Razal
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
RazalChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4339
Age : 31

[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge226.01.18 20:27
Les pneu du jet crissèrent sur le sol, quand il atterri à l’aéroport international de Dubaï. Un simple coup de fil au maire de la ville permis à l’italien d’avoir un accès immédiat. Visiblement, le Corbeau avait bien fait son affaire et la ville était bien sous la protection des chevaliers d’Athéna. Le jeune homme n’était pas venu ici pour rien, il avait une mission personnelle, le genre de mission que certaines personnes n’apprécieraient pas. Comme beaucoup de grandes villes, Dubaï avait un système corrompu, mais elle, plus que d’autres, était complètement pourri de l’intérieur. Le genre de pourriture que le Taureau ne pouvait pas supporter. Une ville miroir, montrant la grandeur inexistante d’un pays, en ne dévoilant que cette ville au monde. Le reste du pays nageait dans la pauvreté, une pauvreté qui touchait également ses voisins, mais qui n’inquiétait pas Dubaï et ses grosses fortunes.

Le Saint commença à déambuler dans les avenues de la ville. Lançant des regards haineux vers les bâtiments luxueux et artistiques. Il n’aimait vraiment pas l’architecture moderne, pleine de métaux et de verres. Il préférait largement les vieilles pierres, celles qui racontaient les histoires d’un temps révolu, mais ici, il n’entendrait rien du tout. Dans un souffle de lassitude, le Taureau s’attrista de ne pas être à Rome, où il se sentait vraiment bien, du moment qu’il ne regardait pas trop les constructions modernes. Mais ici, il n’y avait que ça à perte de vue, de la modernité, de la tristesse.

Le chevalier accéléra le pas, pour fuir cette vision, devant se rendre à un autre endroit. Les lunettes de soleil sur le nez, sa veste en cuir ouverte pour se rafraîchir, l’italien chercha un immeuble précis. Il savait, via son réseau d’information personnel, qu’un groupe armée et potentiellement du même genre que la mafia, se trouvait dans cette ville. Comme beaucoup d’autres organisations criminelles, les grandes villes étaient un camouflage parfait, surtout quand on avait de l’argent. La mission serait donc de les neutraliser et s’il le fallait, démanteler le groupe. Ephraem n’était pas contre garder cet organisation, mais seulement s’il savait qui y serait à la tête et que les divers activités du groupe n’avaient plus rien de criminelles. Après tout, l’italien avait bien changé la mafia familiale, en groupe démantelant les autres mafias. Sur un point de vue judiciaire, ils restent des criminels, mais visiblement, les policiers italiens étaient ravis.
Razal
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
RazalChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4339
Age : 31

[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge230.01.18 11:36
Le Taureau trouva l’immeuble qu’il cherchait. Alors que certains auraient choisis un endroit sombre, caché de la vue de tous, cette organisation faisait le contraire. Ils connaissaient leur force et le peu d’ennemis qu’ils avaient dans les parages, si bien qu’ils pouvaient se permettre d’être dans la lumière. L’italien regrettait presque sa famille en voyant les vitres lumineuses, reflétant les rayons de l’astre solaire. Les Divinatus étaient peut-être des mafieux, de la pire espèce même, mais jamais ils n’auraient choisis un immeuble aussi voyant. Après, un manoir n’était pas vraiment mieux, mais les passages secrets, permettant de parcourir les souterrains de Rome et de voyager discrètement, étaient bien avantageux. Il se demandait déjà si les propriétaires avaient pensés à ça, ou s’il allait devoir leur souffler l’idée.

Comme si de rien était, le chevalier entra dans le bâtiment, un hall d’entrée s’ouvrant devant lui. Un homme habillait comme un maître d’hôtel se tenait derrière un comptoir. En voyant rentrer l’italien, il se leva immédiatement.

- Puis-je faire quelque chose pour vous ?

Le Taureau eut un large sourire, avant de parler.

- En effet, je cherche Monsieur Sakhr Badr Seif. On m’a dit que je pouvais le trouver ici.

L’homme se retrouva rapidement mal alaise, n’ayant surement pas l’habitude qu’un inconnu demande son patron ainsi.

- Je… euh… attendez un instant.

Le maître d’hôtel prit le combiné se trouvant devant lui et composa un numéro. Un simple regard permis à l’italien de voir qu’il passait un numéro interne, son patron se trouvant donc bien ici. Après un échange rapide, l’homme demanda d’une voix tremblante.

- Qui dois-je annoncer ?

- Divinatus Ephraem.

L’homme annonça le chevalier, avant d’écarquiller les yeux. Visiblement, le Taureau était connu ici aussi.
Razal
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
RazalChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4339
Age : 31

[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge230.01.18 21:41
Le maître d’hôtel demanda au jeune homme de s’installer dans un petit salon à côté du hall, lui disant qu’il ne devrait pas attendre longtemps. Le salon avait deux entrées, celle par laquelle il venait d’entrer dans la pièce et une seconde qui se présentait sous la forme d’une lourde porte d’ascenseur. Pour le reste, il n’y avait que deux petites lucarnes, servant de fenêtres. L’italien nota que s’il devait sortir rapidement, il ferait mieux de passer directement à travers le mur, son cosmos arrivant à bout des métaux les plus résistants. Dans un petit bruit de clochette, la porte de l’ascenseur s’ouvrit, laissant sortir deux hommes, bien plus grand qu’Ephraem. L’un des deux s’avança jusqu’au Taureau, lui annonçant de sa forte voix.

- Monsieur Seif vous attends, veuillez nous suivre.

Jouant le jeu, le chevalier suivi le gorille et entra dans l’ascenseur. Comme il avait pu le voir de l’extérieur, la cabine était étroite, obligeant les deux colosses à se faire petit, surement pour mieux traiter leur invité. La situation amusait beaucoup l’italien, se disant que l’organisation devait le croire à la tête de la famille mafieuse la plus dangereuse d’Italie, et qu’ils allaient faire en sorte de le mettre dans leur poche. Certainement pour éviter de disparaître, comme le faisait son père, quand on lui manquait de respect.

Quand l’ascenseur s’arrêta enfin, les gorilles sortirent, avant de conduire l’italien au bout d’un long couloir. Avant d’ouvrir la porte, le premier homme reprit la parole.

- Excusez-moi monsieur, mais nous devons vous fouiller. Mesure de sécurité standard.

Avec un large sourire, le jeune homme écarta les bras pour les laisser faire leur boulot. Après tout, il n’avait rien à cacher, aucune arme n’étant sur lui. Comme s’il avait besoin de cela pour neutraliser des criminels. Un fois fini, l’italien pu enfin entrer dans la pièce, la porte grise laissant dévoiler un grand bureau de bois, où siégeaient une dizaine de personnes, chacun ayant deux gardes du corps derrière eux.
Razal
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
RazalChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4339
Age : 31

[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge231.01.18 21:06
L’homme présidant le conseil, se leva en saluant le chevalier.

- Bienvenu parmi nous. Messieurs, je vous présente Divinatus Ephraem, le parrain actuel de la plus grosse branche mafieuse d’Italie.

D’un geste de la main, il montra un siège vide, afin que le Saint puisse prendre place avec eux.

- Si j’avais su que vous veniez dans notre belle ville, j’aurai demandé à mon chauffeur d’aller vous chercher à l’aéroport. Vous êtes ici depuis longtemps ?

Sans prendre la peine de s’assoir, préférant garder l’ensemble des convives sous les yeux, le Taureau répondit :

- Je viens juste d’arriver en faite et comme j’aime bien marcher, je me suis permis de faire une première visite de la ville. Sinon, j’aurai pris mon propre chauffeur, il est bien assez compétant pour me conduire.

Pour le moment, l’italien allait jouer le jeu, leur faire croire qu’il était ici pour les rejoindre. Car visiblement, ils n’attendaient que ça, l’envie de le demander se lisant clairement sur leurs visages. En revanche, le président n’était pas à l’aise, ne devant pas avoir l’habitude qu’un individu refuse ses demandes, et surtout qu’il s’invite ainsi dans son propre bureau, comme s’il possédait une carte VIP mondiale.

- Hum, excusez-moi monsieur Divinatus, mais pourquoi êtes-vous ici ?

La question tombait enfin bien, même parfaitement. Les membres du conseil se tournèrent alors tous vers lui, se posant également cette question, tout en sentant que la réponse n’était pas celle qu’ils voulaient entendre. En début de réponse, un sourire carnassier étira les lèvres du jeune homme, provoquant le malaise sur les premiers rangs et la méfiance chez les gardes du corps.

- Je suis venu pour prendre le contrôle de votre organisation. Même si je vous laisse le choix bien sûr. Soit vous me laisser prendre le contrôle, soit je la démantèle. Je vous laisse… disons cinq minutes pour prendre votre décision.

La surprise se lisait d’abord sur les visages des membres, les gorilles se demandant un instant ce qu’ils devaient faire. Même si la colère se lisait dans les yeux du président, il garda tout de même son calme. Du moins suffisamment pour demander :

- Et, que se passera t-il si nous acceptons ?

- Très bonne question. La plus part des membres ici seront remplacés, à commencer par vous. Je mettrais une personne de confiance à la tête du groupe, pour faire comme en Italie. C'est-à-dire combattre le crime dans l’ombre et non l’engendrer à la vue de tous.
Razal
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
RazalChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4339
Age : 31

[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge201.02.18 21:16
Ne pouvant en entendre plus, la colère du président éclata.

- Tu te prends pour qui sale gosse ? Tu débarques ici comme si tu étais le roi, tu insultes notre hospitalité et tu veux en plus nous dégager ?

Il tapa violemment sur la table, avant de reprendre.

- Ton père était un chien et tu es plus pitoyable que lui… tuez-le !

Les gorilles commencèrent à se déplacer vers lui, les deux se trouvant dans son dos lui attrapant déjà les bras. Mais au lieu de voir un jeune homme apeuré, ils purent entendre un fou rire, qui leur glaça le sang.

- Je vous avais donné une chance, vous l’avez gâché.

Alors que l’un des gardes du corps fonça sur lui, l’italien lui donna un violent coup de pieds dans l’estomac. Utilisant l’appuie, Ephraem se propulsa contre la porte derrière lui, tout en entrainant les deux hommes qui le tenaient. Il se dégagea ensuite de leur prise, attrapa le premier, qu’il lança sur deux autres gardes arrivant sur lui. Le second se retrouva rapidement encastré dans la porte, vite rejoins par un autre garde.

- Venez plus vite, je n’ai pas que ça à faire.

Les hommes commençaient à s’entasser sur le sol de la pièce, les vingt gardes se faisant neutraliser plus vite qu’ils n’avaient le temps d’arriver. Les poings du Taureau fusant rapidement vers leur mâchoire, sans qu’un seul d’entre eux ne puisse le toucher. Ce fut seulement quand le dernier garde fut à terre, qu’un bruit retenti. Une balle se trouvait dans le mur, le regard de l’italien foudroyant le tireur. D’une voix tremblante, le président bredouilla :

- Mais comment ? J’avais visé votre tête…

Laissant alors son cosmos dorée de recouvrir, le chevalier montra la puissance qui coulait dans ses veines, détruisant la table sans même bouger d’où il se trouvait.

- Je suis Divinatus Ephraem, chevalier d’or du Taureau et parrain d’un nouveau genre de mafia. Maintenant, si vous voulez bien, je vous prierai de sortir d’ici.

Plusieurs coups de feu partirent encore, sans aucun n’aient touchés le jeune homme. L’arme tomba alors des mains du président.

- Cette immeuble est à moi, vous ne pouvez pas…

Le téléphone de l’homme sonna au même moment, qu’il décrocha en tremblant toujours.

- Comme vous venez surement de l’apprendre, cet immeuble m’appartient maintenant. La prochaine fois, évitez de menacer le maire d’une ville sous protection Sainte.
Razal
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
RazalChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4339
Age : 31

[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge203.02.18 13:37
Le président lâcha son téléphone, l’appareil partant en morceau au moment de toucher le sol. Le reste de l’organisation se tourna vers l’homme, essayant de voir si les dire du jeune homme étaient vrais. Mais en voyant son expression, il n’y avait aucun doute, l’italien avait réellement pris le contrôle de tout.

- Monsieur Youssef Hana Gaber, dit le Saint, tout en montrant l’un des membres. Vous serez le nouveau président de cette organisation.

Le jeune homme désigna ensuite tour à tour cinq autres membres, ainsi que l’ancien président et leur fit comprendre qu’ils pouvaient prendre l’ascenseur et quitter l’immeuble. Laissant leur place aux derniers restants.

- La police vous attend en bas, pas besoin d’essayer de la fuir, vous ne ferez qu’augmenter vos peines.

Le Taureau s’installa enfin à la table, prenant la place de l’ancien président.

- Vous allez recevoir sur vos smartphones la liste des nouveaux membres. J’ai entièrement confiance en eux et proviennent aussi bien d’ici, que des pays voisins. Vous pourrez d’ailleurs constater qu’il y a le chef de la police de Dubaï, ainsi que le ministre des affaires étrangères marocains.

Ephraem leur parla longuement des futurs enjeux de l’organisation, leur faisant bien comprendre qu’il en était membre permanant et qu’il pouvait faire partir qui il voulait, à n’importe quel moment. Mais il n’avait pas gardé ces membres là au hasard, il savait qu’ils étaient les plus aptes, les moins perfides du groupe, n’ayant fait que suivre les ordres.

Maintenant qu’il avait tout remis en place, l’italien pu se perdre dans la ville, profitant enfin de son décor, même s’il ne le trouvait pas assez ancien. Une fois le tour de la ville terminé, le jeune homme retourna à l’aéroport, remontant dans le jet qui l’avait conduit ici. Il allait devoir retourner au Sanctuaire, pour vérifier qu’Athéna ne faisait rien de stupide, comme enfermer un nouveau dieu ou déclencher une nouvelle guerre.
Contenu sponsorisé


[FB]Le démantèlement est un art aussi Empty
Revenir en haut Aller en bas
[FB]Le démantèlement est un art aussi 201195horloge2

[FB]Le démantèlement est un art aussi