avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Mar - 20:05
Suite à sa brillante conquête d'Hawaï, Reagan était revenu à Death Queen Island pour faire son rapport. Il ne retournerait pas à sa villa de San Francisco de sitôt, car beaucoup de travail l'attendait encore. Par ailleurs, il avait espéré de ses pairs de chaleureuses félicitations pour sa tâche accomplie avec brio, mais il n'en était rien ! Ces barbares de mercenaires se contentaient de le dévisager d'une mine perplexe, ce qui changeait toutefois du mépris qu'ils lui portaient auparavant. Qu'importe, l'Américain ne pouvait honnêtement pas en attendre plus de la part de ces ignares hirsutes. Peut-être qu'en se frottant à un ennemi de taille, l'Ordre Noir comprendrait enfin quelle était sa véritable valeur. Il fallait reconnaître que jusqu'à aujourd'hui, l'Oiseau de Paradis n'avait affronté que des minables sans aucune envergure, il était temps de changer de régime.

Cela attendrait plus tard néanmoins, car le Chevalier Noir avait décidé de profiter d'une brise marine revigorante, lui décrassant les poumons des gaz toxiques émis par le volcan. Perché sur une falaise jouxtant le port de l'île, il fixait l'horizon et s'affichait fièrement d'une pose héroïque, les poings sur les hanches, le dos légèrement cambré, le pied gauche sur un rocher et le torse bombé. Pour une fois, Reagan avait enfilé sa tenue d'apparat, son Armure Noire soigneusement lustrée couvrant son physique athlétique. Sa cape vermeille et sa chevelure violette flottaient au vent avec une grâce et une noblesse inégalées. Le regard profond et rivé vers le lointain, il ne pensait en réalité à rien, juste à se détendre et à contempler sa propre magnificence. Qu'est-ce qu'il était merveilleux mais hélas laborieux d'être aussi beau et raffiné que lui...
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Mar - 2:41
Par le temps que Ntikuma pense à se retourner pour voir la distance parcourue, le pilote était déjà parti, le bruit des moteurs enterrés par les bruits de vagues et de rafales, celles-là même qui faisaient virevolter le bout de son écharpe dorée et le bas de son manteau dans tous les sens. Jamais le muet n’avait fait face à une telle température, qui avait à ses yeux de véritables allures de tempête. Peut-être aurait-il été mieux de demander au pilote de rester et de lui montrer le chemin, lui expliquer ce qui allait se passer… car le forgeron n’en savait rien. Cette nouvelle vie qu’il avait choisi de vivre lui était complètement inconnue, un épais brouillard dans lequel il devait avancer sans savoir où tout allait le mener, si ce dernier choix allait en être un bon. S’il y avait d’autres Chevaliers Noirs, peut-être qu’ils le sauraient.
Si Iblis était encore vivant, peut-être qu’il le saurait.

L’Ashanti chassa tant bien que mal cette pensée. Il ne fallait pas que l’histoire se sache, pas en sachant ce qui s’était passé : ne pas être un personnage des plus aimables ne pouvait rien justifier de ce… ce meurtre. L’assassinat d’un Seigneur Noir par un nouvel arrivant avec une armure toute nouvelle. C’était ce que c’était, et Ntikuma sentait ses épaules s’alourdir sous le poids de la culpabilité à chaque fois qu’il se remémorait l’attaque, les coups, le sang. Non, il ne fallait pas en parler.

Un éclat de couleur sortit l’africain de sa sombre rêverie, qui releva la tête pour regarder droit devant pour remarquer qu’après ces longues minutes de marche, il avait enfin rencontré quelqu’un d’autre sur l’île. Iblis avait paru bien étrange avec ses cheveux rouges et ses yeux bleus, mais cet homme? Était-ce bel et bien un homme? Jamais Ntikuma avait vu un être humain aussi coloré, aussi étrangement proportionné comparé aux gens qu’il avait toujours connu. Les habitants de cette île étaient-ils tous ainsi? Le choc des cultures laissa l’Ashanti figé de peur, incertain de vouloir approcher cette montagne de muscle et se faire remarquer… mais sinon, qu’allait-il faire? Continuer à errer sur l’île comme un fantôme, sans jamais être vu par qui que ce soit.
Non. Il avait fait un choix. Les Chevaliers Noirs étaient sa nouvelle vie.

Respirant profondément, Ntikuma s’approcha doucement de cet autre mercenaire, avançant sans faire aucun bruit pour apparaître dans son champ de vision, inclinant la tête sur le côté pour le saluer. De plus près, l’homme était encore plus bizarre à regarder… et effrayant.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Mar - 1:07
Alors que son regard viril et impénétrable scrutait l'horizon ensoleillé, Reagan entendit des pas discrets se rapprocher de lui vers le côté. Il tourna ses yeux vers l'origine du bruit et aperçut un gringalet intégralement couvert d'un manteau rouge et jaune. Ce dernier semblait vouloir s'introduire auprès du Chevalier Noir, mais n'était manifestement pas très décidé à franchir le pas. Que pouvait bien vouloir une pareille crevette à l'homme le plus beau et le plus puissant du monde ? Ne voyait-il pas qu'il était occupé à des choses de la plus haute importance, comme prendre des poses d'esthète ? L'Américain ne voulait pas avoir affaire avec une autre perte de temps comme Alpha, lui qui pensait pouvoir l'exploiter à loisir. Toujours était-il qu'il fallait s'entretenir avec cet énergumène et savoir ce qu'il voulait.

D'un geste théâtral, Reagan fit danser sa cape et l'enroula autour de son bras, prenant ainsi une posture majestueuse. Le menton légèrement levé avec orgueil et un sourire en coin, il interrogea l'inconnu :

"Hé bien mon brave, qui es-tu donc ? Un visiteur ? Un envahisseur ? Un ambassadeur ? Ou bien une nouvelle recrue fraîchement débarquée sur nos rives ?"

Puisque ce zigoto paraissait assez timide, surtout avec cet accoutrement digne d'une musulmane soumise à son mari taliban, l'Oiseau de Paradis allait prendre l'initiative et accélérer le processus des présentations. Il déploya donc brusquement sa cape avec tout autant de prestance et banda fermement ses biceps, non sans exposer fièrement son slip fort seyant. Le fracas des vagues vint même ponctuer l'effet dramatique qu'il recherchait, à ceci près qu'il fut aussitôt refroidi par une éclaboussure latérale. Intérieurement gêné par cette interférence inopportune de l'océan, Reagan fit néanmoins semblant de ne pas y prêter attention.

"Pour ma part, je suis le fantastique Reagan, Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis !" clama-t-il d'un ton magistral afin de faire diversion. "Tu as devant toi l'homme le plus beau, le plus fort et le plus brillant que cette planète ait jamais porté !"

Dans son embarras relativement dissimulé, l'Américain espérait que l'inconnu n'avait pas noté ce malheureux imprévu dans sa splendide performance et se montrerait réceptif... Mais si jamais il venait à se moquer de lui, cet olibrius allait le payer cher, car nul n'avait le droit de le ridiculiser ! Le Chevalier Noir voulait bien être généreux et patient, mais il y avait des limites à impérativement respecter.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Ven 31 Mar - 1:30
On pouvait dire de qu'on voulait de l'allure de cet homme, pour laquelle Ntikuma cherchait encore les mots pouvant parfaitement la décrire, mais il était impossible de nier son imposante présence qui ne pouvait qu'attirer les regards. Inévitable, sans doute, vu toutes les couleurs inimaginables qu'arborait l'individu, mais de par son ancienne profession l'Ashanti y voyait une véritable performance on ne peut plus complète avec sa gestuelle exagérée et sa voix portante comme un coup de tonnerre. D'un être du spectacle à un autre, l'arrivée sur l'île était plus rassurante...

Le forgeron écouta avec attention chaque questionnement de l'homme, pour hocher la tête avec enthousiasme à la mention d'une recrue. Après tout, c'était ce qu'il était, posséder une armure noire ne faisait pas encore de l'artisan un membre à part entière de l'Ordre Noir, aussi le considérer comme un simple novice ne le dérangeait ni ne l'insultait.
Pour bien illustrer sa réponse, la silhouette rouge se retourna pour montrer l'araignée métallique accrochée solidement dans son dos, les pattes sombres enserrant son corps fragile sans lui occasionner la moindre douleur ; jamais Ntikuma n'aurait créé une armure capable de blesser. Elles n'étaient pas faites pour ça, et puis, leurs porteurs n'en avaient pas besoin pour faire du mal... Cela fait, le mercenaire en devenir se retourna, mimant tant bien que mal qu'un avion venait de le déposer ici et qu'il cherchait quelqu'un pour le guider.

Cette faible tentative de communication fut toutefois interrompue par la présentation de l'autre Chevalier Noir, ponctuée de poses parfaitement calculées et d'effets ambiants qui semblaient avoir été organisés avec la Nature elle-même... du moins, jusqu'à ce qu'une puissante vague vint frapper le dénommé Reagan, qui en ressorti complètement trempé. Les yeux de Ntikuma s'ouvrirent grand sous la surprise. Décidément, la Nature était des plus trompeuses...
D'abord interdit devant la scène, puis soucieux de savoir si son interlocuteur allait bien, le mercenaire choisit de ne rien faire en voyant le regard que lui lança ce dernier et d’agir comme si rien ne s’était passé. Non seulement il comprenait la frustration que ce genre d’imprévu pouvait occasionner, mais même s’il avait pu en dire quelque chose, le jeu n’en valait pas la chandelle : Reagan ne semblait pas vouloir prendre de critique… ce qui ne le rassurait pas. Cet homme semblait capable de le briser comme une simple brindille, et le forgeron ne le connaissait pas assez pour se permettre ce genre de commentaire.

Respirant profondément pour chasser sa nervosité, l’Ashanti tira sur son écharpe pour la laisser glisser au sol, une vague de cosmos doré traversant le tissu en y laissant des reflets lumineux. Comme un serpent, l’écharpe commença à se tortiller jusqu’à former son nom en lettres calligraphiées. Après avoir été certain que Reagan l’avait bien vu, l’artisan ramassa le tissu et l’enroula autour de son cou à nouveau avant de tendre les bras. Un tourbillon de cosmos prit forme au creux de ses mains avant de prendre la forme d’un avion, qui s’envola et plana jusqu’aux pieds de son interlocuteur coloré avant de disparaitre. Suite à quoi Ntikuma se pointa en inclinant la tête. Un avion l’avait emmené ici, et maintenant… il haussa les épaules. Qui sait ce qui allait arriver, maintenant? Tout ce qu’il voulait, c’était quelques explications, un peu de chemin à suivre pour la suite…
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Avr - 15:22
L'inconnu hocha affirmativement la tête lorsque Reagan lui demanda s'il était une recrue. Cependant, il aurait été préférable qu'il parle de vive voix, surtout compte tenu de ce qui allait suivre. En effet, le visiteur s'adonna à un étrange manège, écrivant son nom à l'aide de son écharpe et imitant la forme d'un avion avec son énergie cosmique. Qu'est-ce que l'Américain était censé déduire de ce tour de cirque ? Que ce quidam s'appelait Ntikuma et était en réalité un avion, ou plus raisonnablement un aviateur ? Dans les deux cas, ce gringalet n'avait même pas l'allure d'un modèle falcon et paraissait trop malingre pour être pilote. Et s'il voulait simplement dire qu'il était arrivé ici en avion ? Après mûre réflexion, cela semblait être la réponse la plus probable... Mais une autre question se posait à l'Oiseau de Paradis : pourquoi ce gus ne parlait-il donc pas ? Se pourrait-il qu'il soit muet ou trop timide pour oser communiquer avec autrui ? Non sans une certaine appréhension, Reagan décida donc de l'interroger directement à ce sujet :

"Ntikuma, c'est ça ? Tu t'exprimes d'une drôle de façon si je puis me permettre... Ne me dis pas que tu es muet quand même ?"

Sur ces mots, il s'ébroua la crinière et rejoignit Ntikuma pour mieux le jauger. Décidément, le gars ne payait pas de mine, sans compter son nom tenant de la bizarrerie exotique. Remarque, il n'était pas le premier sur cette île a posséder un nom original d'un point de vue occidental, d'autant plus qu'ils étaient localisés au beau milieu l'Océan Indien. Son écriture était difficile à déchiffrer par ailleurs, le zigoto devait forcément venir d'un lieu aussi paumé et pittoresque que ne l'était Death Queen Island. Mais trêve de digressions, le Chevalier Noir devait continuer à cuisiner le dénommé Ntikuma.

"Tu es donc une recrue, si je ne m'abuse ?" le questionna-t-il. "Voilà qui est fort intéressant, mais j'aimerais savoir de quoi tu es capable et si tu peux nous être utile. Nous avons beau être des mercenaires et ne pas souffrir de l'organisation rigide du Sanctuaire, nous avons besoin d'une main-d’œuvre qui sache mettre du cœur à l'ouvrage !"

L'Américain ponctua sa phrase en faisant danser ses pectoraux puis en gonflant son biceps gauche. Sans aucune vergogne, il exhibait sa musculature athlétique devant la recrue afin de l'impressionner. Il pouvait flanquer son poing en plein dans la figure du pauvre Ntikuma que ce serait tout aussi subtil, voire plus.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Avr - 23:48
Malgré toute sa bonne volonté, l'Ashanti pouvait sentir le scepticisme qui émanait de son interlocuteur comme une lame aiguisée sous sa gorge, prête à le transpercer à la moindre erreur. Non pas que le doute lui était inconnu : trop souvent, Ntikuma avait dû y faire face, le chasser des esprits plus méfiants qui l'avaient écouté, pour exercer son art. Se détacher de cette recherche de logique, en plus de la vérité, avait toujours été un tour de force à accomplir, que même l'artisan ne réussissait pas toujours. Dans son cas, cela avait même été pour le pire...
Mais tout avait changé. La silhouette rouge qui n'avait autrefois pas peur du doute associé à ses paroles était partie de chez elle pour devenir un être terrifié vivant dans un monde où c'était l'utilité même de son existence qui était remise en question. Plus que jamais, le monde extérieur lui semblait cruel et impardonnable, et y survivre s'annonçait comme étant un combat des plus rudes.

C'était pourtant le seul combat que Ntikuma refusait de fuir.

Les remarques et questions de Reagan au sujet de son mutisme étaient tout sauf innocentes, mais c'était quelque chose que le forgeron en devenir ne pouvait pas changer. Aussi se contenta-t-il de hocher doucement la tête après avoir pris une grande inspiration, lui confirmant qu'il était bel et bien muet, se promettant déjà de ne pas entrer dans les détails. Un accident. Rien de plus.
Les questionnements du Chevalier Noir s'arrêtèrent pourtant là, alors qu'il s'approcha de l'Ashanti pour lui expliquer que malgré son armure noire, il aurait à gagner sa place une nouvelle fois. Même descendu de son perchoir, le drôle d'oiseau dépassait Ntikuma d'une bonne tête et ce dernier préféra reculer de quelques pas timides pour s'en éloigner un peu plutôt que d’avoir à se casser le cou pour le regarder dans les yeux. Même cette nouvelle distance ne semblait pas rassurante… Il n’y avait qu’une seule réelle façon de gagner du temps, d’échapper au danger et de ne pas devenir un intrus sur cette île : faire ce que Reagan demandait et montrer de quoi il était capable.
Par où commencer? Comment Iblis avait-il été convaincu de son potentiel?
En voyant son armure…

L’artisan ferma les yeux en respirant profondément, explorant le flot de souvenirs et d’idées circulants sans arrêt dans sa tête pour s’en imprégner, jusqu’à trouver l’étincelle qui l’illuminerait. Tant de choses s’étaient produites, l’avaient tiré dans tous les sens comme les fils d’un pantin avant de l’abandonner au milieu de nulle part, s’étaient posées sur ses épaules en devenant soudainement ses problèmes, ses responsabilités. Si elles devaient le hanter une dernière fois, ce serait pour devenir sa force.
Des filaments de lumière prirent naissance au creux des mains de l’Ashanti, se dispersant dans l’air comme une toile d’or avant de s’épaissir jusqu’à se rejoindre et former une énorme boule de cosmos. Sans attendre, l’artisan se mis au travail, façonnant l’énergie comme si elle avait été matérielle, pour créer de nouvelles formes et les assembler ensemble comme si elles faisaient partie d’un énorme casse-tête. Au moment de la création de sa propre armure, les pièces s’étaient solidifiées dès leur création, mais pour cette fois, Ntikuma souhaitait garder une sorte de mystère avant de révéler ce qu’il faisait, pour ne pas présenter un travail trop disparate.

L’exercice prit plusieurs minutes, une nette amélioration depuis sa dernière armure, mais les différences entre les deux étaient notables : celle-là n’était pas faite pour être portée. Elle aurait été pour quelqu’un d’autre, quelqu’un qui ne pourrait jamais la porter. Elle n’avait pas besoin d’être solide et parfaitement fonctionnelle.
Enfin, le cosmos de Ntikuma prit la forme d’un grand serpent aux ailes déployées. Dès qu’il claqua des doigts, la lumière dorée s’obscurcit et prit l’aspect du métal typique des armures de Black Knights. Une fois matérialisée, la construction se mit à trembler comme si elle avait de la difficulté à rester en place. Ce qui était le cas. Travailler rapidement avait ses désavantages. Mais l’armure resta en place, à sa plus grande satisfaction, et le forgeron pu enfin respirer plus librement. Un sourire parvint même à rejoindre ses lèvres. C’était suffisant, non?

Et soudainement, un étau glacé l’emprisonna, l’écrasant de tout son poids alors que le sol se déroba sous ses pieds. L’entité rouge tomba à genoux, incapable de rester debout, puis tout s’obscurcit…

La vision de Ntikuma

La bouche déformée comme pour crier, Ntikuma se laissa tomber vers l’arrière jusqu’à ce son dos heurte le sol. Clignant frénétiquement des yeux, la silhouette rouge recula rapidement en se redressant sur ses coudes pour échapper à… peu importe ce qui était maintenant après elle. Le souffle court et le cœur battant la chamade, cherchant encore à chasser la crainte et la douleur déjà disparues, ce n’est qu’après quelques secondes de confusion que l’artisan comprit qu’il était de retour à la réalité, devant Reagan et devant la nouvelle armure noire. Au final, il n’était même pas vraiment parti… combien de temps tout cela avait vraiment duré? Des heures? Ou à peine un battement de cœur…?
Mais c’était vrai, il pouvait le sentir jusqu’au plus profond de son âme. Ce qui s’était imposé à sa vue, à ses sens, était de véritables sentiments venants de véritables êtres… si puissants qu’ils s’étaient imposés à ses propres émotions, étaient pour trop longtemps devenus siens. Pour un temps, il était devenu tout ça. Mais pourquoi c’était à lui que ça arrivait? Qui étaient tous ces gens d’apparence plus morte que vive? Pourquoi tant de détresse…?
Et que fallait-il faire avec tout ça?

[HRP : La vision n'a duré que quelques secondes, pendant lesquelles Ntikuma a été parfaitement immobile]
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Avr - 19:09
Ntikuma ne tarda pas à répliquer à la requête de Reagan en matérialisant des fils dorés de ses paumes, ce qui poussa le second à se mettre en garde. Toutefois, la recrue ne s'en servit pas pour attaquer, mais pour modéliser une forme de structure métallique. Dubitatif, l'Oiseau de Paradis regarda l'objet se définir pour finalement ressembler à quelque chose qui se rapprochait d'une armure. Même si le processus de création était fort intéressant, le résultat final laissait plutôt à désirer à y regarder de plus près. Ntikuma avait prématurément interrompu son travail pour une raison qui lui échappait, mais il demeurait que cette démonstration était assez exceptionnelle. Rien de trop éblouissant cependant, car nul parmi les mortels n'égalait l'éclat de l'Américain ! Ce dernier devait maintenant comprendre ce que la corne-verte voulait signifier par cet acte, aussi se plongea-t-il dans sa réflexion tout en tournant autour du totem.

"Huuuuuuuum... Voyons voir ça..." maugréa-t-il, absorbé dans son observation.

La cuirasse ne semblait pas très différente au niveau de la solidité comparé aux Armures Noires, c'est-à-dire qu'elle était de médiocre qualité. Il restait qu'elle avait été produite en un temps record, un exploit dont seul un forgeron professionnel pouvait se targuer. Voilà donc un élément de réponse plausible : Ntikuma voulait vraisemblablement être embauché comme forgeron sur Death Queen Island. Reagan devait avouer que l'Ordre Noir manquait cruellement de ces artisans, ce qui se ressentait sur la résistance de leurs protections, voire leur utilité absolue autre que l'apparat. Posséder des armures dignes de ce nom ne ferait pas de mal aux renégats et leur permettrait d'avoir un certain prestige face aux factions adverses.

"Dois-je comprendre que tu es un forgeron, mon brave Ntikuma ?" demanda le Chevalier Noir, un sourire chaleureux aux lèvres. "Si c'est le cas, je pense que nous aurons de quoi faire avec toi..."

Néanmoins, aucune réaction ne fut émise par la recrue, qui demeura immobile et comme en proie à un moment d'absence. Qu'est-ce qu'il faisait à divaguer, tout à coup ? L'Oiseau de Paradis claqua plusieurs fois des doigts pour attirer son attention, mais le bougre ne paraissait pas capter qu'on s'adressait à lui. Ce n'était guère poli de l'ignorer ainsi, alors qu'il s'était abaissé à lui faire un compliment ! Ntikuma avait beau être muet, il n'était pas pour autant autorisé à jouer l'idiot devant Reagan.

"Hey dude, wake up !" aboya celui-ci, penché vers son interlocuteur. "Aurais-tu l'extrême obligeance de me répondre quand je te parle ?"

Et dire que le Chevalier Noir commençait à avoir de bonnes dispositions envers ce pied-tendre, c'était dommage de le reléguer derechef au rang de stupide plébéien.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Avr - 21:27
En découvrant les paysages ravagés de Death Queen Island, la première pensée de la Liche avait été « Comment peut-on vivre ici ? ». Puis elle avait amendé cette réflexion, la changeant en « Comment peut-on vouloir vivre ici ? » : ce n'était pas comme si les habitants de l'île n'avaient aucun moyen de se rendre dans le monde extérieur, alors pourquoi rester sur ce bout de roche volcanique désolé et isolé au milieu de l'Océan Indien, à respirer le soufre et les cendres toute la journée ? Pas que les Enfers soient beaucoup plus réjouissants, mais tout de même...

Sauf qu'Andréa n'était pas venue ici pour faire du tourisme ou méditer sur les conditions de vie des autochtones. Le décès inattendu d'un certain Iblis, ex-Étoile Terrestre et traître de son état, avait en effet et de façon surprenante révélé l'existence d'une certaine personne qui pourrait bien se montrer très utile aux plans du Moissonneur de Vies. Les détails glanés dans la biographie du Spectre indigne étant hélas insuffisants pour identifier ou localiser cette personne, une recherche plus poussée s'était avérée nécessaire. Le repaire des renégats en armure noire, dernière patrie d'adoption de ce fameux Iblis, semblait le meilleur point de départ pour l'enquête de la polonaise.

« Commençons par chercher un Chevalier Noir. » décréta Kochtcheï. « Ce mécréant n'avait pas rejoint leurs rangs depuis longtemps, je doute donc que les gens du port puissent nous renseigner à son sujet ou sur celui de son compagnon. »

« Bien d'accord, mais je compte surtout chercher un Chevalier Noir pour les informer dans les règles de notre présence ici ; on nous regarde bizarrement et je n'ai pas envie d'être encore réprimandée par Sa Seigneurie pour avoir créé un incident diplomatique. » répondit-elle en tremblant au seul souvenir des paroles de Thanatos lorsqu'elle Lui avait fait son rapport sur sa petite virée à Asgard... et la terreur abjecte que lui avait inspirée la colère du Dieu lors de la dernière visite de Poséidon au Château d'Heinstein.

Le Surplis de la Liche était suffisamment sombre et terne pour passer pour l'une des contrefaçons d'armures en usage à Death Queen Island aux yeux d'un observateur inattentif mais n'importe qui avec un minimum d'expérience en la matière remarquerait de suite la différence de couleur et de facture entre sa protection et celles des locaux. Mieux valait ne pas traîner et régulariser sa situation au plus vite ; malheureusement, Takeya était semble-t-il trop occupé en ce moment pour qu'elle annonce à l'avance son arrivée. De toute façon, ce n'était pas comme s'il était le chef incontesté de tous les renégats de l'île – et elle se passerait bien de se retrouver à nouveau en sa présence après ce qu'il s'était passé lors de leur dernière rencontre, ce serait horriblement gênant.

La chance sourit à la jeune fille sous la forme d'une forte émanation cosmique provenant d'une falaise surplombant la mer. Elle ne savait pas qui était le propriétaire de cette énergie mais une chose était sûre, il ne s'agissait pas du Lion Noir. En tout cas, vu la puissance de l'aura, il y avait de grandes probabilités pour que cette personne soit une figure d'autorité sur l'île, apte à autoriser son séjour et peut-être même à l'informer. Elle se mit donc en route vers le promontoire tout proche, sans faire usage de son cosmos afin de n'alarmer personne mais sans pour autant chercher à dissimuler son approche.

Le temps qu'elle parvienne en haut de l'abrupte pente, l'énergie qu'elle avait ressenti s'était estompée. Laquelle des trois silhouettes se trouvant à l'extrémité de la falaise en constituait-elle l'origine ? Non, pas trois, deux : lorsqu'elle se fut suffisamment approchée, il apparut que ce qu'elle avait pris pour un troisième larron n'était en fait que le totem d'une armure noire. Quant aux deux premiers...

« Que diable... »

« Mais qu'est-ce que... »

Devant la Liche interloquée, une sorte de montagnes de muscles à la chevelure flamboyante et au visage peinturluré hurlait sur un petit être entièrement enfoui sous un ample vêtement rouge, paré d'une écharpe d'or et au corps enserré par une araignée métallique. Il lui fallut plusieurs instants de stupeur avant de se décider à s'immiscer dans cette scène étrange en abordant l'olibrius énervé. Pas forcément le meilleur choix d'interlocuteur mais qu'y pouvait-elle ?

« Hum... Excusez-moi, mes... seigneurs ? » hésita-t-elle, sans aucun moyen de connaître le sexe du second individu. Ou même celui du premier, elle n'aurait pas été surprise d'apprendre qu'elle avait en fait affaire à une femme culturiste particulièrement portée sur les injections d'hormones. « Salutations, auriez-vous un moment à accorder à une Spectre de passage ? »

« Ton introduction laisse à désirer... »

« La ferme, j'aimerais bien t'y voir moi. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Avr - 2:55
Normalement, le temps seul aurait pu tirer Ntikuma de sa torpeur forcée, lui apporter le calme et la raison pour réaliser que le cauchemar était fini. C'était la façon naturelle de faire les choses, plus douce et sans heurt, mais un peu plus lente à se compléter. Pas cette fois. La voix forte de Reagan s'abattit sur le pauvre artisan comme un marteau en plein sur la figure, lui explosant les tympans et lui écrasant le cœur dans sa poigne brûlante. Loin de s'immobiliser, l'Araignée Noire recula de plus belle, ses coudes s'éraflant sans pitié contre la roche volcanique, pour échapper à la colère de son collègue. L'entité observait l'Oiseau du Paradis de ses yeux grand ouverts, comprenant trop tard la raison de ses cris. Il était fou! N'avait-il pas vu...?
Non, il n’avait pas vu. Trop bien caché sous ses mystères, l’Ashanti n’avait sans doute pas laissé paraître suffisamment de son malaise, mais articuler quelques signes pour tenter d’expliquer ce qui venait de se passer ne suffit pas à calmer Reagan. Fou, on ne peut plus fou… pour si peu… Enfin assis en place, ayant abandonné l’idée de fuir ou même de communiquer, l’encapé ne faisait que regarder droit devant, trop hébété par la situation pour tenter autre chose. Ce ne fut que lorsqu’une voix féminine interpella les deux mercenaires que la chose sembla se calmer un peu, Reagan étant devenu suffisamment distrait pour que Ntikuma puisse se relever sans craindre de représailles et reprendre un peu de contenance.

Dire que la jeune femme qui avait rejoint le duo avait un physique aussi coloré que l’Oiseau du Paradis aurait été plus qu’inexact : Là où Reagan avait un visage explosant de couleurs tout autant irréelles les unes que les autres, la nouvelle arrivante semblait toute faite de noir et de blanc, son teint pâle comme la mort contrastant beaucoup trop avec sa chevelure sombre comme la nuit. Tout deux avaient néanmoins quelque chose en commun, un mot que Ntikuma n’aurait jamais pensé avoir à associer au physique d’un être humain, ce qu’il avait eu de la difficulté à nommer jusqu’à maintenant… artificiel. Les humains autour du monde étaient-ils tous réellement ainsi?

Plus grande que l’Ashanti, mais presque tout aussi frêle, la femme portait avec fierté une armure extrêmement différente des cuirasses noires que revêtaient les deux mercenaires. Sa curiosité l’emportant sur sa méfiance, la silhouette rouge s’approcha lentement pour observer le travail accompli sur cette nouvelle armure… elle avait été conçue dans un art très différent du sien, mais ce n’était pas là le détail qui attirait le plus l’attention : le métal était d’un violet sombre. Jamais Ntikuma n’avait été capable de donner une autre couleur à ses armures que noir! D’abord empli de fascination, les souvenirs du conteur le rattrapèrent bien assez vite pour lui rappeler ce que cela signifiait, et il se calma instantanément, s’arrêtant à quelques mètres de la soi-disant Spectre pour détacher son regard de son armure et la regarder dans les yeux. Il voulut lui signifier de dire ce qu’elle avait à dire et d’en finir, mais tourna d’abord la tête vers Reagan pour voir ce qu’il en pensait. Après tout, il était le véritable Chevalier Noir ici, et Ntikuma n’était que le novice…
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Avr - 2:21
Ntikuma sembla enfin se réveiller et s'affala par terre, terrorisé par les remontrances de Reagan. Celui-ci ne comprenait strictement rien à ce qui avait traversé l'esprit de la recrue et n'avait de toute manière pas envie de s'y intéresser. Il se contenta juste de lui signifier de se relever d'un mouvement du menton, ses yeux affichant un profond mépris. Mais alors que l'Oiseau de Paradis allait reprendre la discussion avec l'autre handicapé, il sentit un cosmos malsain s'approcher d'eux et s'orienta instinctivement vers sa source. Une jeune fille à l'allure famélique s'avança auprès des deux renégats, vêtue d'une cuirasse ténébreuse. Un tel métal obscur ne pouvait provenir que d'un seul type de protection : un Surplis de Spectre !

La donzelle se présenta évidemment comme une fidèle d'Hadès d'un ton si peu assuré et indigne d'une guerrière des Enfers que cela fit lever un sourcil de dédain à l'Américain. En plus d'affreusement manquer de style, cette gueuse était dépourvue d'éloquence ! Tout aussi circonspect que lui, le forgeron amateur se tourna vers Reagan après avoir avisé la Spectre. Venait-elle à Death Queen Island en ambassade ? En tout cas, elle n'avait pas l'air d'avoir d'intentions belliqueuses à leur égard. Quoiqu'il en soit, c'était à l'Oiseau de Paradis de se charger de la diplomatie dans ce genre de situation. Il se plaça donc devant Ntikuma, occultant la frêle silhouette de ce dernier par sa stature et fit face à l'étrangère.

"Ce sera Monseigneur pour vous, mademoiselle."
déclara-t-il d'une voix hautaine, avant de désigner l'artisan du pouce avec nonchalance. "La personne à côté de moi n'est encore qu'un novice, ce sera donc avec moi que vous vous entretiendrez. Par ailleurs, je me nomme Reagan, Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis ! Vous avez l'honneur de vous adresser à l'homme le plus beau, le plus fort et le plus ingénieux sur Terre !"

Reagan souligna son propos en passant d'un geste gracieux sa main dans sa chevelure abondante, ce qui en fit jaillir des gouttelettes d'eau scintillant à la lumière du soleil. Il enchaîna avec une nouvelle pose de culturisme, un abdominaux-cuisses savamment orchestré, avant de se remettre au repos.

"En quoi puis-je vous être utile, ô émissaire d'Hadès ?" la questionna le Chevalier Noir, non sans une légère désinvolture. "La bande de mercenaires sans foi ni loi que je représente actuellement est curieuse de savoir ce que vous pouvez bien désirer de nous."

Il avait certes entendu parler d'une précédente alliance entre des Black Knights et les Spectres dans le cadre d'un conflit contre Poséidon et le Sanctuaire, mais la présence de cette fille sur l'île le laissait songeur. Si cette nana ne voulait pas engager les hostilités avec les renégats, que voulait-elle d'eux ? Peut-être les embaucher pour qu'ils puissent faire leur sombre besogne à leur place ? En ce qui concernait l'Américain, un contrat n'avait pas d'odeur tant qu'il ne venait pas des empaffés d'Athéna, alors il pouvait s'en accommoder. S'il pouvait éclairer le monde entier de sa magnificence, il était même heureux de s'engager sur d'autres fronts.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Avr - 11:02
Bon, ça aurait pu être pire mais ça aurait aussi pu être mieux. L'être en rouge se rapprocha de la Liche avec ce qu'elle prit pour de la circonspection – difficile à dire dans la mesure où l'obstruction de son identité était complétée par un masque. Et son silence n'aidait pas à déchiffrer ses émotions. Quant à l'autre hurluberlu bigarré, elle ne lui avait manifestement pas fait bonne impression. Le sentiment était réciproque : la jeune fille ne savait plus où se mettre en le voyant prendre la pose sans raison pour exhiber sa musculeuse anatomie. L'arrogance et le narcissisme de celui qui se présentait sous le nom de Reagan étaient proprement confondants. Le plus beau, le plus fort et le plus ingénieux sur Terre, rien que ça ? Elle se demanda ce que devait en penser Takeya...

« Pour ma part c'est surtout le terme « homme » que je conteste. » ironisa le parasite dans l'un de ses très rares moments d'humour... avant de continuer sur sa lancée. « Andréa, je tiens à te présenter mes plus plates excuses : je t'ai toujours dit que tu te maquillais trop mais je retire ces paroles. »

Deux plaisanteries dans la même journée, et en plus Kochtcheï l'avait appelée par son nom. Elle dut se retenir de se pincer pour vérifier qu'elle n'était pas en train de rêver. Qu'est-ce que ce serait la prochaine fois, un Wolgorn lisant des romans à l'eau de rose ? Non, le véritable miracle était le fait qu'elle soit parvenue à garder un visage impassible et même à gagner un semblant de contenance au milieu de toutes ces bizarreries. Très bien, fini de rire, il était temps d'engager sérieusement la discussion.

La première chose à faire était de trouver un équilibre viable dans sa réponse à ce Reagan qui ne comptait pas la modestie au nombre de ses qualités autoproclamées... ni la délicatesse d'ailleurs, à voir sa manière d'écarter sans ménagement la silhouette à l'écharpe d'or. La polonaise devait trouver un moyen de ne pas braquer son comité d'accueil en lui adressant une rebuffade, pas plus qu'elle ne devait l'irriter par un flagrant excès de flatterie. L'exercice s'annonçait difficile...

« Enchantée de faire votre connaissance, monseigneur. » dit-elle en s'inclinant bien bas. « Je suis Andréa, Spectre de la Liche de l’Étoile Terrestre de l'Immortalité. Veuillez pardonner mon ignorance mais les affaires des morts ne nous laissent guère le loisir de nous tenir au courant des exploits des vivants. »

Elle se releva tout en conservant une posture de légère humilité devant ses hôtes avant de délivrer le motif de sa visite, qu'elle agrémenta d'un double-sens tout à fait volontaire : « C'est au sujet d'un décès récent au sein de votre effectif que je viens demander votre aide. Je recherche la personne qui aurait accompagné un certain Iblis lors de son dernier voyage. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Avr - 20:31
Évidemment, l'Oiseau du Paradis ne resta pas à l'attention que Ntikuma était presque forcé de lui donner : la silhouette rouge eut beaucoup de difficulté à garder son équilibre quand Reagan la bouscula pour s'adresser à l'étrangère en armure violette. Frottant son épaule pour chasser la douleur, l'Ashanti écouta de nouveau l'introduction de son nouveau collègue, blessé par le comportement de ce dernier et son manque de considération. Même après son brusque retour à la réalité, le sentiment d'urgence qui émanait de son étrange vision refusait de s'effacer de son esprit, repassait sans arrêt devant ses yeux et lui murmurait qu'il fallait faire quelque chose, n'importe quoi. Mais comment s'enfoncer dans un tel mystère sans s'y perdre.

Jamais il n'aurait pensé que la jeune fille serait une possible réponse.

Non pas qu’elle l’ait affirmé directement, mais plus la conversation avançait, plus Ntikuma commençait à comprendre ce qu’elle était vraiment. Le terme « Spectre » ne lui disait rien du tout, mais la mention d’Hadès et le choix de mots de la jeune femme donnait une idée on ne peut plus claire de ce qu’elle était… une guerrière au service des morts, ou plutôt, de la mort elle-même… un long frisson traversa le dos de l’encapé, se mélangeant à la perfection avec ses sentiments déjà troubles. C’était certes sordide, mais si la guerrière appartenait réellement au monde des morts, c’est qu’elle aurait peut-être des réponses aux questions du forgeron en devenir. Avant cela, pourtant, ce serait à lui de donner quelques réponses…
Le frisson devint une poigne glacée, accompagnée d’un sentiment de vide total, lorsque la Spectre mentionna le nom d’Iblis. Le poids du regret, couplée à la peur de faire face si tôt à la vérité alors que l’accepter étant déjà un défi de taille, l’écrasa de tout son poids alors qu’il recula de quelques pas, se demandant si se présenter ainsi était réellement une bonne idée. Avouer son crime devant un collègue, alors qu’il n’était qu’un novice? Vu le caractère de Reagan, il y avait de quoi craindre pour sa vie… mais au final, la fille n’avait pas demandé les détails, seulement de savoir qui était présent au moment de la mort du prisonnier de Phobos. Il y avait peut-être moyen de bien s’en sauver même devant un autre chevalier noire, sans pour autant mentir.

Après quelques profondes respirations pour se redonner du courage, l’Ashanti s’avança, se plaçant devant Reagan en fixant la dénommée Andréa, écartant doucement ses bras pour montrer qu’il était celui qu’elle cherchait. Ce ne fut pas bien long avant qu’il ne baisse les yeux, n’osant pas la regarder si longtemps. Pour une courte seconde, ses tracas s’effacèrent complètement, ne laissant qu’un sentiment de vide des plus désagréables. Une promesse pourtant pleine de bonne volonté, si tôt menacée…
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Avr - 23:13
La Spectre déclina poliment son identité devant Reagan, lui révélant qu'elle s'appelait Andréa de la Liche. Un titre pour le moins approprié pour une fille à la dégaine aussi morose et maigrichonne. Quand elle fit ensuite référence aux exploits des vivants, adressait-elle ce commentaire à l'attention de l'Oiseau de Paradis ? Si c'était le cas, elle avait l’œil pour reconnaître les gens talentueux comme lui. Les introductions faites, la Liche expliqua à son interlocuteur qu'elle désirait rencontrer l'individu ayant accompagné un membre de la Confrérie Noire ayant récemment trépassé. Le défunt s'appelait Iblis, un nom dont l'Américain ne parvenait pas à se souvenir dans l'immédiat. Le pouce et l'index autour du menton dans une posture pensive, il tenta de se remémorer cette personne, le cas échéant il s'en irait quérir une réponse auprès du service administratif.

Soudain, Ntikuma s'avança auprès d'Andréa et se désigna comme la personne qu'ils recherchaient. Ce rebondissement étonna Reagan, qui s'interrogea sur ce qui pouvait bien s'être passé entre lui et le fameux Iblis. Pour être honnête, il n'avait guère envie de communiquer une information de ce genre à la faction infernale, mais puisque le zigoto en question se livrait de lui-même, cela réglait le problème. Cependant, le Chevalier Noir n'en était pas plus éclairé sur l'affaire et s'empressa de poser la question :

"Et puis-je savoir ce que le brave Ntikuma a fait de si important en la compagnie de ce cher Iblis ? Nos affaires internes ne sont pas censées vous concerner, du moins dans la mesure où nous ne nous mêlons point des vôtres et sommes encore vivants."

Il appuya ses propos en remettant de nouveau le forgeron à l'arrière d'un mouvement énergique du bras. En réalité, l'Américain n'avait cure de ce qu'il adviendrait de la recrue, mais il ne voulait pas donner l'impression d'être un lâche et un soumis. Qu'importe ce que voulait la Liche, elle devait comprendre qu'elle n'était pas en position d'ordonner quoi que ce soit à un homme aussi puissant que lui. Si elle pouvait comprendre cela, elle obtiendra de lui l'autorisation de disposer de Ntikuma de la manière qu'elle souhaite, à l'exception de l'enrôler comme Spectre. Nul ne dérobait à Reagan un larbin sous les yeux sans marchander avec lui selon ses règles ! De son côté, le forgeron devait espérer n'avoir rien fait pour attirer le courroux de l'armée d'Hadès sur Death Queen Island, sinon cela risquait de chauffer pour son matricule. L'Oiseau de Paradis pouvait certes s'échapper en cas de coup dur, mais il détestait que son nom et sa réputation soient éclaboussés de façon indirecte.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Avr - 9:06
Contrairement à ses attentes, ce ne fut pas Reagan – occupé à adopter le plus naturellement du monde une posture évoquant le Penseur de Rodin – qui réagit le premier à ses paroles mais bien l'encapé. Celui-ci contourna son « protecteur » pour venir se planter devant la Liche, semblant vouloir dire qu'il savait quelque chose... ou qu'il était la personne qu'elle cherchait, allez savoir, la communication non-verbale n'aidait pas à résoudre cette ambiguïté. Il s'agissait toutefois d'une grande aide pour sa mission, quelle que soit l'hypothèse qui s'avérerait correcte.

« Réfléchis, petite idiote. » l'admonesta son prédécesseur avec l'équivalent mental d'un soupir de lassitude. « Tu as cru qu'il y avait trois personnes en arrivant, pourquoi cela ? »

Et voilà, le parasite était revenu à la normale, elle était sûre que ça ne pouvait pas durer. Ennuyée par l'insulte gratuite, elle répondit néanmoins à la question : « Parce que j'ai confondu cette armure avec... Oh. »

Elle comprenait maintenant où il voulait en venir. Reagan arborait déjà sa propre cuirasse, de même que l'anonyme qui la transportait sur son dos. Ils étaient les deux seuls Chevaliers Noirs à proximité, la raison la plus probable à la présence de cette armure sans porteur était donc qu'elle venait tout juste d'être créée par la personne qu'elle recherchait. Quelle chance, c'était inhabituel. Presque suspect même...

« À cheval donné on ne regarde pas les dents. Tu ne vas tout de même pas te plaindre de tomber sur une mission facile pour une fois, non ? »

Réplique très juste. Elle pouvait bien simplement avoir de la chance une fois de temps en temps... enfin, si l'Oiseau de Paradis ne se mettait pas en travers de sa route. D'autorité, le flamboyant individu venait de replacer le mutique derrière lui, s'érigeant en rempart de muscles entre Andréa et sa possible cible. Peut-être qu'il n'appréciait pas de voir quelqu'un d'autre – a fortiori un novice – accaparer l'attention qui lui était due. Ou peut-être avait-il à cœur de protéger ledit novice de l'intérêt que lui portait l'infernale, ce qui était également compréhensible : peu de gens trouveraient enviable d'être ainsi remarqués par les gardiens de l'Au-delà et tourmenteurs des damnés. Heureusement, l’Étoile Terrestre de l'Immortalité n'était pas venue pour infliger une quelconque punition de la sorte. Il fallait cependant rendre grâce à ce Reagan de lui avoir révélé le nom du petit être, l'apprendre de la bouche de l'intéressé aurait sans doute été laborieux.

« Cela n'a rien à voir avec Iblis lui-même, monseigneur. » annonça-t-elle pour calmer le jeu. « Il a simplement été porté à notre connaissance qu'il voyageait avec une personne possédant des compétences qui intéressent Sa Seigneurie. »

Elle avait des doutes quant à la marche à suivre pour la suite. Il était impoli de parler de Ntikuma comme s'il n'était même pas là, or elle devrait en appeler à sa bonne volonté pour obtenir ce qu'elle voulait. À l'inverse, s'adresser directement à la silhouette masquée risquait d'irriter Reagan qui, d'après ce qu'elle avait déjà pu voir de son tempérament, n'aimerait peut-être pas être ignoré ou même seulement relégué au second plan. Pareillement, employer le terme « monseigneur » pour le forgeron comme elle l'avait fait pour le peinturluré les placerait tous deux sur un pied d'égalité et elle n'était pas sûre que ce dernier le supporterait.

Kurwa. Tant pis si elle froissait quelqu'un, ils étaient à Death Queen Island, les Chevaliers Noirs n'étaient pas une vraie faction, Ntikuma pouvait très bien prendre ses propres décisions et ses congénères n'auraient rien à y redire.

« Nous souhaiterions avoir recours aux talents du sieur Ntikuma, en échange d'une compensation appropriée bien entendu. Si vous acceptez de nous consacrer un peu de votre temps et de nous rendre ce service, je m'en irai ensuite et vous laisserai tranquilles. Je n'ai aucun désir de m'immiscer dans les affaires de votre Ordre. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 21:57
Trop rapidement pour lui laisser le temps de réagir, l'Oiseau du Paradis repoussa brusquement l'Ashanti derrière lui pour s'enquir à sa place des demandes de la jeune Spectre. Cette fois, ses jambes se dérobèrent sous le choc et il s'effondra par terre, trop estomaqué par la violence de celui qui se disait son camarade pour se relever tout de suite, restant plutôt au sol à se demander quoi faire pour éviter ces coups sans pitié qui semblaient pleuvoir sur lui sans qu'il puisse y faire quoi que ce soit... Comment faire sa place sur cette île, si ses habitants ne pensaient qu'à l'en écarter constamment?!

Mais pourtant, la Liche fit instantanément disparaître les craintes de l'Araignée quand elle expliqua qu'elle n'était pas là pour Iblis. Se relevant prudemment, le conteur plus qu'intrigué écouta attentivement ses explications, se demandant bien comment cette information avait bien pu rejoindre le monde des morts. Iblis avait-il été interrogé? L'idée de ne plus avoir de secret en quittant ce monde traversa le dos de Ntikuma comme un long frisson, avant qu'il ne se reprenne pour réfléchir à la situation.

Vivant ou pas, l'information voyageait si vite... à la base, Ntikuma n'avait aucune objection à apporter son aide à quelqu'un qui en avait besoin, mais ses convictions récemment trouvées se bousculèrent les unes à la suite des autres pour le forcer à y penser à deux fois. C'était plus qu'une personne qui lui demandait ce service, c'était tout un groupe, une cause à laquelle il refusait d'appartenir, qui souhaitait en profiter. Pourquoi le faire, donc? Et pourquoi pas? Il n'était pas missionnaire, imposer ses propres idées à ceux qui ne pensaient qu'avec leurs poings lui semblait une tâche impossible et terrifiante, mais il y avait d'autres façons de faire. Se joindre à ses opposés n'était pas l'idée, mais les approcher, les comprendre, voir ce qu'ils étaient vraiment, fascinait l'entité presque malgré elle. Après tout, ils ne pouvaient pas être que mauvais... cette fille, par exemple, lui semblait déjà plus sympathique que son propre allié!

Le forgeron contempla la cuirasse représentant le Zilant, incertain du choix à faire. Le sentiment d'urgence instillé par l'étrange vision ne se dissipait pas, au contraire, la présence de la Spectre n'avait fait que l'amplifier. Ces êtres fantômatiques l'avait imploré de les aider, et bien qu'il ne sache pas qui ils étaient et ce qui leur était réellement arrivé, la curiosité et l'inquiétude ne le lâchait pas. Il voulait voir ce que c'était... mais il avait aussi peur de tomber dans un autre piège.
Cette fois, pas contre, rien ne le forcait à s'y engager seul.

Faisant quelques pas sur le côté pour se soustraire à l'ombre de Reagan, l'Ashanti hocha d'abord la tête pour signifier son intérêt à la jeune Spectre, puis leva les mains devant lui pour lui dire d'attendre : si le travail l'intéressait, il n'était cependant pas prêt à l'accepter tout de suite, pas sans d'abord y poser quelques conditions. Sa volonté était claire, le forgeron souhaitait retrouver les être éthérés qui lui étaient apparu dans sa vision, ensuite il pourrait voir ce qu'il en ferait... et s'il était prêt à négocier. Jamais ce travail ne pourrait être gratuit, mais Ntikuma était prêt à en faire un bon prix, après tout, il n'était pas du genre profiteur, mais il avait déjà plusieurs idées pour une possible rénumération...
En avoir le coeur net, d'abord.
Cinq pierres tombales translucides sortirent brusquement de terre autour des trois protagonistes, au milieu d'un faux nuage de poussière que Ntikuma fit rapidement disparaître pour économiser ses forces. Ce n'était pas exactement le bon détail sur lequel s'attarder, même pour rendre la scène plus réaliste... les pierres se déformèrent jusqu'à afficher des visages, des dessins, d'étranges textures irréelles et de nouvelles couleurs... tout ce que l'artisan avait vu dans sa vision. Une pierre pour chaque porte traversée, pour chaque être rencontré pendant cet incongru voyage. Un geste de la main et les cinq silhouettes apparurent aussi, grises et déchirées, malheureusement toute de la même taille et forme pour ne pas surchauffer l'imaginaire du pauvre Ashanti, qui commençait à trembler sous l'effort. Enchaînés à leur tombe, les fantômes volaient au dessus du trio en poussant des plaintes silencieuses, le son ne faisant pas partie des dons de Ntikuma. Ce n'était pas tout à fait ce qu'il avait vu, mais c'était de loin la meilleure façon de l'expliquer; s'avançant prudemment au milieu du spectacle, l'encapé pointa les fausses apparitions du doigt, avant de porter sa main à son front comme s'il cherchait quelque chose à l'horizon.

Et ce qu'il cherchait, il comptait bien le trouver.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 0:47
Suite aux questions de Reagan, la Liche expliqua plus en détails ce qu'elle désirait de la part de Death Queen Island. Elle voulait manifestement utiliser Ntikuma pour accomplir un occulte dessein, mais elle ne se montrait guère précise à ce sujet. L'Américain se fichait un peu de ce que les Spectres pouvaient bien tramer, mais il n'était pas prêt à céder une recrue si aisément. L'intéressé s'extirpa par ailleurs de nouveau de son ombre et commença à mimer des propos incompréhensibles à l'aide de son énergie. Il était apparemment question d'un cimetière, de fantômes et d'autres choses lugubres du même tonneau. Peut-être était-ce un langage mortuaire que les Spectres pouvaient déchiffrer, rien que l'Oiseau de Paradis puisse appréhender. Ce charabia lui donnait néanmoins l'impression d'être inutile à la conversation, ce qui l'indignait intérieurement.

D'humeur impatiente, il se positionna entre le forgeron et Andréa tel un intermédiaire commercial. Essayant tant bien que mal de garder son sourire aimable, Reagan tint à clarifier la situation et dit à l'ambassadrice infernale :

"Une minute mademoiselle ! Je veux bien vous croire quand vous m'assurez que vous n'avez aucune mauvaise intention à notre encontre, mais je tiens à vous prévenir : Ntikuma est une recrue de la Confrérie Noire, aussi je veux être sûr que vous nous proposiez quelque chose d'honnête en échange de ses services, comme accepter de nous confier un guerrier à la hauteur du service rendu. Voyez-vous, je privilégie l'excellence par-dessus tout et je suis par conséquent dur en affaires... Par ailleurs, j'ose espérer que vous ne comptez pas nous voler le brave Ntikuma ?"

Sur ces mots, il posa sa main d'acier sur les épaules de l'artisan, montrant par ce geste qu'il était désormais la propriété de l'Ordre Noir. L'Américain, les yeux de rapace toujours fixés sur la Spectre, continua sur sa lancée :

"Si nous sommes bien d'accord, vous pourrez vous mettre au travail sans tarder... Mais puis-je auparavant savoir de quoi il en retourne ? Nous avons beau être des mercenaires détachés de tout sens moral, nous avons pour règle de toujours nous informer sur la nature de notre travail."

Il tourna ensuite les talons, puis se dirigea vers le bord de la falaise afin de mieux contempler l'horizon. Les bras croisés et la cape au vent, le Chevalier Noir prit une profonde inspiration et soupira, avant d'ajouter d'un ton au premier abord nonchalant :

"A vrai dire, peu m'importe que vous complotiez pour détruire la planète... Tout ce qui m'intéresse est que l'on reconnaisse à quel point je suis exceptionnel et fabuleux ! Oui ! La beauté dépasse les frontières de cette minuscule planète et j'en serai le porte-étendard !"

Une nouvelle vague se brisa alors contre les roches escarpées et vint ponctuer les paroles enflammées de Reagan. Celui-ci demeura immobile face à l'océan, figé dans une pose dramatique à souhait, qui en ferait rougir le plus passionné des acteurs de théâtre. Fort heureusement, les flots lui avaient épargné une éclaboussure supplémentaire du plus mauvais effet.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 10:00
Il y avait du progrès, Ntikuma semblait intéressé et tentait de se faire entendre – ou plutôt comprendre – malgré l'obstruction pratiquée par son égocentrique confrère. Ce n'était pas gagné toutefois : le spectacle conjuré par l'encapuchonné était certes impressionnant mais la clarté du message ainsi communiqué laissait toujours à désirer. Il la comprenait pourtant, alors pourquoi ne se contentait-il pas d'écrire à l'aide de son cosmos au lieu de leur montrer une vision absconse ?

Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire... « Je vois des gens qui sont morts » ? Dans ce cas il fallait féliciter le petit être pour ses dons de médium mais elle n'était pas plus avancée, que voulait-il qu'elle y fasse... Puis Kochtcheï proposa une autre interprétation avec davantage de sens : « je cherche des gens qui sont morts ». En effet, c'était déjà plus logique comme requête à adresser à une Spectre. Elle restait cependant sceptique quant à la présence de ces fantômes dans la pantomime de Ntikuma : les pierres tombales n'étaient-elles pas suffisantes ?

« Vous cherchez à rentrer en contact avec des êtres chers décédés ? Cela devrait être possible... » commença-t-elle avant d'être grossièrement interrompue par l'américain. Encore, ça devenait une habitude. Elle allait finir par se dire qu'elle avait affaire au Chevalier Noir de la Mère Poule et non à celui de l'Oiseau de Paradis !

La Liche se força à endurer le laïus de l'excentrique et musculeux personnage, se demandant tout du long s'il l'avait bien entendue la première fois. Elle croyait pourtant avoir déjà répondu à ces questions, à l'exception de celle concernant son but précis bien sûr. Profitant que Reagan détourne son regard pour prendre la pose une fois de plus, momentanément trop obnubilé par sa propre perfection physique pour leur prêter attention, Andréa adressa un roulement d'yeux consterné à Ntikuma, pointant discrètement un doigt en direction de l'Apollon au rabais et en se servant d'un autre pour se tapoter la tempe. L'expression internationalement reconnue pour demander ce qui clochait dans le cerveau du culturiste – à supposer qu'il en ait un. Elle reprit immédiatement sa position initiale lorsque ce dernier rouvrit ses paupières.

« Sa Seigneurie m'a donné carte blanche pour négocier un prix à la hauteur de la valeur de votre coopération, dans les limites du raisonnable. Il est dans notre intérêt à tous de conserver de bonnes relations entre les Enfers et Death Queen Island. » reprit-elle, espérant que Reagan n'exigerait pas également d'être récompensé pour ses bons offices. À moins qu'il ne soit le supérieur de Ntikuma, elle ne voyait pas en quoi il aurait droit à une faveur infernale. Enfin, c'était quelque chose qu'elle était prête à accepter si cela pouvait mettre fin à son comportement envahissant d’imprésario jaloux.

« Sa Seigneurie souhaiterait faire l'acquisition de quelques-unes de vos armures. La qualité importe peu et vous avez Sa parole que nous ne comptons en aucun cas en faire usage pour nuire à l'Ordre Noir. Je ne suis hélas pas autorisée à vous en révéler davantage et vous m'en voyez désolée. Une fois cette tâche accomplie, ce qui peut se faire ici-même et sous votre supervision, je repartirai comme je suis venue. Je n'ai aucune intention de vous enlever le sieur Ntikuma ou d'imposer un partenariat au-delà de cette transaction. Ces termes vous conviennent-ils ? »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 397
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 22:31
Le scénario mis en place ne semblait pas aider beaucoup, au contraire... les deux spectacteurs étaient confus plus qu'autre chose, incapables de déchiffrer ce que Ntikuma essayait de leur dire. Au moins ils avaient compris le lien avec le monde des morts, mais comment leur expliquer le reste? Son écharpe pouvait bien tracer quelques mots, mais jamais une phrase complète! Son cosmos seul pourrait le faire, peut-être, mais il n'était pas certain d'avoir une assez bonne concentration pour le faire, encore moins l'inspiration... pour l'encapé, une image valait bien plus que mille mots, il l'avait déjà fait par le passé mais cette fois les circonstances n'étaient pas tout à fait les mêmes, il n'avait aucune surface sur laquelle écrire...

Les formes cosmiques créées par le forgeron vacillèrent avant de disparaître quand le massif Oiseau du Paradis vint se placer devant lui à nouveau, le déconcentrant suffisamment pour laisser à sa création le temps de disparaître. Se massant les tempes pour chasser sa migraine, l'Araignée fusilla son confrère du regard pendant que celui-ci s'interposait à nouveau dans sa tentative de discussion, s'obstinant à s'enquir à sa place des demandes de la jeune Spectre. Sa dévotion était bien appréciable, mais le conteur n'avait pas besoin d'être couvé ainsi, surtout quand les dites demandes ne concernaient personne d'autre que lui. Pourquoi tenter de s'imiscer ainsi dans la discussion, alors? Se sentait-il responsable du bien-être de la recrue à ce point? L'agressivité de l'Ashanti fondit pourtant comme de la neige au soleil quand Reagan posa sa main massive sur son épaule, menaçant de briser ses pauvres os, comme pour s'assurer qu'il était encore bien là. La poigne ne dura pas longtemps, mais suffisamment pour calmer Ntikuma par crainte de représailles s'il osait se dégager de l'emprise de l'Oiseau du Paradis. Alors que ce dernier poursuivait son monologue plus loin en faisant dos aux autres protagonistes, la jeune femme fit quelques signes à l'encapé pour exprimer son agaçement, lui demandant par la suite si le Chevalier Noir était bien sain d'esprit. Souriant presque malgré lui, le forgeron voulut excuser le comportement de son compagnon excessif, mais se ravisa soudainement. Plus cette étrange conversation avançait, moins il était sûr de la réponse à donner...

Les réponses de la Spectre ne lui apprirent pas grand chose qu'il ne savait pas déjà pas déjà. Le service demandé ne le dérangeait pas beaucoup, pas encore, mais l'Ashanti voulait aussi être sûr du prix qu'il réclamerait. Mais pour ça, il faudrait se faire comprendre...
La silhouette rouge observa longuement la jeune femme en réfléchissant... puis, en s'attardant sur ses yeux maquillés, une solution lui traversa la tête comme un éclair. Le maquillage! Sans valoir une plume et un papier, ses deux interlocuteurs avaient tout deux de quoi le dépanner temporairement, sans aucun doute! S'avançant d'abord vers Reagan, l'encapé changea rapidement d'idée pour se diriger vers Andréa, trépignant de joie d'avoir eu une si bonne idée. Se plantant juste devant elle, la silhouette rouge la pointa du doigt, pour ensuite le passer sous les yeux de son masque de bois et finalement mimer d'écrire avant de la pointer une dernière fois. Ce n'est qu'après quelques répétitions que la jeune femme finit par lui donner un fin crayon noir que le conteur brandit fièrement avec de relever une des larges manches, révélant un bras osseux et foncé, sur lequel il traça d'abord un simple trait pour tester. Ce n'était pas des plus lisibles... un peu penaud, Ntikuma se tourna de nouveau vers Andréa et lui demanda tant bien que mal de lever son bras. Évitant son regard, le conteur se mit rapidement à l'écriture, faisant bien attention de ne pas appuyer trop fort ou trop gros pour avoir suffisamment de place. Il faudrait faire de son mieux pour garder ça court...

"Je ne connais pas ces êtres. Ils sont prisonniers, mais pas comme les autres morts. Je les ai vu dans une vision. J'aimerais les retrouver avant de vous donner une réponse."
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 307
Age : 22
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 0:58
Andréa se montra finalement plus loquace et révéla son projet, non sans conserver une zone d'ombre sur l'usage que les Spectres allaient faire des Armures Noires. Reagan aurait bien aimé savoir ce pour quoi elles seront employées, mais de toute évidence, il était difficile de réguler la circulation de ces cuirasses bon-marché. La réputation de mercenaires imprévisibles des Black Knights était par ailleurs bien établie, aussi n'était-ce pas vraiment la peine de s'en soucier. Restait à savoir si Ntikuma était réellement à la hauteur de la tâche, mais sa prestation semblait suffisamment convaincante. Les termes du contrat paraissaient honnêtes aux yeux de l'Américain, mais une précaution supplémentaire n'était jamais de trop.

"Voilà une affaire qui roule !" s'exclama-t-il gaiement, une lueur malicieuse dans son regard. "Une petite précision cependant : essayons de garder ce marché aussi confidentiel que possible entre nos deux factions. Vu ce qu'il s'est passé durant la dernière Guerre Sainte avec Poséidon, je n'aimerais pas que nous soyons taxés de larbins des Enfers... Nous sommes des mercenaires libres comme l'air après tout !"

Ntikuma, de son côté, semblait chercher un moyen de mieux véhiculer son message autre que par des images. Il emprunta ainsi de l'eye-liner à la Liche -qui donnait plus l'impression chez elle d'avoir des cernes que d'être jolie- et retroussa sa manche, dévoilant son bras noir et maigrelet. La vision d'un membre si mal entretenu arracha une grimace de dégoût à l'Oiseau de Paradis, qui se détourna de cette horreur. Le reste du corps du forgeron était-il aussi hideux que ne l'était ce bras décharné ? Si c'était le cas, il avait intérêt à garder son physique caché sous son manteau afin de ne pas polluer la vue de Reagan.

Ces considérations esthétiques à part, Ntikuma avait écrit sur le bras de la gothique des phrases énigmatiques, faut d'avoir pu le faire sur le sien tant il était carbonisé. Il mentionnait notamment des êtres qui n'étaient pas prisonniers contrairement aux autres défunts. Parlait-il des âmes pécheresses condamnées à souffrir mille supplices au Royaume d'Hadès ? Non, le forgeron avait inscrit que celles-ci n'étaient apparemment pas dans la même situation que les autres. Il demeurait que sans contexte, ces informations n'avaient absolument aucun sens, à moins que l'artisan ne consomme des substances hallucinogènes. Décidément, ce nabot collectionnait toutes les tares possibles et imaginables !

Plus que perplexe, le Chevalier Noir adressa une œillade interrogatrice à Andréa puis dévisagea longuement Ntikuma. Complètement paumé en ce qu'il s'agissait de l'au-delà, il demanda à ses interlocuteurs :

"Et que sommes-nous censés tirer de ça ? Pas que je sois contre jouer aux devinettes, mais je doute que ce soit le moment approprié."

Dans le cas de figure où même la Liche n'avait aucun élément de réponse, l'Américain allait considérer l'éventualité d'une taloche dans la tronche encapuchonnée du forgeron. Cela l'aiderait probablement à être plus compréhensible, voire à retrouver l'usage de la parole.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 12:34
La négociation semblait arriver à son terme malgré les interventions de l'Oiseau de Paradis. Sa dernière exigence de Reagan était sensée mais superflue ; même s'il n'avait pas pris la peine de la formuler, Andréa ne comptait de toute façon pas crier sur les toits que les Spectres avaient passé un marché avec des Chevaliers Noirs. Enfin, si ça pouvait le rassurer...

« C'était bien mon intention. Ne vous en faites pas, nous garderons secrète votre implication. »

En ayant fini avec l'américain, la jeune fille remarqua que Ntikuma mimait quelque chose avec insistance. Il lui fallut quelques instant pour comprendre qu'il lui demandait de quoi écrire. Elle fourragea donc sous son Surplis jusqu'à trouver un eyeliner dans une poche de ses vêtements – ce qui lui valut les moqueries de Kochtcheï ainsi que ce qu'elle prit pour un sourire narquois de la part de Reagan, qui devait pourtant lui-même en consommer des quantités industrielles. La gêne n'était cependant pas terminée : échouant à écrire lisiblement sur son propre bras, le petit être la pria cette fois de lui servir de support.

« Je crois que jamais aucun Spectre avant toi ne s'était laissé gribouiller dessus. » déclara un parasite qui avait apparemment du mal à se décider entre reproche et fou rire. Génial, elle venait d'entrer dans l'histoire de son ordre... En plus même Monsieur Stéroïdes se penchait sur elle pour déchiffrer les inscriptions ; cette intrusion sur son espace vital, c'était encore plus désagréable que d'avoir quelqu'un lisant par-dessus son épaule. Le peu de respect qu'elle aurait pu être en mesure d'imposer aux deux porteurs d'armures noires s'était complètement envolé.

Mieux valait se concentrer sur le message. Cette histoire de fantômes prisonniers était des plus étranges mais la polonaise évita de laisser transparaître ses interrogations. Après la petite indignité dont elle venait d'être victime, elle tenait à afficher un air de compétence devant le tas de muscles. Un rapide conciliabule avec son prédécesseur et elle reprit la parole à l'attention de l'encapé.

« Si vous dites vrai, cela peut valoir le coup d'enquêter. La vision dont vous parlez a dû laisser des traces. Permettez... »

Avec son autorisation, elle apposa l'index sur le front du masque de Ntikuma. Elle fit circuler une impulsion cosmique le long de la griffe de son Surplis, déclenchant les prémices d'un de ses arcanes.

« Nekromancja. »

Au lieu de s'en servir pour invoquer au hasard une nuée d'âmes damnées, elle suivit les instructions de Kochtcheï, inversa et altéra certains éléments de la technique. Elle repéra ainsi un lien entre l'esprit du forgeron et l'Au-delà, qu'elle utilisa là où elle aurait créé son propre fil spirituel en temps normal. Elle injecta de l'énergie dans ce lien, le renforçant, le remontant jusqu'à sa source qui était...

« Yomotsu Hirasaka ? Et bien, allons-donc voir de quoi il retourne ; je suppose que vous voulez vous en rendre compte par vous-même. » annonça-t-elle à l'homme masqué avant de se rappeler du caractère collant de l'Oiseau de Paradis. Bon, elle avait bien réussi à transporter Ercih avec elle en Enfer puis à le renvoyer dans le monde des vivants – ce qu'il lui était arrivé ensuite n'était pas de sa faute – et elle était plus puissante maintenant qu'elle ne l'était à l'époque. Dans le cas présent, il ne s'agissait en plus que d'un voyage jusqu'à la porte d'entrée de l'Outre-tombe, cela ne devrait pas demander autant d'effort ; elle pouvait se permettre d'embarquer un passager supplémentaire. « Désirez-vous nous accompagner pour vous assurer de ma bonne conduite, monseigneur Reagan ? Profitez-en, ce n'est pas un lieu dont beaucoup de Chevaliers Noirs sont revenus pour se targuer de l'avoir visité. »

Reagan accepta sa proposition en arborant une moue arrogante. Il se saisit de la main offerte par la jeune fille en tentant de la broyer dans sa propre poigne, sans se soucier des griffes tranchantes. Malgré la protection offerte par son armure infernale, elle dut demander à Kochtcheï de débrancher son sens de la douleur pour ne pas fléchir devant tant de force. Elle posa son autre main sur l'épaule du second Chevalier Noir, complétant ainsi les préparatifs, puis se focalisa sur la connexion entre ce dernier et le palier de l'Inframonde.

Le cosmos de la Liche s'éleva, élargissant le passage que son Surplis ouvrait entre les plans d'existence pour rendre possible la traversée de ses compagnons de voyage. Le monde autour d'eux se déforma, disparut dans les ténèbres, et c'est après ce qui leur parut être une chute dans un abîme infini que ses contours se précisèrent de nouveau... Sauf que le paysage avait changé. L'île volcanique couronnée d'un panache de cendres avait fait place à une montagne grise et morte sous un ciel d'encre. En l'absence d'astres, nul n'aurait su dire d'où provenait la lumière qui permettait à leurs yeux de voir. Leur cible devait se trouver quelque part parmi la lugubre procession des défunts gravissant la montagne... Andréa avait fait de son mieux pour les guider le plus près possible de l'origine de la vision du forgeron mais sa précision avait des limites. Peut-être devraient-ils chercher un peu.

HRP : On vient te sauver Follet, tiens bon !

Drag Queen Island Stories II