avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
01.09.18 17:32
Tout en marchant jusqu’à leur jet, les forgerons finirent de répondre aux questions de Xing Huo et se concertèrent pour choisir leur première destination. Leur nouvel ami Spectre semblait savoir de quoi il parlait, mieux valait suivre ses conseils et commencer par Québec… Ntikuma les laissa faire, leur faisant signe de continuer dès qu’ils se retournaient pour demander son avis. Ils s’y connaissaient mieux que lui, pourquoi toujours placer son opinion de novice avant la leur? La fierté du supérieur, sans doute…

Quand la silhouette de l’avion se dessina à l’horizon, de quelques signes, le muet offrit à Matsuda et Lou de leur conter son dernier voyage, et les deux subalternes hochèrent la tête à l’unisson, jetant des coups d’œil enthousiaste vers leur nouveau compagnon de voyage. Ils n’avaient vu ce genre de prestation qu’une fois, mais c’était assez pour avoir hâte à la prochaine. Leur ami ne savait pas ce qui l’attendait…

Enfin, ils arrivèrent devant l’avion. Les forgerons firent passer Xing Huo devant, puis Ntikuma, en leur donnant la tâche de rabaisser le plus de siège possible pour faire plus de place et fermer les hublots de toutes les fenêtres, pendant qu’ils allaient prévenir le pilote de ce qui allait se passer et l’aider à refermer correctement la porte de sa cabine pour ne pas le déconcentrer. Une fois cela fait, ils prirent place, et quelques secondes plus tard, le rugissement des moteurs guidait leur envolée vers les cieux. L’Araignée commençait à trépigner d’impatience, son cosmos se manifestant déjà sous forme de petites étincelles colorées, mais elle tint bon, se tenant bien droite sur son siège jusqu’à ce que le pilote leur annonce que c’était bon. La silhouette rouge se releva, le froissement de son manteau accompagnant chacun de ses pas, et prit place au milieu de l’avion. Le plus vieux lança au Spectre, d’un ton taquin :

-Tenez bon, il va être tranquille après.

-Roh l’autre! Vous allez voir, c’est quelque chose.

Un éclat attira l’attention : de petites étincelles blanches avaient commencé à flotter partout dans l’avion, se multipliant jusqu’à créer une véritable tempête lumineuse qui les empêchait tous de voir autre chose. Ntikuma, jouant son propre rôle, se mit à déambuler entre les sièges, perdu dans le blizzard, puis fit apparaître une forme sombre à ses côtés. Puis une autre. Pas assez de place pour recréer le bateau, ce serait un autre de ses petits secrets… Les deux subalternes n’avaient pas besoin d’expliquer ce qui se passait, la scène était suffisamment claire et même si elle ne l’était pas, c’était divertissant juste comme ça. Ils ne s’attendaient pas à la suite, cependant : regroupant les ombres derrière lui, l’Araignée leva les bras et rassembla la « neige » entre ses mains en une boule lumineuse. Un autre flash et le petit être tenait maintenant une longue bannière aux couleurs des aurores boréales, brodée d’une énorme araignée et protégeant les ombres devenues rougeâtres qui s’y accrochèrent sans attendre.

-Wow… c’est comme ça que vous les avez sauvé! Et après?

Après? D’un coup, les projections disparurent et Ntikuma regarda le Japonais en réfléchissant, en réalité il n’était pas trop sûr de ce qui s’était passé après —ou pendant, vraiment. Rien de bien grave, il aimait le penser, mais il en avait tout de même payé le prix cher au réveil. Pour répondre à la question de Matsuda, la silhouette rouge finit par se jeter par terre, sans aucun autre effet spectaculaire.

-… Vraiment?

Un haussement d’épaule sous la cape fut la seule réponse. À quoi d’autre s’attendait-il de plus. Un soupir de découragement et Matsuda lui fit signe de continuer, ce qu’il fit avec joie. De la même façon, il leur conta comment il s’était réveillé à Asgard, et tout ce qui avait suivi.

Depuis sa cabine, le pilote regretta de ne pas pouvoir regarder.



Lou n’avait pas tort : pour le reste du voyage, l’Ashanti fut beaucoup plus tranquille, regardant dehors en se balançant distraitement les pieds, assis juste à côté de Xing Huo. Ce n’est qu’après une bonne heure de voyage qu’il osa prendre le carnet offert par ce dernier et y gribouiller quelques mots.

« J’aimerais voir votre Surplis. »

Non pas qu’il doutait encore de son allégeance —trop tard pour ça, mais le conteur était simplement curieux. Il avait beau avoir plus d’expériences avec les armures noires, n’ayant pas eu la chance de voir les armures d’Athéna ou celles d’Asgard, mais l’armure de la Liche lui avait bien démontré que toutes les factions divines n’avaient pas les mêmes inspirations pour leurs protections. C’était très intéressant, surtout pour le forgeron d’une faction de mercenaire qui aurait peut-être, un jour, à offrir ses services à tous ces gens peu importe leur provenance.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
02.09.18 14:57
Le voyage se serait déroulé plus rapidement s'ils étaient passés par les Enfers mais le Cyclope n'avait pas confiance en sa capacité à se servir de ce mode de déplacement pour changer d'hémisphère avec trois personnes à sa charge. Ils prendraient donc un avion privé, même si certains de ses collègues les plus dogmatiques avaient plus d'une fois protesté le recours à ce moyen de transport par le passé, arguant qu'il était hypocrite de leur part d'adopter un comportement aussi peu écologique tout en faisant la leçon aux humains qui détruisaient la planète. Le philippin était trop occupé à faire les dernières mises au point avec les forgerons pour y réfléchir sérieusement cela dit.

Une fois ces détails réglés et le petit groupe arrivé sur le tarmac, il passa un appel en vitesse à l'un des Squelettes stationnés à New York, au sein de la compagnie de Thanatos : « Salut Mark, j'aurais besoin d'un coup de main. Un bateau est arrivé chez toi il y a peu, plein de rescapés d'un naufrage près d'Asgard. J'ai besoin de toutes les infos que tu peux m'obtenir sur ces gens, je te laisse faire ça comme tu veux. Si quelqu'un demande, on fait ça pour quelqu'un qui a rendu un grand service au big boss, d'accord ? »

Ayant passé commande, il embarqua dans l'appareil où les deux acolytes lui dirent d'aider leur supérieur à dégager de l'espace et à faire la pénombre dans la cabine. Curieuses instructions mais il les exécuta en se demandant ce qui rendait Ntikuma si fébrile tout à coup. Le petit être rouge débordait d'énergie, s'acquittant de sa part de la tâche avec un enthousiasme débordant. Il eut visiblement le plus grand mal à tenir en place et à se retenir de mettre du cosmos partout lors de la phase de décollage ; lorsque le pilote annonça qu'ils pouvaient enlever leurs ceintures, il bondit littéralement de son siège avant de s'installer au centre de l'attention.

Voyant la perplexité du Spectre, Lou et Matsuda y allèrent chacun de leur petit commentaire, ce qui ne l'aida en rien à y voir plus clair : « Après quoi, de quoi vous me parlez ? »

Il eut sa réponse lorsque le spectacle commença. Pas un son et lumières car ni les mots ni la musique n'étaient nécessaires : soudain plus expressive que le plus éloquent des hommes, la silhouette masquée conta son histoire en s'appuyant pour moitié sur un jeu d'ombres chinoises inversées et pour moitié sur l'imagination de son propre public. Il y eut bien une rupture au début, avant que Ntikuma ne trouve réellement son rythme, mais la suite... le sauvetage, la marche à travers la neige, le rude accueil puis l'hospitalité des fiers guerriers du Nord, les histoires dans l'histoire retranscrivant les légendes des scaldes, puis le départ et le retour à la civilisation... Xing Huo fut surpris de constater à quel point il s'était laissé absorber lorsque le spectacle s'acheva.

Il regretta que ça n'ait pas duré plus longtemps : il leur restait encore bien des heures à tuer, enfermés dans ce cylindre de métal traversant les cieux... et il aurait bien profité encore un peu de ce sentiment nostalgique, celui d'être revenu à une autre époque, une époque où il avait l'habitude de se réunir avec ses camarades le soir au coin du feu. Il s'entendait plutôt bien avec la plupart de ses collègues infernaux, passait volontiers son temps libre en leur compagnie mais ce n'était pas la même chose. Depuis combien de temps n'avait-il plus pris part à l'une de ces veillées ? Sa main se referma sur le foulard indélébilement taché de sang dans sa poche, un accessoire qui ne l'avait plus quitté depuis des années ; il se sentait soudain très vieux.

« Vous aviez raison, c'était quelque chose. » acquiesça-t-il en essayant de reprendre sa contenance. Il passa l'heure suivante à retravailler leur plan d'action et à participer aux conversations légères autour de lui, sans pour autant cesser de ruminer ses pensées, jusqu'à ce que son commanditaire intervienne à nouveau. Il voulait voir son armure ? Elle n'avait vraiment rien de spécial, le Surplis du Cyclope était très loin de faire partie des plus élégants ou des plus impressionnants mais bon, pourquoi pas...

« Si ça vous fait plaisir. » dit-il en appelant un filet de cosmos. Son ombre noircit, se transforma en portail vers l'Au-delà et revint à la normale après avoir déposé l'effigie protectrice à l’œil unique au milieu de la cabine. Un totem de métal tout en violet et rouge sombres d'où sortaient de nombreuses cornes et pointes recourbées ; son propriétaire n'avait lui-même jamais compris l'utilité de toutes ces protubérances qui avaient plus d'une fois failli éborgner quelqu'un à la suite d'un mouvement imprudent. Il doutait de leur efficacité en combat réel et côté intimidation... ce n'était que la cuirasse d'une Étoile Terrestre, ça ne ferait jamais peur à un chevalier d'Or. L'ancêtre se gratta l'arrière du crâne, embarrassé même s'il ne savait pas vraiment pourquoi. « Bon ben voilà, c'est le Surplis du Cyclope. Et la vôtre d'armure, elle est où au fait ? Vous l'avez mise dans la soute ? »

Plus important, est-ce qu'il pourrait soutirer une autre histoire au conteur maintenant qu'il lui avait montré sa véritable tenue de combat ?
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
13.09.18 3:48
Le petit être observa avec attention l'invocation du Surplis, puis s'approcha de l'armure infernale une fois celle-ci matérialisée. Il pouvait voir quelques similitudes avec le Surplis de la Liche, appartenance à la même faction obligée, mais il y avait bien quelque chose de différent. Ntikuma pouvait sentir l’aura de la protection divine, faible mais bien distinctive de celle de son porteur, et son agressivité le fit frissonner. En s’accroupissant, il posa le bout de ses doigts contre le métal rouge, comme s’il avait peur qu’il ne le brûle, et examina chaque petit détail de l’armure avec un intérêt presque craintif. C’était un bien étrange travail… si peu raffiné, et pourtant martelée de mauvais sentiments… mais à quoi d’autre pouvait-il s’attendre? Bien peu d’armures sont vraiment créées dans un but noble, bien que plusieurs prétendent le contraire… Au moins Xing Huo ne dégageait pas cette même violence —pas, encore, du moins, mais ce n’était pas pour le rassurer. Une telle charge à porter ne pourrait que le briser…

Le forgeron secoua la tête, laissant échapper un court soupir, puis se redressa avec plus d’enthousiasme quand Xing Huo lui demanda où se trouvait son armure. Non, pas dans la soute, ça l’inquiéterait de la savoir aussi loin, aussi se dépêcha-t-il de se diriger vers l’arrière de l’avion, où la sombre Araignée avait été déposée sur un siège dans un équilibre plutôt précaire. Il se dépêcha de la charger sur son dos pour la ramener devant le Cyclope, la déposant avec délicatesse devant le Surplis. Taille obligée, l’Araignée semblait vouloir se recroqueviller devant l’armure rouge, et même les quelques lames et pieux ne savait lui donner ce petit côté intimidant. Difficile de la voir autrement en sachant à qui elle appartenait.

-Mais qu’est-ce que vous faites?

Matsuda venait de se retourner en entendant son petit chef faire du grabuge, allant même jusqu’à faire ouvrir un œil à Lou qui profitait de la présence de leur nouveau collègue Spectre pour se reposer un peu. En voyant que les deux éveillés ne faisaient que discuter, ils se calmèrent, prenant même le temps d’y jeter quelques coups d’œil curieux.

-Tiens, je croyais que les Surplis étaient tous violets.

-Ah oui, tu as dû en voir tellement, des Surplis.

-Et toi?

Le vieillard grommela une réponse et ferma les yeux. Le Japonais haussa les épaules avec indifférence et reporta son attention sur un livre, laissant leur chef fauteur de troubles et son allié tranquille. Ntikuma grimpa sur son siège, mais sans parvenir à simplement attendre la fin du voyage. Il retournait le carnet entre ses doigts avec fébrilité, regardant le Cyclope sans oser écrire quoi que ce soit, surtout parce qu’il craignait sa réaction. C’est que c’était indiscret… oh, et puis tant pis, il était plus que temps qu’il arrive à prendre sa place parmi les autres. Se mordillant la lèvre, la figure rouge gribouilla quelques mots, puis tendit la feuille à Xing Huo sans le regarder dans les yeux.

« Si vous êtes un Spectre, est-ce que ça veut dire que vous êtes mort? »

Malgré ses voyages et les histoires de ses collègues, les connaissances de Ntikuma sur les autres camps étaient bien limitées, et certaines choses lui échappaient toujours. Après tout, les limites du possible étaient bien difficiles à définir, quand le divin était en jeu…
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
15.09.18 22:02
Personne n'avait jamais observé son armure avec autant d'attention, pas même le philippin qui en était pourtant le propriétaire. Voir la silhouette masquée l'inspecter sous toutes les coutures lui inspira une sensation de gêne inexplicable. Ça n'avait aucun sens, il n'était pas responsable de l'apparence de son Surplis et ça ne l'avait jamais embarrassé avant alors pourquoi... oh et puis zut, il n'allait pas trouver la réponse en ruminant. En plus il avait commencé la journée avec la ferme intention de se prendre une cuite magistrale et si ça ce n'était pas l'exact contraire d'une séance d'introspection...

Son examen enfin complété, un Ntikuma soudain guilleret s'absenta un instant le temps de revenir avec sa propre protection, que le vieillard détailla à son tour : c'était de la belle ouvrage, surtout pour un objet qui n'avait pas été créé avec l'aide d'une divinité. Le face-à-face des deux armures était en tout cas une vision assez comique : la figure accroupie du Cyclope avait l'air de se pencher pour mieux voir l'Araignée de son œil unique, comme un enfant observant une bestiole intéressante à ses pieds. L'ancêtre ricana et désigna sa cuirasse : « Là il est en train de penser « c'est le plus gros insecte que j'ai jamais vu ». Et oui je sais qu'une araignée c'est pas un insecte mais c'est très bête un Cyclope. »

Il n'y avait qu'à écouter l'histoire d'Ulysse, celle que Rogos avait insisté pour lui raconter quand il avait avoué qu'il ne savait pas ce que représentait sa propre armure – le folklore philippin était très différent de celui du monde occidental, surtout pour les populations les moins cultivées. Il répondit du tac au tac lorsque les deux autres forgerons s'immiscèrent dans la discussion : « Ils ont tous des parties violettes oui, mais en fait ils ont plein d'autres couleurs en plus. Généralement sombres et ternes mais elles sont là. »

Il se demanda s'il serait possible de photographier le contenu de la salle des Surplis à côté de la Forge de Dité... est-ce que le maître des lieux le laisserait faire s'il expliquait que c'était pour un confrère ?

Après ce bref interlude, le silence retomba sur un Xing Huo et un Ntikuma de plus en plus inconfortables. Le Spectre craignait de passer pour un gosse attardé s'il se mettait à demander « Quand est-ce qu'on arrive ? » ou s'il réclamait une nouvelle histoire – même s'il en avait vraiment très envie. Il avait déjà pas mal entamé sa crédibilité avec ses actions précédentes alors il ne lui restait plus qu'à prendre son mal en patience... ou pas, car l'encapé le sauvait une fois de plus des affres de l'ennui. C'était à son tour de ne pas comprendre pourquoi son interlocuteur hésitait autant, c'était une bonne question après tout. Et une opportunité de corriger un raccourci que les gens faisaient un peu trop souvent.

« Oui, je suis mort. Ou je l'étais, c'est un peu flou tout ça... Mais non c'est pas obligatoire pour être Spectre, même si c'est le cas pour la majorité d'entre nous. »

Ou plutôt ça ne l'était pas jusqu'au récent changement de politique de recrutement imposé par Thanatos mais ça c'était une affaire strictement interne. Et puis techniquement Andréa était toujours vivante, non ?

Anticipant la prochaine question – il se doutait que le petit être allait l'interroger sur les circonstances de son décès –, il décida de prendre l'initiative : « Tenez, j'ai une idée pour passer le temps, on pose une question chacun notre tour. Du coup c'est mon tour... hum... »

D'accord, il n'avait peut-être pas si bien réfléchi que ça. Son regard passa sur l'armure de l'Araignée et il sut ce qu'il allait demander : « J'ai entendu dire que les armures noires étaient entreposées dans des Pandora Box comme celles des Saints, pourquoi vous transportez la vôtre comme ça ? »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
19.09.18 1:57
La figure rouge pouffa de rire quand le vieillard lui expliqua sa vision des deux armures. Comme à chaque fois qu'un son jaillissait du masque de bois, Matsuda sursauta et observa longuement son patron, les sourcils froncés. Il savait bien que le petit être était muet, mais il n'arrivait pas à dire si c'était à cause d'une complication réelle ou parce que ce dernier refusait simplement de parler... Il y avait toujours ce petit quelque chose, quand il l'entendait "parler" —quand la poussière du Laboratoire le faisait éternuer, surtout— mais il n'avait jamais su dire ce que c'était. Les autres forgerons l'avaient remarqué aussi, sans rien dire à ce sujet, mais le mystère était bien présent. Au final, le Japonais s'affala dans son siège sans rien dire, mais resta à l'affut, toutes les occasions étaient bonnes pour en apprendre un peu plus.

La réception plutôt positive de Xing Huo ne fit pas que rassurer Ntikuma sur la possible impolitesse de sa question : elle le convainquit de repousser toute notion de retenue pour laisser mille et une interrogations lui envahir la tête. Ses voyages lui avaient permis de rencontrer bien des éveillés venant de bien des milieux différents, mais chacun d'entre eux s'était montré avare de détails quand venait le temps de parler de leur vie et de ce qui avait changé pour eux depuis qu'ils s'étaient placé sous les ordres d'une divinité. Après tout, pourquoi révéler ces informations à quelqu'un qui pourrait facilement les revendre à autrui par la suite? Mais ce qui pouvaient leur paraître comme un secret défense à tenir hors de portée de l'ennemi apparaissaient plutôt au Black Knight comme de honteuses vérités dont ils ne comprenaient pas toujours les conséquences, sans réel impact "militaire". Visiblement, ce n'était pas le cas du Spectre, et cela avait beau être agréable, c'était aussi curieux... Tentait-il de le tromper?
Chassant cette idée saugrenue de son esprit, l'Ashanti accepta plutôt de se prêter au jeu, déjà amusé par les questions qui pourraient lui être posées. Ce serait peut-être sa chance de s'aventurer sur un terrain plus risqué par la suite... Inclinant la tête en entendant la première question du Cyclope, il écrivit tout de suite sa réponse.

"Je n'en avais pas entendu parler quand j'ai créé mon armure. Je m'y suis habitué."

- On arrête pas de lui dire que ce serait plus simple s'il se construisait une Box, il veut rien savoir!

La silhouette rouge se raidit et adressa quelques signes à son employé, lui ordonnant de se mêler de ses affaires. Qu'est-ce que ça pouvait bien changer, qu'il en ait une ou non? L'armure se transportait très bien comme ça! Secouant la tête avec exaspération, elle commença à réfléchir à sa propre question, non pas parce qu'elle manquait d'idée mais parce qu'elle cherchait la meilleure façon de les poser sans brusquer son compagnon de voyage. Que ça ne le dérange pas d'être mort et d'en parler, d'accord, mais que pensait-il de sa vie d'avant, ou même de la vie et de son humanité en général? Une question bien complexe, mais qui devenait un peu plus concrète quand on considérait à qui elle était demandée... Et Ntikuma voulait savoir à quel point le chemin tracé par ses dieux avait influencé cette vision, comment chaque pièce avait été assemblée pour créer cet amoncellement de conflits et contradictions dans lequel il s'était aventuré la minute où il avait usé de son cosmos pour la première fois.
Le roulement du stylo contre le papier se fit lent, le tracé pensif, alors que le forgeron choisissait ses mots. S'exprimer directement avait perdu de son charme, les images savaient en dire bien plus... il finit néanmoins par tendre le papier, réfléchissant déjà à ses prochaines questions.

"Vous connaissiez tout ça avant votre mort?"

Il ponctua d'un geste de la main vers les deux armures, le Cyclope ingénu et l'Araignée prostrée. Un effort de cosmos et cette dernière fut soudainement parcourue d’une vague de couleurs : elle devint dorée, puis blanche, cuivrée, grise, puis violette, avant de reprendre sa couleur noire originale. Le Black Knight espérait seulement bien préciser son interrogation en « représentant » les autres factions, pour bien dire qu’il voulait connaître le vécu de Xing Huo avec chacun d’entre eux et pas juste avec l’armée infernale. Il avait déjà questionné ses subalternes forgerons à ce sujet, et la réponse avait été la même : venant de Death Queen Island, ils avaient grandi avec l’idée qu’ils étaient les parias de l’humanité, sous la protection des chevaliers sans dieux, sans connaitre autre chose. Seul Lou, qui n’était pourtant pas natif de l’île, avait refusé d’élaborer. Pourtant, il existait bien une époque où les mortels ne connaissaient pas l’existence du divin, elle ne remontait pas à si loin que ça —Ntikuma pouvait facilement affirmer être parmi les derniers à apprendre la nouvelle. Mais le vieillard pouvait aussi lui dire un peu plus facilement quand et comment les choses s’étaient passées.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
20.09.18 16:24
Avait-il bien lu ? Ntikuma avait créé sa propre armure ? Il n’était pas expert concernant ces choses-là mais il n’était pas non plus complètement ignorant des réalités du travail du métal – de son vivant, il gagnait sa vie en désossant des carcasses de navires et confectionnait le plus souvent ses propres outils et ustensiles du quotidien, comme la plupart des habitants du bidonville – et il pouvait dire que c’était sans doute à ça que le petit être devait son statut de VIP. Les autres forgerons ne pouvaient que réparer les armures endommagées, au mieux effectuer quelques ajouts et améliorations pour les plus talentueux mais il n’avait jamais entendu parler d’une personne capable d’en fabriquer une de toutes pièces. Pour ce qu’il en savait, ça ne s’était plus vu depuis les temps mythologique : si c’était si facile, les factions divines ne se limiteraient pas à quelques dizaines d’entre elles et s’efforceraient d’équiper l’intégralité de leurs troupes du meilleur matériel possible au lieu de ne réserver ledit matériel qu’à une poignée de combattants d’élites.

Ce fut avec un respect renouvelé pour les capacités de son interlocuteur qu’il attendit la fin de l’interaction avec Matsuda pour ajouter son grain de sel : « Il a pas tort vous savez, une grosse araignée en métal sur le dos c’est pas très discret. Bon, une grosse boîte non plus mais vous pouvez toujours l’envelopper dans du tissu ou la mettre dans un sac et de suite ça a l’air moins suspect. »

Ayant dit ce qu’il avait à dire, l’ancêtre laissa tomber le sujet. L’être au manteau rouge déciderait lui-même, ils n’allaient pas le forcer. Il attendit que vienne la deuxième question… pas celle qu’il avait prévu mais une question tout de même pertinente. Le Cyclope observa la démonstration de l’encapé, s’assurant qu’il avait bien tout compris, puis passa une main dans sa barbe le temps de trouver les mots justes. Il dut pour cela dépoussiérer des souvenirs de plus de trois décennies et passer en revue tout ce qu’il s’était passé depuis, ce qui n’était pas une mince affaire.

« Ça dépend de ce que vous voulez dire par « tout ça ». Je vivais dans un endroit vraiment paumé, on savait pas ce qu’il passait dans le reste du monde et honnêtement on s’en fichait un peu, on avait plus important à penser. » commença-t-il. « Mais il y a trente ans, quand la pluie, les typhons, les tsunamis et les tremblements de terre se sont succédé sans interruption pendant des semaines, puis qu’il y a eu cette éclipse bizarre et qu’Athéna s’est révélée au monde… même nous on en a entendu parler. Et la plupart des gens l’ont très mal pris, parce qu’ils sont très catho chez moi. »

Il entendait encore les vitupérations des prêtres hystériques qui, convaincus que l’Antéchrist venait de se manifester, s’étaient enhardis au point d’aller prêcher auprès des miséreux pendant des mois pour les préparer à l’Apocalypse à venir. Quel bazar ça avait mis… mais au bout de quelques mois, puis de plusieurs années sans événement notable cette tension avait fini par retomber et les gens étaient retournés à leurs préoccupations matérielles immédiates : c’était très bien toutes ces histoires de fin du monde et de salut des âmes mais en attendant ils n’avaient toujours rien à manger, pas de docteurs, ils vivaient toujours dans une gigantesque décharge à ciel ouvert… il y avait d’autres priorités.

« Mais au final, comme toujours, on a fini par se dire que ça nous concernait pas et on a jamais été mis au courant de ce qu’il se passait vraiment et de qui faisait quoi dans ces histoires de Dieux. Tenez, même le discours d’Athéna d’il y a trente ans j’ai pu voir un enregistrement qu’après avoir rejoint les Spectres ! On savait vaguement que les Saints étaient les gentils, que les Spectres et les Marinas étaient les méchants, qu’il y avait des types en armures noires qui se baladaient ici et là en ne s’occupant que de leur pomme – sans vouloir vous offenser – et qu’il y en avait d’autres qui restaient à se les geler dans leur coin, là-haut à Asgard… et c’est tout. »

Rétrospectivement – et ironiquement –, mourir était sans doute la meilleure chose qu’il lui soit arrivé dans la vie. Son décès lui avait permis de rejoindre les infernaux, de sortir de son apathie et de donner un sens à son existence : il se sentait plus vivant maintenant, en tant que revenant, qu’il ne l’avait été depuis des décennies.

Il espérait avoir livré une réponse adéquate. Et c’était de nouveau son tour ; heureusement, sa propre réplique lui avait donné une idée.

« Et sinon, qu’est-ce que vous êtes allé faire à Asgard ? C’est pas l’endroit le plus accueillant qui soit, c’est presque un royaume d’ermites. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
24.09.18 3:24
L’encapé hocha gravement la tête, replongeant dans ses propres souvenirs tout en écoutant l’histoire de Xing Huo. Bien sûr qu’il n’allait pas être le seul, le monde était trop grand pour ça… Sa tête s’inclina sur le côté, intrigué par le mot utilisé pour décrire l’ancien peuple du Cyclope, jusqu’à ce qu’il finisse par comprendre qu’il parlait de leur religion, et il dû fermer les yeux quelques secondes. Sa propre expérience avec le catholicisme n’avait pas été bien agréable, et les premières influences du monde extérieur, bien que l’ayant au final fait grandir bien plus qu’il n’aurait pu l’imaginer, avaient d’abord commencé par l’écraser sans lui laisser la chance de se relever. Mais il comprenait, et il avait une assez bonne idée du reste de l’histoire pour savoir ce qui s’était passé par la suite pour le Spectre.
Bien sûr que tout ça le concernait, maintenant ; quand les dieux finissaient par daigner accorder leur attention à un mortel, ils pouvaient être très persistants. Les épaules du petit être se soulevèrent dans un autre ricanement quand le vieillard lui expliqua son ancien manque de connaissance des affaires éveillées, mais c’était autant par amusement que par ironie. Comme s’il en savait plus maintenant! Comme si n’importe qui savait plus que juste « vaguement »!

Mais il n’allait pas lui faire la leçon maintenant : le but était de passer le temps, pas de se disputer. Mieux valait répondre à sa question. Ntikuma prit d’abord quelques secondes pour bien réfléchir, ne souhaitant pas mettre le peuple du Nord dans l’embarras —déjà que leur réputation hors du royaume était peu glorieuse— ou même que ses intentions soient mal interprétées, mais il conclut qu’il n’y avait rien à craindre. La réponse fut un peu plus longue à écrire, mais même sur papier les derniers mots avaient quelques teintes de reproches.

« C’était un pèlerinage, pour apprendre leurs histoires. Personne ne pouvait me parler d’eux, mais ils m’ont appris beaucoup de chose et maintenant, je crois qu’ils m’aiment bien. Je ne pouvais pas me contenter de juste les connaître vaguement. »

Et plutôt que de se conforter dans son ignorance, il était parti chercher cette connaissance, quitte à prendre quelques risques. D’accord, plusieurs risques, le coup de la torche était exagéré et l’errance dans le froid polaire lui avait fait très peur, sans parler du sauvetage des naufragés… Mais pour ce qu’il avait réussi à accomplir, il fallait croire que ça en avait valu la peine.
Dans un élan d’enthousiasme, le conteur leva les mains. Des runes bleues se mirent à flotter devant lui, mais avant qu’il ne puisse expliquer ce qu’il avait appris à Xing Huo, une violente secousse le fit sursauter. Lou se leva aussi violemment de son siège, alors que Matsuda se dépêchait de s’attacher.

-HÉ! Ça va pas?!

-On descend, attachez-vous.

-Bon sang, que quelqu’un apprenne à ce type à piloter!

Pendant que le Japonais calmait son collègue, le petit être se remit de sa peur et entreprit de s’attacher, puis se remit à écrire d’une main fébrile. La conversation aux allures philosophiques avait déjà disparu de son esprit : maintenant, autre chose l’intéressait.

« Vous avez beaucoup voyagé? »

Suivi de plusieurs signes, pour demander s’il avait vu tel ou tel pays, allant même jusqu’à reproduire quelques monuments historiques avec son cosmos, et même des animaux, jusqu’à ce qu’il se rappelle que tout ça faisait bien plus qu’une seule question. Baissant les yeux, il invita le Spectre à poser sa prochaine question en s’excusant.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
24.09.18 22:35
Ntikuma s'était rendu dans un endroit aussi inhospitalier qu'Asgard par simple curiosité ? Le philippin ne savait pas s'il devait considérer cela comme une preuve de courage ou d'inconscience – même les éveillés avaient leurs limites après tout – mais c'était en tout cas une preuve supplémentaire de l'excentricité du personnage. Et apparemment cela s'était mieux passé pour lui que pour les derniers Spectres qui avaient tenté de s'immiscer dans les bonnes grâces des Guerriers Divins.

« Faut avoir des tripes. » dit-il finalement, choisissant l'interprétation la plus charitable avant que le petit être ne se mette à lui raconter ce qu'il avait appris lors de son épopée ; il se pencha vers le spectacle de lumières avec grand intérêt mais ce fut hélas le moment que choisit l'avion pour entamer sa descente, au grand dam des forgerons. Le temps que tout le monde se ressaisisse, s'attache et qu'une volée de récriminations bien senties soit adressée au pilote – davantage pour son sens du timing que pour sa brusquerie dans le cas du Cyclope –, le conteur volubile était déjà passé à autre chose. Bien dommage, le Spectre aurait apprécié de voir son commanditaire illustrer quelques légendes nordiques... la prochaine fois peut-être.

« Euh... ralentissez un peu, je vois pas ce que vous essayez de me montrer ! » demanda-t-il alors que l'encapé le questionnait au sujet de ses voyages, faisant défiler les images de plus en plus vite, tant et si bien qu'il n'arrivait pas à se concentrer sur l'une d'entre elles avant que la suivante ne lui succède. « Et oui j'ai beaucoup voyagé, c'est ça qui est pratique avec les Surplis, on peut aller où on veut ou presque quand on a du temps libre. »

Ce qui n'arrivait pas si souvent ces temps-ci, raison de plus pour en profiter au maximum. L'Araignée ayant ralenti la cadence, Xing Huo put pointer les monuments qu'il avait déjà aperçu. Il les visitait rarement, d'abord parce que ce n'était pas son truc et ensuite parce qu'on lui avait expliqué que ces endroits étaient surveillés à cause des mesures antiterrorisme et qu'il valait donc mieux que personne ne voie un vieillard apparaissant aux quatre coins du monde sans que les douanes ou l'immigration n'aient jamais de trace de son entrée dans ces pays. Quant aux animaux, il avait plus de chance de les croiser dans des zoos car il ne s'aventurait pas souvent en-dehors des aires urbaines pour aller batifoler dans la jungle ou la savane. Il s'efforça tout de même de mieux présenter la chose et énuméra donc en comptant sur ses doigts tous les pays où il s'était rendu sans faire de différence entre ceux qu'il avait visité pour le plaisir et ceux où il était allé faire son travail. Mesure de sécurité basique, même s'il ne pensait pas que son interlocuteur irait répéter ses confidences à n'importe qui.

« Alors j'ai été aux États-Unis, aux Philippines, en France, en Grèce, en Chine, au Maroc, au Mexique, en Israël, en Turquie, en Espagne, en Allemagne, en Égypte, en Géorgie, en Italie, au Royaume-Uni, en Colombie, en Pologne, en Afrique du Sud, en Inde... et maintenant au Canada, c'est gentil à vous de m'aider à compléter ma liste ! Enfin, je vous avoue que ce sont moins les monuments qui m'intéressent que la nourriture... » – et l'alcool, s'abstint-il d'ajouter. « Je fais un tour du monde gastronomique en fait ; je ramène même des petits souvenirs aux autres s'ils sont sages. »

Le temps qu'il réponde, l'aéronef était repassé en-dessous de la couverture nuageuse et commençait à s'aligner avant l'atterrissage. Ils arriveraient à destination d'ici quelques minutes et il faudrait alors retourner aux affaires sérieuses ; il n'avait plus de temps que pour une dernière question.

« Et vous, vous êtes allé où ? Me dites pas que vous êtes allé faire le tour des factions divines quand même, c'était déjà assez gonflé de tenter le coup avec les Ases ! »

Les roues de l'appareil heurtèrent le sol, secouant la cabine sans pour autant empêcher l'ancêtre de ricaner. Personne ne pouvait être si téméraire, pas même le petit forgeron rouge !
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
01.10.18 16:59
Les images montrées par Ntikuma pour mieux visualiser les voyages de Xing Huo commencèrent à montrer des endroits de plus en plus obscurs jusqu'à ce qu'il finisse par être à court d'idée et qu'il devint évident que le Spectre ne reconnaissait pas ce qu'il lui montrait. Une grande partie des noms de pays que ce dernier énuméra ne lui disait rien, et il ne se souvenait pas assez bien de la carte du monde que ses collègues lui avaient montré pour en faire une reproduction correcte, quelque chose à arranger dès qu'ils rentreraient tous à la maison, il allait donc devoir se contenter d'imaginer. Même la mention de nourriture ne lui donna beaucoup d'idées pour relancer la conversation, à part quelques spécialités "locales" et des gaufres... dès que possible il allait devoir s'y mettre aussi. Si les différentes cultures du monde ne lui paraissaient pas déjà assez différentes comme ça...

Le Cyclope lui renvoya la question, et seule sa moquerie qui se voulait sans doute rhétorique empêcha l'ingénu de simplement hausser les épaules sans répondre. Ça, il valait mieux qu'il le sache : après tout, quoi de mieux que "l'impossible" pour faire réfléchir un peu? Après s'être bien accroché aux accoudoirs de son siège dans une tentative vaine de rendre l'atterissage moins brutal, le petit être hocha doucement la tête pour répondre à l'affirmative. Enfin, il avait visité des factions divines, mais difficile de dire s'il les avait toute vues. Probablement pas... Sa tête s'inclina sous le coup de l'interrogation, puis il tendit les mains devant lui. Une rune asgardienne apparut au dessus de ses paumes —le nom d'une divinité, mais laquelle exactement?— puis se déforma jusqu'à prendre l'apparence d'une chouette majestueuse, qui a son tour fondit pour devenir un trident. Des symboles qui ne laissaient pas beaucoup de place à l'imagination...

L'Ashanti observa calmement la réaction du vieillard, préparant déjà quelques réponses. Pourquoi faire ça? Il y avait déjà répondu. Est-ce qu'il n'avait pas peur de s'aventurer comme ça, seul, en territoire ennemi? Pas vraiment, non, le but était justement de ne pas se présenter en ennemi... Et il ne fallait pas avoir peur de l'inconnu, Ntikuma avait déjà trop fait cette erreur et ne souhaitait pas en payer le prix à nouveau.

Détournant le regard, la figure masquée se désintéressa de la surprise de son partenaire et se leva de son siège pour rejoindre son armure et la soulever péniblement, menaçant de perdre l'équilibre quand il la chargea sur son dos. Une étincelle de cosmos et les pattes de l'Araignée se refermèrent autour de son corps, l'empêchant de retomber, et son porteur se dirigea vers la sortie, suivi de Matsuda et Lou qui attendirent le Spectre en lui lançant un regard entendu.

-Ouais, ça nous a fait un choc aussi quand il nous l'a dit. Il est spécial le p'tit, aller faire coucou juste sous le nez des dieux ça lui fait rien, mais quand il a appris que y avait des métropoles en Afrique il a faillit tomber en dépression.

-C'est vrai, il était misérable quand on l'a retrouvé...

L'asiatique marmonna sans grande émotion, se souvenant plus de la colère qui avait suivi cette découverte que de la pitié ressentie envers le petit chef. Surtout après ce qui venait d'arriver avec Reagan, Matsuda aimait de moins en moins les mystérieuses décisions que pouvait prendre Ntikuma, mais n'en dit rien pour ne pas recommencer à se disputer.

Ils sortirent enfin de l'avion pour être accueilli par un soleil éclatant. Ntikuma s'était déjà aventuré plus loin, observant les alentours en savourant l'air frais de la ville bien plus ancienne qu'elle n'en avait l'air, il pouvait déjà le sentir. Il courut rejoindre les trois autres, pendant que le Japonais sortait une carte de son immense sac de voyage pour voir où débuter leurs recherches.

-Voyons voir... entre ici et la côte, on a deux hôtels et trois hôpitaux, en espérant qu'ils aient pas envoyé tout ce beau monde encore plus loin. Avec un peu de chance on aura encore des représentants de la garde côtière sur place, sinon faudra faire quelques allés-retours. Ntikuma, vous ressentez quelque chose?

Le petit être resta immobile, ce qui fit craindre à Matsuda qu'il ne trouve rien, puis hocha soudainement la tête avec énergie en pointant la route non loin d'eux. Bien, ça confirmait qu'il ne disait pas n'importe quoi, le premier hôtel était bel et bien dans cette direction et le Japonais ne croyait pas son chef capable de lire une carte. Enfin, pour ce qu'il en savait...
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
04.10.18 14:00
À chaque fois qu'il pensait être arrivé au bout de ses surprises, le petit bonhomme en remettait une couche. La mâchoire de l'ancêtre se décrocha en voyant son interlocuteur répondre par l'affirmative à sa plaisanterie, puis en détaillant les étapes de son périple. Asgard, le Sanctuaire et l'Atlantide ? Incroyable... Il s'abstint cette fois de demander s'il avait révélé aux membres de chacune de ces factions qu'il était allé jouer les touristes chez leurs ennemis – quoique, pouvait-on encore parler d'inimitié vu le laxisme des Saints concernant les Marinas ? – de peur que la prochaine intervention du forgeron ne provoque une crise cardiaque. Les chevaliers n'étant pas tous des brutes sans cervelle, il pouvait comprendre qu'ils se soient retenus de brutaliser quelqu'un qui ne prenait pas part à leurs querelles et se contentait de visiter les différents camps tour à tour – l'incongruité d'une telle démarche expliquait sans doute une bonne partie de ce comportement – mais tout de même...

Le choc fut tel qu'il en oublia de se lever de son siège lorsque l'appareil s'arrêta ; il fallut que Lou et Matsuda s'adressent à lui pour le ramener à la réalité.

« Des métropoles en Afrique ? Qu'est-ce que... » demanda-t-il, hébété, avant de quitter enfin sa place et de se saisir de ses affaires pour ensuite sortir de l'avion. « Vous savez quoi, mon cerveau me fait déjà assez mal comme ça, on verra ça plus tard. On a du boulot qui nous attend. »

Ah, qu'il était bon de se dégourdir les jambes et de respirer de nouveau le grand air après avoir passé des heures coincé dans un cylindre de métal ! Le vieillard s'étira dans une série de craquements des plus satisfaisants puis se pencha sur la carte du nippon, regrettant un peu qu'aucune de leurs factions n'ait d'agents dans cette ville. Cela aurait considérablement accéléré leurs recherches, les sbires de Thanatos avaient déjà dû identifier leurs cibles à New York à l'heure actuelle... enfin, c'était toujours mieux que rien.

« Cinq lieux à visiter ? » confirma le Spectre en écoutant Matsuda. « Ça va, ça pourrait être pire. Si le temps presse vraiment on pourra toujours se séparer en deux groupes pour couvrir plus de terrain et garder le contact par téléphone. L'un de vous deux irait avec Ntikuma, l'autre avec moi. En cas de pépin sérieux le petit n'aura qu'à enflammer son cosmos ; vu la distance je pourrais être à ses côtés en moins d'une seconde. »

En parlant de l'être masqué, voici qu'il se mettait à se comporter comme une boussole vivante après que son subordonné ait décidé de le mettre à contribution. Il pouvait retrouver la trace de ses créations donc, voilà qui était pratique. Il y avait juste un petit détail à régler.

« Excusez-moi mais vous comptez vraiment y aller comme ça ? » interrogea le Cyclope en pointant l'araignée métallique sur le dos de son commanditaire. « Les Chevaliers Noirs n'ont peut-être pas la réputation des Spectres ou des Marinas mais je ne sais pas si les gens ici sauront faire la différence, ils risquent de paniquer. »

Sans parler du risque que la présence de l'Ashanti ne remonte aux oreilles de la Confrérie Noire, qu'il souhaitait explicitement éviter d'impliquer dans son histoire. C'était pour ça qu'on utilisait une Pandora Box, c'était quand même plus discret une fois enveloppée.

La décision restait cependant entre les mains de Ntikuma : c'était lui le patron, Xing Huo pouvait pointer un problème mais aucunement le forcer à agir d'une façon ou d'une autre. Il ne restait plus qu'à se mettre en route, quel que soit son choix. Leur première étape était toute proche de l'aéroport s'il se fiait à la carte de Matsuda, ils pourraient s'y rendre à pied ; pour les autres, il faudrait prendre un taxi ou les transports en commun si les Chevaliers Noirs n'avaient pas déjà prévu de se procurer un autre moyen de locomotion.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
05.10.18 4:06
Lou ricana en voyant leur compagnon Spectre aussi désemparé, là où Matsuda se contenta de hocher la tête avec de grands yeux complices de la misère. Ils ne s'y étaient pas attendu non plus, et ils se doutaient bien qu'ils n'étaient pas au bout de leur surprise, mais s'en inquiéter ne menait à rien : force était d'admettre que Ntikuma, contre toute attente, s'en sortait très bien, et il semblait penser que ça leur profiterait à eux aussi à l'avenir. La promesse de meilleures relations avec les autres factions n'était pas rien —ils ne détestaient pas du tout cette mission avec le Cyclope, qui les traitait très bien— mais leur relation à l'interne menaçait de devenir bien dangereuse si leur petit chef ne faisait pas quelque chose, et vite.

À la proposition de se séparer pour accélérer les recherches, les forgerons se consultèrent brièvement avant de hocher la tête. Non pas que le temps leur manquait, du moins ils ne le pensaient pas, mais la figure rouge avait la mauvaise habitude de se faire repérer bien vite et il valait donc mieux se déplacer rapidement, encore mieux s'il n'était pas trop vu avec une figure inconnue. Quant aux équipes, ce fut réglé tout aussi vite : Matsuda resterait avec Ntikuma pour servir d'interprète et Lou irait avec Xing Huo, ça lui ferait du bien de se tenir avec quelqu'un de son âge... Mais si les deux alchimistes étaient bien d'accord avec le Cyclope quant au port de l'armure noire, l'Ashanti ne le vit pas de cette manière. Après quelques secondes de réflexion silencieuse, le petit être répliqua avec quelques signes qui firent soupirer le Japonais.

-Bien sûr. Il dit que s'ils savent pas, ce sera une bonne occasion pour leur apprendre.

L'exaspération dans la voix de Matsuda fit sursauter le Black Knight, qui recommença à gesticuler maladroitement pour expliquer que ce n'était pas une menace, les gens n'avaient rien à craindre de lui et ce n'était en se cachant qu'il allait changer leur perception. Sans répondre, l'asiatique lui suggéra plutôt de se mettre en marche, ce que le petit être accepta docilement, et Lou attendit qu'il soit suffisamment loin pour se pincer l'arrête du nez. Pas qu'il était entièrement d'accord avec la façon de faire de Ntikuma, mais la colère de Matsuda risquait tout autant de les mettre dans le pétrin...

-Excusez-le, on a quelques problèmes internes à régler... Et inquiétez-vous pas pour l'armure, c'est bien le dernier truc que tout le monde remarque. Bon, moi je dis on se commande un taxi, mes genoux sont plus ce qu'ils étaient et les deux jeunots vont prendre trop de temps à rejoindre la côte à pied!

Cela fait, le bourru pu réfléchir un peu plus sur la suite des choses pour lui et ses compagnons, surtout depuis que l'Ordre Noir avait choisi de revenir dans leur vie. Éveillés ou non, Reagan et Ntikuma étaient bien difficile à cerner et il était impossible de prédire ce qu'ils comptaient faire, ce qui était presque aussi dangereux pour l'un que pour l'autre. Et Lou avait de plus en plus envie de demander conseil, mais il craignait d'en dire trop. Il finit néanmoins par céder, tout en choisissant ses mots avec soin.

-Dites... Comment vous gérez ça par chez vous les chevaliers... euh... qui s'intègrent pas bien avec les autres chevaliers? Parce que si vous le saviez pas, sur l'île c'est pas des enfants de chœur, et le p'tit il peut bien être sympa, mais il ferait pas de mal à une mouche et à un moment ça lui apportera pas que du respect.

Et le voilà qui s'inquiétait encore pour le petit Africain. Lou balaya cette idée en fronçant les sourcils, puis poursuivit ses explications. Il avait déjà été innocent, lui aussi, avant d'arriver sur Death Queen Island, mais ça n'avait pas duré...

-Le truc c'est que ça va finir par nous retomber dessus à nous aussi, pour ça que Matsuda est aussi énervé. Et le chef il a beau vouloir nous protéger, y a de quoi se demander comment il va faire pour y arriver...

...

-Vous savez ce qui va arriver si Reagan nous retrouve? Vous réalisez ce qui pourrait arriver à tous ces gens?

La silhouette rouge ne se retourna pas, continuant sa route sans regarder Matsuda. Ce dernier n'allait toutefois pas laisser l'occasion d'enfin parler sans être interrompu passer sans rien faire.

-Vous leur apprendrez rien! Bon sang, vous allez faire quoi, leur dire que oui on est tous des gentils et après rester planté là à regarder les gens comme Reagan tout gâcher?! Il va se passer quoi, quand il s’en prendra à nous? Vous allez faire quoi?

Toujours pas de réponse. La figure rouge se força à ne pas ralentir, lançant à peine un coup d’œil nerveux derrière elle en craignant ce qu’elle verrait. Qu’est-ce qu’elle était supposée répondre?
Résigné, l’Ashanti ne se contenta que d’un haussement d’épaule las en secouant la tête. Il ne savait pas, voilà. Il n’aurait pas le choix que de trouver, mais ce n’était pas pour tout de suite…

Ils arrivèrent enfin au premier lieu sur leur liste, l’hôtel, et s’engouffrèrent dans les longs corridors de portes numérotées. Le Japonais cogna à la première porte que lui pointa le petit encapé et ils attendirent avec nervosité jusqu’à ce qu’un homme dans la cinquantaine, aux cheveux striés de gris et à la mâchoire carrée leur ouvre la porte. Ses yeux se posèrent tout de suite sur l’encapé et ses épaules s’affaissèrent.

-Vous…

-Vous parlez anglais?

-Oui, oui…

-Parfait. Je m’appelle Matsuda, et vous connaissez déjà mon patron, Ntikuma. Est-ce qu’on pourrait vous parler cinq minutes?
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
10.10.18 10:23
Les épaules du philippin s'affaissèrent lorsque Matsuda répéta les arguments de Ntikuma. Il émit un long soupir défait tandis que les jeunots – du moins il pensait que le petit être rouge en était un – s'éloignaient pour les laisser entre vieux croulants.

« Il pourra pas dire... euh, mimer que je l'avais pas averti. Je décline toute responsabilité en cas de problème. » prévint Xing Huo en se mettant en marche. Quelle était la législation canadienne en matière de port du masque sur la voie publique d'ailleurs ? Il savait que c'était interdit dans certains pays mais il n'avait aucune idée des règles en vigueur ici. Il aurait peut-être dû s'informer davantage... Bah, tant pis, le forgeron n'aurait qu'à brûler son cosmos pour le faire revenir à ses côtés s'il se faisait embêter par la police ou les vigiles de l'hôtel.

Les deux hommes traversèrent l'aéroport jusqu'à l'endroit où attendaient les taxis, le Spectre ayant accepté la suggestion de son compagnon de route. Ce faisant, ce dernier souleva un point intéressant puisqu'il concernait la sécurité du conteur. Malheureusement, ce que l’Étoile Terrestre aurait à répondre ne lui serait pas d'une grande aide.

« Comment on fait chez nous ? Ben... le truc c'est qu'on a une hiérarchie très stricte. Si quelqu'un fait chier ses petits camarades plus que de raison les supérieurs interviennent et personne ne veut ça, surtout si le supérieur en question est un Juge ou pire, le Seigneur Thanatos Lui-même. On a pas très envie de découvrir à quoi ressemble la colère de Sa Seigneurie si on Le force à venir nous gronder comme des gosses qui se chamaillent, vous comprenez ? On ne peut même pas s'enfuir pour échapper aux conséquences de nos actes puisque nous sommes en majorité des ressuscités dont la vie dépend du bon plaisir de nos Maîtres et que nos armures ont une âme, ça aussi ça fait des merveilles côté discipline. »

Nouveau soupir, embarrassé cette fois et accompagné d'un grattement de tête gêné.

« Désolé, ça vous aide pas. Vous avez ni Dieux ni chaîne de commandement ni armures vivantes pour vous fliquer 24 heures sur 24, ça s'applique pas vraiment à votre situation. Je sais pas... y'a pas un gros poisson à Death Queen Island qui vous aime bien et qui pourrait vous prendre sous sa protection pour que les autres se tiennent tranquilles ? »

Contrarié de ne pas avoir pu se rendre plus utile à ses commanditaires – et d'apprendre que ceux-ci étaient apparemment menacés du fait-même du pacifisme de leur patron – il prit place plus brutalement que nécessaire à l'arrière du taxi qui accepta de les emmener jusqu'à l'hôpital le plus proche. Il s'excusa platement en voyant le regard interloqué du conducteur et passa le reste du voyage à retourner son sac à la recherche de faux papiers officiels pour l'assister dans son plan, car on n'entrait pas exactement dans un hôpital comme dans un moulin.

Une fois déposé à destination, le duo d'ancêtres marcha jusqu'à l'accueil où le Cyclope se présenta – documents contrefaits à l'appui – comme agent d'une compagnie d'assurance cherchant à s'adresser aux victimes du naufrage. Ce que son baratin ne lui permit pas d'obtenir de la part de l'agent d'accueil, il en fit l'acquisition à l'aide Fées conjurées en cachette et de brèves utilisations de sa vitesse extrême aux moments où personne ne le regardait. Il parvint ainsi à photographier la liste des patients auxquels il devait parler ; n'ayant toujours pas l'autorisation d'accéder à toutes les personnes de ladite liste, il en profita pour faire la preuve de ses talents d'infiltration en abusant de ses permissions limitées, de ses pouvoirs et de ses talents d'infiltration pour pénétrer dans les parties interdites de l'hôpital en évitant caméras de sécurité et membres du personnel, Lou sur ses talons. La présence du vieux forgeron compliquait l'exercice mais ce n'était pas forcément un mal, il s'amusait comme un petit fou.

Ils furent récompensés de leurs efforts lorsqu'ils arrivèrent enfin devant la chambre de la première personne de leur liste. Xing Huo toqua à la porte, attendit que la personne à l'intérieur lui réponde d'entrer et se retrouva dans une pièce où attendait une femme d'âge moyen lisant un magazine, l'air de s'ennuyer à mourir sur son lit d'hôpital.

« Bonjour, madame Bouchard. »

« Vous n'êtes pas l'infirmière. »

Bonne observation, le Spectre n'avait effectivement rien d'une infirmière.

« Non, en effet. Nous sommes venus vous parler de ce qu'il s'est passé sur le bateau... »

La réaction initiale fut une poussée d'inquiétude mais avec l'aide de Lou, ils parvinrent bon an mal an à lui faire comprendre qu'ils n'étaient pas venus lui causer des problèmes, au contraire même, ils venaient les résoudre. Il fallut lui expliquer que quelque chose n'allait pas avec l'argent remis par Ntikuma sans pour autant révéler le pot aux roses, confirmer qu'elle l'avait encore intégralement en sa possession – c'était heureusement le cas, les médecins la gardaient en observation et elle n'était pas encore sortie de l'hôpital – puis la convaincre de leur donner les billets. Ses réticences s'envolèrent lorsque le philippin dégaina son portable et s'en servit pour lui faire un virement correspondant au double de la somme dont elle se séparerait, pour le dérangement. L'affaire fut pliée en quelques minutes et ils ressortirent victorieux de la chambre, l'argent bien caché, parés à passer à la suivante.

« Allez, plus que sept arrêts ici ! Et sans Ntikuma pour nous servir de guide, s'il vous plaît ! » se rengorgea l'asiatique, fier d'avoir accompli ce premier objectif sans avoir à compter sur l'assistance de son commanditaire.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 459
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
17.10.18 3:16
Le premier échange fut plus difficile, le temps que Matsuda et Ntikuma ne s’habituent au processus, mais chaque nouvelle discussion avec les naufragés était de plus en plus facile, jusqu’à ce que le Japonais soit capable de les aborder tout naturellement. Son chef restait en retrait, son mutisme l’empêchant de participer, et il sentait que l’indépendance faisait du bien à son compagnon asiatique. Après leur dispute, peut-être était-ce mieux comme ça, mais l’Ashanti ne ressentait qu’un vague malaise à l’idée de s’acheter cette paix pour quelques moments plutôt que de trouver une véritable solution. Le pire était que Matsuda ne semblait pas vouloir voir ce regret, juste s’insurger de ce qu’il ne pouvait pas faire…

-Bon, on a tout le monde. On passe à l’hôpital.

Non, ça n’allait pas fonctionner. Il fallait au moins essayer quelque chose! Comment faire, surtout face à Reagan, pour que personne ne se sentent autant menacé et surexploité? Le petit être fronça les sourcils, peut-être que ce ne serait pas si compliqué que ça. Il fallait juste espérer qu’il ait la force pour y arriver. Pendant qu’ils marchaient le long du fleuve, l’africain se rua vers son partenaire et tira sa manche pour attirer son attention.

-Quoi?

Ses gestes étaient maladroits, il dut en répéter plusieurs pour être bien compris, mais Matsuda le laissa faire sans dire un mot, peu impressionné. Le plan de Ntikuma était donc… de réclamer un paiement en échange de leurs services? C’était ça, son grand plan? Mais il fallait l’admettre, si ça voulait dire qu’il tiendrait tête à l’Oiseau du Paradis, ce n’était pas rien. Que le petit chef accepte de tenir tête à quelqu’un non plus, même si c’était au final plutôt mou.

-OK. Et c’est supposé tout régler?

Cette fois, il eut droit à un haussement d’épaule exaspéré pour lui avouer qu’il ne savait pas. Ils arrivèrent à l’hôpital, se glissèrent vers la cage d’escalier et commencèrent à déambuler dans les chambres, à la recherche du faux argent.

-Bon, c’est con, mais au moins vous avez une idée. Mais je vous préviens : si ça fonctionne pas, on revient à la mienne.

Ntikuma s’immobilisa, et Matsuda pouvait jurer qu’il tremblait. Peu importe, si c’était ce qu’il fallait pour le forcer à agir. Après quelques secondes dans ce silence de malaise, la petite figure hocha la tête, résignée. Ça n’en arriverait pas là, elle pouvait au moins se promettre ça. Si tout se passait bien, ça n’aurait jamais besoin d’arriver. Et le Japonais serait enfin content... Ce dernier finit même par sourire avec arrogance.

-Bien! On peut continuer notre boulot.



-Haha! Et c’était probablement plus vite aussi!

Lou était de bonne humeur : tout s’était passé à la perfection, de façon directe et sans grandes complications, et surtout dans le calme. Même après sa réponse plus déprimante aux questions de Xing Huo plus tôt, lui ayant avoué avec une mine sombre que « les gros poissons savent même pas qu’on existe », quelques bonnes minutes de conversation plus constructive avait su lui rendre le sourire. Et bien qu’il refuse de l’admettre, la curiosité ingénue de Ntikuma avait fini par déteindre sur lui, et il avait passé tout le voyage à poser des questions à son interlocuteur infernal, puis à répondre aux siennes en retour, bien qu’il n’ait rien de bien intéressant à raconter.

-Parlant de guide… hé, vous en avez mis du temps!

Le Japonais et l’Ashanti les rejoignirent devant le dernier hôpital, le dernier traînant un énorme sac à dos rempli à craquer. Tous les deux semblaient éreintés et jetaient des coups d’œil partout autour d’eux à la recherche d’un banc où s’asseoir.

-On a failli se faire chopper, y avait un sale petit réceptionniste zélé qui nous a demandé ce qu’on faisait à l’hôtel! Y a fallu que je lui fasse croire que Ntikuma était une sorte de prince arabe pour faire une distraction, le temps qu’il appelle la sécurité on était déjà partis.

-Wow. On va devoir se souvenir de ce truc-là, c’est bien.

Les deux forgerons ignorèrent les trépignassions de leur petit chef qui n’était pas du tout amusé par cette fausse identité et encore moins par la fausse nationalité qui lui avait été donnée. Au moins, quand c’était arrivé, son indignation avait su facilement passer pour un petit air hautain, et ses jeux de lumières avaient distrait la sécurité suffisamment longtemps pour permettre à Matsuda de terminer sa ronde. Par contre, il valait mieux se dépêcher de partir avant d’attirer encore plus l’attention.

-J’ai appelé le pilote, il nous attend. Désolé Ntikuma, mais faudra peut-être attendre un peu avant de revenir visiter.

Les épaules du petit être s’affaissèrent, et l’asiatique se dépêcha de le pousser vers le trottoir pour l’emmener vers le jet. Oh, ils oublieraient bien vite, ce n’est pas comme s’ils avaient fait quelque chose de mal, quelques articles dans les sections insolites des journaux et plus personne n’en parlerait. La prochaine fois, il ferait bien les choses à sa manière si ça lui chantait, mais pour la suite il faudrait être plus prudent…
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 244
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
20.10.18 19:04
Une fois en possession des billets marqués des résidus d'aura de Ntikuma, même les faibles aptitudes de traqueur cosmique de l’Étoile Terrestre lui permirent de se faire une idée approximative de la position de leurs prochaines cibles. Sans doute pas aussi fiable que ce que pouvait faire le créateur de cette monnaie contrefaite mais c'était déjà un avantage appréciable, un avantage qui simplifia considérablement la suite des opérations. Ils firent le tour de l'hôpital en continuant d'éviter les vigiles puis ressortirent pour prendre un deuxième taxi et continuer leur manège plus loin, dans un hôtel cette fois. Par acquis de conscience, demanda à chacun de leurs interlocuteurs successifs de leur parler le plus précisément possible des autres passagers, qu'ils aient été débarqués à Québec ou à New York, afin de s'assurer qu'ils n'oubliaient vraiment personne.

Sérieux, professionnalisme, exhaustivité, efficacité, tout ça, tout ça. Un tas de mots chers aux petits cœurs desséchés de tout ces parasites d'inspecteurs des travaux finis qui infestaient les entreprises de Thanatos et que le Spectre incognito avait été forcé d'écouter pour apprendre à véhiculer l'image de marque d'un Faucheur tout aussi incognito. Aussi barbantes que soient leurs leçons, il se surprenait à en apprécier le sens de l'organisation sous-jacent, maintenant qu'il était confronté aux conditions de travail des Chevaliers Noirs. Il tenta bien d'offrir quelques alternatives au forgeron déçu – « Ils devraient pas tarder à vous remarquer de toute façon, vu les pouvoirs du p'tit... sinon vous pouvez prendre contact vous-même. Ou trouver un accord avec nous ? Faudrait voir avec Sa Seigneurie et je sais pas si ça serait super bien reçu chez vous... » – mais il leur faudrait attendre de retrouver l'autre moitié de leur petit groupe pour prendre une décision.

Ce premier chapitre de leur mission s'acheva par la visite d'un second hôpital où se trouvaient cinq des personnes qu'ils recherchaient. Aucune difficulté de ce côté : ils récoltèrent ce qu'ils étaient venus chercher une chambre à la fois – les besoins des naufragés avaient apparemment été entièrement pris en charge par l'hôpital ainsi que par leurs familles et aucun d'eux ne s'était montré pressé de dépenser cet argent suspect – et en ressortirent pour trouver leurs coéquipiers essoufflés et visiblement au bord de la paranoïa sur le parvis.

« Hé, je vois qu'il s'est décidé à planquer son armure finalement ! » triompha le Cyclope en voyant l'énorme sac du conteur, presque plus volumineux que son porteur – la cape comprise. Il croisa les bras avec un grand sourire satisfait : « Je vous l'avais bien dit. »

Il ricana d'autant plus lorsque Matsuda fit part de leurs mésaventures, l'énervement de leur petit chaperon rouge ne faisant qu'ajouter à l'hilarité du récit. Deux résidents de Death Queen Island, dont un détenteur d'un pouvoir convoité des Dieux eux-mêmes, avaient failli se faire éjecter à cause d'un péon même pas éveillé. Si seulement il avait pu être là pour voir ça ! Et cette excuse, vraiment, c'était la cerise sur le gâteau !

« Krrr... héhé... BAHAHAHAHAHAH ! Et l'autre y a cru ? Faudra que je raconte ça à la gamine... » fit-il en essuyant une larme. Si la Mort pouvait assez aisément passer pour un prince arabe – à condition d'arriver à Le convaincre d'enfiler la tenue –, il avait du mal à croire que Ntikuma ait pu faire illusion ne serait-ce qu'une seconde entre son masque, ses gesticulations, la couleur de son étoffe et surtout le spectacle ô combien comique de cette montagne qui lui servait de sac. Ils avaient dû réussir au culot. Plus c'est gros, plus ça passe.

Enfin, péripéties ou non, ils avaient réussi cette partie de leur quête. Il était temps pour eux de rejoindre le pays voisin, où les collaborateurs du philippin avaient déjà dû bien préparer le terrain. Un dernier saut en taxi les ramena à l'aéroport et ils embarquèrent dans leur jet ; Xing Huo en profita pour faire passer ses listes de noms au nippon, histoire de vérifier qu'ils n'avaient manqué personne, puis ils mirent les gaz vers la Grosse Pomme. Avec un peu de chance, leur présence serait moins visible dans cette métropole cosmopolite et ils éviteraient une répétition de l'incident du réceptionniste trop curieux.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

La Prince elle a acheté quoi? [Part Two]