avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 41
Autres comptes : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Aoû - 18:20
Avec des pas lents, de cette démarche régulière qui fait trembler les damnés a son approche, le juge des enfers entra dans le village de Magnir: une bise soufflait, des rafales de neige s'abattaient sur les demeures ancestrales. Minos s’arrêta pour ôter la neige de sa cape car il avait choisit une fois n'est pas coutume de maquer sa vraie présence aux yeux humains. Aussi apparaissait il comme un voyageur, bâton a la main, recouvert d'une cape usée de la tête aux pieds. Intérieurement il maudissait encore la dernière mission diplomatique qui l'avait laissé un peu endolori. Regardant autour de lui et voyant que ses acolytes n'étaient pas encore présent, il repéra une souche d'arbre non loin de maisons: là il allait s'assoir quelques instants se dit il et attendre le convoi et pourquoi pas un ambassadeur qui, sentant sa présence, viendrait au devant de lui; lui évitant une marche pénible vers le palais d'Odin. Aux rares humains qui passaient a sa hauteur le juge se montrait courtois mais n'engageait guère la conversation; de toutes les façons les humains a cet instant en ce lieu n'étaient guère nombreux et Minos put s'attarder a quelques méditations, songeant qu'un conflit majeure se préparait et qu'une fois encore les armées infernales seraient sollicitées , cette perspective l'enthousiasmait a moitié mais il entendait clairement encore dans ses oreilles les mots du dieu des océans et cela attisait son désir d'en découdre et de détruire sans la moindre pitié. Il espérait sans trop y croire que ses hôtes involontaires se montreraient au moins courtois a l'égard de son attitude de pourparler .
Le juge poussa un profond soupir: le lieu n'était guère propice a la méditation tandis que le vent soufflait en hurlant et que le sol blanc, même pour un spectre , laissait un sentiment de morosité navrante. !a considérer le reste du décor et ces vieux bâtiments il ne devait y avoir ni bonheur ni malheur particulier dans ce village: seulement la terrible solitude, le gel qui semble immobiliser aussi le temps comme l'espace.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2038
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Aoû - 22:20
Après leur combat, les deux Étoiles Terrestres subirent une thérapie de choc incluant force traitements moyenâgeux (dont la suture à vif et la cautérisation), remèdes nauséabonds dont il valait mieux ignorer la composition, et autres joyeusetés du même tonneau. Se sentant à peu près d'attaque, même si les soins s'étaient révélés presque plus éprouvants que leurs blessures, ils repartirent dès qu'on leur eut remis des vêtements chauds et leurs Surplis restaurés, le tout amené par un Squelette hors d'haleine. Il avaient assez fait attendre le Juge du Griffon : ils s'élancèrent dans un marathon à travers les Enfers et les escaliers du Palais de Pandore qui les ramena en quelques minutes à la surface. Au grand dam de Rogos, ils repassèrent par le raccourci du balcon donnant sur l'arrière du Palais, se jetant dans le vide pour ensuite voyager à la vitesse d'un avion, mais vers le Nord cette fois. Le Dullahan constata que ses perceptions s'étaient quelque peu étendues en sentant que le château avait de la visite, mais les cosmos inconnus ne semblaient pas hostiles, et un Spectre puissant semblait déjà être venu à leur rencontre. Si le Bourreau ne jugeait pas utile d'aller voir de quoi il retournait, le Dullahan suivrait son avis.
Leur voyage fut plus long que celui vers New-Atlantis. Bien que la distance à parcourir soit moins grande, leurs blessures les ralentissaient encore. Le Griffon n'était pas là pour ouvrir la voie, ils se guidaient donc à l'aide des traces de cosmos en provenance des terres divines d'Asgard. À mesure qu'ils se dirigeaient vers des latitudes plus élevées, la température baissait. Quand ils virent la mer elle-même se couvrir de glace, ils comprirent qu'ils étaient arrivés.
Asgard, à l'extrême nord de l'Europe. La terre de la magie et des Dieux vikings, le royaume du froid mordant, des forêts et montagnes enneigées, des fjords et des glaciers. Un monde à la fois paisible et dangereux. Un pays tout aussi enchanteur et mystérieux que l'Atlantide aux yeux du Spectre du cavalier sans tête. Plus loin devant les deux Étoiles Terrestres, il y avait une démarcation invisible, matérialisée par la sensation viscérale qu'ils entraient dans « un autre territoire ». S'ils franchissaient cette limite sans y être invités, les conséquences seraient plus que fâcheuses.
Ils changèrent donc de mode de locomotion une fois arrivés à proximité d'un village qui se dressait près de la frontière invisible. Sans doute la porte d'entrée des contrées d'Asgard. Cette fois, Rogos fit très attention à son atterrissage. Il ne commettrait pas d'impair, hors de question que la mission ait une issue aussi catastrophique que l'ambassade à New-Atlantis à cause de lui, même s'il doutait que sa gaffe seule explique le comportement des Marinas.
Ils ne sentaient pas le cosmos de Minos, et pourtant il était impensable qu'ils aient pu arriver avant le Juge. Celui-ci devait certainement vouloir garder profil bas, ils décidèrent donc d'en faire de même, enlevant leurs casques et dissimulant leurs Surplis sous leurs capes polaires. En entrant dans le village, ils avisèrent un voyageur s'appuyant sur un bâton, assis sur une souche. Ce déguisement pouvait tromper n'importe quel humain, et peut-être aussi les Guerriers Divins d'Asgard, mais ils auraient été de piètres Spectres s'ils n'avaient pu reconnaître leur supérieur en toutes circonstances.
Le Dullahan était la raison de leur retard, il convenait donc qu'il soit le premier à s'adresser au Juge. À voix basse pour ne pas attirer l'attention, il prit la parole :
« Spectres du Dullahan et du Bourreau, de retour pour vous servir, Monseigneur. Nous vous présentons humblement nos plus plates excuses pour l'attente. »
Après s'être incliné aussi respectueusement mais discrètement que possible, il s'enquit de la situation :
« Savez-vous si les protecteurs d'Asgard seront là bientôt, Votre Excellence ? Nous n'avons rien pu sentir de là-haut, le vent et la neige brouillent tout. »
Il espérait secrètement que leur comité d'accueil les inviterait à discuter à l'intérieur de l'une des maisons du village. Elles avaient l'air si chaudes et confortables... à nouveau, il s'auto-flagella mentalement.
« RAAAAAAAAAAH ! D'accord, il fait moins chaud que sur mon île, mais encore une fois, je ne pense qu'à mon petit confort... Qui suis-je pour me plaindre alors que Son Excellence attend dans le froid depuis tout ce temps ? »


Dernière édition par Rogos le Jeu 7 Aoû - 23:08, édité 1 fois
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 738
Age : 22
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Aoû - 22:48
Depuis: http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26843-beheader-versus-beheaded-pv-rogos

Wolgorn et Rogos furent soignés et leurs Surplis restaurés en un rien de temps à la Cité de Dité et ils purent donc remonter au Château de Pandore pour s'en aller à Asgard, la terre des divinités scandinaves. Les deux Étoiles Terrestres constatèrent en chemin que deux guerriers inconnus étaient reçus dans le palais par un haut-officier. Le devoir les appelant ailleurs, ils ne trouvèrent pertinent de s'attarder plus sur ces loustics. Le duo spectral s'élança alors dans un saut surhumain vers le ciel, remontant ainsi toute l'Europe pour rejoindre l'éminent Minos et assurer sa protection. Qui savait si les hommes d'Asgard n'étaient pas aussi arrogants et insolents que ceux qu'ils avaient à New-Atlantis ? Le Bourreau n'exigeait pas de l'amitié de leur part mais simplement de la cordialité pendant les échanges qu'ils pourraient avoir.

Il leur fallut bien moins d'une journée pour parvenir aux territoires gelés des Ases, au-delà de la Suède et de la Norvège. Le changement de température s'était opéré plus rapidement à cause de leur vitesse de voyage et ils durent faire une partie du trajet en rebondissant sur la surface, exercice fort périlleux. De grandes forêts, collines et plaines enneigées se présentaient à l'Exécuteur et au Dullahan, qui repérèrent après une courte session de recherche l'aura du Griffon. Les Étoiles Terrestres rejoignirent obligeamment leur supérieur, en soulevant un nuage de poudreuse à l'atterrissage. Immédiatement, ils se mirent à genou et Rogos se chargea du protocole, épargnant cette peine à Wolgorn.

Le Russe examina le Juge Minos, qui s'était habillé différemment pour l'occasion et lui aussi n'arborait pas son casque. La visite amère chez les Marinas avait apparemment déstabilisé le Spectre majeur tout autant que ses subordonnés, ce qui était compréhensible. Lui-même avait enfilé une combinaison plus isolante sous sa protection, quelques fourrures et une cape grisâtre. Il porta son regard sur les environs, découvrant un village montagnard qui lui apparaissait comme fort chaleureux, tant sa présence et sa vue réchauffaient l'imagination des voyageurs. De loin, il devinait vaguement des habitations rustiques mais très robustes.

Quand le Dullahan s'interrogea sur la venue d'autochtones qui les guideraient -l'Exécuteur l'espérait- jusqu'au Palais de Polaris, Wolgorn répondit stoïquement à son impatience, sans se laisser intimider par la morsure du froid:

"Ils viendront quand ils sentiront nos cosmos ou verront nos silhouettes. Je ne pense pas qu'ils puissent laisser des étrangers sillonner tranquillement leurs terres sans réagir."

Ceci dit, il était vrai que la température était glaciale et que le Russe ne la supportait guère. Cependant, il fallait faire avec, rien ne servait de se plaindre comme une fillette alors qu'on avait décidé de se rendre en un tel endroit. Reste qu'il ne resterait décemment pas dehors à végéter pendant toute la journée. Mieux valait prendre les devant et ne pas risquer de ne pas se faire repérer, voire ignorer. Le Bourreau s'avança, orienta son visage buriné vers son confrère et le sire Minos et déclara:

"Marchons plus avant vers ce hameau votre Excellence, nous les rencontrerons plus vite ainsi."


Dernière édition par Wolgorn le Lun 18 Aoû - 18:27, édité 1 fois
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 843
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Aoû - 20:14
Wulf observait le manège qui se tramait près de Magnir depuis un moment. Bien qu'il évitait toujours les lieux habités quand il pouvait, il patrouillait  quand même quotidiennement sur les frontières  d'Asgard.
 
Il avait aperçu un homme se diriger vers le village. Bien que rien ne semblait le désigner comme une menace quelque chose en lui dérangeait Wulf. Il s'agissait de l'aura qu'il dégageait, un aura sombre et noble, mais dégageai aussi une odeur que Wulf ne connaissait que trop bien... celle de la mort. Wulf l'avait observé de loin, se demandant s'il devait agir ou pas.
 
Peu de temps après, deux autres individus le rejoignirent, dégageant eux aussi la même "odeur". Si Wulf était sûr d'une chose, c'est qu'ils n'étaient pas d'ici. En tout cas, il ne les avait jamais vus dans le coin. Sa suspicion augmenta lorsqu'il vit les deux nouveaux arrivants s'agenouiller devant le premier. Il ne voyait en effet aucun Asgardien s'agenouiller comme ça devant quelqu'un d'autre qu'un dieu, ou que devant leur représentant. Wulf se demanda qui ils étaient ? Pas des esprits à première vue. Devait-il aller à leur rencontre, ou attendre de voir comment ça évoluait ?
 
Il finit par décider de se manifester, soit-il se trompait et rien de spécial ne se passerait, soit-il avait tapé juste et il serait sur les lieux si cela dégénérait. Avant cela, Wulf prit la gourde qui pendait à son épaule et en bu une grosse gorgée avant de la rebouchée. Il s'agissait d'une sorte de tisane qu'il avait préparé dans son village, suivant une vieille recette. Cette mixture était censée avoir pour vertu d'aider à rester calme et de favoriser la concentration mais elle avait deux défauts... elle procurait des insomnies et elle avait un goût absolument infecte de résine de sapin.  Wulf sortit de son bois et descendit la colline, ses pas s'enfonçant profondément dans la neige, bien que cela ne semblait pas le gêner. Pas plus que le vent ou le blizzard, pour lui, il s'agissait juste d'une période un peu plus froide que d'habitude, mais pas de là à grelotter.
 
Les rares villageois se trouvant dans le coin et qui le virent, prirent grand soin de s'écarter de la zone. Tous savaient en effet que la cape d'ours qu'il portait sur lui était un avertissement quant au fait qu'il était un être potentiellement dangereux. Wulf ne s'en occupa aucunement, après tout, tel était la raison d'être de sa cape... un avertissement. Il se concentrait plutôt sur la réaction de ceux qu'il considérait comme des étrangers.
 
Comme à l'accoutumé, il conserva une distance de sécurité entre lui et ses potentiels interlocuteurs. Il les détailla les uns après les autres, gravant leurs visages, notant chaque détail qu'il repérait dans sa mémoire. Lui-même garda son casque pour masquer une partie de son propre visage. Il finit par prendre la parole.
 
- " Vous pénétrez sur les terres d'Asgard, royaume du seigneur Odin. Puis-je connaître vos identités et les raisons de vos présences sur nos terres ?"
 
Le ton de Wulf n'était guère amical, bien qu'il n'y avait encore aucune véritable hostilité. Il se contentait d'agir comme lui dictait sa méfiance envers les étrangers. Cependant, même un aveugle pouvait deviner à son attitude que le porteur de la rune de Hrungnir était déjà prêt à réagir en cas de menace. Il arborait une mine sévère.
 
Wulf n'était pas du tout à son aise dans la situation actuelle. Non seulement il se retrouvait face à trois potentiels adversaire, mais en plus il était prêt d'un lieu habité, ce qu'il cherchait à tout prix à éviter. Tout cela ajouter à l'odeur de mort émanant de ceux qui lui faisait face, Wulf ne se sentait vraiment pas à son aise.
 

Wulf attendit les réponses silencieusement, ne lâchant aucun de ses interlocuteurs du regard. À nouveau, le vent se leva, apportant sa dose de frisson et de gel, mais cela ne l'atteignait pas. Pour lui, le fond de l'air était juste un peu frais.
avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 41
Autres comptes : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Aoû - 21:01
Les deux compagnons de Minos l'avait rejoint: l'un se montra diligent ,s'excusant du retard et l'autre avance une initiative d’évoluer plus avant dans le village. Le juge ne dit mot; il tentait de se mettre en harmonie avec les cosmos, les énergies présentes: il ne s'agissait pas pour lui de faire face a un comité d'accueil hostile comme auparavant. Il se contenta d'énoncer, laconique et grave

Nous attendrons ici: le moment va venir

Et en effet le moment vint tandis qu'un guerrier approcha, visiblement d'Asgard et jouant les douaniers ou garde frontière, il demanda les identités des visiteurs et les raisons de leur visite. Minos alors se leva lentement, ôta la neige de sa cape, puis, regardant son interlocuteur esquissa un sourire de circonstance

Nous sommes une ambassade de sa majesté Hadès et nous souhaitons nous entretenir avec un éminent représentant d'Odin afin d'adresser notre message a  caractère diplomatique. Notre venue ne doit pas vous effrayer ou vous rendre agressif; nous venons parler.

Minos appuya légèrement les derniers mots

Pour le reste nos identités particulières importent peu, nous les donnerons en temps et en heure. Aussi je vous prie de nous mener sans retard vers la plus haute hiérarchie d'Asgard pouvant nous recevoir

Le ton était courtois mais ne manquait pas d'assurance; il s'agissait de convaincre sans perdre patience ou contenance.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2038
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Aoû - 11:08
HRP : je poste plus tôt que prévu à cause de la fin de l'event. J'espère que ce qui suit est acceptable.


Le Griffon rejeta la proposition du Bourreau de s'avancer davantage dans le village, préférant sans doute ne pas brusquer les choses et attendre là le comité d'accueil des Ases. Et il avait raison : rien ne servait de se précipiter, car la silhouette d'un guerrier vêtu d'une peau d'ours se détacha de la forêt environnant le village. Celui-ci s'avança vers eux, et d'un ton sans rudesse contrastant avec son allure féroce, fit son devoir de protecteur du royaume nordique en s'enquérant des raisons de leur venue. Le Juge les lui donna, sans pour autant consentir à révéler leurs identités, et demanda poliment au guerrier s'il pouvait les introduire auprès d'une haute autorité apte à entendre leur message. Il était peu probable que l'homme avec sa peau d'ours fasse partie des décideurs d'Asgard, son aura étant clairement inférieure à celle d'Eize, le Général Marina rencontré à New-Atlantis.
Ils en étaient là de leur ambassade, à attendre que le guerrier Ase veuille bien répondre à leur requête, lorsqu'un grand bouleversement se produisit. Même Rogos, avec sa conscience de Spectre de bas étage, pouvait ressentir le formidable déchaînement de cosmos qui balayait le monde en cet instant, malgré son origine lointaine. Ce flot d'énergie pourtant ne contenait aucune menace, il semblait plutôt réparer le désordre et les déséquilibres que Wolgorn avait mentionnés bien plus tôt au Palais de Pandore, et qu'il s'était alors montré incapable de percevoir. Son collègue et son supérieur, plus expérimentés, avaient forcément remarqué ce changement. Pourtant, l'étrangeté ne s'arrêtait pas là... Il sentait un problème avec son Surplis, comme si le lien entre l'armure sombre et les Enfers se tordait en tous sens.
Il se passait quelque chose dans le monde des morts, il en était convaincu, mais il ne savait pas quoi. Il fallait en avoir le cœur net, cependant il était inconcevable d'abandonner ainsi la mission diplomatique... Du moins, voir le Griffon quitter les lieux en pleins pourparlers serait une grave entorse à la bienséance. Devrait-il retourner en Enfer en laissant Wolgorn assurer la protection du Juge, puis revenir faire son rapport ? Il était prêt à le faire, mais on lui épargna cette peine. En effet, un étrange papillon fantasmagorique se matérialisa près d'eux, et vint se poser sur son épaule. Il crut reconnaître là une Fée, un messager que les Spectres utilisaient pour se contacter entre eux. Il ne savait pas pourquoi la petite créature s'adressait à lui plutôt qu'au Juge, mais ce n'était pas important.
Il pria le papillon de délivrer son message, et un flot d'images se déversèrent dans sa tête. Le Spectre qui avait envoyé cette Fée préférait apparemment montrer ce qu'il voyait et entendait plutôt que de le mettre en mots...
***
Dans l'esprit du Spectre du cavalier sans tête apparurent les images de la rive de l'Achéron, le fleuve délimitant l'entrée des Enfers. Normalement, d'innombrables âmes décédées se massaient au bord de l'eau, attendant de la traverser sur la barque du Passeur pour poursuivre leur dernier voyage vers la Maison du Jugement où serait décidé leur sort dans l'après-vie. Après le massacre de La Havane, on lui avait rapporté que la rive était embouteillée de défunts en attente de leur passage. Pourtant, le spectacle qu'il avait devant les yeux était tout autre.
Certes, de nombreuses ombres continuaient d'attendre, mais dans le ciel des Enfers, des centaines de milliers de morts volaient, comme libérés de la gravité, en direction du Yomotsu Hirasaka, l'entrée du royaume des ténèbres. Les morts retournaient en masse dans le monde des vivants, et les nombreux Squelettes et Spectres présents ne pouvaient rien y faire, malgré leurs hurlements et leurs gesticulations. Il en venait de partout : des défunts attendant sur la rive s'envolaient, d'autres resurgissaient des profondeurs du fleuve qu'ils avaient tenté de traverser sans payer le Passeur, et pour finir il en venait même de la Maison du Jugement... et pire encore, des différentes Prisons. Sur sa barque, le Spectre chargé de transporter les morts d'une rive à l'autre de l'Achéron hurlait des insanités, réclamant qu'on le paye. Les autres Spectres comprirent qu'ils ne pouvaient endiguer le flot des âmes qui les narguaient, et se précipitèrent vers les Prisons en criant de laisser tomber les morts de La Havane, Rodorio et Death Queen Island, qu'il fallait plutôt consacrer tous leurs efforts à empêcher les chevaliers des autres factions récemment tombés au combat de ressusciter aussi.
C'était une violation majeure de l'ordre naturel. Seul le Seigneur Hadès avait le droit de disposer comme il l'entendait des défunts en leur accordant le retour à la vie, et au vu de la folle agitation de ses serviteurs, cette lumière divine qui irradiait du Puits des Âmes en attirant les morts à elle n'était pas le fruit de la volonté du Sombre Monarque. Miracle pour les uns, anathème pour les autres...
« C'est quoi ça ?! Ils se foutent de nous... » gronda Rogos en serrant le poing, sans savoir qui était ce « ils » qu'il maudissait.
***
Le Dullahan rouvrit les yeux. Effectivement, de simples mots n'auraient pas suffit à décrire ce qu'il venait de voir... mais le papillon des Enfers venait de disparaître, il devrait donc essayer de faire passer le message à Minos d'une manière plus... conventionnelle.
« Mauvaise nouvelle Monseigneur. Les morts retournent dans le monde des vivants. Pas tous apparemment, seulement ceux décédés à cause des Dieux Hindous, mais même ceux ayant été submergés en essayant de traverser l'Achéron seuls, même ceux déjà passés en Jugement traversent le Yomotsu Hirasaka en sens inverse. Nos camarades en bas sont impuissants à les arrêter, une force irrésistible ramène ces défunts à la surface, ils n'arrivent pas à s'y opposer. »
Il n'arrivait pas à masquer sa rage. Il n'était pas sûr de la réaction de Minos et de Wolgorn, mais il bouillonnait intérieurement devant l'ampleur du blasphème. Qui se permettait d'intervenir dans le royaume des morts ? Qui osait ainsi soustraire les sujets d'Hadès à leur Jugement ? De mémoire de Spectre, seuls trois grands sacrilèges avaient ainsi précédemment bafoué la loi des Enfers : quand le héros Héraclès était venu capturer Cerbère, le chien de garde d'Hadès ; quand le Dieu Asclépios s'était mis en tête de guérir toutes les maladies et blessures des mortels au point que plus personne ne mourut pendant un temps ; et enfin quand les Saints d'Athéna s'y étaient introduits il y a trente ans pour attenter à la vie de leur Seigneur.


Dernière édition par Rogos le Mer 13 Aoû - 19:28, édité 2 fois
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 738
Age : 22
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Aoû - 18:45
Wolgorn fut retenu dans son avancée par Minos: ils devaient attendre. Finalement, quelqu'un se présenta bien assez tôt à eux, un personnage seul. A sa tenue bestiale, à son air bourru et particulièrement à son aura, on pouvait deviner d'avance que c'était un guerrier d'Asgard. Celui-ci était manifestement seul et resta donc sur la défensive face aux trois Spectres, sans pour autant les repousser. L’Étoile Terrestre espérait qu'il ne se mette pas à les insulter de tous les noms, comme ce fut le cas au port de New-Atlantis. Bien qu'il ait demandé à ce que le contingent infernal décline son identité, l'auguste Griffon refusa pour l'instant de le faire, ce qui pouvait probablement braquer cet envoyé d'Odin.

Le Bourreau resta silencieux, le vent glacé continuait de souffler et faisait danser leurs étoffes. Est-ce que cette ambassade-ci allait bien se dérouler et leur servir ? D'après ce qu'il avait pu comprendre des idéologies respectives des factions étrangères à l'armée d'Hadès et de la visite précédente, les Spectres étaient fâcheusement isolés. Soudain, le Dullahan poussa un juron et l'Exécuteur se tourna vers lui, pour le voir avec une Fée à l'épaule. Rogos, visiblement contrarié, s'empressa de délivrer un rapport d'urgence: les humains tués par la main des dieux hindous seraient en train d'émerger du Royaume des Morts ! Un phénomène étrange se produisait à travers l'intégralité des Enfers, et les gardiens du monde souterrain seraient impuissant face à cela. Comment était-ce possible ? Une fois en Enfer, nul ne pouvait en ressortir !

"Rogos ! Quelles sont ces balivernes ?!" s'étrangla Wolgorn, estomaqué par la nouvelle.

C'était humiliations sur humiliations à ses oreilles... après s'être fait férocement bouter par Poséidon en mission diplomatique, voilà que les Enfers se vidaient d'une partie de sa population, alors que les damnés devaient purger leur peine ! Ces défunts étaient à eux, quelle que soit la personne ou la force qui les a envoyés. D'où pouvaient-ils se permettre un prodige aussi absurde ?
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Aoû - 9:09
Une fois la stèle disparue, Il se rendit à pied à l'écart du village.Une fois éloigné de toute civilisation, il se décida à revêtir son éclat divin, la marche c’était bien, mais le temps était précieux pour le loup d’Odin. Il devait rapidement rentrer et faire son rapport à Freyja.

A l'abri des regards indiscret, il utilisa son cosmos pour intensifier sa vitesse afin de regagner Asgard. Il ne dut ralentir que lorsque sa course passa à proximité d'un village, au nord de la Norvège. 

Le climat était déjà  beaucoup plus agréable pour lui, bien qu’il ne soit pas originaire d’Asgard, Andy c’était très vite accoutumé à l’air polaire qui y régnait.
Son sac et sa box sur le dos, il entreprit un long voyage de retour, il y a quelques mois il n’aurait jamais essayé ce voyage à pied, d’ailleurs il y a quelques semaines non plus. Depuis quelques temps, il se sentait plus fort, plus assuré. Sans doute commençait-il à tirer pleinement profit de son éclat divin.

Une fois sortit de la ville, il s’enfonça de plus en plus dans la campagne enneigée, les quelques habitants le croisant, lui demandèrent s’il était perdu. Ce à quoi il répondait aimablement, que non, qu’il s’avait très bien où aller.

Bien qu’incrédules les habitants ne cherchèrent pas à comprendre le jeune garçon. Tout ou plus, il serait vigilant à la prochaine édition du journal. Ainsi il pourrait déclarer haut et fort au petit café du coin : « Je l’ai croisé ! »

Une fois écarté du village, il reprit sa course.

Après une bonne heure Après son départ de Bombay, il arriva aux limites du royaume d’Odin, il pouvait en sentir le pouvoir. Etendant sa perception, il identifia plusieurs cosmo de guerrier qu’il avait rencontré. Mais ce fut l’énergie de Wulf qu’il l’interpella. Enfin, non, pas l’énergie de Wulf, mais plutôt les trois autres cosmos qui était avec lui. A Bombay il avait déjà rencontré des guerriers avec une aura similaire… Des spectres ! Et apparemment, l’un deux n’était pas un simple trouffion.

Décidant, qu’il était préférable de s’assurer que tout allait bien pour Wulf, il infléchit sa course pour se diriger vers l’entrée du village Magnir. Au fur et à mesure qu’il s’approchait il réduisit sa vitesse pour finalement s’arrêter à quelques centaines de mètre du lieu ou Wulf discutait avec trois personnes.

Andy prit le temps de sortir une cape de son sac, afin de dissimuler son armure au regard des inconnus et s’avança.

Avec la tempête qui se levait, il ne parvint pas à identifier les armures des inconnus, mais il parvint au moins à ressentir leur puissance… Apparemment chaque rang de l’armée du sombre monarque était représenté.

Il arriva derrière eux, sans prendre la peine de se dissimuler de sorte qu’ils ne prennent pas cela pour une agression.

Il s’adressa aux spectres, d’une voix calme et assurée.

« -Messieurs, Si la paix guide vos pas, soyez les bienvenus sur les terres d’Odin… »

Il jeta un regard à Wulf, l’interrogeant par ce biais sur la situation. Continuant sa progression il vint se plaçait à quelques mètres de son frère et lui adressa la parole.

« -Mon frère, je suis heureux de te revoir, je passais dans le coin et j’ai ressenti ta présence et j’ai décidé de venir te dire bonjour. »

Non, il ne voulait pas accorder trop d’importance aux spectres, s’ils venaient dans un but belliqueux, ils devaient comprendre que les guerriers d’Odin, ne les craignaient pas.

Il se retourna enfin sur les spectres.

« Mais je manque à l’usage. Je suis Andrew Sutherland, protecteur de la foret d’Epsilon, à qui ais-je l’honneur ? »

Il avait été assez vague sur son identité, mais fidèle à lui-même, il avait dit la vérité. Au loin, il sentit une puissance froide émerger et se diriger vers eux. Bientôt, l’avantage numérique des spectres serait de l’histoire ancienne.


Dernière édition par Andrew le Jeu 14 Aoû - 16:16, édité 1 fois (Raison : Incohérence temporel)
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 843
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Aoû - 11:26
Celui qui semblait être le chef du groupe avait prit la parole, expliquant sur un ton courtois la raison de leurs présences sur les terres d'Asgard, mais refusant de fournir leurs identités. Wulf pensa en lui-même que les ambassades semblaient s'enchaîner ces derniers temps. Cela le fatiguait par certains côtés, car même si elles étaient l'occasion de rencontrer des étrangers, elles n'étaient vraiment pas le milieu dans lequel il aimait évoluer... jamais sûr que la personne en face soit sincère. Wulf avait cependant noté l'identité du seigneur des étrangers qui lui faisaient face, Hades, le dieu des morts Olympien. Ils étaient donc des Spectres. Cet ordre n'avait pas une excellente réputation, mais quel ordre pouvait avoir une bonne réputation lorsque ses membres servent la mort ?
 
-" Je préfère rester seul juge concernant ma réaction par rapport à votre venue, je vous remercie."
 
Ils voulaient rencontrer les plus hauts représentants d'Odin, rien que ça. Wulf n'était même pas sûr de bien vouloir les faire pénétrer sur les terres d'Asgard. Ce fut à ce moment qu'il sentit une présence approcher. Il tourna la tête en direction de l'endroit ou il détectait cette présence. Elle venait directement du palais, et Wulf était sûr de reconnaître à qui ce cosmos appartenait.
 
-" Pour le reste, je ne vais vous emmener nulle part... j'en n'aurai pas besoin. Mes avis que les plus hautes autorités d'asgard, comme vous dites, vous ont repéré depuis un moment."
 
Wulf  sentit à ce moment la vague d'énergie. Elle semblait lointaine, et pourtant il l'avait bien sentit. Instinctivement, ses sens se mirent en alerte, ne sachant pas ce que signifiait tout cela. En temps normal, sa rage aurait commencé à s'emparer de lui. Mais là, grâce à son médoc, il arrivait à garder le contrôle, bien qu'il continuait à sentir ses migraines. Il eut juste une bref poussée de cosmos qui se dissipa rapidement. Wulf était las de tout cela. Il ne savait pas ce qui s'était passé et, à vrais dire, s'en fichait tant que ça n'avait pas d'impact sur les siens. Il but une nouvelle gorgée à sa gourde, toujours avec le même goût atroce, mais il le devait, car il sentait que déjà les effets se dissipaient. Ce n'était vraiment pas une bonne solution à long terme.
 
-"Un changement est en marche on dirait."
 
Wulf avait déclaré cela assez calmement, plus pour lui-même qu'autre chose. Tout cela lui évoquait une vague impression de déjà-vu. Il était bien placé pour savoir que lorsque le cosmos explosent de cette manière,  cela veut dire que le monde ne sera plus comme avant.
 
Ensuite, l'un des spectres prit la parole pour s'adresser à ses compagnons. Il semblait être en colère et, à ce que Wulf arrivait à comprendre, ça semblait être le bordel sur leurs terres. Il y était questions des dieux hindous, de morts qui ressuscitaient par paquet.  Wulf était intérieurement assez amusé, en s'imaginant les familles des victimes revoirs leurs proches après les avoirs inhumés, et encore plus dans le cas où le corps avait été brûlé.
 
Une silhouette apparut derrière les spectres. Wulf l'a reconnu immédiatement. Il s'agissait d'Andrew. Wulf était content de voir son frère d'arme de retour. Lorsque celui-ci s'approcha pour le saluer, Wulf lui rendu son salut.
 
-"  Content de te voir de retour, mon frère. Ces étrangers sont en ambassade, des spectres si j'ai bien compris. De plus, je ne sais pas ce qui se passe au juste mais ça à l'air d'être le chaos dans leur royaume."

Wulf conserva le silence, pendant qu'Andrew se présenta. Il attendait de voir ce que les spectres allaient faire. Il attendait l'arrivée de Keiyan, peut-être une fois qu'il serait-là, les spectres diraient enfin les vrais raison de leur venue. Il finit par  se présenter lui aussi.
 
-"Wulf."

(hrp, Keiyan poste juste après)
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Aoû - 15:48
    En quelques instants, l'armure divine d'Alpha avait recouvert le corps de Keiyan, tandis que le scintillement d'un saphir venait s'épanouir autour de sa taille, pour se concentrer en un point précis. Mais il n'avait pas le temps de s'attarder sur ces changements, car il devait répondre aux ordres de la déesse et se diriger vers les frontières du Royaume, afin d'y rencontrer les créatures venant troubler la quiétude des lieux.

    Tandis que sa monture parcourait la distance entre le château et le village de Magnir, Keiyan étendait ses sens pour mieux percevoir les alentours. Décelant celle de Wulf puis les présences étrangères, Keiyan se dirigea plus rapidement vers elles, tandis qu'il intensifiait progressivement son énergie et sa présence. Sans en venir à provoquer de chamboulements environnementaux, Keiyan faisait en sorte d’apparaître comme LA présence à ne pas mécontenter dans les environs. De plus, qu'une délégation vienne sur les terres Ase comme en terres conquises, avec 3 guerriers puissants, cela ne lui plaisait pas du tout. Une véritable délégation aurait du comporter un seul guerrier en plus d'un ambassadeur. A mieux l'observer, Keiyan pouvait déceler une puissance presque équivalente à la sienne tandis que les deux autres Spectres semblaient eux-même êtres des guerriers aguerris au combat.

    «Bonjour à toi Andrew, heureux de te revoir Wulf, espérons que nous pourrons prendre le temps tous les deux de nous retrouver plus tard» commença t'il, une fois arrivé sur place, en saluant ses camarades Guerriers Divins.

    Puis, toujours concentré et alors qu'il descendait de son cheval, Keiyan se tourna plus vivement vers les nouveaux venus afin de leur faire face et, littéralement, de leur bloquer le passage. Wulf et Andrew assureraient ses arrières, si tant est qu'ils en viennent aux mains. Mais la situation qu'il avait entendu décrite par le troisième spectre ne permettrait pas aux Enfers de se passait très longtemps d'un de leur juge. Tandis que lui, Keiyan, était relativement facilement remplaçable. Même s'il ne désirait pas mourir avant longtemps.

    «Bien, je suis Keiyan Guerrin, Guerrier d'Alpha, et je serais votre interlocuteur privilégié pour les prochaines heures. Et avant d'écouter le moindre message provenant de votre Seigneur et Maitre, je vais vous prier de vous présenter…»
avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 41
Autres comptes : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Aoû - 15:58
Minos restait immobile dans sa cape couverte de givre, assis, impassible malgré les propos du premier Ase rencontré sur ces terres gelées; celui ci ne souhaitait pas accéder aux requêtes du juge des enfers: guère surprenant a la vérité tant une ambassade était toujours ardue lorsqu'on vient des enfers.... aucune réaction vint puisqu'un second guerrier d'Asgard arriva a la hauteur du groupe qui semblait vouloir grossir le plus vite possible dorénavant. Ce personnage était plus avenant que les autres, ces propos étaient ceux d'un Ase d’expérience sembla t il au juge des enfers face a cette attitude ouverte. Invité a se présenter le juge des enfers resta cependant encore une fois impassible,  sans mot dire: il sentait que la bande des esquimaux n'étaient pas complétè et qu'un guerrier puissant approchait: et en effet quelques secondes plus tard celui qui allait se présenter comme le guerrier divin d'Alpha arriva, son aura était conséquente et un souffle d'air froid découvrit presque le visage du juge des enfers dont la capuche se releva découvrant sa chevelure .
Minos se leva alors lentement, prenant soin de chasser de sa main le givre de sa cape. Debout désormais face aux trois guerriers d'Asgard il attarda surtout son regard sur les deux derniers arrivants,puis il énoncé d'une voix déliée, empathique

Me présenter?

A cet instant glissant sa main sur son visage sa cape se volatilisa dans une nuée violette se dissipant dans le blizzard. A présent nul ne pouvait ignorer son identité et surtout pas un guerrier divin porteur de saphir d'Odin

Je suis Minos, juge des enfers et je viens parler des événements en cours avec l’autorité d'Asgard , ou, a défaut, puisque cela semble être le cas, avec un représentant qui se fera l'écho de mon ambassade auprès des divinités du Nord

Minos tourna son attention sur Andrew et lui dit

Je tiens a te remercier pour ton accueil, elle est en tout cas plus agréable que celle du douanier qui nous a interpelé précédemment
 
Ces derniers mots furent accompagnés d'un regard vers le premier Ase venu a leur rencontre; il ajouta

je saurai m'en souvenir si je viens a croiser vos âmes.... plus tard

Puis le juge poursuivit, s'adressant a Andrew

Et puisque tu sembles plus avisé que ton camarade tu lui apprendras que le chaos.... c'est de nous qu'il émane et que par conséquent sentir le chaos dans les enfers ne fait que souligner l'activité qui règne chez nous.

A ce moment le juge se tourna vers le guerrier divin d'alpha

Ainsi le guerrier divin d'Alpha a daigné venir a ma rencontre: je m'en réjouis.

Minos fit une pause et jeta un regard au loin vers le palais d'Asgard, vers les divinités du nord puis il reprit

Les dieux des Indes se sont éveillés et veulent nous détruire....

fixant le guerrier divin il reprit gravement

...tous!

Puis, après un instant, pesant de cette menace énoncée

Profitant de cela, l'empereur des océans veut en profiter et lui aussi se dresser contre les dieux; ainsi donc je voudrais connaitre les positions a cet égard du royaume d'Asgard. Je soupçonne les marinas de s’être allié avec les dieux des Indes pour nous perdre les uns après les autres


Minos laissa une seconde avant de répondre pour appuyer son propos

évidemment vous pourriez vous dire qu'il serait plaisant de voir les enfers inondés par la colère de l'ébranleur du sol, cependant je sais fort bien que les fiers guerriers divins ne sont pas des grands amis des Atlantes et contre qui croyez vous que Poséidon va jeter son dévolu dans cette tourmente sinon cette terre d'eau gelée?

Minos considéra l'effet de son discours sur ses interlocuteurs avant de terminer

Aussi je vous propose pour un temps de joindre nos forces en cas d'agression .... notre seigneur se réveille messieurs, les dieux vont s'armer de nouveau et nous souhaitons, sa majesté Hadès et nous les spectres, s'associer avec les puissances d'Asgard; je vous prie de considérer avec attention cela

Le juge des enfers, fit un signe de la tête a ses acolytes pour qu'ils gardent patience et ne bougent pas en attendant une réponse a cette ambassade.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2038
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Aoû - 17:14
Lorsque Rogos avait annoncé la nouvelle, Wolgorn avait comme il s'y attendait fait montre d'un mélange de stupeur, d'incrédulité et de colère. Minos par contre avait reçu le message avec un calme apparent digne de son rang.
Sur ces entrefaites arriva un second guerrier d'Odin à l'armure lupine, qui salua poliment le trio de Spectres tout en feignant de ne pas leur prêter trop d'attention, sans doute pour leur faire comprendre qu'il n'avait rien à craindre d'eux. Et il avait sans doute raison, au vu de la grande puissance cosmique qui se dirigeait vers le village et dont l'arrivée semblait imminente. L'Ase prit le temps d'échanger quelques mots avec son confrère garde-frontière avant de se décider à se présenter comme étant Andrew. Le guerrier mal dégrossi qui les avait accueillis en premier suivit son exemple, et donna son nom à son tour, Wulf.
Et toujours Minos, intraitable, refusait de se présenter... Le Dullahan se demandait si c'était vraiment une bonne idée. L'ambassade à New-Atlantis avait échoué à partir du moment où les Spectres avaient commencé à répondre aux insultes d'Eize et de Poséidon. C'était regrettable, mais se laisser marcher sur les pieds de la sorte aurait été un inacceptable signe de faiblesse... Seulement, ils avaient très probablement mis les Marinas en colère, et il n'était pas question de devoir faire une croix sur des alliés potentiels, et encore moins de se faire davantage d'ennemis pour de la fierté mal placée. L'ennui, c'était qu'il ne pouvait pas faire la moindre remarque au Juge sans donner l'impression qu'il ne savait pas se faire obéir de ses subordonnés, et de toute façon il doutait fort de pouvoir faire mieux s'il était placé dans la même position.
« Raaaaah, je hais la diplomatie... Toujours devoir ménager les susceptibilités et faire attention aux apparences, ça m'éneeeeeeerve ! »
C'est alors qu'arriva le dernier Guerrier Divin, Keiyan d'Alpha... qui leur annonça qu'il serait leur seul interlocuteur. Rogos avait la très nette impression de revoir se dérouler devant ses yeux le scénario désastreux de New-Atlantis. Déjà, l'Ase supérieur n'avait pas l'air d'apprécier que les Spectres soient venus si nombreux, c'était écrit dans son regard... La taille relativement importante de leur « délégation » était censée être une marque de respect, mais à la place ils obtenaient l'effet inverse de celui escompté.
« Et zut, on est trop nombreux... Maintenant soit ils croient qu'on a pas confiance en eux, soit ils pensent qu'on est arrogants et qu'on essaye de les impressionner... Mais on est venus pour discuter d'une alliance nous, pas pour les menacer ou les envahir ! »
Minos se décida enfin à se présenter face au guerrier à l'armure de dragon, et exposa le but de leur visite, dévoilant son argumentaire... qui supposait déjà que les Marinas attaqueraient les Enfers dans un futur proche. Il conclut en ordonnant discrètement à ses subordonnés de ne rien faire, de le laisser mener la négociation. Rogos supplia mentalement le Juge de modérer ses paroles... Après tout la manière dont il s'était adressé aux deux Ases subalternes pouvait vraiment sonner comme une menace.
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 738
Age : 22
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Ven 22 Aoû - 20:08
Un guerrier d'Odin supplémentaire, cette fois arborant fièrement son armure, s'était avancé à la rencontre du trio de Spectre. Moins rustre que le premier, son ton était cependant limite condescendant à l'oreille du Bourreau, comme si leur présence en Asgard était chose négligeable. Les deux Scandinaves avaient apparemment entendu son désarroi et celui de Rogos, et discutaillaient entre eux, le vent couvrant leur conversation. C'était comme si, en se retrouvant, ces individus avaient oublié les émissaires d'Hadès. Au bout d'un moment, ils finirent par se présenter: Wulf et Andrew, manifestement des Guerriers Divins. Wolgorn eut à peine le temps de retenir leurs noms qu'un troisième larron était apparu, mais celui-là était bien plus costaud que les deux autres. Il était sans doute assez vigoureux pour se battre d'égal à égal avec Minos, si ce n'était que ça...

Ils étaient maintenant six à la lisière du village jouxtant les montagnes, trois combattants de deux camps différents, qui se fixaient droit dans les yeux. La tension était palpable, on pouvait lire la défiance glaciale dans le regard des Ases. Visiblement, ils n'appréciaient pas du tout leur présence, même pour une mission d'ambassade. C'était vérifiable à en juger par le cosmos gigantesque irradiant du fameux Keiyan d'Alpha, qui tenait à remettre les Spectres à leur place. L'Exécuteur écumait de frustration, mais il devait se faire à l'idée: nul ne pouvait saisir l'immensité et la noblesse des idéaux du Souverain des Enfers. Toutefois, il n'arrivait pas à s'habituer à cet antagonisme et le Dullahan non plus, au vu de son teint blême. L’Étoile de l'Exécution se surprenait même à s'imaginer bondir sur l'un des Scandinaves pour le fracasser et mettre fin à cette tension.

Le Griffon, sauf le respect que Wolgorn lui devait, adoptait un registre bien menaçant pour ces nordiques à cran. Le Russe craignait alors qu'ils ne finissent encore éconduits, voire même par se mettre sur la figure, mais là où il en était, il ne savait pas s'il pouvait résister à une bagarre et s'arrêter. Il fallait éviter ça, parvenir à calmer le jeu face à des Guerriers Divins fort susceptibles. Miséricorde, et dire qu'ils voulaient seulement donner une ambassade en grande pompe et mettre en valeur le dynamisme de l'armée d'Hadès et de leur Juge. Ajoutons qu'être Juge des Enfers était l'une des plus hautes responsabilité en ce monde, et qu'on ne pouvait confier un tel personnage à n'importe qui ! L'Exécuteur fit alors un pas en avant, et se lança dans la discussion le plus posément et cordialement possible:

"Je suis Wolgorn du Bourreau et voici Rogos du Dullahan. Notre seul but en ces terres est de veiller à la sécurité de son Excellence Minos, surtout en terrain inconnu. Ne voyez aucune offense de notre part, seulement une volonté de protéger. Mais si c'est le cas..."

Il n'eut pas le culot nécessaire pour achever sa phrase, ses mots s'évanouissant à ses lèvres. Au lieu de cela, le Russe eut un geste conciliant de la main, avant de se reculer pour rejoindre sa place initiale. Au moins, il s'était efforcé d'exprimer sincèrement l'objet de leur nombre aux Guerriers Divins. Ils avaient beau être les hérauts de l'oblitération totale de la Terre, ils n'en étaient pas pour autant des brutes sanguinaires. L'action des Spectres était parfaitement sensée, celle des barbares, non. Le Bourreau regarda ensuite Rogos et, par un jeu de mimiques faciales, lui enjoignit discrètement de partir si nécessaire, étant le plus vulnérable des trois serviteurs d'Hadès. Pour assurer l'intégrité de Minos durant cette mission, mieux valait que le plus fort reste pour faire front.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Aoû - 12:51
L’arrivée de Keyian fut assez bien scénarisée, sur son cheval la cape au vent. Digne d’un film mais Andrew fut surtout surprit par son armure… Il ne portait plus son éclat divin de Fafnir… Il portait l’armure divine d’Alpha, durant la mission d’Andy, Keyian avait reçu l’armure la plus puissante du royaume et par la même occasion encore plus de responsabilité.

Lorsqu’Alpha, le salua Andrew frappa son poing sur sa poitrine et inclina légèrement la tête en signe de respect. Désormais Wulf et lui ne jouerait plus que les seconds rôles. C’était Keyian qui serait la voix du domaine sacré du père de toute chose.

Devant le représentant d’Odin, les langues spectrales se délièrent. Minos juge des enfers, s’adressa d’abord au loup d’Odin. Le remerciant pour son accueil et lui promettant de se souvenir de lui s’il croisait son âme.

Les mots qu’ils employèrent pour décrire Wulf, furent plus insultant… Il parlait du guerrier comme d’un enfant.  Et les acolytes du juge, n’y allèrent pas de main morte non plus, l’un d’eux marmonna dans plus pour lui-même que pour l’assemblée. Quant à l’autre, le spectre du bourreau comme il se présenta expliqua leur présence en masse, comme étant une mesure de sécurité des plus banales, mais ne cacha pas qu’ils étaient près au combat le cas échéant. Du moins c’est ce que laissa supposer sa phrase laissée en suspend.

Connaissant son ami, Andy savait que toutes ces railleries et autres risqueraient d’envenimer la situation aussi, se permit-il de répondre à la provocation avant Wulf.

« Seigneur Minos, je n’ai pas de conseil à donner à mon frère d’arme, il assure la mission que le divin Odin lui à confier, de la façon qu’il juge appropriée.
Par contre je tiens à vous éclairer sur un point, insulter ou manquer de respect un guerrier d’Odin équivaut à insulter l’ensemble du royaume. Je suis sûr que vous ignoriez ce point, en fin diplomate que vous êtes, aussi je pense que nous pourrons oublier cela. »

Toujours avec calme, il se tourna vers le spectre du bourreau, qui s’était présenté ainsi que son compagnon comme les gardes du corps du seigneur Minos.

« Je comprends… vous êtes la garde d’honneur du seigneur Minos. Mais je pense que vous avez encore pas mal de chose à apprendre de la part de sa seigneurie.


Voyez-vous, de mon point de vue, votre présence en tant que garde du corps, sous-entend que vous vous sentez menacer par Asgard.


Vous pensez apporter un poids diplomatique à votre maître, mais au contraire, vous ne faîtes que diminuer sa prestance, en faisant penser que l’un des juges d’Hadès, ne peut se protéger seul… Admettez que cela, n’est pas judicieux. Car je pense que le sieur Minos est tout à fait capable de se défendre seul. »

Il se tourna vers le juge infernal.

« Je suppose que vous comprenez ce que je veux dire Seigneur Minos, peut-être cela, vous explique-t-il l’accueil froid que vous avez reçu précédemment »

Il inclina la tête vers le juge, le respect n’était pas réservé aux siens, mais à tous. Et pour l’instant les spectres ici présent s’en étaient montrés digne.

Par la suite, la conversation fut accaparée par Minos, expliquant les raisons de leur venue. Mû par la nécessité, les spectres d’Hadès cherchaient du soutien pour lutter contre les divinités Hindoues et Poséidon. Selon Minos, le royaume des morts serait l’objectif commun d’une alliance entre le panthéon Hindou et Poséidon.

Andy jeta un œil discret à Keyian, celui-ci, était au courant de la mission d’Andrew. D’un regard, le loup indiqua au dragon qu’il avait des informations concernant l’épisode Hindou. Mais le guerrier d’Odin préférait garder tout cela pour lui, pour le moment.

Le juge poursuivit et en vain à la vrai raison de leur venue dans le nord, ils cherchaient des alliés afin de combattre les ennemis à leur porte, utilisant les vieux antagonismes entre Odin et Poséidon comme argument de choix.

Ne voulant pas faire preuve d’irrespect envers le juge, Andy avait attendu la fin de son discours pour parler à son supérieur direct.

« Keyian, à moins que tu n’aies besoin de ma présence, je vais me rendre au palais afin d’y faire mon rapport. »

Le loup, pensait évidemment plus aux informations qu’ils détenaient, qu’à un poids militaire évidemment. D’autant plus, que cela venait appuyer ses arguments de tout à l’heure. Laisser Le guerrier divin seul, équivaudrai à prouver aux spectres. Qu’ils n’étaient pas considéré comme une menace ou tout du moins, pas assez menaçants pour mobiliser autant de guerrier.

Ah la diplomatie et les jeux d’ambassadeur, au final c’était un jeu qui amusait beaucoup le loup d’Odin. Il fit un signe de tête à Wulf et adressa un signe de tête respectueux aux spectres présent.


HRP/ A moins que Keyian ne me demande de rester, considérer que je quitte les lieux calmement et que je m’enfonce dans le village Wink
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 843
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Aoû - 13:55
Lorsque Keiyan arriva, Wulf le salua de la même façon qu'Andrew, frappant du poing sur la poitrine et inclinant brièvement la tête. Il nota aussi le changement d'armure du guerrier divin, ce qui semblait le rendre encore plus redoutable que ce qu'il était déjà de base.
 
Une fois que Keiyan se présenta, les spectres daignèrent enfin en faire de même. Leur chef se présenta sous le nom de Minos. Wulf tiqua légèrement en entendant ce nom. Même lui avait entendu parler des légendes concernant le roi de Crète, certaine le décrivant comme un souverain sage et puissant, d'autres comme un mégalomane complètement dément, dans tous les cas, il était devenu par la suite l'un des juges des enfers. Wulf attendait de voir si le juge serait à la hauteur des récits qu'on faisait de lui, et de quels récits il tiendrait le plus.
 
Il remercia Andrew pour son accueil, reprochant à Wulf le manque de chaleur du sien. Puis fit une promesse qui semblait sonner comme une menace... Wulf ne comprenait décidément pas grand-chose à la diplomatie. D'autant plus que dans son esprit, la menace du juge sonnait creux. Ce dernier ne faisait pas partie de ses croyances, Seuls Odin, les Valkyries et Hel avait un pouvoir sur l'âme des Asgardiens et des fidèles d'Odin après la mort, et Wulf doutait qu'ils apprécieraient de voir un seigneur des enfers Olympiens empiéter sur leurs plates-bande même pour une seul âme. Il n'en restait pas moins que ce Minos lui était de plus en plus antipathique.
 
Concernant ses deux subordonnés, Wulf pouvait clairement sentir la tension qui les habitait. Il voyait qu'ils étaient prêts à réagir en cas d'agression.  Il ne comprenait pas leur attitude, pour l'instant, aucune menace réelle n'avait été proférée par les Asgardiens, et il aurait été totalement contraire à leur honneur de s'attaquer à une ambassade sauf si celle-ci donnait le premier coup... ou outrepassait ses fonctions. Il trouvait néanmoins bizarre d'amener autant de guerrier dans une mission "diplomatique".
 
Andrew prit ensuite la parole, s'adressant directement au juge et prenant la défense de Wulf. Ce geste toucha Wulf, bien qu'il n'estimait pas qu'il fut nécessaire d'une quelconque manière.  Néanmoins, une fois qu'il eut finit de parler et qu'il laissa le juge des enfers faire son offre, Wulf s'adressa à son ami à voix basse.
 
-" Je te remercie, mon frère, mais ce n'était pas nécessaire de prendre ma défense. Même avec mon "caractère" leurs provocations sont trop vide de sens pour que j'y accorde un quelconque intérêt."
 
Wulf écouta ensuite Minos expliquer la situation et faire son offre. Wulf ne comptait pas intervenir, laissant à Keiyan le soin de juger de la valeur de celle-ci. Mais ce qu'il entendit lui parut complètement incohérent, bien qu'il garda le silence. Les objectifs des divinités hindoues  n'étaient certes pas clair, mais elles ne s'en étaient encore jamais prises aux terres d'Odin. De plus cette soi-disant alliance entre Poséidon et les hindous ne collait pas. Les marinas étaient venus eux-mêmes avertir les Asgardiens de leurs réveils et leurs proposer de se joindre à la lutte contre elle. Pourquoi auraient-ils fait cela s'ils étaient alliés ? Cela ne faisait aucun sens dans l'esprit de Wulf.
 
Lorsque Minos aborda tenta de jouer sur la rancœur entre guerriers divins et marinas, Wulf ne savait pas quoi penser. Lui-même continuait de mépriser les marinas pour leurs actes lors de la dernière guerre, mais la politique du royaume semblait aller plutôt dans le sens de l'apaisement avec les ennemis d'hier. De plus, pourquoi Poséidon souhaiterait s'en prendre à Asgard si les propositions d'alliance qu'avait fait le Kraken étaient sincères ?
 
Wulf n'avait pas assez d'éléments en main pour se faire un avis tranché sur la question. En effet, qui croire ? Seul Andrew avait peut-être des éclaircissements à apporter concernant les divinités de la lointaine Inde et leurs attentions, mais si ce dernier ne désirait pas divulguer ses informations lui-même ne lui poserait pas la question. Néanmoins, il restait sceptique quant à tout cela. Indépendamment de son ressentit vis-à-vis de "l'ambassadeur" des enfers, il y avait trop de choses qui ne collait pas dans cette histoire, et ne serait pas surpris s'il découvrait qu'il cachait une partie de la vérité.
 
Il tourna finalement la tête vers Keiyan. L'interrogeant du regard sur la marche à suivre. Si Andrew désirait se retirer pour faire son rapport sur sa mission, Wulf se contenterait de rester en retrait pour assister Keiyan si celui estimait avoir besoin d'une quelconque aide.
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Aoû - 20:01
    «Les Juges d’Hadès sont-ils si faibles pour nécessiter une protection ? Alors même que leur mission n’est que celle d’une représentation, que celle de la volonté de transmettre avec soin les volontés de leur seigneur et maitre ?» demanda, sarcastique, le jeune homme.

    Observant attentivement les émissaires du sombre monarque, Keiyan écouta les explications plus ou moins abracadabrantesques fournies concernant leur nombre en ces terres qui n’étaient pas connues pour les hostilités déclarées à Hadès, pas plus que pour leur gout des intrigues ou des guerres saintes que pouvaient se mener les dieux Grecques dans leurs soi-disant grandeur. En tant que protecteur d’Odin, Keiyan se devait de penser avant toute chose au bien être de son peuple et à la sureté du Royaume d’Asgard. Il savait que les menaces des Spectres étaient rarement faites en l’air, tout comme il savait que rien ne le ferait reculer dans sa décision, s’il devait en prendre une, concernant les mots qui jailliraient de la bouche du Juge d’abord, puis dans la sienne ensuite.

    «Je t’écoute attentivement, Juge, veille à ce que tes paroles ne dépassent pas les limites de la bienséance et du respect que tu nous dois. Chacun, ici, est responsable de sa parole, fut-il le messager d’Hadès.»

    Il écouta donc les nouvelles de Minos concernant le conflit opposant les Athéniens aux Indous, cachant qu’il en savait déjà beaucoup à ce sujet par le biais des rapports émanant des Ases qui se trouvaient sur les lieux. L’information était un pouvoir en soi, un pouvoir que Keiyan ne pouvait pas utiliser sans une réflexion approfondie. Car une fois que le temps de l’action viendrait, il aurait à cœur de ne pas se laisser aller à de fausses rumeurs ou des mensonges éhontés provenant d’ennemis potentiels.

    «J’entends bien, Minos, mais je ne vois pas pourquoi nous autres Ases, vivant tranquillement sur ces terres, voudrions nous joindre à vos conflits à vous autres Spectres face aux Hindous. De plus, je crois comprendre que ces mêmes divinités semblent en mesure de vous infliger une défaite cuisante. Pourquoi, dans ce cas, voudrais-je joindre les ressources d’Asgard à votre débacle ?» lui demanda le guerrier d’Alpha.

    Puis, son regard se fit plus perçant et menaçant tandis qu’il laissait le juge terminait de parler. Lui savait déjà quels étaient les objectifs de la déesse Freyja. Et il ne comptait pas la mettre en porte à faux. Toutefois, il répondit calmement aux paroles du juge, estimant que le temps n’était pas venu à la provocation.

    «Jusqu’à présent, Asgard a sut éviter de se trouver mélé aux conflits entre vous. Et la situation me satisfait pleinement telle qu’elle se présente actuellement. Voici donc ma réponse à ton dieu Minos, une fin de non recevoir à ses menaces voilées. Et, s’il désire discuter plus sérieusement d’une alliance, qu’il fasse entendre des mots moins doucereux et inquiétant à nos oreilles»
avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 41
Autres comptes : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Aoû - 20:37
Décidément le juge des enfers apprenait a haïr la diplomatie, aider en cela par ces interlocuteurs qui n'allaient décidément jamais dans son sens. La colère du griffon montait, il commençait a jouer avec ses doigts tandis que la tension montait et que l'étoile de la noblesse scintillait au firmament des cieux infernaux traduisant la fureur du Griffon. Ses yeux maqués par sa chevelure il ne quitta pas un instant du regard le guerrier divin d'Alpha. Les propos des autres guerriers divins n'avaient fait que l'irriter mais il n'en avait guère tenu compte mais les derniers propos suffisants du dragon d'Asgard avait achevé de le mettre en colère. Cependant, le discours de ce dernier achevé, Minos eut un sourire en coin

Fort bien guerrier divin. Vous n'avez rien compris a mes propos, sans doute une maladresse de langage de ma part: vous avez été inquiété par une offre d'alliance? j'imagine qu'un spectre aimable ne vous inspire pas confiance accoutumé a la rudesse et a la froideur.... peu importe, le destin est scellé.

Minos étouffa un rire désabusé et énonça d'une voix froide et posée

Notre débâcle pourrait bien rimer avec la votre, non pas de notre fait non, mais du fait de ceux qui fomentent le chaos dans l'ombre de notre réputation et de nos propres desseins. Le simple fait que les guerriers divins soient éveillés implique un conflit dans lequel vous serez forcément impliqués messieurs les vertueux gardien de la paix


Le juge se tut afin de ne pas se laisser envahir par la fureur

Libre a vous , reprit il avec dégagement, de refuser la main que les enfers vous tendent, ces spectres venus avec moi auront pu observer et sont témoins de la bêtise humaine ils ne sont venus avec moi....

Et Minos acheva faisant résonner le grondement des enfers dans une dernière "révérence" orale

.... que pour cela !


Enfin, a ces mots, il fit un geste signifiant le retrait des spectres et disparut dans un bruit sourd
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2038
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Aoû - 12:19
Malgré la tentative du Bourreau de calmer la situation, les Ases continuaient de se montrer tendus, faisant remarquer qu'ils n'appréciaient pas beaucoup le ton du Juge. Dans le même temps, ils se moquaient ouvertement des Spectres pour être venus aussi nombreux. Selon eux, la présence d'une escorte aussi importante laissait entendre que le Griffon ne savait pas se défendre seul. Le Dullahan aurait pu leur donner raison sur ce point, à condition d'omettre ce qu'il s'était passé à New-Atlantis. Rogos ne doutait pas que Minos seul n'aurait rien eu à craindre d'Eize et d'Ewen, mais face à Poséidon, même un Juge ne faisait pas le poids, il fallait bien l'avouer. À la fin de leur ambassade, ils avaient ressenti le cosmos furieux du Dieu des Océans, s'étaient demandés si celui-ci allait essayer de les abattre sur place. Il ne l'avait pas fait, mais s'il avait essayé, les deux Étoiles Terrestres se seraient jetées sur le Dieu. Rogos et Wolgorn auraient été anéantis dans l'instant, ils s'en étaient bien rendus compte, mais si cela avait pu permettre de gagner la fraction de seconde nécessaire au Juge pour s'échapper, les deux Spectres inférieurs seraient morts heureux d'avoir accompli leur devoir. En tant que chef des Trois Juges, Minos était irremplaçable, les Enfers ne pouvaient absolument pas se permettre de le perdre, et cela justifiait cette protection.

Le Dullahan était prêt à caresser les Ases dans le sens du poil en évoquant la noblesse et la droiture qui faisaient la réputation des guerriers d'Odin jusqu'en Enfer. Il s'apprêtait à proposer que l'escorte du Juge se retire en gage de bonne foi, pourvu que les protecteurs d'Asgard donnent leur parole d'honneur que rien n'arriverait à Minos. Mais il fut interrompu par l'apparition d'une seconde Fée derrière sa tête, qui semblait vouloir lui transmettre un message.

« Mais quoi encore ? Et pourquoi toujours moi, je ne suis pas responsable des communications ! » pensa-t-il avant de s'arrêter net en entendant le message.
Le Spectre qui avait envoyé le papillon messager voulait savoir ce qu'il s'était passé à New-Atlantis, pour pouvoir en faire le rapport à Hadès lui-même ! Le Dullahan n'arrivait pas à y croire, mais il s'exécuta tout de même, tremblant, rapportant aussi précisément, discrètement et succinctement que possible les circonstances de leur échec chez les Marinas. Le temps qu'il en termine et que la Fée s'en retourne aux Enfers, la négociation qui se déroulait devant ses yeux arrivait à sa fin.

Un refus, quelques piques échangées, des avertissements, et ce fut terminé. Il n'y aurait pas d'alliance entre Spectres et guerriers d'Odin, ces derniers considérant que les arguments du Juge étaient trop faibles, et la position générale des Spectres trop mauvaise. Rogos espérait au moins qu'ils auraient pu s'en tirer avec un pacte de non-agression, mais rien de tel n'avait été convenu. On ne pouvait toutefois pas reprocher aux Ases de ne pas vouloir se lancer dans un conflit qui n'était pas censé les concerner, surtout aux côtés du camp qui semblait avoir le moins de chances de gagner.

Avant de se lancer à la suite du Juge, qui venait de disparaître, Rogos prit la parole :

« C'est vraiment regrettable, mais soyez assurés que les Enfers n'ont aucune intention belliqueuse à votre égard. Nous n'avons aucune raison de nous en prendre à vous. Sur ce, adieu, guerriers d'Odin. »
Le Dullahan les salua poliment, puis disparut à son tour, poursuivant l'aura du Griffon. C'était bien dommage, mais Minos ne semblait pas taillé pour la diplomatie, qui impliquait de respecter son interlocuteur et de faire des concessions. Cela était bien trop différent de sa tâche d'origine, celle de Juge suprême présidant au destin des âmes, dont la parole avait force de loi, et qui ne rendait de comptes qu'aux Dieux eux-mêmes.


Dernière édition par Rogos le Ven 29 Aoû - 18:37, édité 2 fois
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 738
Age : 22
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Aoû - 18:28
HRP- Wolgours est grognon ^^'. -HRP

Andrew et Keiyan enfonçaient avec une malice frôlant la mesquinerie Minos et ses deux gardes du corps, réduits à l'état de pleutres et de faiblards. Facile de dire cela quand on est à domicile et que l'on possède un idéal aussi insipide, impropre au conflit. Des barbares et des ignorants, tous. Si seulement ils pouvaient imaginer à quel point un Juge était une personnalité importante, bien plus noble et précieuse que n'importe lequel de leurs généraux. L'ambassade chez Poséidon leur avait aussi confirmé leur statut d'indésirables dans les autres factions, et renforcé l'idée qu'ils devaient faire bloc pour se protéger d'une éventuelle attaque. Wolgorn endurait tout cela sans broncher, en même temps que les imprudences de son propre supérieur. Pour la première fois depuis qu'il était Spectre, il se sentait réellement en colère, la visite chez les Marinas ayant réveillé chez lui ses instincts bestiaux. Ils s'amusaient à jouer sur les mots et à manipuler les situations comme bon leur semble et par-dessus le marché, ils osaient lui apprendre son métier ! Menace ou pas, quel que soit l'endroit, le Bourreau ne pouvait se permettre qu'un tel homme de justice comme le Griffon puisse être effleuré par un mécréant !

L'Exécuteur fulminait et se retenait tant bien que mal de ne pas se mordre la lèvre jusqu'au sang. Les politesses que lui adressaient Andrew étaient maintenant empreintes d'insolence à ses oreilles, et après avoir considéré à tort qu'ils étaient un danger pour Asgard, il lui tourna alors le dos et laissa le Guerrier d'Alpha seul. Était-ce de la confiance ou du mépris à l'égard des Spectres ? Dans l'état de vexation dans lequel était plongé Wolgorn, il lui semblait que c'était la seconde option. Ce gredin scandinave avait décidément un esprit de contradiction affuté. Blessé dans son orgueil, il n'écouta pas la suite des échanges entre le Juge et l'Ase, son regard était concentré sur Andrew et lui seul. Çà, il allait lui payer au prix fort.

Le Russe le voyait s'éloigner, noyé dans ses pensées tumultueuses, la gorge nouée par l'amertume, il n'eut pas le cran d'exprimer sa rancœur à son encontre. Entretemps, le noble Griffon sonna la fin de la mission diplomatique, ayant encore une fois été infructueuse. Que ce soit avec ou sans l'impérieux Minos, peut-être était-ce au final bien inutile d'essayer de tisser des liens solides. La lutte des serviteurs d'Hadès était trop singulière pour que le commun des mortels puisse la comprendre, il en était ainsi. Tandis que le Juge s'envolait pour regagner les terres infernales, Rogos essayait tant bien que mal de recoller les verres cassés en prononçant ses adieux. Vain effort que voilà malheureusement. L’Étoile de l'Exécution avait quelque chose à ajouter de son côté maintenant qu'il s'était tiré de ses réflexions, ou plutôt de ses sombres ruminations. Les traits rugueux tirés par le froid et la fureur contenue, le Bourreau s'adressa à Keiyan et à Wulf dans un grondement:

"Messieurs... Si un jour j'ai l'occasion de revenir en Asgard, je reviendrai pour Andrew Sutherland."

Hélas, il n'avait actuellement pas le temps pour cela. De nombreuses tâches l'appelaient ailleurs en tant que punisseur des pêcheurs et un grand péril semblait s'annoncer pour l'armée d'Hadès. Il devait d'abord s'en occuper, il laisserait ses griefs s'exprimer après s'être occupé des priorités. Le devoir avant la fierté personnelle. Que se passerait-il s'il mourrait avant d'avoir lavé l'affront ? Sans doute aurait-il été amplement mérité, pour lui, misérable soldat du Monarque des Enfers parmi tant d'autres. Trépassé sans s'être vengé, une honte, mais il survivrait jusque là. Ceci étant dit, il s'inclina puis quitta les terres gelées d'Asgard à la suite de Minos et du Dullahan dans un bond phénoménal, devenant une étoile maléfique, striant la blancheur du ciel de sa noirceur.
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 843
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Aoû - 22:59
Wulf continua à suivre silencieusement l'échange entre Keiyan et Minos. Son esprit était particulièrement sensible à la tension qui montait, à présent, il espérait presque que les choses dégénèrent pour pouvoir déchaîner toute la violence qu'il emmagasinait en lui. Son âme de berserker d'Odin réclamait que le sang coule. Il remarqua que l'un des spectres, le plus baraqué de la bande, semblait lui aussi éprouver du mal à rester calme. Il pouvait presque sentir sa colère, ce sentiment si familier, monté dans le spectre.
 
Alors que Minos répondait au guerrier d'Alpha avec la même arrogance que depuis le début de la conversation. Wulf commençait réellement à avoir du mal à se contenir. Les lueurs caractéristiques de sa fureur dansaient déjà dans ses yeux, comme autant de flammes issues d'un brasier. Wulf sentait clairement que les limites de la potion qu'il avait ingurgité étaient atteintes. Elle lui avait permis de tenir jusque-là, mais elle ne pourrait faire plus, à présent, sa rage ne serait tenue en respect que tant que sa volonté serait assez forte, il n'y avait pas de miracle. Les effets de la potion s'estompaient trop rapidement pour qu'il puisse la considérer comme étant d'un quelconque secours pour l'avenir, mais il se devait d'avoir essayer.
 
Wulf porta instinctivement la main à son médaillon lorsque Minos clama ses dernières menaces. Même en tant que guerrier divin, Wulf restait fondamentalement attaché aux vieilles superstitions de son village, comme la croyance que l'on pouvait éloigner le mal en touchant un morceau de métal. Il salua ensuite les paroles du Dullahan d'un signe de tête, heureux de voir que tous les spectres ne semblaient pas aussi orgueilleux que le juge des enfers. Par contre, lorsque le Bourreau leur fit sa "promesse", ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase, il vit rouge.
 
Son cosmos s'éveilla, laissant transparaître une parcelle de la violence qu'il avait en lui, une parcelle de sa rage, laissant apparaître une partie du fauve qu'il abritait en lui. Il ne gardait qu'à grand-peine le contrôle de ses actes.
 
-" Dans ce cas, lors de ta prochaine visite, je ferai disparaître avec joie les restes de ta carcasse dans les neiges éternelles de ces terres, Spectre."
 
Ses paroles avaient été agressives. Jusque-là, Wulf s'était efforcé de ne pas effectuer la moindre menace, d'insulter le moins possible ces ambassadeurs. Il était prêt à reconnaître ne pas avoir été un hôte des plus courtois et par le fait même, compromis les négociations. Mais Wulf n'acceptait pas ces menaces émises à l'encontre d'un de ses frères d'armes.
 
Lorsque  Wolgorn disparut à son tour. Wulf prit plusieurs minutes pour se calmer. Il respirait rapidement comme s'il effectuait un effort intense puis, au fur et à mesure, sa respiration se fit plus lente, plus régulière au fur et à mesure que son aura se dissipait, que sa rage disparaissait. Les traits de son visage se décrispèrent et les muscles de son corps se détendirent.
 
Une fois cela fait, Wulf cracha au sol en direction de l'endroit où s'étaient précédemment tenus les Spectres d'Hadès. S'agissait-il d'une autre tradition consistant à éloigner le mauvais sort ? Ou juste un signe de mépris de la part de Wulf? Peut-être les deux.
 
-"Puisse Odin leurs fermer sa demeure et Niggdhog se repaître de leurs âmes !!"
 
Wulf se sentit ridicule d'avoir énoncé cette malédiction à voix haute. Ils ne devaient pas se sentir plus menacé par ses croyances que lui par rapport aux leurs. De plus, Wulf s'en voulut un peu d'avoir catégorisé  ainsi tous les spectres sur base de cette seule expérience.
 
Il retira ensuite son heaume et se tourna vers Keiyan avec un regard d'excuse pour s'être une nouvelle fois emporté. Cependant, Wulf ne pouvait s'empêcher de s'interroger sur l'attitude des Spectres. Il la trouvait étrange. Même lui qui ne s'y connaissait pas vraiment en diplomatie savait que de ne pas traiter ses interlocuteurs en égaux n'était pas le meilleur moyen d'arriver à ses fins. Il connaissait un proverbe qui résumait assez bien la situation. " Ceux qui traitent leurs semblables avec mépris meurent toujours seuls". Il finit par s'adresser à Keiyan.
 
-" Je crois que je ne saurai jamais saisir les ficelles du jeu de la diplomatie. Il faudra qu'on avertisse Freyja de tout cela, ainsi qu'Andrew qu'il s'est fait un ennemi. Au fait, jolie armure, Keiyan."
 
Wulf n'avait fait qu'exprimer le fond de sa pensée, bien qu'il se doutait que le guerrier d'Alpha n'avait pas besoin de lui pour savoir ce qu'il avait à faire. Wulf resta silencieux un instant, attendant de voir si Keiyan avait déjà des directives quant à la marche à suivre. Il hésita quand même à reprendre la parole, n'étant pas sûr d'avoir des informations de première nécessité, il finit quand même par dire ce qui lui trottait dans l'esprit.
 
-" Je dois t'avouer qu'entre eux et le Kraken ce ne sont pas les premiers étrangers que je croise. J'ai aussi rencontré, il y a peu de temps un Japonais du nom de Kaito... Yama...za, je crois. Il est capable de faire appel au cosmos. Par contre, je ne sais pas s'il fait partie d'un quelconque ordre d'éveillé."
 
Wulf fouilla rapidement dans sa sacoche pour sortir le cd dédicacé que Kaito lui avait remit. Il le tendit à Keiyan.
 
-"Il m'a aussi offert ça, avant de partir."
 
Il hésita un instant avant de déclarer.
 
-"Est-ce que tu sais ce que c'est ?"
 

Wulf avait beau avoir observé cet objet sous toutes ses coutures, il n'avait pas vraiment découvert de quoi il s'agissait, ni comment s'en servir d'ailleurs. Tout ce qu'il savait s'était ce que Kaito lui avait dit dessus, que s'était son groupe qui l'avait fait et que s'était sensé s'écouter avec un "lecteur cd", encore une chose dont Wulf ignorait tout. Il avait bien regardé, à part la boite, il n'y avait rien à lire et encore, il n'avait pas put déchiffrer ce qui y étaient inscrit. Pour Wulf, n'ayant jamais quitté Asgard, ni même son village, il s'agissait d'un vrais mystère, comme tout ce qui avait traits à l'extérieur d'Asgard.
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Oct - 18:57
    HJ/ C’est court, d’avance désolé
    Faut cloturer ce sujet ^^

    «je ne crois pas qu’Odin se soucis plus que cela de ces quelques Spectres tant dans le besoin qu’ils aient besoin de notre aide face aux menaces de Poséidon. Quoiqu’il en soit, nous devrons veiller à renforcer nos frontières et nos forces pour mieux juguler ce genre de menace qui pourrait surgir à l’encontre de nos terres » lui répondit Keiyan, préoccupé.

    La voix de Keiyan était restait calme et mesurée, bien que sa rage face au mépris et aux menaces de Minos soit parfaitement lisible dans le trouble de son cosmos et dans la rage contenue dans sa posture. Keiyan comprenait fort bien qu’il n’était pas le plus grand des diplômate. Pas plus qu’il n’était le meilleur représentant des forces armées. Mais ces responsabilités allaient de pairs avec la confiance d’Odin, confiance qui faisait de lui le nouveau porteur de l’Armure d’Alpha.

    «Oui, nous devons avertir Freyja et l’ensemble de nos forces. Je crois que le moment est venu pour Asgard d’enfin faire confiance à l’ensemble de ses forces, et pas seulement aux 7 Guerriers Divins protecteurs des Saphirs… Nous remettre en question et continuer, tous, de progresser et de renforcer nos forces sera la clé pour vaincre nos futurs ennemis… le mal qui ronge ce monde… Il viendra bientôt s’attaquer à Asgard, il faut nous préparer. »

    L’avenir que dépeignait Keiyan semblait bien sombre, mais il avait confiance dans leur capacité à se relever, encore et encore, devant les difficultés à venir. Jusqu’à vaincre ces ennemis invisibles ou connus.

    Ecouter Wulf lui faisait toujours une impression étrange, ce dernier allant toujours droit au fait dans sa description des évènements. De même décrivit-il l’étranger, Japonais ?, qu’il avait rencontré quelques temps auparavant. Avant de lui tendre le CD que Keiyan examina en souriant.

    «Oui Wulf je sais ce que c’est » en le prenant par les épaules, un fin sourire sur le visage.
    « J’ai encore beaucoup de choses à t’apprendre, mais je crois prioritaire de faire notre rapport à nos dirigeants. Allons y cher camarade »

    Avant de quitter les lieux, en direction du palais
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Emissaires Infernaux

 Sujets similaires

-
» Emissaires Infernaux
» Pré-inscriptions pour le combat de Mech

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Le village de Magnir-