avatar
OliviaChevalier noir de l'Argos
Chevalier noir de l'Argos

Date d'inscription : 01/10/2016
Nombre de messages : 161
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena, Nathalia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Mar - 23:39
9h57.
J’attendais, fébrile, à l’entrée du musée. Vérifiant l’heure par intervalles de cinq secondes, n’en pouvant plus d’attendre l’ouverture. J’avais découvert l’existence de ce musée un peu par hasard, et je m’étais promis d’y passer au plus vite.
9h58.
Pour passer le temps, je repensais à mon passage à La Havane. Au moment où j’ai découvert que mon frère aussi s’était retrouvé embarqué à cette époque. Même si lui avait eu le temps de continuer à grandir depuis. Je l’avais toujours considéré comme une sorte de frère jumeau même si je suis née plusieurs mois après lui- Asling étant de début d’année, et moi, de fin. Mais à présent, ça ferait bizarre de dire aux gens qu’il est mon frère jumeaux alors qu’il a plusieurs années de plus que moi. En tout cas, le revoir avait été une joie immense.
9h59.
Cette fois ci, je ne détachais plus mes yeux de ma montre. Les secondes défilaient bien trop lentement à mon goût. Ca ne faisait vraiment pas cinq minutes de plus que j’attendais ? Juste cinq secondes ? Quelqu’un avait ralenti le temps c’est pas possible autrement…
10h00
Je me redressais vivement, prête à bondir pour franchir les portes. Dans un instant. Dans un tout petit instant, elles allaient s’ouvrir, et j’allais pouvoir visiter ce musée, et découvrir milles et une merveilles. Des inventions toutes plus géniales les unes que les autres. Dans un tout petit instant…
10h01
Bon. D’accord. Elles ouvrent à peu près dix heures. N’empêche que cette dernière minute fut plus longue que la précédente. C’est ce qui me sembla du moins. Mais, enfin, les portes du musée s’ouvrirent et j’entrais dedans parmi la foule de touristes. Le musée était gratuit, je n’avais pas à débourser la moindre pièce pour le visiter, mais je notais dans un coin de ma tête que si jamais la visite était aussi passionnante que je me le figurais, il faudra que je revienne faire un don quand j’aurais cessé de vivre sur la revente de mes pièces d’époques.
Une fois entrée, je m’arrêtais un instant et regardais autour de moi, le cœur battant.
Cette journée allait être magnifique.

avatar
OliviaChevalier noir de l'Argos
Chevalier noir de l'Argos

Date d'inscription : 01/10/2016
Nombre de messages : 161
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena, Nathalia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Mar - 22:07
Je commençais à m’avancer dans le musée. Sous mes yeux émerveillés s’étalèrent une multitude d’objets qui m’étaient totalement étrangers. Des choses qui, certes, me fascinaient, mais dont je ne comprenais rien. J’étais frustrée, car même les explications inscrites ne m’éclairaient pas assez. Pendant un long moment, je déambulais dans le musée, les sourcils froncés. Finalement, alors que je commençais à désespérer, j’aperçus un homme en train de parler à deux filles de mon âge devant une étrange machine en route. Je retins mon souffle en m’approchant, priant pour qu’il ne parle pas une langue étrangère.

« De l’anglais ou de l’espagnol. Par pitié. De l’anglais ou de l’espagnol.

Oui, j’ignorais encore que le cosmos me permettait de comprendre les langues que je ne connaissais pas. Une fois assez proches, je parvins à entendre leurs paroles :

–Cette machine-là ? C’est une machine à vapeur. Savez-vous comment ça fonctionne ?

Je l’ignorais totalement, aussi, je restais à proximité pour entendre l’échange entre les trois personnes tandis que l’homme expliquait le fonctionnement de la machine. Je compris rapidement qu’il s’agissait d’élèves avec leur enseignant, et je décidais de les suivre pour jouir des explications de l’homme. J’essayais de mémoriser tous les noms qu’il citait, toutes ses explications, je buvais avidement ses paroles, les yeux luisant de fascination chaque fois qu’on passait devant une nouvelle curiosité. Moteur à air chaud, moteur diesel, et un tas d’autres choses encore. Cette journée s’annonçait déjà grandiose et bien remplie. Ils me guidèrent finalement dans une autre salle, où l’homme commença à donner des explications sur la télécommunication au travers des siècles, une chose dont j’avais alors beaucoup de mal à comprendre le fonctionnement. Un peu à l’écart, les yeux fixés sur l’exposition, je prenais gare à ne manquer aucun mots. On s’arrêta également devant une bien étrange machine dont je ne me souviens guère du nom, mais encore des initiales, SSEM- ça devrait me suffire à retrouver le nom plus tard.
Comme ils changeaient à nouveau de salle, je les suivit aussitôt, bien que j’aurais aimé trainer encore un peu pour admirer les objets exposés, je tenais à ne pas les perdre, et, avec eux, les précieuses explications de l’enseignant.
avatar
OliviaChevalier noir de l'Argos
Chevalier noir de l'Argos

Date d'inscription : 01/10/2016
Nombre de messages : 161
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena, Nathalia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Mar - 21:48
Le petit groupe me guida dans une salle où reposaient d’immenses machines de transport sur rails. Avec un petit cri impressionné je me précipitais vers l’une d’elle et m’arrêtais devant, levant la tête pour en regarder le sommet, le souffle coupé.

« La roue fait ma taille !

M’exclamais-je malgré moi. J’entendis des gloussements derrière moi et n’eut pas besoin de me retourner pour savoir que les deux filles se moquaient de moi, mais je n’y prêtais guère attention. En temps normal je n’aurais jamais laissé passer ça, et je me serais assurée qu’elle le regrette amèrement pour plusieurs jours. Mais je n’avais aucune envie qu’on me jette dehors ; j’avais encore bien trop de choses à découvrir dans ce musée. Comme leur enseignant s’était arrêté pour reprendre ses explications je m’approchais à nouveau mine de rien, feignant d’observer la machine de transport à côté de lui. J’avais eu l’occasion d’en voir de beaucoup plus récentes, complètements différentes, beaucoup plus rapides, mais celles-ci n’en demeuraient pas moins incroyables à mes yeux. Pendant un instant, il me sembla que l’enseignant me jeta un regard en coin, un léger sourire aux lèvres, mais comme cela ne dura qu’une fraction de seconde, je supposais que je m’étais fait des idées. Je les suivit dans une autre salle en songeant que j’aurais dû amener de quoi prendre des notes. C’est ainsi que j’arrivais dans une salle remplie de machines volantes cette fois. Là encore, les récentes ne m’étaient pas étrangères, j’avais déjà embarqué à bord de l’une d’elle, et, même si l’idée que l’homme soit à présent capable de voler ma fascinait, je n’avais pas vraiment apprécié le voyage, pensant sans cesse à la distance qui me séparait du sol en cas de problème. Je buvais à nouveau les paroles de l’homme que je suivais. Les deux filles finirent par rejoindre un groupe d’élèves pour bavarder avec tandis que je détaillais une des machines exposée avec admiration.

- He bien, j’aimerais que mes élèves boivent mes paroles avec autant de passion.

Je sursautais et fit volt-face. L’homme était à côté de moi et regardais lui aussi l’objet volant. Il finit par tourner la tête vers moi en souriant. Je rougis et détournais le regard.

- Ce… Ça m’a toujours beaucoup passionné. Je suis venue spécialement pour voir ce musée. Je… C’est incroyable tout ce que l’homme a été capable d’inventer. Tant de machines qui semblaient irréalisables il y a trois siècles… Qui aurait pu croire qu’un jour on pourrait fendre le ciel comme on sillonnait les océans…

Et un jour, j’en ferais partis. Je serais l’un de ces génies qui créera une machine qui changera le futur à jamais. Un bon changement. J’allais améliorer le futur. Rendre notre monde meilleur. Même si j’ignorais encore comment.

-Tu es venue avec tes parents ? Je n’ai vu personne avec toi.

Mon sang se figea dans mes veines et je réfléchis à toute vitesse à une excuse valable. Je ne tenais pas à m’attirer d’ennuis.

-Ils… Ils se font vieux, ils avaient mal aux jambes alors ils sont restés à l’entrée en m’attendant.

Je pivotais de nouveau vers l’homme et ajoutais en souriant avant qu’il ne me pose d’autres questions gênantes.

-Ça fait un moment d’ailleurs. Je ferais mieux de les rejoindre, ou ils vont s’impatienter. Merci beaucoup pour toutes ces explications, j’ai beaucoup appris aujourd’hui.

Puis, je m’éclipsais sans demander mon rester.

Museum of Science and Industry