avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7280
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Mai - 23:12

Des talons délicats frappaient le sol du palais d’une sonorité légère. Vêtue d’une robe noire cintrée et à empiècement en plumetis, Eris arpentait tranquillement les différentes ailes de Guidecca. Pour la première fois depuis des siècles elle pouvait visiter le dernier palais, humainement accessible, du couple impérial. Elle préfèrerait nettement ce palais à celui de Pandore, trop germanique à son goût. La Discorde apprécia longuement la finesse des différents détails et regretta qu’une telle beauté architecturale ne puisse s’exposer aux lueurs du jour. Passant de pièces en pièces, la déesse s’amusait à agacer les gardes, prévenus de sa position « d’invitée ». Au détour d’un couloir, la Déesse obliqua vers l’immense salle du trône.

Elle appuya ses mains sur les poignées et poussa lentement les portes gardant l’un des lieux les plus secrets des enfers. Une fois entrée dans la salle, elle demeura interdite devant l’immensité de l’endroit, aucune des salles de son palais d’Ubar ne possédait pareil espace… La déesse passa devant le regard des dragons entourant le trône et monta doucement les marches pour retirer le voile masquant le trône divin. Après son forfait, la déesse gagna le centre de la salle et s’installa confortablement, jambe croisées, dans un fauteuil en cuir sombre qu’elle venait de faire apparaître.

Au cœur de la salle et face au trône d’Hadès, la déesse sirotait un verre de Nectar. Elle s’offrit le luxe d’y diffuser quelques notes de Jazz, véritables pied-de-nez aux adorateurs de lyre qui siégeaient habituellement en ces lieux. Alors que la voix de Louis Armstrong s’élevait au cœur du silence (d’ailleurs que penserait-il s’il savait sa musique jouée en ces lieux ?), Eris dégusta l’interdit. Et oublia l’espace d’un instant ses récentes rencontres… Les trois rois olympiens ne donnaient plus signes de vie et son frère dominait l’un des trois royaumes, l’on goûte peu à de tels bonheurs. Doucement, elle susurra les paroles écoutées :

« Hold me close and hold me fast
The magic spell you cast
This is la vie en rose

When you kiss me, Heaven sighs
And though I close my eyes
I see la vie en rose

When you press me to your heart
And in a world apart
A world where roses bloom

And when you speak 
Angels sing from above
Every day words 
Seems to turn into love songs

Give your heart and soul to me
And life will always be 
La vie en rose »
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 210
Age : 24
Double Compte : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 11:50
Jamais Xing Huo n'aurait pu deviner que la cuisine des Philippines était si riche. Il était vraiment passé à côté de quelque chose pendant toutes ces années mais pouvait-on l'en blâmer ? Quand on vivait au jour le jour dans le dénuement le plus complet, on n'était pas regardant au niveau de la nourriture et la saveur n'était qu'une préoccupation secondaire. Maintenant qu'il avait enfin pu y goûter, qu'il était requinqué et rassasié, il était prêt à accepter n'importe quelle mission, même trop compliquée, ennuyeuse à mourir ou du genre à lui taper sur les nerfs.

N'ayant pas reçu de nouveaux ordres depuis un moment, l'ancêtre commençait à se demander si ses supérieurs et collègues ne l'avaient pas oublié, aussi avait-il décidé de se rendre à Giudecca pour s'enquérir d'une éventuelle tâche qui pourrait lui être confiée. Personne n'avait su lui dire où se trouvait le Faucheur – ce qui ne l'inquiétait pas particulièrement dans la mesure où cela arrivait de temps en temps et qu'Il n'avait pas de comptes à rendre à de simples péons – mais le Palais était un bon point de départ.

Les quelques Squelettes postés çà et là avaient l'air plus grincheux que d'habitude et les échos d'une chanson résonnaient dans les couloirs. Le Cyclope n'eut pas la présence d'esprit de s'en formaliser, lui qui n'avait que très rarement mis les pieds dans ces lieux et ignorait donc si tout cela était bien normal. À choisir, il y aurait sans doute vu un signe encourageant : il y avait peu de chances qu'un garde mélomane ose se distraire en diffusant de la musique en ces lieux, le fond sonore serait donc plutôt du fait d'un haut gradé...

En s'introduisant dans la salle du trône – qui était également le point d'origine de la chanson – en faisant le moins de bruit possible pour ne pas déranger, l'asiatique se retrouva face à une femme en robe élégante, un verre de liquide ambré à la main. Vision surprenante s'il en est.

Pensant qu'il devait sûrement s'agir de quelqu'un d'important, il s'inclina respectueusement avant de saluer... et de poser directement une question qu'il ne savait pas bien comment amener autrement : « Mes hommages Ma Dame. Le Seigneur Thanatos est-il ici ? »
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7280
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 21:37
-« Je crois l’attendre également, nous pourrions peut-être patienter ensemble ? »

Son interlocuteur, homme d’un autre âge, possédait des traits asiatiques. C’est peut-être la première fois qu’elle observait un spectre qui ne soit pas caucasien. Hadès élargissait ses cercles de recrutement ? Amusée, Eris renvoya l’outillage musical au sein du néant et de longues minutes de silences s’installèrent entre les deux protagonistes.

A l’instar de patients dans une salle d’attente, elle décida de percer le silence et proposa à son interlocuteur de s’installer dans un siège issu des ténèbres.

-« Je suis la sœur du Seigneur Thanatos, Eris » précisa-t-elle pour débuter un semblant de conversation. Les spectres étant ce qu’ils sont, ce dernier n’échappera certainement à la règle et se murera dans un silence gênant ou s’épandra en menaces vides de sens. « Excusez mon étonnement, mais vous êtes le premier spectre non caucasien que je croise… Je fréquente assez peu les spectres cela dit. » s’interrogea la déesse, sans s’appesantir sur le caractère déplacé de sa remarque.

« Si, toutefois, vous ne désirez pas attendre je pourrais lui transmettre un message pour vous. Je n’ai pas grand-chose à faire actuellement et, en ce qui me concerne, transmettre des messages est une sorte de hobbies. Est-ce que ça vous dérange si je mets un peu de jazz ?» Le recel d’informations est effectivement l’une de ses passions.

Elle se garda de brusquer ce vieux spectre. Étrangement, la tension qui gagnait habituellement ses différents interlocuteurs prenait une toute autre importance en ces murs. Enfin, elle était habituée à ne pas être la bienvenue.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 210
Age : 24
Double Compte : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 22:32
N'ayant rien de mieux à faire, l'ancêtre décida d'accepter la proposition qu'on lui faisait... Mal lui en prit : l'inconnue ne le resta pas longtemps, dévoilant et son identité et sa nature divine. Quel idiot, et dire qu'il avait reçu une consigne émanant de Wolgorn à son sujet. Tant pis, il ne pouvait plus faire machine arrière ni faire des nœuds avec la colonne vertébrale de la vieille saloperie malfaisante alors autant prendre la chose avec... comment disait-on déjà, philosophie ? En plus elle ne s'était montrée ni agressive ni impolie et comme elle le disait si bien, elle était du sang de leur Seigneur.

« Enchanté, je suis Xing Huo du Cyclope et... je ne vais pas vous infliger tout le titre à rallonge. » répliqua-t-il dans une tentative d'auto-dérision.

Il fut surpris de constater l'état de ses émotions : à cet instant, il était plus curieux qu'en colère. Il se trouvait pourtant face à la source des maux ravageant l'humanité, l'incarnation de la Discorde avec tout son cortège d'atrocités... il aurait dû être tout aussi furieux qu'il l'avait été en présence d'Athéna, bien plus même. Cet apaisement était-il du fait du contentement qu'il avait ressenti jusqu'à son entrée dans cette salle, de l'absence d'adrénaline dans ses veines, ou bien de son Étoile Maléfique qui reconnaissait en elle une alliée, l'indispensable étincelle qui lui permettait de s'enflammer, de répandre sa Brutalité sur le champ de bataille ? Impossible de le savoir et donc indigne de son intérêt.

Pour le moment... la divinité enchaînait les questions incongrues. Il ne se rappelait déjà pas du sens du mot « caucasien » et ne le retrouva qu'après avoir fouillé dans sa mémoire. Ça voulait dire « blanc de peau » ou quelque chose comme ça. Quant au jazz, sa culture musicale étant inexistante – sa culture tout court en fait –, il en fut réduit à supposer qu'il devait s'agir de la musique qu'elle écoutait à son arrivée.

« Faites donc, qui suis-je pour vous en empêcher ? » répondit-il, affable et dans le désordre. Une fois de plus, il devait appliquer l'enseignement de ses collègues pour ne pas trop se ridiculiser en parlant à quelqu'un de mieux né. Littéralement. « Pas caucasien... qu'est-ce que ça change ? Je suis sûr que vous auriez pu en trouver d'autres dans les générations précédentes à condition d'aller regarder sous les masques. »

Il se garda de faire remarquer la couleur de peau du réceptacle actuel du Faucheur, ce ne serait sans doute pas du meilleur goût. Et en parlant de Thanatos... « Vous charger d'un message ? Je ne vais pas vous imposer un rôle aussi trivial, une Fée fera largement l'affaire. J'ai tout mon temps de toute façon... ce qui ne doit pas arriver si souvent ici. Quelqu'un ne tardera sans doute pas à venir me chercher pour m'envoyer jouer les bergers pour damnés. »

C'était ça le problème avec les Enfers : quand les choses allaient bien, c'était toujours trop beau pour durer. L'arrivée d’Éris en était un parfait exemple.
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7280
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Mai - 22:03
-« Je ne souhaitais pas vous offusquer, toutefois, si tel est le cas je vous prie de bien vouloir accepter mes plus plates excuses ». De nouvelles sonorités s’élevaient au cœur de la salle… Quelques notes de piano agrémentée de bœufs talentueux. Eris laissait la musique s’élever crescendo.

-« Dois-je comprendre que vous ne participez pas aux grandes manœuvres infernales ? Depuis que je suis arrivée, je perçois une grande agitation au sein des spectres. »

Eris avala une gorgée de nectar et s’enivra doucement dans le confort du fauteuil. Comment soutirer les informations qui Lui étaient nécessaires tout en le conservant le plus longtemps possible à Ses côtés ? Les spectres devaient La savoir au cœur des enfers, plus Ses petites escapades demeureront secrètes, plus Thanatos tardera à Se mettre à Ses trousses.

Les bœufs cessèrent et des compositions plus classiques prirent le dessus. Ces modifications musicales, tirèrent la Déesse de ses pensées et elle reprit à l’attention de son interlocuteur, tout en fixant durement le trône de l’empereur des ténèbres.

-« Un endroit si magistral et pourtant tellement inutile… Les Hommes ont besoin de faste et de grandeur pour impressionner ceux qui leurs sont naturellement égaux. Mais pourquoi les dieux en ont-ils besoin ? »

Peut-être que les Dieux désirent Se faire comprendre des Hommes et en imitent les codes ? En ce cas, quels étaient Ses codes ?
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 210
Age : 24
Double Compte : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Mai - 15:51
Le Cyclope tenta de prêter attention à la musique conjurée par la Déesse mais son oreille de rustre n'en retira pas grand-chose ; c'était plus simple quand il y avait des paroles, comme au moment de son arrivée. En y repensant, il se rappela qu'il avait interrompu la Discorde alors qu'elle écoutait une chanson d'amour, scène surréaliste s'il en est, du même niveau que le spectacle d'un Apollon absorbé par le visionnage d'une émission de téléréalité ou une image de Thanatos gambadant gaiement dans un champ de fleurs printanières...

Il ferait mieux d'arrêter d'y penser, cette dernière idée devait relever du blasphème. Et puis il aurait besoin d'avoir toute sa tête pour répondre aux questions qu'on lui posait sans pour autant trahir le secret imposé par le Bourreau.

« Grandes manœuvres, c'est beaucoup dire. Nous ne sommes pas nombreux et c'est beaucoup de travail de faire tourner les Enfers, surtout quand tous les dégâts de l'invasion ne sont pas réparés, que le bazar mis par Poséidon amène son lot de défunts supplémentaires et que nous ne savons pas si les Saints reviendront ou non nous attaquer malgré l'avertissement de Sa Seigneurie. En tout cas nous nous concentrons sur la défense et la reconstruction. »

Les Spectres passaient en effet leur temps à courir dans tous les sens comme des poulets sans tête et c'était encore pire pour les Squelettes. L'absence d’Étoiles Maléfiques de rang supérieur n'améliorait pas la situation : sans personne à qui déléguer Son autorité – ils se débrouillaient seuls autant que possible mais la capacité d'initiative des simples Étoiles Terrestres avait des limites –, le Faucheur devait S'occuper de tout Lui-même, en sus des obligations de Son identité humaine...

Et en parlant d'identité humaine, voilà qu’Éris se mettait aux commentaires architecturaux. Le philippin ne savait pas vraiment quoi dire, il n'avait jamais réfléchi au point de vue divin quant à l'utilité des palais, monuments et autres symboles de pouvoir typiquement humains – une réflexion qui n'aurait pas pu le mener bien loin de toute façon car justement, il n'en était pas un, de Dieu.

« Cela Ma Dame, vous êtes la seule à pouvoir le savoir... Peut-être que c'est la même raison pour laquelle vous écoutez de la musique ou choisissez de vous habiller d'une belle robe plutôt que d'un simple morceau de tissu grossier ? »
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7280
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Juin - 15:25
Les nombreux sous-entendus philosophiques induits par la dernière remarque de Xing inspiraient à la Discorde.

« Vous supposez que nous puissions également être sensible au beau ? Pourtant, si le beau s’adresse principalement à notre esprit, il résulte de la conjugaison de de l’harmonie et des facultés de connaissances humaines. Le beau est le pressentiment que l’objet présent existe en vue d’une fin, sans pour autant que nous puissions, ou devions nous représenter cette fin. Il est l’objet d’une satisfaction contemplative mais désintéressée, universelle mais subjective, finale et sans fin… Nous sommes les représentations naturelles de concepts variés, chacune de nos actions suit une ligne directrice et intéressée… Aussi, en recherchant le beau nous dévions de l’intéressement qui nous est imposé, fascinant. »

La Déesse avala une nouvelle gorgée et poursuivit sa contemplation du trône des enfers. Une beauté artistique dérivée des beautés naturelles, celle que la nature produit médiatement par l’homme. Issues du génie des hommes, les œuvres d’art contribuent à créer les sociétés humaines via le développement du goût.

-« Par contre, tout ceci ne m’explique pas pourquoi vous me cachez la vérité sur les agissements infernaux… Vous êtes le troisième spectre que je rencontre et le troisième qui ne m’explique pas clairement pourquoi vous êtes aussi peu nombreux en ces lieux. Les spectres viennent de remporter une victoire certaine sur les forces d’Athéna, par conséquent, vous êtes suffisamment puissants pour vous protéger seuls… Dès lors, pourquoi Thanatos a-t-il négocié ma coopération dans la défense des enfers ? »

A moins d’être au bord du gouffre, personne ne demande l’aide d’Eris. Thanatos devait avoir prévu cette baisse de régime des troupes infernales… Mais il ne devait pas savoir combien de temps elle durerait, d’où la présence d’Eris pour assurer ses arrières.

-« Je n’apprécie pas cette situation… J’aime avoir l’ensemble des cartes en mains, c’est pourquoi vous allez me dire ce que font actuellement les spectres les plus puissants de votre royaume. »

avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 210
Age : 24
Double Compte : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 9:08
Quand Eris recommença à parler, le philippin comprit qu'il aurait mieux fait de la boucler. Les mots compliqués se succédaient au sein de phrases alambiquées à un rythme bien trop élevé pour que quelqu'un comme lui – un ruffian qui ne faisait qu'affecter l'apparence de l'éducation – puisse espérer s'y retrouver. Son cerveau décrocha vers la fin de la troisième phrase et préféra attendre qu'elle achève ses péroraisons en réfléchissant à d'autres questions... Par exemple, est-ce qu'elle se moquait de lui ? Possible. Tant pis, il n'allait plus tenter de se faire passer pour plus intelligent qu'il ne l'était.

« Euh... j'ai rien compris. Mais si vous le dites. » répondit-il tout ce qu'il y a de plus sincèrement – et même pas par esprit de contradiction après ce torrent verbal.

Et puis le ton de la Déesse se fit inquisiteur, ses questions se muèrent en exigences. En ordres. Là par contre il avait envie de s'énerver. Pas au point d'oser la menacer ou l'attaquer cela dit. Pas très courageux certes mais une Étoile Terrestre de la Brutalité se faisant vaporiser sans cérémonie, ça n'inspirait guère plus le respect.

Enfin, le résultat serait le même : elle ne toquait pas à la bonne porte. Le Cyclope rentrait au bercail pour la première fois depuis un moment et sa hiérarchie n'avait pas jugé bon de le mettre au courant des missions actuelles. Il avait bien reçu une consigne de silence de la part de Wolgorn, sauf que tout le monde l'avait reçue et qu'elle concernait aussi bien leurs opérations passées que présentes et à venir : moins la Discorde en savait, sur quelque sujet que ce soit, mieux c'était. À bien y réfléchir, quel meilleur moyen de garantir que le vieillard ne brise pas l'omerta que de ne même pas lui faire part du secret ainsi protégé ? Il la fermerait donc pour ce qui était de l'emplacement de leurs territoires terrestres, des projets du Faucheur pour Venise et quant au reste, et bien il l'ignorait... même s'il avait suffisamment de jugeote pour supposer qu'il y avait un rapport avec les expériences que menait le Dullahan, en train de perdre la boule dans sa tour. Expériences auxquelles il avait lui-même contribué mais sans réussir à arracher une explication au français, qui l'avait fait taire par la seule mention du nom de Thanatos.

« J'en sais rien Ma Dame, je suis pas dans le secret des Dieux moi. Vous avez essayé de demander à Sa Seigneurie ? » rétorqua-t-il d'une manière qu'on aurait pu qualifier de bureaucratique si ce n'était son niveau de langage – et qui réussissait de plus l'exploit d'être de bonne foi. Enfin, d'aussi bonne foi que possible lors d'une discussion avec la Discorde.

« Si mes collègues n'ont pas satisfait votre curiosité, qu'est-ce que vous attendez de moi ? Je suis sans doute le moins important de tous les Spectres. »
avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7280
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 11:48
-« Je n’attends rien de vous, plus maintenant du moins. Quant à Sa Seigneurie… Je ne vais pas m’épancher, au risque d’apparaitre désagréable. » dit-elle d’un ton plus apaisé.

Depuis son arrivée au palais, elle n’avait recueilli que défiance et ressentiment à son égard. Un sentiment bien connu mais rarement agréable, en particulier lorsqu’il émane de ceux devant être considérés comme des alliés. Thanatos se servait de la Discorde pour défendre son palais, la rétention de la pomme était un moyen pour Lui de circoncire Eris aux plans qu’Il avait imaginé pour Sa Sœur. Il apparaissait clairement que le Dieu de la Mort n’avait aucune confiance en Elle et qu’Il ne souhaitait pas La convier à Ses projets. Thanatos aurait été plus avisé d’utiliser l’artéfact en garantie d’une alliance saine et sereine.

-« Je déteste ne pas savoir où mes actes me dirigent, dès lors, je ne céderai pas aux petits jeux pervers de Thanatos.»

Le cosmos de la Déesse venait d’envahir la totalité de la salle Trône, elle resserra ses doigts autours des accoudoirs de son fauteuil et les brisa sans s’en apercevoir. Elle jugea, toutefois, que d’exprimer l’intégralité de Sa colère sur le spectre en face d’elle ne servirait à rien, hormis un bien-être cathartique… Maudite résurrection…

-« Vous savez… J’ai vraiment essayé d’entamer une relation de confiance avec les spectres… Je ne crois pas que ça puisse fonctionner. » Eris se leva et fit disparaître son siège « Je ne supporte pas d’être prise pour une idiote… Dîtes à mon frère que son petit chantage a assez duré, soit il me propose une véritable alliance, soit j’emploierai l’ensemble de mes talents contre les spectres. Il pourra me trouver au Sanctuaire.»

La Mort comprendra. Le cosmos d’Eris s’estompa et la Déesse n’était plus, le vieux philippin se retrouvait seul devant un trône désespérément vide.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 210
Age : 24
Double Compte : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 20:32
Eris se rebiffait. C'était fâcheux mais qu'y pouvait-il ? Si le Moissonneur de Vie ne jugeait pas pertinent de mettre Sa sœur au courant de Ses plans, c'est qu'Il devait avoir une excellente raison. Ça ne pouvait pas être dû à un simple oubli, le Cyclope se refusait à croire que leur chef n'ait pas réfléchi aux conséquences de la présence d'un élément aussi volatil que la Discorde – comme elle le prouvait à l'instant – dans leur domaine. En tout cas, s'Il jugeait préférable de la garder dans le noir, ce ne seraient pas Ses fidèles serviteurs qui prendraient la discutable initiative d'informer la Déesse, ne serait-ce qu'à cause de l'aversion qu'elle devait inspirer à bon nombre d'entre eux. Ils servaient l'Ordre, elle était le Chaos, quoi de plus normal ?

En parlant de chaos, peut-être devrait-il penser à faire ses prières. Le cosmos d'Eris l'entourait, oppressant, omniprésent et surtout tout-puissant. Ça lui rappelait le Sanctuaire, la sensation des auras d'Athena et d'un Wolgorn ayant momentanément transcendé les limites humaines par la grâce de Thanatos. Aucune échappatoire, aucune chance de riposte ; il était à la merci de l'engeance de Nyx et il ne pouvait rien y faire. Malgré toutes les précautions prises pour ne pas l'offenser, malgré tout le self-control dont il avait pu faire preuve, il allait quand même se faire atomiser.

Résigné, l'ancêtre attendit d'être frappé par le châtiment divin... mais à sa grande surprise, rien. Aucun éclair ne le foudroya, aucune flamme ne le dévora, aucun supplice ou tourment abject ne lui fut infligé. Au lieu de cela, Eris décocha la flèche du Parthe qui achevait son ultimatum et disparut dans le néant. Sans doute déjà en route vers le Sanctuaire.

« Pas d'inquiétude, je transmettrai le message... » grommela-t-il en s'adressant à la salle vide. À peine quelques minutes auparavant, c'était encore une belle journée. Son regard erra quelques secondes, s'attardant seulement sur le trône vacant. Quelle ironie : les infernaux s'étaient débarrassés de deux des plus anciennes menaces à leur pouvoir, et leur Roi n'était pas là pour assister à leur triomphe... ou pour les assister face aux nouveaux problèmes qui se profilaient immédiatement à l'horizon. « Pas de répit pour les Spectres. Je crois que j'aurais préféré le châtiment divin finalement. »

Les épaules du vieillard s'alourdirent mais il fit de son mieux pour garder une démarche sûre. Le Faucheur devait être averti illico presto, il fallait minimiser la casse !
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Déguster l'interdit