avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 391
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
25.05.18 12:27
Le périple de Reagan et Blueman à travers le désert saoudien à la recherche de la légendaire cité d'Ubar les avait conduit dans une zone montagneuse, au cœur de laquelle se cachait un oasis luxuriant. Une ville était fièrement dressée sur ce havre de fraîcheur et de végétation, signalant leur entrée dans les contrées fantasmagoriques de la déesse de la Discorde. Afin d'arriver jusqu'ici, le punk avait sillonné les étendues sableuses en portant son maître, toujours assis sur son fauteuil roulant, à l'aide de ses bras musclés et ses épaules robustes. Le voyage avait été rude pour lui, mais il était suffisamment endurant pour supporter à la fois le poids de son chef, la chaleur du pays ainsi que la longueur du trajet. Quoiqu'il en soit, les deux gredins pouvaient finalement se reposer et se déplacer sur des routes pavées praticables autant pour les pieds ordinaires que pour les roues.

En pénétrant à l'intérieur de la bourgade, une odeur âcre semblable à celle du fer les saisit au nez et à la gorge. Il s'agissait d'un parfum qui leur était familier, certes amer mais en réalité fort agréable à leur goût : la senteur du sang. Malgré l'apparence de sérénité et de prospérité que présentait l'endroit, un massacre sanglant s'était déroulé entre ces murs il n'y avait guère longtemps de cela. Les sens en alerte face à cette atmosphère oppressante, l'Oiseau de Paradis et son valet s'avancèrent dans la mystérieuse cité. Ils avaient déjà entendu de nombreuses rumeurs toutes plus sinistres les unes que les autres sur Éris et le reste de l'engeance enfantée par Nyx, aussi devaient-ils être prudents. Effectivement, ce n'était pas parce que les deux mercenaires étaient des criminels de la pire espèce qu'ils ne devaient pas craindre de finir égorgés par des scélérats de leur acabit.

Des soldats ne tardèrent pas à appréhender Reagan et Blueman quand ils s'engagèrent dans l'artère principale de la ville. Ils étaient une bonne dizaine et avaient encerclé le duo avec une discrétion ainsi qu'une vitesse d'un grand professionnalisme. Celui qui paraissait être le meneur de cette petite troupe se montra aux Black Knights, ses poings sur les hanche dans une posture pleine d'assurance, puis les interrogea :

"Attendez un instant, étrangers ! Qui êtes-vous et que venez-vous donc trafiquer dans le domaine de Son Altesse Éris ? Vous ignorez peut-être que nous n'acceptons pas les vagabonds dans l'enceinte de nos murs ?"

"Nous ne sommes pas des vagabonds, nous venons de Death Queen Island à la rencontre de votre déesse pour nous entretenir avec elle d'une affaire importante." répondit poliment l'Oiseau de Paradis d'une voix passablement enrouée, peu enclin à déclencher une bagarre sous une température aussi torride.

"Des Chevaliers Noirs, hein ?"

"Hé ouais !" confirma le voyou tatoué. "C'est pas souvent qu'on vient vous visiter 'faut dire..."

Des murmures se firent entendre parmi les sentinelles, comme s'ils débattaient de la marche à suivre devant de tels invités. Quant à l'Américain, il était prêt à patienter jusqu'à ce qu'ils aient pris une décision, n'ayant guère envie de se mettre dans le pétrin alors qu'il venait juste chercher des informations sur la conclusion de sa mission en Alaska et à propos d'Olivia. Dans son pathétique état de santé, même lui ne pouvait se payer le luxe de jouer à l'idiot en territoire potentiellement hostile. Blueman, de son côté, semblait extrêmement tendu en dépit de son attitude désinvolte. Lui aussi devait se dire qu'il valait mieux privilégier la prudence au détriment de ses pulsions.
avatar
ErisDéesse de la Discorde | Administrateur

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7362
Age : 29
Autres comptes : Eurydice

Revenir en haut Aller en bas
09.06.18 10:11
-« Qu’est-ce que vous faîtes ici tous les deux ? » demanda Eris, encore absente l’instant précédant. Immédiatement, les soldats présents posèrent un genou à terre.

La déesse portait un élégant pantalon de cuir noir ainsi qu’un débardeur blanc… Une tenue simple qui rehaussait la perfection de son corps. Elle portait également ses sabres, solidement sanglées dans son dos.

Eris dévisagea un instant le punk avant de porter toute son attention sur le chevalier noir, une espèce d’ordure qui avait survécu à sa rencontre avec le rédempteur. De mémoire, jamais aucun humain n’avait encore survécu au monstre difforme.
-« Je vois que vous vous remettez de votre petite altercation… Vous ne le savez peut-être pas, mais j’ai du intervenir pour vous sortir du Domaine, j’ai tué le Rédempteur sans autre forme de procès. »

La voix d’Eris était étrangement amicale, les chevaliers noirs avaient lamentablement échoué. Mais il était le seul a avoir réellement tenté de mener à bien son engagement et survivre aux Ombres Gardiennes étaient déjà un exploit en soi. La déesse détacha son regard des deux visiteurs avant d’avertir les gardes des suites de son passage au palais des spectres.

-« Nous risquons d’avoir la visite des forces infernales… Pour éviter tout débordement malencontreux, seuls mon frère et le spectre nommé Xing Huo ont l’autorisation d’entrer dans la ville. Doublez également la sécurité autour du palais. »

Les gardes s’inclinèrent en approbation et s’enfoncèrent dans les ombres environnantes. Eris était maintenant seule en compagnie de Reagan et de son acolyte capillairement douteux. La déesse s’appuya contre un mur, elle n’avait aucunement l’intention de les laisser s’enfoncer dans l’Oasis. Elle s’était engagée à récompenser Yasuha, pas l’américain.

-« Que puis-je faire pour vous ? » lâcha-t-elle, le plus agréablement possible.

[Désolé du retard]
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 239
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
09.06.18 12:18
Après avoir fui la présence de la Déesse, il avait envoyé un essaim de Fées informer ses camarades de ce nouveau développement et requérir une audience auprès de leur Seigneur, qu'il avait obtenu et à laquelle il s'était rendu séance tenante. Le Faucheur avait accueilli le rapport du Cyclope et l'ultimatum d’Éris avec Son impassibilité coutumière. Même en entendant le vieillard Lui détailler par le menu les capacités d'Elise et ce que la Discorde menaçait de faire avec Son héritage, Sa réaction la plus extrême fut un air vaguement ennuyé. Il consentit cependant à mettre fin à ces tensions inutiles qui n'avaient que trop duré : Il ordonna au philippin de se tenir prêt à partir pour Ubar puis disparut une poignée d'heures avant de revenir de Lui seul savait où, muni d'un coffret scellé renfermant le précieux artefact que le Spectre avait interdiction formelle d'ouvrir. Pas besoin de le dire deux fois, il n'avait aucune envie de tester la véracité des histoires racontant ce qui arrivait aux mortels souillant de leurs mains un fragment du divin... Si le fils de Nyx n'avait pas Lui-même fourni de quoi transporter la Pomme en toute sécurité, le philippin avait prévu de la transférer dans l'un de ces conteneurs métalliques, renforcés et hermétiques traînant dans le laboratoire à présent déserté du Dullahan. Le symbole « danger biologique » sur le récipient aurait été du plus bel effet mais aurait également risqué de vexer l'ombrageuse Déesse. Heureusement qu'il n'avait pas eu à en arriver là donc.

Le voyage jusqu'à la cité perdue fut long et pénible, rien d'autre que du sable et de la rocaille à perte de vue, le tout desséché par un soleil impitoyable. L'endroit n'étant bien sûr représenté sur aucune carte contemporaine, il avait dû faire avec des parchemins âgés de plusieurs siècles dont les auteurs se préoccupaient manifestement davantage de rajouter des dessins superflus un peu partout que d'exactitude mathématique : à moins qu'il ne se soit passé quelque chose de très bizarre dans le passé, la péninsule arabique n'avait pas cette forme et les eaux environnantes ne grouillaient pas non plus de monstres marins. Sa persévérance fut toutefois récompensée après des heures à déambuler au hasard et à chasser des mirages : de la verdure, enfin, il touchait au but !

La végétation éparse devint de plus en plus dense à mesure qu'il avançait, procurant une ombre bienvenue, et il finit par aviser des habitations entourant un point d'eau ainsi que ce qui devait être une muraille dans le lointain. Il fouilla parmi ses cartes médiévales jusqu'à trouver celle qui l'intéressait, la rapprocha de son visage pour mieux déchiffrer les pattes de mouche sous une énième représentation « artistique » douteuse et particulièrement mal placée... oui, c'était bien ça. Il rangea son matériel et se remit en marche d'un pas presque guilleret : le plus dur était fait, il ne restait plus qu'à s'acquitter de la mission au plus vite pour repartir le plus tôt possible et avec de la chance ne plus jamais remettre les pieds ici.

Il ne fallut pas longtemps pour que ses sens l'avertissent que quelque chose n'allait pas ici, ses vieux instincts du temps du bidonville s'unissant aux nouveaux apportés par son Étoile Maléfique pour détecter le parfum de la mort dans l'atmosphère. La sensation d'un carnage récent, confirmée par la présence d'un fantôme ici ou là ; le paysage ne portait pourtant pas les marques d'un affrontement entre éveillés... L'ancêtre haussa les épaules, décidant finalement que ce n'étaient pas ses oignons : pour ce qu'il en savait, s'étriper entre voisins était peut-être le passe-temps national quand on vivait sur les terres de la Discorde. Le contingent de types patibulaires qui émergèrent de nulle part pour l'encercler par contre jugeaient clairement que sa présence justifiait leur intervention.

« Encore un, c'est pas vrai... Halte-là, qui êtes-vous et que croyez-vous faire ici ?! »

Ils n'étaient pas mauvais, tout le monde ne pouvait pas se vanter d'être capable de s'approcher aussi près de lui avant d'être repéré. Xing Huo aurait été tenté de répondre « livraison de fruits et légumes » ou autre sarcasme du même acabit mais décida de baisser d'un ton sans pour autant renoncer entièrement à la moquerie. Il était là pour calmer le jeu et pas pour déclencher une guerre, ce qui ne signifiait pas pour autant qu'il allait se laisser intimider par les premiers venus. Et puis pour une fois qu'il pouvait rendre la pareille à quelqu'un...

« Je viens en paix. Amenez-moi à votre chef, j'ai rendez-vous. »

« Spectre ? » demanda le meneur après un instant de réflexion.

« Xing Huo du Cyclope. »

« D'accord... » fit-il avec l'expression d'un homme forcé de mordre dans un citron. « Il va falloir attendre un peu, Son Altesse est occupée, elle reçoit déjà quelqu'un. »

« Pas de problème, je vous suis. »

[HRP : je vous laisse discuter un peu entre vous si vous voulez.]
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 391
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
12.06.18 22:35
Sans même qu'ils s'aperçoivent de son arrivée, une femme à l'apparence sophistiquée apparut d'un angle mort du champ de vision de Reagan et Blueman. Ils ne l'avaient pas entendu venir et leurs cosmos ne les avaient pas alerté d'une nouvelle présence ! Qui pouvait-elle donc bien être ? La réponse vint rapidement aux deux mercenaires, qui virent les gardes s'agenouiller devant la sublime demoiselle : ce ne pouvait être qu’Éris, incarnation de la discorde. Même l'Oiseau de Paradis était ébahi par tant d'élégance et nulle jalousie ne venait obscurcir l'admiration qu'il ressentait, lui qui refusait pourtant d'admettre que quiconque soit plus beau que lui. Ce qu'il voyait de ses propres yeux en ce moment était l'évidence même, quelque chose qu'il ne pouvait guère contester. Quant au punk, il était tel un chien auquel on présentait un appétissant morceau de viande dont on lui interdisait l'accès, la salive à la bouche en expectative.

La déesse expliqua au renégat momifié qu'elle l'avait sauvé du Rédempteur, sans doute la chose putride qui l'avait réduit en chair à pâté, et qu'elle s'était chargé de son cas. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Ce n'était donc pas la dénommée Yasu qui l'avait sorti de cette grotte infâme ? Reagan adressa une œillade accusatrice à son larbin, qui se contenta de hausser nonchalamment les épaules. A en croire son expression faciale, il n'avait aucune idée de si la Discorde racontait la vérité ou non. De ce que Blueman lui avait dit, il n'avait pas été directement impliqué dans l'équipe de secours, aussi était-il possible qu'il ne connaisse pas les détails de l'histoire.

"Ah... Je... Je croyais que c'était Yasu qui m'avait tiré de ce pétrin..." balbutia piteusement le Chevalier Noir, confus par cette révélation.

En dépit de l'amabilité dont faisait preuve Éris à leur égard, toute son assurance s'était comme évaporée et il avait l'impression d'avoir de la semoule à la place du cerveau. Était-ce à cause de l'aura divine que dégageait la maîtresse des lieux ou de la honte qu'il éprouvait devant elle suite à sa pathétique défaite ? L'Américain demeura silencieux lorsque la fille de Nyx ordonna à ses sentinelles de s'apprêter à la venue des Spectres, soucieux de ne pas se mêler d'affaires qui ne le concernaient pas. Il avait certes encadré une transaction entre le forgeron Ntikuma et une guerrière infernale, mais il préférait ne pas trop s'approcher des fidèles d'Hadès suite à la mauvaise expérience qu'il avait vécue au Yomotsu Hirasaka. Il n'y avait pas à le nier, les Enfers n'étaient pas des contrées que les gens voudraient fouler du pied sans avoir un paquet de neurones en moins.

Une fois que les gardes eurent quitté la rue, la Discorde se concentra de nouveau sur le duo de Black Knights. Elle leur demanda finalement pourquoi ils étaient à Ubar, ce qui signifiait qu'ils pouvaient passer aux choses sérieuses. Passablement intimidé, Reagan se racla la gorge et s'exprima enfin sur l'objet de sa visite :

"Voyez-vous, quand je me suis réveillé, j'ai été comme abandonné par mes deux collègues, Yasu et la chef d'expédition Olivia, sans aucune information sur le statut de notre quête ni leur localisation... Du coup je ne sais pas si nous avons réussi la mission et si... si je n'ai pas tout simplement été laissé derrière pour me faire tabasser dans la caverne. Je n'ai hélas pas réussi jusqu'ici à joindre ni à retrouver mes consœurs, ce qui fait que je suis toujours dans le noir total... Aucune idée de si elles sont encore vivantes ou mortes à ce jour ! Du coup, je m'étais dit que vous pourriez peut-être m'éclairer sur le dénouement de l'expédition, Dame Éris."

En même temps qu'il parlait à son interlocutrice, il la fuyait peureusement du regard, craignant la réponse de la déesse à ses questions. L'Oiseau de Paradis redoutait l'éventualité qu'ils aient pitoyablement échoué dans leur mission, une grande disgrâce pour un mercenaire aussi orgueilleux que lui. En effet, à sa précédente raclée risquait de s'ajouter une humiliation supplémentaire par l'annonce de son incompétence indigne d'un professionnel. L'état d'angoisse dans lequel il était plongé laissait Blueman assez déconcerté, bien qu'il soit habitué à voir son patron au fond du trou. Qu'importe, une hyène de son espèce n'était pas là pour donner à Reagan des leçons d'honneur et de fierté.
avatar
ErisDéesse de la Discorde | Administrateur

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7362
Age : 29
Autres comptes : Eurydice

Revenir en haut Aller en bas
22.06.18 21:13
-« C’est effectivement la jolie japonaise qui vous a sorti du Domaine… Mais c’est moi qui ai empêché les forces du Domaine de vous tuer tous les deux. Quant à Olivia, je ne l’ai pas vu. Tout porte à croire qu’elle a abandonné la mission. »

Eris s’appuya contre un mur en fixant ses deux visiteurs. Le punk étrange lui jetait des regards lubriques, habituée à ce type de réaction chez les mâles humains, elle n’en prit pas outrage. Le chevalier noir était venue vers elle pour comprendre ce qu’il s’était passé… Sa présence confirmait une chose, les chevaliers noirs n’étaient toujours pas unis. Une information qui pourrait être utile dans un avenir proche.

-« Quant à la mission, vous avez échoué. Je me suis chargée de récupérer le coffre… J’ai dû verser un lourd tribut au Domaine, bien trop lourd. » Eris marqua une courte pause avant de reprendre. « Ah j’oubliais presque, Yasuha a été mise en présence du coffre lors de votre combat et elle a refusé de s’en saisir… Vous comprendrez qu’avec un tel résultat je ne ferai plus appel à vos services.»

Le ton employé par Eris était toujours calme et poli, elle ne gardait aucune rancune envers le chevalier noir, il était le seul a avoir essayé de respecter son engagement.
Les trois protagonistes furent interrompus par une ombre annonçant l’arrivée d’un spectre, Xing Huo pour être tout à fait exact. Thanatos tenait donc réellement au contenu du coffre ? Eris ordonna aux gardes de surveiller les abords de la cité, elle souhaitait éviter toute incursion spectre. On ne sait jamais, son frère pourrait essayer de s’approprier le coffre tout en conservant la Pomme de Discorde. Pour finir, elle ordonna à l’ombre de faire venir le vieux Philippin, s’il avait la Pomme, toute cette histoire prendrait fin et elle serait à nouveau entière.

Dans l’attente du spectre, elle s’approcha du Chevalier Noir et posa une main douce sur son front. « Malgré tout, vous êtes le seul à avoir essayé… Si j’avais su que le Rédempteur gardait le Domaine je n’aurai pas fait appel à vos Services, je suis navrée que vous ayez du l’affronter. » La déesse concentra son cosmos et insuffla une force nouvelle à Reagan. En quelques secondes ses dernières blessures s’estompèrent, son corps retrouva une nouvelle intégrité, même sa beauté (pourtant relative) s’orna d’un nouvel éclat. « Avec tous mes remerciements… Sachez néanmoins que vous gâchez un potentiel en servant l’Ordre Noir. Si toutefois, vous souhaitez vous accomplir totalement, nous pourrions trouver un arrangement. »

A moins que le Chevalier Noir n’accepte directement la proposition d’Eris, elle lui signifiait qu’elle en avait terminé avec lui et son comparse fort louche.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 239
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
23.06.18 18:28
L'un des membres de son escorte s'était éclipsé durant le trajet, prenant sans doute de l'avance pour aller prévenir sa maîtresse. Son absence ne fut que de courte durée puisqu'il revint presque aussitôt, porteur de la réponse de la Déesse : « C'est bon, Son Altesse va pouvoir vous recevoir dès maintenant. Vous avez du bol. »

Les soldats ne relâchèrent pas leur garde pour autant, au contraire même, leur vigilance ne fit qu'augmenter. Xing Huo était perplexe : que croyaient-ils, qu'il allait péter les plombs et attaquer tout ce qui passerait à sa portée avant de foncer vers Éris comme un dératé ? Peut-être qu'il aurait réagi comme ça s'il avait été un Marina au lieu d'un Spectre et que les habitants d'Ubar lui avaient refusé ce qu'il était venu chercher mais ce n'était absolument pas le cas. Encore une fois, peut-être que la paranoïa était une spécialité locale : il avait suffi de quelques jours de présence de la Discorde dans leur Château pour que les infernaux deviennent perpétuellement nerveux, renfermés et suspicieux alors pour ceux qui vivaient sur ses terres à elle depuis des générations, ça avait dû finir par devenir génétique.

Le groupe pressa le pas lorsque le cosmos de la fille de Nyx se fit ressentir mais pour une fois le philippin n'était pas inquiet : il n'y avait pas trace d'un quelconque maléfice dans cette aura. Quelques secondes plus tard ils arrivèrent auprès de la Déesse, entourée de sa garde d'honneur et faisant face à deux inconnus immobiles. Le premier était un punk peinturluré et bodybuildé qui fixait le second individu d'un air abasourdi, ses yeux ronds comme des soucoupes ; ce dernier se tenait devant un fauteuil roulant renversé sur le côté et son corps était entièrement couvert de bandages. Sous les yeux du Cyclope, les bandages se défirent et tombèrent au sol alors que la musculature de leur porteur se régénérait pour bien vite surpasser celle de son compagnon et qu'une crinière cramoisie cascadait dans son dos. Libéré de son cocon de tissu, l'athlète à la chevelure criarde porta ses mains à son visage, incrédule.

« Ah... j'interromps un bon moment là... » se dit le vieillard. C'était bizarre, on lui avait pourtant dit et répété que la plupart des divinités disposaient de grandes capacités curatives mais il ne s'était jamais représenté Éris dans ce rôle. Avec toutes ces histoires de Pomme, il l'aurait identifiée au Serpent plutôt qu'à Jésus – maintenant, si seulement il pouvait mettre la main sur une grande croix ou à la rigueur une lance bien pointue... Il s'assura qu'elle ait bien remarqué son arrivée puis recula légèrement, l'air de dire « ne faites pas attention à moi », laissant l'homme profiter un peu de sa guérison miraculeuse.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 391
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
25.06.18 20:52
Éris dissipa le malentendu en confirmant que Yasu avait bel et bien sorti Reagan de la caverne, ce qui voulait dire qu'elle s'était pour sa part chargée d'abattre le Rédempteur. Elle supposa ensuite qu'Olivia avait manifestement laissé tomber la quête, à la grande colère du convalescent. La mission en elle-même était un fiasco et la déesse précisa qu'elle avait à cause de cela perdu toute confiance à l'égard de leur faction. Cette annonce résonna comme une nouvelle et cuisante humiliation pour l'Américain, lui qui se targuait pourtant d'être un professionnel infaillible. Tout cela était de la faute de ces maudites garces ! Si elles avaient fait leur travail correctement, jamais il n'aurait eu à subir une défaite aussi déshonorante ! Ces deux traînées paieront cher leur couardise et leur impertinence au prix fort, Reagan allait s'en assurer personnellement.

"Les sales chiennes..." écuma ce dernier, les doigts crispés sur les accoudoirs de son fauteuil roulant. "Je me suis donc fait tabasser pour que dalle ?"

Soudain, un sbire émergea de l'obscurité et informa sa maîtresse de l'arrivée d'un émissaire d'Hadès. La Discorde allait probablement congédier les Black Knights, étant donné qu'elle ne souhaiterait pas perdre plus de temps avec des minables comme eux alors que des affaires sûrement plus urgentes l'attendaient. Néanmoins, elle continua de porter son attention sur les mercenaires et posa même sa main à la fois délicate et ferme sur le front de l'Oiseau de Paradis. Un vaurien de son espèce ne méritait sans doute pas un tel honneur, mais il était trop absorbé par le regard hypnotique d’Éris pour émettre une quelconque protestation.

Un prodige inouï se produisit alors sous les yeux ébahis des deux renégats, une lumière nimbant le corps meurtri de l'Américain. Celui-ci se sentit instantanément revigoré et il ne ressentait plus aucune douleur résiduelle. Ses muscles, jusqu'ici atrophiés après une longue période d'inactivité, commencèrent ensuite à gonfler et à déchirer les bandages qui le recouvraient. Il en fut de même pour sa chevelure, qui se mit à pousser en abondance afin de retrouver la forme de crinière que Reagan affectionnait tant. Le plâtre qui protégeait ses membres désormais guéris s'effrita à son tour, lui redonnant ainsi sa pleine mobilité. Ne croyant pas à ce qui s'était produit, le Chevalier Noir enleva les bandelettes enroulées à son visage puis le toucha fébrilement. Un miracle venait incontestablement d'avoir lieu : il avait retrouvé en un éclair toute la beauté qu'il croyait avoir définitivement perdue ! C'était là une renaissance pour l'Oiseau de Paradis, baigné dans l'euphorie de pouvoir contempler son corps enfin restauré. Malgré son échec, la Discorde semblait apprécier qu'il ait au moins tenté d'aller au bout de sa mission, contrairement aux deux autres bécasses.

Contre toute attente, elle l'invita ensuite à abandonner Death Queen Island pour rejoindre ses rangs. La fille de Nyx avait-elle donc une si haute opinion de lui pour proposer à un incapable de son genre une offre aussi généreuse ? Evidemment, cette invitation déstabilisa Reagan et le plongea dans une intense réflexion mêlée d'inquiétude. La joie qu'il avait ressentie pendant un court moment laissa alors place à la frustration, l'amertume et la fureur qui le hantaient depuis son réveil à l'hôpital de New-York. Il ne pouvait tout simplement pas se débarrasser de ce sentiment de honte qui lui rappelait à quel point il était misérablement faible. Après s'être longuement muré dans le silence, il déclina donc la suggestion :

"Non... Vous l'avez dit vous-même, les Black Knights ne peuvent vous offrir des services dignes de ce nom en l'état, et je ne déroge pas à la règle. Je vous remercie toutefois pour la considération que vous daignez m'accorder, ô Redoutable Éris. Peut-être que je reviendrais un jour sur votre proposition..."

L'Américain jugeait qu'il était encore trop tôt pour s'élever au-delà de son statut de Chevalier Noir. De plus, il n'était guère assuré à l'idée de se mettre sous le commandement d'une divinité, lui qui préférait largement l'indépendance relative permise par sa fonction. Quant à Blueman, il était assez déçu par le refus de son patron, mais il choisit de ne pas contester cette décision, ne serait-ce que pour la forme. C'était fort dommage, les perspectives qui pouvaient s'ouvrir à eux en intégrant l'armée d’Éris étaient pourtant si vastes !

"Bien, je suppose que je ne vais pas vous retenir plus longtemps, ô Insidieuse Éris." déclara l'Oiseau de Paradis en même temps qu'ils se levait de son siège. "Nous allons donc vous laisser à votre entretien avec les Spectres, ce ne sont pas nos oignons après tout."

Sur ces paroles, il s'inclina devant la Discorde et fit signe au punk qu'ils allaient quitter l'endroit. Le voyou obéit sans discuter et plia la chaise roulante avant de la mettre sous son bras puis de suivre son chef jusqu'à la sortie. Torse nu et les pectoraux bombés, Reagan marchait à grandes foulées, habité d'une détermination nouvelle. Il était prêt à s'entraîner dur afin d'atteindre de nouveaux sommets de puissance physique et cosmique, ceci dans le but ultime de prendre sa revanche contre tous ceux qui avaient le culot de le ridiculiser. Nul besoin d'une divinité pour cela : le Chevalier Noir allait obtenir la victoire à sa manière, c'est-à-dire à travers l'art du catch !
avatar
ErisDéesse de la Discorde | Administrateur

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7362
Age : 29
Autres comptes : Eurydice

Revenir en haut Aller en bas
27.06.18 21:13
Alors que le chevalier noir s’apprêtait à quitter l’Oasis, Eris, conciliante, lui adressa une dernière parole avant de le regarder s’éloigner, lui et son étrange acolyte.

-« Une proposition a été faîte et, même si les conditions peuvent être modifiée, l’on ne saurait renier la parole donnée… Dès lors, à moins que vos intentions à mon égard soient belliqueuses vous serez toujours le bienvenu en ces lieux. »

Appréciant que le spectre soit resté à sa place le temps qu’elle puisse terminer avec les émissaires de l’Ile de la Reine Morte, elle lui dédia un sourire charmeur. Plus sérieuse que lors de son bref passage sur le territoire terrestre des spectre, la déesse extirpa du néant le coffre contenant la lanterne de Nyx. Au même instant, plusieurs ombres resserrèrent leurs armes autour du philippin.

-« Je suppose que tu souhaites en finir le plus rapidement possible ? » elle lui aurait bien proposé de prendre une tasse de thé, mais le spectre ne l’appréciait pas vraiment. « M’apportes-tu l’objet de mes désirs ? Si tel est le cas tu pourras quitter Ubar avec l’héritage de mon frère… »

Elle savait pertinemment qu’il apportait la pomme avec lui, la présence de cette dernière lui était des plus familières. En outre, elle n’imaginait pas son frère lui disputer son héritage, la lanterne de Nyx offrait à son possesseur une puissance considérable. Trop sages pour s’en servir, les dieux jumeaux ont toujours préféré la garder à l’abris des convoitises.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 239
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
28.06.18 12:27
Éris jouait donc les chasseuses de têtes auprès des Chevaliers Noirs, c'était bon à savoir. Xing Huo fut rassuré de voir que le musculeux inconnu conserverait toutefois son indépendance : les rebuts de la chevalerie occupant Death Queen Island ne pouvaient être considérés comme une menace sérieuse du fait de leur désunion et de l'absence de divinité à leur tête, cela dit cette affirmation ne tiendrait plus si certains d'entre eux commençaient à se placer sous le commandement de la Discorde. Si elle puisait dans les effectifs d'autres factions pour reconstituer plus rapidement son armée, Thanatos devrait très vite adapter Ses plans pour prendre en compte l'influence de Sa sœur.

Dès que le flamboyant inconnu et son non moins curieux sous-fifre quittèrent les lieux, la Déesse recentra son attention sur l’Étoile Terrestre et les gardes se montrèrent immédiatement plus agressifs. Le philippin inspira lentement, profondément, puis expira tout aussi délibérément. Bon, ça commençait à bien faire ce comportement. Il n'était que le livreur, il venait en paix et sa seule hâte était de repartir le plus vite possible pour ne jamais revenir.

« Les gars, je vous conseille de vous calmer ou il va vous arriver des bricoles. » prévint-il alors qu'un tic nerveux agitait le coin d'un de ses yeux et que, cachées par ses vêtements, ses veines commençaient à saillir sur ses muscles. Il délogea son sac de son épaule et commença à fourrager dedans, à la recherche de la maudite boîte enveloppée dans plusieurs couches de tissu pour éviter qu'elle ne s'ouvre malencontreusement. Il ne voyait pas pourquoi la Discorde s'embêtait avec cette question rhétorique : si la Pomme était aussi importante qu'on le lui avait dit, elle devait forcément en ressentir la présence. En plus le damné artefact s'était mis à pulser lorsqu'il était arrivé à proximité de sa maîtresse, émettant une aura qui s'intensifiait puis diminuait en rythme comme le battement de cœur d'une quelconque monstruosité.

« C'est ça, écoutez la patronne. » dit-il aux gorilles en tendant enfin le fichu coffret à sa propriétaire, récupérant celui contenant l'héritage du Faucheur en échange et l'emmitouflant à son tour dans une épaisseur protectrice. Troquant une boîte de Pandore pour une autre ; il aurait largement préféré se balader avec une cargaison d'explosifs aux détonateurs déjà activés. Ayant accompli sa mission, il ne perdit pas une seconde avant de tourner les talons et tant pis s'il passait pour un rustre. « Bonne continuation à vous. Inutile de me raccompagner, je trouverai la sortie tout seul. »

Les séides d’Éris lui collèrent néanmoins aux basques jusqu'aux frontières de leur territoire. S'ils l'avaient suivi au-delà, le vieillard aurait cédé à ses pulsions et en aurait attrapé un pour cogner sur les autres ; il était cependant parvenu à se retenir jusqu'à leur séparation, ce qu'il prenait pour une preuve de patience qui devrait lui valoir la canonisation.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

L'errance des chiens enragés