avatar
GaïusEn Test RP

Date d'inscription : 21/05/2014
Nombre de messages : 733
Age : 15

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai - 18:54
Une fois que le garçon reposa son livre, Eize lui demanda de venir le voir. En élève obéissant qu’il était, le breton se plaça devant le bureau du bibliothécaire, qui lui tendit un livre à la reliure de cuir. Son maître lui dit qu’il devait se rendre à l’orgue de basalte, le territoire d’un des généraux. Le rouquin accepta, même s’il ne savait pas s’il arriverait à être présentable devant un autre Marina. En chemin, le garçon pensa à passer par sa chambre, afin de refaire le plein de bonbons. Après tout, ce serait une horreur s’il venait à en manquer.

- C’est par où déjà l’orgue de basalte ? C’est pas à droite… ou à gauche ? J’aurai dû étudier un peu plus les cartes… ah mais je suis bête, je ne les ai pas encore vu…

Le rouquin chercha un panneau d’indication, qui n’existait pas, jusqu’à tomber sur les deux gardes qu’il avait vu la première fois qu’il était arrivé en Atlantis. Il leur expliqua la nouvelle situation dans laquelle il était et en profita pour leur demander son chemin. L’aide ainsi fourni, il put se rendre jusqu’aux orgues de basalte, un territoire loin de ce qu’il aimait. Beaucoup trop peu d’eau et encore moins de glace. Par chance, il était loin d’être dans un désert de sable et encore plus loin d’un volcan, c’était déjà un bon début pour lui. Le vent faisait vibrer les tours de basalte, laissant monter une douce mélodie. Un terrain d’entraînement se trouvait non loin, surement une zone pour les apprentis Marinas. On pouvait encore voir un peu partout dans la zone, des traces de roches fondus et de terre retournée. A en croire ce qu’il voyait, il y avait eu un violant combat ici, mais il ne pouvait pas voir le gagnant. Pour se donnant du courage, en espérant que le nouveau Marina ne soit pas un violent psychotique aimant torturer ses alliés, le rouquin reprit une sucette. Le sucre s’était la vie, mais seul lui le savait visiblement.

- Bonjour, il y a quelqu’un ? Je cherche le nouveau gardien des lieux.

Aucune réponse ne lui vint en écho, comme si finalement son maître s’était trompé. Il était pourtant sur que son maître ne se trompait jamais, puisqu’il disposait du réseau d’espionnage des Marinas. Il tenta donc une seconde fois sa chance.

- Vous êtes sûr que vous ne voulez pas le superbe livre que mon maître m’a demandé de vous apporter ?
avatar
AmphérèsProtecteur de la Sirène Maléfique
Protecteur de la Sirène Maléfique

Date d'inscription : 21/05/2017
Nombre de messages : 14
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Mai - 0:46
La découverte de l'état des orgues de basaltes donna des frissons de violence à Amphérès. Son territoire ressemblait à une zone de guerre dévastée. Qu'était-il arrivé pour qu'un endroit si magnifique par son histoire se fasse démolir à coups de tremblements de terre. Un mystère à résoudre et quelques baffes bien placés, c'était la première évidence de ce qui allait se passer une fois que le coupable serait trouvé.

Prenant sa flûte maudite, les notes commencèrent à résonner dans son palais d'orgue mais les sons semblaient perdre en puissance et à travers son armure, Amphérès sentait que la puissance du lieu n'était qu'un pâle reflet de ses véritables origines.

Et réparer ce lieu à lui tout seul, prendrait trop de temps. Autant dire qu'un peu d'aide serait la bienvenue. Dans cette idée, le Marinas avait envoyé une demande à Eize. Il avait toujours un peu de chair fraîche à disposition pour donner un coup de main. Et puis bon, ça leur ferait un peu d'entraînement aux p'tits jeunes.

Alors que Amphérès commençait juste à estimer l'ampleur des dégâts, une voix s'éleva vers le centre de son territoire.

- Bonjour, il y a quelqu’un ? Je cherche le nouveau gardien des lieux. Vous êtes sûr que vous ne voulez pas le superbe livre que mon maître m’a demandé de vous apporter ?

Un sourire sadique s'étala sur le visage du Marinas. Assis sur une extrémité encore intacte de son orgue, Amphérès observait le jeune garçon qui avalait sucrerie sur sucrerie. Alors là chapeau Eize. Arriver à faire croire qu'il fallait apporter un livre à un des généraux Marinas, ça c'était un vrai coup de maître. Apparemment l'alcool de Malte avait donné un vrai goût de satisfaction à Eize.

Atterrissant derrière le garçon, Amphérès offrit le sourire le plus innocent possible au jeune garçon.

-Bonjour Marinas, je suis Amphérès, le nouveau gardien de ses lieux. Tu peux poser le livre sur la table de pierre à côté de toi. Tu remercieras ton maître Eize pour le livre. Avant que tu partes, je vois que tu es un garçon rempli de bonne volonté et prêt à t'améliorer pour devenir quelqu'un de plus fort. Du coup je vais te faire une proposition. Tu restes ici me donner un coup de main, et si tu t'en sors bien, tu auras accès à ma réserve personnelle de sucreries en provenance direct de Malte ?

L'immense sourire d'Amphérès resta installé sur ses lèvres. Les yeux rougeoyants du général se posèrent dans ceux du garçon. Il y avait derrière lui quelques tonnes de basaltes à remettre en place et le jeune garçon serait une aide précieuse pour remettre en état son territoire

avatar
GaïusEn Test RP

Date d'inscription : 21/05/2014
Nombre de messages : 733
Age : 15

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Juin - 22:14
Spoiler:
 

Alors qu’il ne s’y attendait pas, un homme se posa derrière le breton, qui se retourna aussitôt. Son regard était devenu vif, celui d’un combattant prêt à sauter sur sa proie. Il n’attaqua pas pour autant, comprenant rapidement qu’il n’aurait pas le dessus sur un guerrier entraîné. L’homme se présenta comme étant le nouveau gardien des lieux. Il devait donc être le nouveau général à qui le garçon devait donner le livre. Comme le Marina le lui demanda, il posa le livre sur la table, mais se demanda pourquoi l’homme lui parlait d’entraînement.

- Bien sûr que j’ai envie de devenir plus fort, mais ce terrain est bien trop… sec à mon goût. Je préfère les endroits plus froid, ils sont moins mortel à mon goût.

Le garçon s’installa sur la table et commença à feuilleter le livre, avant d’ajouter.

- Par contre, pour les bonbons, je ne dis pas non. J’ai toujours voulu faire un tour du monde de dégustions pour connaître le goût de tous les bonbons.

En tournant les pages, le garçon tomba sur une note écrite de la main de son maître. Visiblement, la note avait été écrite pour le général.

- Tenez, mon maître vous a laissé un message pour vous dire qu’il vous remerciait pour les bouteilles, mais qu’il allait vous les rendre. Il dit aussi que vous n’avez pas besoin de vous fatiguer pour le ménage, que vous trouverez ce que vous avez besoin dans le livre.

Le français tourna de nouveau les pages, intrigué par le message que venait de laisser son maître. Effectivement, les mélodies avaient toutes des effets magiques, la spécialité de l’ancien général de la Sirène Maléfique.

- Vous en avez de la chance, regardez cette partition, elle vous permet de faire la lessive sans machine. Et celle-ci permet de faire le ménage… c’est vraiment étrange. Vous en avez même une pour reboucher les trous, tondre la pelouse et réveiller les morts… bon OK, la dernière est flippante, mais on sait jamais après tout.

Le garçon tendit alors le livre au général, pour qu’il puisse l’étudier lui-même. D’un coup, le garçon se rappela qu’il avait oublié quelque chose.

- Que je suis bête, j’ai oublié de me présenter. Je suis Gaïus, apprenti Marina, disciple d’Eize, le magicien des eaux. Et vous êtes ?
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 221
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Juin - 11:20
En provenance de ici

Dés qu'il avait approché de l’île des Lotos, Daken avait rappelé son écaille à lui. Une impulsion mentale suffit à l'armure pour quitter son piédestal et venir recouvrir son porteur à la vitesse de la lumière. La sensation heureuse de retrouver sa protection n'avait d’égale que le sentiment de puissance que celle-ci lui apportait. Pour son retour, le Monstre avait décidé de venir dans son domaine sous marin. Il n'avait pas eut l'occasion de s'y rendre depuis son incorporation et souhaitait venir prendre ses marques dans le cimetière marin dont il avait la garde.

Passant les différents, et déserts, domaine qui le séparaient du sien, il arriva enfin dans le lieu de désolation et de mort qui lui était rattaché. Malgré l'air lugubre, froid et désolé. Malgré les épaves, les cadavres et les carcasses... Il se sentait bien ici. Il alla se placer en haut du mat de l'épave d'un galion centenaire, et s'assit calmement à la place de la vigie. Abaissant son cosmos jusqu'à le faire complètement disparaître, il observa sa propriété avec calme et admiration. Il ne fallut pas longtemps avant que sa concentration ne soit troublé par quelques notes de musique d'une tonalité particulière.

Y aurait-il un nouveau locataire dans le domaine des sirènes ?

Gardant son cosmos à un niveau indécelable, il prit le chemin des orgues de Basaltes, lieu d'où semblait venir la mélodie. Il ne se pressa pas pour arrivé, préférant rester discret pour ne pas signalé sa présence par inadvertance. Après tout, on ne sait jamais. Sur place, Daken se fraya un chemin parmi les roches avant d'entendre des voix. L'Australien se posa dans un coin, à l’abri de leur regard et observa un moment les deux garçons. Il écouta leur conversation de loin. Le nouveau Général semblait avoir besoin d'un livre... non, de main d’œuvre plutôt... et il voulait que ce garçonnet face le sale boulot avec lui... ou pour lui ? Il était trop loin pour le savoir clairement et décida donc d'intervenir. Sortant des ombres qui le dissimulait, il marcha à la rencontre des deux compères d'un pas nonchalant, passant sa main dans sa crête pour se recoiffer.

Et bien, et bien !! Il me semblait bien que j'avais entendu du bruit. Puis-je me joindre à vous ? Il y a longtemps que je n'ai pas pu discuter avec des frères d'armes.. des « petits » frères d'armes apparemment... dit il en regardant les deux jeunes qui à eux deux avaient à peines plus que l'age du monstre.

Le ton du monstre était un subtil mélange entre la sincérité et l'hypocrisie, entre la franchise et la sournoiserie. Un ton et une attitude provocatrice destiné à révéler le caractère profond de ses interlocuteurs. Il continua avec le sourire.

Il y a longtemps que personne n'à investit les lieux apparemment, dit-il en regardant l'état du lieu. Un coups de ménage serait le bienvenue non ? Et c'est le gardien du cimetière qui te le dit... Il regarda les pupilles rouges de la sirène en face, cherchant à provoquer une réaction.

Et toi ? Que viens tu faire ici ? Lança t-il à l'intention du mangeur de sucette. Sans protection qui plus est. Ne me dis pas que le général de la Sirène te fais des misères hein ?

Il n'avait aucune animosité envers ces camarades, mais il s'était isolé trop longtemps des siens et souhaitait juste s'amuser un peu.
avatar
GaïusEn Test RP

Date d'inscription : 21/05/2014
Nombre de messages : 733
Age : 15

Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 22:55
Le garçon ne comprit pas pourquoi le général venait de s’enfermer dans un profond mutisme. Il trouvait même l’ambiance extrêmement pesante et se disait qu’il pourrait peut-être aller faire un tour plus loin, puisqu’il n’avait toujours pas trouvé la salle des écailles et donc celle qui lui reviendrait de droit. Ce fut à ce moment précis qu’un homme vint à leur rencontre. La première vision qu’en eu Gaïus fut celle de quelqu’un de joyeux, le genre qu’il aimerait connaître un peu plus et avec qui il partagerait son paquet de bonbons. Bien sûr, le français n’aurait pas refusé la proposition du nouveau venu. Il n’allait pas le dire à haute voix, mais il n’appréciait pas vraiment la présence du gardien des lieux, peut-être son silence en faisait beaucoup.

- Bien sûr, tu es le bienvenu ici, tu es un général et tu es beaucoup plus vieux que nous.

Le breton écouta les paroles du général, essayant d’imaginer son territoire.

- Notre ami devrait pouvoir se débrouiller seul, mon maître lui a justement prêté cet ouvrage afin qu’il puisse faire les réparations. Voudrais-tu faire le ménage chez toi aussi ? Enfin si tu sais jouer d’un instrument bien sûr.

L’apprenti rigola franchement quand le général s’adressa directement à lui.

- Mais non, il n’oserait pas me faire des misères. Je ne suis qu’un apprenti pour le moment, il ne serait pas aussi méchant quand même. N’est-ce pas… euh… il ne m’a pas dit son nom, c’est vrai…

Le rouquin reposa le livre sur la table, n’ayant pas vraiment besoin d’un tel ouvrage.

- Je vais donc le refaire, puisque tu n’étais pas là quand je me suis présenté. Je suis Gaïus, apprenti Marina, disciple d’Eize, qui était général lui aussi… de Protée je crois… j’ai pas tout suivi j’avoue.

Le garçon enfourna une nouvelle sucette, avant de reprendre.

- Et tu es le général de quoi ? Enfin je suppose que tu es général, vu l’écaille que tu portes. J’aimerai tellement en avoir une aussi classe. Je me demande quand Eize dira que je suis prêt pour la recevoir. D’ailleurs euh… tu ne sais pas où se trouve la salle des écailles, j’aimerai bien les voir, la mienne y sera forcément en plus.
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 221
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Juin - 18:23
Daken esquissa un léger sourire quand l'apprenti lui demanda s'il voulait lui aussi faire le ménage dans son domaine. L'image du Cimetière Marin sans épaves moussues ni carlingues rouillées ou encore sans carcasses monstrueuses étira ses lèvres sans même qu'il s'en rende compte.

Hé hé ^^ !! Vois-tu, le chaos qui règne au sein du cimetière marin est ce qui fait toute la beauté du lieu. Ce désordre à quelque-chose de fascinant. Pourtant aléatoire, on dirait que chaque débris métalliques, chaque planches de bois pourrissantes à été posée là dans un sens bien précis par la main d'un artiste froid comme la mort elle même... Et ça donne le ton à tout les importuns qui voudraient traverser ma maison sans y avoir été invité !!

Son sourire c'était transformé sensiblement en un rictus sadique et cruelle à mesure qu'il parlait du territoire dont il avait la garde. Le monstre s'en rendit compte lui même et changea de ton pour revenir à une attitude plus enjoué.

Et puis, je ne joue pas de musique de toutes façons...

Le jeune garçon se présenta. Un apprenti, ce qui expliquait son absence d'écaille. Il évoqua le nom de son maître et l’Australien perdit un instant sa bonne humeur. L'air grave, il se demanda pourquoi se nom lui rappelait quelque-chose...

Eize, hein ?... Dit-il à voix basse.

Puis se fut la révélation. Il avait lu se nom sur les rapports, pendant sa convalescence à l'hopital après la bataille de Tokyo. Lui et Nath avait prit une sacrée dérouillé ce jour là et ce Eize était celui qui était venu les chercher pour les ramener à New Atlantis. Le monstre se perdit un instant dans ses pensées. Il pouvait revoir clairement le visage de Hruodland et ressentait encore la morsure de Durandal à travers sa chair. Un frisson le parcouru avant qu'il ne se reprenne, voyant le visage interrogateur du Breton. Reprenant un sourire de façade après ces douloureux souvenirs, il chercha à se donner une contenance en passant sa main droite sur sa nuque.

Effectivement j'ai déjà rencontrer ton maître, enfin lui m'a rencontrer... moi j'étais inconscient en fait... mais je lui dois beaucoup... avoua Scylla à demi-mots en baissant la tête.
Passons. Je suis le général Daken de Scylla, protecteur de l'Océan Pacifique Sud et gardien du Cimetière Marin.

Faussement modeste face à un simple apprenti, Daken se fendit d'une révérence. Alors que le français engouffra une nouvelle sucrerie, il fit part au monstre de sa volonté de voir la salle des écailles. La curiosité piqua au vif le général Atlante. Lui non plus n'avait jamais vu cette salle, son écaille étant venu directement à lui. Il pensa un instant qu'il voudrait bien lui aussi voir cette salle.

Et bien, si ton maître ne t'en à pas encore jugé digne, je ne pourrais être celui qui t'y conduira...pas sans son accord du moins. Si une des ces écailles t'es destinée, elle se manifestera quand tu aura prouvé ta valeur...

Il laissa un instant le silence s'installer, mettant sa main droite sous son menton en baissant la tête, perdu dans une fausse réflexion. Il releva son visage vers celui de l'apprenti.

Après, on peut toujours lui demander... Mais dis moi, comment peut-il juger de ta valeur si les taches qu'il te confient sont celles d'un simple coursier ? Est-il trop prit par ses responsabilités pour s'occuper de toi ?


Toujours sans réelle agressivité ou désir de nuire, Daken se demanda jusqu'où il pourrait aller avec ses provocation avant de faire craquer le futur Marina.
avatar
GaïusEn Test RP

Date d'inscription : 21/05/2014
Nombre de messages : 733
Age : 15

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Juin - 22:36
Le garçon écouta la description que le Marina lui fit de son territoire. Ce n’était pas de la peur qu’on pouvait y lire, mais un mélange de curiosité et d’envie. Il avait envie de voir le territoire du général, voir à quoi pouvait bien ressembler cette merveille. Quand le guerrier parla d’un artiste froid comme la mort, le breton ne put s’empêcher de bouger ses doigts, faisant refroidir l’air sous sa main.

- Tu ne dois pas t’ennuyer dans un tel territoire. Mais tu ne t’ennuis pas avec autant de mort autour de toi ?

Le général dit ensuite qu’il ne jouait pas de musique, ce qui fait un peu rire le rouquin, qui n’en jouait pas non plus. Contrairement aux apparences, tous les bretons ne savent pas jouer de cornemuse ou d’accordéon. Le garçon ne fit pourtant pas de commentaire, laissant le général digérer l’information sur son maître.

- Tu connais Eize ? Il est cool hein ? Pas très bavard avec son boulot qui lui prend tout son temps, mais super cool. Je m’entraîne pour devenir meilleur que lui… mais ça sera dur, c’est un ancien général…

Le Marina lui parla rapidement de sa rencontre avec le bibliothécaire, une rencontre qui visiblement fut à sens unique. Il devrait peut-être en parler avec son maître, pour en savoir plus. Le général se présenta ensuite sous le nom de Daken de l’écaille de Scylla. Les souvenirs de garçon lui rappelèrent qu’il s’agissait d’une créature gardant l’entrée d’une mer. Les navigateurs étaient obligés de passer devant Charybde et Scylla, devant choisir entre se faire avaler par un gouffre happant les eaux et un monstre venant cueillir l’équipage directement sur le bateau.

- Ce n’est pas qu’il ne m’en juge pas digne, c’est plutôt parce qu’il m’entraîne depuis que je suis arrivée. Le livre a livré était justement la petite pause du moment. Je vais bientôt devoir reprendre l’entraînement, mais j’ai besoin de faire le plein de sucrerie avant.

Le breton ne savait pas où voulait en venir le guerrier, mais il lui répondit en toute honnêteté.

- Oui, il est largement débordé, mais je ne pense pas qu’il néglige mon entraînement pour autant. Même le contraire, il sait tout ce que je fais, même quand il n’est pas avec moi. Après, ça ne m’étonne pas tant que ça, il m’a dit qu’il gérait aussi le réseau d’espionnage des Marinas.

Un petit air de mélodie sucrée