avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 12:16
Betsabée pris deux fois à droite et deux fois à gauche après le grand boulevard peuplé de myriades de voitures. Pretoria, située en Afrique du Sud était une grande ville, et riche qui plus est. Elle attirait des foules de touristes et son aéroport en crachait sans cesse.

Le bar se trouvait dans les petites rues loin de la mairie, près du bordel pour les étrangers. La devanture en bois foncée, un peu craquelée, aux peintures de femme aussi blanche que la lune, enrobée, en tenue de sirène, écailles rouges et bleues, dégoulinante de peinture fraiche. L’artiste lui avait dessiné un sourire aguicheur. La spectre, une Marlboro à la bouche, passa la double porte grande ouverte. Des tables et des chaises dignes d’un western débordaient jusque dehors, autour de petites tables carrées, aux pieds ouvragés.

Elle portait un costume Armani bleu aux fines rayures blanches à quatre boutons par-dessus un gilet blanc et une chemise blanche à col anglais avec son pantalon assortis. Des richelieuses blanches elles aussi à bout plus pointu que la moyenne complétait le tout. Lorsqu’elle s’assit sur un tabouret du bar, à l’ombre, des chaussettes à motif jacquard dépassèrent de ses chaussures. Personne n’aurait pu dire qu’elle était de sexe féminin, son déguisement était parfait.

Betsabée avais battu un type jusqu’à ce qui lui donne les informations qu’elle cherchait –à savoir quels gangs traînaient afin de les contrôler. Elle savait désormais quelques unes de leurs planques afin de s’en débarrasser. Son camp ne tolérais pas ce genre de pègre, nuisant au travail quotidien. Les seuls maîtres devaient rester ceux du camp d’Hadès.
Face au travail bien fait elle avait décidé de se détendre. Elle alla donc au bar et après une bouffée, elle commanda.

<< Toi, désigna-t-elle de sa cigarette le barman. Un scotch avec deux glaçons. >>

Sa voix était grave et basse. Une voix d’homme maîtrisée d’avoir passer des heures devant le miroir. Ses paroles ne souffraient d’aucune politesse, c’était un ordre pur et simple. Le barman avait l’habitude.

Elle lui demanda : << - Quelles sont les affaires ?
- Des filles disparaissent. D’autres reviennent, ce ne sont jamais les mêmes. L’épicier du coin s’est fait cambrioler. Le maire a une maîtresse. Les gangs sont dispersés mais font du grabuge côté ouest. Ils combattent les nouveaux Dieux, chuchota le barman, un jeune noir avec toujours sa casquette sur le côté.
- Les combattent comment ? grogna Betsabée.
- Ils essaient de trouver d’autres… il regarda à droite et à gauche, aux aguets. Ils cherchent d’autres « Eveillés »
- Ce sont des imbéciles, parla plus fort Betsabée. Bons à bouffer la merde des autres, ça ne m’étonne pas d’eux. Toujours à compter sur leur prochain. Elle parla moins fort. En ont-ils trouvés ?
- Non pas pour l’instant. Mais ils ont des pistes. Ils voyagent. Ils nouent des alliances. Ils oublient qui sont leurs maîtres.
- Tu parles bien pour un stupide barman, j’aime ça. Elle avala cul sec. Un autre, exigea-t-elle en tapant son verre contre le bar. >>

Peut être se croyaient-il discrets mais une oreille attentive aurais pu savoir ce qu’ils préparaient, dans l’ombre. Ils avaient l’air en grande discussion. La spectre n’arrêtait pas de tordre son pied d’impatience, comme si elle était nerveuse et elle fronçais les sourcils, très concentrée.

avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 16:11
C'était à Tel-Aviv que le philippin avait pour la première fois pris conscience des avantages conférés par le port de vêtements chic. Il avait depuis eu maintes occasions de jouer les pingouins et il s'était peu à peu habitué à l'expérience mais tout de même, pourquoi fallait-il toujours que ces habits – taillés sur mesure ou non – soient aussi inconfortables ? Heureusement, cette fois il n'avait pas besoin de se faire passer pour un représentant de Malik Al-Aswad évoluant dans les hautes sphères, aussi pouvait-il se permettre une tenue plus décontractée et plus indiquée pour les températures de la capitale sud-africaine. Jean robuste, chemise simple dévoilant ses bras musclés et couturés de cicatrices, son fidèle foulard noué à la ceinture. Voilà qui ne l'empêcherait pas de bouger si d'aventure il se retrouvait à devoir défoncer quelques crânes. Une possibilité alléchante, il avait du stress à évacuer...

À son grand regret, personne n'était venu lui chercher des noises lors de sa progression dans les quartiers louches de la ville. Peut-être l'endroit n'était-il pas assez mal famé, ou alors il n'était pas une cible suffisamment intéressante. Peut-être aurait-il dû venir avec un costard et une montre en or au poignet, tout compte fait... Même pas la plus petite bagarre d'ivrognes pour tromper son ennui pendant les trois-quarts d'heure qu'il avait passés à attendre dans cette imitation de saloon en éclusant verre après verre de spiritueux au degré d'alcool croissant, c'était un comble !

Puis le papillon infernal que Xing Huo gardait dans sa main fermée commença à s'agiter. Une seconde plus tard, la personne qu'il était venu rencontrer franchit le seuil et se dirigea vers le comptoir avant de se mettre à conspirer avec le barman tout en laissant filtrer une insulte pas si discrète. Était-ce vraiment une conversation secrète ?

« Bon, quand faut y aller... » se motiva le vieillard ankylosé en se relevant difficilement. Il n'aimait pas interrompre un collègue dans son travail mais il n'avait pas tellement le choix, les moyens moins intrusifs comme les Fées, les e-mails ou le téléphone ne se prêtant pas toujours à certaines conversations. Il se traîna jusqu'au bar et, après une seconde d'hésitation, tapota du doigt l'épaule du nouvel arrivant.

« Il faut qu'on parle. »

Dans le même mouvement, il posa son verre sur le comptoir et demanda qu'on lui apporte le tord-boyaux le plus fort de la maison, lequel se trouvait très fortuitement sur une haute étagère à l'autre bout de l'alignement de bouteilles dans le dos du barman. Voilà qui devrait l'occuper le temps des présentations.
avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 16:54
Betsabée discutais tranquillement avec le barman lorsqu’elle sentit quelques chose… sur son épaule. Un doigt plus précisément. Elle sursauta violemment et le barman sursauta aussi car sa réaction lui avais fait peur. Elle détestait les contacts physiques au plus haut point. Cela lui rappelait les rares nuits de débauche qu’elle avait détesté, mais surtout son statut de femme. Comme si chaque contact la brûlait systématiquement.
Elle vit alors un gars pas ce qu’il y a de plus lambda : des moustaches à la Dali, des bras couturés de cicatrices. Ce type ne venais pas du coin c’est sûr. Elle inspira une longue bouffée avant de la souffler sur la tête du nouveau venu –ce n’était pas voulu, de toute façon cette odeur de cigarette s’accrochait à tous ses vêtements.

<< Il faut qu’on parle, éructa le nouveau venu. >>

<< - Oh mon Dieu tu me trompes ? Dis donc t’es pas un gars qui viens d’ici ? Tu t’es perdu ma jolie ? T’as besoin de discuter ? Incroyable que tu m’ais fais peur j’ai peur de rien moi. Même pas de la mort car elle est un peu le maître de mon destin tu vois ? >> le charria-t-elle.

Elle inspira une longue bouffée et écrasa sa cigarette. Elle commença à prendre son paquet entamé.

<< Tu fais quoi ici ? Les putes c’est à côté et c’est pas cher pour ce que c’est. T’es friand au fromage ou plus chocolat ? >>

Betsabée avait un caractère détestable, celui du bon pote mais qui charrie sans cesse les femmes et les traite comme des objets. A force qu’elle sois dans on rôle elle n’arrivais plus à faire la part des choses et c’est comme si cela faisais partie d’elle –de façon sincère.

<< J’espère que c’est très trèèès important ce que t’as à me dire que je déteste perdre mon temps avec des gens qui n’ont pas des bonnes infos à me donner. T’es gentil ou pas ? >>

Pour se faire des infos il fallait se mettre bien avec tout le monde et si ce type était venue la voir sans fioritures, c’est qu’il avais des choses très importantes à lui dire –des menaces peut être, elle adorais les menaces c’était l’occasion de se foutre de la gueule de l’autre, elle était bonne à ce jeu là.

Lorsqu’il commanda l’alcool le plus fort elle cria « Olé ! Vive l’alcool ! » en se rallumant une cigarette de son briquet ouvragé : des cocotiers étaient gravés avec l'appélation "Pretora meilleure ville d'Afrique". Elle achetais toujours un briquet de chaque ville ou elle allais, c'était son habitude.

Il leur servis de la vodka russe avec un soupçon de citron. Elle bus une petite gorgée et ses sens s’émerveillèrent.

<< Ouah ça arrache trop la gueule ! frissonna-t-elle du plaisir de boire un truc fort. T’es un vrai toi, ricana-t-elle ensuite en dégustant son breuvage. >>

Oui Betsabée était un vrai moulin à paroles, se vantait mais surtout… adorais l’alcool.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Sep - 19:53
Le blanc-bec n'avait même pas eu à prononcer un mot pour donner envie au Cyclope de lui incruster le visage dans le bois massif du bar, c'était un nouveau record. Et quand il se mit à parler, le jeunot détrôna définitivement et sans difficulté aucune le précédent champion toutes catégories de la discipline, le regretté Hélios de la Balance. Il aurait été si facile de lui infliger un sort semblable à celui de l'ahuri plaqué or, de lui tordre le cou ici et maintenant avant de poursuivre la discussion dans l'Au-delà. Le Bourreau par exemple n'aurait pas laissé une telle insolence impunie, pas plus qu'il n'aurait considéré l'ignorance de son interlocuteur comme une excuse valable... Mais voilà, ça ferait désordre. L'ancêtre chassa donc la fumée de cigarette d'un revers de la main et prit place sur un tabouret voisin.

« Mille pardons, j't'avais pris pour un maquereau. » grinça-t-il en réponse à l'insulte... Une rebuffade insuffisante de toute évidence, puisque le freluquet se permettait de s'enfiler la boisson du Spectre ! L'option du cassage de gueule apparaissait de plus en plus séduisante : après tout n'était-ce pas le Faucheur Lui-même qui avait décrété qu'à l'avenir, l'armée infernale ne devrait plus intégrer que des soldats morts au moins une fois pour mieux s'assurer de leur loyauté ? Malgré cette excellente raison de rendre ce « service » à son collègue Terrestre si loquace, Xing Huo parvint une fois de plus – sans doute la dernière – à se retenir.

« Hé barman, j'ai jamais dit que je payais pour ce type ! » réprimanda-t-il l'employé en confisquant la bouteille qu'il venait d'apporter – non sans déposer un billet sur le comptoir en échange – avant d'engloutir le contenu de son propre verre. De la simple vodka, c'était ça leur alcool le plus fort ? Quelle déception, la Liche ramenait de la bibine autrement plus corsée de ses excursions dans son pays natal... Il but une bonne rasade supplémentaire directement au goulot puis reprit la parole quand il eut fini de se rincer le gosier.

« Même pas peur, c'est ça oui... écoute bien p'tite tête, on bosse pour le même patron alors tu peux arrêter l'esbrouffe. C'est bon, j'ai ton attention là ? »

Il regrettait presque de dévoiler si tôt son identité et ainsi de laisser filer une excellente excuse pour corriger l'attitude de l'autre au cas où celui-ci continuerait de l'asticoter mais tant pis, il fallait bien qu'il donne une chance à ses coreligionnaires. Hélas.
avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Sep - 15:03
Betsabée n'était pas fine psychologue, cependant, elle pouvait voir que le type en face d'elle n'avais du tout envie de prendre des pincettes.
Sa tentative de diplomatie devenait un lamentable échec au fur à mesure qu'elle s'enfonçait en discutant avec lui. Elle était quasiment morte de rire face aux regards noirs que lui lançait Celui-qui-ne-voulait-pas-dire-son-nom. Elle éclata de rireface à l'insulte de l'homme qui la prenait pour un maquereau.

<< - Si je suis un maquereau t'as pas vu les thons? >>

Au secours c'était peut être la blague de trop. Peut être même la dernière que Betsabée de l'Etoile Terrestre du Larcin aurais pu dire, mais ça, elle ne le savais pas encore.
Elle le regarda prendre la bouteille des mains du barman avec indifférence. C'était pas ses problèmes mais si ça s'envenimais il aurais fallut qu'elle protège sa taupe.

« Même pas peur, c'est ça oui... écoute bien p'tite tête, on bosse pour le même patron alors tu peux arrêter l'esbrouffe. C'est bon, j'ai ton attention là ? » répliqua-t-il, alors qu'on aurais pu entendre un gong sonore tant ce fut abrupt.

Je pense que l'image de Betsabée se décrochant la machoire serais une bonne description de sa réaction face à la phrase du type. Un autre spectre?! Ici?! Et si c'était son officier supérieur elle était vraiment mais alors vraiment dans la merde. On lui avais décris les autres spectres des factions mais comme elle n'avais pas la mémoire des noms -surtout qu'elle s'en fichait en fait, ça ne l'intéressais pas. Elle avais sa petite vie à elle. Elle les évitais aussi, pour ne pas griller son éternel statut de femme -c'était plus grave si certaines personnes de son camps le savais, mille fois plus grave que tout.

<< - Vous avez toute mon attention. Nous pouvons parler, il ne dira rien, disa-t-elle en regardant le barman. Cependant ça m'arrangerais si quelqu'un pouvais nettoyer les tables ou une autre connerie du genre pour nous laisser seuls. >>

Lorsque le barman fut partis à bonne distance, elle commença ses questions. Son rythme cardiaque commençais seulement à décellérer.

<< Okay j’arrête mon cinéma deux minutes. Qu’est ce que vous avez à me dire ? Des choses graves ? C’est mon énième boulot depuis ma réincarnation et ça fais presque deux semaines que je suis là. Vous êtes venus chercher des informations ? Je suis à votre service. >>

Si il y avais bien quelque chose que Betsabée respectait, c'était le travail bien fait et tout ce qui en découlais. Aider un collègue, c'était amplement dans ses cordes.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Sep - 22:28
Et bien, quelle transformation ! Un revirement à cent quatre-vingt degrés, le jeune sot passait de l'irrespect le plus total envers ses aînés à un sérieux digne d'un Spectre modèle. Quoique, Xing Huo était-il réellement son aîné ? Contrairement à ce que laissait entendre son interlocuteur, le vieillard lui n'était pas l'énième avatar des Cyclopes d'antan et à ce titre l’Étoile Terrestre du Larcin pouvait très bien être considérée comme plus âgée... Ou pas, vu que la durée de vie de nombreux guerriers infernaux lors de maintes Guerres Saintes du passé avait pu se compter en jours.

Mais assez de ces histoires d'aînesse et de préséance, il n'était pas venu prendre un cours d'étiquette ! Il s'excusa d'un geste pour le dérangement qu'il imposait au barman – le pauvre ne faisait que son boulot – et croisa les bras en toisant le petit malin. Il laissa passer quelques secondes le temps de savourer le changement de ton, puis revint aux choses sérieuses.

« J'aime mieux ça... Xing Huo du Cyclope, Étoile Terrestre de la Brutalité, tout ça tout ça. » dit-il à voix basse en tendant la main vers son collègue, lui signalant par la même occasion que maintenant qu'il avait appris sa leçon, on pouvait se laisser tomber le formalisme. Continuant sur sa lancée, il aborda la raison de sa visite : « S'il y a des choses intéressantes à savoir sur cet endroit je t'écoute mais c'est pas vraiment pour cette raison que je suis là. Je suis surtout venu voir comment ça se passait pour toi et livrer mes propres renseignements, c'est que la situation a bien changé au bercail. »

L'ancêtre s'autorisa à remplir de nouveau son verre tout en remettant ses idées en ordre. Par où commencer... Il proposa de resservir le blanc-bec puis reprit.

« Les jaunes ont envoyé l'un des leurs au Château pour... je ne sais même pas pourquoi d'ailleurs, tout ce que je sais c'est que ça a mal tourné et que c'est la sœur du patron qui l'a renvoyé à sa niche avant de prendre ses aises chez nous. Puis elle s'est énervée parce qu'elle n'aime pas qu'on garde nos petits secrets et là elle est allée voir les jaunes pour se venger, on attend de voir quelle tuile va nous tomber dessus en conséquence. »

Parler de la mesquinerie d’Éris lui avait donné envie de boire une bonne lampée, ce qu'il fit promptement. Pas juste, pour une fois que la vie... euh, l'existence leur souriait, il fallait que la Discorde vienne tout gâcher.

« Sinon on a deux nouveaux Juges, Griffon et Garuda. Voilà pour le rayon bonnes nouvelles. »

Il y avait aussi des nouvelles neutres, ni bonnes ni mauvaises, mais il allait d'abord attendre que le jeunot digère ce qu'il venait d'entendre, pose ses questions s'il en avait et éventuellement le mette au parfum s'il jugeait lui-même détenir des informations pertinentes.
avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Sep - 10:13
Le changement de ton semblait faire plaisir à l’inconnu, lorsqu’il se présenta, elle fit de même.

« Enchantée. Betsabée, étoile terrestre du larcin. Nous sommes dans le même groupe. »

Maintenant elle se souvenait de son nom. Une étoile terrestre, tout comme elle sous l’égide du régiment de la Wywern. Son désormais collègue apparemment. Il n’avait ni l’air fou ni bizarre, et même particulièrement intègre. Un bon point pour lui. Ca lui rappelait qu’elle était mentalement dérangée. Un fugace souvenir de d’hurlements délicieux passa dans on esprit et elle eut un petit sourire de satisfaction.
Lorsqu’il lui tendit la main elle la serra fermement, comme le ferais un homme de son acabit.

« S'il y a des choses intéressantes à savoir sur cet endroit je t'écoute mais c'est pas vraiment pour cette raison que je suis là. Je suis surtout venu voir comment ça se passait pour toi et livrer mes propres renseignements, c'est que la situation a bien changé au bercail, continua Xing Huo. »

« Très gentil de votre part, commença Betsabée sans faux semblant. La routine. De la racaille essaie de se défaire de l’emprise des spectres. Ils cherchent des alliances avec les autres éveillés mais je ne sais pas encore de quelle ampleur. J’en ai tabassé un ou deux pour avoir ce que je voulais. Le reste, comme vous voyez, continua Betsabée en désignant le barman, une bouffée de cigarette en plus, ce sont les gens très intéressants, qui peuvent rapporter des tas de bonnes choses. »

Lorsqu’il lui proposa de la resservir, elle préféra refuser.

« Les bonnes choses sont meilleures à petit feu. »

C’était surtout que alcool égal sucre égal gras. Elle n’avait pas du tout envie de prendre quelques kilos que ce fut. Mais ça, elle ne le dirait pas, même sous la torture.
« Alors, les nouvelles ? demanda-t-elle alors qu’il reprenais une gorgée. »

Elle comprit que les jaunes désignait les chevaliers d’Athéna. Et la sœur d’Athéna était… Eris. De fil en aiguilles elle comprit le problème.

« En gros cette gonzesse a foutu une belle merde. Elle allée raconter quoi aux « jaunes » ? Y a déjà du mouvement ? Quand est ce que ça s’est passé ? »

La bonne nouvelle de p’tits nouveaux la ragaillardis.

« De nouvelles recrues ! Notre camps s’agrandis de jour en jour. J’ai hâte qu’une guerre se prépare, je me suis amusée de façon trop courte dans mon ancienne réincarnation. Entendre quelques os craquer est particulièrement jouissif. J’avais pas pu toucher à un seul chevalier d’or, je m’en faisais piquer un à chaque fois. La hiérarchie des enfers à encore changée apparemment. »

Une autre bouffée de cigarette. Bientôt la dernière. Si Betsabée fumait autant, c’était surtout parce que cela coupait sa faim. Elle pouvait vivre de journées entières rien qu’en fumant des cigarettes, mais après elle n’avais pas envie de ressembler à un pot d’échappement. De toute façon elle vivait au jour le jour. Si sa réincarnation arrivais jusqu’à quarante ans elle n’en serait pas contente. Cela aurais voulut dire qu’elle aurais attendue plus de vingt ans une guerre, et se faire chier posément n’était pas dans ses cordes.

« Vous êtes spécialisé dans le quoi, le Cyclope ? Moi c’est information et quelques petits trucs dans les prisons près du Cocyte, demanda-t-elle du tac au tac. »

avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Sep - 15:09
Dans le même groupe, hein... sauf que voilà, pour le moment le titre de subordonné de la Wyverne était purement cosmétique. À entendre Betsabée, puisque c'était ainsi qu'il s'appelait – un nom étrange mais le philippin n'y connaissait rien en prénoms occidentaux et ne s'y attarda donc pas plus que ça –, il devait avoir manqué quelques mémos. Le vieillard écouta attentivement son coreligionnaire délivrer ses informations et poser ses questions, listant mentalement les points auxquels il aurait à répondre. Il endossait souvent le rôle d'instructeur ces temps-ci... et dire qu'il pensait que ça se serait arrêté après Eurynomos !

Que de sujets à aborder... Comptant sur ses doigts pour ne pas se perdre – encore – dans son discours, l'ancêtre réagit - toujours à voix basse bien sûr – aux propos du Spectre du Larcin : « On s'est déjà battus contre les jaunes il n'y a pas longtemps et c'est là qu'on s'est aperçus que la Wyverne était un agent de la sœur du patron qui avait sans doute pactisé avec l'ennemi. Du coup notre « supérieure » s'est faite dessouder et ça veut dire que toi et moi on est sous les ordres des autres Juges pour le moment. »

Sale affaire, ça. Rétrospectivement, les infernaux auraient dû en tirer les conclusions qui s'imposaient et refuser d'être associés de près ou de loin à Eris mais qui était-il, lui, pauvre petite Étoile Terrestre insignifiante, pour s'immiscer dans les affaires de famille de la progéniture de Nyx ?

« Et c'est après cette baston-là que le patron a déclaré officiellement aux paladins qu'on ne se mêlerait plus des affaires terrestres. » poursuivit-il dans un murmure. « Alors bien sûr qu'on continue d'opérer à la surface mais fait gaffe à ne pas trop te faire remarquer, on est pas censés être là. En plus ce pays est contrôlé en sous-main par les Chevaliers Noirs : on a un arrangement avec eux, faut juste éviter de trop marcher sur leurs plates-bandes. Sauf si tu fais ça pour leur rendre service, auquel cas... »

Il fit un geste vague de la main pour signifier sa propre incertitude. Les renégats de l'Île de la Reine Morte géraient leurs territoires comme ils l'entendaient et pas nécessairement de la même manière que les Spectres : il valait donc mieux se montrer prudent, une « assistance » non-demandée pouvant s'avérer malvenue. Quant à ces histoires de gangs locaux qui chercheraient à recruter de la main d’œuvre éveillée... c'était compréhensible, ils devaient avoir l'air beaucoup moins menaçants comparés aux forces cataclysmiques qui s'étaient déchaînées à Tokyo. Un pari désespéré pour tenter de retrouver leur statut de terreurs... mais même s'ils arrivaient à mettre la main sur ce qu'ils convoitaient, ils risquaient d'être désagréablement surpris.

« Ah, ces chères p'tites frappes... » se rappela-t-il avec nostalgie et en souriant de toutes ses dents. « Franchement, si ces types savaient ce qui est bon pour eux, ils se tiendraient le plus loin possible des éveillés. »

Comme les gardiens de l'Au-delà auraient eux-mêmes mieux fait de ne pas s'approcher de la Discorde, il en revenait toujours à ça... Son humeur s'assombrit instantanément et il abandonna inconsciemment l'usage de ses euphémismes transparents.

« Bref. Je ne sais pas ce qu’Éris est allée raconter aux autres empaffés, c'est très récent. Ils ont pas encore réagi mais on ne doit pas relâcher notre vigilance : la hiérarchie a changé comme tu l'as dit toi-même et en plus quelques-uns de nos combattants les plus puissants et expérimentés sont absents, rapport au nouveau projet de Sa Seigneurie. »

Et c'était à cause de ce problème récurrent de sous-effectif qu'il était venu trouver Betsabée. Il n'allait pas le traîner au Château pour lui faire monter la garde devant le Puits des Âmes, cependant les agents extérieurs des Enfers devaient être avertis de ce qu'il se tramait au quartier général et en retour le haut-commandement devait être maintenu au courant des agissements et disponibilités de chacun.

« Normalement moi je finasse pas : je suis un combattant, je frappe et j'encaisse. Comme on est en manque de monde ces temps-ci je fais un peu de tout et c'est pour ça que je viens te prévenir : il se pourrait qu'on ait besoin de toi un de ces quatre donc tiens-toi prêt à rappliquer. Même avec la destruction du Rosaire, on a pas des masses de défenseurs fiables. »
avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Oct - 16:15
Betsabée le regarda compter sur ses doigts d’un air interrogateur. Lorsqu’il parla de ka Wywern, elle resta un instant à réfléchir, d’une rage insondable. Les traîtres devaient être châtiés. Comment ne pas aimer cette nouvelle vie au service d’Hadès, des siècles et des siècles ? Toujours vaillante au fil de ses réincarnations, Betsabée avait adoré être sous les ordres de son maître. En brillante fanatique, elle ne comprenais pas les agissements de la Wywern. Mais une seule chose l’intéressait lorsqu’il parla de la dite trahison.

« - Quel sort lui a-t-on réservé ? J’aurais aimé voir ça. Elle devra au moins pendant cinq siècles se racheter, ça c’est sûr, si ce n’est pas pour un millénaire… Ca veux dire qu’elle a été rétrogradée ? On se retrouve comme la base d’une pyramide sans chapiteau ? C’est moche. »

Si elle avais compris ensuite, Hadès avait décidé de rattraper le coup de ce scandale en promettant que… les spectres se cachent ? C’était sûrement la meilleure chose, même si ça lui restais dans la gorge.

« Moi ? Les chevaliers noirs ? Plutôt crever que de les aider. Obligés de se terre près du Cocyte... Sale temps pour les spectres. Pour les chevaliers noirs je sais ce que je fais, j’ai l’habitude. Et quand bien même ils viendraient me chercher des noises j’aurais qu’à dire que je prends des vacances. C’est mon pays d’enfance après tout, l’Afrique. Je connais autant de coins mal famés que très bien placés. »

Betsabée n’admettrais jamais qu’elle n’avait pas du tout pensé aux chevaliers noirs, et qu’elle s’en foutait un peu en fait. Avec sa verve elle pouvait se sortir de n’importe quelle situation, elle en était persuadée. Elle restait indubitablement orgueilleuse et imbue d’elle-même. Sale caractère n’est ce pas ?

« Personne ne terras les spectres dans leur tanière. Qu’ils s’attendent à ce qu’on se battent mieux que ces chiens. Nous sommes les maîtres de la mort et bientôt… de la Terre. Athéna ne pourra pas longtemps tenir. Finalement la Wywern avais peut être raison de contacter Eris pour une alliance. Sauf qu’il l’a fais tout seul et pour ses propres intérêts, c’est ça qui l’a perdu. Quel imbécile… On n’embobine pas Hadès sans conséquences. »

Il voyais bien Xin Huo désemparé. Mais c’était le fort de Betsabée de réconforter les autres. Cependant le commentaire sur les gangs en vadrouille la fit sourire. Ca se voyais que le Cyclope était une p’tit sadique comme elle.

« Ah toi aussi ça vous fais plaisir de les écraser ? Il vaudrait mieux qu’ils nous vénèrent pour survivre. Certains d’entre nous peuvent même vaincre des Dieux… si nous sommes les serviteurs de ceux-ci, les autres humains sont nos propres serviteurs. »

Le cyclope continua de parler, l’humeur de plus en plus assombrie. Il continua à parler d’Eris et dans sa bouche ce mot n’était pas des plus commodes.

« Si la hiérarchie a changé on est sous les ordres de qui exactement ? Faudrais pas qu’il y en ait un qui se pointe pour dire ce que j’ai à faire alors qu’il n’en a pas le pouvoir. C’est quoi le nouveau projet ? Vous avez les détails ? »

Le Cyclope lui décris sa manière de combattre et Betsabée lui décris la sienne.

« - Faire souffrir l’adversaire est un délice. Lentement et sûrement. Mais il y en a qui ne se laisse pas faire, et ça rajoute du piment. Bien sûr quand on est pressé par le temps faut finir le travail et ça j’aime pas, mais on a pas tout ce qu’on veut dans la vie, n’est ce pas ? Faudrais que je revienne m’entraîner sur quelques âmes en peine. Pas de soucis si je dois être réquisitionnée ce serais avec plaisir. »

Elle fut surprise pour la destruction du rosaire cependant.

« Le Rosaire, détruit ? Qu’est ce qui s’est passé ? Il y aura de graves conséquences. On fais quoi du coup, on attends ? Y aura de nouvelles conquêtes ou pas, on est complètement bloqués ? Et la diplomatie entre les différentes factions en ce moment ça se passe comment ?»

avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Oct - 23:17
Seigneur Thanatos, quelle avalanche ! Il aurait dû s'y attendre, des explications incomplètes ne feraient qu'amener encore et toujours plus de questions... Mais ce n'était pas parce que cette situation était prévisible que le Cyclope l'accueillait avec stoïcisme. Il n'y avait pas écrit « Bureau des Renseignements » sur son front, bon sang de bois !

« T'es sûr d'être un spécialiste de la collecte d'infos toi ? » souffla le vieillard en se pinçant l'arête du nez. « Dis-moi, est-ce que t'as pris la peine de passer au Château depuis ta réincarnation ? À moins que tu te sois tout juste éveillé, là tu aurais une excuse. »

Enfin, il n'y couperait pas : Betsabée avait besoin d'être mis au jus et il n'avait personne d'autre sous la main pour s'en charger à sa place. Résigné, il pressa la paume de sa main contre ses yeux pour remettre de l'ordre dans ses pensées. Qu'est-ce que Rogos avait dit au sujet d'Eydis après être allé trouver le Faucheur déjà ? Ah oui, ça lui revenait maintenant :

« Primo, la Wyverne était une femme et elle servait déjà Éris avant de nous rejoindre ; le Seigneur Thanatos a bien voulu l'accueillir pour rendre service à Sa sœur. Mais après son petit coup d'éclat, le Bourreau lui a fait un énorme trou dans le bide... » il interrompit un instant sa narration pour tracer un grand cercle figurant la taille de la blessure infligée à la – très brutalement décédée – Wyverne sur son propre abdomen. « Là elle doit être quelque part dans la Septième Prison et nous on sert le Griffon jusqu'à nouvel ordre vu que la Garuda est en mission. »

Xing Huo aurait voulu y aller de son propre commentaire concernant le sens de la famille des descendants de la Nuit mais s'était retenu, autant par souci de la bienséance que de la concision. S'il commençait à s'épandre là-dessus, ils y seraient encore demain... Tournant métaphoriquement la page, il passa au point suivant.

« Deuxio, les Chevaliers Noirs. On a un pacte de non-agression, on s'échange des informations et des faveurs. Ils sont venus nous aider l'an dernier lorsque les Saints ont fait commune avec Poséidon pour envahir les Enfers. Même si on s'est quand même faits écraser, on respecte ça. » ajouta-t-il avec une touche d'irritation.

L'intervention des parias de la chevalerie n'avait peut-être pas suffi à infléchir le cours de cette maudite guerre mais au moins ils avaient tenu leur promesse et ça, tout le monde ne pouvait pas en dire autant. Les Berserkers aussi étaient censés venir au secours des Spectres et ils les attendaient toujours. Comment pouvaient-ils encore se faire appeler des serviteurs du Dieu de la Guerre après ça ? Peut-être que la honte attachée à cet épisode était la raison pour laquelle on n'entendait plus parler d'Arès en ce moment...

« Tertio, les autres camps. » reprit-il en chuchotant. « On avait mordu la poussière face aux Marinas et aux ahuris plaqué or, Sa Majesté Hadès avait été scellé par Athéna. Heureusement, le Seigneur Thanatos a remis les Enfers sur pied et grâce à Lui nous avons recommencé à étendre notre influence sur Terre en secret, jusqu'au moment où nous avons récupéré assez de forces pour nous venger en attaquant le Sanctuaire ! C'est là que le Rosaire a été détruit. Voyant que nous avions accompli nos objectifs, Sa Seigneurie a décrété que nous n'avions pas besoin d'aller plus loin et que nous pouvions laisser les Saints s'occuper du bazar mis par le Grand Poisseux. À part ça on a plus ou moins fait la paix avec l'Atlantide et on a pas de problèmes avec Asgard. Apparemment les Chevaliers Noirs et les Marinas se sont accrochés mais ce n'est pas allé bien loin et bizarrement les paladins refusent de punir Poséidon et compagnie pour ce qu'ils ont fait aux humains. »

Tout ça était déjà bien assez compliqué comme ça alors il n'avait pas pris la peine de parler du fait que l'assaut sur le siège du pouvoir d'Athéna était à l'origine une idée de Perséphone, qui avait disparu peu après en alimentant force rumeurs dans les rangs de l'armée mort-vivante. D'autres éléments étaient pareillement passés sous le tapis – la vaillante quête de ses camarades pour trouver le moyen d'abattre le Sapindus qui aurait pu donner naissance à de nouveaux Rosaires par exemple – et il s'était une fois de plus abstenu de se lancer dans une diatribe sur cette inexplicable pusillanimité des Saints qui n'avait pas attendu l'offensive Spectre pour se manifester.

Et maintenant... qu'est-ce qui venait après tertio ? Quatro ? Non, ce n'était pas ça... Embarrassé, il fit comme si de rien n'était en achevant sa leçon d'un ton docte :

« Finalement, le plan de Sa Seigneurie. Ne me demande pas pourquoi mais Il préfère qu'on fasse profil bas et jusque-là ça marche plutôt bien, plusieurs villes importantes sont sous notre contrôle et personne ne vient nous mettre des bâtons dans les roues. » À part Éris bien sûr... « Je sais qu'Il est passé à la vitesse supérieure là mais seul un très petit nombre de Spectres est au courant, Il ne veut vraiment pas que ça s'ébruite – » Et que ça arrive aux oreilles de Sa sœur adorée... « – alors je ne peux rien dire parce que je ne sais pas moi-même. Pour ce qui est de la suite à donner aux conquêtes ça dépend de nos effectifs je suppose, c'est aussi une des raisons pour lesquelles je viens voir comment tu t'en tires. »

Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il avait réussi à instruire son collègue du Larcin. Tout cela représentait beaucoup de choses à assimiler mais si Eurynomos pouvait y arriver, lui qui revenait d'un exil de plus de douze millénaires et ne savait rien du monde moderne, il n'y avait pas de raison pour que le Lutin n'en soit pas également capable.

« Content de voir que tu es motivé en tout cas parce qu'il y a du boulot... Même si on a pas aussi souvent l'opportunité de péter des rotules que je le voudrais. » regretta le philippin en remplissant à nouveau son verre de vodka, qu'il engloutit cul sec.
avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Oct - 14:42
Lorsque le vieux lui fit la remarque de sa non-compétence elle l’envoya bouler. Mais elle garda quand même le « vous ».

« - Ouai ça fais juste une semaine que je suis un Eveillé, ne me faîtes pas chier. »

Elle écouta avec attention les nouvelles de ce qui s’était passé au château. Lorsque Xing Huo montra la blessure mortelle de la Wywern Betsabée eu un sourire carnassier et un ricanement.

« - Il l’a pas loupé. Qu’est ce que j’aurai aimé voir ça ! J’imagine qu’Ils sont sur leurs gardes maintenant ? Espérons que ça fasse pas trop le tour : c’est la honte. »

Elle fut surprise par la défaite des enfers. Elle ne pipa mot, juste en avalant de nouveau goulument une rasade de cigarette. Elle reprit la bouteille pour se resservir, après tout ça pouvais pas faire de mal. Elle accusait le coup, après ces révélations mieux valait se noyer dans l’alcool. Mais elle posa quand même une question.

« - Ce sont des … « amis » clean les chevaliers noirs ou pas ? Y a pas anguille sous roche ? N’empêche que vu leur statut, mieux vaut qu’ils se fassent des connaissances… »

Puis il commença un long discours sur les différentes factions… qui soula irrémédiablement Betsabée.

« - Des trucs de femmes la politique. »

Elle visualisait un peu mieux le grand tissage relationnel des différentes factions. Tout ça était si compliqué… Apparemment Hadès comptait prendre la vitesse supérieure. Etait-ce également une proposition de reprendre les conquêtes de la part de l’autre gus?

« - Je m’en tire pas trop mal si vous voulez tout savoir mais ça se fais pas en deux jours. Apparemment ce coin pue et y a plus grand-chose à faire après ce que vous m’avez dis. Je vais devoir quitter mon bercail. Ca veux dire que je suis de nouveau entièrement libre… Vu que je n’ai plus mon acolyte préféré –une lueur sombre dansa dans le regard de Betsabée, je vais devoir trouver autre chose. »

Elle tapota sa cigarette dans le cendrier à sa gauche –qui n’avais pas bougé depuis le début. Oui Betsabée n’avais tout de même pas lancer sa cigarette par terre, elle avais des manières.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Oct - 21:32
Une semaine, hein ? Et bien voilà qui expliquait les lacunes de Betsabée en matière de politique infernale contemporaine. Un mal pour un bien alors, le vieillard pouvait supporter de jouer les hôtesses d'accueil si ses leçons évitaient à son jeune collègue de faire une bêtise. Résolvant d'être un chouïa plus indulgent – et donc de laisser passer l'accès d'irrespect –, il attendit que le Lutin se serve pour se ressaisir de la bouteille... et se rendre compte qu'elle était vide. Tant pis, si c'était ça qu'ils appelaient leur breuvage le plus fort, ça ne valait pas le coup d'en commander une nouvelle.

« Les Chevaliers Noirs c'est compliqué, ils sont pas comme nous, chez eux c'est chacun pour soi et ils obéissent pas à un seul chef. » rappela l'ancêtre en faisant tourner distraitement son verre. « Cela dit ce qu'ils ont de plus proche d'un leader est venu nous trouver, nous a aidé puis a fait un deal avec le Seigneur Thanatos. On sait pas toujours précisément qui fait quoi et où avec eux mais dans le doute, on vient pas leur chercher des noises. Pour ce qui est des motifs de leur boss... faut demander à Sa Seigneurie, tout ce que je sais c'est que le type est un peu bizarre. »

Un résumé très succinct de ce qu'Andréa lui avait raconté sur ce fameux Takeya, certes. Il n'allait cependant pas s'étendre là-dessus, d'autant plus que Betsabée avait l'air de trouver ça ennuyeux. Un Spectre spécialisé dans le renseignement qui recevait avec un tel dédain des informations aussi importantes... d'accord, Xing Huo n'était pas le plus passionnant ni le plus clair des narrateurs mais quand même, c'était un comble ! Il n'avait qu'à pas demander s'il ne voulait pas faire l'effort de s'intéresser à la réponse.

« Des trucs de femmes ? Va dire ça à Sa Seigneurie, tu me raconteras si tu survis. Ou à nos chères collègues la Garuda, la Mante et la Liche. » grogna le Cyclope mi-irrité, mi-amusé. La première s'était tranchée la gorge avec un couteau pour prouver sa loyauté à l'Au-delà, la deuxième avait abattu le Sapindus et trouvait le moyen de tenir tête à l'irascible Exécuteur, la troisième avait survécu à sa confrontation avec le Pope ; qu'importe ce qu'avait pu raconter un certain colombien médisant en son temps, les membres féminins de l'armée mort-vivante ne déméritaient en rien comparées à leurs camarades masculins.

Puisqu'apparemment ils en avaient terminé avec les questions, l'heure était peut-être venue de réfléchir à la nouvelle affectation de l’Étoile Terrestre du Larcin.

« C'est ça, laissons les Chevaliers Noirs s'occuper de leur domaine. Faudra voir ça avec Son Excellence Eurynomos je pense mais moi je dirais que tes talents seraient mieux employés à Venise, Los Angeles, Istanbul ou Tel-Aviv. En plus c'est plein de Squelettes si tu veux des acolytes. »
avatar
Betsabée

Date d'inscription : 14/09/2017
Nombre de messages : 32
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Oct - 22:48
<< - C'est un groupe disparate et imprévisible. J'aimerai savoir si leur chef est bizarre comment. Pas autant que moi j'espère! Je suppose que je vais devoir me casser d'ici. >>

Lorsque Betsabée complèta avec sa phrase mysogyne le Cyclope n'était pas du tout d'accord. S'il y avais effectivement des collègues femmes -ce que à certaines époques il n'y avais pas, ou plus ou moins, il fallait qu'elle se tienne à carreaux. Et pire devant un supérieur.

<< - Hum... C'est pas vraiment ce que je voulais dire. Juste une expression, tenta-t-elle de se rattraper. >>

La plupart des hommes auraient rient gras à la phrase de Betsabée mais ce n'était pas n'importe quel homme qu'elle avais devant elle. Elle devais être plus prudente. Pourtant ses phrases à l'emporte pièce marchaient toujours. Généralement elle commettait ce genre d'expression afin de créer une complicité avec son interlocuteur, mais le Cyclope avait sûrement vu des femmes à l'oeuvre bien plus fortes qu'elle.

<< Des squelettes? Cool mais ça passe pas inaperçu. Y a pas moyen de leur mettre une robe? Sur une petite piste de pole dance par exemple. >>

Elle espérait que ce trait d'humour redonnerais le sourire au Cyclope qui semblais passablement excédé depuis qu'elle avait ouvert la bouche.

<< Qui est son excellence Eurynmos... Eurymos... bref... si je prononce bien? Ce serais quoi comme boulot, ce que je fais d'habitude? Il se passe quoi sur les autres territoires pour qu'on dépêche du monde? >>

Elle espérait que ce ne soit pas trop grave, même si l'avenir paraissait plus sombre avec les informations du Cyclope. Les Enfers allaient accepter le traité jusqu'en temps voulu, seulement il fallait se tenir près le moment venu.

Elle éteignit sa cigarette et sembla se lever pour partir aux latrines.

<< - Je reviens, petite envie pressante. On pars après? Vous avez un moyen de transport bien mieux élaboré qu'un avion je présume? >>
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Oct - 16:52
Il fallait espérer que Betsabée écorchait le nom d'Eurynomos exprès, faute de quoi il y aurait du souci à se faire quant à sa capacité à rapporter fidèlement à ses supérieurs ce qu'il entendrait lors de ses missions de renseignement à venir. Le philippin se releva en soupirant et, changeant d'avis, se décida à commander une bouteille de plus pour la route au tenancier.

« Eurynomos c'est Son Excellence le Griffon. La Juge du Garuda s'appelle Lyne, même si tu ne risques pas de la croiser de sitôt. Si tu veux entendre parler des Chevaliers Noirs, demande à la Liche. » fit l'ancêtre, répliquant en tir groupé à la série de questions de son interlocuteur. « Pour les larbins, t'en fais pas, ils mettent des fringues normales à la surface. »

Et bizarrement leur comportement devenait aussi beaucoup plus professionnel mais il n'avait jamais réussi à comprendre pourquoi. En tout cas la différence entre un Squelette pris dans son environnement naturel et ce même Squelette dans le monde extérieur était comparable à celle qui existait entre le jour et la nuit. Peut-être était-ce dû au statut de représentants de Malik Al-Aswad qu'ils endossaient en y mettant les pieds. D'ailleurs à ce propos...

« Nos territoires ? Ben c'est des grandes villes quoi, on doit gouverner sans que personne ne s'en rende compte et c'est pour ça qu'on a besoin de gens un peu plus subtils que le péon lambda – c'est à dire moi – pour garder tout ça dans l'ombre tout en s'en servant pour récolter des infos, surtout avec le boxon actuel. Foutu Poséidon. »

Le Seigneur Thanatos avait beau être plein aux as et posséder une flopée de grandes entreprises bien pratiques pour couvrir leurs activités, on ne gardait pas si facilement la mainmise sur tant de vies humaines. La présence du Lutin serait au moins utile en tant que moyen d'intimidation pour étouffer d'éventuelles velléités de désobéissance qui pourraient enfler en l'absence d'un certain nombre d’Étoiles Maléfiques ; Xing Huo et Andréa ne pouvaient pas être partout à la fois après tout. Enfin, tout ça n'était valable que dans l'hypothèse où le Destin les laissait tranquilles au lieu de venir rendre leur vie plus intéressante à grands renforts de tuiles inattendues.

« On va repartir par la voie la plus directe. » répondit le Cyclope lorsque l’Étoile du Larcin se leva à son tour pour aller faire son affaire. Il résolut d'entamer la seconde bouteille en l'attendant et but donc une gorgée d'alcool au goulot tout en examinant le barman du coin de l’œil. Mieux vaudrait que Betsabée l'ait bien jugé, celui-là... parce que si un mot de cette conversation quittait son établissement, la mort ne serait que le début de sa punition.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 230
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Oct - 14:10
Le niveau de la bouteille diminuait à mesure que l'ancêtre attendait son jeune collègue. Dire qu'il avait prévu de la garder pour plus tard... Tant pis, il n'aurait qu'à se réapprovisionner dans la réserve clandestine que les Squelettes avaient constitué à côté de la forge de Dité – pensaient-ils vraiment qu'il ne s'en était pas rendu compte, lui qui avait passé sa vie à traquer les trafiquants de drogue ? – ou dans l'un des cabinets de liqueurs du Château. Mais quand même, le Lutin prenait son temps...

La sonnerie de son téléphone força le vieil homme à couper court à sa séance d'éclusage. Jetant un œil au numéro affiché sur l'écran et constatant que l'appel provenait de leur avant-poste allemand, il étouffa un grommellement de mauvaise humeur et porta l'appareil à son oreille.

« Ouais, qu'est-ce qu'il se... » eut-il tout juste le temps de dire avant qu'un hurlement hystérique ne lui vrille les tympans : « AU SECOURS, ILS SONT DEVENUS FOUS ! VENEZ NOUS AIDER, VIIIIIIIITE ! »

Le Spectre éloigna vivement l'engin de son visage et battit en retraite vers le recoin le plus isolé de la salle. Son interlocuteur continuait de vociférer, ce qui ne l'aidait pas à comprendre ce dont il était question ; parvenir à se faire entendre par-dessus ce vacarme inintelligible n'était pas une mince affaire.

« DU CALME ! Qu'est-ce qu'il y a, on nous attaque ?! » ordonna le Cyclope en profitant d'une pause du Squelette – un de ceux gardant le Château d'Heinstein, il le reconnaissait maintenant – hors d'haleine.

« Je sais paaaaaaas ! Tout le monde a pété les plombs et a commencé à s'entre-tuer, j'ai réussi à sortiretôSeigneurilsm'ontsuiviILSSONTLÀÀÀÀÀÀ !!! »

L'appel perdit son dernier semblant de cohérence à ce moment. Xing Huo supposa que le péon à l'autre bout du fil s'était mis à courir et avait laissé tomber son téléphone ; il n'entendait plus que des cris et des bruits indistincts. Il mit fin à la communication, prenant sa décision. Pas le temps d'attendre Betsabée, il n'y avait pas une seconde à perdre : il invoqua une Fée qu'il cacha sous une table, elle transmettrait ses instructions à la seconde Étoile Terrestre. Très simples, vraiment, il était en train de faire la même chose à savoir sortir du bar en trombe, s'enfoncer dans la première rue déserte, extraire son Surplis de son ombre, le revêtir et d'une impulsion cosmique, ouvrir la voie menant aux Enfers. De là, il remonterait au Château par le Puits des Âmes, paré à affronter la cause de ce carnage, quelle qu'elle soit.

HRP : Suite à l'absence non-annoncée de Betsabée et avec l'accord du staff, je conclus ce rp. Betsabée peut me rejoindre au Palais de Pandore à son retour si elle en a envie.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Un bar à Pretora


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres Lieux-