avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 449
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Sep - 17:32
Tout en marchant jusqu’à leur jet, les forgerons finirent de répondre aux questions de Xing Huo et se concertèrent pour choisir leur première destination. Leur nouvel ami Spectre semblait savoir de quoi il parlait, mieux valait suivre ses conseils et commencer par Québec… Ntikuma les laissa faire, leur faisant signe de continuer dès qu’ils se retournaient pour demander son avis. Ils s’y connaissaient mieux que lui, pourquoi toujours placer son opinion de novice avant la leur? La fierté du supérieur, sans doute…

Quand la silhouette de l’avion se dessina à l’horizon, de quelques signes, le muet offrit à Matsuda et Lou de leur conter son dernier voyage, et les deux subalternes hochèrent la tête à l’unisson, jetant des coups d’œil enthousiaste vers leur nouveau compagnon de voyage. Ils n’avaient vu ce genre de prestation qu’une fois, mais c’était assez pour avoir hâte à la prochaine. Leur ami ne savait pas ce qui l’attendait…

Enfin, ils arrivèrent devant l’avion. Les forgerons firent passer Xing Huo devant, puis Ntikuma, en leur donnant la tâche de rabaisser le plus de siège possible pour faire plus de place et fermer les hublots de toutes les fenêtres, pendant qu’ils allaient prévenir le pilote de ce qui allait se passer et l’aider à refermer correctement la porte de sa cabine pour ne pas le déconcentrer. Une fois cela fait, ils prirent place, et quelques secondes plus tard, le rugissement des moteurs guidait leur envolée vers les cieux. L’Araignée commençait à trépigner d’impatience, son cosmos se manifestant déjà sous forme de petites étincelles colorées, mais elle tint bon, se tenant bien droite sur son siège jusqu’à ce que le pilote leur annonce que c’était bon. La silhouette rouge se releva, le froissement de son manteau accompagnant chacun de ses pas, et prit place au milieu de l’avion. Le plus vieux lança au Spectre, d’un ton taquin :

-Tenez bon, il va être tranquille après.

-Roh l’autre! Vous allez voir, c’est quelque chose.

Un éclat attira l’attention : de petites étincelles blanches avaient commencé à flotter partout dans l’avion, se multipliant jusqu’à créer une véritable tempête lumineuse qui les empêchait tous de voir autre chose. Ntikuma, jouant son propre rôle, se mit à déambuler entre les sièges, perdu dans le blizzard, puis fit apparaître une forme sombre à ses côtés. Puis une autre. Pas assez de place pour recréer le bateau, ce serait un autre de ses petits secrets… Les deux subalternes n’avaient pas besoin d’expliquer ce qui se passait, la scène était suffisamment claire et même si elle ne l’était pas, c’était divertissant juste comme ça. Ils ne s’attendaient pas à la suite, cependant : regroupant les ombres derrière lui, l’Araignée leva les bras et rassembla la « neige » entre ses mains en une boule lumineuse. Un autre flash et le petit être tenait maintenant une longue bannière aux couleurs des aurores boréales, brodée d’une énorme araignée et protégeant les ombres devenues rougeâtres qui s’y accrochèrent sans attendre.

-Wow… c’est comme ça que vous les avez sauvé! Et après?

Après? D’un coup, les projections disparurent et Ntikuma regarda le Japonais en réfléchissant, en réalité il n’était pas trop sûr de ce qui s’était passé après —ou pendant, vraiment. Rien de bien grave, il aimait le penser, mais il en avait tout de même payé le prix cher au réveil. Pour répondre à la question de Matsuda, la silhouette rouge finit par se jeter par terre, sans aucun autre effet spectaculaire.

-… Vraiment?

Un haussement d’épaule sous la cape fut la seule réponse. À quoi d’autre s’attendait-il de plus. Un soupir de découragement et Matsuda lui fit signe de continuer, ce qu’il fit avec joie. De la même façon, il leur conta comment il s’était réveillé à Asgard, et tout ce qui avait suivi.

Depuis sa cabine, le pilote regretta de ne pas pouvoir regarder.



Lou n’avait pas tort : pour le reste du voyage, l’Ashanti fut beaucoup plus tranquille, regardant dehors en se balançant distraitement les pieds, assis juste à côté de Xing Huo. Ce n’est qu’après une bonne heure de voyage qu’il osa prendre le carnet offert par ce dernier et y gribouiller quelques mots.

« J’aimerais voir votre Surplis. »

Non pas qu’il doutait encore de son allégeance —trop tard pour ça, mais le conteur était simplement curieux. Il avait beau avoir plus d’expériences avec les armures noires, n’ayant pas eu la chance de voir les armures d’Athéna ou celles d’Asgard, mais l’armure de la Liche lui avait bien démontré que toutes les factions divines n’avaient pas les mêmes inspirations pour leurs protections. C’était très intéressant, surtout pour le forgeron d’une faction de mercenaire qui aurait peut-être, un jour, à offrir ses services à tous ces gens peu importe leur provenance.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 235
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Sep - 14:57
Le voyage se serait déroulé plus rapidement s'ils étaient passés par les Enfers mais le Cyclope n'avait pas confiance en sa capacité à se servir de ce mode de déplacement pour changer d'hémisphère avec trois personnes à sa charge. Ils prendraient donc un avion privé, même si certains de ses collègues les plus dogmatiques avaient plus d'une fois protesté le recours à ce moyen de transport par le passé, arguant qu'il était hypocrite de leur part d'adopter un comportement aussi peu écologique tout en faisant la leçon aux humains qui détruisaient la planète. Le philippin était trop occupé à faire les dernières mises au point avec les forgerons pour y réfléchir sérieusement cela dit.

Une fois ces détails réglés et le petit groupe arrivé sur le tarmac, il passa un appel en vitesse à l'un des Squelettes stationnés à New York, au sein de la compagnie de Thanatos : « Salut Mark, j'aurais besoin d'un coup de main. Un bateau est arrivé chez toi il y a peu, plein de rescapés d'un naufrage près d'Asgard. J'ai besoin de toutes les infos que tu peux m'obtenir sur ces gens, je te laisse faire ça comme tu veux. Si quelqu'un demande, on fait ça pour quelqu'un qui a rendu un grand service au big boss, d'accord ? »

Ayant passé commande, il embarqua dans l'appareil où les deux acolytes lui dirent d'aider leur supérieur à dégager de l'espace et à faire la pénombre dans la cabine. Curieuses instructions mais il les exécuta en se demandant ce qui rendait Ntikuma si fébrile tout à coup. Le petit être rouge débordait d'énergie, s'acquittant de sa part de la tâche avec un enthousiasme débordant. Il eut visiblement le plus grand mal à tenir en place et à se retenir de mettre du cosmos partout lors de la phase de décollage ; lorsque le pilote annonça qu'ils pouvaient enlever leurs ceintures, il bondit littéralement de son siège avant de s'installer au centre de l'attention.

Voyant la perplexité du Spectre, Lou et Matsuda y allèrent chacun de leur petit commentaire, ce qui ne l'aida en rien à y voir plus clair : « Après quoi, de quoi vous me parlez ? »

Il eut sa réponse lorsque le spectacle commença. Pas un son et lumières car ni les mots ni la musique n'étaient nécessaires : soudain plus expressive que le plus éloquent des hommes, la silhouette masquée conta son histoire en s'appuyant pour moitié sur un jeu d'ombres chinoises inversées et pour moitié sur l'imagination de son propre public. Il y eut bien une rupture au début, avant que Ntikuma ne trouve réellement son rythme, mais la suite... le sauvetage, la marche à travers la neige, le rude accueil puis l'hospitalité des fiers guerriers du Nord, les histoires dans l'histoire retranscrivant les légendes des scaldes, puis le départ et le retour à la civilisation... Xing Huo fut surpris de constater à quel point il s'était laissé absorber lorsque le spectacle s'acheva.

Il regretta que ça n'ait pas duré plus longtemps : il leur restait encore bien des heures à tuer, enfermés dans ce cylindre de métal traversant les cieux... et il aurait bien profité encore un peu de ce sentiment nostalgique, celui d'être revenu à une autre époque, une époque où il avait l'habitude de se réunir avec ses camarades le soir au coin du feu. Il s'entendait plutôt bien avec la plupart de ses collègues infernaux, passait volontiers son temps libre en leur compagnie mais ce n'était pas la même chose. Depuis combien de temps n'avait-il plus pris part à l'une de ces veillées ? Sa main se referma sur le foulard indélébilement taché de sang dans sa poche, un accessoire qui ne l'avait plus quitté depuis des années ; il se sentait soudain très vieux.

« Vous aviez raison, c'était quelque chose. » acquiesça-t-il en essayant de reprendre sa contenance. Il passa l'heure suivante à retravailler leur plan d'action et à participer aux conversations légères autour de lui, sans pour autant cesser de ruminer ses pensées, jusqu'à ce que son commanditaire intervienne à nouveau. Il voulait voir son armure ? Elle n'avait vraiment rien de spécial, le Surplis du Cyclope était très loin de faire partie des plus élégants ou des plus impressionnants mais bon, pourquoi pas...

« Si ça vous fait plaisir. » dit-il en appelant un filet de cosmos. Son ombre noircit, se transforma en portail vers l'Au-delà et revint à la normale après avoir déposé l'effigie protectrice à l’œil unique au milieu de la cabine. Un totem de métal tout en violet et rouge sombres d'où sortaient de nombreuses cornes et pointes recourbées ; son propriétaire n'avait lui-même jamais compris l'utilité de toutes ces protubérances qui avaient plus d'une fois failli éborgner quelqu'un à la suite d'un mouvement imprudent. Il doutait de leur efficacité en combat réel et côté intimidation... ce n'était que la cuirasse d'une Étoile Terrestre, ça ne ferait jamais peur à un chevalier d'Or. L'ancêtre se gratta l'arrière du crâne, embarrassé même s'il ne savait pas vraiment pourquoi. « Bon ben voilà, c'est le Surplis du Cyclope. Et la vôtre d'armure, elle est où au fait ? Vous l'avez mise dans la soute ? »

Plus important, est-ce qu'il pourrait soutirer une autre histoire au conteur maintenant qu'il lui avait montré sa véritable tenue de combat ?
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 449
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Sep - 3:48
Le petit être observa avec attention l'invocation du Surplis, puis s'approcha de l'armure infernale une fois celle-ci matérialisée. Il pouvait voir quelques similitudes avec le Surplis de la Liche, appartenance à la même faction obligée, mais il y avait bien quelque chose de différent. Ntikuma pouvait sentir l’aura de la protection divine, faible mais bien distinctive de celle de son porteur, et son agressivité le fit frissonner. En s’accroupissant, il posa le bout de ses doigts contre le métal rouge, comme s’il avait peur qu’il ne le brûle, et examina chaque petit détail de l’armure avec un intérêt presque craintif. C’était un bien étrange travail… si peu raffiné, et pourtant martelée de mauvais sentiments… mais à quoi d’autre pouvait-il s’attendre? Bien peu d’armures sont vraiment créées dans un but noble, bien que plusieurs prétendent le contraire… Au moins Xing Huo ne dégageait pas cette même violence —pas, encore, du moins, mais ce n’était pas pour le rassurer. Une telle charge à porter ne pourrait que le briser…

Le forgeron secoua la tête, laissant échapper un court soupir, puis se redressa avec plus d’enthousiasme quand Xing Huo lui demanda où se trouvait son armure. Non, pas dans la soute, ça l’inquiéterait de la savoir aussi loin, aussi se dépêcha-t-il de se diriger vers l’arrière de l’avion, où la sombre Araignée avait été déposée sur un siège dans un équilibre plutôt précaire. Il se dépêcha de la charger sur son dos pour la ramener devant le Cyclope, la déposant avec délicatesse devant le Surplis. Taille obligée, l’Araignée semblait vouloir se recroqueviller devant l’armure rouge, et même les quelques lames et pieux ne savait lui donner ce petit côté intimidant. Difficile de la voir autrement en sachant à qui elle appartenait.

-Mais qu’est-ce que vous faites?

Matsuda venait de se retourner en entendant son petit chef faire du grabuge, allant même jusqu’à faire ouvrir un œil à Lou qui profitait de la présence de leur nouveau collègue Spectre pour se reposer un peu. En voyant que les deux éveillés ne faisaient que discuter, ils se calmèrent, prenant même le temps d’y jeter quelques coups d’œil curieux.

-Tiens, je croyais que les Surplis étaient tous violets.

-Ah oui, tu as dû en voir tellement, des Surplis.

-Et toi?

Le vieillard grommela une réponse et ferma les yeux. Le Japonais haussa les épaules avec indifférence et reporta son attention sur un livre, laissant leur chef fauteur de troubles et son allié tranquille. Ntikuma grimpa sur son siège, mais sans parvenir à simplement attendre la fin du voyage. Il retournait le carnet entre ses doigts avec fébrilité, regardant le Cyclope sans oser écrire quoi que ce soit, surtout parce qu’il craignait sa réaction. C’est que c’était indiscret… oh, et puis tant pis, il était plus que temps qu’il arrive à prendre sa place parmi les autres. Se mordillant la lèvre, la figure rouge gribouilla quelques mots, puis tendit la feuille à Xing Huo sans le regarder dans les yeux.

« Si vous êtes un Spectre, est-ce que ça veut dire que vous êtes mort? »

Malgré ses voyages et les histoires de ses collègues, les connaissances de Ntikuma sur les autres camps étaient bien limitées, et certaines choses lui échappaient toujours. Après tout, les limites du possible étaient bien difficiles à définir, quand le divin était en jeu…
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 235
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Sep - 22:02
Personne n'avait jamais observé son armure avec autant d'attention, pas même le philippin qui en était pourtant le propriétaire. Voir la silhouette masquée l'inspecter sous toutes les coutures lui inspira une sensation de gêne inexplicable. Ça n'avait aucun sens, il n'était pas responsable de l'apparence de son Surplis et ça ne l'avait jamais embarrassé avant alors pourquoi... oh et puis zut, il n'allait pas trouver la réponse en ruminant. En plus il avait commencé la journée avec la ferme intention de se prendre une cuite magistrale et si ça ce n'était pas l'exact contraire d'une séance d'introspection...

Son examen enfin complété, un Ntikuma soudain guilleret s'absenta un instant le temps de revenir avec sa propre protection, que le vieillard détailla à son tour : c'était de la belle ouvrage, surtout pour un objet qui n'avait pas été créé avec l'aide d'une divinité. Le face-à-face des deux armures était en tout cas une vision assez comique : la figure accroupie du Cyclope avait l'air de se pencher pour mieux voir l'Araignée de son œil unique, comme un enfant observant une bestiole intéressante à ses pieds. L'ancêtre ricana et désigna sa cuirasse : « Là il est en train de penser « c'est le plus gros insecte que j'ai jamais vu ». Et oui je sais qu'une araignée c'est pas un insecte mais c'est très bête un Cyclope. »

Il n'y avait qu'à écouter l'histoire d'Ulysse, celle que Rogos avait insisté pour lui raconter quand il avait avoué qu'il ne savait pas ce que représentait sa propre armure – le folklore philippin était très différent de celui du monde occidental, surtout pour les populations les moins cultivées. Il répondit du tac au tac lorsque les deux autres forgerons s'immiscèrent dans la discussion : « Ils ont tous des parties violettes oui, mais en fait ils ont plein d'autres couleurs en plus. Généralement sombres et ternes mais elles sont là. »

Il se demanda s'il serait possible de photographier le contenu de la salle des Surplis à côté de la Forge de Dité... est-ce que le maître des lieux le laisserait faire s'il expliquait que c'était pour un confrère ?

Après ce bref interlude, le silence retomba sur un Xing Huo et un Ntikuma de plus en plus inconfortables. Le Spectre craignait de passer pour un gosse attardé s'il se mettait à demander « Quand est-ce qu'on arrive ? » ou s'il réclamait une nouvelle histoire – même s'il en avait vraiment très envie. Il avait déjà pas mal entamé sa crédibilité avec ses actions précédentes alors il ne lui restait plus qu'à prendre son mal en patience... ou pas, car l'encapé le sauvait une fois de plus des affres de l'ennui. C'était à son tour de ne pas comprendre pourquoi son interlocuteur hésitait autant, c'était une bonne question après tout. Et une opportunité de corriger un raccourci que les gens faisaient un peu trop souvent.

« Oui, je suis mort. Ou je l'étais, c'est un peu flou tout ça... Mais non c'est pas obligatoire pour être Spectre, même si c'est le cas pour la majorité d'entre nous. »

Ou plutôt ça ne l'était pas jusqu'au récent changement de politique de recrutement imposé par Thanatos mais ça c'était une affaire strictement interne. Et puis techniquement Andréa était toujours vivante, non ?

Anticipant la prochaine question – il se doutait que le petit être allait l'interroger sur les circonstances de son décès –, il décida de prendre l'initiative : « Tenez, j'ai une idée pour passer le temps, on pose une question chacun notre tour. Du coup c'est mon tour... hum... »

D'accord, il n'avait peut-être pas si bien réfléchi que ça. Son regard passa sur l'armure de l'Araignée et il sut ce qu'il allait demander : « J'ai entendu dire que les armures noires étaient entreposées dans des Pandora Box comme celles des Saints, pourquoi vous transportez la vôtre comme ça ? »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 449
Age : 21
Autres comptes : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Hier à 1:57
La figure rouge pouffa de rire quand le vieillard lui expliqua sa vision des deux armures. Comme à chaque fois qu'un son jaillissait du masque de bois, Matsuda sursauta et observa longuement son patron, les sourcils froncés. Il savait bien que le petit être était muet, mais il n'arrivait pas à dire si c'était à cause d'une complication réelle ou parce que ce dernier refusait simplement de parler... Il y avait toujours ce petit quelque chose, quand il l'entendait "parler" —quand la poussière du Laboratoire le faisait éternuer, surtout— mais il n'avait jamais su dire ce que c'était. Les autres forgerons l'avaient remarqué aussi, sans rien dire à ce sujet, mais le mystère était bien présent. Au final, le Japonais s'affala dans son siège sans rien dire, mais resta à l'affut, toutes les occasions étaient bonnes pour en apprendre un peu plus.

La réception plutôt positive de Xing Huo ne fit pas que rassurer Ntikuma sur la possible impolitesse de sa question : elle le convainquit de repousser toute notion de retenue pour laisser mille et une interrogations lui envahir la tête. Ses voyages lui avaient permis de rencontrer bien des éveillés venant de bien des milieux différents, mais chacun d'entre eux s'était montré avare de détails quand venait le temps de parler de leur vie et de ce qui avait changé pour eux depuis qu'ils s'étaient placé sous les ordres d'une divinité. Après tout, pourquoi révéler ces informations à quelqu'un qui pourrait facilement les revendre à autrui par la suite? Mais ce qui pouvaient leur paraître comme un secret défense à tenir hors de portée de l'ennemi apparaissaient plutôt au Black Knight comme de honteuses vérités dont ils ne comprenaient pas toujours les conséquences, sans réel impact "militaire". Visiblement, ce n'était pas le cas du Spectre, et cela avait beau être agréable, c'était aussi curieux... Tentait-il de le tromper?
Chassant cette idée saugrenue de son esprit, l'Ashanti accepta plutôt de se prêter au jeu, déjà amusé par les questions qui pourraient lui être posées. Ce serait peut-être sa chance de s'aventurer sur un terrain plus risqué par la suite... Inclinant la tête en entendant la première question du Cyclope, il écrivit tout de suite sa réponse.

"Je n'en avais pas entendu parler quand j'ai créé mon armure. Je m'y suis habitué."

- On arrête pas de lui dire que ce serait plus simple s'il se construisait une Box, il veut rien savoir!

La silhouette rouge se raidit et adressa quelques signes à son employé, lui ordonnant de se mêler de ses affaires. Qu'est-ce que ça pouvait bien changer, qu'il en ait une ou non? L'armure se transportait très bien comme ça! Secouant la tête avec exaspération, elle commença à réfléchir à sa propre question, non pas parce qu'elle manquait d'idée mais parce qu'elle cherchait la meilleure façon de les poser sans brusquer son compagnon de voyage. Que ça ne le dérange pas d'être mort et d'en parler, d'accord, mais que pensait-il de sa vie d'avant, ou même de la vie et de son humanité en général? Une question bien complexe, mais qui devenait un peu plus concrète quand on considérait à qui elle était demandée... Et Ntikuma voulait savoir à quel point le chemin tracé par ses dieux avait influencé cette vision, comment chaque pièce avait été assemblée pour créer cet amoncellement de conflits et contradictions dans lequel il s'était aventuré la minute où il avait usé de son cosmos pour la première fois.
Le roulement du stylo contre le papier se fit lent, le tracé pensif, alors que le forgeron choisissait ses mots. S'exprimer directement avait perdu de son charme, les images savaient en dire bien plus... il finit néanmoins par tendre le papier, réfléchissant déjà à ses prochaines questions.

"Vous connaissiez tout ça avant votre mort?"

Il ponctua d'un geste de la main vers les deux armures, le Cyclope ingénu et l'Araignée prostrée. Un effort de cosmos et cette dernière fut soudainement parcourue d’une vague de couleurs : elle devint dorée, puis blanche, cuivrée, grise, puis violette, avant de reprendre sa couleur noire originale. Le Black Knight espérait seulement bien préciser son interrogation en « représentant » les autres factions, pour bien dire qu’il voulait connaître le vécu de Xing Huo avec chacun d’entre eux et pas juste avec l’armée infernale. Il avait déjà questionné ses subalternes forgerons à ce sujet, et la réponse avait été la même : venant de Death Queen Island, ils avaient grandi avec l’idée qu’ils étaient les parias de l’humanité, sous la protection des chevaliers sans dieux, sans connaitre autre chose. Seul Lou, qui n’était pourtant pas natif de l’île, avait refusé d’élaborer. Pourtant, il existait bien une époque où les mortels ne connaissaient pas l’existence du divin, elle ne remontait pas à si loin que ça —Ntikuma pouvait facilement affirmer être parmi les derniers à apprendre la nouvelle. Mais le vieillard pouvait aussi lui dire un peu plus facilement quand et comment les choses s’étaient passées.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

La Prince elle a acheté quoi? [Part Two]