avatar
EurydiceChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 1266
Age : 29
Autres comptes : Eris

Revenir en haut Aller en bas
23.05.18 21:44
Plusieurs heures de calèche ? Eurydice réprima une moue de dégoût, tant à la fois pour la durée du trajet et les équidés réduits en esclavages… Le monde moderne et les arts cosmiques offraient pourtant de meilleures alternatives. Elle se garda du moindre reproche et grimpa dans la diligence à la suite du soldat.

Afin de lutter contre la froideur nordique, l’hellène maintenait un niveau de dépense cosmique élevé et stable. Ainsi, quelques flammes discrètes striaient l’armure d’or par-ci par-là, résultat de ses entrainements d’adaptation à l’environnement.

-« C’est encore loin ? » demanda la jeune femme après une demi-heure de trajet. Il faut avoir à l’esprit que pour un individu habitué à l’instantanéité de ses déplacements, un voyage en diligence tenait d’avantage du supplice que du plaisir…

Sa maîtrise des arts dimensionnels avait grandement facilité le quotidien d’Eurydice. Les dimensions offraient des possibilités infinies, en termes de déplacements, de maîtrise de l’espace, de temporalité… Là, elle avait juste l’impression d’un violent retour au moyen-âge.

Elle renouvela sa première question à intervalle régulier de vingt minutes en utilisant quelques variables : Quand est-ce qu’on arrive ? Il y en a pour combien de temps ? On sera bientôt au palais ?… Après avoir épuisé la patience du soldat nordique, ils parvinrent devant les marches du palais.

Arnbjörn pressa la jeune femme qui n’eut pas le temps d’admirer la beauté architecturale des lieux. Elle avait la nette impression que le soldat cherchait à se débarrasser d’elle, quel goujat ! Il guidait Eurydice au cœur du palais avec une certaine aisance, parfois et malgré son pas pressant, il s’arrêtait devant une œuvre pour l’expliquer vaguement à son hôte… Jamais elle n’aurait pensé qu’il puisse avoir un goût pour l’art (l’habit ne fait pas le moine dira-t-on).

Finalement, Eurydice fut installée dans un vestibule sans fenêtre chichement décoré, mais pourvu de sièges très confortables… Il ne lui restait qu’à attendre que quelqu’un vienne la chercher et à imaginer le représentant des forces nordiques.
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10419
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas
03.06.18 19:11


Olrik se sentait serein. Il avait le sentiment d’avoir réussi sa première intervention en tant que Représentant d’Odin. Le guerrier avait encore du mal à se voir comme la Voix d’Yggdrasil et de Nordheims, plutôt que comme un simple combattant mais il commençait maintenant à prendre conscience de l’ampleur de la tâche.

Tous les gardes avaient quitté la salle du trône, le laissant seul avec Daudr. Egill était lui aussi parti afin de commencer à organiser la réunion que désirait Olrik. L’ancien porteur de la Rune de Surt avait bien conscience qu’il faudrait du temps afin que tous ceux qui accepteraient sa convocation se rendent au palais et surtout pour que le palais soit prêt à les recevoir. Cela lui laissera du temps pour une autre idée qu’il avait eu.

- A quoi tu penses ?

Daudr le tira de ses pensées par sa question. Olrik lui caressa machinalement la tête et s’apprêtait à répondre lorsqu’il ressentit un Harm très puissant qui arrivait au palais.

- Tu as sentis aussi ?

- Oui. Une énergie digne d’une Etoile Divine mais je ne ressens pas le froid caractéristique des Nordiens.

La porte de la salle du trône s’ouvrit alors afin de donner l’accès à Egill.

- Seigneur Olrik, un étranger arrive au palais. Il s’est présenté à Magnir comme étant un Chevalier d’Or du Sanctuaire. La garde du village a trouvé plus judicieux de le conduire à vous afin de statuer sur sa présence.

Le Sanctuaire… Athéna… Cela expliquait la puissance que Daudr et lui venait de ressentir. Si c’était bien un Chevalier d’Or, l’étranger représentait l’élite des guerriers de la Déesse aux yeux pers.

- Ils ont bien fait. Egill, je vous charge de l’accueillir et de mener ce visiteur à moi.

- Très bien votre altesse.

Le Sénéchal fit une petite révérence et sortit de la salle du trône. Olrik avait du mal avec ces signes de politesse et de respect mais avait conscience qu’ils étaient obligatoires.


***

Egill de Polaris ne tarda pas à obéir aux ordres d’Olrik. Il avait été formé pour cela depuis son plus jeune âge mais il avait toujours cru qu’il servirait un Polaris. Il devait désormais accepter que ceux de sa famille n’étaient plus les leaders d’Asgard et qu’un Surturson était sur le trône. La chose était encore curieuse pour lui mais Olrik semblait être digne de confiance. Pour l’heure, accueillir le visiteur du Sanctuaire était la priorité.

Le vieil homme pénétra dans le vestibule ou on avait fait attendre le chevalier. En chemin, il avait rencontré Arnbjörn de Magnir qui l’avait conforté sur l’identité de l’étranger. Il comprit vite que celle-ci, car il s’agissait d’une femme, était bien un Chevalier d’Or. D’ailleurs, lorsqu’il la vit le peu de doute qu’il portait encore en lui disparurent aussitôt : l’armure dorée qui la recouvrait était bien celle de l’élite du Sanctuaire. Il l’interpella donc en utilisant le titre sous lequel elle s’était présentée à la garde.

- Eurydice des Gémeaux, je suis Egill de Polaris Sénéchal du palais. Je vais vous conduire au Seigneur Olrik, Représentant de la parole divine d’Odin ! Veuillez me suivre dans la salle du trône.

Il ne s’attarda pas plus en parole ou en présence et sans s’assurer que la jeune femme s’était levée pour le suivre, Egill reprit le chemin inverse vers la salle du trône. En quelques minutes, ils furent de retour devant la grande porte et ses gardes. Ceux-ci relevèrent leurs armes à l’approche d’Eurydice mais un simple geste d’Egill suffit à ce qu’ils retrouvent une position calme et à ce qu’ils ouvrent la porte.

- A l’intérieur de cette salle, vous serez en présence de la plus haute autorité de Nordheims avant Odin. Tâchez de démontrer le respect qu’il est dû si vous ne souhaitez pas rencontrer des représailles.

Le Sénéchal s’effaça afin que la Chevalière pénètre seule dans la salle du Trône.

***

Olrik attendit patiemment l’arrivée de l’étranger. Il était resté assis sur son trône, Nothung était posé à ses côtés contre la pierre d’un des accoudoirs et Daudr se tenait coucher à ses pieds. La masse de la chienne semblait presque démesuré dans cette salle. Lorsque la porte s’ouvrit en fin, le Représentant fut un peu surpris de voir une femme en armure d’or pénétrer dans les lieux. Il la détailla un instant, attendant qu’elle prenne la parole pour se présenter comme le voulait la coutume.  





avatar
EurydiceChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 1266
Age : 29
Autres comptes : Eris

Revenir en haut Aller en bas
12.06.18 13:56
« Olrik ? Comme le méchant dans Blake et Mortimer ? » Se retint de demander Eurydice au Sénéchal un tantinet pressé. Curieuse, elle suivit le vieil homme jusqu’à la salle du trône. Bien que nerveux, les gardes laissèrent entrer la jeune femme après que le Sénéchal les ait rassurés.

Une fois seule à l’intérieur, Eurydice prit quelques minutes pour détailler le représentant d’Asgard et l’immense molosse qui l’accompagnait. Une chose est certaine, il ne ressemblait en rien au colonel Olrik, personnage antipathique s’il en est. Elle le trouva même très séduisant et particulièrement à son goût, il avait quelque chose en lui qui lui rappelait son maître.

Elle prit soin d’observer rapidement les lieux, la salle du trône affichait un intéressant rapport élégance/sobriété. Comme elle avait pu le constater depuis le début de son séjour, l’architecture nordique possédait de sérieux atouts.

« Eurydice des Gémeaux, Chevalier d’Or au service du Sanctuaire » précisa-t-elle en s’inclinant respectueusement devant son hôte avant de relever son buste. « Je vous remercie de me recevoir, je suis ici pour tenter de renforcer les liens existants entre l’Ordre auquel j’appartiens et les royaumes dont vous avez la protection. »

De ce qu’elle avait appris sur Asgard, les Guerriers Divins avaient pour charge la protection de royaumes dont l’humanité ignorait l’existence. D’après Gareth, ils vivaient en autarcie sans grands contacts avec le monde extérieur. Malgré tout, le Sanctuaire entretenait des relations diplomatiques cordiales avec les asgardiens, relations qu’il convenait aujourd’hui de renforcer.

-« Nous avons conscience que nos liens se sont distendus ces dernières années… Et qu’il nous faudra vous présenter un meilleur visage pour renouer ces liens. » fit la jeune femme en guise de contrition.

Jusque-là, elle ne s’en sortait pas trop mal. Elle fixait alternativement Olrik et sa chienne, attendant une réaction de la Voix d’Odin sur terre.
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10419
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas
21.06.18 23:11


- Je la dévore tout de suite ?

Daudr grogna en prononçant ces paroles. Pour une fois, la chienne avait choisi d’être entendue par tous et Olrik ne put s’empêcher de sourire alors qu’il savait pertinemment qu’elle l’avait fait exprès pour effrayer la visiteuse.

- Excuse Daudr, Eurydice des Gémeaux. Son engouement pour les visiteurs passe le plus souvent par ses papilles.

Le souverain avait volontairement utilisé le tutoiement envers la jeune femme afin de bien appuyer sur leur différence de classe. Et il n’avait pas hésité non plus à accentuer l’humour de Daudr avec ses propres paroles.

- Il y a effectivement bien longtemps que le Sanctuaire ne nous a pas envoyé d’émissaire. Il est donc curieux de t’entendre parler des liens entre nos deux peuples comme s’ils existaient toujours.

Malgré la dureté de ses paroles, Olrik affichait un grand sourire. Il conservait à l’esprit qu’il devait désormais faire preuve de beaucoup de diplomatie et non plus se contenter de provoquer et de combattre. Il aurait préféré que la première entrevue diplomatique qu’il ait à vivre ne soit pas si tôt après son couronnement mais il devait faire avec. De ce qu’il savait, Nordheims et le Sanctuaire n’avait plus de réelles relations depuis plusieurs années et, l’Ase était bien placé pour en parler puisqu’il avait connu cette époque, le souvenir de la guerre entre les deux royaumes était encore vivace dans les esprits. Même si elle avait eu lieu à cause de Poséidon, beaucoup de Nordiens considéraient les Saints comme des ennemis potentiels. Pour Olrik, la situation était bien différente. Il connaissait bien les amusements divins et avait pleinement conscience qu’on ne pouvait pas arrêter un jugement après leurs interventions.

- Excuse-moi, l’humour de Daudr m’a fait oublier toute politesse : je suis Olrik Surturson, Représentant d’Odin et voix de Nordheims. Et voici ma fidèle compagne Daudr Garmardottir. Je te souhaite la bienvenue à Asgard, terre des glaces éternelles.
Comme je le disais, je suis surpris que le Sanctuaire pense que nos deux royaumes soient toujours liés. Nous n’avons plus aucun contact depuis de nombreuses années et jamais vous ne nous êtes venu en aide alors que nous étions en proie au pire danger. Je t’accorderais que l’inverse est aussi vrai, nous ne sommes jamais venus vous aider.
Quoi qu’il en soit, je suis curieux de connaitre la raison de ce soudain rappel de notre existence. À ma connaissance, le monde ne court plus de danger depuis que Poséidon a été vaincu par les Nyorais. D’ailleurs, il ne me semble pas me souvenir que les Saints aient été particulièrement actifs pour l’empêcher de nuire ou pour aider les victimes, contrairement à nos Guerriers Divins qui étaient en première ligne à Tokyo.
Ne pense pas que mes paroles soient la preuve d’une quelconque animosité à l’encontre du Sanctuaire ou d’Athéna, elles traduisent plutôt une réelle interrogation sur les raisons de ce désir de réconciliation.






avatar
EurydiceChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 1266
Age : 29
Autres comptes : Eris

Revenir en haut Aller en bas
23.06.18 22:16
Tiens, une chienne qui parle ? La sensation de surprise passée, la guerrière du Sanctuaire reprit ses esprits et répliqua sèchement à l’humour quelque peu étrange du représentant d’Asgard et de son animal de compagnie.
-« Il n’y a rien à excuser, elle n’aurait pas eu le temps de m’approcher. » En effet, un simple portail dimensionnel sur le parcours du canidé et Olrik pouvait dire adieu à son alliée.

Malgré son statut plénipotentiaire, Eurydice n’entendait pas jouer les ingénues. Héritière des Gémeaux elle avait sa petite fierté et, aussi puissants soient-ils, les asgardiens ne la piétinerait pas. Enfin bref, la jeune femme poussa un léger soupir et afficha un sourire des plus radieux, Olrik était bel homme et peut-être serait-il sensibles aux charmes de l’hellène.

-« En ce qui concerne Poséidon, plusieurs chevaliers ont pris les armes contre ses généraux. Même si je dois admettre que des tensions internes ont gâché nos actions… » Tout simplement, elle ne souhaitait pas revenir sur l’absence de réactions sérieuses du Sanctuaire à l’égard des délires mégalomanes de l’Empereur Marin. « Quant à l’absence de dangers actuels, je nuancerais vos propos. Nous savons qu’Eris, déesse de la Discorde, est alliée aux spectres et que son frère dirige ces derniers et nous n’avons aucune information sur leurs objectifs… En outre, le Sanctuaire ne dispose plus du moyen de contrôler les réincarnations infernales. »

Toujours charmeuse, la jeune femme se rapprocha légèrement du trône, alternant les regards entre Olrik et Daudr. Elle analysa le moindre changement d’humeur de la chienne, espérant secrètement qu’elle demeure à sa place. Plonger Daudr au cœur d’une illusion lui avait traversé l’esprit, mais elle n’avait aucune idée de la manière dont elle réagirait.

-« Ces éléments de faits concernent principalement le Sanctuaire, mais je pense qu’une alliance pourrait être bénéfiques à chacune de nos factions. Nous commençons à peine à nous remettre des différentes batailles contre les spectres mais disposons encore de solides guerriers et nous pouvons être une force sur laquelle vos Royaumes pourront s’appuyer. » Eurydice marqua une courte pause avant de reprendre… « Afin de démontrer notre bonne foi et notre intérêt pour cette alliance, j’ai l’autorisation de me placer temporairement au Service d’Odin.
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10419
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas
26.06.18 23:07


Au parole d’Eurydice concernant Daudr, Olrik laissa le dégagement de son Harm légèrement augmenter. Il ne souhaitait pas que son énergie soit perçue comme une menace par l’émissaire du Sanctuaire mais il aimait rappeler la puissance qu’il possédait et qui était équivalent de celle des Dieux désormais. La température de la salle du trône se mit donc à chuter de plusieurs degrés.

- Eris…

Olrik se rappela de leur dernière rencontre, il y a tout juste quelques mois à Ubar.

- … Ses alliances ne sont jamais bien longues. Je doute fortement qu’elle demeure le toutou de Thanatos bien longtemps. Quant aux Spectres, ils n’ont jamais été une menace pour Nordheims, même si je conviens qu’ils puissent être considérés comme dangereux pour le monde entier. Dans tous les cas, leurs forces ne semblent ne s’être jamais totalement relevées des dernières guerres : Hadès lui-même n’est pas réapparut depuis fort longtemps.

L’attitude d’Eurydice était celle d’une séductrice mais ni Olrik, ni Daudr n’était dupe. L’ancien Héritier du Brasier Noir sentait l’animosité qui grandissait dans l’esprit de la chienne mais il la calma d’une pensée.

* Daudr, cesse de t’énerver. Elle est là en émissaire d’une puissance étrangère, nous lui devons la courtoisie de l’écouter. *

La chienne grogna et se tourna afin de se coucher derrière le trône d’Olrik.

* Ouais, mais qu’elle fasse gaffe si elle ne veut pas me servir de cure dent. *

La remarque de Daudr arracha un sourire au Représentant. Il reporta plus sérieusement son attention sur Eurydice. Les dernières paroles des Gémeaux surprirent le demi-dieu.

- Nous sommes nous-mêmes en train de nous relever des derniers évènements qui ont secoué nos royaumes. Beaucoup des nôtres ont péri et encore plus auraient pu souffrir sans de nombreux sacrifices.

Olrik fit une pause afin de réfléchir un instant avant de reprendre. Il se leva soudainement, attrapant son épée qu’il accrocha d’un geste assuré à son baudrier. Daudr leva simplement la tête en soufflant un nuage frais par ses naseaux avant de se recoucher.

- Viens, suis-moi.

Sans attendre la réponse de l’invité surprise, l’Ase se dirigea vers l’opposé de la salle du trône. Derrière une tenture, se dévoila alors une porte qu’il ouvrit aisément. Un air glacial pénétra alors que l’extérieur du palais se dévoila. Sans crainte ou besoin de se couvrir pour résister aux basses températures, Olrik s’avança à l’extérieur et s’arrêta au bout de quelques mètres.

- Regarde…

Devant les yeux du Muspellhien, s’étendu des glaciers presque à l’infini. Au milieu d’eux, une vaste étendue d’eau agitée de puissant remous formant un tourbillon mêlant glace et liquide.

- Ce que tu vois devant toi est le décor que tu rencontrerais partout dans nos royaumes. Dans certains, le climat sera encore plus rude. Dans d’autres, il ne serait guère plus doux.
Pour vous qui êtes nés sous des cieux bénis par la chaleur du soleil, nos contrées ne sont rien d’autres que des mondes de légendes dont les dangers ne feraient qu’une bouchée de votre résistance. Vivre ici est une lutte de tous les instants et nos corps sont forgés dès la naissance à résister au froid, sinon c’est la mort assurée.
Notre mission est de souffrir de ce climat afin que le sud jouisse des cieux cléments. Voilà la réalité d’Asgard et de Nordheims. Toi qui viens ici pour nous proposer de maintenir une alliance dont la plupart des êtres ne se souviennent même plus, tu prétends être prête à affronter cette vie pour y arriver ? J’avoue que cela est des plus surprenants et, si tu maintiens ton choix maintenant que tu as vu une partie de la réalité de la vie ici, mérite mon attention.






avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 103
Age : 25
Autres comptes : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
27.06.18 11:18
Skärn observait la discussion entre le représentant d’Odin et l’envoyée du Sanctuaire depuis les Ombres projeté par les piliers composant la salle du trône. Il écoutait en souriant, se délectant à l’avance de ce que pourrait donner cette rencontre, surtout en sachant le bazar qu’avait déjà provoqué cette Eurydice lors de son bref passage à Magnir. Skärn avait observer la scène de loin, enquêtant sur l’éventuel présence de quelques groupes de parias issus de Niflheim ou de créature rescapée de la horde de Sutr. Il avait pu constater comment le tavernier puis la garde s’était retrouvée à devoir gérer le comportement de la Sudiste. Skärn aurait donner cher pour voir ce que cela aurait donner si, à la place de cette bonne poire d’Arnbjörn ça avait été l’Ulfark qui avait croisé la route de l’Hellène, ce dernier patrouillait régulièrement dans la raison mais il n’était guère réputé pour sa patience envers l’ignorance des hommes du sud.

Après le départ d’Eurydice en compagnie de la garde, Skärn était allé consulter Ivar sur ce qui s’était vraiment passer et dit, et étaient rester mort de rire en entendant la nature des commandes qu’avait passer jeune femme. Sachant où elle allait maintenant, Skärn se mit en route vers le Palais des Polaris, là où régnait le nouveau représentant du Père de Tout, Olrik… le même qui, il n’y a pas si longtemps avait proposé à Skärn de le rejoindre dans sa « troisième factions »… les Nornes avaient décidément un sens de l’humour bien particulier mais qu’il arrivait au traqueur de l’apprécié.

Passant par des chemins impraticables pour une calèche, Skärn rattrapa rapidement son retard, au point d’arriver bien avant la Gémeaux à destination. Skärn ne put d’ailleurs s’empêcher de voir un autre effet secondaire de la guerre du Brasier, une bonne partie de la garde Einherjars, l’élite des guerriers du nord, avait péris ou été blessé dans la bataille et ceux qui gardaient désormais les lieux sacrés n’étaient souvent pas les plus aguerris d’entres eux, même sans prendre de précautions, Skärn était capable de tromper leur vigilance alors que les guerriers aux côtés desquelles il s’était battut se seraient au minimum douté de quelque chose.

Le Traqueur observa les premiers échanges silencieusement. Il rigola intérieurement lors de l’intervention de Daudr, il entendait dans sa tête Garm réagir en commentant qu’au vus du régime alimentaire de la servante d’Athéna, il n’était pas sûr qu’il autoriserait sa fille à manger ça. Skärn continua à écouter d’une oreille attentive ce qui sa passait, mais fut assez surpris par la déclaration d’Eurydice de se mettre au service du Très-Haut. Cette Athénienne se rendait-elle seulement compte de la portée de sa déclaration ? Les Ases ne prenait pas à la légère ce genre de serment.
Lorsque Olrik se dirigea en compagnie de la Grecque vers un balcon, Skärn revêtit son heaume et laissa paraitre son Hamr pour annoncer sa présence, émettant un aura sombre et funeste, si caractéristique des éveillés dont la mort était l’élément naturel. Skärn sorti alors des ombres, son casque dissimulant son sourire en coin.

- Je confirme, on se les pèles beaucoup plus à Niflheim et encore on n’est pas encore en hivers… Seigneur.

Skärn salua d’un simple geste Olrik, cela pouvait paraitre impertinent mais les nordiques n’étaient pas des grands amateurs de protocoles, et ceux de Niflheims encore moins que les autres. Même dans la manière dont Skärn donnait son titre à Olrik, on pouvait entendre une forme d’impertinence à peine dissimulé. Skärn était comme ça, il appréciait le sarcasme.

- Il me semble que je ne t’ai pas encore félicité pour ta promotion, donc félicitation. Il semble que Alfathir n’as pas encore terminer de nous surprendre. Par contre, je te confirme ce que ce vieil Egill t’as surement déjà signifié t’as du pain sur la planche. Suis donc venus te signifier que je mets mes compétences à disposition. Ne serait-ce que pour m’occuper de rappeler à l’ordre les bandits qui sont sortit des brumes pour piller nos « royaumes-frères ».

Le Traqueur se tourna vers Daudr, se tapotant la tempe du doigt, signe qu’il était en discussion avec Garm. Il se permis de caresser la chienne, se tenant néanmoins prêt à retirer sa main si elle se montrait rétive… après tout elle était la fille de Garm et Skärn savait que Garm n’était pas amateur de ce genre de familiarité.

- Salut à toi aussi Daudr, ton père me charge de te transmettre ses salutations… en fait pour être honnête non, il me l’a pas demandé. Mais il s’inquiète pour tes habitudes alimentaires.

En disant cela, Skärn pointa de la tête Eurydice. Il se tourna finalement à nouveau en direction d’Olrik et Eurydice. Retirant son casque pour dévoiler son visage, toujours avec un sourire en coin montrant qu’il s’amusait de la situation.

- Sinon, Eurydice des Gémeaux, j’ai entendu que tu te proposais de rentrer pour un temps au service du Père de Toute Choses. Bonne stratégie pour éveiller l’intérêt d’un nordique qu’un serment, mais si tu t’avère incapable de le tenir, ce n’est pas le genre de chose pour lequel nous sommes prompt à pardonner… en fait je ne connais pas grand-chose pour lequel on est prompt à pardonner… enfin bref, je ne vais pas te faire un dessin mais à ta place je reconsidérerai prudemment ta proposition avant de dire quelque chose que tu pourrais regretter.
avatar
EurydiceChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 1266
Age : 29
Autres comptes : Eris

Revenir en haut Aller en bas
01.07.18 21:47
L’entrevue tournait bien, le représentant d’Asgard, bien que paternaliste n’affichait, au contraire de Daudr, aucune animosité particulière à son égard. Elle remarqua toutefois qu’il paraissait connaître la déesse de la discorde, Eurydice nota qu’elle devra l’interroger à ce sujet. En effet, toute information qu’il pourrait détenir sur Eris et, par extension son frère, sera certainement utile aux forces athéniennes.

Elle se laissa guider sur le balcon, Olrik était décidément très agréable. Elle constata l’élégance de ses mouvements et son port de tête tout simplement royal. Eurydice eut le souffle coupé lorsqu’elle arriva sur le balcon en observant la glace qui s’étendait à perte de vue. Une vision enchanteresse… Les paroles d’Olrik glissaient sur elle, il tentait de la décourager, de lui faire comprendre toute la folie de l’engagement qu’elle souhaitait prendre. Mais elle n’en avait cure, il ne la connaissait pas, Asgard n’était qu’un monde de plus à découvrir, un parmi les centaines qu’elle avait déjà parcouru.

L’arrivée de Skärn, gâcha cet instant de rêverie. Quittant les ombres, le nordique apostropha son représentant et la jeune femme avec une pointe de sarcasme. Il paraissait à l’aise, habitué aux lieux. Un guerrier d’importance songea-t-elle… Du moins il devait certainement l’être compte-tenu de la manière avec laquelle il s’adressait à son supérieur.

C’est surtout sa dernière tirade qui retint l’attention d’Eurydice, il s’adressait directement à elle et mettait en doute ses compétences, sa parole et sa capacité à tenir ses engagements.

-« Je… Je… » tenta de répondre Eurydice, légèrement tétanisée… Tous deux (même si Olrik y avait mis les formes) la prenaient pour une enfant insouciante. Elle ferma les yeux un instant et se concentra. Finalement de quoi avait-elle peur ? De deux éveillés bourrus qui la prenaient encore pour une enfant ? De décevoir le Sanctuaire en cas d’échec ? De ne pas être à la hauteur de son maître ?

Apaisée, Eurydice augmenta significativement son empreinte cosmique sur la salle du trône. Nulle menace ne s’échappait de ses émanations cosmiques, la guerrière esquissa un geste rapide de la main droite et prononça la formule consacrée : « Another Dimension ! ».

L’espace, le temps et la réalité persistante d’Asgard se courbaient sous la seule volonté de l’envoyée de la Déesse. En un instant, l’ensemble des protagonistes évoluaient au cœur d’un domaine de lumière. Un palais issu de réalités tangibles et illusoires aux couleurs chatoyantes… Les murs étaient ornaient de représentations oniriques, chacune évoquant une émotion particulières.

-« Il existe de nombreuses réalités, de nombreux mondes… Je suis habituée à voyager entre eux. Vous ne devriez pas prendre à la légère le serment d’un Chevalier d’Or. »

En ces lieux, chaque éveillé était amputé d’une part significative de sa puissance, Eurydice également. Cependant, habituée aux limitations environnantes la jeune femme évoluait avec aisance, les différents flux lumineux rejoignaient l’éveillée puis la quittaient pour mieux la retrouver. Elle ferma les yeux un instant et ils se retrouvèrent à l’extérieur du palais, une vaste prairie abritant des créatures fabuleuses, tantôt insignifiantes, tantôt majestueuses…

-« Ici, toutes ces créatures sont réelles… » Eurydice peaufinait ce palais depuis de très longues années, fruit de l’imaginaire d’une enfant, d’une adolescente puis d’une femme aucune des créatures ne prêtèrent attention aux protagonistes. « Je ne crains pas Asgard et son environnement, l’adaptation aux mondes inconnus est l’une de mes spécialités. »

Eurydice s’approcha un instant de Skärn, l’asgardien la dominait d’une tête et malgré les limitations du palais son cosmos en imposait. Peu impressionnée, la jeune femme posa un doigt chargé de lumière sur le plastron du nordique et soutint son regard. « La prochaine fois que tu prends à la légère mes motivations, je t’enferme dans un monde que ton esprit étroit ne saurait imaginer et je t’y laisse crever de faim… »

Eurydice concentra une dernière fois son cosmos et un second portail dimensionnel les guida jusqu’à la salle du trône. Ce second voyage fut toutefois bien plus rapide et bien plus violent que le premier. En effet, vexée par le virilisme de ses interlocuteurs, la jeune femme espérait chambouler leurs intestins… Eurydice, droite et splendide jouait avec une pièce d'or entre ses doigts.

avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 103
Age : 25
Autres comptes : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
03.07.18 18:34
Au moment où Eurydice des Gémeaux décida de faire une démonstration de ses pouvoirs Skärn eut un léger haussement de sourcils, la Sainte ayant justement commencé à emprunter une voie qui pouvait lui permettre de se concilier les bonnes grâces des Ases, et maintenant elle semblait par orgueil froissé prête à tout remettre en jeux. Dans un coin de sa tête, Skärn nota le côté tête brulée de la Sainte. Levant la main pour empêcher Daudr, qui ne semblait pas apprécié l’héllène, de se jeter sur l’ambassadrice si l’envie lui en prenait, Skärn se doutant que leur interlocutrice ne tenterait rien de dangereux à moins de vouloir initier une guerre entre les Royaumes du Nord et le Sanctuaire. Alors que les pouvoirs de cette dernière distordaient la réalité autour d’eux, Skärn n’eut qu’un seul commentaire à faire.

- Alfathir va détester ça.

Nordheims était un territoire bien différent de tous les autres car il était à cheval entre plusieurs dimensions, celle des mortels et les différents royaumes divins composant l’Arbre-Monde étaient lié et un fragile équilibre existait. Les actions d’Eurydice était typiquement le genre de chose pouvant rompre cet équilibre naturel, et surtout peut-être mener à la création d’autres passages. Skärn observait d’un œil curieux l’environnement changer autour de lui, une main se tenant prête à dégainer Dainsleif dans la seconde. Ce n’étais pas du tout le premier voyage dimensionnel accompli par Skärn, bien que ses voyages se résumaient à Midgard-Helheim.

La dimension dans laquelle Eurydice les avait amenés était complètement irréelle, semblable à rien de ce que Skärn avait vu, mais pas loin de ressembler aux légendes décrivant les demeures de certains princes Alfars. Malgré les merveilles qui l’entourait, Skärn ne montra nul signe d’émerveillement (bien qu’il reconnût un certain charme à l’endroit), il ne voyait là que la représentation d’un rêve d’une fillette qu’elle avait mise en œuvre, un palais féérique ou elle accumulait ses trésors. Peut-être Skärn était-il trop cynique ou alors trop habitué à fréquenté ce que ce monde (ou alors ces mondes) avait de pire, mais ce genre de spectacle ne contribuait pas à prendre au sérieux son interlocutrice.

- C’est moins impressionnant que Valkung, pas vrais Surturson ?

Après avoir jeté un coup à Olrik pour voir comment il réagissait, Skärn fut pris à parti par la chevalière des Gémeaux, qui ne semblait pas avoir apprécié les commentaires de Skärn… et surtout ne pas les avoirs compris. Face à sa menace creuse, qui arracha un sourire en coin au traqueur d’âmes, ce dernier nota que la « princesse » avait un caractère assez ombrageux et parti d’un grand éclat de rire tant il trouvait la situation incongrue. En même temps, une lueur sinistre, comme une flamme bleutée apparut dans son œil mort.

- Fierté mal placée et besoin de jouer à « qui a la plus grosse », tu commences à me plaire « princesse ». Mais si tu mettais ta menace à exécution, je ne partirais certainement pas seul.

À ce moment, Eurydice pouvait ressentir une sensation désagréable et irréelle, comme une douleur fantôme, une sensation qu’on pouvait sentir alors même qu’il n’y avait aucune raison de le faire. L’emprise de Skärn s’était refermée sur l’âme d’Eurydice, cette dernière était comme prise dans la gueule de Garm lui-même. Skärn avait resserrer cette emprise juste pour en faire prendre conscience à Eurydice qu’elle pouvait elle aussi être vulnérable. L’instant d’après, Skärn relâcha sa poigne sur l’âme d’Eurydice, il voulait juste démontrer que lui non plus, et aucun nordique d’ailleurs, ne se laisserait marcher sur les pieds par ses caprices.

Une fois de retour dans la salle du trône, un retour encore moins agréable que l’allé, Skärn en avait vu d’autre. Il se tapota une nouvelle fois la tempe, car Garm lui disait qu’il aurait dut en finir avec cette proie alors qu’il en avait l’occasion… brève discussion classique entre Garm et Skärn, le premier faisant des reproches sur les méthodes du deuxième mais ne les contestant pas.

- C’étais marrant, mais je crains que ta petite démonstration de pouvoir n’ait pas vraiment soutenu ta cause. À aucun moment nous n’avons remis en doute tes motivations, elles étaient claires depuis le début, ni même le fait que tu t’en penses capable. Tout ce qu’on a souligner, c’étais que nous n’étions pas sûr que tu savais dans quoi tu t’embarquais, si tu préfères on tenait à te souligner les petits caractères en fin de contrat avant que tu signes à l’aveugle.

Skärn se déplaça dans la salle tout en parlant, il gardait un œil sur Olrik, aux aguets d’un éventuel geste de sa part lui signifiant d’arrêter. Il jouait avec le représentant un rôle tacite, Skärn se chargeait d’attirer sur lui l’éventuel inimité de la Sainte pour souligner le côté plus raisonnable du représentant. Mais Skärn ne comptait nullement mâcher ses mots ou recourir au mensonge, ce qu’il disait, il le pensait. Skärn s’arrêta prêt d’un des piliers soutenant le plafond de la salle du trône et s’appuya contre nonchalamment, mais idéalement placé pour une attaque en tenaille en cas de besoin.

- Pour le reste, par où commencé sans te vexer… j’ai pu assister à ton arrivée à Magnir et pour ce que j’en ai vue, t’es une jeune fille, certes très charmante, au caractère bien trempée et capable de se débrouiller seul, mais une jeune fille qui utilise ses pouvoirs pour se créer le palais de ses rêves d’enfant et surtout qui apprécie le confort du Sud quand même. Ici pas de repas aux goût spécifique, on est déjà content avec deux repas par jours, surtout en ce moment, ici pas de réseau, pas de technologie… tout ça tu oublie il n’y a que le froid et la lutte pour la survie… et encore, d’après les Godi, les prêtres si tu veux, les runes ont annoncé que le froid va empirer. Ensuite, concernant ton serment, tu vas vouloir le respecter, je n’en doute pas, mais là encore, si jamais ce que le Père de Tout, ou son représentant, te demande de remplir une tâche que tu n’estimeras pas dans l’intérêt de ton Sanctuaire, il te faudra quand même la remplir ou te parjurer. Mais c’est à toi de voir si tu accepte cela maintenant que tu es avertie.

Skärn observa la fenêtre la plus proche, le vent s’était levé et déjà il portait le cri des loups qui déchirait le calme qui avait régner jusque-là. Une nouvelle vague de neige encore plus forte que les précédentes était en train de s’abattre sur Nordheims, Skärn se demanda si cela était un hasard ou une répercussion de la guerre du Brasier, mais les conditions climatiques du nord empiraient. Certains villages les plus isolés avaient été évacués, parfois de forces, avec leurs provisions pour rendre leur survie plus facile à encadrer, mais même comme ça, on trouvait encore des villages qui avaient été détruit ou pillé… et le problème principal restait celui de l’alimentation, les réserves de vivres étaient limitées et on risquait de bientôt devoir se limiter à un seul repas par jours. Mais il avait évité d’en parler pour ne pas souligner l’état de faiblesses dans lesquels se trouvaient les terres du nord. Encore une fois, Skärn se tapotait machinalement la tempe, Garm étant en train de gronder, mais un grondement que le Traqueur d’âme n’était pas sûr de complètement saisir la signification.

- Maintenant que j’ai mis cela aux claires, je laisse le soin au Représentant du Très Haut de poursuivre les négociations. Après tout, à la base je ne suis que là pour faire mon rapport de surveillance et veiller sur la sécurité du dirigeant de Nordheims… fin bref tous les trucs que font les guerriers divins en temps normale.

Skärn remis son heaume, maintenant les traits de son visage étaient de nouveau cachés mais on pouvait voir la lueur briller là où se trouvait son œil mort. Il était un Helblindi, il observait son éventuelle proie, prêt à frapper en cas de menace et ce même s’il savait qu’Olrik et Daudr étaient tout deux parfaitement capable de maitriser la belle hellène en cas de besoin, mais un garde-fou supplémentaire ne faisait pas de mal, même si le garde-fou en question était peut-être la personne la moins saine d’esprit dans la salle. Son regard étudiait chaque mouvement et sa posture, avant détendue, était à présent prêt à réagir au premier signe de débordement. Skärn en profita pour faire le point sur le profil psychologique d’Eurydice des Gémeaux, assez puissante pour lui donner du mal, une fierté couplée à une certaine impulsivité et un besoin de faire ses preuves, une apparentes insouciance… bref, un mélange assez intéressant pour donner aux cours des choses des tournures inattendue. Cette rencontre allait-elle déboucher sur une nouvelle alliance entre le Nord et le Santuaire, ou l’impulsivité de l’Athénienne allait précipiter tout le monde vers la fin des liens unissant encore les deux camps.

hrp:
 
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10419
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas
04.07.18 23:25


Les illusions… Olrik les détestait. Elles lui rappelaient Loki et ses tours de passe-passe et les souvenirs du Fourbe n’étaient pas ce que l’Ase souhaitait avoir. Les derniers moments s’étaient passés bien vite. Le Représentant n’avait pas été surpris par l’irruption de Skärn : il avait repéré sa présence dès son arrivée. A vrai dire, depuis qu’il avait été nommé par Odin et reçu le cœur d’Ymir, Olrik ressentait quasiment tout ce qu’il se passait en Asgard et parfois même au-delà. Il s’était donc contenté de saluer le guerrier divin lorsqu’il l’avait interpelé et écouté ce qu’il avait à dire à la Sainte.

Comme il fallait s’y attendre de sa part, ses paroles avaient pour but de rabaisser Eurydice ou tout du moins de marquer l’honneur du nord. Et ce fut aussi sans surprise que la guerrière dorée réagit en usant de son Harm pour les envoyer dans un monde illusoire. Était-ce par fierté qu’elle risquait de perdre le maigre respect qu’elle était parvenue à gagner par ses paroles ? Olrik n’aurait su le dire mais ses actions, n’engageait pas la voix de Nordheims dans la voie de la diplomatie. Il y a encore peu, il n’aurait pas perdu de temps et Eurydice aurait fini en cendre rapidement. Aujourd’hui, tout était différent.

Olrik avait conscience qu’il jouait la paix ou la guerre avec les Saints dans les prochains instants.

- Il ne sera pas le seul Skärn !

Les paroles s’étaient voulues tranchantes, tout comme le regard qu’adressait l’Ase à la Sainte. Certes, elle n’avait à aucun moment représenté un danger pour l’un ou l’autre, ses actions n’avaient pas pour but d’être menaçantes mais cela n’empêchait pas Olrik de peu les apprécier.

- J’ignore ce qu’inculque Athéna à ses émissaires mais il lui faudrait revoir ses copies. Tu as été invité dans le lieu le plus important de nos royaumes et tu oses utiliser ton Harm pour nous influencer. Penses-tu réellement que c’est en agissant ainsi que tu gagneras notre confiance ?

Olrik tourna le regard en regagnant son trône. Daudr n’avait pas bougé, elle n’avait d’ailleurs pas été invitée dans leur voyage dimensionnel et la chienne, normalement tellement protectrice, n’avait pas esquissé un geste envers Eurydice à son retour. La chose était curieuse pour Olrik et il l’interrogea mentalement.

* Ben j’avoue qu’elle est plutôt couillue d’avoir fait ce qu’elle a fait. Soit elle n’est pas capable de mesurer ta puissance, soit elle s’en fou et elle préfère montrer sa valeur quitte à souffrir ensuite. Si jamais c’est bien cette deuxième réponse, ben elle mérite un peu d’attention à mon avis. *

Le dernier Surturson réfléchit un instant à ses paroles avant de regarder de nouveau l’émissaire du Sanctuaire. Skärn s’était écarté et la surveillait de son œil de feu.

- Ne crois pas que ta petite démonstration de puissance m’a impressionné d’une quelconque manière. Je suis habitué à côtoyer des illusionnistes bien plus puissants que toi et le type de décor que tu as proposé me laisse totalement froid.
Skärn a parfaitement résumé notre caractéristique première : l’honneur. Je sais que pour la plupart des sudistes c’est une notion obsolète mais pour nous, c’est au centre de tout. Les habitants des royaumes seraient prêts à mourir pour obtenir le respect qu’il leur est dû.
Tu prétends être motivée à créer une alliance entre nous, être prête à te soumettre à nos règles pour le prouver mais tu bafoues tes propres paroles aussitôt après.
Je t’avouerais que pour le moment, j’ignore de quelles conséquences honorés ton acte mais malgré cela, Daudr m’a interpellé sur ton action. Pour elle, soit tu es trop stupide pour mesurer l’étendue de ma puissance, soit tu en es parfaitement capable mais tu as préféré tenter de nous prouver ta valeur, peu importe les conséquences. Alors dis-moi Eurydice des gémeaux, qu’en est-il réellement ? Mais prends garde avant de répondre, ton avenir pourrait en dépendre.


Pour ponctuer sa phrase, le Harm d’Olrik augmenta de manière plus que significative. La salle du trône fut très vite plonger au cœur d’un froid extrême, les murs et le sol se recouvrant de glace alors qu’une fine neige commença à tomber. La température descendit bien en dessous celle de l’extérieur.

- Si jamais ta réponse ne me convient pas, tu découvriras toutes la colère du froid du grand nord alors pèse bien chaque mot ou chaque action que tu souhaites énoncer ou effectuer.





avatar
EurydiceChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 1266
Age : 29
Autres comptes : Eris

Revenir en haut Aller en bas
11.07.18 14:15
-« Je n’avais aucune intention de vous offenser… » tenta d’expliquer la jeune femme à ses deux interlocuteurs bourrus et visiblement touchés dans leur fierté. Puis, tour à tour, les deux nordiques tentèrent de remonter la pente et de prendre l’ascendant sur la gardienne du troisième temple.

Elle répliqua simplement aux propos de Skärn qu’être chevalier d’Athéna n’était pas une partie de plaisir et que les entrainements infligés aux chevaliers n’avaient pas à rougir devant les conditions d’existences des asgardiens.

-« … Quant à la possibilité de parjure, j’ai pour seul serment la protection de l’humanité et de son libre arbitre. A moins que le Seigneur Odin aille à l’encontre de l’humanité nos intérêts ne pourront que converger. »

Mais de ses deux interlocuteurs, c’est Olrik qui présenta la plus d’animosité à son égard et ce malgré le calme apparent de sa chienne. Le représentant d’Asgard affichait une colère qui lui allait plutôt bien au teint.

Elle se garda de répliquer aux propos des asgardiens visant l’honneur, le sujet avait l’air d’être particulièrement délicat. Eurydice allait entamer ses conclusions lorsque le cosmos du représentant explosa… Surprise, la jeune femme recula d’un pas.

Le froid dégagé par Olrik gagnait continuellement en intensité… Eurydice déployait son cosmos pour résister à la froideur et sa colère pour riposter aux asgardiens. La neige s’agglutinait autours d’elle et quelques secondes suffirent pour transformer les sphères de glaces en planètes ardentes… Un instant après, une galaxie miniature virevoltait devant la guerrière athénienne. Une sentence, une seule et elle pourrait faire exploser la salle du trône ainsi que l’aile du palais qui la contenait.

-« Je mesure toute la portée de votre puissance seigneur Olrik et si je ne suis pas certaine de pouvoir vous vaincre, je demeure largement en mesure de vous faire ravaler votre morgue. » répliqua sèchement la jeune femme…

Eurydice maintint la pression cosmique un bref instant avant de recouvrer son calme et stopper ses épanchements cosmiques. Cette fois-ci, le froid du nord l’enveloppa entièrement, un froid rude, mordant et d’une intensité qu’elle n’avait jamais vécue jusqu’alors. Malgré tout, elle resta digne de son rang et soutint le regard de ses interlocuteurs.

-« Je ne suis pas ici pour provoquer une guerre… Soit vous souhaitez discuter des termes de cette alliance, soit je m’en vais. » expliqua la jeune femme.

avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10419
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas
11.07.18 23:25


Olrik écouta sagement la réponse d’Eurydice. Même si elle n’était pas forcément celle qu’il attendait, il pouvait s’en satisfaire. La guerrière avait une fierté poussée, qui pourrait s’avérer être un obstacle pour elle dans le futur mais l’Héritier pouvait apprécier cet esprit… Dans une certaine mesure bien sûr.

Le Harm du Représentant baissa grandement et le froid de la pièce s’abaissa en mesure. La neige cessa alors qu’une faible chaleur revenait dans les lieux.

- Tu sembles courageuse Eurydice, même si tu surestime grandement ta force. Je maintiens qu’Athéna devra apprendre à ses émissaires le comportement adéquat à avoir durant leurs missions mais j’apprécie tes paroles.
Je ne souhaite pas non plus que nos deux camps soient ennemis et encore moins qu’une guerre se déclare. Ta fierté est grande, certainement trop par rapport au rang que tu as obtenu. A grand pouvoir, grande responsabilité jeune fille. Je te conseillerais de méditer là-dessus.
Quoi qu’il en soit, sans parler d’alliance nous pourrons parler de rapprochement. J’accepte donc ta proposition de te mettre au service d’Odin de manière temporaire afin de nous prouver la réelle valeur des Grecs.


L’Ase sourit un instant alors qu’une idée germait dans son esprit.

- Nous avons parlé de Poséidon tout à l’heure et de ses exactions, je pense qu’il est grand temps de les réparer. Nos territoires sont principalement Nordiques et je dois t’avouer que l’influence des Marinas sur Moscou me dérange grandement. Je souhaiterais donc vous fassiez équipe tous les deux afin de conquérir une alliance avec cette grande ville au nom d’Asgard. Je pense qu’il n’y aura pas de meilleur moyen de te jauger réellement que sur le terrain d’une telle mission. Il vous faudra faire preuve à tout deux de diplomatie et d’entente afin d’y parvenir. Skärn à toute ma confiance, je me fierais à son avis au terme de votre mission te concernant et nous pourrons alors reparler d’une éventuelle alliance entre Asgard et le Sanctuaire.
Ma proposition te convient-elle Eurydice des Gémeaux ?







avatar
EurydiceChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 1266
Age : 29
Autres comptes : Eris

Revenir en haut Aller en bas
17.07.18 12:28
Encore une comparaison douteuse entre sa fierté et son niveau de puissance, à croire que les Chevaliers d’Or n’impressionnaient plus grand monde. Ravalant ses excès de colère, la jeune femme répliqua simplement :

« si vous le dîtes… ». Elle aura tout le temps nécessaire pour lui démontrer que ses pouvoirs ne se limitaient pas à quelques tours de passe-passe.

-« Très bien, j’accepte de vous aider à placer Moscou sous votre contrôle. » Elle souhaitait lui expliquer que faire équipe avec Skärn ne l’enchantait guère, mais malheureusement elle n’avait pas le choix des modalités.
« Va pour effectuer cette mission en compagnie de Skärn »
Eurydice reprit doucement à l’attention du représentant d’Odin : « dans l’attente de la finalisation des préparatifs, puis-je m’installer quelque part ? »

Elle avait déjà plusieurs scénarios en tête pour les aider à infiltrer la capitale russe. En effet, si comme le précisait Olrik, la ville était sous le contrôle des Marinas ces derniers n’auraient aucun mal à identifier le duo. Mais elle préféra conserver ses idées, elle voulait d’abord comprendre comment Skärn souhaitait s’y prendre pour accomplir cette tâche à bien.

En attendant, une douche bien fraiche lui fera le plus grand bien.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 103
Age : 25
Autres comptes : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
24.07.18 12:18
Le Traqueur ne perdit pas une miette de la négociation qui s’ensuivit entre la nouvelle voix d’Yggdrasil et l’émissaire du Sanctuaire, pour ne pas dire l’affrontement. Aucun des deux partis n’acceptait de se laisser marcher sur les pieds, au point que ces négociations n’étaient pas loin de ressembler à un affrontement. Ne perdant pas son calme avec la montée des Hamr des deux diplomates, Skärn se contenta d’observer l’action de manière détaché, se contentant de raffermir sa prise sur le manche de Dainsleif, si Eurydice des Gémeaux commettait l’outrage de déclencher un affrontement par son Hybris elle ne sortirait pas vivante de cette salle.

Le Niflheimien n’avait pas prit la peine de répondre à l’hellène lorsqu’elle compara l’entrainement des Saints à la vie des Nordiques, même si le premier était dur, il arrivait un moment où il se terminait, où le but imposé était accompli et si celui-ci se révélait trop dure, les aspirants pouvaient encore abandonner, à Nordheims il n’existait pas d’alternative à moins de renier ses origines. Mais il préférait laisser Eurydice découvrir les joies d’êtres frigorifié et épuisé après plusieurs jours dans le froid des terres du nord. Même si le grec était bien plus résistant que le commun de mortels, elle était obligée de maintenir sa température corporelle avec son Hamr pour ne pas subir les désagréments du climat, pas énormément de Hamr mais à la longue s’était usant. C’est pourquoi, à part pour les pires bourrasques, celles qu’on aurait dit déchainer par Ymir en personne, les Nordiques éveillés ne faisait pas appel à leur Hamr pour se protéger, comptant sur leur endurance naturelle. S’il se souvenait bien les récits de la dernière guerre contre les Saints, quand Athéna avait dû se substituer à Odin et Hilda Polaris pour maintenir les glaciers, elle avait a peine tenue une journée (bien que la situation était particulière), donc même la puissante chevalière de la déesse aux yeux pers finirait par s’écrouler faces au Fimbulvert.

Au moment même où le hamr d’Eurydice explosa plour contrer le froid d’Olrik, la foudre s’abattit à proximité du Palais, le tonnerre balayant le hurlement du vent et la lueur de l’éclaire illumina un bref instant la salle. À l’une des fenêtres de la salle du trône, un corbeau aux ailles déployées se manifesta, projetant son ombre dans la salle à la lueur de la foudre. Tout cela ne trompait pas et signifiait que le Père de Tout observait cette rencontre et rappelait les participants à l’ordre.

Quand la tension retomba, Olrik décida d’énoncer sa proposition finale. Eurydice devrait aider Skärn à convaincre la « Troisième Rome » de se lier aux guerriers du Nord maintenant que les Atlantes avaient disparu. Skärn se doutait que les Russes ne seraient pas ravis mais un accord assez souple devrait les convaincre. Le Traqueur réprima son envie de rire en voyant l’air résigné d’Eurydice, il n’était pas ravi non plus à l’idée de faire équipe avec ce volcan sur patte mais au Hnetafal, un jeu de stratégie proche des échecs, on jouait avec les pions dont on disposait. Skärn se porta alors au niveau d’Eurydice en faisant face à Olrik. Il cogna du poing sur sa cuirasse, signe qu’il acceptait la mission.

- Olrik, tu sais que j’adore les défis, mais aux vues de comment notre amie ci-présente réagit durant une rencontre diplomatique, j’ai droit à quel taux de dommages collatéraux si on rencontre des atlantes sur place ? Puisque si tu veux plus subtile, je peux te proposer un raid de Jotunn.

La pique que Skärn venait de lancer n’était pas gratuite, elle visait à faire comprendre qu’il attendait d’Eurydice qu’elle évite de sortir la grosse artillerie dans la mission qui les attendaient. Il se tourna vers Eurydice pour ajouter une dernière chose.

- À moins que tu m’assures qu’en temps normale tu ne fais pas usage d’armes de destruction massive, je te rappelle que détruire une ville risque de donner un sacré coup à l’image de « protecteur de l’humanité » de ton ordre.

Il se doutait que Eurydice n’apprécierait pas la remarque, mais Skärn n’en avait cure. Malgré le ton sarcastique qu’il employait, Skärn était parfaitement sérieux dans son avertissement. Il ne tolérerait aucun débordement de la part de la bouillante héllène, les Ases avaient déjà suffisamment de problèmes à gérer pour ne pas à avoir en plus à passer derrière les actions d’éveillés ne faisant pas partie de leur peuple.

- Au fait Olrik, avant que je ne parte préparer le terrain, as-tu d’autres directives ? Sur la manière dont tu veux nous voirs procéder sur place ou même, dans le cas où elle resterait dormir si je dois avertir les servants du palais qu’ils doivent se ravitailler en laitue pour les repas de notre hôte ?

hrp:
 
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10419
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas
26.07.18 23:30


La porte de la salle s’ouvrit avant même qu’Olrik n’en fasse la demande. Le Sénéchal entra vivement attendant ses ordres.

- Mes directives sont simples Skärn : notre autorité sur Moscou doit se faire grâce à l’aide que nous sommes en mesure de leur apporter. Nous ne sommes pas les Atlantes, nous ne conquérons pas par la force mais par la paix. Asgard se présentera à Moscou pour les aider à se remettre des destructions de Poséidon.

La voix de l’Ase avait été assez ferme mais il tenait à ce que la conquête se passe pour le mieux. Il ne souhaitait pas annexer la Russie simplement par plaisir ou par envie d’extension. Non, c’était une aide réelle qu’il souhaite que les Ases apportent.

- Egill, nous allons accueillir mademoiselle Eurydice durant un court laps de temps. Je vous remercie de lui montrer les quartiers des invités et de mettre à sa disposition de quoi se sustenter si elle le souhaite et du matériel de toilette.
Eurydice, tu excuseras le faible confort que tu pourras trouver chez nous. Nous n’en avons pas la même notion que dans les terres plus accueillantes du sud mais je suis certain que tu sauras t’en contenter. Si tu as besoin de quoi que ce soit, Egill se chargera de le donner.
Nous reparlerons alliance une fois votre mission terminée.


La dernière phrase du Représentant concluait l’entretien. Les choses ne s’étaient pas trop mal déroulées compte tenu des circonstances et des caractères en présences.





Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Entrevue diplomatique