Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge210.04.18 22:22
En un coup de vent, ou presque, l’égyptien se retrouva au Nigéria. Un pays corrompu à souhait, la vermine rampant partout dans les rues. Du moins, c’était ainsi que les voyait Kaorn, du haut d’un immeuble. Il allait encore devoir traverser le pays, pour se rendre à Lagos, la ville où se tenait l’informateur. Mais avant de s’y rendre, il allait prendre le plus d’information possible, s’arrangeant pour avoir une connexion satellite avec son téléphone, gentiment fourni par le commandant des Ombres. Le commandant amusait beaucoup Kaorn, car il servait plus de messager que de commandant. Jamais le blond ne laisserait un simple commandant lui donner des ordres, il était bien au dessus de lui, tout comme il l’avait été par le passé.

- Qu’avons-nous là, un gouvernement pourri, un pays qui se meurt doucement, son pétrole et son cacao n’étant plus suffisent pour le maintenir debout. Il va falloir mettre le nez dans la compta, pour leur expliquer comment on gère l’argent. Je vais les tenir dans ma main, comme une sourie est le jouet du chat, avant qu’il ne s’en lasse.

Après avoir récupéré les informations utiles, l’Ombre se dirigea plus vers le sud, se laissant porter par les vents, sa malédiction effaçant les mémoires de ceux qu’il pouvait rencontrer. Bientôt, il devrait pourtant faire un effort, pour empêcher les habitants de Lagos de l’oublier.

- Le dirigeant de la ville et aussi notre informateur. Formidable, il est doué le petit. Il s’appelle comment déjà ? Akiwunmi Ambode, venant du même parti politique que le très cher président du pays. Cette pomme est pourrie jusqu’au trognon. Heureusement, qu’il ne s’agit pas de l’Egypte.

Le guerrier entra dans la ville avec calme. Il ne devait surtout pas changer les habitudes des habitants. Même si, pour une fois, le jeune homme n’était pas celui ayant la peau la plus foncée dans les parages. Finalement, il ne passerait surement pas aperçu, même en portant une tenue tout à fait civil. D’ailleurs, pour bien commencer les présentations, il entra normalement dans les locaux du gouverneur, avant de changer d’apparence, revêtant son Linceul. L’effet fut immédiat, les hommes armés arrivant en masse pour protéger un homme qu’ils haïssaient surement.

- Laissez-moi voir le gouverneur, immédiatement. Et peut-être que je vous laisserai la vie sauve.

Comme toujours dans ce genre de demande, il y a ceux qui pensent que la menace est réelle et les autres. Pas de chance, ce sont les autres qui ont réagit en premier, laissant les autres suivre. Le guerrier de Léthé ne devait pas faire mauvaise figure, surtout dans un instant aussi important que celui-ci. Il se contenta donc de sortir ses lames, avant même que la première balle ne sorte du canon. Les gardes avaient beau avoir des armes automatiques, les lames du jeune homme était bien plus rapide que les balles, les tranchants toute une à une, n’en laissant passer aucune. Bientôt, à ses pieds ne se trouveraient que les restent de ce qui rendait les armes à feu dangereuse. Car après tout, sans munitions, plus aucun danger, mais il devait être tranquille et faire un exemple, sinon personne n’allait comprendre. La sélection fut rapide, choisir celui qui avait tiré le premier, celui qu’ils avaient suivi comme s’il était le leader de la troupe. D’un mouvement du poignet souple, l’une des lames vint se planter dans le sternum de l’homme, un nouveau mouvement la ramenant vers son propriétaire. La manipulation avait de gros avantages, surtout avec les armes légères.

- Alors, on coopère ou je dois me montrer plus convainquant ?

Une voix d’homme se fit alors entendre, une voix forte et bourru, hurlant presque pour savoir d’où venait se tapage. Mais bizarrement, l’homme resta silencieux en voyant Kaorn, comme s’il était déjà en train de trembler.

- Désolé d’arriver ainsi très cher, mais notre maîtresse commune n’a pas de marque des ténèbres, pour signifier à ses disciples qu’elle est de retour.
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge211.04.18 22:07
Le gouverneur ne savait plus où se mettre, c’était une évidence qui amusait l’égyptien. D’un pas tranquille, il se dirigea vers les marches, qui le mèneraient devant le gouverneur. Le linceul avait quelque chose de pratique, surtout avec la forme qu’il prenait pour Kaorn. Le masque de chacal couvrait son visage, le rendant anonyme pour ceux qui le voyaient, mais ce n’était pas la seule chose que permettait le linceul. La peau du guerrier devenait méconnaissable, prenant une couleur de chair brûlée, sans les inconvénients bien sur.

- Alors mon cher Akinwunmi, où se trouve votre bureau, histoire d’être un peu tranquille.

La demande du jeune homme semblait amicale, mais il s’agissait bel et bien d’un ordre, ordre que l’homme ne pouvait refuser. D’un simple ordre, les gardes baissèrent leurs armes, qui étaient maintenant vides, et laissèrent les deux hommes se rendre dans le bureau, au second étage. Une fois la porte fermée, Kaorn retira son linceul, n’ayant pas vraiment peur du gouverneur. Il avait juste mis sa protection le temps d’en mettre plein la vue aux gardes, afin d’être tranquille pour un moment.

- Vraiment désolé Aki pour ton Brutus. Ca ne te dérange pas que je t’appelle Aki ? Enfin, ce n’est pas comme si tu avais le choix de toute façon. Nous devons parler affaires toi et moi.

Comme s’il était le maître des lieux, l’Ombre s’installa derrière le bureau, regardant la gentille photo de famille qui s’y trouvait.

- Assieds toi, fais comme chez toi.

Le gouverneur s’installa docilement sur le siège en face du bureau, visiblement gêné de la situation. Exactement ce que recherchait le blond, son regard sauvage ne trahissant nullement ce qu’il était capable de faire.

- Vous…

- Ah non, nous sommes amis tous les deux, tu peux me vouvoyer.

L’homme se racla alors la gorge, avant de reprendre.

- Tu…

- Ouai, en faite non, vouvoies moi, ça fait bizarre sortant de ta bouche.

Le gouverneur était encore plus mal à l’aise maintenant. Kaorn avait réussi à lui imposer sa domination. Après tout, le lion est le seul roi en Afrique, à part Eris, qui était une déesse bien sur. L’homme était en train de regarder ses pieds, ne sachant plus quoi dire.

- Mon cher Aki, ton ordre… enfin parti politique, si tu préfères, est pitoyable, vraiment… très… pitoyable. Vous faites n’importe quoi, vraiment. Regardez-vous, vous êtes le pays le plus riche de toute l’Afrique, loin devant le second. Pourtant, vous avez encore recours à la fraude pour rester au pouvoir. Très médiocre… vous n’arrivez même pas à gérer votre pétrole et votre cacao, alors qu’avec les demandes actuelles, vous devriez être richissime. Il va falloir travailler ça rapidement.

L’égyptien posa ses pieds sur le bureau, regarda la colère de son interlocuteur monter doucement. Il savait qu’il pourrait faire ce qu’il voulait, l’homme ne ferait rien, la menace Eris étant grande, même si celle que représentant l’Ombre était bien suffisante.

- Je vais te donner du travail. La première sera de me fournir les documents du pays complet. Je veux dire par là, tous les dossiers importants, livret de compte, démographie, lois en vigueur… toutes bien sûr, même les plus anciennes et ridicules. Je veux également savoir tout ce qui n’ait pas en surface, je me fais bien comprendre ?

Le gouverneur hocha doucement la tête, se demandant comment il pourrait se sortir de cette situation.

- Je veux également une ligne directe avec le président Muhammadu Buhari. Il fait parti de votre ordre et donc, par extension, il fait parti des débiteurs d’Eris. Pas besoin de lui en dire beaucoup, juste que le représentant de la Discorde lui ordonne de coopérer. Si tu n’as pas fait ce que je t’ai demandé dans l’heure, je tue ta femme ET celle du président. Ca devrait le faire bouger plus vite. Je ne demande pas des documents papiers, si ça peut te rassurer, je sais me servir d’un ordinateur, même avec mes trois millénaires…
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge213.04.18 21:23
Les menaces avaient fait leur effet, le président se trouvant en ligne dans les minutes qui suivirent. D’abord taquin, l’Ombre laissa l’homme parler seul au téléphone, balançant des tonnes d’excuses pour justifier son petit retard et le peu d’aide que pouvait offrir le gouverneur. Après un moment, le président n’entendant aucun son, demanda :

- Il y a quelqu’un ? On m’a juste fait une farce ou quoi ?

L’homme était déjà en train de s’énerver et insulter les gens qui devaient se trouver autour de lui, avant que Kaorn n’intervienne.

- Je suis là, Muha… je te prierai donc de garder le silence tant que je ne t’ai pas donné l’ordre de parler. Est-ce bien clair ?

La colère du président était apaisante pour le guerrier, qui se savait déjà maître du pays. Si la personne la plus importante réagissait ainsi, c’était signe qu’on pouvait en faire ce qu’on voulait, du moment qu’on avait les pions pour. Et si les pions n’étaient pas encore en place, le bluff était également parfait.

- Mon ami, dois-je faire un exemple en faisant tuer votre famille ? Non, c’est bien ce que je pensai. Je vais donc répéter ma question, avec des mots plus directs. Tu ne parleras qui si je t’en donne l’ordre, sinon un drame arrivera, car la puissance qu’Eris m’a donnée m’en donne le pouvoir. Est-ce bien clair ?

Un léger silence se fit alors entendre, avant que le président n’acquiesce. Jusqu’alors, seul le président était visible pour cette visioconférence particulière. Kaorn cliqua sur une touche et pu enfin être visible pour l’homme. Mais cette fois, il laissa la malédiction faire son effet, afin d’être oublié du président une fois l’affaire terminée. Il ne voulait pas laisser trop de trace derrière lui, seulement les plus importantes, que le gouvernement sache qu’il était dirigé par quelqu’un de plus haut qu’eux, mais qu’ils n’avaient jamais vu, ni entendu. Cette façon de faire était particulière et demandait beaucoup de concentration. En revanche, il ne pourrait rien faire si une autre Ombre venait débarquer à ses côtés, il ne pourrait pas le cacher comme il pouvait le faire avec lui.

- Muha, j’aurai besoin de toi mon ami. Vois-tu, Aki n’a pas assez d’autorisations dans le gouvernement, pour les documents que je lui demande. Il me faut donc les tiens. Après tout, tu es à la tête du pays et Eris souhaite rendre ton pays prospère. Alors… j’attends, quels sont tes accès ?

Le président coopéra très rapidement, ce qui plu au guerrier. Le bluff avait plutôt bien marché, même s’il aurait pu mettre ses menaces à exécution un peu plus tard. L’égyptien tapa les identifiants sur l’ordinateur et pu ainsi constater qu’il avait un accès complet aux données du pays. Il aurait même pu les couler maintenant et disparaître, mais il avait besoin de plus que les maigres réserves d’un pays à la dérive.

- Nous allons bien nous entendre tous les deux. Tu verras, au début tu penseras que ton pays va s’effondrer d’avantage, après tout, je vais prendre une très grosse part de vos bénéfices. Mais ne t’inquiètes pas, les bénéfices vont très vite augmenter et ton pays va très bien gagner et nous avec.
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge215.04.18 19:04
Kaorn étudia longuement les dossiers qu’il avait sous les yeux. Il ne voulait louper aucun détail, comparant les données officielles, que tout le monde pouvait consulter assez facilement et les données cachées, que seul le président connaissait. Rapidement, l’Ombre vit qu’il y avait quelque chose de très louche dans l’affaire, encore pire que ce qu’il pensait.

- Muha, pourrais-tu m’expliquer pourquoi tu reçois autant d’argent de l’industrie du pétrole ? Car d’après mes sources, le pays ne reçoit presque rien, d’où les faibles richesses que vous avez. Je vais devoir remédier à ça…

Le regard du jeune homme se fit plus grave, comme s’il cherchait une réponse dans l’écran qui affichait la tête du président.

- Je vais te laisser deux secondes, je reviens tout de suite, ne t’en fais pas.

Une fois hors champ, il fit signe au gouverneur de le suivre. En bas, il pouvait entendre les mouvements de ceux devant se débarrasser du corps du garde mort. L’égyptien ne se faisait pas de souci pour ça, il se doutait que la mort de l’homme serait caché, pour éviter une enquête approfondit sur le gouverneur et ainsi éviter de dépenser plus d’argents. Une fois assez loin du bureau, Kaorn s’arrêta, enfonçant son poing dans le mur se trouvant en face de lui.

- Aki, tu reprends ta place au service d’Eris… mais tu vas gagner en pouvoir. Ce connard de président bouffe l’argent revenant au pays, pour ses profits personnels, sans se soucier de ceux qui crèvent de faim dans la rue. Je vais finir la réunion, comme si de rien était, mais une fois que tout sera signé, bien clair et bien recadré, j’irai m’occuper de lui. Tu obtiendras son poste, pour être sûr que tout se passe parfaitement bien. Une fois son cas réglé, j’irai m’occuper des compagnies, pour renégocier les contrats. Le pays devrait rapidement se remettre sur pied et Eris aura assez d’argent pour quelques temps.

Le duo retourna ensuite dans le bureau, l’Ombre reprenant place, comme si la conversation n’avait pas eu lieu. Il continua d’éplucher les documents, écrivant sur une feuille les changements qu’il voulait apporter, ne laissant pas vraiment le choix au président. Une fois le tout fini, il relu ses notes et rédigea un contrat, qu’il tapa à l’ordinateur. Il n’arrivait pas encore à aller aussi vite qu’avec une plume, qu’il emportait toujours avec lui, mais il se débrouillait toujours mieux que certaines personnes étant de cette époque. Il envoya ensuite le document au président, lui demandant de signer tout de suite. L’homme signa à contrecœur, ne se rendant pas encore compte qu’il s’agissait seulement d’une diversion. Une fois le document de retour, Kaorn imprima l’exemplaire non signé, en double. Il les signa et demanda au gouverneur d’en faire autant, puisqu’il deviendrait bientôt le nouveau président du pays, qu’importe ce que voulait le peuple.

- Je vais te laisser maintenant, monsieur le nouveau président. J’ai du ménage à faire. Et un compte en banque à vider, pour remplir celui d’Eris.
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge219.04.18 18:48
Pour ne pas perdre de temps, le jeune homme se rendit sur le toit du bâtiment, laissant libre court à sa malédiction. Il n’avait pas besoin que les gens se souviennent du départ qu’il allait faire. Ajoutant son gantelet, il laissa le faucon se poser sur son bras, les pieds au bord du vide.

- J’espère que tu es prêt à me suivre, on doit se rendre à Abuja.

Après une légère caresse sur la tête de l’animal, l’égyptien ajouta.

- Oui, promis, je t’achèterais de quoi manger quand on sera sur place.

Horus décolla immédiatement après, rapidement suivi par l’Ombre, qui se laissa porter par les courants, avant de propulser sur le sol et gagner la ville au plus vite. Le jeune homme avait laissé la plus grande partie de ses affaires chez le gouverneur, n’en ayant pas vraiment d’utilités. Il avait seulement pris une petite sacoche, contenant de quoi écrire et un peu de sous, et surtout, ses deux lames, qui bientôt devraient servir.

En arrivant dans la ville, le guerrier de Léthé chercha d’abord un bouché, il ne prenait que de la viande de qualité pour Horus. Après avoir pris un repas bien copieux, le duo pu enfin se rendre dans les bureaux du président, prêt à y faire un grand ménage. Avant d’entrer dans le bâtiment, comme il l’avait fait pour les bureaux du gouverneur, le chevalier oublié revêtit son linceul, le masque d’Anubis faisant toujours son effet dans les pays africains.

- Les mains en l’air, ceci est un holdup !

Lança l’égyptien, avant de partir dans un léger rire.

- Non, je rigole, je suis juste venu tuer le président.

Réaction prévisible, les gardes commencèrent à se regarder entre eux, surement en train de se demander s’il s’agissait d’une farce ou pas. Histoire de bien faire comprendre qu’il était sérieux, le jeune homme avança tranquillement vers les marches, tuant au passage un premier soldat, faisant ainsi disparaître les doutes. L’erreur fut ensuite fatale aux gardes, qui commencèrent à tirer, s’entre-tuant pour la plus part, les autres succombant ensuite sous les lames du guerrier. Une seconde vague de soldats arriva rapidement, tirant à vue, surement pour être sûr de ne pas louper les cibles potentielles. Ce qu’ils ne savaient pas, était qu’il n’y avait qu’un seul homme contre eux, les faisant donc tuer les civils présents dans le bâtiment, surement des secrétaires pour la plus part. Kaorn ne prenait pas vraiment le temps de se soucier des pertes qu’il allait engendrer, préférant garder sa mission principale en tête. Après seulement quelques minutes, plus aucun homme n’était debout dans l’entrée, ne laissant surement qu’une garde plus proche autour du président. L’Ombre pris son temps pour monter les marches, laissant l’une des lames frotter contre les murs, afin de mettre un peu de pression aux derniers gardes. Deux soldats étaient en faction devant la porte, n’ayant à peine le temps de lever leurs armes, qu’une lame était plantée dans leur thorax. D’un violent coup de pied dans la porte, l’égyptien entra dans le bureau, tranchant une rafale de balles que venait de tirer le président.

- Bien tenté mon ami, mais… attends quoi ? Tu n’es pas le président toi…

L’homme tremblait, pleurnichant presque, parlant d’une voix tremblante.

- Jjjjjje ssssuuuiiiis

- Je sais qui tu es, tu es le vice-président… mais pourquoi te-trouves-tu ici ?

- Le pré-pré-pré-président ne se sentait pas bien, il eeeessttt retourné chez lui.

- Hum…

L’égyptien tourna en rond dans la pièce, très peu heureux d’avoir perdu un temps précieux.

- Bon, pas grave, je vais me rendre chez lui… par contre, désolé pour toi, mais…

Si le vice-président avait pu voir les yeux de Kaorn, il n’aurait pu y voir que la froideur, celle de ceux n’ayant pas peur de tuer. D’un mouvement de lame, le guerrier laissa un vent tranchant foncer sur l’homme, le coupant en deux au niveau de la taille. L’Ombre n’était pas un tueur pourtant, juste un idéaliste prêt à se salir les mains pour rayer la corruption inutile, celle qui coule un pays volontairement, là où elle pourrait pourtant l’aider.
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge221.04.18 21:43
La maison du président était encore plus facile à trouver que son propre bureau. L’homme s’était fait plaisir avec l’argent qu’il recevait des compagnies pétrolières, rendant la demeure immanquable. Avant d’entrer dans le grand parc, servant de cours, un petit souci de prise de conscience vint tracasser le guerrier. En effet, même s’il avait tué sans sourciller jusqu’à maintenant, cette fois il devrait entrer dans une demeure où se trouverait la famille du président. Cette famille n’était pas constituée de paria et les enfants ne savaient surement pas ce que pouvait faire leur père. Il allait donc devoir changer ses plans, préparer une méthode d’attaque différente, simplement pour tromper la scène de crime.

- J’ai trouvé, ça devrait faire l’affaire. Par contre, il va falloir rester incognito, compris mon beau ?

L’égyptien caressa doucement la tête d’Horus, avant de le laisser prendre son envol. Pour cette fois, il valait mieux que l’animal ne soit pas par ici. On ne sait jamais, les complotistes pourraient en voir un signe d’une quelconque secte.

Gardant son linceul et laissant toujours sa malédiction faire effet, le jeune homme entra dans le parc, passant par un coin moins facile d’accès et moins gardé. Même s’il était normalement difficile de se rendre là où il trouvait maintenant, il ne lui avait pourtant fallu que de quelques pas dans les airs, afin de franchir la grande grille. L’Ombre glissa tel les vents vers la porte arrière de l’habitation, évitant le plus possible les gardes. Quand il n’avait pas le choix, il tuait le soldat en faction, cachant rapidement son corps ailleurs, espérant que la ronde ne soit pas trop rapidement à changer. La porte n’était pas fermée à clef, comme s’il n’y avait aucun danger à l’extérieur. Le guerrier allait bientôt montrer au président, qu’il avait été trop négligent.

Une fois à l’intérieur, la méthode allait être simple, chercher la pièce la mieux garder par les soldats. Quelques coups de lames plus tard, le jeune homme pouvait entrer dans la pièce. Aucun coup de feu n’avait été tiré, une entrée parfaite donc, mais qui ferait bientôt venir les gardes, surement plus lourdement armés que d’ordinaire, arrangeant d’avantage les plans de l’égyptien. En se tournant vers le président, le plaisir du chevalier oublié retomba aussi vite qu’il était venu. Il n’y avait aucun bureau dans la pièce, seulement un vieil homme dans son lit, un léger sourire aux lèvres.

- Je savais que vous alliez venir, surement pour me remplacer rapidement. Je vous comprends, vous voulez agir pour le bien du plus grand nombre, là où j’ai profité de la situation. Mais voyez comment se trouve l’homme que vous voulez tuer.

Le président était mourant, bien plus que les données ne l’indiquaient.

- Vous en avez pour combien de temps ?

Demandant calmement le jeune homme, avant de laisser la parole au président.

- Si j’ai de la chance, une semaine… pas plus… si je n’en ai pas, seulement quelques heures.

Les vents venaient de tourner, mais restait en faveur du guerrier.

- Si je vous laisse la vie sauve, pour que vous puissiez la passer tranquillement avec votre famille. Accepteriez-vous de signer un document donnant les droits de pouvoir au gouverneur Akinwunmi Ambode ?

Le vieil sembla réfléchir un peu, avant de répondre.

- Vu la situation, je ferai mieux de faire ceci. Je suis sûr que vous pourriez prendre le contrôle du pays autrement, si je ne coopère pas. Et ça évitera que mes fils meurent en essayant de me venger.

Kaorn sorti une feuille blanche, laissant ainsi le président remplir lui-même la nouvelle décision. L’égyptien lui laisserait faire l’annonce publique le lendemain, gardant la feuille pour être tranquille et préparant ses lames s’il devait en user. Avant de partir, une question restait en suspens.

- Comment avez-vous fait pour avoir autant d’argent ? D’après les relevés, ils datent d’avant votre mandat.

- C’est très simple en vérité, à l’époque, c’était déjà moi qui gérer les contrats entre les groupes pétroliers et le pays. J’ai donc récupéré une part, bien grosse je l’avoue, de ce qui aurait dû revenir au pays. Avant que vous ne partiez, je vous laisse prendre le surplus de cette argent, ma famille ne doit plus tremper dans cette affaire, alors autant en ressortir maintenant.

Le temps que les gardes arrivent, tous bien équipés, le guerrier était déjà loin. De quelques clics sur son téléphone, il préleva une partie du compte de l’ex-président, tout en se dirigeant vers les sites d’extractions. Le jeune homme allait essayer de négocier depuis le Nigeria, pour éviter de se rendre aux Pays-Bas. Après tout, s’il pouvait éviter de faire plus de mort, Eris ne pourrait que s’en porter mieux.
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge223.04.18 14:27
L’égyptien se rendit rapidement au sud du pays, Horus sur les talons. Le site d’extraction se trouvant au Nigeria était situé dans la ville de Port Harcourt. Le ciel y était gris, chargé de particules polluantes, irritant les poumons des habitants à longueur de journée. Heureusement pour lui, le guerrier n’avait pas prévu de rester longtemps dans les parages, juste le temps de passer un petit coucou au chargé de forage, ainsi qu’à la direction, par le biais d’un ordinateur. Il avait besoin qu’on se souvienne de lui et non pas comme un monstre. Sans son linceul, seulement en portant sa tenue classique, le jeune homme se présenta devant la grille du site, sortant son plus beau sourire au gardien.

- Bonjour mon brave, je viens de la part du président. J’ai ici un document me donnant le droit d’accès à l’installation, pour ensuite faire mon compte rendu.

Le garde était méfiant, ce qui était bien normal, sinon il ne serait pas garde. Il décrocha un téléphone, avant de demander au guerrier d’attendre sagement ici. Une quinzaine de minutes plus tard, une voiture arrivait vers la grille, un homme habillait en costard en sortant, tout en demandant au garde de laisser passer l’Ombre. Le garde ouvrit une petite grille, avant de vouloir faire son boulot, consistant à sécuriser les lieux avant tout, mais l’homme l’arrêta rapidement, lui disant qu’il n’y avait pas besoin de fouiller quelqu’un d’aussi important. Une fois dans la voiture, l’homme se décida enfin à parler.

- Avant que vous ne demandiez, je suis le secrétaire du responsable. Nous avons appelé le président, qui nous a annoncé qu’il laissait son poste à un autre d’ici demain et qu’il vous laissait ses droits sur le forage. Il nous a également parlé d’une certaine Eris, mais nous n’avons pas tenu rigueur à ces propos farfelus.

- Vous auriez dû pourtant, Eris n’est pas une chimère, surtout pour un musulman.

Le secrétaire balaya les paroles, comme s’il n’avait rien entendu. Gardant le silence, tout en guidant le jeune homme dans les bureaux. Tout comme le secrétaire, celui qui gérer les forages était un homme blanc. D’après ce qu’avait compris l’égyptien, les européens avaient conquis le monde, même si maintenant la force majeure était les Etats-Unis, ils n’en restaient pas moins les descendants des européens ayant dépouillés les terres d’un peuple plus ancien qu’eux.

- Voilà donc le nouveau porte-parole du pays ?

- C’est exact, tu peux m’appeler monsieur Hemen. Par contre, moi je te tutoierai, c’est comme ça et pas autrement. Je ne représente pas seulement le pays, je représente également Eris, déesse de la Discorde. Vous devez connaître Athéna, vous savez, celle qui fait des discours à la télé ? Et bien son altesse est pareil, elle existe belle et bien et surtout, elle est beaucoup plus jolie qu’Athéna. Je vais vous proposer une offre à ne pas rater, votre vie en dépend après tout.

L’Ombre s’installa tranquillement sur un siège, avant de reprendre.

- Tout d’abord, vous devez savoir que je suis… ce qu’on pourrait appeler l’un des généraux d’Eris. Je vous passerai les détails des titres, ça serait trop compliqué pour vous. Ensuite, en tant que représentant d’Eris et du gouvernement nigérien, je voudrai un ordinateur et une communication avec ceux qui dirigent l’entreprise. J’ai quelques changements à leur proposer. Ne t’inquiète pas d’avance, tu vas garder ton poste. Si vous vous demandez tout deux si je plaisante, appelez donc le président ou essayez de joindre le vice-président.
Kaorn
KaornOmbre de Léthé

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 519
Age : 31
Autres comptes : Ephraem, Asling, Rinkah

[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge228.04.18 13:37
Le regard des deux hommes montrait qu’ils prenaient l’Ombre de haut, et leurs paroles en étaient la preuve, puisqu’ils se moquaient ouvertement de l’égyptien. Leur réaction était prévisible, mais obligea Kaorn à se montrer plus persuasif, commençant par revêtir son linceul, l’effet en étant immédiat.

- Je ne suis pas votre ami, messieurs, mais je peux rapidement devenir votre ennemi. Or, mes ennemis finissent rapidement morts et leurs familles avec, qu’importe la distance où elles peuvent se trouver. Alors maintenant, faites ce que je vous demande ou l’un de vous perdra la vie et l’autre sa femme. Si vous pensez que je bluffe, vous pouvez prendre des nouvelles de l’ex-vice-président, qu’on transporte actuellement vers la morgue. Sinon, vous pouvez me faire gagner du temps et on pourra tous être tranquille rapidement.

Les deux hommes se mirent soudainement à coopérer, ayant peur pour leur vie. Le jeune homme retira son linceul, pour être plus présentable quand la caméra serait en route. La réunion commença rapidement, le Pays-Bas n’ayant qu’une heure d’avance sur le Nigéria.

- Bonjour messieurs, je vais faire bref pour tout le monde. Je représente actuellement le Nigéria. Le pays étant maintenant dirigé par Eris, nous avons l’intention de le faire prospérer et donc de renégocier avec vous le contrat vous permettant de forer ici. Vous n’avez pas le choix, soit ça, soit je détruis l’installation pour faire venir une autre compagnie. Je pense que vous allez faire le bon choix et qu’ensemble, nous allons faire du Nigéria un grand pays et votre compagnie va pouvoir grandir d’avantage.

Après quelques heures de discutions, de négociations diverses, le jeune homme quitta le site d’extraction, pour retourner à Lagos. Il retourna directement voir l’ancien gouverneur et nouveau président du pays.

- Tout est arrangé mon ami. Demain, tu seras le nouveau président du pays, tout en restant sous les ordres d’Eris. Je garderai un œil sur toi, alors fait attention. Voilà le nouveau contrat que nous avons avec Shell. Avec ça, le pays n’aura plus aucun souci et Eris aura un beau premier apport.

Sa mission enfin terminée, il retourna à Ubar, sans vraiment pouvoir faire de premier rapport à la déesse. Il se contenta donc d’annoncer la nouvelle au capitaine des Ombres.

- Nous avons le contrôle d’un pays et d’une entreprise. Rien d’illégal, couverture parfaite et aucune chance que les morts ne permettent de remonter jusqu’à nous. Quand tu auras le temps, tu passeras le message à notre reine, mais pas tant qu’elle se trouve en territoire ennemi. Bon ok, d’accord, je considère tous les camps comme des ennemis, sans preuve du contraire, mais tu ne vas pas me reprocher de m’inquiéter pour la Discorde ?
Contenu sponsorisé


[Conquête] Discorde, corruption et oubli Empty
Revenir en haut Aller en bas
[Conquête] Discorde, corruption et oubli 201195horloge2

[Conquête] Discorde, corruption et oubli