avatar
ElijahChevalier d'Or du Sagittaire
Chevalier d'Or du Sagittaire

Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 146
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Juil - 10:56




Le portail m’avait amené directement devant le Temple du Sagittaire. J’observais son entrée et le considérais un très long moment. Voilà le lieu où j’aurais dû être il y a fort longtemps… Finalement, je décidais d’y entrer pour m’apercevoir que le lieu possédait quelques commodités d’usage bien de cette époque. Quelques meubles par ci par là, un canapé, un fauteuil… Des lieux de commodités qui me paraissaient superflus. Il y avait même des prises internet et une vieille télévision posé dans un coin du Temple. La tentation était bien trop grande pour entrer en contact avec Maria et les enfants de l’Orphelinat. Je déposais mon urne dans un coin du Temple. De mes plus lointains souvenirs, je n’avais jamais connu pareils artifices dans un Temple du Sanctuaire : non que cela ne me problème un quelconque problème mais je considérais ce Temple comme un lieu de repos. Et puis si combat il devait y avoir, tout ceci serait désintégré sous les feux nourris du combat. Finalement, je décidais d’opter pour m’adonner à mon petit plaisir personnel le bricolage. Je cherchais dans le temple une boîte à outil et en trouvais une. Hélas, incomplète, elle semblait posséder le strict minimum syndical au niveau des outils. Pour autant, tant qu’à travailler avec mes mains et m’adonner au plaisir de créer quelque chose, je ne souhaitais en aucun cas utiliser mon cosmos.


Je sortais du temple et m’asseyais sur les marches de l’entrée de mon temple en contemplant le paysage. Il fallait que je fasse abstraction de la périlleuse mission que j’allais mener avec les Chevaliers d’Ors des Gémeaux et du Verseau. Ce n’était pas la première fois que j’accomplissais des actes borderline mais je me jurais que celle-ci serait la dernière. Une fois ceci accompli, je pourrais vouer tout mon être à la Glorieuse Déesse Athéna. En attendant, ce qui était fait était accompli et il ne servait à rien de me morfondre inutilement. La seule chose qui me tracassait légèrement était la manière de savoir comment j’allais pouvoir trouver tout le matériel nécessaire pour créer et fabriquer tout ce que je souhaitais par la force de mon imagination et de mes mains.






Dernière édition par Elijah le Sam 22 Juil - 16:57, édité 1 fois
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 106
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Juil - 13:02
Qu'y a-t-il de mieux pour s'empêcher de penser que de se concentrer sur un effort physique ? Alors que les contours des déboires administratifs qu'il allait affronter pour quitter le monde "normal" et s'intégrer à celui des dieux et des légendes se dessinaient à son horizon, Azir s'était dit qu'il gagnerait un peu de paix intérieure à s'adonner à son rigoureux entraînement.
Le directeur de la Palestre l'avait trouvé faiblard, peut-être un peu maigrelet, et son incapacité à maîtriser parfaitement son cosmos le plaçait comme retardataire par rapport à d'autres membre de la garde dorée. Qu'à cela ne tienne, le Lion se mit en tête de renforcer son corps avant de renforcer son esprit. "Un esprit sain dans un corps sain" disait Rabelais, et il comptait mettre l'adage en pratique, en commençant par la folle lubie de gravir les marches du Sanctuaire jusqu'en haut puis de redescendre les douze maisons dans la journée. Avec un petit supplément "tourisme" pour admirer le paysage une fois arrivé, mais ce détail-là n'avait pas franchi la barrière de ses lèvres.

Le blondinet se leva donc un matin aux aurores, à peu près convaincu qu'il n'aurait pas terminé avant midi ou plus. Il enfila la tenue d'entraînement remise à son arrivée, glissa le téléphone portable fourni dans ses quartiers, préalablement chargé d'une playlist énergique et motivante, puis sortit écouteurs sur les oreilles, afin d'entamer l'ascension Maison du Lion-Temple d'Athéna.

Malgré son obstination, il fut contraint de s'arrêter plusieurs fois, regretta de ne pas avoir embarqué une gourde ou un thermos de thé glacé, et n'osa pas franchir le seuil du Temple d'Athéna de peur de commettre un sacrilège ou quelque chose d'approchant. Arrêté donc devant la chambre du Grand Pope, en plein sous le zénith, il savoura une brise bienvenue, se pausa une bonne demi-heure pour réfléchir et reprendre des forces, puis entama la descente en sens inverse.

Tout à coup, en passant à travers le Dixième temple, il eut un pressentiment. Quelque chose d'indéfinissable, comme s'il sentait quelqu'un proche. Cela ne dura qu'une seconde, mais ce fut suffisant pour piquer sa curiosité et arrêter son pas. Il retira ses écouteurs, éteignit la musique, et prit le temps d'examiner le bâtiment plus avant. Comme les autres, une structure antique remarquablement entretenue, avec de hautes colonnes grecques, des puits de lumière ici et là -moins ouverts que chez le Lion-, une atmosphère à la fois lourde d'Histoire et légère de sérénité.

"J'ai dû rêver..."

La chaleur. L'effort. Ce devait être cela. Donc son initiative fonctionnait encore mieux que prévu ! Satisfait de cette constatation, il reprit sa marche au petit trot pour ressortir, quand il remarqua une silhouette devant lui sur les marches, absente au voyage aller. Il eut un doute. Un mirage ? Avait-il VRAIMENT senti quelqu'un ? Le cosmos ? Qui était cette personne ?

Il s'approcha prudemment, sans parvenir à cacher un regard scrutateur et curieux -un peu impoli à cause de son insistance aussi.

"Bonjour euh... voisin ?"

Une question essentielle à laquelle Athéna n'avait pas répondu : comment reconnaît-on un chevalier d'or s'il ne porte pas son armure ?
avatar
ElijahChevalier d'Or du Sagittaire
Chevalier d'Or du Sagittaire

Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 146
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Juil - 17:00



Une belle journée en somme. Il le fallait de toute façon. Je regardais le paysage du sanctuaire qui se dévoilait sous mes yeux. Rien n’avait changé depuis les nombreuses années qui me séparaient de l’époque où j’étais un chevalier d’argent au service du Sanctuaire. Aujourd’hui même, je peux contempler le temple du scorpion devant moi et sentir celui du Capricorne derrière moi. Les marches sont toujours les même, les temples ont un peu changé mais peut-on vraiment demandé à des hommes et des femmes de vivre dans des lieux vide aux vingtième et unième siècle ? Qu’importe : je resterais fidèle à Athéna et je respecterais cette période où nous vivions dans des conditions simples mais où notre esprit était encore vierge des vices de la technologie. En y repensant, j’avais plus de plaisir à vivre parmi la nature et à bricoler avec les enfants sous le regard amusé de Maria plutôt que de taper des codes sur ordinateurs et de cracker des ordinateurs pour le compte de l’Organisation.

Le soleil baigne mon visage et je laisse sa chaleur se fondre sur mon corps. J’inspire lentement, j’expire doucement. Le vent de la montagne se mêle au zéphyr de la mer. Il y a bien longtemps de cela, je trouvais ce contraste bien étrange, je ne savais pas comment l’expliquer. D’ailleurs, je ne sais toujours pas. Ma quiétude prit fin lorsque j’entendis des pas dans mon temple. Qui cela était-il donc ? La présence se rapprocha lorsque je tournais la tête vers elle. Ou vers lui plutôt. C’était un jeune homme blond qui me lançait un regard insistant et quelque peu curieux. Il me salua en me prénommant « Voisin » d’une voix interrogative. Je me levais alors et lui fit face.



Bonjour. Elijah, Chevalier d’Or du Sagittaire.

Me présentais-je en inclinant la tête et en souriant paisiblement.


Je n’offrais pas de regard suspicieux et je paraissais calme et avenant. Manifestement, cet homme était aussi un Saint au service de la Glorieuse Athéna. Comment le savais-je ? Son attitude me semblait vraiment sincère quant à ma présence. Puis, il m’avait appelé « Voisin » sur un ton telle qu’il voulait s’assurer sur le fait que je n’étais pas un ennemi. Du moins, c’était l’impression que j’avais mais je pouvais me tromper. La suite de la conversation m’apporterait plus d’éclaircissements.



Puis-je savoir qui vous êtes ? Vous ne semblez pas être un ennemi d’Athéna.

Demandais-je en posant mon regard serein mais interrogatif sur le nouveau venu.







Dernière édition par Elijah le Mar 25 Juil - 10:17, édité 1 fois
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 106
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Juil - 22:49
Un sourire soulagé auréola les lèvres d'Azir, content de ne pas avoir commis de faux pas diplomatique en accueillant la mauvaise personne de la mauvaise manière. Et de surcroît il se trouvait renseigné sur l'identité du personnage qui s'avérait être le gardien des lieux.

L'amusement passa dans ses iris d'améthyste uniques en leur genre, tandis qu'il dirigeait le regard vers le Cinquième temple en contrebas.

"Encore heureux j'ai envie de dire ! J'ai parcouru tout le chemin jusqu'au troisième bâtiment sans rencontrer la moindre âme qui vive ! Si j'étais un ennemi, la conquête aurait été facile."

Il reposa les yeux sur son interlocuteur et tendit la main amicalement.

"Azir, chevalier d'or novice du Lion ! Enchanté."

Sur le moment, le blondinet songea qu'Athéna n'aurait fait qu'une bouchée de lui s'il avait été son ennemi. Autant qu'elle gardait bien l'endroit à elle toute seule. Mais c'eut été faire mauvaise impression que de livrer, déjà, ce genre d'anecdotes à un confrère dont il devait acquérir le respect et l'estime.

"Je suis fraîchement débarqué depuis quelques jours, j'espère que je ne dérangeais pas en passant comme ça dans le temple..."

Il faillit ajouter que, si leur était de garder ces mêmes temples, alors probablement ne devaient-ils pas laisser entrer n'importe qui, mais à l'heure actuel la Maison du Lion demeurait vide... par sa faute. Une certaine tolérance régnait probablement à ce sujet, auquel cas Athéna lui aurait certainement déjà remonté les bretelles. Et comme elle-même avait précisé qu'ils pouvait faire autre chose que les videurs sédentaires...

Un blanc s'installa dans la conversation, que le Niçois cherchait à combler, mais il ne savait ni quel sujet aborder, ni de quelle manière s'entretenir avec son homologue tout juste rencontré.

"Vous étiez en voyage ? En mission ?"

Ouais bon début ça ! Continue Azir, c'est plutôt pas mal comme ouverture !
avatar
ElijahChevalier d'Or du Sagittaire
Chevalier d'Or du Sagittaire

Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 146
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 10:24


L’Inconnu, qui se présenta comme étant Azir Chevalier d’or novice du Lion, semblait bien soulagé de connaître mon identité. Il avait raison sur le fait que le Sanctuaire paraissait bien vide et que s’il avait été un ennemi, il aurait pu aisément s’infiltrer ici sans aucun problème. Oui… La conquête aurait été évidente.


Et bien, c’est un plaisir et un honneur de faire votre connaissance Azir du Lion

Déclarais-je en serrant la main du Lion.

Puis, la relâchant, il m’apprit qu’il était fraîchement débarqué depuis quelques jours. Était-ce pour cela qu’il s’était annoncé » comme étant un novice ? Il espérait qu’il ne m’avait pas dérangé. Ce à quoi, je lui répondis par un signe négatif de la tête en souriant amicalement.


Mais non, vous ne m’avez pas dérangé. Bien au contraire, un peu de compagnie fait toujours plaisir. Et puis, nous sommes des compagnons d’arme au service de la Glorieuse Athéna. En ce qui me concerne, vous êtes libre de traverser mon temple comme bon vous semble.

Le rassurais-je, sentant qu’il cherchait à combler le vide que j’avais imposé. Puis, il me demanda si j’étais parti en mission ou en voyage.


Je ne pouvais pas, évidemment, lui révéler la mission que j’avais acceptée de la part de Gareth en compagnie de Camus. Non seulement, cela était un secret mais en plus, je n’étais toujours pas du tout fier de ce que j’allais accomplir. Non que cela ne me paraisse pas nécessaire d’accomplir cette quête mais devoir mentir à mes futurs compagnons d’arme et surtout à Athéna était un acte qui me dérangeait au plus haut point. Néanmoins, je ne montrais rien de mon problème à Azir et demeurais chaleureux et cordial.


Et bien, je suis passé au Sanctuaire il y a quelques jours. J’y ai rencontré quelques anciens amis parmi les Gardes du Sanctuaire. Puis, je suis resté ici. De temps, en temps, je m’absentais pour surveiller les alentours du Sanctuaire.

Expliquais-je en me tournant vers le paysage devant moi et en souriant calmement.


Et vous alors ? Vous vous entraîniez ? Si je puis vous aider en quoi que ce soit, n’hésitez pas à me le demander. Après tout, nous devons bien nous entraider car nous devons nous montrer solidaires entre nous.

Poursuivis-je en tournant mon regard vers lui, mon attitude calme et sereine envahissant discrètement mon temple.







Dernière édition par Elijah le Jeu 27 Juil - 10:32, édité 1 fois
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 106
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Juil - 10:31
Le vouvoiement, après les accueils un peu musclés d'Athéna et Ariake, dérouta quelque peu le blondinet. Plus encore lorsque l'expression "frères d'armes" fit son chemin dans l'air, Azir se sentit gêné. D'un combattant, d'un frère il n'avait rien, du moins pas pour le moment, et il savait que la route serait ardue s'il voulait rattraper ses "pairs" en terme de puissance. Encore fallait-il qu'il le voulût, qu'il tînt bon jusque-là, et de préférence en un seul morceau. Mais il n'existait pas de défi qu'un Lion ne pût relever.

"Je prends note alors. Merci de l'accueil."

Une grimace encore plus embarrassée déforma ses traits tandis qu'il se donnait contenance avec un rire vraiment faux.

"De mon point de vue, je détruisais plutôt l'arène de la Palestre ! Mais il semblerait que je progresse dans la maîtrise de mon pouvoir, et assez vite qui plus est. Suffisamment en tout cas pour éviter de découper tout ce qui bouge près de moi, et je trouve que c'est un bon début..."

Sur ce trait d'humour malaisé, il se frotta les mains comme pour s'assurer que rien de dangereux n'allait en sortir sans sa permission. Sur le coup, l'énergie débordante qu'il maniait l'avait grisé, la présence du Néméen probablement plus encore, pourtant quand il avait constaté les dégâts à tête reposée, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il continuait de figurer dans la catégorie "Dangers publiques", et cette idée le dérangeait.

Un peu pris au dépourvu, il ne sut pas quelles questions poser au chevalier du Sagittaire. Sans arrêt quand il se trouvait seul elles tourbillonnaient dans son esprit, apportant plus d'angoisse qu'autre chose, et maintenant qu'on lui proposait d'y apporter des réponses, au moins quelques-uns, il ne savait pas par où commencer.

Il espéra pouvoir abuser un tout petit peu de la patience de son interlocuteur puis, dans un soupir, lança celle qui l'embêtait le plus depuis qu'il avait pris ses quartiers dans le Cinquième temple :

"On ne m'a pas vraiment expliqué comment se déroule la vie ici par rapport à... comment dire... à "dehors". Je veux dire... tout le monde est à peu près d'accord sur le fait que, désormais, je vais vivre ici. En Grèce. J'ai passé mon entretien d'embauche avec l'armure, je suis un chevalier d'or, ok. Et maintenant, qu'est-ce que je fais de ma vie ? Je veux dire, j'ai fait des études... j'ai un travail... j'ai un appartement... Je vis en FRANCE ! Comment je dois annoncer ça à mon entourage ? Est-ce qu'on peut cumuler une vie "ordinaire" avec une fonction de chevalier ? Comment ça se passe pour bha... l'argent, les soins, la famille, l'anonymat, etc. ? Surtout que je suis arrivé ici de façon plutôt atypique..."
avatar
ElijahChevalier d'Or du Sagittaire
Chevalier d'Or du Sagittaire

Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 146
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Juil - 10:46




Cela est tout à normal : nous devons bien nous entraider.

Répondis-je chaleureusement alors que je constatais la gêne du Lion. Mais, je n’en dis pas plus et faisais en sorte de lui montrer que je n’avais rien remarqué pour ne pas le déranger plus que nécessaire.


Ainsi il m’expliqua qu’il progressait dans la maîtrise de son cosmos mais que cela ne semblait pas si parfait que cela malgré les efforts qu’il accomplissait. Je l’écoutais attentivement et ses quelques paroles faisaient ressurgir des souvenirs de moi au début de mon cheminement pour devenir un Chevalier d’or.


Je ne voudrais pas parler au nom de mes Frères et Sœurs d’Armes mais, en ce qui me concerne, je peux vous avouer que mes débuts n’étaient pas si fameux que cela. J’ai eu la chance d’avoir un maître attentif et des compagnons qui m’ont toujours soutenu dans la difficulté ou l’adversité.

Évoquais-je d’une voix claire et apaisante alors que je souriais tranquillement.


Je suis persuadé que vous progresserez au contact de l’aventure qui se dresse devant vous. Vos rencontres avec vos amis ou vos ennemis forgeront votre expérience. Votre vécu et la recherche d’une noble cause à atteindre vous permettront, sans nul doute, de devenir un fier et valeureux chevalier au service de notre Glorieuse Déesse. Persévérez sans jamais abandonner ni vous détourner du droit chemin.

Le rassurais-je alors que je tapotais amicalement son épaule.

Son inquiétude, je la comprenais parfaitement. D’ailleurs, je ne savais vraiment pas si j’étais la personne la mieux placée pour le réconforter ou lui donner une réponse satisfaisante. Pour la simple et bonne raison que, moi-même, je n’en avais pas. J’avais un devoir et un but. Néanmoins, même si j’avais des certitudes au fond de mon cœur, je ne pouvais les oublier. Après tout, j’avais combattu pour Athéna et pour eux. Maria et les enfants étaient protégés autant que cela était possible et nécessaire. Hélas, je n’allais pas affronter seulement de simples civils : j’allais combattre des élus du cosmos voire peut-être des dieux.



Il n’y a pas de réponse toute faite à votre interrogation Azir. J’ai déjà fait mon choix à titre personnel. Cependant, dans l’état actuel des choses, vous n’avez que deux possibilités qui s’offrent à vous.

Déclarais-je en me levant et en étirant les bras tout en poussant un petit soupir d’aise.


Soit, vous choisissez la voie de la raison. Vous oubliez votre passé et vous vous consacrez uniquement à la voie de la chevalerie. Ce faisant, vous devrez alors mettre un terme définitif à votre ancienne vie pour vous consacrer à Athéna, vos missions et vos compagnons d’armes.

Poursuivis-je alors que je regardais le paysage devant moi, mon regard se perdant au loin, comme si je pensais à autre chose.


Soit, vous choisissez la voie du cœur. Vous demeurerez un chevalier d’Athéna en toutes circonstances mais vous ne sacrifierez pas votre vie pour autant. Vous devrez alors trouver un équilibre parfait entre la nécessité d’une vie ordinaire et les obligations d’un destin extraordinaire.

Expliquais-je en me tournant alors vers le Chevalier du Lion et en posant, inconsciemment, un regard lourd de sens sur lui.


Dans tous les cas, l'Épée de Damoclès, qui trônera au-dessus de vous aura plus ou moins d'importance à vos yeux selon la valeur que vous accordez à vos proches.

Dévoilais-je en appuyant de plus en plus ce regard tout en croisant mes bras pour lui faire passer ce message. Puis, laissant encore un long moment de silence s'installer afin qu'il puisse réfléchir par lui-même et qu'il prenne sa décision, je retrouvais mon attitude douce et sereine en rajoutant...



Personne ne peut choisir pour vous Azir car votre décision n’appartient qu’à vous. Néanmoins, je comptais gagner un peu d’argent en vendant des meubles et des objets que j’aurais fabriqué moi-même dans la ville d’Athènes. Ce n’est pas très loin du Sanctuaire et j’espère pouvoir subvenir à mes besoins.

Avançais-je alors d’une voix un peu plus entraînante et joyeuse qu’auparavant





Dernière édition par Elijah le Mer 2 Aoû - 19:13, édité 1 fois
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 106
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Juil - 12:19
Un simple remerciement, et voilà qu'Azir avait l'impression d'entendre un écho. L'homme face à lui venait de lui répéter presque mot pour mot la même chose en moins de deux minutes, ce qui laissa au chevalier du Lion un doute sur sa santé mentale.

Toutefois Elijah développa beaucoup plus la question de l'apprentissage, arguant avec plus de conviction quand il mentionna la foi en Athéna, l'expérience et les relations sociales. C'est avec une pointe d'amusement que le blondinet releva le curieux mélange d'aristotélisme, de platonisme et de l'éternel discours sur les valeurs sociales humaines qui se reprenait depuis l'aube des temps. Mais malgré cette approche rationnelle de la chose, il s'en trouva suffisamment stimulé pour écouter les oreilles grandes ouvertes et se laisser séduire -un peu.

"Wouaw... il va falloir que je m'entraîne à parler comme ça aussi."

Et soudain, l'atmosphère changea, se durcit. L'expression jusque-là joviale du Sagittaire, à la limite de la niaiserie tant il souriait, se mua en quelque chose de sérieux, de tranchant, un aperçu du guerrier sous les traits du jeune homme. Dès les premières intonations de sa voix, Azir planta son regard dans le sien, franc et honnête, le soutint.

Un froncement de sourcils appuyé vint donner aux traits juvéniles de l’Égyptien l'autorité et la prestance que ses doutes lui avaient ôté. Il balaya l'air d'un mouvement de main pour écarter l'idée que, dans son raisonnement, le Dixième Gardien lui avait proposé en première.

"Ce n'est pas un choix que vous m'offrez là ! Qui pourrait supprimer son passé de la sorte, l'oublier ? Ce n'est pas Raison que de s'abandonner à l'action sans réfléchir. Un Homme est ce qu'il est car il a été façonné par des épreuves, par des souvenirs, par une éducation, par des réussites et des échecs. Un Homme est un Homme parce qu'il pense, parce qu'il tire des leçons de ses expériences, parce qu'il agit en conséquence ! On ne peut pas vivre simplement dans le présent en oubliant ce qu'on est ! L'Histoire a prouvé, elle aussi, que ce n'est qu'en apprenant du passé qu'on peut construire le futur et progresser ! Et elle a montré, aussi, que les Hommes ne sont jamais plus forts que lorsqu'ils ont quelque chose à protéger et qu'ils sont sur le point de perdre... La liberté, l'amour, la vie..."

Réalisant qu'il avait haussé la voix sans s'en rendre compte, le Lion se força à expirer longuement pour se calmer. Elijah récitait probablement l'un des nombreux discours que l'on servait à tous les soldats -car c'est bien qu'ils étaient, des soldats ?- pour les inciter à aller au combat. Il n'y avait donc pas vraiment besoin de s'énerver contre lui ou d'engager un débat d'idées sitôt rencontrés. Pourtant, la seule idée qu'on pût s'en prendre à sa famille pour l'atteindre, parce qu'il choisissait d'être un chevalier pour aider les autres, lui fit serrer le poing.
Ses parents avaient tout donné pour qu'il grandît dans de bonnes conditions, avec une bonne éducation, une aisance qu'eux ne possédaient pas. La moindre des choses consistait à les aider à son tour, avec l'argent qu'il gagnait, avec l'amour qu'il nourrissait à leur égard, avec la réussite qu'il se devait de saisir. Rejoindre Athéna allait-il en ce sens ?

"Si l'on s'en prend à ceux que j'aime, je ne réponds plus de rien. Vous ne pouvez pas me demander de les oublier, c'est tout bonnement impossible."

Soudain, Azir resta bête pour quelques secondes. L'évocation des meubles, après des paroles aussi sérieuses, désamorça toute colère en lui. Il dévisagea Elijah en papillonnant des paupières, pas sûr d'avoir bien entendu.

"Des meubles... ? C'est comme ça que vous gagnez votre vie... ?"
avatar
ElijahChevalier d'Or du Sagittaire
Chevalier d'Or du Sagittaire

Date d'inscription : 31/12/2016
Nombre de messages : 146
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Aoû - 19:30




J’aurais bien voulu mais malheureusement ce n’est pas le cas. Dorénavant, c’est ainsi que je souhaiterais gagner un peu d’argent si possible

Répondis-je en souriant calmement. Puis…


D’ailleurs, il semblerait que vous ayez trouvé par vous-même la réponse à votre propre interrogation. Finalement, j’ai presque envie de vous inciter à vivre votre vie comme vous l’entendez et de la manière dont vous le désirez sans trop vous poser de questions.

Énonçais-je doucement alors que je passais à côté de lui et que je posais un pied sur la première marche de mon temple en tournant la tête vers le Lion d’Or.


Je souhaite simplement que le prix à payer ne soit pas un fardeau trop lourd à porter pour vous. Mais, je vous comprends…

Déclarais-je d’une voix grave avant de tourner la tête vers l’entrée de mon temple, demeurant silencieux un court instant avant, soudainement, de lever mes bras et de les étirer un poussant un soupir d’aise.



Il y a une femme et des enfants qui m’attendent quelque part dans ce monde. Il y a longtemps de cela, j’ai abandonné ma noble déesse et mes anciens compagnons d’armes. Mais, j’ai défendu sa cause en contribuant à rendre ce monde un petit peu meilleur par des actions peu recommandables. Désormais, ma voie est celle du pardon et de la rédemption…

Évoquais-je pensivement alors que je croisais les bras, imprimant un très long moment de silence où chaque souvenir de l’Orphelinat se matérialisait dans mon esprit sous la forme de nombreux, merveilleux mais rares moments que j’avais passé avec eux. Puis, après un petit silence...


À vrai dire, sans prétention aucune, je ne me débrouilles pas trop mal dans ce domaine et ça m’apaise l’esprit. Et puis, ça fait partie aussi de mon entraînement…

Avouais-je en souriant, me rendant bien compte que mon hobby devait être un peu bizarre aux yeux d’Azir. J’intensifiais ma cosmo énergie devant lui alors que je tendis la paume de ma main gauche devant moi. Un léger sourire alors que…


Imagines...

Murmurais-je en fermant les yeux.


Structures...

Chuchotais-je alors que prit forme les contours d’un marteau, sous la forme d’une silhouette dorée.


Et crée...

Conclus-je alors que j’ouvris les yeux lorsque la silhouette se solidifia pour donner naissance à un marteau d’or. Enfin, le manche prit la couleur et la texture du bois tandis que la table de l’objet devint une pierre. J’éteignis mon cosmos et observais l’objet un court instant avant de hocher la tête satisfait.


Pas mal… En attendant d’avoir assez d’argent pour m’offrir une caisse à outil, je pense que ça ira.

Déclarais-je en souriant en regardant Azir.

En vérité, j’avais accumulé assez d’argent pendant huit ans alors que j’étais dans l’Organisation. Malgré tout, cet argent avait servi à l’Orphelinat. Il était sale mais je n’avais pas vraiment le choix : Maria et moi connaissions la provenance de l’argent que je ramenais à l’Orphelinat. Même si ces récompenses étaient sur le dos de nombreuses missions bien contraire à la loi de la morale et de l’éthique, elle servait à une bonne cause. Dorénavant, je ne me servirais plus de cette manne financière : je voulais agir comme un fier et loyale chevalier au service d’Athéna. Je gagnerais de l’argent honnêtement : par la sueur de mon front et le mérite des efforts, au moins, je pourrais vivre avec honneur et sans honte.





Dernière édition par Elijah le Dim 6 Aoû - 9:28, édité 1 fois
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 106
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 3 Aoû - 12:57
Le mélange dans la conversation d'un sujet aussi sérieux que la position des chevaliers vis-à-vis de "l'extérieur" et d'un loisir décontenançait Azir. Sans trop savoir sur quel pied danser, il observa Elijah tandis qu'il lui parlait avec une amertume certaine sur le visage, parler succinctement de sa vie, de son ailleurs. Avait-il renoncé, lui, à son passé ?

Sans trop s'en rendre compte, le blondinet croisa les bras pensivement en imaginant une femmes et deux bambins -pourquoi deux ?- isolés dans une maison de campagne quelque part dans le monde. Sur ce plan-là il connaissait la chance de ne pas être engagé dans une relation sentimentale, auquel cas sa conjointe aurait dû être morte d'inquiétude à l'heure actuelle. En espérant que ce ne fût pas le cas de son pauvre chat.

Elijah le ramena violemment à la réalité quand il parla d'entraînement. Cela signifiait-il que les chevaliers devaient savoir bricoler... ? Ou bien peut-être disait-il cela pour parler d'un exercice plus particulier, forger l'habileté avec laquelle il utilisait son cosmos par des travaux plus simple, plus précis. Dans ce cas Azir y serait peut-être confronté plus tard, quand il maîtriserait ses propres facultés. Ou peut-être pas ?

Le Sagittaire lui tendit la main sans rien dire qui mettait fin à la conversation. Sur le moment, le Lion crut qu'il le saluait avant de reprendre son activité, auquel cas il leva le bras pour la lui serrer courtoisement. Il suspendit toutefois son geste en sentant aussitôt la même sensation étrange qu'avant de rencontrer son homologue. Une sorte de frisson parcourut ses membres sans s'estomper, et c'est alors qu'il vit une lumière dorée jaillir de la paume tendue de l'homme face à lui.

***Le cosmos... !***

Il écarquilla les yeux en remarquant que la lumière en question, très concentrée, prenait une forme familière : celle d'un marteau. Mais plus encore, le marteau en question prit consistance, couleur, solidité.

"C'est impossible..."

Soufflé par la démonstration -Elijah venait de CRÉER à partir du néant !-, Azir ne sut que dire. Il regarda tour à tour l'outil et son créateur, acheva le geste qu'il avait amorcé pour venir toucher du bout des doigts le manche de bois, la tête caillouteuse. Et ses sens lui indiquèrent tous que l'objet était authentique, quand sa raison lui hurlait le contraire. Création de lumière, quelque chose que ni la science ni les fameux alchimistes du Moyen-Âge, ne purent jamais mettre au point.

Inconsciemment son propre cosmos réagissait, et il réalisa qu'il se trouvait nimbé d'une aura lumineuse, bien plus faible, bien plus vacillante, qui retomba tout de suite. Azir secoua la tête, un peu chamboulé.

"Est-ce que mon esprit me joue des tours ? Ou peut-être le soleil... Je n'en crois pas mes yeux, ce que vous venez de faire, c'est... !"

Le sourire du Sagittaire lui confirmait pourtant ce qu'il venait de voir, de ressentir. Une idée folle germa alors dans la tête du Niçois : pourrait-il reproduire le même prodige un jour ? Pour quoi s'en servirait-il ? L'idée de créer quelques billets de banque pour les envoyer à sa famille et leur assurer la sécurité financière l'effleura, aussitôt refoulée par la fierté du couple. Ils refuseraient tout net, l'argent ne provenant pas du travail et de l'application de leur fils, mais d'une "tricherie" déshonorante. Et au fond le jeune homme se serait reproché la même chose.

"J'ai vraiment besoin de m'entraîner. Quand je saurais faire ça, je vous l'offrirai votre caisse à outils. Et je vais commencer tout de suite en finissant mon jogging, d'ailleurs !"

A son tour, le blondinet sourit, tendit le bras pour une véritable poignée de mains cette fois, puis ressortit téléphone et écouteurs. Lorsque le son caressa ses tympans, il fit un signe d'au revoir au Sagittaire.

"Je vais vous rattraper ! Coûte que coûte ! A la prochaine !"

Athéna aurait un sacré choc quand elle découvrirait les progrès qu'il allait faire.

[RP LIBRE ] La Paix du Retour