuivait-elle alors, si ce n'était de condamner les mortels à l'incertitude, à la méfiance et à l'affrontement ? Malgré ses dénégations, cela ressemblait tout à fait au type de « généralités » propagées par ses semblables. Enfin, la Discorde semblait revenir à de meilleurs sentiments, il n'allait pas gâcher ce rayon de soleil en lui renvoyant ses mots au visage. Mieux valait réagir à ses affirmations rassurantes sur la promesse faite à la Mort.

« Je suis heureux de Vous l'entendre dire, Ma Dame. Nous pourrons mener notre mission à bien sans crainte d'une nouvelle invasion. »

Rogos pensait être tiré d'affaire... quelle naïveté. À peine croyait-il en avoir terminé que la conversation reprenait pour s'aventurer à nouveau en terrain glissant. Tout à son envie de déguerpir au plus vite de cette pièce, il n'avait pas cherché à questionner la Déesse sur ce qu'il s'était passé à l'entrée du Château. Il aurait de toute façon été mieux renseigné en s'adressant à ses collègues, Eris n'étant arrivée qu'à la fin de la visite explosive du Saint des Gémeaux. Il avait une assez bonne idée de ce qui avait dû amener Gareth, sinon à venir en ces lieux, du moins à opérer ce revirement mental qu'elle mentionnait. Le cavalier sans tête n'était cependant pas sûr qu'il lui appartenait de divulguer ces informations. Qui sait ce qu'elle pourrait faire du secret d'Oblivion ? Pourtant, rejeter d'emblée la requête de la Discorde ou lui opposer un pur mensonge... il était tiraillé entre plusieurs possibilités, ce qui le laissa songeur pendant quelques secondes.

« Nul besoin de vérifier les registres si mon hypothèse s'avère exacte. » choisit-il finalement de répondre. « Je ne puis néanmoins Vous livrer le renseignement que Vous attendez de moi ; ce n'est pas à moi de le révéler. » Il s'inclina en signe d'excuses, sincères cette fois... même si celles-ci n'étaient pas uniquement adressées à son interlocutrice. « Je Vous conseille de poser la question à Sa Seigneurie... ou à un autre de mes camarades. Eux seuls pourront Vous donner satisfaction. »

Eris ne mentait pas et honorait ses serments, à en croire l'intéressée et le Faucheur. Le Dullahan avait également un code de conduite : il ferait ce qui était en son pouvoir pour accommoder la Déesse puisque son séjour en ces murs était de la volonté de Thanatos... mais dans le même temps, il avait l'obligation de protéger ses coreligionnaires. Il ne permettrait pas que la Mante soit impliquée dans les manigances de cette intrigante, devienne un de ses pions par sa faute. Peut-être ne faisait-il que se défausser de sa responsabilité en retardant l'inévitable car son comportement ne manquerait pas de mettre la puce à l'oreille de l'instigatrice des conflits...

Il salua derechef et prit congé puisque la Discorde le permettait. Refermant délicatement la porte derrière lui, se faisant violence pour ne pas se mettre à courir dans le couloir comme un dératé, il attendit d'avoir atteint une autre aile de l'édifice avant de relâcher toute la pression accumulée en un puissant soupir de soulagement. Ce n'est qu'avec un temps de retard qu'il prit conscience d'à quel point il avait eu la peur chevillée au corps.

4, 5 ,6 cueillir du vice