:: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Les Royaumes d'Yggdrasil :: MidgardAller à la page : Précédent  1, 2
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 620
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Mai 2017 - 16:16
Autour d’eux, l’auberge disparut pour laisser la place à une grotte de glace, plongée dans la pénombre. Wulf n’aimait pas cela, était-ce une autre illusion ? Ou alors avaient-ils été transporté en un autre lieu. Le Hamr du Fourbe était de nature divine, et si Wulf pouvait clairement le sentir maintenant, il demeurait incapable d’en comprendre les effets. Face à eux, se trouvait un corps assis sur une sorte de trône de pierre, totalement recouvert par la glace, et entravées par de puissantes chaines recouvertes de symboles runiques d’où émanaient une faible lumière au travers de la glace. Le corps à l’intérieur était difficilement identifiable, mais Loki leur expliqua qu’il s’agissait-là de son corps, enfermé par Hèl.

Ce n’était pas Freya qui vous avait neutralisé ? J’avais manqué de de très peu votre combat avec elle à l’époque.

Wulf restait méfiant, surtout qu’il savait que si le Forgeur des mensonges les avait emmenés en ces lieux ce n’était pas un vrai gage de confiance, il s’agissait surtout d’une manière de les avertir des conséquences en cas de refus, jamais il ne les laisserait repartir après avoir vu son véritable état. Mais qu’importait, pour Wulf cela ne changeait rien à ses convictions.
 
Alors que le décor de la taverne réapparaissait autour d’eux, l’esprit du guerrier-fauve était en pleine activité. La surprise des paroles de Loki l’avait déjà permis d’un peu se calmer, mais la trace du Wod demeurait forte dans son aura bien que la garde du porteur de l’Ulfark semblât se relâcher. Il était troublé par les paroles de Loki, ce dernier affirmait agir dans l’intérêt des Royaumes du Nord ce qui n’était pas impossible, et il affirmait également ne pas vouloir demander à Wulf de renier ses anciens serments ou ses convictions. Mais de tout cela, il avait du mal à le croire, non seulement il s’agissait du Fourbe, terme qu’il revendiquait, mais en plus certains points qu’il avait en mémoire le dérangeait au plus haut point par rapport à l’argumentaire qu’il venait d’entendre.

Mais d’un autre côté, Loki ne lui proposait rien de moins que de lui permettre d’acquérir la maitrise de son Wòd, rien de moins que l’objectif que cherchait à atteindre Wulf depuis qu’il était devenus un guerrier-fauve. Les guerrier-fauve étant parvenus à cette exploit se comptait sur les doigts d’une main, le plus célèbre étant Bödvär Bjarki, l’un des compagnons du célèbre Hrolf Kraki, et certains affirmaient que le grand Beowulf était dans le même cas. Cette perspective était très tentante pour l’Asgardien augmentant encore le doute en lui. Mais il avait du mal à accepter, il ignorait toujours le prix qu’il aurait à payer pour cela et surtout il craignait que cette solution soit mauvaise. La seule fois où il avait céder à la facilité pour recevoir plus de puissance s’était très mal finis, qu’est-ce qui lui disait que s’il refaisait ce choix, s’il acquérait cette maitrise sans que ce ne soit de son propre fait, que ça n’engendrerait pas encore plus de malheur ? Mais cela lui permettrait d’enfin arrêter de vivre en paria, évitant les lieux habiter autant que possible.
 
Ce fut à ce moment qu’Amarok surpris Wulf en se relevant pour dire à Loki qu’en définitive, il refusait l’offre qui lui était faite, et disant le plus naturellement du monde qu’il allait s’en aller. Wulf ne savait pas quoi penser de cela, Amarok avait-il trouvé un courage insoupçonné en lui ? Où n’était-il simplement pas conscient de la situation dans laquelle ils étaient ? Alors qu’Amarok arrivait à son niveau, Wulf l’arrêta en lui saisissant l’épaule.

-  Bien que je sois content de voir que tu ne cèdes pas aveuglément aux promesses de Loki, je crains qu’il ne soit pas prêt à nous laisser partir aussi facilement, sinon il nous aurait pas montré son véritable corps. Et surtout, ne tourne jamais le dos a une personne que tu viens d’éconduire. Au passage, vois si tu ne trouves pas une faille dans ses illusions, tu es probablement mieux qualifié que moi pour cela, c’est probablement ta seule chance de t’échapper, car il semble en avoir plus après moi.
 
Il était toujours prêt à commencer le combat en cas d’agression de la part de Loki, mais il doutait que ce dernier attaque tant qu’il avait l’espérance de les rallier. Malgré les doutes dans son esprit, la loyauté de Wulf envers Odin demeurait intacte, mais il avait encore des questions à poser, bien qu’il craignait déjà d’entendre les réponses.
 
Je suis prêt à te laisser le bénéfice du doute quand tu déclares que tes actions ont toujours été mal interprété. Mais dans ce cas, explique-moi en quoi le meurtre de Balder le Beau, le fils chéris de notre souverain, était-il dans l’intérêt des 9 Royaumes ? De plus, je me souviens aussi d’avoir vu de mes yeux Freya avoir désensorceler Harald de Delta qui était sou ton contrôle. Est-ce un sort similaire qui nous attends si nous nous soumettions à toi? Á moins que ce ne soit ton recours en cas de refus ?

Il avait posé ces questions dans le but d’éprouver la solidité des arguments du dieu et pour gagner du temps. Néanmoins, il n’avait pas encore totalement fermé son esprit à la promesse qui lui était faite, mais il voulait être prudent avant de s’engager plus en avant.

Tu affirmes également que jamais tu ne me demanderas de renier quoi que ce soit, qu’il s’agisse de mes valeurs ou de mes serments. Dans ce cas, si tu m’observes depuis si longtemps, tu dois savoir qu’en cas de conflit entre mon allégeance à Odin et l’éventuel accord que tu me proposes, il n’y aura aucun doute de quel côté mon honneur me poussera à me tenir. En sachant cela, qu’espère-tu me faire faire si j’acceptais de te rejoindre ?


Bien que son principale but était de gagner du temps, Wulf pensait chacune de ses paroles. Les questions qu'il avait posé n'étaient pas simplement là pour occuper le Fourbe, il avait un vrais intérêt pour les réponses qu'il lui donnerait. Bien qu'au fond de lui, il craignait que les réponses qu'il entendrait ne fasse vaciller sa loyauté.


Hrp:
 
avatar
LokiDieu de la Fourberie
Dieu de la Fourberie

Date d'inscription : 31/03/2012
Nombre de messages : 553
Age : 36
Double Compte : Olrik

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Mai 2017 - 23:06

Amarok surpris le Dieu. Il avait semblé prêt à le rejoindre et maintenant, voilà qu’il voulait se défiler.

_ Tes paroles pourraient m’offenser et tu les prononces en le sachant. Tu es courageux et j’apprécie cela. Par contre, si tu penses que les illusions sont mon seul domaine de prédilection, c’est que tes formateurs ont été bien inutiles. Je n’ai rien à envier à Odin sur le plan de la magie ou sur celui de la puissance.
Aujourd’hui et plus que jamais, je suis son égal !


Loki avait prononcé ses paroles sans colère mais avec suffisamment de sentiment noir pour que tous puissent comprendre qu’il faisait des efforts.

_ Si tu souhaites rencontrer Harbard avant de faire ton choix, je ne ferais rien pour t’en empêcher mais je ne pourrais te laisser conserver les traces de ma prison dans tes pensées… Ou même de notre rencontre jusqu’au moment où ton esprit aura fait son choix. Là-dessus, Wulf a tout à fait raison.

Le Fourbe n’aimait pas la tournure des évènements. Il souhaitait repartir avec deux nouveaux alliés et pour le moment, ni l’un ni l’autre ne semblait vouloir se laisser manipuler comme il souhaitait.

Les paroles du guerrier fauve le réconfortèrent quelque peu, tous ses espoirs n’avaient pas disparu.

_ Ha Balder… Ma plus grosse erreur. J’ai beau être un Dieu, je n’en reste pas moins un individu capable du pire comme du meilleur. Et surtout, je n’en reste pas moins dénué de sentiment. Mon crime… Le meurtre du bien aimé fils d’Odin, a été une véritable erreur que j’ai commise alors que j’étais aveuglé par la haine et la colère. Cela a toujours été mes plus grands défauts : je m’emporte bien trop facilement. A peu de chose près, nous sommes pareil Wulf, nous manquons de contrôle. Mais j’en ai tiré des leçons depuis lors et je parviens désormais à me contrôler. C’est bien cela que je serais prêt à t’apprendre.

Quant à Delta, j’ai l’impression que tu ne connais pas toute l’histoire. Je n’ai jamais agis sur lui contre sa volonté. Il désirait plus de puissance et sa conscience l’empêchait de se libérer de certaines réserves pour y arriver. Mon… Envoutement, lui a juste permis d’y parvenir. D’après tes paroles, il a dut regretter son choix mais je ne peux être tenu responsable de sa versatilité. Dans tous les cas, je ne vous réserve nullement le même traitement. Je veux vous avoir auprès de moi en toute connaissance de cause. Si vous refusez de me suivre aujourd’hui, je ferais juste en sorte que vous oubliez tout cela.


Un franc sourire étirait de nouveau les lèvres du vieux corps d’emprunt.

_ Il y a bien longtemps que j’ai abandonné tout esprit de querelle envers Odin. Ton allégeance ne sera pas remise en cause en étant auprès de moi. Tout ce que je désire est le bien de ces royaumes qui ont beaucoup trop souffert et souvent par ma faute, je l’admets volontiers. Ensemble, tous les trois ainsi que mes autres fidèles, nous pourrons relever Asgard et apporter au peuple la paix dont il a besoin. Face à notre puissance et à nos convictions, le Père de Toutes Choses sera forcé de voir le bien fondé de nos intentions. Mais je ne pourrais parvenir à cet idéal que grâce à votre aide.

Loki espérait être suffisamment convainquant. Pour le moment, le fait qu’ils le suivent lui suffirait, il verrait par la suite ce qu’il conviendra de faire.

_ Je le répète : venez avec moi…



avatar
AmarokBranche de Niflheim
Branche de Niflheim

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 436
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Asling

Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Mai 2017 - 19:17
Wulf avait raison, s’ils voulaient sortir d’ici sans froisser le dieu, ils allaient devoir trouver un plan. Hors, les illusions de Loki était beaucoup trop forte pour le jeune homme. Loki s’adressa alors à Amarok, lui disant qu’il n’avait rien à envier à Odin en termes de magie. L’inuit n’allait pas le contredire, il admettait volontiers d’être tête en l’air. Le dieu lui confia aussi qu’il accepterait de le laisser partir, mais qu’il lui enlèverait tout souvenir de ce qu’il venait de se produire ici.

- Je ne voulais pas vous offenser seigneur, j’avoue ne pas tout écouter de ce que me raconte Dain… il a un tel débit de paroles parfois, vous devriez l’entendre vous faire un exposé sur Fáfnir, je suis sûr que même vous vous ne tiendriez pas longtemps.

Le maître des esprits savait qu’il s’éloignait du sujet, mais il avait besoin de gagner du temps, s’il voulait trouver un moyen de sortir d’ici vivant. Bien sûr, le dieu n’avait pas l’air aussi dangereux que le prétendait Wulf, même s’il s’agissait peut-être d’une façade pour cacher ses véritables intentions.

- Enfin je divague, mais… toujours sans vous insulter, si j’oublie tout, comment je pourrais vous choisir ? Il y a plus de chance que je vous cherche de nouveau, pour entendre vos arguments. Mais je ferais avec, je ne me plaindrai pas.

Amarok se mit alors à sourire, venant de se rendre compte de la stupidité de sa dernière phrase.

- Enfin, comment je pourrai me plaindre de toute façon, puisque je ne m’en souviendrai plus.

Wulf, qui lui était là depuis bien plus longtemps que la branche de Niflheim, posa de nouveau des questions au fourbe, qui lui répondit. Etait-il honnête ou cachait-il la vérité ? Le guerrier ne pouvait le savoir, mais il avait envie de croire le dieu. Si les Hommes font des erreurs, pourquoi les dieux ne pouvaient-ils pas en faire aussi ? Une nouvelle fois, Loki leur demanda de le rejoindre. Amarok était tenté de le suivre, pas pour devenir plus fort ou pour avoir plus de connaissance, mais juste pour que le dieu ne soit plus seul.

- Je vais accepter votre punition seigneur. Je suis sûr que nos chemins se recroiseront un jour. Et quel que soit la décision que j’aurai prise d’ici là, je ne pense pas que nous serons ennemis pour autant. Je ne choisirai pas un dieu pour le servir, mais uniquement pour pouvoir protéger notre royaume. Nous avons la chance de pouvoir être soudé, de ne pas être comme les grecques qui se disputent le contrôle de la terre.

Le point de vue de l’inuit était peut-être trop naïf, mais il avait dans l’espoir que les dieux nordiques pouvaient faire mieux que ce qu’il avait pu voir du monde extérieur.

hrp:
 
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 620
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Mai 2017 - 15:03
Wulf fut une nouvelle fois assez surpris par la réaction d’Amarok, lui arrachant un haussement de sourcils dubitatif, et il ne savait pas vraiment quoi penser de ce dernier. Il avait commencé par presque se jeter aux pieds de Loki en espérant survivre avant de se raviser et refuser l’offre qui lui était faite, et maintenant, il parlait au dieu de la ruse comme s’il parlait à n’importe quel camarade de taverne. Les Ases avaient beaux avoir un lien avec leurs divinités plus proche que la plupart des autres peuples, l’attitude d’Amarok restait assez nébuleuses aux yeux du guerrier-fauve qui ne savait plus quoi en penser.

Loki venait de proposer une échappatoire, mais elle ne semblait concerner qu’Amarok. Wulf avait de sérieux doute qu’elle soit valable pour lui également. Alors que Loki parlait, Wulf se déplaça dans la taverne, prenant soins de rester dans les ombres, il ne saurait dire pourquoi, mais son instinct lui disait de ne pas pénétrer dans la zone de lumière dans laquelle se tenait Loki. Il devait bien avouer que le forgeur de mensonge ne correspondait pas à l’image qu’il s’était forgé. Il restait en mouvement, comme un loup tournant autour de sa proie à la recherche d’une faille à exploiter, mais il était conscient qu’en ce moment, il était plus probablement la proie.

La promesse du dieu du feu de l’aider à maitriser son Wòd ne cessait de gagner en intérêt à ses yeux, mais certaines choses dans ce que disait Loki sonnaient dissonant à ses oreilles. Pour commencer, il n’était pas sûr que le parallèle fait entre son cas et la mort de Balder était pertinent. Tous deux n’avaient certes pas sut se contrôler, mais Wulf passait dans ce genre de cas dans une rage terrible et aveugle, tandis que si les légendes étaient vraies, Loki avait planifié le meurtre de Balder du début à la fin, trouvant sa seule faiblesse, créant l’arme et trouvant et manipulant celui qui la manierait.

Ensuite, Loki avait évoqué ses autres fidèles. Qui étaient-ils ? Depuis combien de temps le fourbe s’était-il affranchit des entraves de la maitresse des Valkyries ? Depuis combien de temps échappait-il à la vigilance d’Odin ? Á moins qu’Odin ne le laisse volontairement faire. L’autre point était que Loki parlait de faire plier le Père de Tout à LEURS intentions…
 
-  Nos intentions ? Et quel sont-elles exactement selon toi ? Qu’est-ce qui te fait croire que je partage le même idéales que toi et tes disciples ?
 
Une nouvelle fois, Wulf sembla se rebiffer. Les paroles de Loki avaient tantôt tendance à le convaincre, tantôt à éveiller sa méfiance. Il se sentait néanmoins de plus en plus acculé, bientôt arriverait le moment où il devrait donner une réponse claire au dieu, et il doutait d’avoir d’autre choix que l’anéantissement ou de le rejoindre. Néanmoins, il ne laissa pas ses doutes, ni sa crainte transparaitre dans ses paroles. Il était à un moment charnière de son existence et il le savait.
 
- Je suis peut-être un guerrier-fauve, une bête furieuse contenu dans un corps humain tendant à sombrer dans la folie, mais je ne suis pas idiot contrairement à ce que beaucoup penses. Tu me caches encore certaines choses, j’en mettrai ma main à couper. Si ton objectif est les bien des 9 royaumes, pourquoi agir dans l’ombre et divisé nos forces ? Pourquoi ne pas venir à la rencontre d’Odin ?  Vos visions divergent peut-être, mais si vos objectifs sont si proche, pourquoi aurais-tu besoin de réunir assez de puissance pour FORCER Odin plutôt que de le rallier ? Si ce n’est puisque tu t’attends à un conflit ? Tu sais pourtant que je suis tout autant un guerrier d’Odin que je suis Asgardien ou un Berserker. Mon serment, mon origine et même ma nature profonde me lie au maître de la Chasse Sauvage, au suzerain légitime des royaumes du Nord. J’avoue que ta proposition à tout pour me plaire, et probablement qu’avec un autre dieu tel Tyr, ou Freyr, j’aurai déjà accepté, mais tu reconnais toi-même être le Fourbe. C’est donc de tes intentions dont je doute. Tu me dis vouloir le bien de nos terres, soit, que toi et Wotan ne pouvez travailler ensemble à cause de désaccord, mettont, que tu ne me demanderas jamais de renoncer à qui je suis et à mes allégeances, sans doute… mais tu es resté très vague sur tes intentions réelles et tu m’assure déjà que je les partage, ce que je demande à voir.  
 
D’un coup, il dressa de toute sa hauteur, se rapprochant pour la première fois de la lumière dans laquelle se tenait Loki, mais toujours sans y pénétrer. Dévisageant le visage d’emprunt du dieu, le visage fermé. Il dominait le corps de Barnulf de toute sa hauteur et de toute sa carrure.

-  Donc, sans détour, révèle-moi ce qu’est, selon-toi, l’intérêt des 9 Royaumes.

Wulf était conscient qu'il jouait gros sur ce coup-là, questionner aussi directement les intentions d'un dieu pouvait avoir des résultat...mitigé. Certains s'amuserait de l'audace du mortel, voir la respecterait, d'autres y verraient une marque de stupidité voir une provocation.
avatar
LokiDieu de la Fourberie
Dieu de la Fourberie

Date d'inscription : 31/03/2012
Nombre de messages : 553
Age : 36
Double Compte : Olrik

Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Mai 2017 - 23:32

_ Tu ne sembles pas croire en l’étendu de mes pouvoirs Amarok. Si jamais tu émets le souhait de me recherche pour faire ton choix, cela voudra dire que tu l’auras déjà fait même si tu l’ignores. Le simple fait de ne pas suivre Odin dès votre rencontre signifiera que ton esprit m’a choisi même si tu ne te souviens plus de cette rencontre. Voici ce que je suis capable de faire sur l’esprit humain.

Loki était déçu que la Branche ne veuille pas le suivre directement. Si Wulf n’avait pas été présent, il se serait passé de ce petit jeu et aurait contraint Amarok de lui prêter allégeance ou peut-être l’aurait-il tué directement mais, il ne pouvait pas se permettre de contraindre le guerrier fauve. Cela irait à l’encontre de ses plans. Pour le moment, il fallait qu’il conserve ce masque de bienfaisance et de sollicitude.

_ Tel est ton choix Amarok. Avant de te… Punir, comme tu dis je vais finir ma discussion avec ton compagnon.

Contre toute attente, Wulf semblait plutôt réceptif aux arguments du Fourbe. Loki s’était attendu à ce qu’il se montre bien plus violent lors de la discussion mais il n’allait pas s’en plaindre. S’il parvenait à s’allier le guerrier, il serait parvenu à gravir un échelon de plus vers son désir.

_ Comme l’a dit le porteur de la Branche : vous désirez tous deux le bien des neufs royaumes. Vous n’avez que faire de qui dirige tant que ce dernier œuvre pour la paix et l’hégémonie d’Asgard. C’est en cela que nos intentions se rejoignent. Bien sûr, je ne te dis pas tout sur mes intentions. Pourquoi le ferais-je alors que tu hésites encore à me rejoindre ?
Tout ce que je peux te dire, c’est que je ne désire aucune guerre avec Odin et ses hommes mais je ne me défilerais pas si Asagrim cherche à m’empêcher d’œuvrer pour le bien des royaumes et de leurs habitants. C’est pour cela que j’ai besoin de posséder des troupes capables de s’opposer aux siennes.


Loki jouait cartes sur table. Enfin, il exposait ce qu’il savait avoir sa chance de percer l’armure de suspicion de l’Ase. Il ne fit aucun mouvement particulier lorsque Wulf s’approcha de lui. Son énergie luisait toujours autour de son corps d’emprunt.

_ Tu es courageux Wulf, certain penserait que cela provient de ta folie guerrière mais j’ai parfaitement conscience qu’en cet instant, c’est autre chose qui t’anime. Tu recherches des réponses et j’ai su titillé ton intérêt. C’est bien, ceci est le premier pas vers l’éveil de ta conscience. Ce que je te dis doit te paraitre étrange et vague, mais tu comprendras bientôt.
Pour te répondre en tout cas, je pense que les royaumes ont besoin de retrouver leur grandeur passé. Chaque royaume et pas seulement Asgard comme le fait Odin. Pour cela, ils n’ont pas besoin des mondes extérieurs. Bien au contraire, ils ne feraient que se faner s’ils avaient trop de contact avec ces mondes corrompus par l’argent et la technologie. Tu comprends donc pourquoi je ne peux pas travailler main dans la main avec Aldaföðr, nos convictions divergent bien de trop. Mais ne te méprend pas, la technologie et les évolutions scientifiques sont utiles et Yggdrasil doit les posséder mais il faut qu’elles s’adaptent à nous et non pas l’inverse. Nous ne pouvons pas perdre notre identité pour nous fondre dans les mondes extérieurs.
Maintenant, il va falloir faire ton choix. Amarok a choisi de ne pas me suivre, je t’ai donné tous mes arguments et notre discussion ne fait que trainer en longueur. Il est temps de te décider : me rejoins-tu pour œuvre au bien des royaumes ou préfère tu continuer à errer en attendant de trouver ce que tu penses rechercher ?



avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 620
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Mai 2017 - 17:01
Il était évident que Wulf ne pourrait pas gagner plus de temps, pour ce que cela aurait changé, et Loki lui demandait maintenant de faire son choix. Le guerrier-fauve ne faisait aucune confiance au Fourbe, qui serait assez stupide pour le faire d’ailleurs ? Et il n’était pas plus emballé à l’idée de se lier à lui d’une quelconque manière. Mais d’un autre côté, il devait admettre que Loki avait su lui donner des réponses qui se tenaient et qu’il semblait avoir jouer franc-jeu. Dans son esprit, un véritable conflit avait lieu, mais pas le même que d’habitude, cette fois il n’affrontait pas sa rage intérieure. Une part de lui adhérait à ce que lui disait Loki, il était vrais qu’il n’approuvait pas la volonté d’ouverture du Nord avec le reste du monde, son passage à Death Queen Island ayant achevé de le convaincre que le monde extérieur ne valait pas la peine d’être défendus, et craignait que le mode de vie de son peuple se voient corrompus par ces influences externe, mais d’un autre côté, il restait profondément fidèle au Père de Tout et accepter le marché de Loki, malgré que ce dernier  lui assurait qu’il n’aurait pas à choisir entre deux loyautés, lui paraissait constituer une terrible trahison. Dans la mentalité des nordiques, il existait trois crimes juger quasiment impardonnable, le meurtre d’un parent, la rupture délibérée d’un serment et la trahison. Il avait déjà fait le premier d'entres eux sous l'effet de sa rage, se lier à Loki risquait de lui faire accomplir les deux autres.
 
Le Père de Tout se soucie du sort de chacun des 9 Royaumes, pas que celui d’Asgard.
 
Il y avait un autre point qui le dérangeait, c’était l’espèce d’arrangement unilatérale que Loki passait avec Amarok. Non seulement ce dernier perdrait tout souvenir de cette rencontre mais en plus, s’il ne décidait pas de servir Odin lors de leur rencontre, il servirait automatiquement Loki, le guerrier-fauve ne pouvait qu’espérer qu’Odin se montrerait suffisamment convainquant pour que ça n’arrive pas, il aimait pas l’idée d’une forme de contrôle de l’esprit. Ce seul point le convainquit de refuser l’offre mais il ne dit rien… un autre détail lui étant apparu.

Il se souvint des différentes crises de rages qu’il avait vécu… et de leurs conséquences. Il se souvint des vies qu’il avait trop souvent prit où menacer quand le Wòd prenait possession de lui, des destructions qu’il avait provoqué. Il avait toujours espéré un jour pouvoir contrôler sa rage, mais jusque-là sans succès, il s’était même de plus en plus enfoncer dans son côté sauvage, combattre sa partie bestiale lui était de plus en plus dur malgré tous ses efforts. Il sentait qu’il perdait ce combat et qu’il glissait lentement vers la folie. D’un coup, maintenant qu’on lui offrait une alternative, il se sentait soudainement las, il ne se sentait plus la volonté de lutter… à nouveau, le doute s’insinua dans son esprit, pourrait-il refuser cette offre et encore lutter après ? 
 
Soit, ce que tu dis fais du sens et je suis prêt à te laisser le bénéfice du doute sur tes intentions. J’accepte de travailler avec toi pour la gloire des Royaumes du Nord, mais mon allégeance restera à Alfadir et ce tant qu’il ne se sera pas montré indigne de sa charge de souverain des 9 Royaumes. Le seul serment que je peux te faire est celui de ne jamais parler à notre seigneur de cette rencontre… sauf si ce dernier me demande directement auquel cas, mon serment de fidélité envers lui exigera que je lui révèle la vérité.
 
Il ne faisait pas du tout assez confiance au dieu de la fourberie pour accepter de se lier à lui par un quelconque serment d’allégeance.
avatar
LokiDieu de la Fourberie
Dieu de la Fourberie

Date d'inscription : 31/03/2012
Nombre de messages : 553
Age : 36
Double Compte : Olrik

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai 2017 - 0:17

Les jeux étaient faits et Loki semblait avoir remporté la partie. Bien sûr, Amarok refusait pour l’instant de le suivre mais il n’aurait été que la cerise sur le gâteau. Le fait que le berserker accepte de le rejoindre était son but, lui qui portait l’une des armures des conquérants.

Le Fourbe avait bien conscience que Wulf n’était pas encore un total allié et qu’il lui faudrait encore jouer au gentil pour finir de le convaincre mais, il acceptait en totale liberté d’œuvrer avec lui. C’était un bon début.

_ Je te remercie de ta confiance Wulf. Notre accord ne sera que le début d’une collaboration fructueuse pour les neufs royaumes. Je suis persuadé qu’ensemble nous construirons un avenir meilleur pour tous et que nous finirons par pouvoir travailler main dans la main avec le Père de Toutes Choses.

Loki sourit franchement ou tout du moins il se força à en donner l’impression. Il regarda en coin Amarok, pouvait-il encore tenter de le persuader ?

_ Que désires-tu entreprendre désormais Wulf ? Peut-être pourrais-tu convaincre ton ami de nous rejoindre ?
Qu’en penses-tu Amarok ? Tu crois toujours que la meilleure chose en d’attendre pour te décider ?


Dernier espoir. Si la Branche continuait de refuser son offre, Loki serait forcé de modifier sa pensée. Il pourrait toujours le retrouver plus tard et le persuader d’une autre manière mais il ne pouvait se permettre de telles extrémités devant Wulf.



avatar
AmarokBranche de Niflheim
Branche de Niflheim

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 436
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Asling

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai 2017 - 23:15
Amarok écouta les paroles de son frère d’armes. Le guerrier-fauve avait raison de se méfier de Loki, s’était évidant, mais aucun d’eux ne pourrait faire quoi que ce soit si le dieu décidait vraiment de s’énerver ou de les rallier à sa cause. Le jeune homme aurait voulu trouver un moyen pour faire passer un message à Wulf, mais il sentait que même l’utilisation d’un esprit serait détectée par Loki. De plus, les paroles du dieu ressemblaient plus à celui de quelqu’un en colère, plutôt que d’un dieu calme.

- Je ne doute de rien seigneur. C’est juste qu’avant vous, je n’avais encore rencontré aucun dieu. Je ne connais donc pas l’étendu de vos pouvoirs, ni celui d’Odin.

Si le dieu pouvait manipuler les souvenirs aussi facilement, il pourrait aussi les manipuler eux, sans qu’ils ne puissent rien y faire. Il était donc dans l’intérêt de l’inuit d’accepter son offre, afin d’avoir la totalité de son contrôle mental. D’ailleurs, s’il se faisait manipuler, les esprits continueraient-ils de le suivre ou partiraient-ils pour ne pas avoir affaire à Loki ? Le mieux était de ne pas connaitre cette réponse en gardant le contrôle de soi.

La branche laissa le dieu parler avec Wulf, le temps qu’Amarok prenne sa décision. Pour le prendre, le guerrier décida d’écouter ce que les deux hommes avaient à se dire. Après un échange sur la folie du guerrier-fauve et sur la protection des neufs royaumes, l’Asgardien décida d’accepter l’offre du dieu. Amarok avait-il vraiment le choix maintenant ? Même si Wulf venait d’accepter à contre cœur. Soudain, une idée lui vint en tête, même si elles étaient rares.

- Si mon camarade vous suit, je vais en faire de même. Comme je l’ai déjà dit, j’ai besoin de devenir plus puissant et d’en apprendre plus sur les neuf royaumes. Mais je ne fais pas cela pour vous, ni pour moi. Même si Niflheim est un royaume pauvre, j’ai bien l’intention de le protéger de toutes mes forces. Si votre fille tente d’attaquer les royaumes une nouvelle fois, en passant par Niflheim, elle devra d’abord m’affronter.

Amarok tendit donc sa main à Loki, se mettant à genoux en guise de soumission. Mais Loki ne devait pas être dupe, même s’il avait les deux guerriers avec lui, aucun des deux ne lui prêtaient complètement allégeance.
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 620
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Mai 2017 - 17:37
Le sort en était donc jeté, Wulf acceptait de travailler avec le Forgeur de Mensonge en échange d’une solution pour lui permettre de maitriser sa part bestiale, maintenant il ne restait plus qu’à voir où cela le mènerait. Le guerrier-fauve avait beau avoir émis des conditions à cette arrangement, que Loki avait accepté à son étonnement, il ne pouvait s’empêcher de sentir son honneur salis. Il avait beau avoir refusé de prêter le moindre serment d’allégeance envers Loki, ce dernier n’en restait pas moins traditionnellement associer comme un ennemi d’Odin, et Wulf était censé être au service d’Odin. Le Fourbe fit part de sa gratitude envers le porteur de l’Ulfark, lui assurant qu’il avait pris la bonne décision pour le bien des 9 Royaumes, et Wulf voulait l’espérer, bien qu’il avait plutôt l’impression d’avoir choisi égoïstement la voie de la facilité pour ses propres problèmes… encore une fois, seuls les Nornes pourraient en décider.
 
- Nous verrons bien ce qu’il en sortira. À ce moment seulement je saurai si j'ai eu raison de me fier à tes paroles.
 
Quand l’intention de Loki se porta à nouveau sur Amarok, Wulf se contenta de croiser les bras. Ils avaient peut-être convenu de travailler ensemble pour l’instant, mais Wulf n’était pas encore prêt à faire du prosélythisme pour cela.
 
Je crois que je vais plutôt laisser la branche de Niflheim forger son propre avis. Après tout, il n’est pas d’ici, il n’aura donc aucun apriori ni envers toi, ni envers Alfadir. Amarok as entendu ton offre, il est à présent seul juge de son destin.

Wulf ne comptait pas lever le petit doigt pour forcer Amarok à choisir une allégeance. Il n’en aurait de toute façon pas eu besoin, car Amarok semblait avoir fait son choix, il décida d’emboiter le pas au guerrier-fauve et d’également rejoindre le fourbe. Wulf aurait été bien incapable de dire si la branche de Niflheim s’était laisser convaincre par les discours de Loki, si elle le faisait pour sauver sa peau ou pour une autre raison.
 
Wulf resta tout autant impassible lorsque Amarok fit s’agenouilla devant Loki. Il s’agissait là d’un acte qu’il se refusait à faire. Le porteur de l’Ulfark avait trop de fierté dans le sang pour accepter de s’agenouiller devant qui que ce soit qu’il ne reconnaitrait pas comme son seigneur et qui n’aurait pas gagner son estime. Il refusait de faire un acte qu’il ne percevait plus comme une reconnaissance de sa faiblesse que comme une marque de respect. Il préférait rester dans l’ombre.
 
Une fois que Loki et Amarok eurent finis ce que Wulf voyait comme une mascarade le guerrier prit la parole.

J’ignore ce que t’as en tête pour la suite Loki, mais je crois que la prochaine étape serait que tu lèves cette illusion dans laquelle tu nous as pris. Il me semble que ce serait un bon début avant tout autre action. Ensuite… je sais pas mais dans tous les cas je vais éviter les tavernes pour un bout de temps, ça ne me réussit définitivement pas.
avatar
LokiDieu de la Fourberie
Dieu de la Fourberie

Date d'inscription : 31/03/2012
Nombre de messages : 553
Age : 36
Double Compte : Olrik

Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Juin 2017 - 0:18

Deux, ils seront. Loki était parvenu à ses fins avec les deux guerriers divins. Il ne se faisait aucunes illusions sur leur allégeance totale mais même si elle était partielle, elle pourrait lui être suffisante.

Avec deux guerriers supplémentaires, il pourrait commencer à réfléchir à ses plans en profondeur. La conquête d’Asgard se rapprochait mais il faudrait qu’il demeure prudent, il sentait que le moindre faux pas de sa part ferait changer d’avis les deux Ases.

_ Tu fais le bon choix Amarok. Je t’aiderais à devenir plus puissant et à protéger Niflheim. Avec votre aide à tous les deux, je vais pouvoir œuvrer pour le bien des royaumes et prouver à Odin qu’il peut me faire confiance.

Pour étayer ses propos et pour répondre positivement à la demande de Wulf, Loki laissa son énergie s’éteindre et l’illusion qu’il avait généré le temps de leur « discussion » disparut. Le bar redevint ce qu’il était à leur arrivé, un lieu de vie où plusieurs clients buvaient et discutaient.

_L’illusion est levé, vous êtes libre de sortir d’ici.

Le Fourbe s’avança vers les deux guerriers et les toucha chacun leur tour au niveau du torse.

_ Je ne compte pas vous manipuler comme j’ai pu le faire par le passé avec certains guerriers. C’était une erreur que je ne referais plus mais, je ne peux pas vous laisser aller et venir sans savoir où vous vous trouvez. La petite marque que je vous ai apposé sur la poitrine servira de balise et me permettra de communiquer avec vous si nécessaire. Elle s’effacera à l’instant où votre esprit ne voudra plus de moi et que vous cesserez de me suivre.

Je n’ai pas de demande particulière pour le moment hormis de vous demander de recueillir le maximum de renseignements sur les royaumes et les forces d’Odin. Voyagez au travers du pays et rencontrer des gens. Si vous désirez me voir pour approfondir nos échanges et pour bénéficier de ce que je vous ai promis, vous n’aurez qu’à suivre l’instinct que la marque vous procurera.


Le Dieu savait qu’il ne pourrait pas leur donner d’ordres, pour le moment tout du moins. La marque qu’il leur avait apposée était très différente de celle d’Harald mais à terme, elle lui permettrait de les contrôler de la même manière. Cela serait plus long, c’est tout.



avatar
AmarokBranche de Niflheim
Branche de Niflheim

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 436
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Asling

Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Juin 2017 - 22:52
Tout comme Amarok, le guerrier-fauve avait hâte de quitter les lieux. Les endroits animés n’étaient pas des lieux que voulait esquiver le jeune homme, mais s’il continuait à y trouver des dieux comme Loki, il ne prendrait aucun plaisir à y retourner, le forçant à se retirer avec les esprits. L’illusion s’estompa laissant de nouveau place à la taverne animée qu’ils avaient vue en entrant. Préférant se méfier de tout, le maître des esprits resta sur ses gardes, préférant ne pas sous-estimer le Fourbe.
 
- Je vous remercie d’avance de votre aide, j’ai surement beaucoup de travail qui m’y attend et vais probablement m’y rendre pour commencer à travailler sur les moyens de défenses qui s’y trouvent.
 
L’inuit n’aimait pas ce qui se passait dans sa vie. Vivre une enfance à l’écart de toute civilisation, avant d’être intégré dans un village qui ne voulait pas complètement de lui, tout ça pour servir de cobaye à des types tout de blanc vêtu et finalement atterrir dans un monde qu’il ignorait complètement où il ne pouvait pas être un simple citoyen. La vision du monde qu’avait Amarok se trouvait changé en permanence, d’abord un monde cruel, puis un monde magnifique qu’il avait trouvé en venant dans le nord et finalement trouver des complications qui le dépassaient entièrement. Pourquoi les dieux d’un même clan avaient-ils besoin de se disputer ainsi ? La répondre serait rapide à trouver, Dain lui expliquerait surement dans quoi il venait de se fourrer, mais il ne comprenait pas pourquoi ils avaient besoin de toujours se battre. Une réponse rapide lui vint alors en tête, le peu de logique qu’il avait lui montrant un bref aperçu de la réalité. Un léger sourire étira ses lèvres, tirant sur les coutures qu’il avait au coin de la bouche.
 
- Vous m’avez l’air bien amusant, vous les dieux. Je crois que je vais pouvoir m’amuser aussi finalement.
 
Son hypothèse était simple, les dieux n’étaient que des entités surpuissantes, mais qui se comportaient comme les hommes. Ce qui veut dire, que comme les hommes, leurs faiblesses pourraient causer leur perte. Un immense pouvoir de protège pas de tout, même si le pouvoir des dieux étaient suffisamment puissants pour ne rien craindre d’un petit guerrier comme Amarok. En revanche, il existait peut-être des hommes tellement forts qu’ils pourraient renverser des dieux et si un tel homme se trouve chez les Asgardiens, la branche de Niflheim allait se faire une joie de le trouver.
 
- Je préfère ça, j’ai assez des esprits pour me guider, pas besoin qu’on prenne en plus la possession de mon corps. Et je vous assure que vous n’avez pas envie de prendre le contrôle d’un être aussi chétif que moi.
 
Le jeune homme éclata ensuite de rire, en entendant la suite des paroles de Loki. Il imaginait une scène entièrement différente de ce qu’elle serait vraiment, mais il trouvait l’image assez drôle.
 
- J’aime l’idée d’être un déchet recyclable quand on ne vous sert plus à rien. En plus, c’est vachement pratique de tout nous faire oublier, même si vous êtes sur de vouloir retirer la marque au lieu de nous manipuler ? Quoi que… des marionnettes comme nous, ce ne doit pas être amusant à diriger…
 
Bon, je vais me rendre sur mon territoire pour m’y entraîner alors, même si j’aime beaucoup les câlins de Wulf, je n’ai pas vraiment aimé dire bonjour au mur… je vais chercher un moyen de contrer ma faiblesse physique. On se revoit donc plus tard, ô grand seigneur Loki.

 
L’inuit quitta ensuite la taverne, mais attendit un instant que Wulf soit près de lui. Il lui tendit alors la bourse de poudre que lui avait passé le guerrier avant d’entrer.
 
- Je ne pense pas en avoir l’usage un jour, donc je préfère te rendre ça. Je ne sais pas pour toi, mais moi je ne suis pas venu dans le nord pour redevenir un jouet. Loki peut mettre utile pour le moment, surement pour devenir plus fort, avoir un meilleur contrôle sur les esprits, mais je ne pense pas rester longtemps à son service. J’aime ma liberté, je l’ai gagné en luttant et je n’ai pas envie qu’on me la reprenne.
 
Niflheim s’éloigna alors doucement, avant de lever le bras pour saluer le berserker, les esprits venant de nouveau tournoyer autour de lui.
 
- Je te souhaite un bon voyage mon ami. J’espère que la prochaine fois, nous serons en meilleure compagnie.
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 620
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Juin 2017 - 16:10
Loki accéda à la demande de Wulf en levant son illusion, la taverne reprit enfin vie. C’était comme s’il ne s’était rien passé, les clients continuant leurs activités. Wulf observa autour de lui, comme pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’une autre illusion. Puis, le Fourbe toucha la poitrine du guerrier-fauve ainsi que celle d’Amarok, leurs imposant sa marque. À ce moment les poings de Wulf se crispèrent, tant ce simple acte l’avait fait passer prêt d’attaquer le dieu Fourbe. À peine l’accord conclut que déjà le dieu semblait le trahir, Wulf ayant accepté de travailler avec Loki, non pas pour lui.
 
Ça ne faisait pas partie de l’arrangement, Hvedrungr.
 
Pendant l’espace d’un instant, Wulf se demanda s’il ne devrait pas s’attaquer au Forgeur de mensonge, mais il se ravisa, pour l’instant il était lié à la parole donné et Loki n’avait à proprement parlé rompu leur accord. Mais il était visible sur ses traits qu’il n’avait pas apprécié cette action de la part du dieu de la ruse. Son attention fut détournée par l’éclat de rire de d’Amarok. Wulf avait de plus en plus de mal à comprendre l’attitude de ce dernier, il y a peu il tentait de ne pas s’attirer la colère de Loki, et maintenant il devenait presque insolent à son égard. Sans dire un mot, et sans même comprendre le sens de ceux sortant de la bouche de l’inuit, il se contenta de suivre du regard la Branche de Niflheim qui quittait les lieux. Wulf commençant vraiment à se demander qui était le plus fou dans cette pièce. Il se tourna ensuite vers Loki.
 
Je tiendrai ma parole, je ne parlerai ni de vous, ni de cette rencontre au Père de Tout. Mais si jamais ce dernier me le demande directement, je n’aurai d’autre choix que lui dire la vérité. Pour le reste, je tiens à rappeler que si j’ai accepté de collaborer, je ne suis pas ton serviteur. Ne compte donc pas sur moi pour te transmettre des informations compromettantes sur mes frères tant que je n’aurai pas constater de la justesse de tes intentions.
 
Wulf sortit ensuite de la taverne, continuant à s’interroger sur ce qui venait de lui arriver. Le Fourbe assurait que la marque qu’il avait imposée était inoffensive, mais Harald s’en était aussi vu imposé une. Peut-être qu’en ce moment même l’influence de Loki s’exerçait sur son esprit. Dehors, Wulf vit qu’Amarok l’attendait. Ce dernier lui tendit la bourse qu’il lui avait donné au début en entrant dans le village. Une nouvelle fois Amarok tint des propos qui laissèrent Wulf complètement dubitatif, s’interrogeant une nouvelle fois sur la santé mentale de la branche de Niflheim. Ce dernier semblait parler d’utiliser Loki à son avantage pour devenir plus fort puis de partir sans se soucier. Amarok se rendait-il seulement compte d’à quel point il se montrait présomptueux dans ses propos ? Et aussi à quel point il ne comprenait pas la mentalité des gens du nord…
 
Pour ma part, je ferai ce que mon honneur me commande. Qu’importe si cela me plait, c’est la seule voie que je suivrai. Que les dieux te protègent sur ta route, car celle que tu désires emprunter me semble particulièrement hasardeuse.
 
Sans un mot, Wulf se dirigea vers la sortie de la ville et s’enfonça dans la forêt. Il ne savait pas vraiment si les choix qu’il avait fait était les bons, mais il savait à présent qu’il avait rencontré deux personnages qu’il lui faudrait surveiller. Il ne faisait pas confiance à Loki et il ne savait vraiment pas quoi penser d’Amarok, la mentalité de ce dernier lui paraissant des plus déroutantes.

Premier pas sur une branche fragile

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Le Premier ministre en voyage de santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Les Royaumes d'Yggdrasil :: Midgard-