avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Nov - 15:31
Kebri Dehar, Ethiopie

L’Ogaden. Région d’Ethiopie où les sols, peu propices à la culture, laissent la place aux éleveurs et leur bétail, qui se déplacent en fonction de leurs besoins. La ville où Ephraem était attendu disposait d’universités, d’un aéroport et d’hôpitaux. Depuis quelques temps, des rumeurs courraient sur un élevage d’animaux encore jamais vu avant dans cette région, des bêtes surprenantes et bizarres, et dont l’éleveur était aussi étrange.. Mais la rumeur s’était embrasée comme une traînée de poudre, et chacun, désireux d’un peu d’attention, y apportait sa touche personnelle, et, de ce fait, les différents échos à propos de cet élevage allaient en contradictions. Difficile de démêler le vrai du faux. C’était ici qu’un homme attendait l’italien.

L’éveil de Typhon était terrible, il avait réveillé des créatures puissantes, capables d’écraser n’importe quel homme moderne. Toutefois, il était possible de les vaincre et pour cela, ils auraient besoin des informations que détenaient des revenants. Les revenants en question étaient liés aux enfants de Typhon, des combattants ayant déjà fait leurs preuves par le passé et ayant le pouvoir d’aider ou de pénaliser les chevaliers qui viendraient les qu’émender. Pendant un temps, juste une courte période, ils avaient la grâce des dieux pour revenir à la vie et accomplir la mission qui leur avait été confiée.

Celui qui attendait le chevalier du taureau s’y connaissait en élevage. Et peut être avait il plus d’informations sur cet éleveur soit disant aussi étrange que son bétail. L’homme, de taille imposante, était accompagné d’un chien- c’est du moins le nom le plus approprié pour cette créature, car si elle réunissait les traits d’un chien, elle disposait toutefois d’une tête de trop.

[HRP : Tu disposes de deux PNJ gardes du sanctuaire, qui ne doivent pas mourir, au cas où tu l’ignorais encore. Je te laisse décrire ton arrivée dans la ville, et, si tu le désir, les bout de rumeur qui peuvent te parvenir. Tu peux laisser libre cours à ton imagination là-dessus, même inventer les rumeurs les plus fantasques possible si tu le désir.]
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Déc - 22:04
En voyant la réaction d’Athena aux paroles qu’il venait de lancer, Ephraem compris qu’elle ne maîtrisait pas encore tout. Après tout, elle venait de passer de simple chevalier à divinité en presque un claquement de doigts. Et même si cela faisait maintenant plusieurs semaines, la cohabitation, entre la déesse de la stratégie guerrière et jeune femme aimant casser des dents, devait être plutôt complexe. Surtout que pour une fois, l’incarnation de la déesse n’était pas une petite fille toute mignonne portant des grandes robes à fleurs, mais bien une combattante, capable de tenir tête aux autres guerriers. L’italien laissa faire, il savait ce que cela faisait de donner des ordres, le moindre choix pouvait être fatal à court comme à long terme. En écoutant la répartition, le Taureau ne pouvait qu’acquiescer. Du peu qu’il savait d’Elijah, la destination ne devrait pas beaucoup le déranger. De même pour le nouveau Lion, qui visiblement était ravi de partir en Egypte. Associer les deux chevaliers de bronze était également un bon choix, surtout que le rang d’Alec n’était qu’une façade, depuis le temps qu’il était chevalier, il était bien plus puissant que certains chevaliers d’or ici présent. Pour le choix qu’Athena avait mis pour le jeune homme, il n’était pas contre, même s’il ne connaissait absolument pas l’Ethiopie.

- Cool, ça tombe bien, j’ai déjà fait l’Egypte, le Brésil, la Mongolie et l’Algérie. En revanche je n’ai pas encore fait l’Ethiopie, ça me fera un peu de touriste en passant. Même si… il me semble que leurs anciennes architectures ne sont pas terribles, contrairement à d’autres régions du monde, mais je vais faire avec.

Puisqu’il ne pouvait pas y aller directement, deux gardent devant l’accompagner, Ephraem opta pour un nouvel appelle, afin de faire venir ce qu’il fallait en jet et en équipage, pour que les autres groupes puissent aussi avoir un moyen de se rendre dans les autres pays. L’italien n’aimait pas utiliser la « Famille » ainsi, sachant que le changement était radical pour un groupe de mafieux, mais il n’avait pas le choix, s’il voulait sauver le monde rapidement.

Après un voyage agréable pour les gardes, mais beaucoup trop court pour que le Saint trouve des informations utiles, l’avion atterries à Kebri Dehar. La ville n’avait pas été choisie par hasard, bien au contraire. Le Taureau avait longuement regardé la carte afin de mémoriser les emplacements. Même si une photo avait été plus efficace, surtout pour la superposer sur une map monde et avoir l’emplacement exact des villes proches. A peine descendu de l’avion, qu’un ensemble de rumeurs parvint aux oreilles du jeune homme.

- Ecoutez tout ce qui vous semblera suspect, on se retrouve ici dans quelques minutes. On ne devrait pas mettre trop longtemps à cerner ce qui se passe ici.

Après un tour rapide des rumeurs, l’italien fit le tri pour ne garder que ce qui pourrait vraiment les concerner. Ils avaient donc comme indice qu’un éleveur était arrivé comme par magie dans la région. Il avait un bétail étrange, vache, cheval ou mouton, selon les versions. Le troupeau était constitué d’animaux colorés, certains disaient d’or, d’autres d’argent, et parfois simplement bleu, rouge ou vert pomme. En revanche, ce que pu voir Ephraem devant lui, n’était pas une rumeur et lui donna une petite idée de ce qui allait l’attendre. L’homme qui l’attendait visiblement, était grand, peut-être suffisamment pour rivaliser avec les anciens Taureaux, mais sa taille n’était pas le plus impressionnant, comme purent le constater les gardes, qui en oublièrent presque de respirer. Aux côtés de l’homme se tenait un chien, sa taille était impressionnante, bien plus que celle de l’homme. Et si la taille ne suffisait pas à vous surprendre, vous l’auriez été en voyant qu’il avait deux têtes. Le chevalier s’avança donc vers l’homme, pour pouvoir lui parler.

- Bel animal, je présume que vous en avez d’autres, tout aussi intéressante ?
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Déc - 16:26
L’homme à la taille imposante posa les yeux sur Ephraem. A côté de lui, le molosse découvrit les crocs en grondant, comme s’il s’apprêtait à bondir sur le groupe pour les planter dans leur chair.

« Couché Orthos. Couché. Arrêtez de le dévisager comme ça vous autre, ça le rend nerveux, fit-il à l’adresse des gardes avant de détailler Ephraem de pied en cap. Vous devez être l’envoyé d’Athena si je ne me trompe. Je suis Eurytion, et lui, c’est Orthos. On a d’autre belle bête, intéressantes comme vous dites. C’est pas des taureaux dorés mais ils sont bien tout pareil, même mieux.

Il tapota les têtes du chien pour l’apaiser et le faire cesser de grogner tout en continuant de jauger Ephraem :

- Je dois avouer que je suis surpris. Je pensais que les taureaux c’était des grand gaillards tout en muscle. Vous avez pas l’air bien musclé. Je sais pas si vous êtes à la hauteur de ce qui vous attend. Je voudrais pas vous vexer hein, mais votre carrure paie vraiment pas de mine. Je suppose que je devrais vous amener à ce que vous cherchez quand même, sans faire d’histoire, parce que c’est pour ça que je suis là, mais ce serait dommage de vous envoyer vous casser les dents. Alors je vous donne une chance de prouver votre valeur. Voyez ça comme une mise en bouche de ce que vous allez devoir traverser. Vous, moi, un bras de fer.

Il contracta ses muscles comme pour essayer d’intimider le chevalier d’or

- C’est pas pour vous faire peur, mais je suis un fils d’Arès après tout, faudra pas vous attendre à ce que ce soit facile. »

[HRP : Le match se fera en 5 manches/lancés de dés. Celui qui fait le plus gros chiffre emporte la manche. Le vainqueur sera celui qui aura réussi à gagner au moins trois manches.]
avatar
Game MasterGame Master /Guerrier Mythique

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 848
Age : 372

Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Déc - 16:26
Le membre 'PNJ Athéna' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'100' : 12, 60, 100, 42, 91
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Déc - 16:27
Lancer pour le test
avatar
Game MasterGame Master /Guerrier Mythique

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 848
Age : 372

Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Déc - 16:27
Le membre 'Ephraem' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'100' : 71, 14, 35, 40, 91
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Déc - 17:45
En entendant les paroles de l’homme, l’italien se retourna et pu voir les deux gardes essayant de se cacher derrière lui. Sur le coup, il n’avait rien dit, mais retenait ses paroles, pour ne pas leur dire qu’ils étaient ridicules de trembler devant un chien bicéphale, alors qu’ils auraient pu avoir à faire à Cerbère si les Spectres l’avaient apporté avec eux lors de leur dernière visite. Ensuite, pour faire plaisir à l’homme, Ephraem souri même à sa blague, qu’il ne trouvait pourtant pas drôle.

- Heureusement pour moi, je préfère éviter d’avoir une armée d’Aldébaran à nourrir.

Puis, après une légère révérence, pour saluer l’ancien héros qu’il avait devant lui, même si Héraclès avait rapidement mit fin à ses jours, le Taureau se présenta.

- Je suis Ephraem, chevalier d’or du Taureau et effectivement, j’ai été envoyé par la déesse de la Stratégie guerrière. Espérons qu’elle est bien choisi son champion.

A la suite des paroles d’Eurytion, le chevalier éclata de rire, sans cacher qu’il se moquait ouvertement de son interlocuteur.

- En effet, les anciens bovins étaient tous de grands tas de muscles ET sans cervelles. Donnez moi le nom d’un seul Aldébaran ayant gagné un combat ? Il n’y en a aucun, au mieux des matchs nuls, mais jamais de victoire. Tout ça, parce qu’ils étaient trop sur de leur puissance, de leur vitesse et bien trop gentils avec leurs adversaires. Non, moi je ne suis pas comme eux, je me donne à fond dans le combat, pour ne laisser aucune chance à mon adversaire.

Ephraem regarda le géant de la tête aux pieds, le jugeant du regard. Il allait devoir stopper la gravité qui l’entourée, pour ne pas tricher pendant l’épreuve et surtout pour ne pas brouiller le bras de l’homme à la première poignée. D’un signe de tête, il accepta le défi et trouva une table assez adapté pour commencer le petit jeu. La mise en garde d’Eurytion sur ses origines fit tilter le chevalier, qui avait oublié cette partie de l’histoire.

- Pas de soucis, je donnerai mon maximum, en tant que descendant d’Arès.

Quand le Taureau attrapa le bras du fermier, afin de commencer la partie, il se donna directement à fond. En seulement quelques secondes, il venait de remporter la première manche. En revanche, l’homme n’avait pas donné son maximum et le prouva rapidement, puisqu’il écrasa l’italien deux fois de suite, sans qu’il ne puisse résister. La fureur du chevalier était visible, mais il jouait dans les règles, sa puissance n’était pas dans ses muscles, mais dans son cosmos. Pour la quatrième manche, l’italien donna tout ce qu’il avait, il ne pouvait pas se permettre de perdre une troisième fois. Le duel dura plusieurs minutes, les deux hommes ne laissant pas de terrain à l’autre. Mais Ephraem le savait, s’il n’arrivait pas à fatiguer son adversaire, il ne pourrait pas le battre. Or, le fermier était infatigable et pu battre une troisième fois le jeune homme.

- Tss, je déteste vraiment la force brute… mais tant pis, j’ai fait ce que j’ai pu, mais tu es plus fort que moi. Ai-je tout de même gagner le droit de visiter la ferme aux animaux, si particulier ?
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Déc - 16:29
Eurytion semblait très satisfait de lui. Après avoir battu son adversaire trois fois de suite, et malgré un premier échec, il souriait d’un air fier :

« J’aime bien gagner. Enfin, bien sûr que je vais t’amener voir le bétail. C’est pour ça que je suis là. Mais, honnêtement, je pense pas que tu sois de taille. Si tu voulais faire demi-tour, je te jugerais pas. Mais si tu y tiens… Suis-moi »

Il se mit en route. Orthos resta immobile à fixer les gardes en grondant jusqu’à ce que son maître l’appelle. Le chien fit volt-face et courut à sa suite. Ils quittèrent la ville et continuèrent à marcher jusqu’à être très éloignés de l’agitation urbaine, isolé de la vue des mortels. Là, un troupeau de vaches paissaient paisiblement. Des vaches aussi peu communes que l’énorme chien bicéphale qui inquiétait autant les gardes du Sanctuaire. En effet, elles affichaient une robe rouge. Et ce n’était pas une façon de parler, pas un marron acajou auquel le soleil arrachait des reflets approximativement rouges. Non. Elles étaient rouge vif. Mais, devant elle, se dressait un autre être anormal. Mais, après toutes ces bizarreries, il semblait presque normal, dans son élément..
L’homme était massif. Plus imposant encore qu’Eurytion. Et si cela avait été la seule chose inquiétante ! Il possédait en effet trois corps, joints à la taille, et une paire de bras pour chaque buste, tous croisés sur sa poitrine. Il se dressait de toute sa hauteur pour paraître encore plus imposant qu’il ne l’était déjà.

« Je suis Géryon, et je garde ce troupeau ! Tu ne toucheras pas à une seule de leurs cornes sans mon accord. Et tu ne l’a pas. Fiche le camp maintenant, ou je m’occuperais personnellement de te faire déguerpir, et je ne promets pas que ce soit en un seul morceau ! »

[HRP : Comme tu as perdu au bras de fer avec Eurytios, il ne te proposes pas son aide pour passer Géryon sans problème, tu es donc obligé de l’affronter. Bonne chance ^^]
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Déc - 21:26
Le Taureau laissa Eurytion fanfaronner, sachant qu’il pouvait surement l’écraser sur un autre terrain. L’italien avait pu le voir en affrontant la Berzerker à plusieurs reprises, les disciples et descendants d’Arès étaient tous des bourrins sans cervelle. Il en avait pour preuve son propre père, qui n’avait jamais su utiliser son cerveau convenablement, faisant de son fils une arme mortelle, bien plus imprévisible qu’il n’aurait pu le prévoir. Par chance, cette arme avait hérité d’un cerveau et d’un maître qui lui avait appris à se maîtriser. Et en toute maîtrise, le chevalier ne pulvérisa pas le fanfaron, le laissant se jeter des roses. Le Saint laissa un peu d’avance à l’homme, pour pouvoir parler aux gardes.

- Quoi qu’il arrive, n’intervenait surtout pas. La dernière fois que j’ai laissé du monde affronter un adversaire trop fort pour eux, j’ai dû les ramener inconscients au Sanctuaire. Alors ne faite rien d’héroïque, d’accord ?

Le jeune homme regarda l’ancien héros et le chien, avant d’ajouter.

- Méfiez-vous d’Orthos surtout. C’est lui le descendant de Typhon, il est donc plus dangereux que son gardien. Mais il reste un ange par rapport à celui que l’on va rencontrer… enfin si c’est bien qui je crois.

Après plusieurs minutes de marche, le groupe arriva devant un troupeau d’exception. Les vaches étaient toutes de couleur rouge, un rouge bien vif, signe de leur apparenté divine. Il s’agissait là des vaches sacrets d’Apollon, Ephraem en était sur. Quand à l’homme qui se présentait devant eux, une stature imposante, une puissance évidente et surtout un corps, deux jambes, trois torses et six bras. Les souvenirs de l’italien ne lui permettaient pas de se souvenir de la parenté du géant, mais il était presque sûr qu’il était un demi-dieu.

- Bonjour Sir Géryon, je suis Ephraem, chevalier d’or d’Athéna et… attention j’appui bien dessus, envoyé ici pour récupérer un ingrédient pouvant permettre d’emprisonner de nouveau Typhon. Maintenant qu’on est clair là-dessus, j’aurai quelques questions à vous poser. Je vous demanderai d’y répondre sérieusement.

Faisant comme s’il était chez lui, le Saint s’installa sur un rocher, la gravité commençant déjà à augmenter autour de lui.

- Pourquoi m’avoir fait venir ici, si c’est pour me demander de partir ? Savez-vous ce que je dois récupérer ? Et que pensez vous pouvoir me faire, si je décidais de rester afin de prendre ce que je cherche ?

A chacune de ses questions, le chevalier avait augmenté la puissance de son cosmos, augmentant avec la gravité. Les rochers autour de lui étaient déjà en train de craquer sous la pression, les gardes ayant préféré s’éloigner pour éviter tout problème.

- J’attends vos réponses, sachant qu’il y a bien plus que la mort pour délier des langues, même quand elles sont trois.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Déc - 16:04

L’homme aux trois corps fixa Ephraem d’un air farouche tandis que l’italien parlait.

« Je ne vous ait fait venir que pour en finir rapidement. Je sais bien pourquoi vous êtes là, et je sais ce que vous devez récupérer, mais il est hors de question que je vous laisse l’emporter. Je garde ce troupeau, et je ne laisserai personne s’en approcher ! Ces vaches sont bien trop précieuses.

Il rit grassement en voyant le chevalier du taureau intensifier son cosmos pour commencer à briser les rochers, proférant des menaces qui ne le faisaient pas trembler le moins du monde.

- Tu es bien sûr de toi chevalier ! Laisse-moi le plaisir de te faire ravaler cette assurance !

A ce moment, un aboiement retentit derrière le chevalier d’or et Orthos le percuta de plein fouet en grondant avant de se planter devant lui, les babines retroussées pour dévoiler les crocs acérés qui armaient sa puissante mâchoire.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Déc - 20:59
Le regard du Taureau se fit plus sombre et menaçant envers le bouvier. Il avait vraiment l’impression de perdre son temps et il n’aimait vraiment pas ça. Il comprenait que Géryon ne soit pas de son côté, mais stopper Typhon devait être plus important qu’un simple ego mal placé.

- Mauvaise réponse…

Alors que le Saint allait se lever pour lancer un assaut, un aboiement se fit entendre, suivi d’un violent coup. Orthos, le chien bicéphale, venait de prendre place devant le chevalier, laissant présager un combat à deux contre un. Le sourire de l’italien s’étira, montrant la joie qu’il avait à pouvoir se défouler. D’une main, il interdit aux gardes de venir le rejoindre, préférant ne pas risquer leurs vies avec ses pouvoirs.

- Tu veux la jouer comme ça Géryon… je répugne peut-être à tuer un être humain, mais deux créatures comme vous… ça va être une immense joie.

Le chevalier intensifia son cosmos, son aura dorée disparaissant lentement du chant visuel physique. De sa main gauche, Ephraem créa une sphère que seul les plus doué serait capable de voir. La puissance qu’il emmagasinait dans cette sphère grandissait rapidement. Une fois qu’elle atteignit dix fois la gravité terrestre, le Saint la lancer sur Orthos, tout en chargeant l’animal. Sur son autre main, il avait chargeait de la gravité sur le tranchant. Alors que la sphère venait juste de frapper le chien, la main du chevalier frappa.

Le plan était simple, il allait d’abord tuer le chien et verrait si le géant avait toujours envie de jouer où s’il était prêt à l’aider.

- On continu ? Je ne fais que m’échauffer moi.

Tout en finissant sa phrase, une vague de pesanteur déferla sur les deux créatures. Même s’ils ne ressentaient qu’une lourdeur pour le moment, ils sentiraient bientôt leurs os craquer sous la pression. Les grands discours étaient terminés, le Saint n’avait pas plus de temps à perdre comme ça. S’il ne faisait pas vite, les chevaliers d’Athéna devraient affronter un danger bien plus grand que deux pauvres petites créatures. L’italien en était plus que conscient, sinon il aurait chercher à convaincre autrement le bouvier.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 21:39
Ce fut avec deux hurlements synchronisés déchirants qu’Orthos reçut l’attaque du taureau. Il roula dans la poussière avant de se redresser et de se tapir au sol, grondant, la gueule écumante, prêt à bondir à nouveau sur l’italien. Mais ce fut Géryon qui passa à l’attaque cette fois ci ; il se dressa brusquement devant le chevalier du taureau, armé de trois lances, trois boucliers, et chacune de ses têtes protégée d’un casque, et frappa de ses trois armes en même temps.

« Ne vends pas la peau du chien avant de l’avoir tué, Taureau ! Orthos et moi ne sommes pas si faciles à abattre, et tu n’as pas de venin d’Hydre pour me défaire ! Tu n’as aucune chance ! »

Ce fut au tour du chien bicéphale de charger, ses redoutables mâchoires claquant chacune leur tour, accompagnant ce mouvement de furieux coups de pattes. Géryon passa de nouveau à l’assaut, frappant le chevalier d’or de toutes les forces de deux de ses bras tenant des boucliers avant de les dresser devant lui afin de parer une éventuelle attaque de son adversaire.

« Désolé Taureau, mais le bétail, ça nous connais ! Tes attaques nous font rires, et nous nous te terrasserons avant que tu n’ais le temps de comprendre ce qui t’arrives ! »

Orthos accompagna les propos du géant d’aboiement hargneux, griffant furieusement le sol comme s’il s’imaginait qu’il s’agissait du visage de l’italien.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Jan - 14:58
Le Taureau riait des attaques qu’on venait de lui lancer. Même s’il prendrait une partie des assauts, la puissance de la gravité qui l’entourait serait un atout pour lui. Chacun des deux combattants allaient sentir le contrecoup de leurs attaques, la pesanteur ralentissant les coups et alourdissant leurs corps, au point de faire craquer leurs os. Mais Géryon n’était pas bête, il devait avoir compris ce qu’il risquait, puisqu’il venait de passer sur la défensive. Seulement, la gravité grandissait lentement, prenant déjà sur un rayon de sept mètres autour de l’italien.

Les blessures que venaient de recevoir Ephraem saignait doucement, mais elles n’étaient pas aussi profondes que celles qu’il avait infligé à Orthos. Encore une fois, la stratégie serait la même, réduire la créature au silence et voir la réaction qu’aurait Géryon. Sans bouger de sa position, le chevalier fit décoller le chien du sol, la gravité s’étant annulée sous ses pattes. Juste après, l’animal retomba violemment sur le sol, suivant le mouvement de la main gauche du Saint. Puis, avant qu’il ne puisse bouger, la main droite de l’italien vint frapper la paume de sa main gauche. Sur la créature bicéphale, l’effet se fit ressentir immédiatement, recevant comme un violent coup de marteau sur le dos.

Mais le chevalier n’avait pas encore fini son carnage, il ne laisserait pas le temps pour Géryon de venir en aide à son gardien. Utilisant la gravité pour se déplacer rapidement, Ephraem se retrouva au dessus du chien, qu’il frappa à cinq reprises. L’animal ne bougeait plus, son souffle ralentissant pour s’arrêter complètement. Se mettant en position de défie, le Taureau braqua son regard vers le bouvier.

- Tu es vraiment sur de vouloir continuer ? Sinon tu finiras comme lui…

Tout en ayant prononcé ses paroles, la gravité autour de l’italien augmenta encore, prenant effet sur onze mètres à présent. Bientôt, les os de Géryon craquerait violemment et le jeune homme devrait demander aux gardes et à Eurytion de s’éloigner d’avantage, s’ils ne voulaient pas être prit au piège.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Jan - 23:01
Les yeux de Géryon se posèrent sur le corps inerte d’Orthos. Les gueules entrouvertes dans un éternel hurlement muet, les langues sorties, les yeux vitreux, la bête ne bougerait plus. Le géant releva ses têtes sur Ephraem, le regard furieux :

« Je ne crois pas, Taureau. C’est toi qui finiras dans cet état. Non. Le tient sera bien plus piteux que ça ! Tu va payer très cher ce que tu viens de faire !

Il bondit de nouveau vers le taureau et le frappa de chacune de ses trois lances. Mut par la colère, ses assauts étaient beaucoup plus furieux, beaucoup plus puissants. Comme s’il essayait de compenser les coups que ne pourrait plus délivrer le chien. Puis, il fit tournoyer ses lances dans une attaque musclée. A présent, il misait tout sur l’offensive et ne chercha pas à protéger de ses boucliers.

- Il est trop tard pour avoir des remords Taureau ! Prépare-toi à rencontrer ton destin ! J’espère pour toi que les enfers ne seront pas trop dur avec un Saints !
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Jan - 16:33
La colère du géant pouvait se sentir, ses attaques frappant bien plus fortes, passant même la protection du Saint. Mais la gravité faisait son œuvre, commençant à briser les hampes des lances, fissurant les boucliers comme les os du bouvier, qui pouvait ressentir un sérieux contrecoup à ses assauts. Le sang coulait de la tempe du chevalier, qui l’avait un peu cherché après tout. Ephraem détestait le casque du Taureau, un heaume bien trop imposant, privant d’une partie de la vision de son porteur. Non, il n’aimait vraiment pas ce casque et il le payait à chaque fois, sa tête entend la cible première des attaques de ses adversaires. Pourtant, même ainsi l’italien avait un large sourire.

- Tu es fâché mon grand ? Il fallait y réfléchir avant de me provoquer !

Tout en repoussant les lances, le jeune homme se jeta sur son adversaire, l’enchaînant de onze coups de poings, avant de finir par donner un violent coup de pied, qui avait pour but d’envoyer valser son adversaire. La puissance des frappes était colossale, à l’image des chevaliers du Taureau. Il n’avait peut-être pas la taille et la carrure des autres, mais il n’avait pas à avoir honte sur sa puissance. Au moins, Ephraem faisait mieux que l’ancien porteur de l’armure, l’éternel perdant de ses combats, n’ayant pu faire qu’une égalité avant de mourir. Non, l’italien n’était pas comme lui, il était bien plus fort, son maître l’ayant formé parfaitement.

- Tu ne vas pas aimer la suite, je peux de le promettre.

Le jeune homme concentra la gravité autour de lui, réduisant le rayon d’action à seulement cinq mètres. Il n’avait pas besoin de plus, le reste entourant les deux combattants. Le but était simple, empêcher son adversaire de pouvoir utiliser son cosmos. Le souci, c’est que la concentration était telle, qu’il ne pourrait lui non plus utiliser son cosmos. Mais le Taureau n’avait pas besoin d’utiliser son cosmos pour vaincre son adversaire, qui était maintenant dans un sale état. Soit Géryon décidait d’abandonner maintenant, alors qu’il était déjà au porte de la mort, soit il prendrait encore une rafale de coup, qui le tuerait certainement. Ephraem espérait qu’Eurytion savait ce qu’il aurait besoin pour entraver Typhon, sinon il perdrait un avantage précieux.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Jan - 21:01
Géryon poussa un râle de douleur sous les attaques du chevalier d’or. Chancelant, il était évident qu’il n’en avait plus pour longtemps, c’était à peine s’il parvenait encore à tenir debout. Il voyait bien que ses boucliers ne lui étaient plus d’aucune utilité à présent, ils ne représentaient qu’un gène, un poids de plus à porter alors qu’il était exténué et endoloris. Le géant les lâcha alors pour s’offrir plus de liberté de mouvement et pouvoir mettre plus de force dans son prochain assaut. Il serra fermement ses lances et ne prit pas la peine de parler, préférant garder ses forces pour essayer de terrasser le taureau. Il commençait à douter de sa capacité à gagner, mais il refusait d’abandonner. Il devait protéger le troupeau à tout prix !
Il chargea. Asséna une première attaque. Ou plutôt trois. Frappant de ses trois lances simultanément. Il aurait voulut enchainer sur une autre attaque mais chancela un instant avant de se reprendre. Puis, il donna un coup de lance, enchainant sur une deuxième, puis sur un troisième, profitant de ses trois armes pour les enchainer rapidement. Enfin, il frappa une dernière fois de toutes ses forces avec un râle furieux.

« Tu ne toucheras jamais à ce troupeau, Taureau ! Je suis leur gardien, et je m’acquitterais de ma tâche jusqu’à ma mort ! »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 21:26
Tout comme Géryon, l’italien n’allait pas pouvoir utiliser son cosmos pour le frapper. Mais vu dans l’état qu’il était, le jeune homme avait-il vraiment besoin d’utiliser une telle puissance de frappe ? Puisqu’il allait simplement se contenter de le tuer, sans le pulvériser complètement, il ne fit qu’attraper l’un des bras du géant, pour l’attirer vers lui. Le bouvier tenait à peine debout, ses os craquant fortement sous la pression et les contrecoups de ses attaques.

- Très bien, tu vas pouvoir retrouver Orthos. Puisse le Tartare vous ouvrir ses portes.

Le poing du chevalier frappa le géant sur le côté, brisant les trois crânes en un seul coup. Il lâcha ensuite le corps sans vie, qui tomba lourdement sur le sol. Le Taureau stoppa alors complètement la gravité qui l’entourait. Si Eurytion avait voulu se battre contre lui, il l’aurait bien avant, quand il avait l’avantage sur lui. Et puisqu’il ne l’avait pas encore attaqué, même après avoir vu son maître et Orthos mourir, l’italien pouvait en conclure qu’il n’interviendrait pas d’avantage et qu’il pouvait lui faire confiance.

Le chevalier fit quelques pas en direction des gardes, flanchant légèrement. Il avait perdu beaucoup de sang en affrontant Géryon, Orthos ne l’ayant pas autant fait souffrir, mais il devait rester fort devant les soldats. En tant que chevalier d’or, en tant qu’ancien Grand Pope et en tant que bras droit d’Athena, il devait tenir le coup. Pourtant, ses muscles ne le tenaient plus. Chancelant, l’un des gardes rattrapa le chevalier juste à temps, le second venant le soutenir. Même si Ephraem n’était pas lourd, son armure avait un certain poids.

- Merci, leur dit l’italien. Surtout, pas un mot de ça à Athena, elle serait capable de rire de moi…

Avec l’aide des gardes, le gardien du second temple se rendit jusqu’au nouveau maître du troupeau.

- Eurytion, est-ce que tu sais ce que je dois récupérer ? Géryon a parlé de son troupeau, mais on parle des vaches d’Apollon là… j’ai déjà assez de dieux sur le dos, entre Hadès, Aphrodite et Athéna… pas besoin d’en avoir un nouveau…
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 16:58
Eurytion resta impassible en voyant Géryon se faire éliminer par le chevalier du taureau. Quand ce dernier s’approcha de lui pour demander s’il savait ce qu’il était censé récupérer, le demi dieu hocha la tête :

« Tu es censé récupérer la corne d’une vache d’Apollon. Mais ne t’inquiète pas, tu n’aura pas à en esquinter une seule et te mettre un dieu de plus à dos. Comme en prévision de ta venue, l’une des bêtes à perdu sa corne. On ignore comment, Géryon l’a trouvé à terre. Mais il s’est mit en tête qu’une corne de vache d’Apollon, ça pouvait s’avérer utile, et que, au pire, il pourrait toujours la revendre.

Le vacher s’éloigna et revint un instant plus tard, tenant entre ses mains une boite noire qu’il posa aux pieds d’Ephraem. Sur le dessus du couvercle, on pouvait voir un creux un peu plus gros qu’un poing, à peu près circulaire, excepté pour un côté plus pointu qui se divisait en deux.

- J’ai demandé à Géryon où était la clef pour ouvrir la boite, mais il a refusé de me le dire, je crois qu’il se méfiait de moi. C’est pas comme si je comptais dérober la corne de toute façon. Enfin, tout ce qu’il a accepté de me révéler, c’est une énigme : Tout comme on combat le feu par le feu, tu obtiendras la corne par la corne.

Il posa son regard sur la boite un instant avant de renifler, dubitatif :

- Sinon. Tu peux toujours couper la corne d’un bestiaux. C’est pour arrêter Typhon, je suis sûr qu’Apollon comprendra… »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Jan - 22:07
Bizarrement, l’italien n’était pas vraiment d’accord avec Eurytion. Il savait à quel point les dieux étaient capables d’être susceptible, surtout quand il s’agissait d’une broutille ou de la fin du monde. Les dieux étaient les êtres vivants les plus changeant, pire encore que les Hommes, ils étaient capables de donner l’autorisation de faire une chose et te punir juste derrière pour l’avoir fait. Après, n’était-ce pas Zeus lui-même qui avait autorisé Hadès à emporter Perséphone, avant de le punir, simplement parce que Déméter n’était pas d’accord ? Alors si le roi des dieux pouvait se le permettre, ils pouvaient tous le faire.

- Quelque chose me dit qu’Apollon ne serait pas vraiment d’accord qu’on vende ainsi un morceau d’une de ses vaches. Surtout qu’il aurait pu en faire un nouvel instrument de musique peut-être…

Ephraem était gentiment sarcastique, espérant que ça ne s’entendait pas trop. Il allait demander à l’homme où se trouvait la corne, mais il était déjà parti la chercher. Il revint avec une boîte étrange, gravée d’une sorte de camembert ayant une part en moins. Le Taureau était fatigué et ne savait pas s’il pourrait briser le couvercle, mais il n’eut pas besoin de le faire, puisqu’Eurytion lui dit que s’il voulait l’ouvrir, il devait trouver la réponse à une énigme. L’homme lui donna ensuite l’énigme qu’avait faite Géryon, laissant un grand sourire apparaître sur le visage du chevalier.

- Eurytion, je crois qu’il va falloir que tu fasses venir une vache jusqu’ici. Si je ne me trompe pas, la marque sur la boîte correspond à la corne d’une vache. Je veux dire par là, sa patte. On aura juste à laisser la vache ouvrir le coffre et nous aurons la corne.

Pour cette partie, le Saint préférait laisser l’homme s’en occuper. Il n’avait pas envie de forcer une vache à poser une patte sur un coffre et risquer le courroux d’un dieu, alors qu’il pouvait laisser faire un spécialiste en la matière. De plus, les bêtes devaient avoir l’habitude de sa présence, contrairement à celle de l’italien ou des deux gardes.
avatar
PNJ Athéna

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 127
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Jan - 22:18
Eurytion fixa les vaches qui paissaient derrière lui en imaginant un instrument fait à partir d’une de leur corne avant de pivoter de nouveau vers Ephraem :

« On ne parlais pas de vendre, mais de récupérer afin de sauver le monde. Enfin, je suppose que vous n’avez pas tort, les dieux sont capricieux parfois.

Quand le chevalier d’or lui demanda d’amener une vache, le demi-dieu cacha difficilement sa surprise, mais s’exécuta sans rien dire. Il poussa une vache à l’écart du troupeau et la mena jusqu’au coffre. La tâche aurait été plus aisée avec Orthos, mais l’animal se laissa faire tout de même. Il s’appuya sur l’épaule de la bête en glissant une main le long de sa jambe pour qu’elle la lève. Il la déplaça ensuite vers le creux et l’y déposa. Un clic retentit et la vache s’écarta brusquement en meuglant pour rejoindre le reste du troupeau, courroucée qu’on ait ainsi manipulé sa jambe. Eurytion la laissa faire, de toute façon, le coffre était déjà ouvert. Il prit le coffre dans ses mains et le tendis au chevalier du taureau :

-Tenez, prenez-la, et arrêtez Typhon. Dépêchez vous, Géryon vous a suffisamment fait perdre de temps.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[EOD] Trois corps, deux tête, un demi-dieu [Ephraem]