avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 131
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Nov - 14:34
Oulan-Bator, Mongolie

La capitale de la Mongolie, un pays qui fut grand à une époque, s’attaquant aux autres pays sans crainte de représailles, obligeant même la Chine à construire un mur immense pour se protéger. Mais maintenant, la Mongolie n’est rien, juste un pays coincé entre la Chine et la Russie. Les chevaliers allaient devoir se rendre dans cette grande ville pour y trouver le maire, car un malheur n’arrive jamais seul.

L’éveil de Typhon était terrible, il avait réveillé des créatures puissantes, capables d’écraser n’importe quel homme moderne. Toutefois, il était possible de les vaincre et pour cela, ils auraient besoin des informations que détenaient des revenants. Les revenants en question étaient liés aux enfants de Typhon, des combattants ayant déjà fait leurs preuves par le passé et ayant le pouvoir d’aider ou de pénaliser les chevaliers qui viendraient les qu’émender. Pendant un temps, juste une courte période, ils avaient la grâce des dieux pour revenir à la vie et accomplir la mission qui leur avait été confiée.

Dans le bureau du maire de la ville, les guerriers trouveraient des réponses à leurs questions, mais surtout encore plus de questions. Le maire avait besoin de l’aide de héros, malheureusement, le seul qui lui avait répondu pour le moment, était déjà parti à la recherche de l’enfant de Typhon. Le souci ? Le héros n’était pas parti seul bien sur, mais avait-il vraiment une chance contre l’enfant qu’il devait vaincre ? L’enfant qui gâchait la vie des habitants de la vie depuis quelques heures ? Les chevaliers seraient t-ils à la hauteur de la tâche ?

[HRP : Franz et Alec, vous avez deux pnjs avec vous, faites en ce que vous voulez, du moment qu’ils ne meurent pas. Je vous laisse décrire votre venu jusqu’à la capitale, d’entendre des rumeurs si vous voulez, tant qu’elles restent vague. Vous avez aussi l’avantage d’être à deux, profitez en pour communiquer et prévoir des rps qui ne se répèteront pas, tout en discutant entre vous dans le rp]
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 246
Age : 21
Autres comptes : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Déc - 20:19
Athéna avait décidé de laisser Franz avec Alec. Tant mieux. L’américain voyait difficilement comment son protégé se serait débrouillé seul, et il serait forcément plus à l’aise avec lui, qu’il connaissait, qu’avec un inconnu. Ou pire. Avec Ephraem. L’Italien n’était pas bien méchant, mais il pouvait être intimidant pour un jeune chevalier inexpérimenté. Et Franz était bien assez terrorisé comme ça. Andromède sentait sa peur l’envahir, et il serait lui-même pétrifié s’il n’avait pas l’habitude de gérer les sentiments des autres.
En parlant de sentiment, il nota également au passage le profond agacement de leur déesse quand Azir répondit à Ephraem. Il espérait pour eux qu’ils avaient déjà rencontré la jeune femme auparavant, parce qu’autrement, ils risquaient de lui laisser une bien mauvaise première impression.
Après avoir vérifié sur la carte où exactement ils devaient se rendre en Mongolie, Alec posa une main rassurante sur l’épaule de Franz.

« Ca ira, ne t’en fais pas. Je serais là pour veiller sur toi. Je n’en ai pas l’air, mais j’aurais put porter une armure d’or si j’avais voulu ! Et tu peux compter sur les Saints, on empêchera Typhon de se réveiller, tout rentrera dans l’ordre, et personne ne sera blessé. Je te le promet.

Il sortit ensuite du volcan avec le Lièvre et quatre gardes, et ils prirent un avion mit à disposition par Ephraem pour partir en direction d’Oulan-Bator. Le voyage en avion était loin d’être une première pour l’américain qui resta indifférent au paysage défilant par le hublot. Aussi, il resta à côté de Franz pour s’assurer que tout se passait bien pour lui, n’ayant pas oublié son mal des transports.
Finalement, l’avion finit par se poser et ils purent sortir. Sitôt le pied posé au sol, l’américain s’étira voluptueusement avant de regarder autour de lui :

- Ok… On est censé allé où maintenant au fait ?

Il regarda tour à tour à son protégé, puis, les quatre gardes qui haussèrent les épaules. Andromède se sentit soudain complètement perdu. Il avait supposé que quelqu’un serait venu à leur rencontre dès la sortie de l’avion pour les guider. Là, ils n’avaient aucune piste, et il n’avait aucune idée d’où ils étaient censés commencer.
C’et alors qu’il entendit une discussion à côté d’eux. Il ne saisit que quelques bribes de mots mais cela lui suffit à se faire une vague idée de la globalité. Apparemment, quelque chose ou quelqu’un terrorisait les habitants, et ils se demandaient si leur héros saurait les sauver. L’américain pivota vers ses camarades :

- Vous pensez comme moi ? Je suis sûr que ça à un rapport avec ce qu’on cherche. Allons demander plus de renseignements. Le maire devrait pouvoir répondre à nos questions.

avatar
FranzChevalier de Bronze du Lièvre
Chevalier de Bronze du Lièvre

Date d'inscription : 16/04/2017
Nombre de messages : 33
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 1:30
Un bref soulagement avait envahi le lièvre quand la déesse Athéna avait annoncé les missions de chacun. Il ne serait pas seul pour cette mission. Mais la réalité lui revint bien vite, ainsi que le stress qui va avec. Son regard pivota légèrement vers son maître une fois les attributions terminées. La main de celui-ci reposait à présent sur son épaule alors que ses mots réussissaient à calmer l'angoisse du chevalier de Bronze. Alec aurait donc pu être un chevalier d'Or ? L'idée ne lui semblait pas improbable après tout, mais pourquoi avait-il toujours l'armure d’Andromède de ce fait ? Avait-il lui-même refusé l'armure d'or ? Mais pourquoi ?

Les interrogations se multipliaient de plus en plus dans l'esprit de Franz, qui oublia momentanément leurs mission. Mais les rayons vifs du soleil le firent redescendre sur Terre, réalisant alors qu'il avait machinalement suivi le chevalier d'Andromède hors du volcan.
Le chemin jusqu'à l'avion se passa silencieusement, chacuns dans ses pensées. Franz se demanda si Alec était tout aussi stressé et inquiet que lui… Et les gardes qui les accompagnaient, avaient-ils peur eux-aussi ? Peut-être ne le saurait-il jamais, mais tant pis, l'heure n'était plus au doute ; ils ne pouvaient pas faire demi-tour ou abandonner la mission. Le danger était trop important, trop conséquent. Ce fut donc après une profonde inspiration que le lièvre monta dans l'avion à destination d'Oulan-Bator.

Le vol parut interminable pour le chevalier de Bronze, l'urgence de la situation le pressant inconsciemment alors que son mal des transports lui revenait. Ou peut-être étaient-ce le stress et l'angoisse ? Il ne savait pas et n'arrivait plus à faire la différence entre ces sentiments qui l'envahissaient. Ce fut donc en silence qu'il était assis, Alec installé à ses côtés jusqu'à ce que l'avion n'atterrisse, retournant une fois de plus l'estomac du plus jeune qui fut à nouveau le dernier à quitter l'appareil. Le visage pâle, le lièvre s'étira brièvement les jambes avant de vite rejoindre les côtés d'Alec.




- Ok… On est censé allé où maintenant au fait ?


Un lourd silence suivit les mots d'Alec. Franz regarda les alentours à la recherche de la moindre personne pouvant être là pour les attendre, mais rien, personne. Déglutissant difficilement et échangeant un regard plein d'inquiétude avec son maître, il réalisa qu'ils étaient totalement seuls. Personne n'était venu les chercher, personne n'était présent pour les aider, la réussite de leur mission ne reposait que sur eux-mêmes.
Les gardes les accompagnant semblaient quant à eux tout aussi désemparés par la situation alors que les deux chevaliers observaient vivement les alentours, laissant leurs oreilles trainer à l'écoute de la moindre information, avant que le chevalier d'Andromède n'intervienne à nouveau :


- Vous pensez comme moi ? Je suis sûr que ça à un rapport avec ce qu’on cherche. Allons demander plus de renseignements. Le maire devrait pouvoir répondre à nos questions.


Une approbation générale se fit alors entendre. Franz hocha vivement la tête alors que le groupe prit la route en direction de la mairie, non sans demander par avance leur chemin aux quelques locaux présents, dont le regard de certains s'attardait longuement sur le petit groupe ne passant pas vraiment inaperçus en raison des armures des deux bronzes. Leur pas était vif et soutenu, aucune minute n'était à perdre alors qu'ils distinguèrent enfin au bout de longues minutes de marche la Mairie, ce bâtiment resplendissant de bijoux d'architecture typique du pays.
Mais l'heure n'était pas à la contemplation et les chevaliers se pressèrent à l'intérieur, accueillis par un décor riche de raffinement. Le lièvre oublia leur mission le temps d'un regard, totalement hypnotisé par la beauté de l'endroit, alors que le chevalier d'Andromède prenait les devants, pressant le pas en direction de l'accueil pour demander expressément à discuter avec le maire de l'endroit. L'armure rosée attestant d'un certain statut dans ce monde, la jeune secrétaire derrière son bureau ne se fit pas prier, comprenant que la présence des chevaliers n'était certainement pas anodine. Elle s'empressa alors de répondre positivement à la demande, et contacta vivement la personne demandée au travers de son combiné. Elle expliqua clairement et brièvement la présence de deux chevaliers cherchant à discuter avec le maire.

Ce fut alors en à peine quelques minutes que le groupe fut invité et guidé au travers du bâtiment, en direction du bureau de l'homme en charge de cette ville. Deux gardes se placèrent alors de part et d'autre des portes de celui-ci alors que le reste du groupe était invité à entrer. Franz, encore à moitié dans ses contemplations, fut le premier à pénétrer l'endroit, où trônait un large bureau au milieu de cette pièce de taille raisonnable, celui-ci débordant de paperasse alors qu'un homme à l'allure assez commune s'avançait vers lui. Mettant fin à ses rêveries et le confrontant a nouveau à la réalité du monde, l'homme d'une cinquantaine d'années, vêtu d'un sobre costume, s'adressa alors au chevalier du lièvre. Il salua poliment Franz avant d'expressément demander les raisons de la présence des deux chevaliers. Totalement pris de court et peu habitué à être la personne à qui l'on s'adresse, Franz sentit son pouls s'accélérer, alors qu'il s'apprêta à bafouiller quelques phrases pour rediriger son interlocuteur vers son maitre. Mais il n'en fut rien, seules quelques monosyllabes s'échappèrent des lèvres du lièvre avant que celui-ci n'inspire profondément et ne reprenne contenance. Il était assez grand pour s'exprimer seul, il pouvait le faire, et quand bien même il restait un chevalier en formation, le temps ne lui permettait pas de perdre quelques minutes à rediriger son interlocuteur vers Alec. Ce fut donc distinctement et d'une voix un peu forte par l'appréhension que le lièvre déclara, se courbant légèrement au passage :

- Ravis de vous rencontrer, monsieur ! Nous sommes des chevaliers en mission, à la recherche d'un ingrédient, pour empêcher une catastrophe sans nom de ravager ce monde ! Nous vous prions de, s'il vous plait, bien vouloir nous aider dans nos recherches. Les seules informations dont nous disposons sont que cet ingrédient se trouve non loin d'ici, et nous avons également eu vent sur notre trajet que votre ville rencontrait certains problèmes. Serait-il possible de savoir ce dont il en est ?

La voix légèrement tremblotante du lièvre se faisait de plus en plus assurée et posée alors que son œil valide fixait son interlocuteur plein de détermination. Il pria en son for-intérieur que l'homme accepte de coopérer pour le bien de l'humanité.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 131
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Déc - 20:54
Le visage du maire s’illumina quand le téléphone sonna et qu’on lui annonça la présence de deux chevaliers d’Athéna. Il n’était pas bête, il savait que de tels héros pourraient lui venir en aide. Lui aussi, il avait entendu parler des chevaliers de bronzes qui avaient sauvés le monde à deux reprises. Il se demandait même si l’un des célèbres chevaliers d’ors serait parmi le groupe qui grimpait les marches de sa mairie. Même s’il n’avait vu que le chevalier du Taureau, comme le reste du monde, lorsque la nouvelle incarnation d’Athéna avait fait une conférence.

En voyant rentrer les deux grands gaillards en armures, accompagnaient de deux personnes bien plus petites, le maire fut heureux. Il n’avait pas de chevalier d’or, mais il avait tout de même deux chevaliers, portant des armures aux couleurs étranges, les deux ayant une teinte de rose différente. Mais bon, il ne devait pas juger les deux guerriers à la couleur de leurs armures, sinon il n’aurait pas engagé le premier héros.

- Bienvenu à Oulan-Bator. Notre belle ville est fière de vous accueillir, même si j’aurai préféré dans de meilleure condition.

A peine avait-il fini sa phrase, que le plus grand des deux chevaliers prit la parole. Ses paroles étaient étranges, même inquiétante.

- Vous vous… vous voulez dire que vous n’êtes pas venu pour tuer le monstre qui terrorise la ville ? Mais… mais si vous ne venez pas pour ça, pourquoi êtes vous ici ?

Même s’il n’était pas venu pour ça, il allait pouvoir leur en parler. Après tout, le géant lui avait demandé des renseignements.

- Depuis quelques semaines, une créature vient régulièrement et détruit un magasin au hasard, enfin je crois. Nous ne sommes pas sur qu’il s’agisse d’un seul monstre, certains disent avoir vu un lion, d’autres un aigle, un serpent ou encore un bouc. Mais un homme est venu avant vous, il y a environ une heure. Il a dit qu’il s’agissait d’une seule créature, même si les témoignages prouvent à tendre vers plusieurs créatures. Enfin voilà, si vous voulez nous aider, vous pouvez. Je serai plus rassuré si deux chevaliers d’Athéna se rendaient là bas, car j’ai peur que votre prédécesseur ne puisse pas faire grand-chose.

Le maire sorti une carte de son bureau et la posa, afin de montrer une montagne se trouvant juste à côté de la ville.

- D’après l’homme, la créature devrait se trouvait ici. Il avait une monture particulière avec lui, mais il m’a prévenu que si quelqu’un le cherchait, il l’attendrait au pied de la montagne. Il ne sera pas difficile à reconnaître. Il porte une armure en cuir, une épée de bronze et sa monture est un cheval ailé.

[hrp : Merci pour la description du pnj Franz, mais pas besoin pour le prochain ^^ La suite du rp sera encore simple pour le moment, juste rejoindre l’homme au pied de la montagne. La suite sera mieux, ne vous en faites pas.]
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 246
Age : 21
Autres comptes : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Déc - 16:27
A peine le groupe se présenta à la mairie qu’on accepta leur requête de voir le maire. Soit ils considéraient que la présence de Saint impliquait forcément quelque chose d’important. Soit les rumeurs qui courraient étaient vrais, et la situation était si urgente qu’ils étaient pressés de trouver quelqu’un pour les sauver. Quoi qu’il en soit, ils furent bientôt menés au bureau du maire où ils laissèrent deux des quatre gardes devant la porte- prudence sûrement inutile, mais on ne l’est jamais trop. Quand ils furent rentrés, Alec n’eut pas le temps de présenter la situation que Franz déballa tout. L’américain lui lança un regard surpris, mais fier. Son petit protégé commençait à s’affirmer ! Bon, il semblait peu assuré, mais c’était un début !
Il avait juste fait une petite erreur ; dire ouvertement qu’ils voulaient stopper quelque chose qui risquait de défigurer le monde. Aïe. C’était le meilleur moyen pour semer la panique. Le maire s’en étonna d’ailleurs, et Andromède s’empressa de rectifier le tir :

« Si ! Si, on vient tout à fait pour ça. Aucune catastrophe mettant le monde en péril en ce moment. Tout va bien. Mais vous connaissez les débutants, ils sont facilement impressionnables, un petit croisement entre un Griffon et une Chimère, et ils sont déjà tout déboussolés ! Ne vous inquiétez pas, nous sommes là pour régler votre problème, votre ville n’a plus rien à craindre !

Il se pencha sur Franz et lui souffla :

- J’ai le pressentiment que ça n’est pas sans lien avec ce qu’on est venu chercher, ce serait un trop gros hasard.

Puis, il se redressa fièrement :

- Ne tremblez plus, car cette créature est désormais de l’histoire ancienne !

Et il sortit, et prit le chemin de la montagne en expliquant en chemin la situation aux deux gardes qui étaient restés dehors avant de se tourner vers Franz :

- Bien, je vais profiter de cette mission pour te donner un petit cours au passage. Quand tu es en mission quelconque, que tu dois chercher des renseignements, laisse échapper le moins d’informations possible, d’accord ? Ne donnes jamais d’information sur l’ampleur du danger qui guette les gens, il ne faudrait surtout pas générer un élan de panique. Soit le plus rassurant possible. Fait leur bien comprendre qu’on a les choses entre les mains, et qu’ils ne sont pas en danger. D’accord ?

avatar
FranzChevalier de Bronze du Lièvre
Chevalier de Bronze du Lièvre

Date d'inscription : 16/04/2017
Nombre de messages : 33
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Déc - 21:04
Suite à ses mots, le chevalier du lièvre eut alors espéré que le dit-maire leur offre sa coopération. Mais la réaction de celui-ci eut l’effet de le refroidir d’un coup, une boule d’angoisse naissant dans sa gorge, alors que le chevalier d’andromède intervenait. S’excusant et reprenant les mots du liévre, il expliqua clairement avec un flegme et une assurance qui manquaient encore au jeune chevalier la situation au maire.
Quelle bourde n’avait pas-t-il fait... Après tout, maintenant qu’il y pensait, cela lui paraissait logique, tellement logique, si ce n’est totalement limpide. Qui serait assez idiot pour avouer à la population qu’un grand danger immense s’annonçait, et ce avant même qu’ils aient tenté de stopper les choses ? Lui, apparemment. Et cette erreur grossière lui restais en travers de la gorge alors qu’une boule de culpabilité ce formée et pesait de plus en plus lourd dans son l’estomac. Ce fut donc en silence qu’il suivit l’échange, hochant docilement -et plus que gêné- la tête quand son mentor excusa de ses mots auprès du maire.
Maintenant, le secret réel de leur venue était à nouveau protégé, mais le jeune chevalier finit par être l’illustration même de l’apprenti bien trop impressionnable et inexpérimenté. Ce qui au fond de lui, Franz reconnaissait. Il était bel et bien inexpérimenté, impressionnable, trop stressé et angoissé, au point de réaliser des erreurs aussi colossales.
Ce fut donc avec quelques idées noires et une honte absolue pesant sur ses épaules que Franz quitta finalement la mairie, le chevalier du lièvre suivant silencieusement l’armure rosée de son mentor, suivi de près par les deux gardes les ayant accompagnés et rejoints par ceux ayant gardé la porte. Alec profitant de leur trajet pour expliquer calmement la situation à ceux-ci, avant de se tourner vers le lièvre. Franz relevant timidement le regard vers celui-ci alors que le chevalier d’andromède lui rappela et expliqua clairement son erreur commise. La boule dans la gorge du lièvre obstrua encore un peu plus celle-ci alors qu’il baissais à nouveau le regard, fixant longuement le sol avant de répondre d’une voix désolée.


-Oui, je suis vraiment désolé de cette erreur. J’aurais dû faire plus attention et te laisser parler en premier.

Son esprit était perdu entre la culpabilité qui le rongeait et l’énigme qui s’était imposée à eux en qui ronger lentement son attention. Il devait retrouver un homme, certes, mais qui était-il, que voulait-il ? Était-ce ce qui allait les aider et les guider pour arrêter l’éveil du titan, ou allait-il tenter de les arrêter ? Et cette créature, quelle est-elle ? Il ne connaissait pas encore tout de son monde, mais son cerveau fraichement instruit n’avait mis que très peu de temps à trouver une piste, ou plutôt une possible réponse à ce problème. Il souffla alors tout bas, comme pour se parler à lui-même.


-Une chimère ? Elle n’avait pas déjà été tuée…? Était-elle en partie aigle ? Il en existe de nombreuse autres ?Pourquoi venir attaquer la ville ? Et pourquoi maintenant ?

Au final, ses pistes ne le menaient qu’à plus d’interrogations et un froncement de sourcil accompagna ses mots ; il ne trouvait pas. Et il ne trouverait certainement pas sa réponse avant d’avoir rejoint l’homme qui les attendait. D’ailleurs, ils allaient bientôt arriver, non ?! Cette réalisation soudaine fit alors vivement se relever le regard du lièvre, quittant alors le sol terreux pour scruter les alentours. Lui qui s’était perdu dans sa culpabilité et ses réflexions, il avait à nouveau perdu toute notion du temps.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 131
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Déc - 14:18
Le maire laissa les deux Saints étudier la carte, le moins grand des deux essayant de le rassurer. Le sourire lui revint rapidement, heureux de voir qu’il pouvait compter sur les chevaliers d’Athéna pour le débarrasser du problème qu’avait la ville. Il était heureux qu’on vienne l’aider ainsi, et avec un peu de chance, il serait réélu aux prochaines élections.

- Merci beaucoup de votre aide, si jamais vous avez besoin de quelque chose, serait heureux de pouvoir vous aider.

En réalité, il ne pouvait rien faire pour eux, mais il se devait de rester fort.

***

Au pied de la montagne, comme leur avait indiqué le maire, se trouvait un homme. Il était plus petit que les deux Saints, mais dégageait une puissance certaine. Il était évident qu’il n’était pas de la région, pourtant une armure grecque à l’ancienne. Un bouclier et une lance à ses côtés, il avait tout d’un guerrier chevronné. En voyant le groupe arriver vers lui, le guerrier se leva, attrapant sa lance et son bouclier, et s’avança vers les Saints.

- Vous en avez mis du temps… je suis Bellérophon, petit-fils de Sisyphe, fils de Poséidon et ancien roi de Corinthe. Je sais pourquoi vous êtes là, vous qui devez stopper Typhon, vous allez avoir besoin du poison de la créature se trouvant là-haut. Peut-être êtes-vous capable de le vaincre seul, mais j’ai besoin de savoir si vous êtes digne de ma confiance.

L’homme sorti une plume d’une sacoche se trouvant à sa ceinture. La plume était plus grande que celles d’un simple rapace et d’un blanc immaculé.

- Votre épreuve sera simple. Cette plume appartient à mon plus fidèle compagnon. Il est à la fois un frère de sang et un frère d’arme. Qui est-il ?
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 246
Age : 21
Autres comptes : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Déc - 17:52
Quand Alec reprit Franz, le jeune chevalier s’en voulut immédiatement, et ce fut une vague de culpabilité qui engloutit l’ainé. L’américain s’y était plus ou moins attendu, aussi, quand il s’excusa, il intervint immédiatement :

« Ce n’est pas de ta faute Franz. En tant que ton mentor, je suis l’unique responsable. J’aurais dut faire le point avec toi pendant le voyage. Et puis, l’important, c’est que j’ai sut apaiser les craintes du maire. Tu le sauras pour la prochaine fois.

Il entendait Franz réfléchir tout seul sur ce qui les attendait. Andromède avançait l’esprit beaucoup plus serein. Inutile de se torturer de questions, les réponses leurs viendraient bien assez tôt. Le jeune homme posa une main sur l’épaule de son apprenti pour tenter de le rassurer.

« C’est loin d’être rare de tomber sur des bestiaux mythologique quand on est en mission pour le Sanctuaire. J’ai entendu dire qu’Ephraem a dut chasser un Minotaure en Italie une fois par exemple.

Ils arrivèrent finalement au pied de la montagne où les attendait, comme promis, un homme dont émanait une puissance qui pourrait aisément intimider les plus impressionnables. Alec n’en faisait pas partit. L’inconnu s’approcha et se présenta comme étant Bellérophon. L’américain ne cacha pas sa surprise. S’il était en effet possible de croiser des créatures mythologiques diverses, voir même des dieux, il n’avait jamais entendu parler de rencontrer un héro de la mythologie. Ceci dit, il devait admettre qu’il était loin d’avoir le savoir absolu. L’ancien roi leur montra une grande plume blanche d’oiseau quelconque en leur demandant de deviner qui était son partenaire afin de gagner sa confiance. Andromède sourit et répondit… totalement autre chose :

- Si on a le plaisir de faire cette quête à vos côtés, elle sera ma foi bien plus plaisante que je ne m’y était attendu. Mais je suppose que vous ne resterez que le temps que nous stoppions le réveil de Typhon ? Ce sera là mon seul regret. Aussi, tâchons de bien profiter du temps que nous avons devant nous. »

avatar
FranzChevalier de Bronze du Lièvre
Chevalier de Bronze du Lièvre

Date d'inscription : 16/04/2017
Nombre de messages : 33
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Jan - 21:55
Il était vrais que les mots d'Alec avaient réussi à apaiser le doute et la culpabilité pesant sur les épaules du jeune lièvre. Car même si les remords l’animaient encore, l'apprenti avait maintenant l'assurance que le chevalier d'Andromède n'allait nullement lui tenir compte et lui reprocher longuement cette erreur de pur débutant.
Ce fut donc avec une profonde inspiration et un vif hochement de tête approbateur que le chevalier répondit à son maitre alors que les troupes atteignaient enfin la montagne. Alors comme ça, rencontrer des créatures mythologiques et faites de légendes était « si » courant ? La simple pensé du minotaure provoquait un frisson glacé le long de son échine. Mais le temps n'était plus à l'angoisse ni à la réflexion. Au loin, une silhouette se dessinant de plus en plus alors que les chevaliers s'avançaient.
L'atmosphère semblait s'épaissir à chaque pas que faisait le lièvre. Son instinct, non, son âme et son cosmos lui hurlaient « danger » face à l'auras de puissance se dégageant de l'individu. Peut-être était-il trop sensible, ou trop trouillard, mais chaque pas devenait de plus en plus difficile pour Franz dont le regard était fixé sur l'homme. Détaillant celui ci alors qu'il craignait au fond de lui que celui ci ne soit pas un ami. Et s’il les attaquait ? Et s’ils devaient l'affronter ? En auraient-ils la puissance? Non, au fond de lui, il n'était pas dupe. Si l'homme venait à les attaquer, aucun d'eux n’en survivrait.

Ce fut donc avec une appréhension et une terreur certaine que le lièvre vit l'homme s'avancer vers eux, armé de sa lance et son bouclier. Celui ci ce présenta, levant aussitôt le mystère reposant sur son identité, tout comme l'angoisse pesant sur Franz dont le cerveau ne mit que quelques temps à comprendre l'importance de leur interlocuteur. Bellérophon. Le Bellérophon. Le héros mythologique ayant vaincu la Chimère.
Le regard surpris de Franz se tournas alors vivement vers son maitre, rencontrant l'expression tout aussi incrédule de celui-ci. Alors il avait raison… Rencontrer les héros était bien plus rare que les créatures comptées dans la mythologie de ce monde. C'était à la fois excitant et angoissant de se trouver face à un être tel que lui. Le jeune apprenti fixait de façon incontrôlable Bellérophon, prêtant une oreille si attentive aux mots de celui-ci qu'il n'entendit qu’à peine les paroles de son maitre alors que l'homme leur présentait une longue plume à la blancheur immaculée.
La connexion fut rapide, très rapide, trop rapide. Et alors qu'Alec finissais à peine sa phrase, son apprentis lança un vif.


-C'est une plume de Pégase ?!


Puis le silence, un silence court ou non Franz ne savait pas, car, pour lui, il sembla durer une éternité. Son cœur battait de plus en plus fort, résonnant dans ses oreilles. Il réalisa ce qu'il venait de faire, et plaqua vivement ses mains sur ses lèvres. Son visage le brulant en quelques minutes alors qu'il s'inclinait vivement, et aussi bas que son dos le lui permettait, ajoutant alors, paniqué.


-Désolé ! J'ai parlé sans réfléchir, excusez moi, je suis désolé ! J'aurais dut attendre, s'il vous plaît Non- j- je veux dire Messire, si m'as réponse et fausse veuillez ne pas en tenir compte mon maitre de grâce s'il vous plait.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 131
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Jan - 19:53
Le héros ne s’occupa nullement des paroles d’Andromède, n’ayant pas envie de perdre son temps avec des choses triviales. En revanche, il fut surpris par la vitesse à laquelle le plus jeune des deux Saints trouva la réponse. Pour la valider, Bellérophon siffla entre ses doigts et laissa son compagnon donner la réponse en atterrissant à ses côtés. Un magnifique étalon blanc, ayant d’immenses ailes sur le dos, venait de faire son entrée.

- Je vous présente Pégase, le seul et l’unique. Et puisque vous avez trouvé son identité facilement, vous pourrez compter sur nous.

L’homme se tourna ensuite vers le haut de la montagne, avant de reprendre.

- Notre adversaire est la Chimère, fille d’Echidna et Typhon. Pour le vaincre, ce sera facile, il ne s’attendra pas à une attaque aérienne, du moins, si vous faites diversion au sol. Vous n’aurez pas besoin de risquer vos vies, surtout celles de ces quatre là, qui ne feraient que nous ralentir. Une fois vaincu, vous devrez récupérer un peu du poison qu’il contient dans ses crocs. Avez-vous des questions ?

(hrp : Désolé de ne pas pouvoir faire mieux :/ je vous laisse pauser des questions si vous en avez et partir directement au sommet de la montagne. Les questions des perso pourront être répondu par mp ou skype pour que vous perso aient les réponses. Et vous attaquez la diversion. Profiter d’être deux pour bien gérer vos posts ^^)
avatar
FranzChevalier de Bronze du Lièvre
Chevalier de Bronze du Lièvre

Date d'inscription : 16/04/2017
Nombre de messages : 33
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 22:26
Les mains encore sur la bouche, le regard hagard, Franz fixait alors le héros mythique, tandis que le sifflement de celui-ci résonnait tout autour d'eux. Puis, tel une créature sortie d'un rêve, l'étalon à la blancheur pure atterrit gracieusement sur le sol aux côtés du légendaire héros. Est-ce qu'il rêvait ? Peut-être, oui, cela lui semblait tellement probable, et pourtant au fond de lui, il savait que ceci était la réalité. Et que lui, Franz, simple apprenti chevalier de bronze, se trouvait maintenant face à deux des plus grandes légendes de l'histoire de la mythologie grecque.
Le regard du lièvre se perdit dans la blancheur immaculée de Pégase avant de glisser et observer les longues et puissantes ailes de l'animal. Le duo était si impressionnant que Franz crut en avoir des vertiges, avant qu'il ne tourne finalement son regard vers son maître. Ses mains glissèrent de sa bouche avant que la voix de Bellérophon ne résonne, attirant à nouveau l'attention du plus jeune vers lui et expliquant finalement les raisons de sa présence et des derniers événements.
La Chimère était donc là ? C'était bien elle qui était responsable de tous ces incidents et qui terrorisait les populations aux alentours. Et alors que les explications se terminaient, Franz ne pouvait retirer une question de son esprit. Ce fut donc en prenant son courage à deux mains et une profonde inspiration qu'il vint alors demander:


-Je... Excusez-moi, je ne veux pas être impoli ou autre, mais n'aviez-vous pas déjà vaincu la chimère ? Comment a-t-elle pu revenir à la vie? À moins que ce ne soit pas la même?


Et alors que le lièvre craignait une remarque cassante ou outrée par cette question, ce fut finalement une reponse simple, concise et des plus calmes qui lui fut donnée. Tout ceci était alors la « faute » de de Typhon ? Mais, si la possibilité de son éveil avait fait revenir des entités telles que la chimère et Bellérophon, qu'est-ce que pouvaient bien affronter les autres ?! Certes, ils étaient des chevaliers d'or avec beaucoup d'expérience et de pouvoir qu'eux, mais tout de même, les légendes ne manquaient pas de créatures surpuissantes. Un vœu de soutien à ses camarades traversa alors l'esprit du lièvre alors que celui-ci tourna le regard vers Alec. Celui-ci brûlait de détermination alors qu'il soufflait.


-Il faut que l'on fasse de notre mieux pour distraire la chimère. Alec, as-tu la moindre idée de comment nous-y prendre ?
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 246
Age : 21
Autres comptes : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 18:04
Le froid, le vent, la bise… Bellérophon avait totalement ignoré la tentative de conversation d’Alec qui afficha une petite moue déçue avant de pivoter vers Franz et de poser une main sur son épaule :

« Il faut que tu ais un peu plus confiance en toi Franz. Tu peux prendre des initiatives. Tu dois prendre des initiatives. C’est ton devoir en tant que chevalier. Tu n’as pas besoin d’être toujours stressé à l’idée de faire des erreurs à ta moindre décision. Moi j’ai confiance en toi.

Le héro revenu d’entre les morts expliqua alors qu’ils allaient devoir affronter non pas une chimère, mais Chimère en personne ! Oui la nuance est importante. Heureusement, en héro mythique qu’il était, le grec avait déjà une stratégie : Les chevaliers devaient faire diversion pendant que Pégase et lui attaquaient la bête par les airs. Alec n’avait rien à redire, lui-même ne serait pas arrivé avec une idée aussi brillante. Franz posa une question à Bellérophon, et l’américain sourit avec amusement :

–Oui Franz. La Cimère est censée avoir été défaite. Mais Bellérophon n’est plus censé être en vie non plus tu sais ? Je suppose que le réveil de Typhon a ramené d’une façon ou d’une autre des êtres mythologiques.

Il se redressa et tapa dans les mains :

–Bien ! La diversion ! Ca tombe bien parce que c’est l’une de mes spécialités ! Ca m’arrange de ne pas avoir à taper sur un être-vivant. Voilà ce qu’on va faire Franz ; Je vais créer des tas et des tas d’illusions de toi et moi. Et on va aller au devant la Chimère, on va faire comme si on s’apprête à l’attaquer, mais on va juste s’arranger pour attirer son attention sur mes illusions. Par conséquent, essaie de rester à l’arrière, joue plus sur la défensive que sur l’offensive, d’accord ? Bien ! C’est partit !

Andromède se concentra et tordit la lumière pour créer des images, des copies parfaites de Franz et lui. A la différence qu’elles n’étaient composées que de lumière. Rien d’autre que de la lumière. Il s’avança ensuite vers le haut de la montagne. Bientôt, il put voir la créature. Une massive tête de lion à la crinière dorée, la gueule ouverte sur des dents acérées auxquelles l’américain préférait ne pas avoir à se frotter. D’énormes et puissantes pattes avant de lion, et l’arrière d’une chèvre. La tête cornue dudit animal jaillissait du dos de la créature, baissée, comme prête à flanquer un bon gros coup de cornes. Enfin, une longue queue verte et écailleuse à tête de serpent, les crochets venimeux dévoilés, prêt à plonger dans la chair.
Alec ne put réprimer un frisson à cette vue, mais s’efforça d’afficher une assurance à toute épreuve pour ne pas effrayer Franz. Il se concentra sur la lumière et poussa ses clones vers la créature. Une dizaine d’images d’eux même se ruèrent sur la créature, comme pour l’encercler, comme prêtes à la frapper. L’américain avait imprégné chacune d’elle de cosmos pour parfaire l’illusion, pour que la créature ait l’impression que cette surprenante armée de clones élevait son cosmos dans un assaut groupé.
La créature ne fut guère intimidée. Elle était équipée pour ne pas craindre de se faire encercler. Sa queue de serpent fusa à grande vitesse sur l’assaillant le plus proche tandis que les pattes arrières ruaient. La tête de lion s’avança pour mordre et déchiqueter un autre clone, et la tête de chèvre en profita pour flanquer un bon coup de corne à une autre. Pourtant, aucune de ses attaques ne sembla avoir le moindre effet. En fait, elle passa complètement au travers d’eux. Surprise et frustrée, la créature poussa un rugissement furieux, tandis que ses autres tête balayaient les environs, flairant le piège. Il fallait agir avant qu’elle ne voit Bellérophon. Alec effaça ses illusions pour les faire réapparaitre à côté de Franz et lui et se redressa pour que Chimère puisse le voir :

- Par ici !

La créature se tapit au sol en grognant, prête à bondir et profiter de ses multiples atouts pour frapper autant de cibles que possible en un seul assaut.

avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 131
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 22:26
Les questions étaient simples et Bellérophon pu y répondre sans problème. Il leur expliqua alors que l’éveil de Typhon avait réveillé d’autres esprits et libérés des créatures provenant du Tartare. Et puisque Chimère avait été libérée de sa prison, le héros l’ayant tué était également revenu d’entre les morts. Juste le temps d’un dernier combat, le héros grec avait laissé les Champs Elysées.

Puisqu’il pouvait faire confiance aux deux chevaliers, le guerrier monta sur le dos de son destrier. Il grimpa rapidement dans les airs, laissant les Saints à leur ascension de la montagne. Il fit attention de ne pas se faire repérer par la créature, laissant le soin aux deux chevaliers de faire diversion. Et en matière de diversion, ils étaient doués. D’abord, le héros pensait avoir du mal à voir, des silhouettes flous de dessinant devant la créature, mais bientôt il pu comprendre ce qui se passait. Les chevaliers avaient créés des illusions, chacun ayant sa propre méthode. La Chimère ne savait déjà plus où donner de la tête, mordant ce qu’elle pouvait, crachant flammes et poisons sur des ennemis qu’elle ne pouvait toucher.

- A moi maintenant.

Profitant que la créature se batte contre les illusions, Pégase descendit en piqué vers son adversaire. D’un mouvement de son épée de bronze, le guerrier trancha d’abord la queue du monstre. Il remonta directement dans les cieux, pour se mettre hors de portée des flammes. Il changea alors d’arme, préférant utiliser sa lance d’or à la sangle de cuir. Bellérophon attendit un moment, puis plongea de nouveau, enfonçant la lance directement dans le cœur de la Chimère. Une fois qu’elle avait donné son dernier coup de patte, le héros redescendit pour poser ses pieds au sol.

- Vos techniques sont particulières, mais efficaces. Vous n’avez plus qu’à prendre un peu de son venin. Mais faite attention, il s’agit d’un poison puissant, qui brûle votre corps en faisant bouillir votre sang.
avatar
FranzChevalier de Bronze du Lièvre
Chevalier de Bronze du Lièvre

Date d'inscription : 16/04/2017
Nombre de messages : 33
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan - 23:45
La montée de la montagne se passa alors rapidement ; tellement rapidement que le chevalier de bronze put observer de ses propres yeux l'imposante Chimère en un rien de temps.
Et cette créature, dont la description dans les ouvrages l'avait déjà terrorisé, se trouvait être bien plus effrayante qu'il ne l'imaginait. Un frisson d'horreur remonta le long de son échine alors qu'il ne pouvait s'empêcher de détailler le corps de la créature.

Tout chez elle respirait le danger. C'était un prédateur, un vrai, une créature violente et sanguinaire telle que de nombreux écrivains avaient tenté de la décrire. Mais l'heure n'était plus à la terreur. Alors qu'Alec prenait les devants, Franz, lui, restait quelques instants en recul, observant son maitre agir et les illusions de celui-ci qui distrayaient la créature grognant de rage à chaque fois que ses crocs ou griffes ne rencontraient que le vide et non la chair qu'elles recherchaient. Une énième attaque dans le vide eut raison de la patience de l'animal qui rugit alors d'une rage certaine, observant les environs comme si celui-ci pressentait le piege, alors qu'Alec attira son attention par un cri, créant toujours plus de clones afin de rediriger l'attention de la bête sur ceux-ci.

C'est alors que le lièvre prit son courage à deux mains. Comme l'avait dit son maitre plus tôt, il devait avoir plus confiance en lui et cesser de douter ! Ce fut donc plus que décidé que Franz sortit son équipement pour ce combat. Il retira calmement son casque et vint alors rapidement installer un écouteur à chacune de ses oreilles, pensant au fait qu'il allait devoir trouver un systeme plus simple que celui-ci dès que tout serait fini. Alors que son casque revint se poser sur son crâne et qu'il s'avançait aux côtés d'Alec, il lança un bref regard vers celui-ci alors que son pouce pressa le bouton de son téléphone, faisant alors déferler une musique assourdissante, saturant son ouïe d'un de ces airs si familiers. Il sentait alors son cosmos réagir à celui-ci, s'étandant et se matérialisant aux alentours, se mélangeant alors aux illusions faites de lumière du chevalier d'andromède pour ajouter de nouveaux soldats dans cette armée fantôme. Le cosmos de ceux-ci étant différent des autres, ils eurent plutôt le don d'attirer bien vite la chimère sur eux, ses crocs et ses griffes en détruisant autant qu'elle le pouvait, en même temps que ces clones de lumières qui, comme les autres, ne faisaient que revenir, encore et toujours dans une boucle infernale.

Allait-elle continuer à les attaquer ? Ou allait-elle comprendre l'entourloupe ? Cette question parcourut alors l'esprit du lièvre aussi vite que le flot de paroles de la chanson, et instinctivement il pressa un nouveau bouton sur son appareil. Cela changea aussitôt le rythme et l'ambiance pour quelque chose de plus dur, de plus ferme, de plus angoissant, alors que son cosmos s'étendait un peu plus, se regroupant dans une masse bien plus importante dans le dos de l'animal, alors qu'une silhouette imposante se détachait de la masse de clone. Une silhouette à l'armure reluisant d'une teinte d'or, et au casque surmonté de cornes. Le clone du chevalier d'or du Taureau trôna alors parmi l'armée des deux bronze, sa carrure imposante marchant lentement au coeur de la masse. Son apparition soudaine et sa plus forte concentration en cosmos attira tout de suite l'animal. Etait-ce un clone? Allait-il disparaitre sous les crocs lui aussi ? La chimère se posait-elle ce genre de questions ? Ses yeux perçants étaient fixés sur le chevalier d'or, qui avait suffisamment marqué le lievre pour que sa présence soit justifiée.
Mais la chimère n'eut le temps d'attaquer, car venant du ciel, Bellerophion lança alors son assaut, exécutant la créature en à peine quelques instants, avec un maitrise telle que le titre de héros qui lui était attribué s'en trouvait bien plus que mérité.
Ce ne fut qu'une fois sûr que la créature avait rendu son dernier souffle que le chevalier du lièvre coupa toute musique. Les clones disparaissèrent aussitôt, accompagnés de près par ceux créés par son maitre. Ce dernier souriait doucement , s'inclina puis remercia vivement Bellerophion pour son aide, avant de s'avancer vers la créature.

Un frisson parcourut son dos quand il arriva au niveau de la gueule de celle-ci. Même morte, il ne pouvait s'empêcher de la trouver terrorisante, craignant qu'à tout moment elle ne s'éveille à nouveau pour l'attaquer. Il tourna finalement le regard vers le chevalier d'Andromède.

-Alec, aurais-tu la moindre chose dans laquelle nous pourrions recueillir le venin? Je doute qu'une bouteille d'eau en plastique fasse l'affaire. En fait, cela ne m'étonnerait pas qu'il la fasse fondre.
avatar
AlecChevalier de Bronze d'Andromède
Chevalier de Bronze d'Andromède

Date d'inscription : 05/08/2015
Nombre de messages : 246
Age : 21
Autres comptes : Athena, Nathalia, Olivia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Jan - 15:21
Alec était concentré sur ses illusions quand il en aperçut une autre flopée se ruer sur Chimère. Elles n’étaient pas de lui pourtant… Il tourna la tête et aperçut Franz, des écouteurs vissés dans les oreilles, et sentit son cœur se gonfler de fierté. Son apprenti était aussi capable de créer des images, tout comme lui ! Il savait qu’il avait bien fait en décidant de le prendre sous son aile. Il pivota vers nouveau vers la créature qu’ils affrontaient et sursauta, surpris pendant un instant en voyant Ephraem se dresser devant lui. Mais ça ne pouvait pas être lui, Athéna l’avait envoyé en Ethiopie. Il lança une œillade amusée au Lièvre :

« On dirait que le Taureau t’a impressionné. Je te le présenterais convenablement un jour, c’est pas un mauvais bougre. Même si je n’approuve pas toutes ses façons de faire.

Chimère allait se ruer sur l’image du chevalier d’or quand un éclair blanc s’abattit sur elle. La bête s’écroula au sol tandis que Pégase se posait au sol à côté. Andromède s’approcha d’un pas méfiant, comme s’il craignait que la créature feignait être morte pour mieux frapper quand ils seraient assez proches. Il était temps de recueillir le venin de la queue en tête de serpent. Franz disposait d’une bouteille en plastique, mais ils craignaient que le poison ne la ronge et finissent pas s’épandre au sol. L’américain réfléchit un instant avant de sortir une bouteille de bière.

- Ne dis JAMAIS à Athéna que j’ai but pendant mon service.

Alec vida la bouteille dans son gosier avant de se pencher sur la queue écailleuse pour extraire le poison en le faisant couler dans le goulot. Quand il en eu extrait autant que possible, il referma la bouteille comme il pouvait, mais ils allaient tout de même faire attention à la garder bien droite.

- Bien. Mission accomplie ! On va pouvoir retourner à l’Etna. Mais avant, Franz, je suis fier de toi. Tu t’es très bien débrouillé contre Chimère, et tu t’es montré courageux. Bellérophon… Je suppose que c’est inutile de te demander ton numéro ? »

avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 131
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Jan - 22:53
Le héros laissa faire les deux Saints, le plus âgé des deux vidant une bouteille pour récolté le venin de la créature.

- Bien, vous avez fait du bon travail tous les deux. Le monde est maintenant entre vos mains et celles de vos camarades. Quand à moi, je vais retourner en paix, donc non pas besoin de me demander mon numéro. Vous êtes… encore plus direct que nous à votre époque… vraiment étrange.

Montant sur le dos de Pégase, Bellérophon salua les Saints et leurs gardes.

- Je vais prévenir le maire qu’il peut maintenant être tranquille.

D’un puissant appui de ses sabots, le cheval ailé pris son envol, disparaissant dans les nuages avec son cavalier. Le groupe allait maintenant pouvoir redescendre la montagne et reprendre le jet qui les attendait, prêt à décoller à tout instant.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[EOD] Du poison dans les veines [Alec/Franz]