avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
03.07.18 19:41


===> En provenance de : http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t29636-la-fin-de-toute-chose-ter



**********
L’horizon vacille dangereusement,
Annonçant une sombre destinée.
Le temps interrompt son envolée,
Modifiant subitement cette fatalité.

**********

Accablé par les regrets, il sombrera avec Atlantis, tel le capitaine accompagnant son navire vers les profondeurs abyssales. Il avait finalement failli et son serment ne serait jamais honoré. Même s’il l’avait souhaité, ses forces étaient tellement affaiblies qu’il lui serait impossible de regagner la surface. Il ne lui restait plus qu’à attendre l’inéluctable fin de son existence.

La voûte cosmique commençait à se décomposer en plusieurs endroits. La première des conséquences, celle qui le concernait le plus directement, fut l’invasion par l’océan rageur. Plusieurs tonnes d’eaux s’engouffrèrent instantanément dans ce qui fut autrefois la paisible capitale du dieu Poséïdon. Plus par réflexe défensif que par réelle envie, le Kraken s’entoura d’une aura glaciale protectrice, ce qui lui évita vraisemblablement de se faire écraser par la pression aqueuse. La puissance déchainée balaya la majeure partie des constructions les plus légères, sans toutefois réussir à déstabiliser la résistante salle aux écailles. Le sanctuaire serait sauf jusqu’au retour du maître des sept mers. La palais impérial tenait encore sur ses fondations, même s’il demeurait aisé de deviner que les décorations intérieures avaient très certainement été ravagées.

En définitive, au lieu de périr écraser par les flots, il ne lui restait plus qu’à attendre que le manque d’oxygène sape les dernières forces qui lui restaient : fins peu glorieuses l’une comme l’autre. Après quelques minutes à lutter contre l’engourdissement, il sentit sa conscience sombrer peu à peu dans l’obscurité et c’est l’âme meurtrie qu’il accepta son triste sort.

- « N’est-il pas trop tôt pour abandonner, Chevalier ? », questionna une voix familière sur un ton désapprobateur.

Hakon n’avait plus la force nécessaire pour remuer ne serait qu’un petit doigt ou encore d’ouvrir les yeux. Il ressentit toutefois la présence d’une cosmo-énergie bienveillante.

- « Toi, le dernier Chevalier des glaces, ton honneur n’a donc que si peu de valeur pour que tu abandonnes si facilement tes engagements vis-à-vis de tes ainés ? », reprocha l’improbable présence.

Le jeune albinos n’avait plus la force de pleurer. Quelle déception devait-il représenter pour son prédécesseur et l’illustre maître de ce dernier ? Que pouvait-il bien accomplir dans son état ? Seule la mort l’attendait désormais.

- « Si tu souhaites te racheter pour d’hypothétiques échecs, alors tu dois vivre. Tu n’accompliras rien dans la mort. », sermonna le héros d’antan.

- « Réfléchis à tes actes et à mes paroles. Je t’offre le plus inestimable des cadeaux : ne le gâche pas inutilement. », affirma la voix de manière plus paternelle.

Soudain, le commandant atlante sentit une accélération fulgurante, ainsi qu’une une énergie apaisante l’entourer. Il perdit connaissance quelques secondes plus tard, terrassé par l’épuisement.


…/…


Un puissant trait de lumière de couleur or transperça subitement le ciel au-dessus du Sanctuaire terrestre, couplé à une puissante émanation de cosmo-énergie et avec pour destination le temple inoccupé du Verseau. Un homme à la peau albâtre et à la chevelure blanche gisait sur le sol, vêtu de l’armure du maître des lieux et baignant dans une flaque d’eau à l’odeur iodée.

avatar
AkritèsChevalier d'Or des Poissons
Chevalier d'Or des Poissons

Date d'inscription : 21/03/2014
Nombre de messages : 101
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
04.07.18 0:29
--> Rodorio (RP avec Azir)

L'Evêque du Mont Athos avait quitté Azir aux marches du temple du Lion et avait continué sa route. Des marches, toujours des marches. Cela n'avait pas changé avec le temps et le cosmos d'Athéna était toujours présent pour interdire toute téléportation. Cependant, comme une moquerie de l'histoire, un trait de lumière venait de rompre la monotonie de sa montée. Un cosmos venait d'entrer dans le temple du Verseau, juste avant le sien. Pensif, il levait les yeux vers là bas et se demandait bien ce qui se passait en ce moment. Etait ce un survivant du combat contre Typhon ? Se rappelant du rapport d'Azir du Lion, il n'avait pas mentionné de chevalier du Verseau dans cette histoire.

Passant le parvis du temple, Akrites portait toujours sur ses épaules sa box et s'approchait lentement. Il ne savait pas à quoi s'attendre. Puis, il s'arrêta et vit que son pied droit venait de marcher dans des rigoles d'eau. Une odeur particulière s'en échappait et, s'agenouillant, ses mains touchèrent le liquide avant de le porter à ses narines. C'était bien de l'eau de mer. Qu'est ce que cela voulait dire ? Fronçant les sourcils, il se relevait et ajusta sa robe de bure dépenaillée depuis le temps du voyage. Les torches de la maison étaient éteintes depuis un moment et seuls quelques traits de lumière d'Apollon permettaient de voir de temps en temps devant soit. Il fallait aussi voir quelques lézardes sur les murs et des murs encore totalement gelés par endroit, fruits certainement de combats passés.

Enfin, le grand hall laissait place à une pièce centrale et les pupilles ambrées des Poissons observèrent un homme à la chevelure albatre en train de baigner dans une mare d'eau. C'était mieux qu'une marre de sang, ceci dit ! Personne ne semblait présent autour... Une longue minute passa avant qu'Akritès se décidasse à s'approcher de l'homme qui portait l'armure du Verseau. Qui était cet homme ? Aucun rapport au Mont Athos ne mentionnait la description d'un chevalier de la sorte, lui aussi avait été rappelé par Athéna ? D'un geste de la main, il vérifiait le pouls de son voisin direct et de faibles battements démontraient qu'il était vivant. C'était une bonne chose.

Il posa la main sur sa poitrine et insuffla de son cosmos. Il tentait de ramener l'homme par devers lui vers le monde des conscients. Akritès avait bien des questions mais qui n'en avaient pas déjà à son endroit. Prenant en compte sa propre équation, il laissait le bénéfice du doute au nouveau venu.

- Il est temps de te réveiller Chevalier !

Un sourire franc et optimiste couronnait son visage comme à son habitude. Méthode assez simple pour ne pas montrer ses failles aux gens qui l'entouraient.
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
04.07.18 13:46
=> Rodorio

(Note : pour la cohérence, Azir va tarder à arriver jusqu'à vous donc n'hésitez pas à caser des actions entre le moment de l'arrivée d'Hakon et la mienne si besoin ^^)

Difficile de rater la colonne de lumière qui avait crevé le ciel, même les civils non-initiés aux mystères de la Chevalerie avaient dû le remarquer depuis la ville. A moins que les pouvoirs ancestraux de la déesse gardienne des lieux aient pu dissimuler tout cela aux regards.

Toujours est-il que, depuis la Cinquième Maison, Azir avait eu le temps de se poser un moment, nettoyer son armure des débris de cendres et de poussière qui la maculaient, et même jouer au soleil avec son chat. C'était à ce moment-là, sur le parvis de son temple, que le phénomène s'était produit. Caramel tourna la tête en direction du grabuge, imité par son maître.

Il se leva lentement, tenta d'étendre ses sens jusque là-haut comme lui avait enseigné. Son essai demeura lettre morte, incapable qu'il se trouvait de faire traverser son cosmos à la moitié du Sanctuaire.

"Ca tombe bien, j'avais pas encore fait mes étirements... Rien de tel qu'un jogging pour finir une journée de marche, exploration, combat, et maintien de l'ordre, hein mon chat ?"

Le félin miaula paresseusement et alla se coucher dans un panier posé derrière une colonne à son attention. Azir sourit. Il enviait presque cette vie insouciante et flegmatique. Presque. D'un accord silencieux, l'armure du Lion vint entourer ses épaules de son or restauré, il et partit en foulées régulières vers le sommet du Sanctuaire.

---

Fort des multiples raccourcis qu'il avait découverts et de l'absence des gardiens des temples -Elijah également, ce qui était un peu préoccupant vu sa dévotion envers Athéna-, le jeune homme avala la distance qui le séparait du Onzième temple en un peu plus de 45 minutes, plutôt satisfait d'avoir fait de ce parcours son entraînement quotidien pendant un mois afin de ne plus avoir les jambes et le dos en compote une fois en haut.

La première chose qui le frappa fut la forte odeur de sel, qu'on sentait rarement aussi nette malgré la présence de la Mer Méditerranée pas si loin que cela. C'était comme si quelqu'un s'amusait à laver le temple à grande eau de mer.

Comme Akritès avant lui, il remarqua le sol détrempé, la glace sur certains murs, et de fait la température un peu plus basse qu'à d'autres endroits du Sanctuaire. Un frisson de fraîcheur courut sur son échine, vite réprimé par sa curiosité. Il avança pour constater que quelqu'un le précédait, probablement le chevalier des Poissons montant vers sa propre demeure.

"Akritès ? Tu es là ?"

Le jour commençait à décliner depuis un moment, ce qui ne facilitait pas l'appréciation des dégâts et de la situation en général, aussi Azir se dirigea vers une petite alcôve discrète creusée derrière une colonne, saisit un briquet disposé là, puis alluma une torche. Il trouvait l'idée de la cachette à fournitures amusante, et s'était empressé de confirmer que dans chaque temple on trouvait la même chose, pour justement ce genre de cas où le maître des lieux voulait éclairer le passage.

Passant d'une torche à l'autre, il embrasa la pièce de façon à comprendre d'où était venue la colonne de lumière et pourquoi.
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
05.07.18 18:59


**********
Le voyage s’étend vers l’infini,
Générant moultes incertitudes.
La Destinée se dévoile à nous,
Illuminant ces obscurs cieux.

**********

Hakon errait seul dans la pénombre la plus complète. Aucun bruit, aucune odeur, aucune sensation, rien. Il demeurait une âme emprisonnée à l’intérieur de son propre corps. Etait-il vivant ? Etait-il mort ? L’ignorance se révélait plus atroce encore qu’une douloureuse vérité. Se remémorant les derniers instants pendant lesquels il était encore conscient, le jeune finlandais s’interrogeait sur ce qu’il lui semblait avoir ressenti ou entendu. L’illustre Camus s’était-il réellement adressé à lui ou son inconscient s’était-il joué de lui ? Pourquoi son aîné se serait-il manifesté ? Une hallucination, il devait s’agir d’une hallucination…

Le jeune homme observait maintenant une scène de son passé. Cette dernière était empreinte d’un certain réalisme. Prisonnier au centre d’un cercueil de glace, le froid l’étreignait de plus en plus, engourdissant ses muscle et sa volonté, puis le plongeant peu à peu dans un profond sommeil. Depuis combien de temps n’avait-il plus souffert de la morsure de l’hiver ? Près de cinq années, si ses souvenirs étaient toujours intacts. A l’issue de cet épisode, il avait rencontré la mystérieuse Irina et embrassé la voie de la chevalerie au service d’Atlantis. Que d’aventures il avait vécu avant d’assister, impuissant, à la chute de la mythique capitale du royaume sous-marin.

Sur le point de revivre un nouvel épisode de sa vie, l’ex-général du Kraken ressentit soudain une chaleur réconfortante l’envahir. Cette sensation était bien réelle, l’extirpant lentement de sa torpeur pour le ramener parmi les vivants. La douleur se fit sentir à nouveau, de même qu’une immense fatigue. Son corps était lourd, très lourd, l’empêchant d’initier le moindre mouvement. Une brûlure se déclara soudain au niveau de sa cage thoracique, déclenchant aussitôt une réaction inconsciente : le jeune albinos expulsa l’eau contenue dans ses poumons d’une violente et incontrôlable toux. Il put ensuite prendre une longue inspiration pour se réoxygéner. Toujours incapable de se mouvoir, Hakon ouvrit les yeux, non sans difficultés, et observa l’homme se tenant près de lui. A sa grande surprise, il se retrouvait vêtu d’une armure qui n’était pas celle du Kraken et il gisait dans un lieu inconnu.

- « Qui êtes-vous et où suis-je ? », questionna d’une voix faiblarde le jeune homme.

Ses sens étaient toujours perturbés, rendant impossible toute analyse rationnelle de son environnement. Tout ce dont il était certain, c’est que l’homme était un inconnu et que son nom devait être Akritès, à en croire les quelques mots du nouveau venu. De plus amples informations s’avèreraient nécessaires pour pouvoir jauger sa situation et définir la meilleure attitude à adopter…

avatar
AkritèsChevalier d'Or des Poissons
Chevalier d'Or des Poissons

Date d'inscription : 21/03/2014
Nombre de messages : 101
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
05.07.18 19:56
Posant sa box sur le sol, il continuait de redonner de l'énergie à l'homme allongé devant lui. Son corps n'arrêtait pas de s'engourdir dans le froid, comme si la glace tentait de ravir cette chaleur corporelle qui lui déplaisait. Fermant les yeux, il se concentra derechef afin de repousser ce gel insidieux et lentement les muscles et la chaire du chevalier reprenaient vie doucement. Soudain, une voix se fit entendre derrière lui ! Sa tête tourna vers le Lion et lui fit signe que tout allait bien. Il sentit alors un mouvement imperceptible de l'inconnu. Les traits de cet homme étaient tirés, démontrant que les dernières minutes qu'il avait vécu avaient été difficiles. Qui est-il ? D'ou vient-il ? L'ancien Evêque multipliait à tout rompre ses questions dans sa tête.

Il se réveillait enfin. Première question : Qui êtes vous ? Jusque là c'était normal. Seconde question : Ou suis je ? Là.... L'anormalité de la question amenait à l'incongruité de son "parachutage" dans le temple du Verseau. Pensif, Akritès ne savait que penser encore une fois de cet homme. Cet odeur marine était toujours bien présente et l'eau qui était à ses pieds en était la cause. D'une plage ? D'une mer ? Il gardait cela pour lui pour l'instant.

- Je suis Akrites Salonikas O', chevalier d'or de la Constellation des Poissons. Je te présente Azir, Chevalier d'or de la Constellation du Lion. Nous sommes dans le temple du Verseau et tu viens d'y arriver... d'une façon météorique.

Un grand sourire du fait de sa petite plaisanterie, les Poissons attendaient un peu avant de poser plus de questions. Il portait après tout l'armure d'or du Verseau mais il avait l'air surpris de la porter. Voilà un mystère de plus !

- A qui avons nous l'honneur ? Et, permets moi de te demander d'où tu viens ?

La question était franche mais sans animosité. Toutefois, il était hors de question de laisser un inconnu dans le temple du Verseau sans quelques réponses claires. En effet, les soucis que le domaine sacré avait connu ces derniers mois étaient de nature à éviter que l'on rentre ici comme dans un moulin. Il n'était pas le maître des lieux, c'était lui avec cette armure. Mais ce "lui" avait il le droit de porter cette armure ? Bien des chevaliers avaient porté des armures alors qu'ils n'en avaient pas le droit, pour des raisons bien particulières mais c'était plus un hasard du destin. Là, vu la situation, c'était possible que l'on soit dans un cas semblable.

Akritès fit signe à Azir de l'aider pour relever "Rocketman" et le libérer de sa mare d'eau. Qui est il ? La question devenait lancinante pour lui, il voulait une réponse.



avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
05.07.18 20:58
La réponse à sa question lui arriva par le biais de l'écho tout d'abord, la voix du Douzième gardien en train de se présenter et de donner son nom au passage, tandis qu'il approchait pour éclairer. Il trouva alors un jeune homme, de ce qu'il pouvait en juger dans sa tranche d'âge -enfin !-, qui gisait dans une grosse flaque. A croire que quelqu'un avait oublié de fermer le robinet de la salle de bain.

"Est-ce que j'ai bien entendu ? La pyrotechnie son et lumière c'était toi ? Et t'as rien de cassé après ça ? Bha chapeau, je sais pas en quoi t'es fait, mais c'est du lourd."

Il déposa sa torche sur l'attache d'une colonne libre et tendit l'avant-bras pour aider le bonhomme à se relever, d'une poigne ferme et contrôlée. En moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, Hakon se retrouvait debout, soutenu si besoin par Azir qui réprima un nouveau frisson glacé.

"Hé, mais tu es gelé par-dessus le marché ! On dirait que tu viens du Pôle nord... Si tu sens que tu peux tenir debout, je voir pour te chercher une couette, au moins."

Azir avait appris, avec la maîtrise toute relative de son pouvoir curatif, à doser sa température en même temps que son cosmos. Sans se douter qu'Akritès l'avait précédé en la matière, il envoya à son tour suffisamment d'énergie dans le corps du jeune homme pour le réchauffer un bon coup, peut-être même trop étant donné son standard égyptien/niçois/gréco-chaleureux.
D'un regard, il interrogea également les Poissons par rapport à l'armure d'or qu'il voyait sur le dos de l'homme, visiblement inconnu même face à une personne aussi renseignée. S'il n'appartenait pas aux rangs d'Athéna, alors pourquoi tout ce cinéma, sa présence ici ? Comment avait-il pu passer les protections de la déesse ? A quoi bon garder des temples s'ils se faisaient déjouer de la sorte ? Devait-on l'accepter tel quel parce que l'armure en faisait autant ? Dans un sens, Regulus avait choisi Azir avant que celui-ci ne donnât son consentement. Était-ce le même cas de figure ?

"Comment te sens-tu à présent ? Est-ce que tu te rappelles comment tu es arrivé ici, et pourquoi ?"
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
06.07.18 18:21



**********
Le ciel sourit à nouveau,
Illuminant les hommes.
La mélancolie s’installe,
Révélant toute langueur.

**********

Evidemment, les questions commençaient à fuser. Cette réaction de la part des deux Saints étaient des plus naturelles, étant donné que techniquement Hakon n’était pas le gardien de la maison du Verseau. Le point positif de cet étrange méli-mélo cosmique était qu’aucun des deux ne le connaissait, ce qui lui laisserait le loisir d’introduire progressivement la raison de sa présence en ces lieux.

Les deux chevaliers d’or faisaient preuve d’une grande compassion, puisant dans leur énergie respective pour redonner du tonus à l’ancien Marina. Il était désormais pleinement conscient, bien que ses muscles furent toujours endoloris, ce qui était légitime au regard du manque d’oxygène qu’il avait du supporter et de son état de fatigue général. Le jeune finlandais pesta intérieurement contre Poséïdon, l’origine de toutes les mésaventures vécues ces derniers mois. Bien que manquant encore de vaillance, il pouvait désormais se tenir debout grâce aux premiers secours prodigués par les deux étrangers. Par contre, il lui faudrait encore beaucoup de temps avant de récupérer son potentiel véritable.

Ainsi, il se tenait dans la maison de son modèle spirituel de toujours, vêtu de son armure de surcroit. La sensation était étrange : le surplis doré dégageait une puissance certaine tout en révélant une conscience propre, celle de ses anciens porteurs peut-être, mais il était impossible d’effectuer une fusion des souvenirs comme un Marina le ferait avec son écaille. Tout ceci demeurait déroutant…

- « Mon nom est Hakon. », commença par préciser l’albinos d’une voix faible.

Le guerrier fut ensuite pris d’une nouvelle quinte de toux, ce qui lui laissa le temps d’envisager les options s’offrant à lui. Révéler toute la vérité ne pourrait que lui nuire dans l’immédiat, l’animosité collective provoquée par les derniers actes du seigneur des océans était encore bien trop ancrée parmi les non éveillés et très certainement les éveillés des diverses factions. Mentir serait une solution bénéfique à court terme mais finirait tôt ou tard par le discréditer durablement auprès de ces deux-là, voire d’autres. Ne pas mentir, sans toutefois tout dévoiler demeurait encore l’option la plus raisonnable pour le moment.

- « J’étais un éveillé qui n’avait plus ni maître, ni nation à défendre. A l’issue d’un périple bien trop long, j’étais à bout de forces et commençais à me noyer. », continua l’ancien porteur du Kraken.

Le dernier des Marinas marqua une pause, prit d’une nouvelle crise de toux.

- « Alors que la vie me quittait, j’ai entendu la voix d’un défunt qui m’exhorta de continuer et chercher une nouvelle voie, un nouveau sens à mon existence. », ajouta-t-il tout en fixant les deux membres de la garde rapprochée d’Athéna.

Qu’avais-tu donc derrière la tête Camus ? Pourquoi m’avoir empêché de les rejoindre ? Hakon commençait à se demander si le Sanctuaire lui-même n’était pas la raison de toute cette farce.

- « J’ai omis de vous dire que je suis un chevalier des glaces, vraisemblablement le dernier gardien de la volonté de mes prédécesseur. Cette armure d’or m’a sauvé la vie par je ne sais quel miracle et pour je ne sais quelle raison. Vous connaissez la suite.», conclut l’invité surprise.

Il en avait assez dit pour le moment, tous ses propos étant au final la stricte vérité. Il observa ses deux compagnons de fortune, attendant leur réaction pour décider de la suite…

avatar
AkritèsChevalier d'Or des Poissons
Chevalier d'Or des Poissons

Date d'inscription : 21/03/2014
Nombre de messages : 101
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
07.07.18 10:18
Pensif, Akritès laissait l'homme récupérer. "Un éveillé sans nation, ni maître". Visiblement, ce dernier protégeait un autre dieu autrefois et, au vu de sa tête quand il avait vu l'armure sur lui même, ce n'était pas Athéna à la base. "Se noyer". Comment un chevalier pouvait mourir de noyade ? C'était une chose qui surprit le chevalier d'or des Poissons qui ne se départit pas de son masque souriant et aimable. L'eau de mer était un indice supplémentaire sur les origines de la nation dont il parlait, un ancien serviteur de Poséidon ? Reculant de quelques pas pour observer les alentours, il laissait Azir aux côtés du Verseau alors que ce dernier continuait son explication.

S'adossant à un pilier, sa réflexion se poursuivit. "Mes prédécesseurs" ? Cette partit devenait plus intéressante. Il y avait eu quelques chevaliers du Verseau qui s'étaient succédé dans ce temple au cours des dix dernières années. Quelques éléments corroboraient le fait qu'il était surpris par sa présence ici même, qu'il n'en comprenait pas plus la raison. Après tout, lui même devait admettre qu'il était revenu dans l'Ordre de la chevalerie de façon assez particulière. Hakon, puisque c'était son nom, avait entendu la voix d'un défunt qui devait être la cause de sa présence ici même. Mais qui ? Un des prédécesseurs en question ? Possible mais rien ne l'attestait pour l'instant.

- Voici au moins quelques réponses... Intervint il souriant à la fin des explications. Cette eau de mer qui t'accompagne est certainement une réponse sur cette "nation" que tu cites sans le dire, non ? Cela ne coûtait rien de tester le nouveau venu. Si un ancien chevalier d'or du Verseau a estimé, par de là même de la mort, que tu étais digne de lui succéder.... Cela démontre déjà que tu es digne d'être parmi nous.

Le ton se fit soudain un peu plus ferme.

Toutefois..... Cela ne démontre en rien ta fidélité envers notre Déesse puisque tu servais manifestement un autre "Maître" avant.... Je vais être franc car c'est pour moi ce qui m'importe le plus, pour quel idéal ou cause tu te bats ? Tu ne serais pas le premier Chevalier à porter une armure sans avoir l'idéal humaniste que nous défendons, moi même je porte l'armure d'un homme qui s'est égaré pendant un temps. Donc, j'estime que l'armure du Verseau n'est pas un quitus, même si tout le monde a son passé. Ta venue, pour le moins surprenante, engage quelques réponses plus précises.


Le regard ambré des Poissons se fit plus tranchant, plus autoritaire. Il n'était pas question de laisser un ennemi dans le onzième temple, sans prendre quelques assurances. Il avait promis de ne pas laisser Thanatos se jouer des Saints encore et encore... Et voilà qu'un homme fend le ciel pour arriver ici par la volonté d'un Défunt ? La possibilité que Thanatos ait joué avec l'esprit d'un mort - afin de manipuler Hakon - était une chose qu'il ne laisserait pas passer.

Les pupilles du chevalier des Poissons fixaient froidement celles du Verseau. Un minimum d'empathie permettait de comprendre qu'Akritès n'avait pas la volonté d'accepter des explications aussi simples. Hakon ne semblait pas avoir menti, certes, mais, il n'avait pas encore lever tous les doutes ou questions. Et une chose avait tendance à rendre Akritès des plus suspicieux, c'était quand les morts commençaient à participer aux affaires des Saints.


avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
07.07.18 18:19
Le Lion d'or fit de son mieux pour ne pas paraître trop surpris, mais il avait un instant retenu son souffle pendant le récit du jeune homme. Cette histoire de fantôme qui lui venait en aide sans tenir compte des limites de la mort, pour un jeune chevalier comme Azir cela défiait la logique. Et le pire c'est qu'Akritès ne remettait même pas cette partie de l'histoire en cause, comme s'il s'agissait de la chose la plus naturelle du monde.

L'ancien/nouveau Saint ayant visiblement les choses en mains, le blondinet s'éclipsa une minute ou deux comme dit précédemment, profitant de sa brève escapade pour réfléchir aux propos échangés. Ni maître, ni nation... Pour le maître il pouvait comprendre, lui-même encore se sentait mal avec cette espèce de féodalité vis-à-vis d'Athéna. Et puis surtout, les refrains disant qu'il fallait sacrifier sa vie si besoin, protéger l'humanité toute entière, tuer des dieux... Contre Typhon, la question n'avait pas encore fait son chemin dans sa tête, mais serait-il vraiment capable le moment venu d'aller offrir sa vie, comme ça, sans garantie de réussir ? Et tout le marchandage avec Charon modifierait-il quoi que ce soit à l'affaire ? L'aller gratuit vers les Champs-Élysées ? Il faudrait qu'il creusât la question.

Il revint rapidement auprès d'Hakon, lança sur ses épaules la couette qu'il était allé chercher. Un rapide regard passa sur Akritès, plutôt agacé de le voir avec un jugement si tranché sur la foi et les idéaux des gens. C'est vrai quoi ! On pouvait vivre quelque part sans adhérer forcément aux croyances locales ! Tant qu'on ne perturbait pas les lois et l'ordre du lieu d'accueil, non ? Azir se sentait assez sensible sur la question, venant d'un pays dans lequel on pointait du doigt l'islamisme à cause des attentats internationaux.

"Il y a une chose que je ne comprends pas très bien dans ton histoire Hakon. Tu dis qu'après un long périple, tu as commencé à te noyer mais... On ne peut pas juste se noyer comme ça, sans eau. Est-ce que ça veut dire que tu servais les fameux Marinas ? Est-ce que les légendes sur les cités sous-marines sont vraies ? Est-ce que... tu cautionnes le fait que Poséidon ait essayé de faire pression sur tout le monde avec ces histoires de taxes sur le commerce maritime et ce qui s'ensuit ?"

Sans se rendre compte de l'étendue de ce qu'il sous-entendait en terme de diplomatie, Azir posa ses iris d'améthyste sur l'armure du Verseau, puis sur la crinière blanche de son porteur, légitime ou non, et enfin dans son propre regard. Sur le visage du Lion, pas d'animosité ou de reproches, juste de la curiosité probablement déplacée dans le contexte.

"Arrête-moi si je me trompe, mais donc tu aurais été catapulté d'un de ces endroits jusqu'ici par l'esprit d'un ancien Verseau ? Tout ça sans que la magie d'Athéna ne te réduise en bouillie au passage -je rappelle qu'on ne peut pas se téléporter en temps normal dans le Sanctuaire d'après le règlement. Si tu veux mon avis Akritès, si Athéna ne voulait pas qu'il arrive ici, elle n'aurait pas attendu qu'on se déplace pour s'en charger. Surtout qu'il dit être un chevalier des glaces. Une comète, tu sais comment ça se termine, hein ? De la glace, de la vitesse, une bonne atmosphère chargée en gaz et sprotch."

Il fit un geste assez explicite pour signifier le fond de sa pensée puis soupira. Il était tard, et se retourner le cerveau en criant à l'espion ne l'intéressait pas plus que cela. Certes, il fallait assurer la sécurité du Sanctuaire, mais si les défenses cosmiques avec lesquelles on lui avait rabâché les oreilles pendant des semaines ne faisaient pas leur office, la situation craignait bien plus que la simple disparition de la déesse là.
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
07.07.18 20:08



**********
Le glas accompagne les défunts,
Vers cette demeure tourmentée.
L’espoir s’efface des lendemains,
Pour les morts à jamais damnés.

**********

Il ne faisait désormais aucun doute que les deux chevaliers d’or étaient des néophytes et qu’aucun d’entre eux n’occupait un poste stratégique au sein du Sanctuaire. Sans quoi, ils n’auraient eu aucune difficulté à reconnaitre l’homme qui avait, par le passé, mené les troupes de la coalition Saints/Marinas à la victoire lors de la dernière grande guerre contre Hadès et son armée infernale. Mais il était également vrai que le vétéran atlante était ce que l’on pourrait appeler un dirigeant de l’ombre, ne s’affichant jamais plus que de nécessaire et laissant à Poséïdon ou encore aux porte-paroles de New-Atlantis le loisir des démonstrations exubérantes ou autres communiqués de presse. En résumé, il fut un pilier pour Atlantis, sans toutefois détenir une renommée propre à l’extérieur de la cité sous-marine. Ce rôle lui avait parfaitement convenu, lui qui ne recherchait pas plus la compagnie des autres que le prestige d’être connu, craint ou adulé.

Le porteur des poissons semblait plus étonné et curieux que son confrère, en apparence en tout cas. Hakon n’ignorait pas que son récit aurait sans nul doute interpellé et éveillé la méfiance. Lui-même aurait pris quelques précautions s’il avait été confronté à une situation similaire. Toutefois, deux options uniques s’offraient maintenant aux Saints : l’accepter ou le rejeter. Au final, la position la plus confortable était désormais celle de l’ancien Kraken, la décision ne lui incombant pas ; le destin déciderait pour lui.

- « Cher Chevalier des poissons, imaginez-vous combien serait puissante l’armée du Dieu Poséïdon si tous les rescapés de noyade étaient des Marinas ? Vos conclusion ne sont-elles pas un peu hâtives ? Surtout que, si ma géographie n’est pas trop mauvaise, l’île de la reine noire est entourée d’eau, New-Atlantis également, Asgard possède un accès à la mer et le Sanctuaire n’est pas si éloigné que ça de la Méditerranée, sans parler de toutes les autres possibilités n’ayant aucun rapport avec une faction d’éveillés… », rétorqua le jeune albinos avec un léger sourire, mais intérieurement agacé par ce genre de supposition trompeuse qui pouvait se révéler fatale en situation de combat.

Le protecteur de la dernière maison du zodiaque se fit plus pressant, tentant une approche basée sur l’intimidation. Une stratégie peut-être pour impressionner le chevalier des glaces, à moins que ce ne soient les germes du doute, et donc la crainte de l’inconnu, qui ne s’expriment.

- « Personnellement, je préfère ne pas me battre et préserver ce qui peut l’être. Personne ne sort jamais totalement vainqueur d’un conflit, alors l’éviter autant que possible est la plus sage des décisions selon moi. Quant à Athéna, je ne la connais pas et ne peut donc me prononcer sur nos compatibilités éthiques respectives. Tout ce que vous avez à savoir Sire Akritès, c’est que lorsque je m’engage sur une voie, rien ni personne ne peut m’en faire dévier. Permettez-moi de vous préciser que je souhaite tout autant que vous faire la lumière sur ce que je qualifierais personnellement d’étrange ironie du sort et qu’un asile de votre part serait le bienvenu. Bien qu'étant désormais certain que vous n'êtes le détenteur d'aucune autorité décisionnelle, j’ai le regret de vous annoncer que d’ici quelques minutes vous aurez un choix des plus cornéliens à faire : me permettre de m’installer dans la maison du vénérable Camus ou me chasser du Sanctuaire. Et ce choix sera peut-être le plus important que vous n’aurez jamais à faire de toute votre carrière. »,  rétorqua le finlandais sur un ton des plus neutres.

Hakon avait habilement détourné l’attention du sujet principal, celui de sa provenance. Ces derniers propos étaient aussi chargés de véracité que son précédent récit. Permettre à l’étranger de rester au Sanctuaire serait un risque non négligeable et bien que ne pouvant le deviner, le chasser serait priver le Sanctuaire d’une ressource stratégiquement précieuse. Quelle que soit la décision finale, il l’accepterait ; lui qui de toute manière était encore il y a peu résigné à périr.

C’était sans compter sur le retour du second chevalier d’or. Ce dernier interrogea le présumé intrus sur les mêmes sujets que son compère des poissons.

- « Comme je le faisais remarquer à votre ami, la Terre est recouverte à plus de soixante-dix pour cent d’eau. Associer un noyé à Poséïdon est donc un peu réducteur. », répondit le jeune homme avec politesse.

- « A l’instant, votre camarade me questionnait sur mes idéaux et ma loyauté. Peut-être nous avez-vous écouté ? Sinon, je me ferai un plaisir de vous résumer la teneur de nos propos respectifs. », ajouta-t-il en souriant au Lion d’or.

Encore une fois, il détournait la conversation. Hakon estimait que certains détails ne devraient être connus que de la tête dirigeante du Sanctuaire, si toutefois cette personne existait…

avatar
AkritèsChevalier d'Or des Poissons
Chevalier d'Or des Poissons

Date d'inscription : 21/03/2014
Nombre de messages : 101
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
09.07.18 18:45
Cet homme ne manquait d'assurance. Il touchait juste sur un point, il n'avait aucune autorité pour l'obliger à quitter les lieux, surtout en portant cette armure. La tentative de déstabilisation avait fait long feu et l'homme ne s'était pas laissé prendre entre ses filets. La joute sémantique n'en prenait que plus de reliefs et cela plaisait au chevalier d'or des Poissons. Le lion avait aussi exprimé des doutes mais, de la même manière, il avait esquivé les réponses de base qu'on pouvait attendre. Qui était il avant ? Quel Maître servait il ? Qu'est ce qui c'était passé qui expliquait sa présence ici ?

Dans un certain sens, Hakon répondait avec un certain mystère ou se moquait un peu de ses interlocuteurs, dur à dire. Toutefois, dans un florilège de phrases doucereuses et teintées de petites menaces en creux, il demandait asile sur la terre sainte. Que l'ironie du sort avait décidé de l'amener là où il n'aurait pas, dans un autre temps, foutu les pieds. Ces petites parties de son discours répondaient à quelques questions précédemment émises. Elles n'allaient pas au bout des demandes mais elles permettaient d'avancer au moins. Akritès s'approcha alors de lui pour le fixer dans les yeux, il n'était pas du genre à se faire manipuler par un tour de ce style.

- Vous faites une erreur. Athéna est retournée dans son sommeil, aucun Grand Pope n'est actuellement nommé. Donc... Vous faites face aux deux chevaliers d'or à qui incombent, naturellement, l'autorisation de votre asile ou non ! Ensuite, vous exprimez l'information que vous êtes ici par l'ironie du sort. Cela répond au moins à une question et infirme de vous laisser aller plus avant, sans une explication plus claires que quelques circonvolutions d'usage. J'ai rien contre vous Hakon, chacun son passé, et bien des nôtres ont fini par retrouver la lumière après des années dans d'autres sphères. Dans ce préalable serein, je demande juste à savoir qui était votre ancien maître et ce qui s'est passé pour vous voir venir ici "par l'ironie du sort" ! Ce ne sera pas un secret bien longtemps... Concluait il avec un sourire.

Un point avait été soulevé par Azir. Aucun chevalier, comme un ennemi potentiel, ne pouvait traverser les douze maisons du zodiaque comme cela. Un puissant rituel cosmique établi par Athéna pendant des siècles en faisait un loi sacrée. Et, voir un homme tombé du ciel en direction de la onzième maison était assez étrange. Si cela était encore le chevalier des Gémeaux, ce serait discutable vu ses capacités dimensionnelles. Mais, là, il n'en était pas le cas. On ne connaissait rien de ce personnage qui n'avait pas souhaité se répandre devant des "simples" chevaliers d'or. Cette arrogance était pas de nature à renforcer les liens entre lui et les chevaliers.

- En outre, accepter que l'on vous considère comme l'un des nôtres implique un minimum de confiance. Si on doit avancer un peu, je peux vous dire que je porte cette armure depuis quelques jours.... alors que je la portais il y'a plus de quelques siècles. Regardant Azir. Oui, j'ai quelques années de vie, à oeuvrer dans une mission que m'avait ordonné Athéna. Mais, peu de temps avant de perdre son hôte face à Typhon, elle m'a rappelé au service on dira. Se tournant vers Hakon. Donc, oui, de tous les chevaliers, je pense être le plus vieux encore en activité. Donc, je demande simplement deux réponses à ces questions : qui était votre ancien Maître ? Et pourquoi vous étiez dans un état proche de la mort ? Je me suis un peu révélé Hakon, même si c'était risqué, à vous de nous faire confiance maintenant. Surtout si vous nous demandez asile...

Akritès avait parlé avec franchise, il sentait qu'avec un petit malin de la sorte. Il fallait jouer plus bourrin qu'à l'accoutumée. Cela ne servait à rien de jouer au chat pour l'instant. Il laissait Azir donner son avis sur la situation...

avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
09.07.18 22:22
" "Associer un noyé à Poséïdon est donc un peu réducteur", singea Azir. J'adore qu'on me prenne pour un con. Déjà, si on veut être précis, vous n'êtes PAS noyé, puisque dans le cas contraire vous seriez mort. Ensuite, si 70 % des noyés jouaient à la rhétorique comme vous le faites, je pense qu'on n'aurait moins de vocations parmi les maîtres nageurs.
C'est quand même pas grand-chose qu'on vous demande. Et je souligne, tant que j'y suis, que depuis tout à l'heure je n'ai pas entendu un seul "merci", ou je sais pas moi "je vous suis reconnaissant de m'avoir réchauffé, accueilli, donné une couverture alors que vous n'êtes absolument pas tenus de le faire". Le respect ? La gratitude ? Non ?
"

Il lança un regard entendu à Akritès, signifiant bien qu'il était à deux doigts de perdre patience si on continuait de le ballotter d'un argument de merde à l'autre. Avec la Sphinx, parler par énigmes avait quelque chose d'amusant. Du challenge, un peu de compétition, et peut-être aussi la crainte de voir ses gardes dévorés sans plus de cérémonies. C'est que les pauvres ne pouvaient pas se défendre contre pareille créature. Mais là, d'égal à égal avec un autre être humain, pourquoi ? Surtout que le pauvre bougre venait demander asile. En fait il arrivait avec ses gros sabots, piétinait le potager et quémandait à manger dans la minute suivante. Et puis quoi encore ?

Toujours tourné vers le chevalier des Poissons, il croisa les bras et enchaîna d'un ton catégorique :

"Un marina. C'était un marina. Je n'ai aucune preuve pour l'affirmer, mais quand on cherche à noyer le poisson comme il le fait -sans mauvais jeu de mots-, c'est qu'on a quelque chose à cacher, ou que nous tapons justement dans le mille. Et le monsieur affiche ses connaissances en océanologie par-dessus le marché, parle de noyade, est couvert de flotte salée. Pour moi, il y a beaucoup de coïncidences tout d'un coup. Donc venons-en à ce qui nous intéresse.
Personnellement, je m'en fiche que vous soyez un ancien marina mais je vais vous considérer comme tel faute de mieux. Là où je commence à avoir du mal, c'est que vous éludez la plus grosse partie de nos questions et vous avez le culot de nous demander de l'aide en prime. Comme vient de le dire Akritès, en l'absence d'Athéna et du Pope, ce sont les dorés qui sont du plus haut grade ici, en l’occurrence, nous. J'ai beau être gentil, je vais pas tendre la main à quelqu'un dont je sais pertinemment qu'il va profiter que j'ai le dos tourné pour me tirer une balle, alors soit vous jouez franc jeu, soit je vous invite à dévaler les quelques milliers de marches qui mènent à la sortie du Sanctuaire.
Rien de personnel, mais l'air de rien j'ai failli être tué 3 ou 4 fois aujourd'hui, j'ai vu Athéna disparaître devant mes yeux, j'ai marchandé ma vie avec un mec mort, rencontré un héros mythologique et la créature qu'il a domptée, j'ai faim, envie de piquer un bon somme et cette odeur d'eau de mer va finir par me donner la nausée.
"

Le Lion cherchait à rajouter de la confiture sur sa tartine, afin de pouvoir enfin obtenir quelques réponses et pouvoir boucler l'histoire pour de bon, mais il se figea quelques secondes. Son expression passa à l'incrédule quand il dévisagea de nouveau son confrère de la Douzième maison.

"Attends, t'as dit quelques "siècles" ?"

Les morts qui interviennent depuis l'au-delà, les noyés-pas-noyés qui tombent du ciel, la mythologie qui prend vie, bien sûr bien sûr, tout est normal. En plus en regardant les deux autres, il avait la sérieuse impression d'être la seule personne choquée du Sanctuaire en entendant de pareilles invraisemblances.

Il passa une main dans sa crinière et poussa un gros et long soupir. Trop d'informations à digérer. Alors, quitte à passer pour un fou parmi les fous, Azir décida de tenter quelque chose de totalement improbable. Il s'approcha doucement d'Hakon, sans geste hostile, puis avança une main pour faire toc toc sur le métal détrempé de l'armure du Verseau.

"Hé dis donc toi, tu voudrais pas nous aider à avancer un peu dans cette histoire ? De ce que j'ai compris c'est toi qui l'as amené, alors ce serait cool de ta part de nous expliquer pourquoi d'une manière ou d'une autre. Merci d'avance."
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
10.07.18 19:25


**********
La Mort refuse mes avances,
Ingrate et infidèle concubine.
La Vie dénigre mes amours,
Vile et injuste prétendante.

**********

Fort heureusement, les facultés intellectuelles du finlandais n’avaient aucunement été altérées par le manque d’oxygène. Ces quelques minutes passées en la compagnie fortuite deux Saints d’Athéna lui en avaient énormément appris sur la situation précaire du Sanctuaire, ainsi que sur le tempérament de ses deux compagnons de fortune. Le domaine terrestre ne semblait plus être que l’ombre de lui-même et tel un pré verdoyant, les suivants de la Déesse y broutaient leur herbe grasse sans se douter un seul instant que l’abattoir serait la seule issue au bout du compte. En l’absence d’alliés puissants et face aux menaces toujours plus grandissantes que représentaient les spectres et les chevaliers noirs, Hakon ne donnaient pas cher d’une humanité protégée par une force souffreteuse.

Le chevalier des glaces commençait à percevoir le contours des desseins imaginés par la cosmo-énergie résurgente de Camus. Bien que le garçon eut souhaité plus que tout laver sa honte en donnant sa vie aux océans, il ne pouvait et ne pourrait pas négliger la volonté de celui qui représentait pour lui l’idéal même de la droiture et de l’honneur. Renier l’appel du Verseau reviendrait à se déshonorer une seconde fois. Demeurer cependant à trouver la foi et la motivation nécessaires pour se relancer dans une entreprise altruiste. Seul le temps pourrait éventuellement panser les blessures de son âme et de son cœur, ainsi que lui redonner le goût de s’investir, voire de se sacrifier, pour préserver ce qui mériterait de l’être. Le Sanctuaire d’Athéna méritait-il seulement ce type d’effort et d’abnégation ?

Ayant pris note de tous les griefs de ses interlocuteurs, Hakon se décida à éclairer un tant soit peu la lanterne de ses hôtes :

- « Pour commencer, permettez-moi de vous remercier pour l’aide et les soins que vous avez bien voulu m'apporter. J’ai effectivement manqué à mes devoirs en oubliant ce principe de base de la politesse. », annonça le jeune homme en affichant son plus beau sourire au Lion d’or.

A vrai dire, les deux guerriers ne lui avaient guère laissé le temps de reprendre ses esprits depuis son réveil ; l’art de la diplomatie ne lui étant inconnue, l’ancien Marina savait pertinemment qu’un peu d’amabilité et de reconnaissance ne pouvait que détendre cette atmosphère relativement tendue.

- «  Ensuite, soyez assurés que je ne tiens nullement à me moquer ou à me jouer de vous. Je suis dans la même situation d’incompréhension et de doutes quant au moment présent. », poursuivit le jeune albinos, sans laisser transparaitre le moindre émotion, fut-elle positive ou négative.

L’ex Kraken observa une pause, le temps de laisser passer une poussée de toux assez gênante. Il fixa ensuite tour à tour les deux personnes droit dans les yeux avant de continuer.

- « Au regard des éléments que l’un et l’autre m’avaient énoncés, j’ai décidé de répondre à vos attentes en vous révélant ce que vous souhaitez savoir : je n’étais pas au service d’un maître mais d’une maîtresse, la plus belle et captivante de toutes. Cette belle demoiselle n’est autre qu’Atlantis. J’ai voué mon existence d’éveillé à sa protection et à sa prospérité. Mais un jour j’ai échoué dans l’accomplissement d’une mission d’importance et le châtiment pour mon crime fut la mort, donnée par la main même du royaume que j’avais juré de protéger. Décidé à nourrir l’océan de mon déshonneur, une noble personne a jugé du contraire, m’extirpant des fonds avant qu’Hadès ne jette son dévolu sur mon âme. Ce sauveur n’était autre que cette illustre armure d’or du Verseau. », conta avec force engouement le Kraken déchu.

Ces quelques révélations mises en scène de manière poétique devraient rassasier la curiosité les deux gardiens du Lion et des Poissons. Il semblerait toutefois que le stratège d’Atlantis n’était pas le seul à avoir des confidences à faire. Quelques secrets demeuraient visiblement entre les membres de cette confrérie d’or. Quoi qu’il en soit, aucun des deux ne représentait réellement un danger pour l’atlante d’hier. Il s’agissait là d’une évidente certitude…

avatar
AkritèsChevalier d'Or des Poissons
Chevalier d'Or des Poissons

Date d'inscription : 21/03/2014
Nombre de messages : 101
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
13.07.18 13:27
Il avait enfin répondu à ce qu'on lui demandait. Cet homme n'était pas du genre à s'ouvrir aux autres et le temps imparti pour donner simplement ses derniers mots en était le signe. Hakon était donc un ancien serviteur de Poséidon, ou d'Atlantis. Et c'était l'armure du Verseau qui avait décidé de sauver cet homme... Le passé de ce nouveau chevalier devait être à cheval entre deux mondes, celui des Saints et celui des Marinas. Se tournant un instant, Akrites reprit sa cloth box et la remit sur ses épaules. Il n'avait pas l'intention d'importuner plus avant le nouveau venu. Il l'avait poussé dans ses retranchements et avait même laisser une information sur lui même. Notant juste qu'Hakon n'était pas du genre à se départir de son calme, il sourit à cette évidence. Camus du Verseau était un peu de ce style à ce qu'il avait lu dans les écrits du Mont Athos.

Observant que la finalité de cette discussion s'approchait, il prit la parole.

- Tout le monde échoue à un moment dans la mission qui est la sienne. C'est humain, nul n'est parfait. C'est une chose qu'il faut accepter et aller de l'avant. Je vais pas passer une heure de plus dans les détails de ton arrivée ici, tout ce que je peux te dire c'est que le Sanctuaire est en reconstruction actuellement. Il y a quelques mois, des Spectres ont attaqué ce lieu à ce que je sais mais.... Posant un lourd moment de silence. Une "personne" m'a appris qu'ils se tiendront tranquilles pendant un moment, les affaires des hommes ne les concernent pas pendant un moment. Je ne sais pas ce que tu vas faire Hakon, même toi Azir, mais il est certainement temps que le Sanctuaire reprenne son influence sur le monde des Hommes et ses gouvernements.

Le poids politique du Sanctuaire sur le monde - ainsi que de ses gouvernements - devait se renforcer et c'était certainement là la raison de son rappel au sein de la fratrie d'or. Il était certes le plus ancien des Chevaliers d'or mais son manque d'habitude avait dû passablement émoussé ses capacités martiales. Quelques entraînements allaient être mis en place dans le temple des Poissons dans les jours à venir. Soudain, une fulgurance traversa son esprit alors qu'il allait prendre congé.

- Hakon, tu pourras me le confirmer une fois que tu auras fait le tour de ton temple. Il existait autrefois une vaste bibliothèque ici même qui avait des informations occultés assez importantes. Je ne sais si elle existe toujours, peut-être une légende locale... Tu me diras, j'aimerais vérifier une information ! Bienvenue en tout cas parmi nous !

D'un naturel sans prise de tête et joyeux, Akritès laissait paraitre en permanence cette légère douceur dans son esprit. Bien des gens pensaient que cette naïveté était son trait de caractère, cela l'a été très longtemps mais le temps et les pertes ont balayé cette certitude. Maintenant, l'esprit byzantin de ses origines avait lentement pris le pas sur ses soucis cornéliens. Le fait de s'être dévoiler devant Hakon l'avait fait baisser sa garde en tout cas, même si c'était un signe de faiblesse à y regarder au premier degré. Akritès lui donnait en tout cas quitus de bienvenue mais il gardait dans un coin de sa tête que le nouveau chevalier d'or du Verseau n'était pas dévoué à la cause d'Athéna. Du moins pas encore. Il ne comptait pas jugé sur de simples présomptions.

- Sur ce, je vous laisse chevaliers. C'était un plaisir. Mais moi aussi je dois retrouver mon temple dans les minutes à venir. Bon courage pour la suite !


Akritès quittait donc les lieux. Il savait que le temple des Poissons allait revivre et son jardin de roses démoniaques. Il avait conscience que suite à cela, le sinistre poison reprendrait vie dans ce coin du monde...

Fin du RP pour moi (merci, c'était très sympa !)

avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
15.07.18 11:08
Ah, voilà qui sonnait doux aux oreilles du Roi des animaux ! Il n'allait pas l'avouer, encore moins le montrer, mais il sentit une certaine satisfaction à obtenir enfin l'information et les remerciements qui convenaient. Une petite victoire d'éloquence qui passait du baume sur son esprit tourmenté par les événements trop récents. Au moins avait-il servi à quelque chose dans ce débat plutôt que de rester simple spectateur de paille pendant qu'Akritès jouait les policiers en interrogatoire.

Ce dernier par ailleurs en profita pour mettre fin à l'échange de son côté et achever l'ascension du Sanctuaire. Vrai qu'il n'avait pas encore mis les pieds dans ses quartiers depuis son retour, et que la nuit commençait à se faire opaque.

Azir le suivit du regard jusqu'à ce que les colonnes du onzième temple le masquassent à sa vue, puis revint à Hakon, sa pâleur, son inconfort.

"Ah... "Ton temple"... Je suppose qu'il faut vous considérer comme un nouveau Verseau donc ? Bienvenue dans ce cas. Vu l'heure, je pense que c'est mieux que je vous laisse vous reposer maintenant, mais si vous avez des questions sur le fonctionnement du Sanctuaire, ce genre de choses, je peux aider. Ah, et vue l'absence de bagages, je signalerais aux petites mains qu'il faudra à un moment ou un autre faire le plein de vêtements, accessoires d'hygiène, fournitures en tous genres."

Le blondinet se tourna une nouvelle fois vers la sortie qu'avait empruntée Akritès, indécis encore à son sujet. L'homme semblait solide, particulièrement bien renseigné, mais aussi très secret et solitaire. Et sur ce dernier point, cela n'allait pas faciliter l'intégration.

"Il est bizarre quand même... On aurait dit qu'il fuyait."

Tout en croisant les bras, Azir réfléchissait. "Quelques siècles" d'existence, en admettant que ce fût vraiment possible, pouvait-ils rendre un chevalier gâteux ? Ou asocial ? Akritès semblait porter de plus lourds secrets que Hakon, malgré l'obstination il avait fallu faire preuve pour dévoiler une partie de ce dernier. Il faudrait bien pourtant qu'ils en parlent tôt ou tard, car on ne pouvait être frères d'armes ou équipiers sans un minimum de loyauté et de confiance, chose qu'aucun des deux hommes ne prouvaient pour le moment aux yeux d'Azir.

Il avisa l'eau de mer sur le sol, le nouveau venu avec sa couette sur les épaules. Le nettoyage attendrait. Le Lion d'or se laissa une minute pour répondre aux éventuelles questions immédiates de son homologue, puis tourna les talons pour aller dévaler les quelques cinq temples qui le séparaient du sien.
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
16.07.18 18:52



**********
Les remous de la vie nous bercent,
Lancinante traversée de la réalité.
Les caprices du sort nous guettent,
Inexorables chasseurs de destinée.

**********

Le Sanctuaire terrestre d’Athéna n’était plus que l’ombre de ce qu’il fut jadis, il s’agissait là d’une certitude. Autrement, pourquoi les Saints n’avaient-ils pas répliqué plus fermement aux dernières actions du maître des océans ? Leur inaction ou leurs échecs ne pouvaient refléter qu’une fatidique impuissance à tenir tête au frère colérique de Zeus. Les révélations du gardien des Poissons ne faisait que confirmer ce point de l’histoire, même si l’atlante ignorait jusqu’alors que les spectres avaient profité de l’occasion pour régler leurs comptes et atteindre quelques objectifs cachés.

- «  Je suppose que chacun d’entre nous possède quelques secrets qu’il préfère intérioriser, ce qui me parait tout à fait normal tant que cela ne risque pas de nuire au plus grand nombre. Après un repos plus que nécessaire, je devrais découvrir la vérité profonde qui se cache derrière mon sauvetage inopiné, puis l’accepter. Nous verrons ensuite comment ma présence et mes compétences pourront être utiles au Sanctuaire… », soupira le jeune albinos.

L’ancien porteur du Kraken salua poliment Akritès de la main, alors que ce dernier s’éloignait pour rejoindre son propre temple. Demeurait dans la maison de Camus le réputé fougueux chevalier d’or du Lion. Celui-ci proposait son aide pour accompagner le nouveau venu ou encore pour l’aménagement des lieux.

- « Je vais effectivement avoir besoin de repos pour récupérer mes forces ; ces derniers jours ont été très éprouvants pour moi. Les visites et consignes devront malheureusement attendre un peu. », exprima le finlandais sur un ton voulu amical.

Le jeune homme aux cheveux d’or semblait peu disposé à quitter le parvis du temple du Verseau et plutôt enclin à poursuivre la discussion. Son sentiment sur le mystérieux chevalier des Poissons interpella d’autant plus le stratège atlante qu’il avait déjà remarqué par lui-même le voile qui semblait planer sur son confrère fraichement débarqué. Il était cependant bien placé pour savoir que secret n’était pas forcément synonyme de danger ; il conviendrait cependant de ne pas négliger cet indicateur en cas de comportement anormal ou de faits peu communs pouvant toucher à l'avenir le domaine d’Athéna.

- « Je n’ai pas d’avis pour l’heure. Le temps parlera pour lui. Pour ma part, j’ai une question : est-ce que le chevalier des Gémeaux est présent au Sanctuaire ? Je souhaiterais m’entretenir avec le dénommé Gareth. », poursuivit le jeune homme en se remémorant cet ancien compagnon de circonstance.

avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
17.07.18 12:23
Azir n'avait parcouru qu'une poignée de mètres lorsque la voix du Verseau l'arrêta. Un mince sourire accompagna un hochement de tête compréhensif : lui-même demandait un repos bien mérité. Son expression changea pour passer à l'interrogatif. Le marina semblait mieux connaître son presque voisin des Gémeaux que lui.

"Je ne sais pas. Pour être franc, je ne le connais que de nom. Depuis que je suis arrivé au Sanctuaire, on m'a toujours dit qu'il était en mission quelque part assez loin, sans plus de détails. Depuis que je suis rentré de l'Etna, je n'ai pas eu le temps de me renseigner plus que cela, et je me rends compte en vous voyant avec Akritès qu'il y a beaucoup de chevaliers que je devrais aller voir pour faire connaissance... Peut-être qu'en resserrant nos liens nous pourrions éviter des morts..."

Une ombre passa sur le visage du Lion, lequel ferma les yeux un instant. La figure monstrueuse de Typhon semblait lui sourire, tandis qu'il abattait son corps titanesque sur tous les résidents du volcan en un fracas tonitruant. Il arrivait à peine à éprouver de la compassion pour ces gens qu'il avait accompagnés. L'absence de liens dans ce qui devait supposément ressembler à une fratrie les rendait faibles, il en avait parfaitement conscience, et c'est pourquoi il n'avait pas hésité à gravir tous ces temples jusqu'au Verseau malgré l'heure tardive.

"Si je le croise, je lui dirai qu'on le cherche. Et inversement si de nouveaux anciens venus se présentaient au Sanctuaire, j'aimerais bien qu'ils passent par mon temple pour qu'on échange un peu. Vu l'agencement de nos maisons il y a des chances que je les croise d'abord, mais sait-on jamais si la saison des météorites arrive !"
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1929
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
17.07.18 18:57



**********
Leur sang abreuve cette plaine,
Nourricière de toute nos haines.
Leur âme se lamente à jamais,
Vestige d’une déraison oubliée.

**********

Le chevalier des Gémeaux n’était visiblement pas présent au Sanctuaire, accaparé par une mission plutôt mystérieuse s’il fallait en croire Azir. Les différentes informations divulguées par ce dernier amplifiait encore un peu plus l’image que l’ancien Marina se faisait de ce lieu, Ô combien réputé et craint jadis. Aujourd’hui, force était de constater que le domaine d’Athéna faisait au mieux peine à voir. Hakon avait pris bien soin d’enregistrer le fait que les défenseurs supposés de l’humanité avaient subis deux déconvenues coup sur coup : une première défaite contre les séïdes de Thanatos et un second combat à l’issue dramatique contre un ennemi que le stratège ne connaissait pas. Ses connaissances sur cet épisode serait d’ailleurs à approfondir. S’il lui fallait résumer la situation actuelle du bastion grec, le mot catastrophique serait sans doute approprié : une divinité désincarnée, l’absence de leader, des forces au mieux désordonnées voire inexpérimentées, le tout soupoudré d’une once de secrets bien enfouis ou encore d’un manque flagrant d’information.

- « Les conflits se paient avec pour seule monnaie le sang. Toutes les parties en lice doivent généralement s’acquitter de ce lourd tribut. C’est pourquoi les troupes devraient toujours être parées au plus improbable des scénarios et que les leaders devraient toujours trouver une issue pacifique à tout désaccord. Mais quand le tocsin retentit, le doute n’est plus permis, une maîtrise martiale et une détermination à toute épreuve deviennent alors des armes primordiales pour nous donner une suprématie sur notre adversaire. », répondit l’albinos à la remarque du Lion d’or.

Hakon allait bientôt se retrouver seul dans ce nouvel environnement, livré à la hantise de ses propres souvenirs. Arriverait-il à trouver le sommeil réparateur dont il avait tant besoin ? Serait-il harcelé par les fantômes de ce passé bien trop proche et de ces échecs aux conséquences encore imperceptibles ?

- «  Nous nous reverrons plus tard. Je vous remercie encore pour votre sollicitude et ne manquerait pas de vous adresser les éventuels chevaliers que je pourrais croiser plus tard. », conclut l’ex général de Kraken.



HRP:
 
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 306
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
17.07.18 21:34
Bien triste était la conclusion d'Hakon au sujet de la guerre. Un peu comme Ephraem lorsqu'il lui avait dit que son ignorance le conduirait à se mort -drôle d'ironie aujourd'hui. A croire que tous les chevaliers devenaient aigris et sombres à force de se battre encore et encore au nom d'une idéologie préconçue par leur dieu. De ce qu'on racontait chez les civils, Athéna prônait l'amour, l'entraide, le partage, pas cette espèce de loi de l'animal blessé.

Pour Azir la question était claire : il savait pour quelle raison il avait accepté l'armure, pour quel but il voulait se battre. Évidemment l'idée de résoudre tous les conflits pacifiquement le séduisait, mais d'une part il savait que c'était impossible, les dieux et déesses luttant depuis bien trop longtemps sur Terre pour simplement s'arrêter, et d'autre part il trouvait cette remarque assez cynique de la part de quelqu'un plus ou moins condamné à mort par sa propre patrie pour une mission échouée.

L'heure n'était plus aux débats cependant, et comme la nuit poursuivait son chemin, le félin doré se décida à faire de même. Au moins le Verseau se déridait un petit peu, ou moins l’interprétait-il comme tel.

"Bonne nuit Hakon. A plus tard j'espère."

Azir inspira un bol d'air frais, fléchit les jambes, et la seconde d'après une traînée d'étincelles traçait son sillage tandis qu'il dégringolait à toute vitesse la pente du Sanctuaire, droit vers le Cinquième temple.

(Hrp : Merci à vous deux :3)
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Fin et renouveau...