avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 712
Age : 25
Autres comptes : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
07.09.18 22:15
La décision de se rendre dans la capitale chinoise avait été prise de manière assez soudaine et le départ des deux Étoiles Maléfiques avait été tout aussi rapide, pour ne pas dire précipité. Ils prirent un raccourci en passant par les Enfers plutôt que de faire le trajet en avion – pourquoi rallonger la durée du voyage et gaspiller l'argent de Thanatos pour rien ? – ou à l'aide de la vitesse extrême conférée par leur cosmos – absolument pas discret, ils auraient alerté tous les éveillés présents entre Tel-Aviv et Beijing –, ce qui les fit arriver quelques minutes seulement après le messager envoyé par la Liche.

Malgré cela, ils furent accueillis par un Squelette haut gradé et hors d'haleine lorsqu'ils apparurent dans l'un des grands bureaux spécialement réservés à cet effet de leur QG local. Le pauvre péon en chef suait dans son costume et luttait pour reprendre sa respiration, comme s'il avait couru à toutes jambes pour être ici à temps.

« Co... commandant Yun... au rapport, Votre Excellence ! » parvint-il à dire d'une voix entrecoupée de hauts-le-cœur ; la polonaise se sentit coupable en voyant ses soupçons confirmés. Au moins personne ne pouvait accuser le commandant de ne pas faire tout ce qui était en son pouvoir pour être ponctuel.

« Vous n'aviez pas besoin de vous dépêcher autant, nous aurions attendu... » s'excusa la jeune fille, qui ne savait plus où se mettre. Parler au nom d'Eurynomos était peut-être présomptueux de sa part mais jusqu'ici il s'était toujours comporté comme quelqu'un d'éminemment raisonnable, elle ne croyait pas se tromper en pensant qu'elle aurait pu faire patienter le Juge en lui expliquant plus en détail ce que les Spectres faisaient ici.

« Vous avez dit... que c'était urgent... »

Elle grimaça. Il lui faudrait revoir le phrasé la prochaine fois, histoire d'éviter d'effrayer inutilement ses subordonnés. Il fallait espérer qu'aucun de ses homologues n'était au volant en ce moment-même, à essayer de les rejoindre le plus vite possible au mépris du code de la route. De quoi ça aurait l'air s'ils se faisaient arrêter ou s'ils provoquaient un accident ?

« Pas à ce point-là quand même, je sais que ça prend du temps de traverser la ville et... »

Elle fut interrompue par un second Squelette qui déboula à toute vitesse dans la pièce et, emporté par son élan, faillit se vautrer en voulant s'arrêter à côté de son collègue. Tout aussi rougeaud et essoufflé, le nouvel arrivant s'inclina en faisant un effort visible pour que ses jambes en coton ne se dérobent pas sous lui.

« Comman... dant... Chen... présent, Votre Excellence ! Les autres... arrivent bientôt... et nos soldats... s'occupent de réveiller les politicards... et les mafieux ! »

Andréa adressa un regard contrit et honteux à son supérieur, lui demandant silencieusement la permission avant de se retourner vers le duo de serviteurs.

« Votre célérité est vraiment remarquable mais j'ai besoin que vous appeliez vos collègues pour leur dire de se calmer, Son Excellence est simplement venu se familiariser avec votre travail ainsi qu'avec nos nouveaux associés. Il aura quelques questions à vous poser lorsque vous aurez repris votre souffle. »
avatar
EurynomosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 22/06/2017
Nombre de messages : 82
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
11.09.18 14:58
« Parfait. Nous pouvons donc y aller. » Observant l'insecte disparaître pour rejoindre les destinataires du message, Eurynomos glisse alors ses mains dans ses poches, effectuant lui-même le passage entre l'Hadès et le monde des vivants, suivant simplement le fil d'Ariane qu'est le messager infernal. Les décisions d'un Juge ne se sont jamais limitées au Cercle qu'une âme doit rejoindre dans l'espoir de punir ses péchés – ou récompenser sa vertu –, loin de là. C'est pour cela que le Griffon a fait ce choix, assez rapide il en convient, de partir pour la capitale du nord. Rejoignant ainsi les ombres du Royaume des Morts, le duo utilise ces dernières comme un raccourci pour voyager en direction de son actuel objectif. Finalement, lui qui n'a pu accompagner la Liche lors de la conquête des terres chinoises, voilà qu'il rattrape cette petite impossibilité.
Ainsi, la Polonaise et le Chthonien arrivent dans le vaste bureau, les mains toujours au fond des poches. Observant un peu les lieux, le regard du Vautour se pose alors sur la silhouette épuisée du Squelette, haussant légèrement un sourcil. Lorsque le Commandant se présente, son supérieur hoche la tête, précisant alors ce que le représentant infernal savait déjà. « Eurynomos, Juge du Griffon. » Inutile d'en dire plus concernant son titre, après tout les Squelettes comme les autres Spectres connaissent déjà suffisamment la noble et valeureuse étoile – du moins, le titre plus que son actuel possesseur.

Ne pouvant empêcher ses lèvres de s'étirer en un léger sourire – plus amusé que moqueur – Eurynomos observe la jeune femme tenter de calmer un peu les choses. En effet, ce commandant a tout fait pour être à l'heure, pour obéir à ce qu'il pensait être une situation d'extrême urgence. « Allons, allons. Nous avons tout notre temps et je préfère que vous ayez tout votre souffle pour... » Le Juge ne peut terminer sa phrase, dérangé par la porte de ce vaste bureau, ouverte en trombe par une autre silhouette – potentiellement encore plus épuisée que la première. Toussant alors pour empêcher un quelconque rire venir déranger cette réunion – qui se voulait à la base sérieuse – le Griffon hoche la tête à la présentation du second commandant – lui offrant au passage les mêmes mots que les premiers qu'il a prononcé après celle de Yun – , donnant ensuite la parole à Andréa d'un simple signe de main – profitant de son explication pour remettre correctement le col de sa veste, dérangé par le dernier voyage.

« En effet. » Confirmation rapidement les propos de la jeune femme, il glisse ses mains dans son dos, regardant les deux commandants Squelettes avant de poser ses yeux sur la Liche. « Andréa a très bien exposée la situation. Pour le moment, je souhaiterais m'entretenir avec vous. Et comme je tentais de le dire tout à l'heure, avant votre arrivée... » Il pose à cet instant un regard en direction de Chen, pour ensuite reprendre de la même voix calme, les invitant à rejoindre les fauteuils du bureau. « Je préfère que vous ayez tout votre souffle pour me présenter vos différentes fonctions, ainsi que la situation globale. Donc installez-vous, et nous parlerons. »
Le sourire amusé toujours légèrement présent contre ses lèvres, le Juge rejoint lui aussi ce qui allait devenir une table de réunion, s'installant avant de croiser les jambes. Il observe quelques secondes les deux Squelettes, leur laissant le temps de reprendre une certaine consistance. Quel serait l'intérêt de les mettre dans des situations inconfortables ? L'Étoile Noble et Valeureuse a toujours privilégié un dialogue constructif qu'à une symphonie de jérémiade sans importance... De plus, même si le comportement du gouvernement soulevait des questions dans l'esprit des deux Spectres, cela ne devait pas les pousser à faire de vulgaires erreurs... Patientant aussi que l'un des deux commandants s'occupe de transmettre le message d'Andréa, le Juge prend enfin la parole lorsque tout ceci est fait.

« Bien... Avant toute chose, j'aimerais mettre au clair une situation. Je ne suis pas un contemporain et je serais parfois obligé de m'arrêter sur certains détails qui pourraient me paraître flou. Je dois connaître et comprendre ce que nous faisons ici, nos intérêts, ainsi que les bénéfices qu'en tirent nos associés. Je pense que vous comprenez tous pourquoi. Il est donc agréable, pour le moment, que nous ne soyons pas dérangés par nos associés. » Si l'information précisant que l'un des gradés n'a finalement aucune connaissance du monde moderne et de ses enjeux arrivait dans les oreilles des différents associés – voir d'une autre faction – cela ne serait qu'une nuisance de plus à rajouter dans la liste des problèmes. Ce point étant éclairci, il reprend alors la parole, observant les deux commandants. « Alors, déjà, j'aimerais connaître les différentes tâches attribuées à chacun d'entre vous. » Le sourire amusé n'est plus, fixant alors les Squelettes ainsi que sa partenaire Spectrale. Une chose ne change pas, malgré les époques : il y a un moment pour tout et celui des discussions sur la philosophie humaine ou les religions n'est plus.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 712
Age : 25
Autres comptes : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
15.09.18 21:10
« Nous vous remercions de votre sollicitude, Votre Excellence. » fit Yun en prenant place à la table de réunion pendant que Chen appelait le standard téléphonique des Spectres pékinois afin de transmettre le contre-ordre – qui n'aurait pas eu lieu d'être si Andréa s'était montrée plus claire. Se sentant toujours un peu coupable, elle fit un détour par un petit buffet, fouilla quelques instants dans ses profondeurs et en revint avec un plateau chargé de verres et de boissons pour les subordonnés présents et à venir – les deux Étoiles Maléfiques avaient déjà bu avant de partir mais les Squelettes méritaient bien un remontant après s'être ainsi dépêchés pour rien. Une fois tout le monde calmé et installé, la requête et l'avertissement du Juge écoutés, les séides réfléchirent quelques instants à leur réponse puis se mirent à parler.

« Nous ferons de notre mieux, Votre Excellence. En ce qui me concerne, je supervise les actions de la police – l'organisation qui s'occupe de maintenir l'ordre public et de protéger la population des criminels – pour garantir que toute trace de corruption en soit éliminée. J'ai également pour responsabilité de faire en sorte qu'aucune information au sujet de notre occupation ne filtre – internet est très surveillé ici, c'est l'avantage des dictatures – et l'excision des branches de la pègre dont Sa Seigneurie juge l'existence contre-productive. »

« Et moi je suis aux Affaires Étrangères, Votre Excellence. Je suis là pour m'assurer du suivi de la ligne diplomatique imposée par Sa Seigneurie tout en évitant d'attirer l'attention des autres nations sur ce qu'il se passe réellement à Beijing. »

Les regards se tournèrent vers la dernière membre de leur assemblée réduite et la Liche se sentit soudain nerveuse. Yun et Chen étaient peut-être des Squelettes mais ils avaient de grandes responsabilités qui leur avaient été confiées du fait de leurs compétences exceptionnelles. Elle était jeune, ne pouvait se prévaloir d'aucune expertise particulière et n'avait que la violence comme seul talent ; elle passait soit pour un ornement, soit pour la brute de service et c'était... déplaisant.

« Je ne suis pas affectée ici en permanence, je viens soit quand quelque chose d'important requiert que je prête mon autorité aux commandants sur place, soit quand il faut intimider quelqu'un de récalcitrant... ou éliminer des gêneurs. »

Les deux autres serviteurs des Enfers avaient l'air aussi gênés qu'elle – eux non plus n'appréciaient guère l'idée d'une supérieure réduite à servir de décoration ou de gros bras – aussi entreprit-elle de faire diversion.

« Les autres commandants vous expliqueront tout cela plus en détail quand ils arriveront mais ils sont nos yeux, nos oreilles et notre bras dans l'armée, les institutions économiques, politiques et judiciaires, les triades, les services de la ville elle-même et d'autres branches administratives. Le travail de Chen et de ses homologues à l'économie est particulièrement important – sans vouloir offenser Yun... »

« Pas de problème. »

« Tant mieux. Enfin, la Chine a accru son influence dans le monde ces dernières années, plus particulièrement en Asie du Sud-Est, en Amérique Latine et en Afrique. Si nous jouons finement, nous pouvons indirectement accroître notre propre influence dans ces mêmes zones. »

« Un travail de longue haleine, nous n'en verrons sans doute pas les fruits avant des années. » modéra l'intéressé. « En attendant nous avons des préoccupations plus locales et plus immédiates pour ce qui est du redressement de ce pays. L'environnement déjà, ça devient urgent... ou plutôt ça l'est déjà depuis trop longtemps. »

Ah, ça... il faisait nuit, Eurynomos ne pouvait donc pas bien s'en rendre compte mais ce satané smog dehors était une horreur. Chaque année, plus d'un million et demi de chinois se retrouvaient prématurément – et pour le coup directement – assujettis à Thanatos après avoir trépassé des suites d'une maladie respiratoire provoquée par l'extrême degré de pollution. Leur gouvernement avait pris des mesures de sa propre initiative pour combattre ce phénomène avant même l'arrivée des infernaux mais le mal était déjà fait et les crises récentes mettaient ces progrès en péril. Bien entendu, les Spectres ne pouvaient pas faire disparaître le problème d'un claquement de doigts mais ils pouvaient déjà accélérer les choses ; ce bénéfice tangible et incontestable de leur présence ferait un parfait exemple de ce qui attendait l'humanité si seulement elle acceptait de s'en remettre sans réserves à la sagesse divine.
avatar
EurynomosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 22/06/2017
Nombre de messages : 82
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
26.09.18 8:26
Savoir accepter ses faiblesses n'est pas une chose simple, surtout pour une entité dont l'existence est à un tout autre niveau que celui d'un être humain. Il faut être honnête : dans les sphères inhumaines – qu'elles soient divines ou non – la faiblesse doit rapidement disparaître, certains des leaders n'aimant pas entendre parler d'une telle chose. Mais, malheureusement, il faut parfois accepter de prendre son temps. À quoi pourrait servir Eurynomos s'il ne s'intègre pas totalement dans cette époque ? La perspective d'être un simple gratte-papier – vu que c'est ainsi que sont nommés ces individus maintenant – n'apparaît pas comme une évolution passionnante pour le Juge.
Au moins ses subordonnés comprennent facilement cette demande et ne montrent aucune réticence à celle-ci – bien qu'ils peuvent aussi cacher cette dernière. C'est donc dans un silence de cathédrale que le Griffon écoute les différents acteurs de cette rencontre présenter leurs fonctions au sein de la politique et de la gestion du territoire. Ordre, informations contrôlées, surveillance et diplomatie sont ainsi différents aspects vers lesquels le Juge reviendra, préférant pour le moment garder sa posture d'observation.

Une préférence qu'il ne regrette en rien, concentrant son regard sur Andréa lorsqu'il apparaît que c'est à elle d'exposer ses différentes missions sur le territoire – du moins, lorsqu'elle y est présente. Il est vrai que si les Enfers ont pu prouver leur puissance de façon publique – l'attaque du Sanctuaire ne pourrait être oubliée –, les armées doivent faire pourtant un effort assez important pour être partout à la fois et les forces les plus puissantes doivent jouer parfois un rôle quelque peu réducteur pour garder la main sur les possessions infernales. Une vérité qu'il ne faut pas oublier, mais qui ne satisfait personne... et qui apporte un certain sentiment de gêne dans la conversation. C'est avec une petite pirouette que la jeune femme détourne alors l'attention – la ramenant au sujet le plus important du moins. Suivant dans le plus grand silence cette conversation, Eurynomos continue d'assimiler les informations avant que le silence vienne prendre place.

Observant la Liche ainsi que les commandants, il hoche alors la tête. « Je vois... Pour le contrôle de l'information, j'imagine que c'est déjà le cas, mais je vais tout de même en rajouter. Celui-ci doit être irréprochable. La perfection n'est que divine, mais vous devez l'approcher, Yun. Si j'ai bien compris la position de ce pays, nous devons absolument rester le plus invisible possible. La situation deviendrait difficile à gérer dans l'hypothèse où nos ennemis viennent à être à apprendre notre présence ici. » Tapotant légèrement ses doigts contre l'accoudoir, il reprend tout simplement, préférant préciser un point. « Mais ceci n'est pas une attaque, ne vous inquiétez pas. J'ai confiance en la décision des Enfers de vous avoir posé à ces postes stratégiques. Il me semble juste essentiel de vous le rappeler. » Si la confiance en ces généraux n'est pas effective – sans avoir vu une personne en action, il est difficile de jauger pleinement sa compétence –, la confiance en l'autorité infernale, dirigée par le Faucheur, elle, est sans faille. Ou du moins, elle est suffisamment présente pour apporter un certain soutien à ses représentants.
« Merci en tout cas pour vos différentes explications. Je vais être honnête, Yun, j'ai du mal à visualiser la « surveillance » que nous pouvons exercer sur « Internet »... Même si j'ai eu la possibilité d'apprendre ce qu'est ceci, cela reste assez abstrait et imaginez quelque chose qui contrôle ce flux d'informations est assez complexe. » Un jour, peut-être, comprendra t-il efficacement ces différents concepts, ainsi que l'utilisation de ceux-ci. Un jour. « Maintenant, penchons nous sur le plus urgent, vu que le point a été soulevé. En quoi la situation est si critique ? Et qu'elle est l'origine de celle-ci ? J'ai été rapidement mis au courant lors de mes préparatifs pour mon premier voyage ici, bien que celui-ci ait été avorté pour diverses raisons, mais je ne connais que peu cette affaire. Et enfin, quelles sont nos marges d'actions à ce sujet ? »

Le plus important, le plus urgent, c'est ainsi que Chen a présenté ce problème. Si les raisons qui ont poussé Eurynomos à venir ici ne sont pas liées à la situation environnementale de ce pays – l'origine de ce voyage sera bien entendu abordée bientôt –, il ne peut décemment pas ignorer ce sujet de conversation. Après tout – et il assume une telle décision – il souhaite connaître les missions et objectifs de ces Squelettes, ainsi que les moyens qu'ils comptent utiliser pour arriver au résultat attendu.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 712
Age : 25
Autres comptes : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
29.09.18 18:45
Toujours aussi attentif, Eurynomos écouta poliment ses subalternes lui exposer leurs rôles respectifs et exprima à sa façon sa volonté de les voir y exceller. Les Squelettes bombèrent légèrement le torse, heureux de voir que leur supérieur appréciait la difficulté des tâches qui étaient les leurs ainsi que le niveau de compétence nécessaire pour les mener à bien. Toute source de motivation était bonne à prendre quand on était membre d'un gouvernement de l'ombre en plus de jouer les commissaires politiques. Le fait que leurs vassaux chinois soient depuis longtemps accoutumés à la présence de tels superviseurs ne facilitait pas leur travail, bien au contraire : les serviteurs du régime étaient habitués à cette pression, elle avait déjà brisé tous ceux qui étaient trop fragiles pour la supporter, ne laissant dans les rangs que les plus malins et discrets des fauteurs de troubles potentiels. Ce n'était pas quelque chose d'aussi banal qu'un changement de maîtres qui pousserait ces mauvais éléments à l'erreur.

« La surveillance d'internet n'est pas si différente de celle du monde réel, Votre Excellence. » répondit Yun. « En l'essence, il s'agit simplement de filtrer les informations qui parviennent aux gens. Nous bloquons l'accès à certaines d'entre elles, laissons traîner nos oreilles pour identifier, localiser et neutraliser ceux qui recèlent, recherchent ou échangent ces informations interdites... Ils faisaient déjà ça avant notre arrivée et le reste du monde ne proteste que pour la forme, ça n'a pas été difficile d'altérer le dispositif pour servir nos desseins. »

Une fois ce point éclairci, Yun se tut car la conversation sortait de son domaine d'expertise et laissa les deux autres parler des sévices que les chinois infligeaient à la planète ainsi qu'à leur propre santé.

« Alors, comment dire... ce que vous devez savoir c'est que les habitants de ce pays sont nombreux. Près d'un milliard et demi, soit environ un cinquième de la population mondiale. » commença la Liche avant de faire une petite pause pour laisser au Juge le temps de digérer l'information, de se représenter l'énormité de ce à quoi ils avaient affaire. Il en aurait sans doute besoin : il n'y avait évidemment pas de recensement global pendant l'ère mythologique mais en se basant sur ses souvenirs, Kochtcheï estimait que la totalité de la population humaine à l'époque d'origine du Griffon devait péniblement atteindre les dix millions d'individus... soit moins de la moitié du nombre d'habitants actuel de Beijing.

C'était dans ces moments qu'Andréa prenait la pleine mesure de l'incroyable ancienneté de ces êtres qu'elle côtoyait au quotidien. Elle ne serait cependant pas surprise d'apprendre que le choc allait dans les deux sens : comment réagirait Eurynomos à l'idée d'une ville accueillant ce qui représentait autrefois la population d'une planète entière ?

Chen prit le relais : « Ce pays n'est pas seulement le plus peuplé de tous, il est aussi surnommé « l'atelier du monde » parce que c'est là que l'on fabrique... quasiment tout en fait, ce qui engloutit des quantités faramineuses de ressources et rejette des montagnes de déchets. Et j'exagère à peine Votre Excellence, si vous pouviez voir la taille des décharges... »

La polonaise acquiesça : « Ils abattent des forêts entières, rasent des montagnes, éventrent et épuisent la terre. Les rivières charrient du poison et des ordures et certains jours l'air est absolument irrespirable, le brouillard de pollution peut devenir si dense qu'il vous empêche de voir à dix pas devant vous. Des millions de gens en tombent malades voire en meurent chaque année et je ne vous parle même pas de l'effet sur la nature. »

Les Squelettes sortirent chacun un masque respiratoire de leur poche pour montrer qu'il ne s'agissait pas d'une plaisanterie. Le bâtiment où ils se trouvaient était heureusement équipé du nec plus ultra des systèmes de filtration d'air mais ce n'était qu'une mesure palliative et absolument pas une solution au problème.

« Comme nous l'avons dit, les autorités chinoises ont conscience du problème et font déjà des efforts pour le régler, des efforts qui se sont accélérés après le coup de colère de Poséidon mais qui restent largement insuffisants. C'est que ça coûte cher et que ça requiert de passer de nouvelles lois, deux choses qui déplaisent fortement aux industriels principalement à l'origine de cette situation. Dès que quelqu'un parle de toucher à leurs profits ils menacent de mettre les voiles et jusqu'ici le gouvernement, qui est apparemment plus intéressé par l'argent que par autre chose, a quasiment toujours cédé à leur chantage. »

« Jusqu'à maintenant : avec nous aux commandes, le gouvernement se montrera désormais inflexible... en se servant bien entendu du sort de Tokyo comme prétexte pour justifier sa conduite si les autres nations viennent poser des questions. L’État chinois devrait être beaucoup plus efficace s'il n'est plus paralysé par la corruption et les pressions des grandes entreprises ; quant aux droits de l'Homme, ça ne l'a jamais arrêté. Il vaudrait mieux attendre le Squelette responsable pour rentrer dans les détails du plan mais nous comptons le faire agir au niveau des transports, des usines, de l'énergie... »

Utilisée à bon escient, la puissance d'une des plus grandes dictatures de la planète pourrait accomplir beaucoup de choses. Ils recevaient déjà des résultats encourageants concernant les grandes entreprises chinoises, qui n'étaient pas protégées du pouvoir du Parti comme pouvaient l'être les multinationales étrangères. Leurs PDG et les membres de leurs conseils d'administration avaient tout intérêt à obéir aux diktats du gouvernement s'ils ne voulaient pas être embarqués par la police secrète puis jetés dans une quelconque oubliette jusqu'à la fin de leurs jours ou s'ils ne souhaitaient pas qu'on les retrouve « suicidés » par derrière de deux balles dans la tête. Les choses marchaient tout de suite tellement mieux avec une bonne dose d'angoisse paranoïaque...
avatar
EurynomosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 22/06/2017
Nombre de messages : 82
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
31.10.18 11:13
Filtrer les informations, bloquer des accès, localiser, suivre, comprendre des informations. En effet, surveiller le réseau internet n'est pas si différent que surveiller le monde des vivants. Et pourtant, les outils – différents – ne peuvent être mis entre toutes les mains. C'est pour cela que les Enfers désignent des personnes capables de s'occuper de la gestion de ce genre de domaine. « Merci pour vos éclaircissements, Commandant. » Accompagnant ses quelques paroles d'un simple hochement de tête, il reprend ensuite le cours des échanges, qui se concentrent sur la grande question de l'environnement.
Si cette vérité, celle d'un humain parasitant son monde n'est pas une surprise... l'introduction à l'explication est, quant à elle, un véritable choc. Ne pouvant contenir sa surprise, il pose les yeux sur la jeune femme, espérant que cela soit une blague, ou au moins une exagération... « Un milliard et demi.... ? Dites-moi que c'est une erreur... Que vous vous trompez dans les chiffres... ? » Mais non. Passant la main contre ses yeux, il baisse furtivement la tête. Comment les humains ont-ils pu autant se reproduire ? Ainsi, cela expliquait le besoin maladif de l'être humain à exploiter les ressources de cette planète. Cherchant dans son esprit une quelconque information concernant un nombre, même approximatif, d'âmes qu'il a pu voir défiler à sa propre époque, le Juge se rend bien vite compte de la grande différence de situation. Il aurait pu expliquer le parasitage de la planète par l'humanité avec simplement des transformations de pensée... mais il faut bien se rendre à l'évidence : la situation dépasse de loin tout ce que le Vautour aurait pu imaginer à l'époque sur l'évolution de cette espèce.

« J'ai du mal à croire qu'ils se soient autant développés... Ils pourraient tuer cette planète simplement en continuant d'exister ainsi... » Sa surprise laissant place à une neutralité grave, il fait signe à ses interlocuteurs de reprendre l'explication, profitant de celle-ci pour se servir un verre d'eau. Massant légèrement sa tempe, il semble avoir du mal à encaisser le première information, bien qu'il écoute avec une attention toute particulière. Il imagine, chacune de ces âmes, exister à travers le fil des Moires, qui sera ensuite coupé. Combien d'êtres humains meurent par jour ? Combien de vies défilent dans ce pays et dans ce monde ? Être le Juge d'une ancienne époque, comprendre la responsabilité du monde des morts sur l'équilibre – précaire – de ce monde à l'agonie... Voilà qui arrive à terrifier le premier Griffon, bien que ce dernier ne laisse – plus – aucune émotion altérer son visage. Il assimile tout de même les informations, plissant légèrement les yeux en voyant les masques respiratoires, avant d'emprunter l'un d'entre eux, regardant l'objet avec une légère curiosité. « Toutes les combines sont bonnes pour survivre... mais j'imagine que même ces différentes techniques possèdent leurs limites. »

Préférant ne pas ajouter à cette conversation, Eurynomos garde dans ses poches les bâtons de cancer qu'il a commencé à fumer depuis que son corps antédiluvien s'est remis – partiellement – de sa sortie des profondeurs du Tartare. Laisser des volutes de tabac envahir l'atmosphère de la pièce tandis que ses interlocuteurs parlent de pollution et de brouillards toxiques ne lui semblent pas une bonne idée... ni extrêmement correct pour eux.

Suivant les derniers échanges d'informations, il hoche alors la tête, s'enfonçant correctement dans son fauteuil... avant de laisser un profond soupir traverser ses lèvres. « Merci à vous... Désolé si je semble quelque peu perdu, mais j'ai encore du mal à considérer le nombre d'âmes vivantes qui évoluent dans cette ville... Et si j'ajoute à cela les âmes errantes qui ne trouvent pas le repos... Mais en effet, je vois à quel point la situation est critique... » Caressant son menton quelques instants, il regarde les Commandants avant de poser ses yeux sur la Liche. « Tous les moyens sont bons pour que les efforts deviennent payant... Comme vous l'avez conseillé, j'en parlerais avec le Squelette en charge du dossier. » Combien de temps faudra t-il pour que le pire soit évité ? Ce monde ressemble de plus en plus à une âme agonisante, errant dans un océan d'étoile, en attendant le dernier baiser de Thanatos...
« Vous avez parlé de corruption. Ce pays est donc en proie à ce fléau aussi ? Je sais que l'argent est un moteur important dans l'existence de l'être humain actuel et j'ai pu comprendre grâce à toi, Andréa, que le crime a une grande place dans la situation de ce pays. Quels sont les objectifs à ce niveau là. » Bien que le pays reste si vaste, ce sujet reste plus ciblé... bien qu'il sera difficile – voir impossible – d'oublier cette différence, ce gouffre, qui sépare les deux époques. Plus de pensée, plus de philosophie... la différence n'est pas seulement technologique, virtuelle, scientifique... elle est aussi un simple fait, numérique...

Un fait que le Griffon tente de faire passer en buvant une nouvelle gorgée d'eau.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 712
Age : 25
Autres comptes : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
04.11.18 22:14
Comme prévu, le Juge avait reçu un choc en étant mis au courant de ce avec quoi les Spectres devaient à présent composer. Andréa nota de ne surtout pas l'amener sur la place Tian'anmen, cet endroit grouillait de fantômes qu'ils n'avaient toujours pas eu le temps d'exorciser, preuve que l'échelle des massacres perpétrés par l'humanité avait suivi l'évolution de leur population. Le Griffon n'avait certainement rien d'une âme sensible, mais tout de même.

Triste réalité que la leur : l'ordre divin mis en place par Hadès se révélait – nécessairement – pas si immuable que cela, au final. Il leur faudrait s'adapter ou regarder leur retard s'accentuer chaque jour jusqu'à la fin des temps. Même si l'humanité venait à être éradiquée dans l'instant, tarissant une bonne fois pour toutes le flot des défunts, il leur faudrait des dizaines de millénaires pour rattraper ce retard, à l'allure où procédait actuellement le traitement des dossiers aux Enfers... et encore, en n'accordant à chaque âme qu'un procès sommaire, ce qui allait à l'encontre de toutes les règles de professionnalisme.

« Critique, c'est le mot. Il nous faudra sans doute revoir notre organisation et recruter en masse, Votre Excellence. Nous ne pouvons continuer de fonctionner comme nous l'avons toujours fait, que ce soit dans la façon dont nous décidons du sort des trépassés ou celle dont nous administrons les vivants. Il est naïf d'espérer contrôler ce pays – ou même simplement cette ville – à nous seuls, nous ne sommes tout simplement pas assez nombreux pour surveiller tout ce qui doit l'être. Et pourtant il est impératif que nous maintenions cette illusion d'omniprésence et d'omniscience si nous voulons que les autorités locales coopèrent. »

Ils touchaient là au cœur du problème : malgré tous leurs grands discours, les morts-vivants n'avaient pas les moyens de s'assurer que leurs instructions soient toujours suivies à la lettre, ne pouvaient repérer qu'une partie des violations et ne pouvaient les punir qu'après-coup. Leur domination ne reposait en fait que sur leur capacité à faire avaler des couleuvres à leurs collaborateurs chinois plutôt que sur une quelconque suprématie incontestable. Avaient-ils eu les yeux plus gros que le ventre ? Les choses auraient été différentes s'ils n'étaient venus dans ce pays que pour le réduire en cendres mais ils s'étaient engagés sur la voie de la difficulté à la place en se substituant partiellement à ses dirigeants. Il était toujours plus facile de faire sauter les trains que de les faire arriver à l'heure, comme disait l'adage... les chinois eux-mêmes avaient du mal à triompher des problèmes posés par le gigantisme de leur propre nation !

Un défi de plus qui attendait le Faucheur ; il était peu probable que la solution vienne d'une adolescente dont le rôle était essentiellement de jouer les gros bras ou d'un naufragé temporel encore en période d'ajustement.

L'interphone craqua pour annoncer l'arrivée de trois nouveaux Squelettes : Sung-ha, qui noyautait l'armée pour le compte des infernaux, ainsi que Liu qui les représentait au ministère de l'économie et Meng, leur relais au Parlement. Ils avaient encore de la place mais il leur faudrait commencer à se serrer s'ils devaient s'entretenir avec tous leurs superviseurs en poste à Beijing. Pendant ce temps, Yun avait repris ses explications.

« Ce pays a un très gros problème de corruption, Votre Excellence, ce qui donne quantité de prétextes au pouvoir en place pour se débarrasser de ses subordonnés lorsqu'ils deviennent gênants. Ce n'est pas l'idéal pour créer un État stable et solide. Notre objectif est de la faire cesser entièrement, du moins dans les secteurs stratégiques définis par Sa Seigneurie de sorte que rien n'y vienne s'opposer à notre influence. Pour les autres, ceux qui n'ont pas d'importance, nous pourrions éventuellement tolérer quelques manigances et dessous de table. Un mal nécessaire pour que les autochtones restent tranquilles. Dans le même ordre d'idées, nous avons pour but de faire tomber la criminalité en général jusqu'à un niveau socialement acceptable mais pas en-deçà – une société trop répressive et trop policée est une société malade au même titre qu'une trop permissive ou désordonnée. J'ai des documents détaillant tout ça si vous voulez mais c'est peut-être un peu technique... »

Heureusement que Wolgorn – intransigeant défenseur de la Justice devant l'Éternel – n'était pas là pour entendre ça, ça ne lui aurait pas fait plaisir. Il n'aurait eu d'autre choix que de se plier à celui du fils de Nyx, toujours éminemment pragmatique, mais il aurait sans doute rouspété qu'importe le nombre de fois où on lui aurait expliqué qu'une politique de tolérance zéro causait souvent davantage de problèmes qu'elle n'en résolvait.

« Cela peut apparaître comme un renoncement cynique mais comme toujours, il nous faut mettre de l'eau dans notre vin si nous voulons rester discrets et éviter que la population ne se révolte. Du moment que le compromis demeure en notre faveur... »

La porte du bureau s'ouvrit pour laisser entrer le nouveau trio de commandants Squelettes, une femme – Sung-ha – et deux hommes, tirés à quatre épingles et plus calmes que ne l'avaient été Yun et Chen. Ils se présentèrent avec une rigueur toute militaire contrastant avec leurs atours civils avant d'aller rejoindre leurs homologues pour éclairer la lanterne de l’Étoile Céleste.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Le casse-tête chinois