avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Aoû - 11:50
Las d'attendre plus longtemps, Reagan avait quitté la grande place avec son complice pour explorer plus en profondeur les diverses installations de la Palestre. Son intérêt se porta sur les arènes de l'institution, où il pouvait entendre des bruits de lutte et percevoir des effusions cosmiques. Ni une ni deux, il se rua à l'intérieur de l'édifice et s'enfonça dans les couloirs qui menaient jusqu'à l'enceinte principale. Cependant, il fut interrompu dans son avancée par deux gardes du Sanctuaire, qui étaient assignés à la surveillance de l'endroit. Chacun ayant une hallebarde en main, les sentinelles croisèrent leurs armes afin de signifier au duo de scélérats que l'accès leur était refusé. L'un des vigiles, manifestement très énervé par cette intrusion, apostropha les indésirables :

"Qu'est-ce que vous branlez ici vous deux ? Vous ne savez pas que nous n'acceptons pas les visiteurs sans une invitation en bonne et due forme ? Où est votre escorte officielle ?"

L'Oiseau de Paradis jeta une œillade circonspecte à Blueman, qui se trouvait juste derrière lui et lui rendit son regard, puis fixa d'un air dédaigneux les gardes. Les Black Knights pouvaient entendre d'autres gêneurs se diriger vers le passage où ils se situaient, mais ils n'avaient guère envie de se retrouver autant à l'étroit. De ce qu'ils pouvaient deviner, leur comité d'accueil était enfin arrivé, quoiqu'il devait plutôt s'agir d'un comité d'expulsion. C'est alors que le sentinelle se fit plus insistant :

"Vous comprenez ce que je vous dis ou quoi, bande de clowns ?! Vous êtes qui au juste ?! Pourquoi vous êtes là ?! RÉPONDEZ PUTAIN !"

"Si tu veux une réponse, je vais te la donner de suite, mon brave." déclara finalement l'Américain, en pleine inspection du vernis à ongles de sa main gauche.

Après s'être assuré que sa manucure soit parfaite, il resserra son poing et s'en servit pour violemment défoncer la gueule du vigile. Ce dernier tomba à la renverse dans une abondante éclaboussure de sang, sous les yeux horrifiés de son partenaire. Le punk se chargea de régler le compte de celui-ci en lui frappant l'entrejambe d'un coup de pied puis en lui cognant brutalement la tête contre un mur. Le binôme d'importuns enfin hors service, les criminels pouvaient tranquillement poursuivre leur route.

"Ne vous inquiétez pas, nous vous avons laissés en vie." confia Reagan à ses victimes, un sourire narquois aux lèvres. "Bah, vu ce que vous avez mangé, je suppose que ça ne fait pas vraiment de différence..."

Il ponctua ces propos d'un rire hautain et piétina les deux malheureux tandis qu'il continuait de marcher vers le cœur des arènes, en compagnie de Blueman. Une fois arrivés, ils purent contempler un spectacle pour le moins réjouissant : de jeunes et fringants disciples, filles comme garçons, qui s'entraînaient tous ensemble au combat. Infatigables malgré le soleil de plomb, les recrues faisaient preuve d’une belle ardeur à la tâche. Néanmoins, l’atmosphère était bien trop légère pour l’Oiseau de Paradis, qui ne reconnaissait pas sa propre bestialité dans les coups que se donnaient les apprentis. Où étaient donc les membres brisés, les poumons perforés, les globes oculaires crevés, les dents arrachées et les gorges incisées ?

Soucieux de corriger tout cela, le Chevalier Noir s'en alla à la rencontre des élèves, qui s'aperçurent très vite de sa présence extravagante. Ne s'attendant pas à une visite de ce genre, ils arrêtèrent leurs exercices et dévisagèrent les deux hommes peinturlurés avec perplexité. Une jeune fille d'environ quinze ans, une blonde tonique en tenue violette et noire, se présenta à ces derniers tandis que ses condisciples restaient prudemment en arrière. Ceux-ci étaient au nombre de treize précisément, ce qui faisait un total de quatorze gamins en ces lieux.

"Excusez-moi, je peux vous aider ?" demanda l'apprentie non sans hésitation.

"Absolument pas !" rétorqua gaiement Reagan, sa figure figée dans un rictus faussement sympathique. "Après tout, c'est nous qui sommes venus vous aider, pas le contraire. Permettez que je m'introduise, chère demoiselle : Bradley Reagan, votre nouvel instructeur !"

"Euh... Pardonnez-moi monsieur, mais nous n'avons pas du tout été prévenus à ce sujet."

"C'est normal ma petite, c'était une surprise que mes éminents collègues vous avaient réservée après tout..."

L'aspirante chevalier n'eut hélas guère le temps de contester cette affirmation, car à l'instant où son interlocuteur termina sa phrase, elle subit un douloureux coup de genou à l'estomac.

BGM- https://www.youtube.com/watch?v=GCCJP7iVxiE -BGM

Le renégat avait agi sans crier gare et lui enfonça son coude entre les omoplates devant une assistance médusée, à l'exception de Blueman. Celui-ci raffolait de ce type de spectacle et il était pressé d'y participer en qualité d'animateur. La pauvre fille était maintenant à terre, essayant désespérément de respirer et de retenir ses larmes.

"Une surprise comme ces deux attaques d'ailleurs." ajouta l'Oiseau de Paradis. "Il faudrait que vous appreniez à prévoir les coups en traître de ce genre, ça va vous jouer des tours un de ces jours, croyez-moi."

"ENFOIRÉ !" beugla un autre élève, qui se jeta furieusement sur lui.

L'Américain para le direct rageur qui lui était adressé puis enserra le poignet du morveux qui s'était follement essayé à l'assaillir. La pression exercée par la main du premier fit grimacer le second de souffrance, tant la sensation d'être coincé dans un étau était intense. Reagan força l'adolescent à s'agenouiller et en profita pour sermonner l’assemblée :

"Allons bon, ne me dites quand même pas que vous n’étiez pas préparés à une situation pareille... Si tel est le cas, laissez-moi vous poser une question : à quoi vous préparait-on durant tout ce temps, hein ?"

Il n'eut aucune réponse à part des regards hostiles des autres condisciples et des grincements de dents de celui qu'il était en train de soumettre. Soudain, quatre gardes équipés de glaives bondirent des tribunes pour se lancer à la défenses des jeunes recrues. Blueman ne les laissa pas s'approcher plus néanmoins : une fois qu'ils eurent touché le sol, le voyou décrocha puis déroula les chaînes qui étaient attachées à sa ceinture et les utilisa afin de lacérer cruellement la chair des sentinelles.

"ORAORAORAORAAAORAAAAAAAAAAAAAAAA !!"

Désarçonnés par une offensive d'une telle sauvagerie, ils ne purent se protéger des techniques qu'asséna agressivement le punk. Le premier vigile encaissa un lariat, le second dégusta un Edge-chop, le troisième se vit infliger un Throat-thrust et le quatrième écopa d'un solide coup de boule. C'était désormais à eux de mordre la poussière et de laisser les grandes personnes s'occuper des affaires importantes.

"Ah, et où avais-je la tête ?" se souvint l'Oiseau de Paradis d'une voix guillerette. "Voici mon assistant Blueman, il saura vous dispenser tous les conseils dont vous aurez besoin pour devenir des Chevaliers Sacrés dignes de ce nom."

"Arrêtez un peu vos conneries à la fin !" vociféra une donzelle à la peau mate et aux cheveux noirs. "Qu'est-ce que vous nous voulez ?!"

"Ce que je veux ? Devenir plus puissant et vous rendre plus forts, ni plus ni moins. Hélas, je ne pourrai jamais progresser avec des nourrissons de votre espèce, aussi vais-je me contenter de vous enseigner la dure réalité de la vie de Saint jusqu'à ce qu'un Chevalier confirmé daigne se pointer."

Sur ces mots, le renégat flanqua au sol le garçon qu'il gardait emprisonné de sa poigne puis dégrafa sa cape, qu'il avait enroulée autour de son corps musculeux. Il l'ôta ensuite d'un geste ample et impérieux, révélant son physique herculéen au public d'apprentis qui se tenait face à lui. Sans son Armure Noire, il était difficile d'identifier sa faction d'origine, mais peut-être les gosses allaient-ils le deviner par eux-mêmes au vu du code couleur qu'il employait. Reagan fit ensuite craquer les jointures de ses poings et échauffa les articulations de son cou. Ceci fait, il adopta une posture belliqueuse et déploya son cosmos, sa crinière se hérissant sous l'effet de la combativité qu'il dégageait.

"Maintenant que les présentations sont faites, autant se mettre rapidement au boulot." gronda l'Américain, un sourire mesquin en coin. "Allons les enfants, qui veut passer en premier ?"

Comme pour appuyer les paroles de son patron, Blueman se plaça à ses côtés et fit tournoyer sa chaîne maculée d'hémoglobine, une expression intimidante sur son visage tatoué. Si les disciples tergiversaient plus longtemps, il se verrait obligé d'aller les chercher personnellement par la peau des fesses.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Aoû - 20:15
Reagan, les poings vaniteusement placés sur les hanches, toisait avec dédain les apprentis dans l'espoir qu'un d'eux ose le défier. Il avait beau avoir baissé sa garde afin d'encourager les ardeurs, aucun de ces oisillons n'avait le cran de s'attaquer à lui. Ce n'était pas faute de s'être montré cruel en brutalisant leurs camarades, mais il fallait croire qu'ils étaient facilement impressionnables. Puisqu'il en était ainsi, autant les provoquer encore un peu plus, surtout la bavarde qui ressemblait beaucoup à cette maudite Olivia par la couleur de sa peau et de sa chevelure. L'Oiseau de Paradis agrippa donc le garçon qui avait essayé de l'attaquer par les cheveux et le traîna juste devant la donzelle en question, le soulevant jusqu'à ce que ses semelles ne touchent plus le sol. Cette vision la révulsait profondément à la grimace courroucée qu'elle affichait, juste la réaction qu'il attendait suite à sa manœuvre.

"Tu vois ça ma grande ?" la nargua le Chevalier Noir. "C'est un petit crétin qui va finir enterré six pieds sous terre si tu ne mouftes pas dans les dix secondes qui suivent."

Les yeux de la disciple s'illuminèrent d'un éclat meurtrier et ses dents grincèrent de rage, comme si elle luttait de toutes ses forces contre sa peur. Elle devait agir maintenant ou jamais, sinon elle perdrait un camarade face à cet intrus, aussi redoutable et vicieux soit-il. Constatant qu'elle était presque cuisinée à point, Reagan offrit à l'aspirante chevalier une autre raison de lui foutre une mandale en proclamant :

"Je vais te faire une fleur ma belle, histoire de ne pas débuter l'entraînement par un niveau trop corsé. J'annonce que je vais te laisser vingt secondes pour me frapper de tout ton soûl, alors fais-toi plaisir."

"Tu commences le décompte quand ?" s'enquit la fille, la mine sombre.

"Quand tu veux." répondit son interlocuteur, les yeux fermés avec confiance.

Ni une ni deux, l'apprentie infligea au renégat un uppercut explosif avant d'enchaîner sur un direct au foie, deux baffes cinglantes puis un crochet du droit. Son poing resta enfoncé dans la joue de son adversaire et elle l'envoya percuter le sol sableux la tête la première. Cet assaut impromptu força l'Américain à relâcher l'adolescent qu'il tenait en otage, tandis que la donzelle était déterminée à lui administrer une raclée mémorable. En effet, elle l'attrapa par la crinière et par la bouche, ceci afin de le balancer énergiquement contre le mur des gradins. Les autres recrues applaudirent avec allégresse cette performance et incitèrent leur consœur à poursuivre le passage à tabac. Quant à Blueman, il se contentait d'observer silencieusement la scène, les bras croisés et l'air peu affecté.

La disciple asséna ensuite un violent coup de pied au visage de Reagan, totalement encastré dans la paroi des tribunes. Elle continua ainsi de l'agonir de coups tous plus féroces les uns que les autres, mais elle s'aperçut au fur et à mesure qu'elle cognait que quelque chose clochait : le temps qui lui était alloué s'était déjà écoulé et elle n'avait même pas réussi à l'égratigner. Ce fut alors que l'Oiseau de Paradis s'extirpa élégamment de la roche et s'avança vers la sosie d'Olivia d'un pas lourd de menaces. L'adolescente ne put que fixer d'un regard impuissant le malabar musculeux qui la surplombait et trembler comme une feuille.

"On n’y est pas encore à ce que je vois..." soupira Reagan tout en s'époussetant. "Puisque tu ne sais ni frapper ni te servir de ton cosmos, autant changer d'exercice."

Il enserra les mains de l'élève d'une poigne ferme, l'obligea à lever les bras et la mit en position élémentaire de lutte gréco-romaine. Étonnée par ce comportement et de la sueur froide perlant sur son front, la fille interrogea nerveusement le Chevalier Noir :

"C'est quoi encore cette embrouille ?!"

"Une épreuve de survie très simple : si tu ne pousses pas assez fort et que tu n'enflammes pas ton cosmos assez haut, je vais te plier en deux jusqu'à ce que ta colonne vertébrale cède." expliqua le renégat, un sourire sadique aux lèvres. "Autant dire que si tu ne te secoues pas un peu, tu peux oublier la course à la Chevalerie d'Athéna, voire l'idée d'une vie normale et digne."

"QUOI ?!"

"Le truc c'est que je vais seulement envoyer tes copains à l'hosto jusqu'à ce qu'ils soient de nouveau en état de gambader gaiement dans la nature, mais toi je ne t'aime pas du tout. Pas de chance, hein ? Inutile de te raconter pourquoi, ce serait une perte de temps."

Dès qu'il eut terminé de parler, l'Américain commença à imposer sa pression écrasante sur la fille, qui eut toutes les peines du monde à ne pas finir à genoux d'entrée de jeu. Ses condisciples étaient catastrophés par la tournure que prenaient les événements, mais ils ne parvenaient pas à rassembler leur bravoure pour venir en aide à leur camarade. Néanmoins, l'adolescent qui avait échoué à attaquer Reagan, un hargneux aux cheveux lavandes, se redressa encore et tenta de s'interposer.

"GRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!"

Hélas pour lui, Blueman ne le laissa pas s'en prendre à son chef et le fouetta brutalement de ses chaînes sanguinolentes. Le gamin reporta son attention sur le punk et se rua vaillamment sur lui, pour au final subir un coup de talon impitoyable au genou. Ce fut à travers une douleur foudroyante qu'il sentit sa jambe se casser puis les mains avides du voyou lui saisir la tête. Sans réellement s'en apercevoir tant la souffrance qui l'étreignait était intense, il fut terrassé en un éclair d'un Bulldog et fut assommé par le choc.

"On apprécie toujours les p'tits jeunots qui prennent des risques, pas vrai patron ?" gloussa Blueman.

"Certes, mais si celui que j'entraîne pouvait mettre plus de cœur à l'ouvrage, ce serait bien." répliqua son maître, qui s'adressa ensuite à l'intéressée. "Allez, du nerf ! Tu ne veux pas finir paralysée pour le reste de ta misérable existence quand même ? Utilise un peu ton imagination et mets-y des tripes ma grande !"

La sosie d'Olivia, malgré tous ses efforts acharnés, n'arrivait pas à sublimer suffisamment son cosmos pour se mesurer à la puissance colossale de l'intrus. Elle devenait d'autant plus démoralisée qu'elle comprenait qu'il ne déployait qu'une fraction infime de ses capacités, déjà bien supérieures à celles d'un Bronze Saint. Désormais agenouillée et ruisselante de sueur, le dos de l'aspirante chevalier était en train de se tordre peu à peu vers le bas. Si cela se poursuivait ainsi, elle allait se briser en deux comme une allumette et passer le restant de ses jours sur un lit d'hôpital. Elle refusait de subir un tel sort, mais elle perdait progressivement espoir et sentait ses forces la quitter.

"Laisse-la tranquille, ordure !" rugit un de ses congénères.

Habités d'une hardiesse nouvelle, les onze disciples qui étaient jusqu'ici demeurés en touche étaient dorénavant déterminés à se révolter face à de telles exactions. Ils firent irradier leur aura spirituelle et chargèrent furieusement les deux scélérats, qui n'en attendaient pas moins de leur part. D'un geste sec et coupant, le punk tendit ses chaînes et un rictus mesquin s'esquissa sur sa figure tatouée.

"Si vous voulez qu'on lui foute la paix, 'va falloir nous y obliger les morveux !" déclara-t-il.

Enfin était venue l'heure pour eux de s'amuser comme des fous et de souiller la réputation de la Palestre ! Si les Black Knights ne pouvaient rien tirer d'instructif du centre de formation du Sanctuaire, autant que toute la planète sache qu'il ne valait que dalle. Après le calvaire qu'avait jadis enduré Reagan au Mexique, c'était maintenant au tour des chiens d'Athéna d'être blessés dans leur orgueil !
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 293
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Sep - 13:28
L'atmosphère changea en un instant lorsqu'une éblouissante lumière fendit l'espace sans qu'on puisse déterminer son origine. Malgré le ciel sans nuages, il y eut comme un grondement de tonnerre, et la seconde suivante les chaînes de "l'assistant" furent réduites à l'état de gravillons et de poussière.

Ledit Blueman se retrouva à son tour encastré dans un mur avant d'avoir compris ce qui lui arrivait, par un coup plus puissant que ceux qu'il avait pu infligé aux pauvres apprentis. A ses côtés, la silhouette d'un homme, pas bien grand ni baraqué comparé à Reagan, mais dont la poigne suffisait à le réduire au silence.

Sans lâcher sa proie, la crinière blonde glissa d'un quart de tour et dévoila un œil améthyste planté sur le chevalier noir. Lui non plus ne portait pas son armure, mais la tension ambiante monta d'un cran et généra comme de l'électricité dans l'air.

Prévenu par l'un des gardes précédemment mis à terre, Azir avait bondi sans attendre, et sa vue fournit un regain de confiance aux apprentis dont il partageait encore récemment l'entraînement. Le blondinet profita encore un peu de l'effet de surprise apporté par sa venue pour se déplacer à la vitesse du son et pousser l'apprentie presque à son point de rupture hors de portée.

"Occupez-vous d'elle, et laissez-moi faire."

Un simple bond rajusta la distance de sécurité et le Lion d'or croisa les bras avec agacement.

"Vous avez vraiment une sale gueule. J'ai rien contre les cheveux longs et la peinture faciale, mais vous devriez demander conseil à une esthéticienne, au moins vous auriez l'air de quelque chose. Et sinon, la sortie c'est par là ! On n'attendait aucun clown aujourd'hui, le goûter des enfants malades c'est dans trois semaines."

Le regard de l’Égyptien se fit plus dur.

"Qu'est-ce que vous voulez, lâches ?"
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 19:56
Blueman était sur le point de faucher les apprentis qui déferlaient sur lui quand il vit un éclair déchirer le ciel. L'instant suivant, il fut brutalement plaqué contre la paroi des gradins, la main de son agresseur lui enserrant la mâchoire. L'inconnu qui était arrivé en trombe sur les lieux disparu alors de son champ de vision pour secourir la sosie d'Olivia des griffes haineuses de Reagan. Ce dernier était trop obnubilé par la torture qu'il était en train d'infliger pour s'apercevoir qu'on lui volait son jouet, mais il se ressaisit prestement. Il se dressa de toute sa hauteur et tourna son regard vers le providentiel héros descendu à la rescousse des pathétiques recrues du Sanctuaire. Devant lui se trouvait donc un homme bronzé aux cheveux d'or aux yeux d'améthyste, irradiant d'une certaine prestance néanmoins inférieure à la sienne. Vu l'intensité de l'aura qu'il dégageait, cet olibrius devait sûrement être un authentique Chevalier d'Athéna.

BGM- https://www.youtube.com/watch?v=NhWnQ8-rqtc -BGM

Le présumé Saint, après avoir mis la fille en sécurité, ordonna aux autres disciples de le laisser se charger du cas des Black Knights, ce qui arracha un ricanement à l'Oiseau de Paradis. Les bras orgueilleusement croisés et le menton levé, le renégat en profita pour railler les élèves avec son mépris habituel :

"C'est ça oui, laissez les adultes discuter entre eux."

Il observa ensuite le justicier s'éloigner de lui et l'écouta se moquer de son sens de l'esthétique ainsi que de celle du punk, non sans un léger agacement. Ces béotiens du Sanctuaire n'avaient décidément aucun goût, c'était tout bonnement honteux ! L'Américain pouvait avouer que Blueman s'habillait n'importe comment, mais il était hors de question qu'un ignare pareil ridiculise sa très grande élégance. Toutefois, il se retint d'exprimer sa colère en voyant la rage si satisfaisante dont exsudait le nouvel arrivant. Voilà précisément ce qu'il cherchait en s'introduisant à la Palestre : provoquer les Chevaliers Sacrés afin d'obtenir un combat.

"Lâches, hein ?" s'interrogea Reagan d'un ton faussement innocent, comme pour s'assurer de la signification du mot et des intentions de celui qui l'avait proféré. "Tu m'as l'air furieux mon brave, c'est bien ! Cependant, j'espère pour toi que tu l'es suffisamment... Crois-moi, tu en auras besoin si tu veux me rendre la monnaie de ma pièce."

Après cette pique, il émit un sifflement en direction du tas de décombres sous lequel était enseveli son perfide acolyte. Comme il n'y avait aucune réaction, l'Oiseau de Paradis choisit de l'invectiver à la place :

"Blueman, espèce d'imbécile ! Arrête un peu de roupiller et ramène-toi par ici !"

Cette fois-ci, l'appel fonctionna à merveille : le punk jaillit hors des gravats d'un bond dynamique pour atterrir aux côtés de son fabuleux maître, prêt à l'action. Un filet de sang coulait de la bouche du voyou, qui se l'essuya et avisa la trace rouge désormais étalée sur sa main. Loin de paniquer, il afficha un sourire querelleur et se délesta de son gilet en cuir, dévoilant son corps d'athlète par la même occasion. Certes, l'assaut de ce blondinet basané l'avait pris au dépourvu, mais il fallait plus qu'une petite gifle pour le vaincre ou le contraindre à la fuite. Pour être honnête, cette attaque lui avait fait plutôt mal, une douleur qui allait se payer au centuple...

"Quant aux raisons de ma venue, sache que mon intention initiale n'était pas de martyriser ces pauvres choux..." confessa le Chevalier Noir, non sans une pointe de dédain. "Du moins pas seulement. Mon but était d'attirer un Saint digne de ce nom grâce aux cris de souffrance de ces morveux, ceci afin qu'il puisse me gratifier d'un combat en bonne et due forme. Quoique, vous auriez pu vous éviter le tabassage en règle de vos troufions et de vos recrues si vous vous étiez dépêchés. Vous savez, nous nous ennuyons pas mal à poireauter à l'entrée sans que personne ne pense à nous accueillir ni à nous surveiller."

Sur ces propos, les deux criminels éclatèrent d'un rire odieux puis reprirent leur calme, histoire de se focaliser sur la conversation. L'Américain écrasa ainsi une larme et poursuivit l'exposé de la situation :

"Le fait est que je suis en quête de puissance dans l'objectif d'accomplir une vengeance personnelle. Cela ne vous concerne pas pour l'instant, mais j'ai jugé bon de venir vous visiter pour voir si je ne pouvais pas affronter l'un de vous dans le cadre de mon entraînement. Vois-tu, vos apprentis ont beau être fort drôles à torturer, jamais je ne progresserai en me contentant de ce genre de vermisseaux. Aussi je tiens à te remercier de ta présence, car j'ai le sentiment qu'elle me sera très enrichissante."

Il accompagna ces paroles d'une révérence insolente, fermement convaincu qu'un bellâtre chétif tel que ce Saint n'avait aucune chance de le terrasser. Il banda ensuite ses muscles d'acier, gonfla crânement ses biceps et adopta la posture de culturisme des abdominaux-cuisses. Se prenant au jeu, Blueman opta pour un profil cage afin de ne pas voler la vedette à son patron.

"Puisque tu n'étais pas encore là quand je les ai faites, je vais recommencer les présentations." annonça obligeamment ce dernier. "Je suis Bradley Reagan, un ancien candidat à l'Armure de Bronze de l'Oiseau de Paradis. Vous vous débrouillerez avec vos archives si vous voulez en savoir plus sur moi, je pense que j'ai laissé une assez grosse impression aux instructeurs de l'époque. Quant à ce fier gaillard à l'iroquoise bleue, il s'agit du bien nommé Blueman, mon fidèle et ô combien serviable associé."

"Enchanté, mon gars !" caqueta le punk, une lueur meurtrière dans ses yeux.

Reagan abandonna sa pose et son larbin l'imita, le premier préférant désormais se mettre en garde. Toute apparence d'amabilité s'effaça de son visage, une une expression vicieuse exagérée par le maquillage s'y dessinant à la place. Le cosmos du sinistre duo se manifesta sous la forme d'un geyser étincelant, un signal évident de la confrontation imminente qu'il désirait avec ardeur. Les ignobles rapaces de Death Queen Island exhibaient sans aucune réserve leur soif de sang et risquaient de fondre sur leur proie d'un moment à l'autre.

"Qu'en dis-tu, mon brave ?" demanda le renégat. "Accéderas-tu à ma requête ou fuiras-tu comme un trouillard ? Le choix t'appartient, mais sache que seul le fracas de la chair contre la chair peut rendre des guerriers tels que nous plus forts."

"Allez, viens te bagarrer qu'on rigole !" aboya Blueman.

La réalité était qu'ils n'avaient guère envie de laisser le choix au fidèle d'Athéna : s'il se défilait, les deux mercenaires avaient l'intention d'harceler les élèves jusqu'à ce qu'ils obtiennent satisfaction. Néanmoins, si le justicier à la chevelure dorée était trop lent à se décider, ils n'allaient pas se priver pour planter leurs crocs dans sa gorge.
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 293
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Sep - 23:32
Deux âmes perdues en quête de sensations fortes, qui s'en prenaient aux faibles brebis égarées du Sanctuaire pour ferrer un plus gros poisson. L'explication se tenait, quoique stupide au possible et surtout manquant cruellement de courtoisie.

Tandis que le bodybuildé racontait sa vie avec visiblement le plus grand intérêt du monde à le faire, Azir suivait les cosmos des apprentis, s'assura qu'ils regagnaient une zone plus sûre, fut-ce seulement les gradins, afin de ne pas avoir à les surveiller en plus de se battre -car cela, il ne pourrait pas l'éviter avec les deux fêlés. Au passage, le Lion nota la résistance de Blueman et dut reconnaître qu'il n'avait pas commune mesure avec un "simple" mortel. Un tel coup sur le premier quidam venu aurait probablement tordu quelques vertèbres, si ce n'était la nuque entière. Cela renforça l'idée du Cinquième Gardien qu'il pouvait laisser parler toute sa puissance sans craindre d'ôter des vies innocentes.

"C'est marrant, moi je ne vois aucun choix dans ce que vous me proposez. Entre vous battre contre moi ou martyriser ces jeunes aspirants, ce n'est pas comme si je pouvais vraiment changer quelque chose à votre décision. Mais soit, puisque vous êtes en mal de sensations fortes. Je n'en démords pas en revanche : vous êtes des lâches. Deux contre un, vous servir des autres comme ça... La prochaine fois envoyez une lettre avant de venir, je suis sûr qu'il y aura plus de candidats pour vous répondre ! On aime bien la politesse ici."

Azir ne se faisait pas d'illusions : ce genre de truands ne se laisserait pas simplement provoquer et désarçonner de cette façon. Moins encore ils n'accepteraient de régler les choses à l'ancienne, un bon vieil un contre un dans le fair-play et le bon sens. Cependant, il eut enfin la confirmation que les apprentis se trouvaient à l'abri et put enfin se concentrer pleinement sur les deux guignols.

"Je suis Azir, chevalier d'or du Lion. Viens à moi Regulus ! Viens vêtir et protéger mon corps !"

Un nouvel éclat de lumière fendit l'air, provenant cette fois du cinquième temple se dressant sur la route de la salle du Pope : l'armure féline venait de répondre à l'appel de son porteur, et celui-ci se retrouva couvert d'or de pied en cape, plus majestueux encore.

"Tes propos deviennent un peu trop sexuels à mon goût mec. Si tu veux de la chair, trouve-toi une copine assez cinglée pour t'apprécier et faites des choses ensemble. Mais si tu veux te faire taper dessus je suis ton homme. J'ai besoin d'expérimenter l'efficacité de mes nouvelles techniques en combat réel. "

Un sourire de défi prit place sur les traits du jeune chevalier d'or et il se mit en garde sans attendre. Pas besoin d'aller dans un autre lieu, l'arène de la Palestre conviendrait parfaitement, même si elle finirait probablement en miettes à la du combat. Il n'aimait pas bien l'idée d'avoir à gérer deux adversaires à la fois, mais il s'était entraîné avec Athena, donc il devait avoir les épaules pour pouvoir tenir face à eux sans se couvrir de ridicule. Du moins, il l'espérait sans rien en laisser paraître.


Citation :
Défi accepté ! Par contre ce sera mon premier combat, donc merci de me dire où on ouvre les topics de dés, d'initiative et tout ce qui va avec °°
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Sep - 17:11
Suite de : http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t29770-combat-reagan-vs-azir

La terrible succession d'attaques dévastatrices de Reagan et Blueman avait finalement eu raison de la résistance de leur adversaire. Ce dernier se trouvait désormais complètement étalé par terre, brutalement défait et son sang ruisselant de sa chair meurtrie. Le cosmos d'Azir s'était quasiment éteint et il n'en subsistait plus qu'une fragile braise, si petite et vulnérable au moindre souffle. L'Oiseau de Paradis toisait le vaincu de haut d'un œil sévère, réfléchissant à la marche à suivre maintenant qu'il avait remporté le combat. Il n'arrivait lui-même pas à se rendre entièrement compte de sa propre victoire, tant les doutes qui le tourmentaient depuis sa branlée contre le Rédempteur étaient tenaces. Mais le fait accompli était là : il avait bel et bien gagné contre un Gold Saint, la crème de l'élite de la Chevalerie d'Athéna.

Durant toutes ces années, l'Américain avait vécu avec l'humiliation d'avoir été chassé par le Sanctuaire, traité comme un moins que rien indigne de porter ne serait-ce qu'une Armure de Bronze. Aujourd'hui, il avait prouvé à tous ces ignares qu'ils s'étaient gravement trompés et qu'il méritait bien plus qu'une protection de bas niveau. Même avec l'assistance de Blueman, terrasser un Chevalier d'Or aurait été impossible pour un vulgaire ex-aspirant au titre de Bronze Saint, sauf qu'il n'était pas ce genre de minable. Reagan se situait bien au-dessus de tout cela, car il avait désormais la certitude qu'il était l'homme le plus magnifique, le plus intelligent et le plus puissant de la planète ! Son monde auparavant noyé dans les ténèbres était enfin baigné par la douce et gratifiante lumière du triomphe.

BGM- https://www.youtube.com/watch?v=xMfzCXKrBJ8 -BGM

Contre toute attente, le Lion se releva laborieusement et marcha avec difficulté en direction des deux scélérats. Il avait l'air plus mort que vif, une impression qui se confirma en partie lorsqu'il s'effondra aux pieds de l'Oiseau de Paradis. Tout ce qu'il pouvait faire était implorer sa pitié à l'égard des disciples, qui avaient été injustement martyrisés dans l'unique objectif d'obtenir un combat. Cela aurait été une vision délicieuse pour le renégat si elle n'était pas aussi pitoyable. Ses yeux de vautour rivés sur celui qu'il avait battu, il réfléchit longuement à cette requête avant de finalement émettre un soupir de lassitude.

"Votre sensiblerie me dégoûte..." grogna dédaigneusement Reagan. "Comme tu veux, je vais laisser ces guignols tranquilles puisque tu y tiens tant. De toute manière, vous ne pouvez rien m'offrir de plus ici."

Il dégagea ainsi sa cheville de la poigne anémique d'Azir et s'en alla ramasser sa cape afin de l'enrouler autour de son corps blessé. Quant à Blueman, il afficha une mine déçue face à la décision de son patron, mais il ne chercha pas à la contester. L'Américain indiqua à son troufion qu'il était temps de plier bagages, leur affaire en ces lieux étant bouclée. Toutefois, il s'arrêta à proximité des élèves, qui s'étaient rassemblés au seul endroit des tribunes qui n'avait pas été ravagé, et les fusilla du regard. Les jeunes recrues restèrent paralysées par la peur jusqu'à ce que le Chevalier Noir les apostrophe d'un ton venimeux :

"J'espère que vous avez pris acte de cet affrontement, tas de vermines ! Voici ce que vaut l'élite de votre armée pathétique, au service d'un sens de la justice dépassé ! Vous ne pouvez protéger personne et personne ne pourra vous protéger, vous avez pigé ?! Si c'est le cas, pensez à reconsidérer sérieusement vos choix de vie, sinon vous risquerez de le regretter amèrement. Votre sacrifice ne servira qu'à dresser une tombe de plus parmi tant d'autres..."

Sur ces dures paroles, il tourna les talons et commença à se rendre vers la sortie des arènes, le punk à sa suite. En même temps que Reagan quittait l'édifice, il lança une dernière pique aux apprentis, tel un défi périlleux adressé à ceux qui ne tiendraient pas à leur existence :

"Ceux qui ne craignent pas pour leur vie pourront toujours venir à moi pour tenter de venger l'honneur du Sanctuaire. Je serai plus qu'heureux d'écraser sous ma semelle tous leurs rêves et leurs espoirs ! Héhéhéhéhéhé... OHOHOHOHOHOHOHOHOHOHOHOH !"

Son rire moqueur résonna à travers le couloir de sortie dans lequel il s'enfonçait, sa silhouette musculeuse disparaissant peu à peu dans l'obscurité. Si les Saints allaient continuer de vivre dans la terreur, pour lui le futur s'annonçait radieux et tous les torts qui lui avaient été infligés par le passé allaient enfin être corrigés ! Dorénavant, il ne manquait à l'Oiseau de Paradis qu'à se soigner et à récupérer sa cuirasse auprès de Ntikuma afin de mettre en œuvre la dernière étape de sa vengeance...
avatar
LesathChevalier d'Or du Scorpion
Chevalier d'Or du Scorpion

Date d'inscription : 18/07/2018
Nombre de messages : 69
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Sep - 17:54
[Provenance : Maison du Scorpion]

Le Scorpion avait laissé sa sœur légèrement en plan, limite en pleine phrase, mais elle ne lui en avait pas tiré rigueur. Car cela n’avait peut-être duré qu’un instant, mais l’explosion de cosmos était impossible à rater. Un tel déferlement d’énergie ne pouvait signifier qu’une seule chose : le combat était aux portes du sanctuaire. La fratrie s’était regardé et le plus âgé des deux s’était levé, alors que sa puînée hochait la tête. Elle avait compris, à sa façon, que son rôle de gardien commençait à ce moment-là, et avait observé sa disparition, remplacé par un vide. Ce frère qu’elle venait de retrouver s’était encore une fois escamoté… Mais pour la bonne cause, en l’occurrence.

Sans prendre le temps de s’habiller de son armure – et peut-être était-ce là une erreur de néophyte – il dévala les marches, à pleine vitesse. C’était drôle comme il pouvait être aisé de traverser les différentes maisons du zodiaque dans un sens, alors que dans l’autre on risquait d’y laisser plus que sa propre vie… En passant par celle du bélier, de surcroît, il ne réussit pas à localiser le cosmos de Sorata. Peut-être que ce dernier s’était absenté ces dernières heures. Peut-être même était-il en train de voler en première ligne, comme lui ?

S’il avait été mieux formé, le chevalier du Scorpion aurait su qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. Quand bien même un collègue d’ordre était tombé, sa place était dans son temple. Mais malheureusement, il n’avait suivi qu’un cursus épisodique, avec quelques absences de … quelques années, dirons-nous. Dans tous les cas, il n’était plus question de se dérober désormais, et de repartir dans une escalade interminable de marches en pierre. Oh que non. S’il avait quitté sa masure, c’était pour comprendre ce qui se déroulait au Sanctuaire. Localisant deux auras, il augmenta la cadence, mais malheureusement, il avait été trop lent.

Au sol gisaient certains élèves, meurtris. D’autres semblaient en état de choc, comme s’ils venaient d’avoir un entraperçu de ce qui pouvait les attendre. Le Scorpion fronça les sourcils, alors que le sable de l’arène crissait sous ses pas. S’il n’avait jamais vu l’armure du lion, il en reconnut la crinière. Ainsi Azir était celui qui, quelques instants auparavant, se battait. D’un bond il s’approcha de son corps et pris son pouls. Il était faible mais constant, ce qui était plutôt bon signe. Si certains étaient capables de guérir avec leurs cosmos, c’était loin d’être son cas. Au contraire même, son aura était un poison qu’il ne souhaitait pas particulièrement partager. Mais certains des apprentis pouvaient en être capables. Il héla le groupuscule qui s’était approché.

« Lequel d’entre vous sait soigner avec son cosmos. » commença-t-il avant de s’arrêter, voyant qu’inconnu à leurs yeux, il ne devait pas être plus rassurant que le chevalier noir qui venait de quitter la scène. « Je suis Lesath du Scorpion. Je ne me répéterai pas une fois de plus : qui est capable de guérir par imposition des mains ? »

Une jeune fille leva timidement le bras. Puis un adolescent blond, légèrement blessé au bras. L’ibère pointa la jeune fille du doigt et reprit « Stabilise le. Doucement. » puis il se tourna vers le reste des gosses qu’il avait face à lui. « Ramenez les autres blessés, le blondinet s’en occupera. » S’effaçant de quelques pas, il regarda les apprentis s’atteler aux taches qu’il leur avait données, et sans s’en rendre compte, marmonna quelques mots. « Fais chier. Fallait que ça arrive maintenant. »

Si des guerriers d’autres dieux venaient les provoquer jusqu’ici, c’était un mauvais signe. Un très mauvais signe.
avatar
AzirChevalier d'Or du Lion
Chevalier d'Or du Lion

Date d'inscription : 11/06/2017
Nombre de messages : 293
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Sep - 18:51
Il y eut un moment de flottement, des regards de concertation. Après le chaos, voilà qu'un nouveau guide arrivait, ordonnait. Sur le coup, la masse hébétée ne fut pas certaine de la marche à suivre.

"Vous voyez bien qu'il va pas nous taper dessus ! Faites ce qu'il dit !"

La fille qui avait failli finir tétraplégique. La douleur dans son monde restait atroce, l'empêchait de bouger convenablement, et elle avait les yeux rougi. Avoir vu Azir se battre pour elle, pour eux tous, lui avait fait prendre conscience de leur faiblesse, des progrès que l'on attendait d'eux, progrès qui devaient aller au-delà même du niveau du chevalier d'or afin de remporter, la prochaine fois, la victoire.

Sous l'impulsion de leur leader, les apprentis s'activèrent plus vite, ainsi que les gardes en état de marcher. On recensait une vingtaine de blessés au total, dont le plus grave était bien sûr le Lion d'or. Deux furent envoyés à Rodorio quérir fournitures de soin, deux autres se chargèrent d'appeler un médecin depuis Athènes, connaissant le Sanctuaire et sa confidentialité. L'apprenti blond faisait de son mieux malgré sa propre douleur, tandis que la fille penchée sur Azir se crispait toute entière d'avoir la vie de l'un des Douze entre ses mains.
Au bout d'un moment, elle fronça les sourcils.

"Je pourrais pas tout soigner mais... c'est bizarre. J'ai l'impression... que son propre cosmos est en train d’œuvrer de l'intérieur. C'est difficile à décrire."

Elle interrogea Lesath du regard puis se mit à défaire doucement un brassard de l'armure afin d'avoir un accès direct à la peau du chevalier. Ce faisant, la protection se mit à luire un instant, puis quitta le corps de son porteur pour reprendre sa forme totémique juste à côté de lui. Elle eut un temps d'arrêt, puis reprit son travail aussi loin que ses maigres forces d'apprentis le lui permettaient. Elle espérait au moins tenir jusqu'à l'arrivée du médecin, mieux apte à juger de l'état du jeune homme.
avatar
LesathChevalier d'Or du Scorpion
Chevalier d'Or du Scorpion

Date d'inscription : 18/07/2018
Nombre de messages : 69
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Oct - 11:51
« M’sieur, on ne devrait pas faire appel au médecin de la Palestre plutôt ? » Surprenant Lesath, un apprenti venait d’avoir une inspiration, et plutôt bonne. Il se passa la main sur le visage, effaçant l’air idiot qui avait manqué de s’y instaurer. Bien entendu qu’il fallait faire ça. Il hocha la tête, et croisa les bras sur son torse. La jeune femme qui avait prodigué les premiers soins au chevalier d’or l’avait informé de la guérison qui avait surgi spontanément du cosmos du Lion, et le Scorpion ne savait pas vraiment comment le prendre. C’était une possibilité qu’il ne connaissait pas, mais d’un autre côté, il n’y bitait pas grand-chose aux pouvoirs des auras. Donc dans le doute …

« Cela doit provenir de sa propre énergie, effectivement. » Accorda-t-il. « C’est plutôt bon signe. Il va peut-être éviter de caner du coup. » L’adolescente, déjà blanche suite à son combat, blêmit d’un ton de plus, sa peau tirant presque vers l’ivoire désormais. « Va te reposer, je pense que tu mérites un peu de repos. » Ajouta-t-il à son attention. Et c’était loin d’être la seule. Le chevalier noir avait semé la destruction au sein des rangs des apprentis. Il en avait envoyé une bonne demi-douzaine à l’hopital, et ils pouvaient s’estimer heureux de ne pas avoir fini dans la tombe. Fâcheuse histoire. En parlant de ça …

« Quelqu’un pourrait me décrire votre agresseur ? » demanda l’ibère, alors qu’au loin il discernait enfin la silhouette d’un homme qui se hâtait. A la vue de sa mallette et de son air pressé, il devait s’agir de l’infirmier/docteur/intendant de la Palestre. Les détails sur les deux bonhommes qui les avaient agressés étaient nombreux, mais fouillis. "Musclé", "Pas très beau", "Sans armure", "Grotesque", "Avec un sbire", "Punk". Ce n’était pas avec ça qu’ils allaient pouvoir le retrouver. Il avait cependant nommé son séide, une sorte de dégénéré qui, probablement, l’accompagnait partout. "Blueman". Un nom pour le moins inopiné. Alors que le docteur commençait à ausculter le chevalier d’or meurtri, Lesath envoya un message à sa sœur, qui devait attendre dans son temple. Lui présentant la situation, cette dernière lui répondit aussitôt. Elle semblait douée avec les messages psychiques, bien plus que lui en tout cas. Dolorès lui fit comprendre qu’elle avait quelques dons de guérisseuse, et qu’il était de bon ton de s’en servir. Elle se dirigeait vers le temple du Lion pour finir le traitement du chevalier d’or.

D’un regard, le Scorpion questionna le docteur, qui semblait réfléchir à la meilleure réponse à lui donner. « Et bien … Cela va vous sembler étonnant mais … Il n’a rien. Du moins rien de grave. Vous avez bien fait de le soigner aussi vite, cela semble avoir eu un grand impact. Il a sans doute une ou deux côtes fêlées. Je savais que les éveillés se rétablissaient vite, mais là... Un peu de repos lui fera le plus grand bien cependant. » Lesath acquiesça, puis étonnant la foule, attrapa Azir par un bras pour le placer, tel un sac de patates, sur son épaule. « Je l’emmène dans son temple. Ça ira plus vite de la sorte. » expliqua-t-il avant de disparaître dans un nuage de poussière, sous l’œil horrifié du toubib.

« Tu abuses Lesath. »
L’œil sévère de Dolorès ne laissait place qu’à peu de doute, il n’aurait pas dû transporter un chevalier blessé de la sorte. Mais bon, ce qui était fait était fait. Allongé sur sa paillasse, Azir dormait. « Je m’occupe de lui. Il n’a pas l’air mourant, je peux gérer. » Ajouta sa sœur. L’espagnol se gratta le menton. Il n’avait pas la moindre idée de par où commencer la recherche des deux agresseurs. D’ailleurs, il ne savait même pas si cette décision lui incombait. Sans doute pas. Il gratifia sa puînée d’un sourire et, pour la deuxième fois en quelques minutes, disparut de la scène dans un flash lumineux.

[Destination -> Temple du Verseau]
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Vol de rapaces sur un nid d'oisillons 2