avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Avr - 21:17
Août 2010 : Russie, Kostroma
 
Skärn était adossé à un arbre, les mains dans les poches observant la Volga s’écouler paisiblement. Un peu plus loin, on pouvait voir un attroupement de personnes se tenait également sur le bord de la rive, mais pas exactement pour les mêmes raisons. Il s’agissait de badaud mais aussi de policiers, de journalistes… tous venant voir le cadavre qui s’était échoué sur la rive, une personne morte noyée, le visage figé dans une expression d’effrois pur. Mais surtout la victime n’était pas n’importe qui, il s’agissait de Iaroslav Kurtuzkov, le propriétaire d’une série de petit commerce dans la ville, et potentiel futur candidat pour le poste de maire de la ville. Il avait plusieurs fois été soupçonné de tremper dans des trafics illégaux de natures diverses mais sans que jamais rien ne put jamais être prouvé. À présent, on retrouvait son corps sans vie sur les bords de la Volga, la veille du jour où il devait participer à l’ouverture d’un nouveau centre d’aide aux sans-abris, de quoi faire les gros-titres de la presse locale, voire nationale.
 
Skärn se releva, frottant son pantalon qui avait été légèrement salit par la boue et commença à s’éloigner pour rejoindre la route, repensant à ce qui l’avait amené jusqu’ici, sur la berge de ce fleuve. Cela faisait prêt de quatre ans qu’il avait quitté sa patrie et qu’il errait dans le monde, perfectionnant ses connaissances, et dans ce laps de temps il était déjà devenu une figure reconnue dans le milieu des tueurs à gage. Rien ne pouvait l’arrêter, impossible de remonter jusqu’à lui, il arrivait même que certaines de ses victimes ne présentaient aucuns indices allant dans le sens d’un meurtre et le mieux, c’est qu’encore aucune grande agence de sécurité ne disposait de dossier consistant sur lui. Aujourd’hui, il était venu s’assurer que son dernier contrat était bien rempli.
 
Iaroslav Kurtuzkov, s’il avait seulement été impliqué dans quelques trafic illégaux, en fait sous son apparence affable, cet homme avait réussi en moins de dix ans à presque arracher le contrôle de l’économie souterraine de Kostroma des mains du Vory de Moscou, l’un des principaux syndicats du crime de la Fédération de Russie. Il avait été contacté par un membre de cette organisation pour se débarrasser de ce gêneur. Ce qu’il avait fait la nuit dernière… il était même allé plus loin en démantelant complètement le réseau de sa victime, la police n’avait probablement pas encore découvert le reste de son œuvre de la nuit, jusqu’à sa traque de sa victime sur les bords de la Volga et qu’il l’avait noyé de ses propres mains, non sans avoir brisé l’esprit de sa victime tel que ce qui lui avait été demandé. Il lui était déjà arrivé de se sentir sale après certains de ces contrats, mais pas dans ce cas-là. Maintenant, il ne lui restait qu’à patienter quelques heures avant d’aller toucher sa récompense, attendre que son contact soit mis au courant par les médias et puis le retrouver au lieu de rendez-vous.
 
Une fois qu’il avait rejoint la route, où l’attendait sa moto, il regarda à nouveau le défilé de voiture amenant de nouveaux arrivants sur les lieux. Il pouvait paraître étrange qu’un individu comme lui passe totalement inaperçu. Il était vrai que son apparence avait de quoi attirer le regard, haut de 1m93 et assez baraqué, une tignasse de cheveux blanc immaculé, un œil borgne avec une grande cicatrice lui traversant le visage et l’autre œil avait également de quoi attiré le regard. Il était vêtu avec un gilet de motard, pratique, et surtout il portait une épée à sa ceinture. Mais tout cela serait oublier que Skärn était un éveillé plus qu’expérimenté et s’il ne désirait pas être vu, personne ne le verrait. Concernant son épée en plus, il l’avait enchanté pour qu’aucun non-éveillé ne puisse la voir, même les détecteurs de métaux ne la détectait pas.
 

Selon ses estimations, il en avait encore pour facilement 2-3 heures avant que son rendez-vous soit sur place. Il se demanda ce qu’il pourrait faire. Se contenter de rouler avec sa bécane ne le tentait vraiment pas. Il pourrait directement se rendre sur place et attendre avec une bonne bouteille pour patienter, ou alors flâner dans les rues du centre ou encore visiter l’une des nombreuses églises au toit brillant se trouvant en ville, témoignage du passé princier de la ville, celui des Rikuride et des Romanov. Il ne savait pas encore.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Avr - 22:11
Nathalia fixait le corps inerte de l’homme que les journalistes mitraillaient de flashs incessants. La police essayait de contenir les badauds et lesdits journalistes tandis que d’autres agents entouraient le corps. La russe se tenait un peu plus à l’écart, pour ne pas déranger l’enquête plus qu’elle ne l’était déjà.

« Tu crois qu’il trempait vraiment dans des affaires de trafiques pour finir ainsi ? Ou qu’un opposant politique à voulut se débarrasser d’un adversaire ?

Fit-elle en se tournant vers la jeune femme aux cheveux blancs qui se tenait à côté d’elle.

- Pour être honnête. Je m’en fiche. Tout ce que je vois, c’est que notre commerce ne sera plus menacé par l’importance du siens.

Répondit son amie avec son ton froid habituel. Nathalia haussa un sourcil :

-Tu penses vraiment qu’il aurait été un rival pour notre petit commerce d’armes ? Il a une boutique qui vend des épées ?

L’autre haussa les épaules :

-Je me méfie. C’est tout. Tu ne te méfies pas assez des autres Nathalia.

La pyromancienne rit doucement :

-Et toi, tu te méfies beaucoup trop de tout le monde Byakko »

Son amie jeta un coup d’œil à sa montre et lui annonça qu’elle devait partir. Nathalia la salua et la regarda s’éloigner avant de prendre le chemin du retour, afin de rentrer chez elle, balayant les alentours du regard. C’est à ce moment qu’elle le remarqua. Elle se demandait même comment se faisait-il qu’elle soit la seule qui semblait l’avoir vu. Les gens passaient à côté comme s’il n’était pas là. Ils ne pouvaient pas être focalisés sur le cadavre du commerçant au point de ne pas remarquer qu’un homme se tenait là avec une épée à la ceinture.
Et c’était ce détail, plus que l’épée elle-même ou que l’apparence marquant de l’homme, qui interpella la russe.
Elle hésita un instant, regardant encore autour d’elle pour s’assurer que vraiment personne ne se retournait sur lui. Chercha Byakko du regard dans l’espoir de lui demander si elle le voyait aussi. Mais la métisse était trop loin, et Nathalia ne tenait pas particulièrement à la retenir si elle devait aller quelque part. Elle se tourna de nouveau vers l’inconnu, hésitant sur la marche à suivre. Devait-elle satisfaire sa curiosité ? La russe finit par s’avancer. Elle repensa aux paroles de son amie. Se montrait-elle encore une fois trop peu méfiante ?

« Ce n’est pas comme si j’étais sans défense. Je suis une éveillée entrainée. La meilleure. Je n’ai rien à craindre. »[

Une fois à une distance qu’elle jugea suffisante, la jeune femme baissa les yeux sur l’épée de l’homme :

-Beau model. Pas le genre avec lequel je me promènerais en ville ceci dit. C’est surprenant que la police ne vous soit pas encore tombée dessus.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Avr - 9:59
Alors que Skärn continuait à s’interroger sur la suite de son programme, il aperçut une jeune fille s’approcher de lui. Cette dernière lui fit une remarque sur Dainslèf, son épée toujours attachée a sa ceinture. Bien que cela surpris le Niflheimien, il n’en montra rien, se contentant de machinalement se tapoter la tempe droite, signe que Garm lui parlait, une sorte de toc dont il arrivait pas à se défaire. Le Hurleur lui enjoignait de faire disparaître ce témoin gênant, mais le traqueur se sentait plus intrigué que menacer, aussi il décida de ne pas prendre en compte ce conseil et décida de répondre à la damoiselle. Son ton était calme et son accent était assez marqué par ses origines nordiques mais n’empêchait nullement la communication.

Connaisseuse ? Ne t’inquiète pas pour cela, je la promène avec moi depuis Saint-Pétersbourg et personne ne m’a ne serait-ce qu’interroger sur cette lame. Pour le modèle, crois-moi sur parole, il est unique, tu pourrais chercher pendant mille ans, tu n’en trouveras pas une autre semblable. C’est une sorte « d’héritage » qui m’as été léguer et je préfère la garder avec moi.
 
Par sa gestuelle, il attira l’attention de son interlocutrice sur l’épée dans son fourreau, profitant de ce moment pour activer discrètement la lueur de son œil, lui permettant de voir l’âme de la jeune fille l’espace d’un instant. Comme il s’y attendait, il s’agissait d’une éveillée, mais il nota en plus qu’une grande énergie l’habitait.

-Je suppose que dans la suite de la conversation il me sera demandé de me présenter, donc abrégeons les formalités. Je m’appelle Rolf Sigursson, à qui ai-je l’honneur de parler ?
 
Bien sûr, il s’agissait du nom d’emprunt que Skärn utilisait pour la durée de son séjour, cela était moins pour camoufler les traces de son passage que pour éviter de se faire harceler de question quant à son vrai nom, qui fallait le dire était assez peu fréquent. Il écouta la réponse de son interlocutrice, reportant son attention sur le camion de la Télévision qui venait d’arriver avec son matériel. Décidément, il ne serait pas douté que son travail susciterait autant d’intérêt, les Sudistes étaient tellement différents des siens dans leurs réactions, il avait encore du mal à bien saisir la portée de ses actes par moment.
 
- J’ose espérer qu’il ne s’agissait pas d’une de tes connaissances, toutes mes condoléances si c’est le cas.
 
Skärn réfléchit alors quelques instants, il avait 2-3 heures à tuer (sans mauvais jeux de mots) avant son rendez-vous, cette fille pourrait peut-être le conseiller. Après tout, qu’est-ce qu’il risquait à demander.

- Tiens au fait, il se pourrait que tu puisses me rendre un grand service. Vois-tu, je suis ici pour affaires mais mon contact ne doit me rencontrer que dans quelques heures. Je comptais un peu flâner sur les bords de ce fleuve, mais cela me semble légèrement compromis. T’aurai pas une idée de ce que je pourrais faire dans cette ville en attendant ?
 
Après-tout, maintenant qu’il avait l’assurance que sa cible était bien morte, il n’avait plus rien à faire ici, et même si en ce moment personne ne faisait attention à lui, en cas de contrôle de police, il serait quand même obligé de montrer ses papiers, ce qu’il préférait à priori éviter.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Avr - 23:48
La russe haussa un sourcil intrigué. Comment pouvait-il venir de Saint Pétersbourg avec son épée aussi visible à son côté, sans avoir le moindre problème ? Elle ne posa cependant pas de question. Ça ne la concernait pas vraiment après tout, n’est-ce pas ? Il expliqua que l’épée était une pièce unique, un héritage qu’il préférait garder sur lui. Si Nathalia le comprenait, elle était loin d’imaginer qu’elle serait dans la même situation que lui dans quelques années. Il se présenta ensuite, en supposant que c’est ce qu’elle allait lui demander ensuite. La jeune femme cligna des yeux un instant, comme surprise, avant de répondre en souriant :

« Ah, en fait, ce n’est pas vraiment ce que je m’apprêtais à demander si je pouvais voir l’épée. Pas forcément la prendre dans mes mains, juste la voir de plus prêt. En fait, je tiens une boutique avec mon amie, où on forge des armes. Des armes de collection, évidemment, mais chacune est unique aussi. Mais celle-ci est d’un tout autre niveau, elle a l’air magnifique… Vous savez où elle a été forgée ? Par qui ?

Elle détacha enfin son regard de l’arme pour lever les yeux sur l’homme- ce qui n’était pas peu dire, étant donné de la taille de l’homme comparée à celle de la russe, à savoir, 1m67- comme si elle venait enfin de réaliser quelque chose :

-Oh ! Je suppose que je suis censée me présenter aussi du coup ! Je m’appelle Nathalia ! Nathalia Kosma. Enchantée.

La voix de son amie résonna à nouveau dans son esprit. « Tu es trop naïve ». Mais elle la chassa avec agacement et réalisa que le géant- parce que c’était ainsi qu’il lui apparaissait- lui avait posé une question.

-Le macchabé ? Non. Je ne le connaissais pas. Enfin, pas personnellement du moins. Ma collègue pense qu’au final, sa mort est une bonne chose pour nous. Moi, je n’ai pas d’avis. D’un côté je me dis qu’une mort n’est pas censée être quelque chose de réjouissant. De l’autre, je me dis que si toutes les rumeurs qui courent sur lui sont vrais, alors ce n’est ni particulièrement surprenant, ni particulièrement regrettable.

Elle réfléchit ensuite à la dernière question du dénommé Rolf.

- Des choses intéressantes ? Je ne sais pas vraiment. Quand on vit ici tous les jours, tout semble banal. J’aurais tendance à dire les bars mais ce n’est pas vraiment le genre d’endroit qui intéresse un touriste je suppose ? Il y a bien le Monastère Ipatiev, ou l’église de résurrection ? Je suppose. Si j’y suis allée un jour, je devais être très jeune, alors je ne sais pas vraiment si c’est si intéressant que ça.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Avr - 10:53
Je crains de ne pas pouvoir accéder à ta demande. Comment te l’expliquer… c’est à cause d’une tradition de ma terre. Certes, cette tradition est ancienne et assez obsolète mais je suis tenu par l’honneur de mon clan de la respecter. Un guerrier ne doit jamais sortir son épée de son fourreau s’il n’a pas l’intention de s’en servir, en gros, si je la dégaine face à un quelqu’un, l’honneur m’empêcherai de la rengainer sans qu’elle ait trempé dans le sang.

Il détacha néanmoins la lame de sa ceinture, avant de la tendre, avec son fourreau, à Nathalia. Il prenait un risque en faisant cela, espérant que la jeune russe accepterait de respecter cette tradition… en bonne partie bidon. Il avait inventé cette excuse pour ne pas avoir à sortir sa lame, Dainslef étant non seulement une lame puissante mais aussi maudite. La légende voulait qu’une fois sortie, on ne pouvait la rengainer qu’après qu’elle ait ôter une vie, celle de l’ennemi du porteur, ou celle du porteur peut importait. Bon, il savait que s’était en bonne partie exagéré, l’épée se contentant d’accentuer les pulsions meurtrières de son porteur, et en tant qu’éveillé il avait la force d’y résister en grande partie, mais pas totalement. Le deuxième problème était que s’il dégainait Dainslef, son interlocutrice détecterait immédiatement les pouvoirs de la lame, jusqu’à présent contenu dans le fourreau.
 
- Mais si tu veux l’examiner, fais-toi plaisir, ne la sort juste pas de son fourreau et il n’y aura aucun problème. Pour le nom de son créateur, il s’appelait Daìn, il est très connu dans mon pays. On dit qu’il a forgé cette lame à l’époque où le monde était encore jeune, une phrase pour dire de manière ronflante qu’on ignore la date exacte. 
 
Pendant que Nathalia lui répondait sur sa question par rapport à sa relation avec le mort, Skärn demeura pensif. La mort d’un individu ne pouvait-elle jamais être réjouissante ? Durant toute sa traque de sa cible, Skärn avait pris le temp de sonder l’âme de cette dernière et ce qu’il avait vu n’était pas vraiment beau. Égoïsme, ambition dévorante, aucun scrupule ni remord pour ses actes, y compris pour son trafic d’êtres humains, et certains penchants inavouables… mais il avait aussi vu un réel intérêt pour l’avenir de cette ville économique de cette ville, bien que toujours motivé par l’appât du gain, et une très grande intelligence.
 
Au moment où son interlocutrice lui parla des éventuels choses qui pourraient l’occuper en attendant son rendez-vous, il commença à fouiller dans la besace de sa moto. Il y rangeait tout son matériel, y compris flingues, munitions et autres outils qu’il utilisait pour son travail, mais aussi des objets plus usuels. Il en sortit un petit calepin et de quoi écrire et commença à noter les propositions de Nathalia.
 
Excuse-moi, mais comment tu épeules « résurrection » ? Excuse-moi de te le demander, mais le Russe n’étant pas ma langue natale j’ai un peu du mal avec l’orthographe.


Il était vrai qu’à l’écrit, le russe du traqueur se révélait assez déplorables, enchainant les fautes d’orthographes. Skärn avait beau avoir appris en peu de temps une série de langue (en partie grâce à sa nature d’éveillé) il se contentait généralement de l’oral et de la lecture. Sa langue natale lui permettait déjà de se faire comprendre partout ou des langues scandinaves étaient parlées, passant juste pour un dialecte assez particulier mais compréhensible, il avait aussi appris à parler l’anglais, le français, l’allemand et le russe, pour pouvoir communiquer sans en permanence faire appel à ses capacités, bien que conservant toujours un accent assez prononcé. Il laissa Nathalia le corriger avant de lui faire une proposition.
 
Bien, ça me laisse quand même de quoi faire, je te remercie. Au-passage, tu veux que je te dépose quelque part ? Tu m’as bien dit que toi et ton amie teniez un magasin d’armes de collection ? Avec ta permission, est-ce que je pourrai y jeter un œil ? Et s’il te plait, pas de blague sur les borgnes, on me les a déjà toutes faites.

Skärn était assez intrigué par ce commerce, et surtout par sa propriétaire. Cette dernière était une éveillé, cela il en était sûr. Peut-être que son magasin possédait des choses dignes d'intérêt dans ce cas.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Avr - 23:58

Nathalia réprima une moue déçue en prenant l’arme dans ses mains. Elle aurait aimé pouvoir voir la lame, elle pouvait deviner même à travers le fourreau qu’elle devait être superbement travaillée. Ceci dit, elle respecta la tradition de l’étranger et se contenta de détailler l’arme sans la dégainer. On pouvait lire dans son regard l’admiration d’une connaisseuse.

« Elle est magnifique. Et elle doit être tellement agréable à manier… J’aimerais tellement avoir le niveau pour forger des telles armes…

Et pourtant, ses créations n’étaient pas de moindre qualité. Forgée dans la glace de Byakko et les flammes de Nathalia, elles n’étaient pas à négliger. L’homme nota les deux lieux qu’elle avait cité, et demanda qu’elle lui épelle un mot- ce qu’elle fit aussitôt- avant de lui demander si elle voulait qu’il la dépose quelque part. Elle réfléchit en lui rendant l’épée. Il avait demandé s’il pouvait voir la boutique qu’elle tenait avec son amie mais…

-Je ne sais pas… On est censé être fermé aujourd’hui, Byakko sera furieuse si elle apprend que j’y ai fait entrer quelqu’un…

D’un autre côté, il lui avait laissé jeter un coup d’œil à son épée. Une pièce unique et merveilleuse. Elle lui devait bien au moins ça non ? Et puis, ce n’est pas comme s’il risquait d’en voler une n’est-ce pas ? Avec celle qu’il avait, que ferrait il d’armes de collection ?

-Bon, c’est d’accord. Mais je te préviens, toutes celles exposées sont destinées à l’exposition, pas au combat, contrairement à celle que tu as, ne t’attends pas à des merveilles. Elles sont juste faites pour être belles même aux yeux des non connaisseurs. Même si je pense pouvoir affirmer sans me vanter qu’elles sont de très bonne manufacture !

avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Avr - 21:34
Si cela pose problème, dans ce cas je me contenterai d’un simple coup d’œil, ma curiosité ne justifie pas les éventuels problèmes que cela pourrait te causer. Je suis néanmoins surpris d’apprendre l’existence de ce genre de commerce.
 
Byakko… ce nom laissait Skärn perplexe. Cela ressemblait au nom du gardien de l’ouest dans les légendes d’Extrême-Orient. Bon, Skärn était mal placé pour s’interroger sur la rareté d’un nom. Il sortit un casque qu’il tendit à Nathalia en récupérant son épée. Puis l’invita à s’installer en croupe pendant qu’il mettait son propre casque et qu’il démarrait la moto.

- Je compte sur toi pour m’indiquer la route.
 
Suivant les indications de Nathalia, Skärn conduisit son engin, serpentant entre les rues et les véhicules avec un respect du code de la route… parfois assez libre. Au passage Skärn put admirer certains bâtiments de la ville, écoutant avec attention les quelques commentaires que Nathalia lui faisait sur ceux-ci (le plus souvent pour donner des indications sur la route à suivre). Une fois qu’ils s’engagèrent dans la ruelle où se trouvait le magasin, un détail sauta immédiatement à l’œil de Skärn. Il arrêta sa moto d’un coup de frein assez brusque.
 
- Je ne suis pas un expert en termes de présentation, mais c’est normal le parpaing dans la vitrine ?


Au moment où il pénétra dans le magasin, laissant la propriétaire voire l’étendue des dégâts ainsi que ce qui avait été éventuellement volé, Skärn commença immédiatement, presque à l’instinct, à chercher une piste à suivre. Il remarqua rapidement que les armes n’avaient pas été forgée d’une manière traditionnelle, mais surtout que le métal utilisé était loin d’être le meilleur choix… ce qui gâchait légèrement le talent avec lequel ces armes avait été forgé.
 
-  C’est récent, le sang sur ce couteau est à peine sec, ton voleur à dut agir précipitamment et se couper sur cette lame. En plus, ce n’est pas un simple vol, il avait un objet spécifique en tête. Corrige-moi si je me trompe, mais il ne me semble pas qu’il manque quelque chose dans votre devanture, et si c’était un simple acte de vandalisme, le responsable ne serait pas rentré dans la boutique. T’as vérifié ta caisse?
 
Skärn réfléchit un instant, en soi, rien ne le forçait à aller plus en avant, ça ne lui rapporterait rien et il pourrait laisser la police s’en charger. Mais cette fille lui était sympathique et du temps à tuer, une bonne traque ne lui ferait pas de mal. Au vu du sang, soit l’individu venait de quitter les lieux à leur arrivée, soit il était encore dans le bâtiments.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Avr - 15:31
Nathalia s’empressa de descendre de la moto quand elle fut arrêtée pour s’approcher de sa boutique, les yeux écarquillés, ne pouvant que constater l’ampleur des dégâts. Son regard volant d’article en article, comme pour chercher s’il en manquait un. Elle semblait à peine avoir entendue « Rolf ».

« Ça n’a aucun sens. Les armes que l’on vend son loin d’être des objets de grande valeur. Ce sont juste des objets de décoration. Je ne vois pas pourquoi quelqu’un essaierait d’en voler. A moins qu’il ne soit pas un connaisseur et qu’il se soit imaginé soit qu’il s’agissait d’armes de combat, soit qu’il pouvait en revendre à prix fort… Il ne peut pas avoir vidé la caisse, Byakko ne la laisserait jamais pleine quand on n’est pas là. C’était peut-être son but, mais si c’est le cas, il sera repartit bredouille. Il faut que j’appelle Byakko. Et que je signale l’effraction. On verra bien aux empreintes s’il a touché à la caisse.

Elle semblait surtout se parler à elle-même, à voix haute. Continuant à vérifier s’il manquait quoi que ce soit en prenant bien garde à ne rien toucher, les sourcils froncés, manifestement en pleine réflexion.

–A moins qu’ils n’aient été au courant pour Frostbite et Destructive Ocean ? Non, c’était juste entre Byakko et moi. Et elle ne l’aurait dit à personne. A moins que je ne l’ai laissé échapper accidentellement dans un bar ? Ça ne me ressemble pas vraiment. Et puis, ça ne fait aucun sens qu’ils soient venus les chercher ici. Ca fait sens que Byakko ne les aurait pas négligemment laissé dans la boutique… Il faut vraiment que j’appelle Byakko.

Elle sembla enfin se rappeler de la présence de « Rolf » et pivota vers lui.

- Tu avais dit quelque chose ? Ah. Le sang. Oui. Heu… Si ça avait un simple acte de vandalisme, il se serait contenté d’envoyer le parpaing non ? Il n’aurait pas pu se blesser. Enfin…. Un instant, il faut que je prévienne mon amie.

Sitôt dit sitôt fait. Elle raccrocha bientôt le téléphone après avoir expliqué brièvement à la métisse ce qu’il s’était passé, et de s’être assuré qu’elle avait bien vidé la caisse avant de partir, et que les prénommé « Frostbite » et « Destructive Ocean » n’étaient pas restés à la boutique. Elle pivota ensuite vers l’homme :

-Je vais vérifier qu’il n’est pas dans l’arrière-boutique.

A savoir, l’endroit où les deux amies forgeaient leurs articles. La russe s’approcha de la porte qui y menait, tous les sens en éveil, de toute évidence prête à se défendre s’il le fallait. Elle s’arrêta net devant la porte.

-Attends, s’il s’est coupé, il doit bien y avoir un peu de sang qui a coulé qui pourrait au moins nous indiquer quelle direction il a pris ? Tu peux vérifier s’il te plait ?

Demanda-t-elle avant de pousser la porte, songeant que l’homme était peut être derrière, armé d’un des articles. Il risquait d’être sacrément surpris par l’inutilité de ces épées en combat si c’était le cas.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Avr - 16:35
Skärn continua à observer les alentours à la recherche des indices pour commencer sa traque, il se sentait dans son élément bien que le terrain ne lui fût pas, à proprement parlé, familier. Du coin de l’œil, il put également observer les gesticulations de Nathalia, elle semblait assez prise de panique, cela amusa le traqueur, toute cette énergie perdu en gesticulation, mais la demoiselle semblait en avoir encore à revendre.

Pendant qu’elle téléphonait à son amie, Skärn nota plusieurs points troublant. Cette rue n’était certes pas là plus fréquentée mais de là à tenter ce genre de chose en plein jours, d’autant plus qu’il remarqua également que la serrure de la porte montrait des traces de tentative d’effraction, longues griffures étaient bien apparentes sur le métal aux endroits où les outils du malfrat avaient dérapé à plusieurs reprises, visiblement il n’était ni bien équipé, ni un professionnel. Si Nathalia avait un peu de poisse, sa serrure était maintenant à réparer en plus de la vitrine. Le traqueur s’interrogea, si le malfaiteur avait tenu à d’abord crocheter la serrure, donc qu’il espérait de base y aller discrètement, pourquoi brusquement décidé de passer à la méthode du parpaing ? Il aurait pu simplement attendre une autre occasion et venir avec du meilleur matériel… et si ce n’était pas la même personne ?

Ce fut à ce moment que Nathalia lui demanda le sens dans lequel allait les traces de sang. D’un geste, il lui indiqua la direction de l’arrière-boutique. Il pouvait presque sentir leurs présences de l’autre côté. Gardant toujours son silence, il marcha en direction de Nathalia, prêt à intervenir. Se craquant le cou pour l’occasion. Une nouvelle fois, il lui montra la porte et tenta de lui faire comprendre qu’ils étaient deux de l’autre côté.

A-toi l’honneur.
 
Nathalia donna un violent coup de pied dans la porte, l’envoyant directement dans la figure de l’un des deux malfrats. Alors qu’elle s’en prenait au deuxième qui s’apprêtait à l’attaquer de l’autre côté, Skärn entra calmement à sa suite, se tournant vers le premier larron. Ce dernier était une montagne de muscle, facilement aussi grand qui le traqueur mais bien plus musclé. Skärn le laissa se relever et l’attaquer, pour directement esquiver le coup et attraper le poignet de sa cible. Il décida de ne pas faire appel au cosmos pour ce combat, se contentant de faire une clé de bras à son adversaire. Il continua à tordre le bras de son adversaire, lentement, lui faisant d’abord lâché son épée, puis alors que la douleur commençait à faire crier le colosse, l’œil de Skärn vit la main valide de son ennemis glissée vers un couteau dans la poche de ce dernier. Il donna alors un coup nette et puissant dans le bras qu’il avait immobilisé pour le cassé. Puis attrapa son adversaire par le col pour le soulever et lui administrer un puissant coup de boule. Il laissa sa victime s’écrouler au sol avant de se retourner vers Nathalia.
 

Des amis à toi ?
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Avr - 15:34
Rolf indiqua à Nathalia la direction qui menait à l’arrière-boutique. Elle serra les dents. La personne devait donc être encore là. Quand elle ouvrit la porte à la volée, elle la sentit clairement heurter quelque chose de plein fouet, et entendit un bruit étouffé, comme le cri de quelque qui a reçu une porte en pleine figure et qui ne s’y attendait vraisemblablement pas. Elle eut une songée pour cette connaissance qu’elle avait qui avait eu le coup de foudre pour quelqu’un après que cette personne lui ait envoyé une porte dans la figure par accident, et espéra qu’elle en sera épargnée.

Du coin de l’œil, la russe aperçut un autre homme se précipiter vers elle et faillit être prise par surprise. Elle ne s’était pas figurée qu’ils seraient deux. Mais avoir été entrainée par une ancienne Marina lui avait été profitable. Même sans forcément utiliser son cosmos contre ces hommes tant qu’elle ignorait s’ils étaient des éveillés ou non. Le temps gagné par l’effet de surprise ne fut pas profitable à l’homme et Nathalia fut hors de son attaque avant qu’il ne s’en rende compte.

« Je vais vous apprendre une chose mes chers. Premièrement.

L’homme reçut un premier coup à l’arrière à l’arrière d’une jambe qui la fit flancher.

- Ces armes ne sont pas destinées au combat, vous n’avez aucune chance en maniant ça. Deuxièmement.

Nathalia ne lui laissa pas le temps de se rééquilibrer et enchaina d’un coup violent dans le dos qui le fit basculer en avant.

- Même si elles étaient destinées au combat, vous ne savez manifestement pas vous en servir. Vous pensiez avoir la personne qui les forge aussi facilement ?

L’individu, qui avait lâché l’arme en tombant, se précipita à nouveau dessus. Elle se permit une toute petite utilisation du cosmos, pas assez pour qu’un non-éveillé réalise quoi que ce soit ceci dit. Elle fit juste chauffer le pommeau de l’épée pour que l’homme la relâche en criant sous la sensation de brûlure. Aussitôt, la russe s’empara de son bras et le tira dans son dos.

- Si tu tiens à ton bras je te conseil de te calmer. T’as de la chance d’être tombé sur moi. Mon amie est moins brutale mais ses attaques sont plus calculées.

Elle redressa la tête pour voir si Rolf avait besoin d’aide avec l’autre homme mais, de toute évidence, il avait su se débrouiller seul.

- Ils me sont complètement inconnus. S’ils me connaissent, moi pas.

Les seuls personnes qui étaient susceptible de lui en vouloir, ainsi qu’à son amie, étaient ses quelques camarades de classe de quand elle était au collège, qui avaient découvert qu’elles étaient des éveillées. Mais elle avait déménagée depuis, et elle doutait qu’une simple rancœur envers les éveillés ai pu les amener à les poursuivre des années plus tard et à entrer par effraction dans leur boutique.

- Tout ce que je sais, c’est que celui dont tu t’es occupé doit bien plus regretter ce qu’il a fait que l’autre. »
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Avr - 10:26
Skärn remarqua que sa camarade avait fait appel à son cosmos un bref instant, montrant qu’elle était non seulement une éveillé mais qu’en plus elle savait parfaitement utiliser son cosmos. Il ne releva cependant pas la chose, préférant faire comme s’il n’avait rien remarqué. La russe lui confirma qu’elle ne les connaissait pas.

S’il veut porter plainte à mon encontre, je lui souhaite bonne chance, enfin, tu pourras toujours leurs fournir mon nom s’il le demande. Par contre la prochaine fois que je le croise, je ne garantis pas d’être aussi délicat.
 
Skärn observa sa victime qui était recroquevillé en position fœtal, le bras droit dans une position qui n’avait rien de naturelle. Skärn se dit qu’il y était allé un peu fort, il ne pourrait rien tirer de cohérent de celui-là avant quelques heures au moins, heureusement, il restait son camarade.
 
- Dis-moi Nathalia, est-ce que ça te dérangerait de surveiller ce grand gaillard pour moi ? Le gars que tu tien et moi on va avoir une petite discussion amicale, et je suis sûr qu’après il nous révélera tous ce qu’on a besoin de savoir. T’inquiète, je ne salirai pas ton établit.
 
Une fois qu’il se fut assurer que la propriétaire des lieux avait lâcher sa futur victime, Skärn l’amena près de l’endroit où était entreposé les outils de la forge. Il détailla un instant son interlocuteur, ce dernier ne devait pas être beaucoup plus âgé que lui et faisait presque une tête de moins que son camarade, mais il était loin d’être une crevette. Sans lui laisser le temps de se remettre de ses émotions, le nordique frappa son « client » d’un bon coup dans l’estomac, le pliant en deux. Skärn attrapa alors le visage du russe, et en profita pour infecter son esprit augmentant ses peurs, puis le plaqua contre l’enclume. Fouillant les poches, il trouva la carte d’identité du malfrat.
 
Nikita Illyanev… de Smolensk. Et bien Nikita, tu vas tout me dire maintenant, qu’est que toi et ton pote faisiez ici, n'est-ce pas? Crois-moi, même si tu ne le sais pas encore, tu as envie de nous le dire.

Le dénommé Nikita était livide, il semblait avoir vu un fantôme lui faire face. Il tenta de se relever pour s’enfuir mais la puissante poigne du traqueur le ramena violement contre l’enclume. Nikita commença à déverser un flot de parole, que Skärn de comprit pas du tout tant son interlocuteur n’articulait plus du tout.
 
Je vois que tu as quelques problèmes de diction… ce n’est pas grave, j’ai ici à ma disposition tous les outils qui faut pour remédier à cela. Je crois que je vais commencer par tes doigts, c’est bien votre méthode préférée dans le milieu.


Skärn releva la manche du russe violement, au point de plus la déchirer qu’autre chose, et sortit le marteau. Il maintint le bras de ce dernier sur l’enclume et prit un marteau. Il remarqua les tatouages sur le bras, et un détail en particulier, astucieusement fondu dans le reste mais ceux qui savaient quoi regarder pouvait facilement voir ce signe d’appartenance : cette homme appartenait au Vory de Moscou. Skärn leva alors le marteau bien haut et l’abattit plusieurs fois sur l’enclume, chaque fois à côté d’un des doigts de Nikita ce dernier hurla alors à plein poumon.

-  Vassili… c’est Vassili.
-  Breznikov ?
Da, da…

Skärn posa alors le maillet et sembla se radoucir, avant de brusquement allongée une droite dans le visage de Nikita qui s’écroula, assommé sur le coup. Skärn se dirigea alors vers la sortie.
 
- Nathalia, j’ignore parfaitement si ton commerce marche ou pas, mais ce pourrait-il que toi, ou ton associé ayez contracter un emprunt un peu louche ? Ou alors fâcher un client portant le nom de Vassili Breznikov ?
 
Skärn sortit alors son portable, et tapa un texto rapidement avant de l’envoyer. Presque immédiatement après il eut un message de retour. Il venait de hâter son rendez-vous.
 
-  Je sais où il sera dans moins d’une heure. En fait pour être francs, c’est justement ce type que je dois rencontrer, si tu veux je t’emmène le voir..
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Avr - 23:03
La russe observa Rolf interroger à sa façon l’homme qu’elle avait mit hors combat. Des paroles de son invité, elle en déduisit que les intrus étaient des maffieux. Mais que feraient-ils ici ?

« Ce nom m’est totalement inconnu. Ceci dit, on a souvent des clients qui nous demandent si on vend de vraies armes. Ils repartent toujours bredouille, et on ne songe pas à leur demander leur nom. Ça pourrait être ça ? Enfin, ce serait sacrément disproportionné quand même comme réaction. Pour un simple refus de forger une arme. Je veux dire, ça se trouve partout des épées.

Elle baissa les yeux sur l’homme en réfléchissant. Ou avaient ils entendus dire que les armes forgées par les deux amies étaient imprégnées de cosmos ? Elles n’en avaient jamais parlé à personne- à part Israk, leur ami commun à toutes les deux, celui grâce à qui elles étaient devenues amies là où elles se détestaient. Mais Nathalia lui faisait une confiance aveugle. Peut-être un éveillé avait-il remarqué que leur épées n’étaient pas de simple épées ? Ou alors parce qu’ils avaient une dent contre les Marinas- même si la russe ne voyait pas pourquoi- et qu’ils avaient appris qu’Eugène- la mère de Nathalia- était une Marina autrefois ? Elle regarda avec regret l’homme inconscient :

- On aurait pu lui demander les intentions de ce Vassili…

Aux dernières paroles de Rolf, elle plongea son regard dans le siens.

-Est-ce un drame si cette personne que tu dois voir finit malheureusement aux côté du mec qui est mort tout à l’heure ? »

Interrogea-t-elle en faisant craquer ses doigts comme si elle se préparait déjà à enfoncer son poing dans le visage de l’homme. Dommage qu’elle ne possédait pas sa propre épée contrairement à Byakko, elle lui aurait montré qu’il y avait plus redoutable que la pacotille qu’elles vendaient comme objet
de décoration.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Avr - 11:33
La réponse de Nathalia arracha un sourire amusé au visage de Skärn, d’une certaine manière ce destin serait une sacrée ironie, étant donné que c’était cette même personne qui l’avait engagé pour tuer Kurtuzkov. Il reprit néanmoins une expression sérieuse assez rapidement, la récréation était finie.
 
- Pour être honnête, le destin de cet homme m’indiffère complètement, j’ai juste une relation d’affaire avec lui et il doit me payer pour un travail. Une fois que ce sera fait, tu pourras faire de lui ce que tu veux. Mais je t’avertis, même si je ne doute pas de ta capacité à te défendre, si tu m’accompagnes je te demanderai de faire ce que je te dis. Les mecs que tu te prépares à frapper ne sont pas des tendres, et même une éveillées devrait se méfier des leurs. S’ils ne peuvent s’en prendre à une personne directement ce sera son entourage qui trinquera.
 
Skärn sorti alors de la boutique et enfourcha sa bécane, attendant que Nathalia l’ai rejoint pour démarrer. Il pouvait entendre les sirènes de la police qui arrivait dans la rue derrière lui. Peut-être ces derniers le ficheraient comme suspect mais il leurs souhaitait bien du courage pour le retrouver. Si à l’aller sa conduite avait parfois été assez libre, à présent il parait au plus pressé, roulant plus vite et un peu plus dangereusement. Dans son esprit, il se demandait si ce qu’il faisait était bien approprié. Certes, ce Vassili ne lui avait jamais inspiré une grande sympathie, mais s’il le faisait disparaitre et que le Vory le savait il grillait tout son réseau de contact en Russie. Finalement, il s’arrêta dans un quartier assez paumé, pas loin de la gare, devant un bar-restaurant du nom de « Raspoutitsa », cela se référait à la période suivant le dégel russe qui embourbait toute les routes, mais qui avait aussi permis de ralentir les Allemands lors de la Grande Guerre Patriotique. Pour Skärn, ce nom convenait parfaitement à l’endroit, sale, puant …. Et mal fréquenté.
 
À l’intérieur, il y avait déjà une sacrée foule, observant la télévision ou parlant entres eux. Un nuage formé par les fumées de cigarette pesait au-dessus et une forte odeur d’alcool mélangé à d’autres odeurs plus… particulière, imprégnait tous ce qui passait un peu de temps à l’intérieur. Skärn montra une table vide à Nathalia, elle était réservée (en vue de l’entrevue entre Skärn et son client), et lui dit d’aller s’y installer. Il alla ensuite voir le barman et mit une liasse de roubles sur la table, lui disant d’apporté de quoi patienter à sa table avec crédit pour le reste de la journée et surtout d’appliquer la règle, ne pas se mêler de ce qui se passe à cette table. Il alla ensuite s’installer avec Nathalia, amenant de quoi boire et un jeu de carte.

Fais comme chez toi, on a au moins une demi-heure à tuer devant nous. Je suppose que tu as des questions mais avant voilà la première consigne, tu ne fais pas de vague et tu me laisse géré les négociations. C’est comme à la chasse, si tu attaques ton gibier trop tôt, il t’échappe. Pour le reste tu peux faire ce que tu veux. Ensuite je suppose que tu as des questions, je suis prêt à y répondre, dans la mesure du raisonnable.


Il versa un verre à Nathalia et à lui pendant qu’une serveuse venait prendre leur commande, au premier coup d’œil, Skärn remarqua que cette dernière n’était pas à sa place ici, probablement qu’elle avait besoin de ce job pour arrondir ses fins de mois. Il laissa Nathalia commandé pendant qu’il battait les cartes. Même si son interlocutrice décidait de ne pas jouer, ça l’occuperait.
 
- Si tu demandes, Vassili Breznikov, alias « Zmeï » comme il se fait surnommer, est un membre important du Vory de Moscou. Il est en ce moment à Kostroma pour en récupérer le contrôle qu’une certaine personne à arracher à l’influence de son organisation, et il est en bonne voie pour réussir.
 
Il continua à s’occuper, répondant aux éventuelles questions de Nathalia, jouant aux cartes et observant les alentours. Il remarqua un nombre assez important, prêt de la moitié de la clientèle, portait des marques signifiant leur allégeance à tel ou telle gang, la plupart probablement soumis au Vory. Finalement, au bout de près d’une heure, la porte du bar s’ouvrit et fit entrer le genre d’individu qu’on ne se serait pas attendus à croiser dans ce genre d’établissement. Il s’agissait d’un homme très bien habillé, en costume taillé sur mesure, d’une taille pas vraiment impressionnante mais doté d’une panse proéminente, son double menton… d’un signe, il fit savoir à ses deux gardes du corps de l’attendre et se dirigea avec un énorme sourire en direction de la table où se trouvait Skärn et Nathalia, se cachant néanmoins souvent le nez avec un mouchoir, n’appréciant pas l’odeur de l’endroit. Skärn fit un signe à Nathalia de ne pas bouger, cet homme n’était pas Vassili, mais son avocat, Ivan Yalestrif, une pointure de sa profession mais totalement véreux.
 
-  Est-ce vous ? Mais qu’est-ce que je raconte bien sûr que cela ne peut -être que vous, comment pourrait-on vous confondre avec un autre.
 
Il continua à arborer son immense sourire à pleine dents, alors qu’il détaillait Skärn, et Nathalia, surtout Nathalia en fait, tentant probablement de deviner la raison de sa présence ici. Au bout d’un moment, son sourire s’effaça un petit peu, gêné par la situation. Il finit par s’installer à la table avant de reprendre sur le même ton mielleux qu’il avait adopter depuis le début de la conversation, sans jamais cessez de jeter des regards en coin à Nathalia qui ne faisait probablement pas partie du plan.
 
- Pour commencer mon cher, nous devons vous félicitez de votre travail, mon employeur a rarement vu un travail aussi bien fait, bien que nous accusions quelques retards sur votre dût. Nous avons l’argent, mais le petit supplément que vous avez demandé…


Il s’arrêta un instant avant de reprendre en regardant Nathalia.

Veuillez-m ’excusez, mais si nous avions su que vous seriez accompagné nous aurions choisis un lieu de rendez-vous plus convenable. J’ignorais que vous aviez une associée, à moins qu’il ne s’agisse de votre dulcinée. Mais je manque à tous mes devoirs, je me nomme Ivan Yalestrif, pour vous servir, et vous êtes ?
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Avr - 22:59
Nathalia lança un regard en coin à l’homme qui l’accompagnait. Avait-il parlé d’éveillé par hasard, juste comme un exemple, ou avait il comprit qu’elle en était une ? Dans ce cas, il devait sûrement en être un aussi.
Mais ce que l’homme ignorait, c’est que ses proches aussi étaient des éveillés. Et des éveillés entrainés. Elle savait qu’ils étaient capables de se défendre. Ceci dit, cela ne signifiait pas qu’elle était prête à les mettre en danger. Mais si elle ne faisait rien, qui sait quelles seraient les prochaines actions de l’homme. La russe doutait fort qu’il s’arrête à une première tentative échouée. Et elle préférait s’en débarrasser de suite. Parce que si c’était vraiment lié à la Vory, elle n’avait aucune confiance envers la police pour s’en charger, et Byakko voudrait prendre les choses en main elle-même. C’était hors de question qu’elle la laisse se mettre en danger.
Nathalia enfourcha alors la moto de Rolf, s’installant derrière lui. Il la conduisit ainsi jusqu’à un bar restaurant dont la fréquentation était questionnable. Rien d’étonnant, ceci dit, étant donné le genre de client avec lequel l’homme avait rendez-vous.

« Non Rolf. Tu te trompes. Il ETAIT en bonne voie pour réussir. Mais il a commis une erreur. Une grave erreur. Faire de moi son ennemie.

Fit-elle d’une voix assez basse pour s’assurer qu’aucune oreille mal intentionnée ne l’entende. Ce qui était un miracle pour elle, compte tenu qu’elle parlait toujours très fort et très vite. Quand un homme entra et se dirigea vers leur table, la jeune femme se préparait déjà à lui sauter à la gorge dès que Rolf en aurait fini avec lui, mais le geste de ce dernier la fit se détendre. Elle se contenta alors d’observer sans mot dire l’échange entre les deux hommes jusqu’à ce que le dernier arrivé s’adresse directement à elle, lui demandant son identité. La voix de Byakko raisonna dans son esprit. « Tu n’es pas assez méfiante ». Elle répondit alors d’un ton calme et détaché :

-Appelez-moi Aleksandra Zaryanova.

Elle avait dit le premier nom qui lui passait par la tête. Ce n’était pas un mensonge. Elle n’avait pas dit qu’elle s’appelait Aleksandra. Elle avait juste demandé à l’homme de l’appeler ainsi.

- Mais ne vous préoccupez pas de moi.

Ajouta-t-elle d’un ton poli et courtois sans rien laisser transparaître de sa méfiance ou de ses intentions.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Avr - 11:58
La situation actuelle de Kostroma devenait intéressante aux yeux de Skärn. En moins de 24 heures, les deux factions se disputant le contrôle de criminalité local auraient probablement perdue leurs chefs respectifs, cela allait laisser un grand vide de pouvoirs dans les mois qui allaient suivre, les malfrats n’étant plus contrôlé seraient moins organisés mais plus brutaux, en bref, Les rues de Kostroma deviendraient moins sûr pendant un temps. Même si Nathalia tuait Vassili, ça ne ferait que retarder le retour de l’organisation dans la ville mais les plans de Vassili garantissaient déjà son succès, aucun autre rival ne semblait être en mesure de prendre le relais de celui qu’il avait tué quelques heures plus tôt.
 
Il n’avait pas encore lâché le moindre mot depuis que Ivan était arrivé, le laissant s’épuiser en argument et justification, se contentant de le fixer, impassible, son unique œil valide le perçant son interlocuteur jusqu’aux tréfonds de son âme. Le simple aura du traqueur, sa réputation de tueur et son apparente absence d’émotion mettait assez mal à l’aise l’envoyé de Vassili qui transpirait à grosse goutte, ce dernier savait apparemment de moins en moins où se mettre et reporta son attention sur Nathalia. Skärn fut amusé par la réaction de la russe, au vu de ce qu’il connaissait d’elle il aurait parié sur une approche plus directe de la situation. Ivan adressa à nouveau un grand sourire à la jeune femme avant de se retourner vers Skärn.

- Je vois… elle sait …?
- Aleksandra sait ce qu’elle doit savoir. Arrête de tergiverser Ivan, de mon point de vue, notre deal me semble compromis. Pour commencer, vous n’avez pas mon paiement, ensuite, je ne suis pas ici pour traiter avec un subordonné.
 
Skärn planta son regard dans celui de l’avocat, sa main gauche tirant lentement un couteau planqué dans une de ses bottines avant de le montrer à Ivan. Ce dernier eut un mouvement de recul, visiblement, il lui paraissait totalement crédible que Skärn s’en prenne à lui.

- Toi et ton boss me connaissez, j’ai accomplis le travail que vous m’avez demandé, je veux ce que j’ai demandez en retour. Je crois que vous êtes également au courant de ce qui se passe quand on tente de me doubler ?
 
Ivan passa un mouchoir sur son front pour en éponger la sueur, partant d’un nouveau rire gêné. Il n’avait visiblement pas l’habitude de ce genre de négociation, du moins pas sans être en position de force.

Disons que votre appel nous as un peu prit au dépourvut... mon employeur avait d’autres rendez-vous de prévus avant le vôtre et n’a donc pas pu se libérer lorsque vous nous avez enjoint votre demande de hâter notre rencontre, il en est désolé mais je suis parfaitement habilité à négocier en son nom, ne vous en fait pas. haem… concernant votre récompense, j’ai dans cette valise une avance, le reste devrait vous être versé avant la fin de la journée.
 
Skärn observa la somme qui lui était remise, la somme était déjà assez importante, de quoi ne plus s’en faire pour ses finances pendant quelques mois, mais ce n’était pas la somme convenue. Soit, à la l’argent qu’il réclamait servait surtout à décourager les employeurs « pas sérieux », mais il avait réclamer un autre objet en plus de tout cela et celui-ci n’y était pas.

Ceci est bien beau, mais je n’y trouve pas ce que j'ai demandé.

Il passa la petite mallette à Nathalia, comme s'il lui laissait l'occasion de voir elle-même ladite récompense, au passage, elle pourrait toujours se servir pour rembourser sa vitrine.

- Ah oui, vôtre demande spéciale… comme je vous l’aie dit, nous rencontrons quelques difficultés dans son acquisi….


Skärn frappa brusquement du poing sur la table pour couper Ivan dans son élan.
 
- Arrête… Immédiatement… ton baratin Ivan, j’ai horreur qu’on me prenne pour un con. Je sais que vous avez déjà cet objet dans votre possession. J’ai vu Vassili le ranger quand je suis venu discuter des détails de votre contrat.

Il se tourna vers Nathalia lui indiquant de se lever, comme s'ils se préparaient à partir. Dans le milieu où il évoluait, ce genre d'action était une forme d'ultimatum. Partir en plein milieu d'une négociation sans demander la permission de son interlocuteur équivalait à une promesse de réponse hostile.
 
- Je crois qu’on perd notre temps ici Alekzandra, donc on va directement aller voir Vassili, et toi Ivan, tu vas nous y conduire. Tu ne voudrais pas me donner une raison de t’abattre, n’est-pas ? Et crois-moi, tu ne voudrais surement pas l’énervé elle.

En … en effet. Je vais vus conduire à lui, laissez-moi juste l’appeler pour lui annoncer notre arrivé.
 
Il s’éloigna en sortant son téléphone, pendant ce temps, Skärn se tourna vers Nathalia.

Impressionnant, je n’aurai pas cru que tu t’en sorte si bien pour garder ton sang-froid. Pour la suite des opérations, ce serpent nous attirera probablement dans un piège, un coup assez classique quand un associé n’est pas assez arrangeant. Je te le dis même si c’est inutile, c’est ta dernière chance de faire machine arrière, si tu continues… disons que la suite des évènements risque d’être intéressante.

Ivan revint vers eux pour leurs annoncer qu’il avait l’autorisation de les amener à Vassili. SKärn se tourna vers Nathalia les clés de sa moto en mains.

- Tu veux conduire ce coup-ci ? Ou tu me laisse ce plaisir ?
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Avr - 23:33
La venue d’Ivan ne semblait pas du tout réjouir Rolf. L’homme attendait son client, pas l’avocat de ce dernier. Et la récompense qu’il lui tandis n’améliora pas son humeur, étant apparemment incomplète. Il poussa la mallette vers la russe qui y jeta un œil et se retint d’écarquiller les yeux face à la somme contenue dedans. Est-ce que ce mec gagnait autant d’argent fréquemment ? Combien d’objets lui faudrait-il vendre pour gagner autant ? Elle entreprit de fait les calculs en se basant sur leur article le plus cher, mais se perdit dans les comptes.
Quand elle se remit à écouter la conversation, son partenaire annonçait qu’ils partaient directement à la rencontre de Vassili. Elle se leva d’un bond. Voilà qui l’intéressait beaucoup plus que la conversation avec l’avocat. Elle croisa les bras, le visage aussi fermé que possible. Ceci dit, si on faisait attention, on pouvait toujours voir la colère danser dans son regard. L’avocat accepta de les conduire à Vassili- avait-il vraiment le choix s’il tenait un tant soit peu à la vie ?- et, tandis qu’il passait un appel, se tenant à l’écart, Rolf s’approcha de la jeune femme, la félicitant pour avoir gardé son sang-froid pendant l’entretien, avant de lui expliquer qu’Ivan allait surement leur tendre un piège.

« Je ne suis là que pour Vassili. Je n’en avais que faire de ses tentatives de négociation ridicule, ça ne me concernait pas, et tu te débrouillais bien sans mon aide. De plus, je n’avais pas envie de ruiner ton marché, et mes chances de me venger, en lâchant une énormité. Quant à l’avocat.

Elle lança un regard en coin à l’intéressé pour s’assurer qu’il n’était pas en train de revenir. Apparemment, ils avaient encore un peu de temps, aussi, elle reprit :

–Ce type ne m’intéressait pas le moins du monde. Mais s’il décide de faire de moi son ennemie, il risque de le regretter. Je n’ai pas le pardon facile. Encore moins pour les gens de son espèce.

Comme l’avocat revenait, elle le dévisagea un instant, dans le seul but de le mettre plus mal à l’aise qu’il ne l’était déjà. Elle savait qu’un homme en situation de stress commettait plus facilement des erreurs. Comme Skarn lui tendit ses clefs, elle hocha la tête:

- Pourquoi pas. Tu me promets de ne pas me poursuivre pour le restant de mes jours si on a un accident ? Enfin, je dis ça, mais quelque chose me dis que ma vie ne serait plus très longue avec toi à mes trousses..

Répondit-elle avec humour avant de monter.

- J’ai toujours rêvé de conduire quelqu’un sur une bécane comme ça. Sauf que dans mes rêves c’était une femme. Une très belle femme. Enfin, je me contenterais de l’imaginer.

Commenta-t-elle, toujours avec humour.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 12:29
Skärn lança alors les clés de la moto à Nathalia et la laissa conduire, ne relevant pas la réflexion de Nathalia tant il était déjà concentré sur la suite des opérations. Il profita du voyage pour repasser dans sa tête tout ce qu’il savait sur la situation et comment cela se présentait, il entendit aussi le grondement de Garm résonner dans sa tête, il n’approuvait pas réellement sa conduite des opérations mais n’en avait fondamentalement rien à foutre. Il se demandait également pourquoi Vassili tenait tant à garder l’objet qu’il avait réclamer, ce dernier n’était qu’une babiole entre les mains d’un non-éveillé. Il laissa le voyage se dérouler pendant qu’il réfléchissait silencieusement.
 
Ivan les conduisit sur les routes, multipliant les détours, jusqu’à les emmener dans un entrepôt sur les bords de la Volga. La voiture s’arrêta devant cet entrepôt et Skärn en profita qu’il était encore à l’arrière de la moto pour allumer brièvement son œil mort, et inspecter le bâtiment. Il y a avait plus d’une vingtaine de personnes présent et tous lourdement armé. Ivan sortit finalement de la voiture pour leur indiquer d’une voix toujours aussi mielleuse que Vassili se trouvait à l’intérieur. Skärn descendit de la moto dès que Nathalia l’arrêta. Il fouilla un instant dans la sacoche de sa moto et en sortit un flingue qu’il tendit à sa camarade.

- Même si je doute que ça te serve, ça détourne toujours l’attention. Par contre, j’espère pour toi que je ne t’ai pas sous-estimé.
 
Il récupéra au passage les clés qu’il avait donné à Nathalia puis se dirigea vers l’entrée de l’entrepôt, celui-ci était assez grands, remplis de containers et de divers autres choses. Au centre de l’allée centrale, Vassili finalisait une vente avec deux individus semblant être habillé comme des clichés d’agents secrets. Voyant arrivé le petit groupe, il congédia ses interlocuteurs d’un geste de la main puis se tourna en direction des nouveaux venus. Il se tenait là, dominant les personnes qui l’entouraient, ressemblant au souvenir que Skärn avait conservé de lui, il le surpassait facilement d’une tête et était bien plus imposant physiquement que lui-même, son regard reflétait parfaitement son esprit, brillant mais inquiétant. Cependant, il y avait quelque chose en lui de changer, mais Skärn aurait bien été incapable de dire quoi. Le traqueur pouvait aussi voir dans sa main l’objet qu’il cherchait, une simple statuette en bois assez ancienne. Il nota aussi de nombreuses choses autour de lui, de nombreux mouvement dans les ombres, le piège était en place et il était en plein dans la gueule du loup, il restait à savoir si le loup aurait la mâchoire suffisamment puissante. Ce qui l’inquiétait plus, c’était Nathalia, elle était enfin face à sa cible et n’attendait probablement que confirmation pour passer à l’action, mais Skärn remarqua également la présence de nombreux produits inflammable et explosif.
 
Vassili arborra alors un grand sourire et leva la main pour empêcher Ivan qui s’apprêtait à introduire Skärn et Natalia.

- Je suis extrêmement surpris de te voir faire équipe avec qui que ce soit Skärn, ou devrais-je dire Rolf Sigurdson étant donné que c’est le nom que tu as choisi, il me semblait que tu étais plutôt du genre loup solitaire. Par curiosité, ta compagne connait-elle ton travail ? Le meilleur tueur à gage du moment. Je te félicite de ton travail avec Iaroslav, du grand art. Et j’ai encore été plus impressionné par la mort d’une trentaine de ses meilleurs hommes, en une nuit et chacun tué d’une manière différente. Je trouve réellement dommage qu’on en soit arrivé-là, on aurait pu bâtir un partenariat tellement efficace.


Skärn posa doucement la main sur la poignée de Dainslèf, il connaissait trop bien le milieu pour ignorer ce qui allait se produire, il sentait autour de lui la présence des séides de Vassili.
 
- Tu sais déjà comment tout ça va se terminer « Zmeï », je sais que tu n’ignores pas le destin qui a été réservé à ceux qui ont déjà tenté de me doubler. Donne-moi ce que je t’ai demandé, et tu auras encore une chance de t’en sortir.


Vassili regarda la statue de bois elle était très vieille et représentait de manière très stylisé un homme doté de corne et tenant un bâton avec un grand serpent enroulé autour de lui.

- On est donc dans une impasse.
 
Il se retourna d’un coup et les coups de feu retentirent de toutes parts, y compris dans leurs dos où Ivan et ses deux gardes du corps avaient commencer à tirer.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Avr - 22:16
Nathalia prit le flingue que lui avait tendu Rolf et le détailla sous tous les angles. C’était bien gentil ça, mais elle n’avait jamais appris à se servir de ce genre d’armes… Bon, si ça pouvait laisser croire aux gens à qui ils allaient faire face qu’elle allait s’en servir et détourner leur attention un instant, pourquoi pas. La russe avait appris avec le temps que, dans un combat, une fraction de seconde de temps gagné peut radicalement tout changer.

« Je suis sûre que tu m’a sous-estimé Rolf. Enfin, on verra ça dans pas longtemps. Mais je risque de te surprendre.

Elle suivit l’homme à l’intérieur de l’entrepôt, où se trouvait sa cible. L’homme qu’elle était venue chercher. L’homme dont elle désirait se venger. Il s’adressa à Rolf, demandant si elle était au courant de ses dernières actions, de son métier. La russe se contenta de hausser un sourcil.

– Je me moque bien de quelles sont ses actions. Ou de la raison pour laquelle vous l’avez embauché. Pour dire vrais, l’employeur est à mes yeux bien plus condamnable que l’employé. Mais, comme je l’ai dit. Je me moque de tout ça. Après tout, je n’en connais pas les circonstances. Je ne suis ni sa partenaire, ni rien, il se trouve juste que nous avions rendez-vous avec le même homme, vous. Même si je ne vous avais pas encore mit au courant. Maintenant, oui.

Quand les hommes tirèrent. La russe était déjà prête. Elle ne portait peut être pas encore l’écaille qu’elle revêtirait des années plus tard, mais elle demeurait une éveillée entrainée, et esquiver ce genre d’assaut ne s’avérait pas d’une complexité insurmontable pour elle. De plus, elle avait pris soin, en entrant, de détailler l’entrepôt qu’elle savait empli d’objet inflammables, et d’autres, explosifs. Pour n’importe qui, allumer un feu ici serait de la folie. Mais elle était confiante. Elle pouvait manipuler les flammes à sa guise. Les allumer, les déplacer, les éteindre, les attiser. En vrais, elle n’avait pas besoin d’objets inflammables pour provoquer un incendie. Et pourtant, aussi facile que cela puisse être pour elle, ce n’était pas ce qu’elle avait en tête.

« J’aime beaucoup le feu Vassili. Il est imposant. Ravageur. Destructeur. Vorace. Indomptable. Mais il est peut-être trop destructeur parfois. Non ? Trop indomptable.

Elle commença à générer de la chaleur qu’elle dirigea sur sa cible. Une chaleur lourde et suffocante. Mais qui restait supportable pour un être humain normal. Juste suffisamment chaud pour rappeler les canicules d’été qu’on pouvait trouver ailleurs qu’en Russie.

- Mais dites-moi. Je m’interrogeais. Qu’est-ce qu’un homme comme vous peut bien trouver d’intéressant dans une boutique ne présentant que des armes décoratives sans réelle qualité ? Vous n’allez pas me faire croire que vous vouliez accrocher un katana au-dessus de votre cheminée.

Elle généra à nouveau de la chaleur. Bien plus importante cette fois. Qu’elle plaça sur les issues. Elle doutait fort que ces hommes puissent franchir ce mur de chaleur. Et c’était bien plus discret que le feu. Dommage. Parce que le feu, c’était quand même vachement la classe.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Avr - 22:40
À l’instant même où les tirs retentirent Skärn dégaina sa lame, et le son hamr s’éleva légèrement. Le simple fait de tenir sa lame hors de son fourreau influait sur l’esprit de Skärn, ce dernier était suffisament entrainé pour ne pas se laisser contrôler, mais son besoin de tuer se faisait plus présent. Sa lame avait soif et ce lieu contenait tout ce qu’il fallait pour la désaltérer. Il se jeta hors de la trajectoire des balles d’un bond.
 
Alors que Nathalia était en train de faire appel à ses pouvoirs, Skärn semait la mort dans les ombres de l’entrepôt, Dainslèf abattait un adversaire à chacun de ses coups, une simple entaille suffisait à abattre ses ennemis, arrachant leur âme de leur corps. Cela ne serait pas aussi facile face à un éveillé mais ses adversaires n’en étaient pas. Il utilisait son Hamr, nom que les siens donnait au cosmos, pour accroitre ses capacités physiques, mais il était loin d’utilisé toutes ses capacités. Il était trop rapide et mortel pour ses ennemis, se déplaçant comme une ombre dans les ténèbres pour apparaitre à nouveau pour abattre de nouveaux adversaires. De temps à autres, une arme à feu surgissait dans sa main libre pour abattre de manière plus traditionnelle ses adversaires. Parfois, un violent craquement d’os brisé pouvait aussi se faire entendre, tout cela allait vite, très vite que quelques dizaines de secondes.
 
En fait, il n’y eut qu’un seul moment ou Skärn faillit se faire avoir, et encore, ce fut quand il découvrit que des tourelles automatiques étaient aussi présentes. Cela l’avait surpris car ces machines n’ayant ni âme, ni cosmos elle pouvait facilement passer inaperçu à ses sens s’il ne faisait pas gaffe, Skärn ragea face à son manque d’attention, il s’agissait d’une vraie erreur de débutant. Néanmoins, les projectiles qui lui étaient envoyés étaient bien trop lent pour pouvoir l’inquiéter, il détruisit rapidement ces engins avant d’observer la situation, son action avait sérieusement nettoyé les rangs adverses ceux qui étaient encore debout pouvaient se compter sur les doigts d’une main. Autours, il pouvait voir l’effet des pouvoirs de Nathalia, ça expliquait pourquoi il transpirait à grosse goutte alors qu’il n’affrontait que de simples humains. Il observa alors la rencontre entre Vassili et Nathalia.
 
Vassili se retourna en direction de Nathalia, le visage toujours aussi impassible, il serra la statuette dans la main, se laissant envahir par une grande énergie. La chaleur ne semblait absolument pas l’affecter

- Boutique d’arme décorative ? Tien donc…. Tu ne ressembles pas la fille aux cheveux blanc, tu dois donc être son associée. Nathalia c’est ça ? Dis-moi, es-tu assez naïve pour croire que je m’intéresse aux petits couteaux que vous vendez, à ces vulgaires morceaux de ferrailles ? Mon but était à la base de vous racheter honnêtement votre bâtiment, mais cette Byakko à refuser, j’ai donc envoyé des hommes qui avaient pour consigne de vous pourrir la vie pour vous forcer à vendre. Et la raison pour laquelle je désirais m’approprié votre commerce… et bien je te laisse le soin de le découvrir… si tu survis.
 
Skärn était assez médusé de voir que Vassili arrivait à utiliser les pouvoirs de la statuette, certes il n’en soupçonnait même pas les vrais pouvoirs, mais cela prouvait à Skärn qu’il l’avait soupçonné. Il entendit deux personnes montées sur les contenaires derrière lui mais il avait encore le temps, surtout que plus bas, les choses se corsait. Vassili pointa la statuette en direction de Nathalia, déchainant une vague de puissance dans lequel des spectres évoluaient cherchant une âme à déchirés. Nathalia fut entourés par cette énergie funeste, les griffes des créatures éthérées tentant de s’emparer d’elle. Soudain, le flux d’énergie s’interrompit d’un coup, Skärn avait envoyé Dainslef entres les deux opposant qui s’était planté dans le sol. Les âmes et l’énergie étaient aspiré par la lame. Une sombre lueur émanait de la lame dégoulinante de sang, sa qualité était exceptionnelle et de nombreuses runes scintillait tout le long du métal.
 
Ce fut à ce moment qu’il entendit le cliquetis d’une arme dans son dos. Skärn se baissa pour éviter les tirs et dégaina le couteau qu’il gardait dans sa bottine qu’il lança droit dans la gorge d’un de ses deux assaillants avant d’apparaitre derrière le deuxième qu’il cogna dans la mâchoire. Profitant pour reprendre son couteau et le planter dans les entrailles de son adversaire et le tuant sur le coup. Il ne restait plus qu’Ivan qui tentait de trouver une sortie et Vassili. Skärn retourna voir comment la situation avait évolué.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Avr - 0:05
Tandis que Nathalia interrogeait Vassili, Rolf- ou Skarn si c’était vraiment là son vrais nom- dévastait les rangs ennemis. La jeune femme devait admettre qu’elle était impressionnée par les talents de l’homme. Il semblait vraiment être le genre d’adversaire redoutable qu’elle n’aimerait pas devoir affronter.
Son interlocuteur lui répondit, le visage ne traduisant aucune émotion malgré la situation peu confortable dans laquelle il se trouvait. Comme si la chaleur dont l’avait enveloppé la russe ne l’affectait pas. C’était louche. Très louche. Elle ne connaissait qu’une seule personne capable de rester dans sa fournaise sans sourciller, et c’était elle-même, parce qu’a force de manipuler les flammes et la chaleur, elle avait bien dut s’y habituer. Même s’il était évident qu’elle ne pouvait pas être la seule au monde, ça n’en restait pas moins une mauvaise surprise. L’homme lui répondit donc que les articles que vendaient les deux amies ne l’intéressaient pas, il voulait juste leur dérober la boutique parce que Byakko avait refusé de la lui vendre. Nathalia haussa les épaules.

- Honnêtement. Non. Je me doutais bien que nos armes décoratives ne vous intéressaient pas. C’est bien ce que j’ai dit non ? Que vous ne pouviez pas me faire croire que vous aviez fait tout ça pour accrocher une épée au-dessus de votre cheminée. En fait, vous n’êtes qu’un gosse à qui on a refusé un jouet.

Soudain, l’homme braqua sur elle la statuette qu’il tenait, l’objet que désirait Skarn. Une aura glauque pesa brusquement sur la russe tandis que des spectres tentaient de se jeter sur elle. Elle s’apprêta à se défendre sans savoir si elle pouvait grand-chose contre eux, quand ils disparurent soudainement. La jeune femme aperçut l’épée de son compagnon plantée entre elle et Vassili. Pendant un instant, elle fut tentée de s’en emparer pour s’attaquer à lui. Mais elle songea à la tradition curieuse de son possesseur, et se demanda si elle serait elle aussi obligée de tuer quelqu’un si elle la prenait. Même si elle risquait probablement de devoir abattre l’homme si elle tenait un tant soit peu à la vie, il y avait une différence entre tuer pour survivre et tuer de sang-froid.
En plus, elle avait toujours eu le sang chaud…

Nathalia traça alors un cercle de flammes autour de Vassili. Elle avait, évidemment, observé l’entrepôt au préalable et, tandis qu’elle laissait les flammes se répandre en dévorant les divers objets inflammables, elle surveillait qu’elles n’atteignent pas les objets susceptibles de provoquer des explosions.
Des bombonnes de gaz… Bon sang. Pourquoi n’avait-elle pas appelé Israk ? La capacité de contrôle de gaz de son ami aurait pu être tellement utile dans ce genre de situation.
La jeune femme observa un instant le « serpent » de flammes qu’elle avait libéré évoluer en véritable incendie avant de reporter toute son attention sur l’homme. Evidemment, elle tenait aussi Ivan à l’œil, pour s’assurer qu’il ne prépare aucun coup fourré de son côté.
Elle s’approcha silencieusement du cercles de flammes, véritable mur opaque, qu’elle avait dressé autour de sa cible, continuant de l’alimenter, voir, parfois, de laisser une langue s’étendre brusquement vers lui comme la patte griffue d’un félin féroce.
Puis, elle s’arrêta, sans dépasser l’épée qui semblait l’avoir protégé des spectres. Elle visa un instant, et propulsa d’un coup une boule de flammes blanches, quasi invisibles ni ça n'était pas pour le léger trouble dans l'air, beaucoup plus chaudes- les plus chaudes qu’elle était capable de produire en fait- en visant l’endroit où devaient se trouver les mains de l’homme, essayant de le faire lâcher l’objet prisé par Rolf… Ou Skarn… Ou Rudolph, peut lui important comment il pouvait être nommé. Elle pourrait toujours effacer les flammes avant qu’elles ne se répandent sur le reste du corps, mais pas sans laisser de graves séquelles.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 11:43
Depuis son point de vue, Skärn pouvait parfaitement voir l’évolution de la situation en contrebas. Maintenant qu’il avait neutralisé l’attaque initial de Vassili, Nathalia avait un grand avantage sur son opposant qui ne pouvait plus que se défendre, bien que cela pouvait continuer longtemps. La relique de Vassili lui donnait accès à une puissance assez remarquable, Skärn ne l’avait pas soupçonné, mais Vassili manquait réellement d’expérience dans l’utilisation du cosmos.
Au passage, Skärn réfléchit un instant aux raisons qu’avaient invoqué Vassili pour son « attaque » sur le commerce de Nathalia. Il avait sa petite idée sur la raison de tout cela, mais si ce qu’il pensait était vérifié, Vassili aurait été très déçu par son acquisition, car ce qu’il recherchait n’était plus là depuis un moment.

Il porta ensuite son attention sur Ivan qui tentait de sortir et qui par désespoir de s’en sortir semblait commencé à se décider à tenter d’attaquer Nathalia dans le dos, la traitant « dans sa barbe » de sorcière et d’autres termes encore moins sympathiques ou faisant référence au plus vieux des métiers. Un Ak-47 dans les mains, Ivan commençait à viser la jeune femme au moment où Skärn apparut littéralement à côté de lui, un flingue pointé sur la tempe du gros avocat.
 
- Tss, tss, tss… à ce que je vois, bien que tu aies fais sceller le destin de nombreuses personnes, tu n’as jamais tenu une arme toi-même. Je n’ai aucune sympathie à ton égard et il me suffirait d’appuyer sur la détente pour rayer ton existence de la surface du monde.


Il arracha le fusil d’assaut des mains d’Ivan qui commença à promettre des fortunes à Skärn s’il acceptait de tuer Nathalia.
Voyons, trahir une personne qui m’amuse pour des types qui ont tenter de m’arnaquer et de me tuer… tu vois ou je veux en venir. Mais je vais être sympa et te donner une chance de survivre.

Brusquement, Skärn donna un violent coup de crosse dans la mâchoire d’Ivan qui s’écroula au sol inconscient. Skärn mit ensuite la sécurité à l’arme et le jeta à côté d’Ivan, il serait curieux de voir si l’avocaillons comprendrai la raison pour laquelle l’arme ne tirerait pas. Il alla ensuite rejoindre Nathalia et récupéra son Dainslèf, observant brièvement la lame.

- Au moins, tu auras finalement pu voir mon épée, à défaut de la manier. Besoin d’un coup de main avec lui ?
 
Devant eux, Vassili avait encaissé les flammes de Nathalia, et faisait preuve d’une grande endurance alor qu’il prenait feu, refusant de lâcher l’idole et tentant une nouvelle fois de contre-attaquer avec les pouvoirs de l’artefact mais il était clair qu’il ne pourrait plus tenir longtemps. Finalement Vassili s’écroula alors que son corps commença à sérieusement se recouvrir de flammes lâchant l’idole qui commençait elle aussi à brûler.

Skärn observa l’objet qu’il cherchait commencer à bruler, se demandant s’il devait le laisser bruler ou tenter de le sauver.

Il est maintenant à ta merci Nathalia, à toi de voir ce que tu veux faire de lui. Personnellement, je le buterai.
avatar
NathaliaProtecteur d'Arion
Protecteur d'Arion

Date d'inscription : 09/11/2015
Nombre de messages : 171
Age : 20
Double Compte : Alec, Athena & Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Mai - 20:39
La russe était vaguement consciente que Skarn luttait derrière elle contre l’avocat. Ayant gardé Ivan à l’œil pendant qu’elle s’occupait de son employeur, elle avait remarqué qu’il était allé se glisser dans son dos, et s’était douté qu’il n’avait pas de bonnes intentions derrière la tête. Mais en voyant son compagnon se diriger vers l’avocat, elle lui avait fait confiance pour se débarrasser de la vermine, et avait focalisé toute son attention sur Vassili.
Malgré les flammes qui le consumaient, l’homme tentait encore de lutter, ce qui arracha une grimace à Nathalia. S’il s’entêtait trop, il finirait par succomber aux flammes cet idiot ! Fort heureusement, il finit par s’écrouler, sa volonté ne suffisant plus à le maintenir debout. Skarn l’infirma qu’il était à sa merci, et qu’elle pouvait en faire ce qu’elle voulait, signalant tout de même que lui-même l’aurait tué. Mais la jeune femme, après avoir ramassé l’idole, stoppa les flammes, aussi bien sur l’objet que sur l’homme.

« Tu es peut-être habitué à tuer Rolf. Ou dois-je t’appeler Skarn ? Bah, peut importe. Mais moi, je ne suis qu’une personne normale qui voulait juste vivre sa vie en tenant une boutique avec son amie. Je n’ai pas envie d’avoir du sang sur les mains. Et je n’aurais pas la force d’arracher la vie à un homme. Si tu veux le tuer, je ne te retiendrais pas. C’est sans doute ce qu’il y a de mieux à faire. Moi, je n’en suis pas capable. Ceci-dit…

La pyromane lança un regard en coin à l’homme gisant au sol, examinant l’étendue des brûlures. Elle n’aurait peut-être pas dut utiliser ses flammes les plus ardentes tout compte fait… Si elle s’était attendue à ce qu’il résiste aussi longtemps…

- J’ignore s’il survivra à de telles brûlures. Il faudrait que les secours arrivent très vite. Mais même si c’était le cas, il pourrait encore succomber malgrès les soins…

Elle grimaça à nouveau. Être responsable de la mort d’un homme, même un être tel que lui, ne la réjouissait pas vraiment.

- Tenez, il me semble que c’est ce que vous étiez venu chercher. Je devrais probablement brûler un objet du genre, c’est beaucoup trop dangereux. Mais vous m’avez aidé, je vous dois au moins de vous laisser le récuperer.

Puis, elle ajouta, changeant brusquement de sujet avec ce naturel dont elle avait le secret.

- Votre épée était vraiment fabuleuse. J’étais tenté de la prendre tout à l’heure, ça doit être un régale à manier. Mais j’ai repensé à votre tradition, et j’ai préféré éviter. Mais vous avez vraiment de la chance de posséder une telle merveille. Mon amie aurait adorée voir ça elle aussi.

Puis, la russe fit disparaître ses autres flammes, et les murs de chaleurs qui barraient les issues.

avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Mai - 22:46
Nathalia préféra épargner la vie de Vassili malgré ce qu’il avait fait, elle répondit à Skärn qu’elle ne voulait pas avoir du sang sur les mains. Skärn, eut un petit sourire en coin, si elle savait que depuis qu’il avait sept ans on lui avait appris à tuer. Il observa aussi Vassili, constatant la gravité de ses brûlures, un autre serait probablement déjà mort, mais Skärn avait un doute que ça suffise à venir à bout de ce type, d’un autre côté, il aurait peut-être été plus humain de l’achever plutôt que de le laisser souffrir dans le cas contraire. Nathalia lui précisa qu’elle ne l’empêcherait pas de le buter s’il le désirait, Skärn n’en vit pas l’utilité, il pourrait toujours le tuer plus tard si un contrat était mis sur sa tête.

- Vassili, dit « Zmeï », qu’elle ironie. Il se comparait à un dragon et il vient d’en expérimenter le souffle. Mais à mon avis, il est trop buté pour mourir.
 
Nathalia lui tendis alors la statuette qu’il était venu chercher, le feu l’avait passablement noirci mais il était encore en état. Il observa lentement la statuette, le travail était assez intéressant, mais surtout Skärn pouvait sentir la puissance de l’objet et des pactes qui y étaient liés. 

- Je te présente le cœur de Vélès, le dieu de l’au-delà dans l’ancienne religion de ce pays. De nombreuses personnes l’ont utilisé jadis pour leur recherche de puissance et ils sont nombreux à en avoir payer le prix. Pour ma part, je compte le faire disparaitre de la circulation. Il serait peut-être mieux de carrément le détruire, mais tant de chose lui sont lié que je ne peux pas vraiment mit résoudre.
 
Skärn sonda discrètement l’artefact, effleurant le savoir qui y était enfermées, à première vus, le magasin de Nathalia avait jadis été un lieu de culte pour le dieu Vélès, peut-être que Vassili espérait pouvoir y trouver plus de puissance. Nathalia se mit soudainement à parler de l’épée de Skärn. Ce dernier la fixa un bref instant, ce demandant comment la conversation en était arrivé-là. Un nouveau sourire énigmatique apparut sur le visage de Skärn, si seulement Nathalia connaissait la vérité sur son arme.

- De la chance ? peut-être, peut-être pas. Cette lame est effectivement exceptionnelle, mais si j’en crois les légendes entourant son histoire, elle est maudite. Presqu’aucun de son précédent propriétaire n’est mort en paix, presque tous ont été trahis où tuer au combat, peut-être que ce sera aussi mon destin, c’est même probable au vus de mon job. Qui sait, peut-être est-ce justement cette malédiction que m’a conduit sur cette voie.
 
Une fois dehors, Skärn s’approcha à grand pas vers sa moto et installa la statuette dans l’une des sacoches qu’il décrocha ensuite de son porte bagage pour le mettre sur son épaule. Puis il se tourna vers Nathalia et tandis la mallette d’Ivan.

- J’ai déjà pris ce dont j’avais besoin, ce qui reste devrait amplement couvrir tes frais de réparation et même peut-être d’un peu améliorer la qualité des matériaux que vous utilisez, ils gâchent beaucoup votre talent.
 
Puis il tandis son autre main vers son interlocutrice, et l’ouvrit pour révéler la clé de son véhicule.

-Et je te laisse ma moto au passage, comme ça tu pourras peut-être réaliser ton rêve. Peux-tu juste me déposer prêt de la gare la plus proche ? Au passage, fait gaffe, elle a son petit caractère, et si on ne l’utilise pas pendant un long moment elle peut se montrer assez… réticente à démarrer, par contre elle ne craint pas votre climat.

[FB] Kostroma, une ville sur la Volga