avatar
MirjanaProtecteur de la Sirène Maléfique
Protecteur de la Sirène Maléfique

Date d'inscription : 31/05/2017
Nombre de messages : 25
Age : 20
Double Compte : None!

Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Juil - 17:04
Mon pas n’était pas pressant mais il n’était pas pour autant dépourvu de toute impatience. Rien n’avait véritablement su me sortir du fil de mes pensées depuis la mort de cet assassin que j’avais poursuivi par la passé. Rien non, si ce n’était la ferme intention de comprendre ce que cette Ecaille avait désiré. Ce que la sirène attendait de moi. Là résidait le mystère qui m’avait mené jusqu’ici.

D’un regard bref et attentif, je parcourais l’éclat intense et mordoré si perceptible de cette écaille arborée, non sans continuer à parler quelque peu à ce Marina autrefois belliqueux qui marchait à mes côtés. Je n'étais pas habituée à ces convenances, mais je me prêtais naturellement au jeu. Amusée d'une façon. Presque forcée d'une autre manière.

« Tu me pardonneras j’espère, mais j’ai besoin d’une présence amicale pour…Pour finir cette longue marche, comprendre certaines choses aussi. Et tranquillement de préférence. »

« Oui, général. Nous arrivons bientôt au sanctuaire de Calypso normalement. »

Hochement de tête affirmatif. Ma visite ne se terminerait pas avant un long moment, alors ce sourire mutin et ces questions posées dans mon mutisme ne quittèrent jamais véritablement mes lèvres. D’un trajet bercé par un fredonnement, ce fut pourtant un large palais qui me fit face, composé de cette multitude de crevasses sculptées toutefois avec finesse. La bâtisse s’imposait à moi, comme une mise en garde pour la suite de cette aventure. Mais le danger était en quelque sorte mon quotidien, un quotidien qui n’avait jamais su effacer cette interminable curiosité. Mon corps pourrait être criblé de balles et de poings que jamais l’envie de m’arrêter si proche du but ne s’intensifierait en cet instant. Alors je m'étais retournée, observant ainsi ce garde Marina, mon « ami » pour l’heure.

« Alors, c’est par ici qu’on se rend vers le seigneur des Océans, n'est-ce pas ? Je dois bien avouer que Poséidon a de quoi exhiber ce prestige atlante…»

"Par ici" oui. Et ce par ici n’en demeurait pas moins somptueux et surprenant. Je devine qu’il fallait bien, face à cette démentielle concurrence. Cette course au pouvoir. Ces non-dits omniprésents, même ici. Je sentais déjà par avance que le destin qui m’attendait n’était pas véritablement un repos gratifiant, mais une épreuve à la résistance. Peut-être que moi aussi , je deviendrais comme ces hommes et femmes des mers, méfiants en tout point, constamment sur le qui-vive par cette atmosphère impérieuse qu’imposait la présence du dieu-Empereur. La statue faite de marbre et d’or qui surplombe nos petites formes ne cessait de nous darder dans toute sa hauteur et dans tout son prestige.

Statue ou pas, je l’ignorais un temps. Ce dernier répit était mon salut d'hier : je savais d’avance que je ne tarderais pas à rencontrer d’autres guerriers « comme moi ». D’autres généraux, d’autres Capitaines, d’autres élus des mers. Parfois, il valait mieux simplement ne pas y faire attention. Assise à même cette allée refermant de multiples et somptueuses sculptures, je pressentais déjà ma première litanie comme un hommage à offrir face à mes spectatrices.

Alors j'avais chanté, un moment tout du moins. Ma légère symphonie fit écho contre les parois du sanctuaire, jusqu’à s’étendre au-delà de ces murs d’albâtre, et ce par quelques ondes vagabondes. Ce chant qui me ravit, je ne le délivrais pas pour tuer, ni même pour séduire mais pour… Peut-être bien pour moi. Pour une fois, malgré ce cosmos nouvellement empreint de cette puissance maritime. Une chose que je ne contrôlais pas encore dans sa totalité, alors bien vite j’ouvris de nouveau les yeux, les sens aux aguets. Mon attention se rivait sur ce nouvel invité que je ne percevais que dans l’ombre. Je m'interrompis, et aussitôt le garde sembla comme tiré de sa torpeur.

« Ne restez donc pas de l’ombre…Après tout, c’est un peu de ma faute si vous êtes ici...Enfin, je crois. »

Et que j'en sache un peu sur moi-même, je ne mordais pas. Ou alors pas trop fort. Décidemment, aujourd’hui sonnait à l’horloge de ma curiosité.


Dernière édition par Mirjana le Sam 15 Juil - 14:47, édité 3 fois
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 238
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Juil - 11:15
Daken avait quitter le territoires des orgues de Basaltes et le jeune Breton pour s'en retourner vers le cimetière marin. Il avait marché d'un pas lent, prenant le temps de la promenade pour admirer encore les différent décors qui se présentaient à lui. Après tout, les gardiens des lieux semblaient tous être absent pendant le trajet aller, il n'y avait aucune raison qu'ils soient là pour le retour.

Le chemin fut agréable, et à mesure que l'Australien approchait de son sanctuaire, il commençait à se demander comment occuper le reste de sa journée. Un peu de repos ne serait sans doute pas du luxe, aussi décida t-il de rester un moment au creux de l'épave d'un galion délabré. Quelques minutes suffirent avant que le silence du lieu ne soit troublé par d'étranges vibrations.

Se concentrant pour en identifier la source, le monstre ne se rendit même pas compte qu'il s'était levé et marchait maintenant vers la sorite du sanctuaire marin. Le pas toujours lent, à mesure qu'il traversait le territoire de l'Hippocampe, les vibrations informes se muèrent en un chant doux et chaleureux. Bien que le mystère soit maintenant résolu, Daken ne sembla cependant pas vouloir faire demi-tour. Avec un rythme constant, Scylla continua sa marche. Il continuait d'écouter la douce mélodie qui semblait l'attirer inexorablement vers la sortie. Il réalisait que quelque chose n'allait pas, que ce chant qui l’envoûtait n'avait rien de naturel, mais son esprit comme son corps ne semblaient vouloir résister... Quand bien même auraient-ils pu ?

Le Général entama l’ascension du grand escalier menant à la statue de Poséidon, son pas se faisant de plus en plus pressé à mesure qu'il approchait du but. Le chant de plus en plus clair ne semblait être qu'à quelques mètres derrière le mur. Il ne saurait pas l'expliquer mais à se moment là, son écaille lui permit de récupérer juste ce qu'il faut de concentration pour reprendre conscience. Une seconde plus tard, il pouvait identifier deux présences derrière la porte. Il actionna le mécanisme d'ouverture de la porte, se glissant silencieusement à travers l'ouverture, prenant soin de rester un maximum dans l'ombre. Malheureusement, avec sa perte temporaire de contrôle de lui, il n'avait pas pris le temps de masquer son cosmos pour camoufler sa présence. Le plus puissant des visiteurs ne tarderait pas à le sentir, si ce n'était déjà fait.

La mélodie s’arrêta, la voix féminine enjoint le Marina à sortir de l'ombre. Daken s’exécuta. Une fois le chant arrêter, il avait maintenant reprit le contrôle total de son esprit. Un instant suffit pour qu'il identifie les étrangers comme des Marinas et sans pour autant baisser sa concentration, il avança sans crainte vers l'écaille doré qui lui faisait face. Le monstre reconnu facilement l'armure de la Sirène Maléfique et cligna quelques fois des yeux pour s'assurer d'avoir raison. Un étrange sentiment de déjà vu traversa ses pensées...

Je comprends maintenant ce qui m’a amener jusqu'ici... Non pas que je ne serais pas venu à la rencontre d'une créature telle que vous si j'en avais eu la possibilité... Il passa son regard sur la nouvelle venue, sans pour autant la détailler, ignorant complètement le soldat à ses cotés. Il continua d'un ton amical mais enjôleur.

Je suis le Général Daken de Scylla, protecteur de l'Océan Pacifique Sud, à votre service madame. Enroulant son bras droit sous sa poitrine et levant le bras gauche bien haut, l'Australien se fendit d'une révérence exagéré, avant de se relever pour faire face à la jeune femme.

Si je puis me permettre, vous devriez faire plus attention aux endroits où vous poussez la chansonnette... qui sait qui d'autre vous auriez pu attirer dans vos filets avec des intentions bien moins nobles que les miennes. Daken sourit.
Surtout si tout cela n'était pas volontaire.

Regardant pour la première fois le soldat, témoin silencieux de la scène, Scylla comprit que la jeune femme ne devait pas être familière des lieux.
Une nouvelle arrivante hein ? Lança t-il innocemment à la Général face à lui. Vous pouvez disposer l'ami, je m'occupe de la dame à partir de maintenant. Du moins si vous êtes d'accord très chère ?

Que puis-je faire pour vous être agréable ?
avatar
MirjanaProtecteur de la Sirène Maléfique
Protecteur de la Sirène Maléfique

Date d'inscription : 31/05/2017
Nombre de messages : 25
Age : 20
Double Compte : None!

Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Juil - 19:01
Mon "ami" sourcilla quelques instants, plus qu'il n'en fallut à la suite d'un simple accompagnement. Tout juste revenu d'un monde immatériel et envoûtant, la réalité lui avait frappé au visage comme une flaque d'eau venue réveillée un garde trop endormi. Hébété, son visage m'avait tantôt fait face, tantôt ignoré : il explorait aujourd'hui un véritable retour aux devoirs, tout juste installé dans ce sanctuaire, bien vite reconnu par cette contemplation experte.

Quant à moi, mon esprit ne put être plus posé, voire plus joueur. Car de cet ami, j’avais été amené à croiser le chemin d’une autre personne. Un autre Marina. Fronçant les sourcils, une vaine inspection m’eut aidé à reconnaître l’identité de cet homme paré de son Ecaille : nul autre que scylla ne pouvait être à l’origine de cette aura bestiale. Et les paroles furent alors prononcées, confirmant mes présomptions entretenues jusque-là.

« Enchantée, Général de scylla… », avais-je poursuivi dans l’ombre d’un rictus. « J’ignorai également que le sanctuaire était chargé de viles créatures capables de dévorer les explorateurs en ces lieux. Qui plus est chez Poséidon lui-même… »

Car après tout, c’eut été plutôt la théorie du propre mythe de la sirène. Et à moins d’être envahi ou en présence ennemie, il eut été étonnant qu’ici-même, une agression ait réellement lieu. Mais les hypothèses étaient intéressantes et l’expérience d’un ancien guerrier favorisait généralement la méfiance. Qui pouvait bien savoir quel genre de monstres pouvait bien s’aventurer en terres inconnues pour dévorer une âme bien trop curieuse ?

Moi-même, je ne contestais pas l’ironie. Mais tout le monde n’aimait pas être manipulé…Une œillade et un dernier signe de la main fut alors adressé de ma part au garde venant de s’échapper, juste après qu’il eut balbutié quelques confessions de gêne, et puis de formelles excuses. Je ne m’en formalisai pas.

Avançant de quelques pas, je prêtais plus d’attention à ce nouvel arrivant. Ou ancien arrivant. Tout dépendait des points de vue et des circonstances. Mais toujours était-il que je n’eus pu esquisser -ou lui rendre- un respect solennel, une révérence fonctionnelle. Non, rien de tout cela n’arriva réellement. Toutefois je n’en gardai pas moins un hochement de tête, signe froid mais cordial que j’eus dépeins à plusieurs reprises pendant mes années en Pologne. Pourtant, face aux mots du gardien du Pilier de l’Océan Pacifique sud, je ne plus me résoudre à rester stoïque.

« Oh, j’ai même le droit à une grande révérence ! » J’adoptai là brièvement un quelque chose d’amusé à même mon visage, ironiquement intrigué par les gestes de mon vis-à-vis. « C’est touchant, vraiment. Mais je pense que nous partageons suffisamment le même échelon pour ne pas être au service de l’un ou de l’autre. »

J’aurai pu lui mentir, en marchant vers l’une de ces statues du dieu-Empereur, celle-là même qui m’écrasait de tout son poids. Pourtant je n’avais pas pris la peine de charger l’atmosphère d’une pression supplémentaire…

« A moins que vous ne soyez vous-même pris dans quelques filets d’une étrangère, mais ce serait bien dommage, non ? »

A moins qu’il ne s’agisse d’entamer les vaines taquineries. Je présumai par avance que mon regard mutin venait de s’éclaircir sous quelques nuées d’étoiles, pétillant d’une malice qui ne dura pourtant quelques secondes. C’est peut-être là les dernières traces de feu la journaliste. Je suis bien loin de ne pas être en mesure de me défendre, mais mon cher Daken, vous l’apprendrez à vos dépends.

Ce n’était plus qu’une question de temps pour entrer dans la lumière, après tout. J’observais ainsi du coin de l’œil Daken lorsque j’eus été tenté de tout simplement entrer dans la lumière.

« Eh bien, s’il faut commencer les présentations…Je m’appelle Mirjana de la sirène Maléfique. En effet je viens tout juste d’arriver. Pour ainsi dire, j’ai longtemps cru et connu le chemin qui menait vers notre Dieu, mais jamais je n’y ai mis un pied jusque-là. Ni même cru en être digne un de ces jours, allez savoir pourquoi... »

Peut-être parce que je n’avais jamais osé, jamais cru en mon propre destin. J’ai longtemps fermé les yeux, tenté de traverser la routine d’une vie mortelle, sans pour autant qu’en moi sommeillait tout simplement le cœur d’une voyageuse. Mais cela, il n’y a que moi qui le sait, sous couvert de deux bras qui venaient tout juste de se croiser.

« …Peut-être bien oui qu’au-delà des mythes, il reste encore beaucoup de choses à développer pour une nouvelle arrivante, une « bleue » comme moi, qui sait ? »

Et à défaut d’une voyageuse, la protectrice de tout un Océan qu’il me faudrait aujourd’hui protéger corps et âme. A travers ces questions, je ne portais pas de grandes attentes, mais je demeurais toute ouïe et bien curieuse de ce que cher Daken parviendrait potentiellement à me proposer.
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 238
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Juil - 18:01
Visiblement, la nouvelle incarnation de la Sirène Maléfique n'était pas de ce qu'on pourrait appeler une bout en train. Elle semblait méfiante, demeurant sur ses gardes... Daken ne la connaissait pas encore, mais il aurait juré qu'à ce moment, elle essayait même de le provoquer. Son caractère tranchait nettement avec celui du jeune breton qu'il avait rencontrer un peu plus tôt dans la journée. Mais ce n’était pas un problème, il allait pouvoir lui aussi tomber le masque et parler plus franchement si c'est ce que sa nouvelle rencontre préférait.

Oh, mais ne vous offensez pas de mes manières, j'essayais juste de paraître agréable et courtois. M'est d'avis qu'une approche plus direct aurait été un peu agressive. Ensuite, vous avez entièrement raison, ce sanctuaire est sous la protection direct de sa Majesté Poséidon et garder par ses généraux il n'y à donc aucuns risques que vous croisiez quelques créatures qui puissent vous déranger...

Il laissa volontairement quelques secondes de silences s'installer, prenant un air faussement pensif, avant de reprendre.

Quoique, tout bien réfléchit, il y à bel et bien un « Monstre » en ces lieux. Il passa la main dans sa crête, abandonnant un instant son sourie de façade. Tu l'as dis, nous avons le même rang et tu n'es pas à mon service, pas plus que je ne suis au tiens. Bien qu'il y ait certaines situation où je ne me plaint pas quand on essaye de me manipuler, je voulais juste te signaler gentiment que si cela venait à se reproduire je pourrais ne pas avoir la même patience ni la même courtoisie face à tes...talents de chanteuse...

De nouvelles secondes s’égrainèrent en silence. La menace était à peine déguisé, mais bien qu'ils soient tous les deux du même camps, le Monstre ne se laisserai pas faire. Scylla, observa son homologue un instant en gardant son air grave. Puis la seconde d'après il retrouva son sourire et son air enjoué.

Mais il n'y à aucune raison que cela se reproduise hein Mirjana ? Après tout, tu l'as pas fait exprès...Ton écaille t'a conduite jusqu'ici, elles ont une sorte de mémoire génétique qu'elles peuvent te transmettre, mais ça tu as déjà dû t'en rendre compte. Tu dois être déjà bien familière des capacités que t'offre ton écaille. Et tu ne semble pas être si « bleue » que ça, je me trompe ?

Ensuite, je suis le seul présent au sanctuaire, je pourrais te guider à travers son chemin jusqu'au lieu qui est à présent sous ta garde. J'en viens justement, tu va voire, les Orgues de Basaltes sont un décors sublime, tu devrais y être à ton aise. On pourrait même pousser jusqu'à Atlantis...


Il baissa la tête un instant, parlant à demi mots. J'avoue n'avoir pas eu le temps d'y mettre moi même les pieds...

Où alors on file vers New Atlantis...

Alors ? Général de la Sirène Maléfique, qu'est ce que tu aimerais savoir précisément ?
avatar
MirjanaProtecteur de la Sirène Maléfique
Protecteur de la Sirène Maléfique

Date d'inscription : 31/05/2017
Nombre de messages : 25
Age : 20
Double Compte : None!

Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Sep - 1:38
Pendant un bref instant, je songeais à l'inconnu. A ce courant tyrannique qu'on appelait "Vie". Nul doute que celui-ci m'avait mené sur cette voie sinueuse et marine. Le choix ne m'avait pas vraiment été donné, et c'était là le rappel exercé par ce chant qui composait ma voix. Enfin, si tant était qu'on prenait la peine de l'écouter, cette mélopée marine... Etais-je réellement de taille à servir Poséidon? La vision de cette statue, toute dressée devant nous, balayait de suite mes doutes. Ce fut comme faire face au Dieu lui-même, et même sans l'avoir vu une seule fois de mes propres yeux, moi, Mirjana la "pauvre humaine", savait que ce genre de réflexions ne devait pas trouver lieu entre ces piliers marmoréens.

"Il nous faut continuer à avancer."

Même après avoir pris ma vengeance sur l'assassin de mon père, je me disais que la vie me réservait certainement d'autres péripéties. Preuve en était, avec ce Général venu à ma rencontre. Bien sûr, difficile de se concerter sur ce que l'on aimait ou pas par pure inconscience; naturellement, je devinais que mes envies et mes petites provocations folles ou audacieuses ne faisaient pas l'unanimité. Je n'aime pas les formalités, je les laissais habituellement à Miroslowa, jumelle timide et posée depuis...Depuis notre tendre d'enfance. C'est le seul beau mensonge qui me venait à l'esprit pour voiler la vérité.

Et voilà que les hostilités commencèrent. Rien de grave, que du rappel; ça me donnait la sensation d'affronter quelques choses de trépident. Du coup, la voix de cette soeur perdue faisaient échos dans ma mémoire et ses intonations furibondes me revenaient à l'esprit. "T'es suicidaire Mirjana". Peut-être bien. Peut-être pas. Je n'en faisais rien, si ce n'était garder pour moi cette nouvelle excitation naissante. C'était là, sous un visage posé et souriant car après tout, un journaliste ne témoignait pas de son erreur en public.

Je prends note, toutefois. Et je continue d'aligner mes pas l'un devant l'autre. Imperturbable.

"Nul doute à ce sujet. Peu, bien peu aime se retrouver dans ce genre de situations. Pas même moi. Mais j'ai le sentiment que tout comme l'Océan qui nous entoure, nous serons voués à nous soumettre à la loi du plus fort...Hormis si la ruse s'en mêle bien sûr. Mais un monstre est-il réellement rusé? Je préfère laisser planer quelques doutes à ce sujet."

Auquel cas moi aussi, je serais un monstre et pas des moindres. Ce n'était peut-être qu'un avant goût de ce qui m'attendrait. Ce toit d'eau qui composait notre environnement n'hésitait pas à nous rappeler qu'il y avait toujours plus petit que nous. Plus gros aussi, n'en déplaise à cette baleine qui cheminait tranquillement dans ces profondeurs presque abyssales. Ca me changeait bien des bureaux et du journalisme vers lequel j'avais failli vouer ma vie...Alors face à la menace, mon sourire ne s'évanouit pas. Je prenais tout juste conscience qu'Atlantis désirait respecter une loi évidente pour un environnement tout autre. Martial, injuste, cruel, bref, un cycle de vie sans fin.

"Allons bon, ne me regarde pas ainsi Daken...". Après tout, je ne suis que le bouclier d'un plus grand tout.

"Je n'ai pas la prétention d'user à tout va de mes capacités, quand bien même cela serait tentant. Uniquement si cela est nécessaire."

Ma réponse ne te satisfera probablement pas. Tu repasseras peut-être ta main dans ta crête encore une fois que je ne cillerai pas plus longtemps.

Le fait était que j'étais incapable de lui dire si c'était effectivement une promesse valable. Il n'y a qu'un long silence, une contemplation vers le lointain. Oui et non. Oui, car j'ai subi un entraînement. Non, car cette Ecaille, je viens tout juste de la gagner au prix du sang. Le silence ne confirmait rien, si ce n'était un amusement naturel de ma part, et tout à la fois, une prise de risques dont je n'avais qu'à moitié conscience. Finalement, au bout de quelques secondes, ma langue s'était déliée.

"Voilà qui est flatteur, mais je viens tout juste de gagner mon Ecaille, et je dois avouer qu'elle a fait la moitié du travail. Voyez-vous, je n'ai pas un sens de l'orientation très développé dans mon panel de qualités. Et mon Ecaille me semble joueuse à sa façon, pour me montrer le chemin."

Un rire cristallin m'échappa à l'ironie de cette mention. Désormais, ce serait également à moi de maintenir quelques automatismes de toute évidence. Il était certain qu’un peu d’assurance ne tuait pas, mais une introspection ne me pénaliserait pas non plus.

[color=royalblue]"Enfin, excuse-moi pour la maladresse, je ne désirais pas réellement te manipuler à cette fin. Bon, sauf ce monsieur derrière. Mais je reste persuadée qu'il garde tout de même un bon souvenir de notre entrevue." Un rapide signe de la main indiqua le chemin que venait prendre le garde, hébété de nature. "Vous avez peut-être une vague idée de ce qui...Eh bien, se trame et se fait, ici. Je ne connais Atlantis que dans mes contes, et ces contes-ci ne valent probablement que pour le passé. Il me semble qu'une guerre a détruit une partie de ce qu'on a toujours connu, non? Je me disais que vous pourriez peut-être me donner une précision sur ces fameux piliers...Que je n'ai pas encore vu. Un tour au moins ? "

Qui sait, peut-être aurais-je le luxe d'une balade. Je n'en demandais pas trop non plus, sachant pertinemment que Scylla pouvait tout aussi bien se montrer sous son jour le plus agréable comme le plus hostile. Ce n'était pas nécessairement un baratineur naturel comme j'en connaissais par milliers. Fait plutôt encourageant.

"New Atlantis. Ca sonne un peu futuriste, mais pourquoi pas après tout ! Et je dois peut-être supposer que ces fameux Orgues de Basaltes sont sous ma juridiction, non?"


Vague instinct, au vu du nom plus qu’évocateur de son appartenance.

En un chant muet [PV Daken]