avatar
YasuhaGarde noir de L'ophiuchus
Garde noir de L'ophiuchus

Date d'inscription : 10/06/2014
Nombre de messages : 193
Age : 42
Autres comptes : Hakon

Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Nov - 11:20


--> En provenance de : http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t29172-quete-il-etait-une-fois-dans-le-nord


L’architecture de la demeure semblait plus étendue qu’il n’y paraissait de prime abord, avec plusieurs coins et recoins et au moins un sous-sol. Ce dernier détail se révélait des plus étranges au regard de l’architecture générale d’inspiration greco-romaine de la bâtisse. Des traces de luttes parsemaient le sol, les murs et les colonnes, aussi palpables pour la jeune investigatrice que le grain d’un crépi par le bout des doigts. La plupart des dégâts auraient pu être causés par des lames parfaitement aiguisées, alors que d’autres ne laissaient aucun doute sur la nature « éveillée » des dommages.

Ca a bastonné sévère ma parole…

La japonaise se remémora les paroles de la vieille dame et émit l’hypothèse que ce domaine ténébreux aurait très bien pu être la scène d’un conflit divin d’envergure. Si ce genre de faits si caractéristiques des méthodes olympiennes ne l’étonnait guère, elle n'en demeurait pas moins curieuse concernant l’identité et la nature des protagonistes en lice. L’incarnation de la discorde aurait-elle eu une part de responsabilité dans ces évènements ? Tant d’hypothèses et si peu de réponses…

Soudain, un frisson parcourut l’échine de la jeune fille : un individu évoluait au sein de son périmètre de sécurité et la suivait même à bonne distance. Afin de ne pas révéler trop tôt ce savoir, elle opta pour l’indifférence et continua ses investigation encore quelques minutes comme si de rien n’était. De ce fait, elle ne pouvait se concentrer suffisamment pour évaluer si l’intrus était un de ses camarades ou un tiers, même si une telle finesse et discrétion dans le mouvement lui permettait d’ores et déjà d’écarter le gros bras de service. La densité du manteau abyssal de la maîtresse des ombres était pour l’heure au minimum, permettant encore aux sons de se propager et à la belle d’entendre les quelques mots du nouveau venu lorsqu’il décida enfin de sortir de l’ombre (sans mauvais jeu de mots).

- « Salut ! Moi c’est Yasuha ! », s’exclama-t-elle d’un ton guilleret tout en répondant au geste de prudence de l’homme par un positionnement de sa lame en garde ouverte, feinte traditionnelle des sabreurs japonais qui aura coûté la vie à plus d’un non initié.

- « Effectivement, peut-être que tu pourrais m’aider… Mais avant la fin de cette conversation, je te préviens que nous aurons tous les deux un choix à faire pour le meilleur ou pour le pire. », ajouta-t-elle sur un ton tout aussi joyeux.

Enfin, il se passe quelque chose…

- « Vois-tu, je suis la curiosité incarnée et j’aime pas ne pas savoir. Aussi, j’aimerais bien être rancardée sur ce qui a provoqué ce carnage sur ces terres soi-disant sacrées, quand et pourquoi. Mais pas que… », son humeur se voulant désormais plus sérieuse.

Les tentacules abyssaux aux pieds du chevalier noir se mirent à convulser légèrement alors que l’excitation envahissait leur maîtresse. Joueuse, elle l’était assurément et contre toute attente elle appliquerait le principe du quitte ou double.

- « Je veux aussi savoir ce qu’il y a dans le Coffre avec un grand « C » et pourquoi l’autre morue d’Eris tient tant que çà à le récupérer. Réfléchis bien avant de répondre et de faire quelque chose d’inconsidéré. Je me sens bien ici et çà me ferait mal de créer plus de désordre qu’il n’y en a déjà eu. », affirma la nippone des plus sérieusement, bien que ces mots représentaient un comble pour une éveillée longtemps marquée par le chaos et la destruction.

- « Tu vois, je t’avais dit qu’on aurait des choix à faire avant la fin. »

L’espiègle éclata de rire, s’amusant comme jamais auparavant…

avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7284
Age : 28
Autres comptes : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Déc - 20:31
-« Vous savez ce que l’on dit des choix ? Ils sont une illusion créée entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas. » répliqua-t-il avec un sourire enjôleur. Le bel homme banda ses muscles et se concentra sur sa cible.

-« Alors vous travaillez pour elle ? C’est étrange qu’elle vous ait laissé venir sans vous expliquer qu’Elle était la responsable de cette situation… » précisa la Prudence.

Combattant hors pair, La Prudence avait repéré les petits jeux méfiants de cette étrange asiatique. Il resta à distance, prêt à répliquer au moindre geste malheureux. Il étendit son cosmos au-delà du bâtiment et constata, dans un soupir, que Le Rédempteur avait entamé le combat contre le gros chevalier noir.
-« Je peux vous montrer le coffre si vous le souhaitez… Malheureusement, je ne sais pas ce qu’il contient. Il a été scellé par Nyx et, de ce que j’en sais, seul ceux issus de sa lignée sont en mesure de l’ouvrir. »

Moins brutal que son confrère, La Prudence cherchait à savoir pourquoi, après tant de siècles, la Discorde s’intéressait encore à cet endroit abandonné des dieux. Eris avait toujours convoité le coffre, mais ses propriétaires légitimes ne l’avaient pas revendiqué pour autant. Le pouvoir que renfermé le coffre demeurait ici et, finalement, ce n’était pas plus mal.

-« En chemin je pourrais vous expliquer les tenants et aboutissants du drame qui s’est déroulé en ces lieux. » La Prudence indiquait la sortie à la jeune femme d’un geste élégant.

Il pouvait bien lui dire la vérité, après tout, le Frère et la Sœur n’accepteront jamais que des envoyés d’Eris puissent mettre leur griffe sur le coffre. Yasuha et son camarade homme/femme ne sortiront jamais d’ici vivants, si Le Rédempteur échouait, La Prudence y veillerait.

-« Je vous conseille de ne rien tenter d’idiot, comme a pu le faire votre camarade. Je suis votre seul espoir de trouver ce coffre. »
avatar
YasuhaGarde noir de L'ophiuchus
Garde noir de L'ophiuchus

Date d'inscription : 10/06/2014
Nombre de messages : 193
Age : 42
Autres comptes : Hakon

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Déc - 16:53


Yasuha continuait de concentrer ses efforts de perception pour réagir avec célérité en cas de mauvaises manières de son interlocuteur. Celui-ci ne semblait décidemment pas disposé à passer à l’attaque, se révélant plutôt être un grand adapte du verbe.

- « Et pourtant, tu as eu le choix entre me porter une attaque séance tenante ou me divertir avec tes belles phrases. », fit remarquer l’instable jeune fille en ricanant.

Le fait que l’inconnu n’ait pas daigné lever la main sur elle l’intriguait au plus haut point. Dans ce lieu de désolation envahi par une obscurité sans doute éternelle, il n’aurait eu aucun mal à prendre l’avantage sur l’intruse. Enfin aurait-il dû le croire. Quoiqu’il en soit, la curiosité sans bornes de la nippone l’emportait allègrement sur son appétit pour le combat. La proposition de l’homme faisait l’office d’un phare orientant les navires vers le port et c’est avec une grande joie qu’elle s’empressa d’accepter ce guide providentiel.

- « Allez, en avant mon grand. Allons voir ce que nous raconte ce coffre mystérieux. Peut-être découvrirons-nous pourquoi Eris tient tant à récupérer ce truc. Par contre, je ne bosse pas pour elle : les autres sûrement, mais pas moi. J’ai d’autres 'perspectives' en tête pour le moment… », souhaitait-elle préciser pour dissiper tout malentendu à venir.

Tout en ce domaine ne représentait que destruction et désolation. Plus d’un millénaire auparavant, Mikaboshi avait été enfermé dans un abyme intemporel par le leader nyorais car il incarnait alors une puissance destructrice bien trop grande pour l’humanité. L’équilibre avait toujours représenté le crédo du panthéon asiatique, la destruction s’intriquant inlassablement à la création dans un but d’évolution et d’atteinte de la perfection. Ici, les actions sacrilèges attribuées à la Discorde n’avait rien engendré de plus que le néant absolu. Même si la jolie nippone se trouvait à son aise dans ce royaume, il n’était pas sans lui rappeler le bien le plus précieux qu’elle avait perdu suite aux entreprises de Poséïdon. C’était décidé, elle détestait ces olympiens qui lui avaient tout pris et quelqu’un devra payer pour la disparition de sa Yoroï et de son ancien pouvoir.

- «  Finalement, on va peut-être pouvoir s’entendre. Raconte tout ce qu’il y a à savoir sur les trucs qui se sont passés ici et n’omets aucun détail s’il te plait. Je veux tout savoir sur Eris, ce lieu et toutes les imbrications qui découlent de l’association des deux. », annonça-t-elle d’une voix anormalement grave.

- « Les menaces ne sont pas utiles, pas plus que les ‘conseils’. Si j’avais voulu te faire du mal, crois-moi sur parole, nous ne serions pas en train de converser. Quant au gros balourd, il est grand et çà me permettra de voir si c’est juste une grande gueule ou si il mérite une étincelle de mon respect. Et si il crève, au moins on entendra moins ses blagues sexistes douteuses… », ajouta-elle sur un ton passablement agacé.

Pourquoi tout le monde se sentait-il toujours obligé de lui dire quoi faire, quand et comment…

avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7284
Age : 28
Autres comptes : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Déc - 15:38
Lorsque Yasuha évoqua son compagnon, les lèvres du gardien s'ornèrent d'un délicat sourire, il était aisé de se débarrasser d'ennemis divisés..Alors qu’ils cheminaient doucement vers le coffre, la Prudence entendait conter à son interlocutrice les tenants et aboutissants des différents événements.

-« C’est étonnant que la déesse de la discorde ne vous ait pas expliqué… Elle est pourtant responsable de cette désolation. » commença-t-il. « Cet endroit était l’un des lieux de villégiature de Nyx et de sa suite. De nombreuses divinités séjournaient régulièrement ici, la plupart sont aujourd’hui oubliées. Il vous faut savoir que les événements que nous évoquons se sont produits avant l’ère des Hommes. »

La Prudence guidait la Japonaise à bonne distance, il prenait garde à emprunter les chemins les plus surs et à éviter les chausses trappes. Après la bataille, les Gardiens ont entendu piéger la zone pour éviter qu’elle ne soit pillée… Et, compte-tenu du nombre de pillards décédés en ces lieux, il convient d’admettre que les différentes mesures prisent se sont avérées utiles.

-« C’est Eris qui a déclenché cette guerre… Personne n’a jamais su comment, mais la Discorde a réussi à diviser la suite de Nyx en trois factions distinctes. La plupart se sont entretués aux cours de nombreux affrontements. Mais avant que l’une des factions ne puissent prendre l’avantage sur les autres, notre Ordre est intervenu sur demande de Nyx. »

Guère prolixe, La Prudence continuait de guider la jeune japonaise à travers les différents temples. Plus ils s’éloignaient moins ils entendaient l’affrontement entre Le Rédempteur et sa Proie, tant mieux, séparés ils seront plus facile à éliminer. Après de longues minutes de marche, La Prudence stoppa l’avancée devant une lourde porte de bois.

-« Le coffre que vous recherchez est derrière cette porte… D’après ce que l’on dit il contiendrait la Lanterne de Nyx, un héritage que la Nuit aurait destiné à ses fils, Hypnos et Thanatos. Je pense que c’est pour s’approprier le contenu du coffre qu’Eris a déclenché cette guerre. » Sans bruit, La Prudence commençait à s’éloigner en appuyant a plusieurs reprises sur un mur…

-« Vous savez, les envoyés d’Eris n’ont jamais été bien acceptés ici…Vous comprendrez cependant que mon Ordre doit défendre cet endroit, comme nous l’avons toujours fait… J’espère que vous trouverez une meilleure fin que votre ami. » La Prudence avait purement et simplement disparue. Ne demeurait qu’un silence glacial précédant de longs hurlements.

[Désolé pour l'attente, j'essaye de RP quand j'ai accès à un PC, vivement que je puisse en récupérer un.]
avatar
YasuhaGarde noir de L'ophiuchus
Garde noir de L'ophiuchus

Date d'inscription : 10/06/2014
Nombre de messages : 193
Age : 42
Autres comptes : Hakon

Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Jan - 11:56



Yasuha aurait fusillé son interlocuteur du regard si d’aventure elle possédait encore l’usage de la vue :

- « Holà, doucement mon coco ! J’ai l’impression que tu n’entends que ce qui t’arrange. A quel moment je t’ai dit que la pouffe et moi on était potes ? Réponse : JAMAIS ! », énonça-t-elle sèchement.

- « Alors, pourquoi elle m’aurait raconté sa life ? Tout ce que je sais c’est qu’elle tient à récupérer le coffre au point de promettre monts et merveilles à qui veut l’entendre. », ajouta-t-elle pour appuyer ses précédents propos.

Et si c’est trop beau pour être vrai, alors ça l’est certainement…

Sa saute d’humeur passagère terminée, la nippone se tut à nouveau pour écouter la suite du récit de l’étrange guide. Elle sautillait désormais avec légèreté, la pointe de ses pieds effleurant à peine les pavés ornant le chemin. Le plus grand bénéfice de son exclusion forcée et passée dans la dimension de Mikaboshi était bien son accoutumance aux forces gravimétriques et entropiques élevées, lesquelles lui avaient notamment conféré une aisance de mouvement et une célérité hors normes dans le contexte de gravité terrestre standard.

D’après les dires de la Prudence, Eris semblait digne de son titre de Discorde. Retourner la tête à des divinités, leurs suivants et créer un tel chaos au sein d’un domaine réservé à l’élite cosmique relevait du coup de maître, l’espiègle devait bien le reconnaitre. En un sens, elles se ressemblaient un peu, si ce n’est qu’aucun renouveau n’avait émergé de la destruction calculée engendrée par l’inconstance de la fille de Nyx. L’équilibre avait été rompu à jamais en ces lieux…

- « Ca m’a l’air d’être une sacrée connasse cette Eris… Elle aurait mérité plus de claques dans la gueule quand elle était petite. », commenta la jeune japonaise avec un ton amusé.

Le duo arriva devant la porte d’un lieu semblant avoir échappé aux affres du temps et aux ravages causés par le conflit déchirant les rejetons de la Nuit. Enfin, elle savait…

Alors comme çà, on veut piquer les jouets de ses frangins !

L’ancien parangon du dieu primordial japonais du chaos et de la destruction ne put s’empêcher d’éclater de rire. Finalement les divinités grecques n’étaient pas différentes des humains, tout dans leurs comportements les rapprochaient de ce qu’ils réfutaient le plus dans l’humanité.

Il commence à me gaver lui avec ses insinuations merdiques…

Yasuha préféra ne pas relever et demeura perplexe quelques instants, s’interrogeant ce qu’il convenait de faire de cette information et de cet objet sans âge. Alors qu’elle souhaitait questionner son compagnon de fortune, elle remarqua sa disparition. Lentement, elle s’incorpora aux ténèbres environnantes et se rematérialisa devant l’objet de toutes les attentions du moment. Elle s’assit en tailleur et se mit à fixer longuement le réceptacle tant convoité. Bien que momentanément aveugle, elle y voyait en ce moment bien plus clair que n’importe quel être humain et son esprit peu conventionnel imaginait déjà la suite de cette aventure…


avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7284
Age : 28
Autres comptes : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Jan - 14:40
-« Pourquoi ne se saisit-elle pas du coffre ? » demanda la vieille femme à l’homme à la voix suave sans obtenir de réponse.

Les deux acolytes suivaient les évènements depuis l’entrée du domaine, les heures s’égrenaient lentement. Ils savaient, grâce à La Prudence, que ces mercenaires étaient ici sur ordre d’Eris et pourtant chacun d’entre eux avaient accepté de bonne grâce d’accomplir l’Epreuve.

Tant qu’ils ne se saisissaient pas du coffre, ils ne seraient pas considérés comme des ennemis du domaine et devaient donc bénéficier d’une chance de survivre à l’Epreuve. C'est la raison pour laquelle, Le Rédempteur limitait drastiquement sa puissance de frappe et que La Prudence n’avait encore pas planté sa lame dans le cœur de Yasuha.

-« La Prudence fait preuve de témérité… Tu sais bien que Mère n’apprécie pas d’être dérangée. » dit-elle nerveusement.

-« La Prudence exécute ce pour quoi son Ordre existe… Lorsqu’elle aura retiré le coffre de son socle, ce n’est qu’une partie de Mère qui s’éveillera. Si la situation dégénère nous réussirons à la maîtriser. » répondit calmement l’homme à la voix d’éther.

-« Qu’en sais-tu ? N’oublie pas que le temps des primordiaux est révolu ! Si l’un d’entre eux parvenait à s’éveiller totalement… »

-« Il suffit ! Je suis las de tes jérémiades, c’est toi qui a fait entrer ces mercenaires ici. Maintenant, c’est à moi de décider des évènements. » coupa l’homme de façon impérieuse.

Pendant ce temps, hormis Yasuha la salle du coffre était désespérément vide. En ces lieux les ténèbres s’épaississaient, la jeune et jolie Japonaise allait devoir affronter simultanément une étrange sensation de vide et une tentation extrême. L’objet de sa présence trônait devant elle, il suffisait de le prendre…
avatar
YasuhaGarde noir de L'ophiuchus
Garde noir de L'ophiuchus

Date d'inscription : 10/06/2014
Nombre de messages : 193
Age : 42
Autres comptes : Hakon

Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Jan - 11:56



L’objet de sa curiosité siégeait sur un piédestal de pierre, peut-être ouvragé, peut-être érodé par le temps. Sa perception peu conventionnelle était toute tournée vers le coffre antique. Maintenant elle savait presque tout ce qu’elle souhait apprendre, depuis l’histoire tragique de ce domaine, jusqu’au pseudo-trésor tant convoité par la Discorde. Il ne lui manquait que la raison de cette mission : vraisemblablement une manœuvre pour acquérir du pouvoir ou encore pour nuire à la fratrie de Nyx, voire un peu des deux à la fois. Peu lui importait au final…

Elle se sentait comme hypnotisée par la boîte, comme appelée par un pouvoir ancien. Les ténèbres enveloppant la pièce s’agitaient et s’entrelaçaient de leur propre volonté, entamant une sorte de danse abstraite tout autour de la nippone et du coffre. Elle en venait à imaginer que ce dernier l’avait choisie et l’invitait à prendre possession de cette improbable récompense.

Après tout, pourquoi donner ce pouvoir à l’autre alors que je peux le garder pour moi toute seule ?

C’est moi qui suis venue ici, pas elle. C’est moi que la boîte a choisie, pas elle.

Une étrange sensation refoulée envahissait petit à petit la jeune japonaise. Un mal-être grandissait, un manque que très récemment comblé, une certitude d’être incomplète. Contre toute attente, elle revivait la douloureuse séparation issue de l’incident de Tokyo, la perte de son lien avec Mikaboshi et du goût de vivre en découlant. Les ténèbres se montraient de plus en plus pressantes, attirant inexorablement la jolie demoiselle vers ce pouvoir avec lequel elle avait tissé une affinité plus que certaine. Et si ce qu’elle avait perdu pouvait être retrouvé, et si ce pouvoir divin oublié pouvait la recomposer. Les doigts de sa main gauche effleuraient désormais les reliefs du réceptacle.

Je suis l’élue ! Le pouvoir est à moi !

A peine cette pensée eut-elle traversé son esprit qu’une onde de choc cosmique d’une rare intensité la projeta en arrière et la cloua contre la lourde porte de la pièce. Elle ne ressentait plus les ténèbres, une obscurité classique et désagréable ayant laissé place à cette cour toute prête à accueillir leur nouvelle souveraine : Yasuha, la maîtresse des ténèbres. La jeune fille avait sombré dans l’inconscience.

T'es qui toi ?
Je suis toi et tu es moi : nous sommes nous, nous sommes Yasuha.
Qu’est-ce que je fous là.
Nous sommes là parce que c’est nécessaire.
Laisse-moi, j’ai mon cadeau à récupérer.
Il n'existe pas de cadeau. Elle nous a manipulés, elle veut nous utiliser, elle veut se servir de nous et nous jeter ensuite.
N’importe quoi ! C’est moi qui décide ce que je veux et ce que je fais, personne d’autre.
En sommes-nous certaines ? Elle veut que nous prenions le coffre et c’est ce que nous nous apprêtons à faire. Est-ce là notre libre arbitre ? Sommes-nous des pions sur un échiquier divin ?
Merde ! T’as peut-être raison, on a peut-être failli se faire avoir comme des connes !
Nous savons ce que nous avons à savoir. Restons nous-même et occupons-nous de nous et de ce que nous voulons réellement, comme nous l’avons toujours fait.
Ouais, c’est moi qui décide. C’est moi la boss !


L’ancienne guerrière orientale reprit progressivement conscience, un mal de crâne l’indisposant quelques minutes. L’irrésistible appel et la sensation de manque avaient disparu. Après cette désagréable mais nécessaire introspection, elle décida que le coffre était finalement peut-être mieux dans cet étrange endroit.

J’ai hâte de voir la tête de l’autre conne quand elle saura qu’elle peut se carrer son coffre où je pense.

.../...

- « Yo ! C’est quoi déjà la récompense ? », interrogea Yasuha tout en émergeant des abysses devant la vieille femme et son compagnon.


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[QUETE BK] Yasu & la Prudence