avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 220
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Fév - 10:40
Nous nous sommes retrouvés à l’aéroport et avons embarqué pour l’Allemagne. Le voyage fut long mais pas forcement désagréable, les équipements de la Paradius Corp étant à la pointe de la technologie. Les relations avec mon partenaires restèrent très simples… pas un mot ne fut prononcé s’il n’était pas nécessaire. La suite se passa comme prévu par l’hôtesse et bientôt nous étions arrivés aux portes du château.

La bâtisse immense pointait vers le ciel nuageux et gris rendant l’ensemble encore plus lugubre. Malgré la lumière grise et l’aspect peu rassurant des habitants du lieu, je ne pouvais m’empêché d’admirer l’architecture et reconnaitre une certaine beauté dans les pierres que je voyais. Ce qui est sûr c’est que l’imposante maison des Spectres dégageait un sentiment de puissance et de respect.

Nous remontions le chemin jusqu’à l’entrée du château. Simon restait un pas en arrière me laissant prendre la tête. J’intensifiais mon cosmos sans exagération pour signifier notre arrivée. J’étais encore surpris de savoir faire ça sans effort, de manière presque naturelle depuis que j’avais revêtu cette écaille.

Les gardes squelettiques présents se mirent sur la défensive immédiatement reconnaissant les envoyés de Poséidon. D’un pas lent nous arrivâmes à leur hauteur. Sans plus de cérémonie je pris la parole d’un ton grave et sec.

Je suis Daken de Scylla, Protecteur du Pacific Sud. Informez vos maitres que des envoyés du puissant Poséidon souhaite un entretient.

Cette attitude ne me ressemblait pas et je n’aimais pas imposer ma volonté uniquement par le fait que j’aurai pus les réduire à néant par ma nouvelle force. J’avais même toujours condamné les types qui se comportaient comme ça. Mais les mots de Simon résonnaient encore dans ma tête et je préférais me tenir prêt à toutes éventualités.

Spoiler:
 
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 636
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Fév - 21:34

Les Spectres ne recevaient pas si souvent de la visite, alors pourquoi diable leurs rares invités s'ingéniaient-ils à arriver tous en même temps ? Le timing n'était sans doute pas une coïncidence, les frasques cataclysmiques de Poséidon avaient dû faire l'effet d'un électrochoc parmi les éveillés des différentes factions et il n'y avait donc rien d'étonnant à ce que d'autres aient eu la même idée qu'Odin. Mais cela ne lui disait pas de qui il pouvait bien s'agir cette fois...

« Les possibilités sont limitées. » intervint le parasite. « Envoyer plus d'un messager au même endroit ne sert pas à grand-chose, il est donc peu probable que nous ayons affaire aux camarades de Bêta. Nous sommes sans nouvelles des Chevaliers Noirs et les Saints... et bien, tu as entendu ce qu'en a dit Xing Huo. À moins qu'un de ces deux camps ne sorte finalement de son inaction, il ne peut s'agir que des... »

« Pitié ne termine pas cette phrase. » le coupa la jeune fille. Rien que d'y penser, elle se rappelait une autre ambassade en ces lieux, écourtée par une arrivée inattendue, son souvenir bien trop vif dans la mémoire des Spectres. Elle se rappelait le déluge, les vents et le tonnerre, la terreur qui avait saisi le ventre de tous les occupants du Château, du temps où ils servaient encore Hadès... La silhouette de Mohana, si frêle sous la pluie battante, face à la haute stature du Maître des Océans, futur fléau des Enfers. « Pas encore. »

Les événements ne lui accordèrent même pas une seconde pour espérer ou se bercer d'illusions : alors que la jeune fille descendait les étages, elle croisa la route d'un larbin courant comme un dératé en sens inverse. Il pila devant l’Étoile Terrestre, débutant son rapport d'une voix balbutiante, la peur se lisant sur ses traits :

« Ma... Ma... Ma Dame, c'est terrible ! À la p-p-porte, deux Marinas ! »

La Liche blêmit instantanément et attrapa violemment le garde par le col : « Du calme ! Deux Marinas, d'accord, mais quel grade ? Ils ont dit ce qu'ils voulaient ? »

Heureusement les séides infernaux étaient disciplinés et un remontage de bretelles en règle était généralement suffisant pour les faire revenir à leur état normal. Celui-ci ne faisait pas exception. « Akh ! Mes excuses ! L'un d'entre eux s'est présenté sous le nom de Daken de Scylla, mais on ne sait pas pour l'autre. Il dit qu'ils veulent voir nos Maîtres ! »

« Je vois... Ça ne pouvait pas plus mal tomber. Retourne à ton poste, je me charge de prévenir le Seigneur Thanatos et d'accueillir ces indésirables. » annonça la Liche résignée en lâchant le sbire. Voilà qui n'allait pas jouer en faveur de Reiner, il était difficile de négocier la création d'une alliance en présence des ennemis-mêmes qu'elle était censée combattre. Devrait-elle gagner du temps pour lui, au moins assez pour qu'il puisse s'échapper ? Elle n'avait reçu aucun ordre, cela dit la dernière fois qu'elle avait improvisé concernant les Ases, le Faucheur n'avait pas manqué de lui rappeler où était sa place. Au vu du traitement qu'Il réservait à ceux qui L'interrompaient, mieux valait ne pas découvrir ce qu'Il avait en stock pour ceux qui ignoraient Ses avertissements ; il allait falloir marcher sur des œufs.

Après avoir envoyé une Fée (encore une, mais c'était-là un moyen de communication silencieux qui ne devrait pas importuner le Dieu...) informer les négociateurs de l'identité de ces fâcheux, la jeune fille suivit le péon jusqu'à la grande porte du Château. Là, elle se retrouva en présence de celui qu'elle devinait être Daken, dont le cosmos trahissait sinon le totem, du moins le rang de Général, accompagné d'un étrange camarade masqué et face à une tripotée de Squelettes à la nervosité péniblement dissimulée. Elle-même dut se forcer à faire bonne figure et à paraître la plus polie possible, alors que chaque mot qu'elle prononçait lui écorchait la bouche :

« Je vous souhaite la bienvenue, Général. Le Seigneur Thanatos est hélas occupé pour le moment, mais que pouvons-nous faire pour vous ? »

Quelle humiliation, obligée de faire des courbettes devant les représentants de Poséidon, voire même de les accueillir dans ce bâtiment qui avait été détruit de sa main... Comme un fait exprès, même le contraste entre les armures des présents semblait rabaisser les infernaux, les Surplis ternes et sans éclat de la piétaille faisant pâle figure à côté des Écailles resplendissante du Scylla et de son confrère anonyme en retrait.
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 725
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Fév - 10:08
[Utilisation d’omniprésence et de météorologiste]

Pourquoi ont-ils reconstruit à l’identique ? Cette question demeurait un mystère, au moins ont-ils réussi à rendre l’édifice plus effrayant qu’il ne l’était déjà. A moins que les améliorations ne soient invisibles ? Pour jauger de la bonne facture du bien, une nouvelle démonstration divine pourrait s’avérer nécessaire.

Daken, en les annonçant aux gardes, tira Simon de sa rêverie qui ne prit pas la peine de se présenter. Une interlocutrice vint rapidement à leur rencontre, elle lui rappelait quelqu’un, peut-être l’avait-il déjà croisé. Encore une fois les spectres répondaient par le menu fretin… A ce sujet, pourquoi indiquait-elle que Thanatos était occupé ? Est-il le seul à même de recevoir une ambassade ?

Simon s’avança quelques peu, une fois au niveau de Daken il lui indiqua à demi-voix de le laisser faire… Ses ordres étant bien supérieurs à ceux que le Kraken leur avait fournis. Toujours sans se présenter, leur interlocutrice ne l’avait pas fait, il commença derechef.

-« Le Seigneur Thanatos est donc le seul à pouvoir accorder audience ? Intéressant… » Sous le masque un large sourire nerveux bardait le visage du Marina. « Sa Majesté Perséphone serait-elle indisposée ? ».

Le fils de Nyx était en train de s’implanter un peu trop profondément dans un royaume qui ne lui appartenait pas… Tout en chassant un début de cas de conscience il entreprit d’annoncer la véritable raison de leur visite, bien éloignée de l’officielle.

-« Nous sommes la première ligne d’un corps expéditionnaire. » Il laissa sa phrase en suspens afin d’augmenter la nervosité, déjà palpable, des gardes squelettes. « Notre mission est de nous rendre dans le Tartare, c’est pourquoi nous apprécierons obtenir un sauf-conduit de la part des autorités infernales… »

Et, afin de parachever le tableau, une pluie similaire à celle précédant l’attaque de Poséidon commença à tomber.
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 220
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Fév - 11:16
Il n'avait pas fallu attendre longtemps pour que le garde squelette revienne avec quelqu'un. La spectre qui vint à notre rencontre ne prit pas la peine de se présenter, chose qui eut pour effet de rendre la situation un peu plus tendue. En effet, si déjà moi je ne trouvais pas ça très diplomate, qu'en serait-il de Simon ? Quoi qu'il en soit, le chevalier d'Hadès nous annonça que personne ne pouvait nous recevoir immédiatement.

Je commençais à m'impatienter. Je croisais les bras sur ma poitrine et augmentais légèrement mon cosmos. Tout en relevant un peu la tête et en gonflant ma poitrine pour prendre un air supérieur, je m'apprêtais à répondre à celle qui nous avait accueillis. On pouvait sentir la tension des gardes à coté de nous et certain resserraient la prise qu'ils avaient sur leur lance. Mais je n'eu pas le temps de parler que le Nénuphar passa à coté de moi en me demandant de le laisser faire.

*Humm, bon flic/ méchant flic... Cette technique avait déjà fait ses preuves et c'est une valeur sûr.*

Pas de doute que des paroles agréables et pleine de sens, surtout venant de quelqu'un de très peu bavard, auraient pour effet de tempérer le coté agressif que je venais de montrer. Je commençais à sourire en voyant le chevalier me dépasser légèrement. Mais les paroles qu'il prononça me laissèrent sans voix.

Bien que je réussi à me contrôler pour ne rien montrer de ma surprise, mon sourire s'effaça instantanément. Corps expéditionnaire ? Sauf-conduit ? Tartare ? Mais à quoi jouait le Marina ? Le Kraken avait donné des ordres clairs, diplomatie, renseignements et désinformation. Si nous étions agressifs tout les deux, le risque de déclencher un combat grandissait de seconde en seconde.

Je ne laissais rien paraitre et me contenta d'écouter calmement les paroles de mon frère d'arme. Je ne sentais aucune hésitation dans ses mots, il devait être sérieux. Mais que voulait-il donc faire en enfer ? Une mission secrète dont je n'avais pas été informée ou une initiative personnelle ? Je me rendais de plus en plus compte que je ne connaissais rien de celui qui m'accompagnait et que cette méconnaissance pourrait m'attirer de gros ennuis.

Je me rappelais le téléphone qui nous avait été donné pour faire un rapport immédiat et déjà j'imaginais appelé New Atlantis pour les informer de ce qui ce passait ici. Mais je savais aussi que faire partie d'une équipe c'est se faire confiance les uns les autres et se protéger quoi qu'il arrive. Et une partie de moi était curieux de savoir où tout ceci allait nous mener. Je pourrais toujours reprendre le control si ça venait à dégénérer.

J'observais la réaction de nos hôtes et j'aurais juré voir un squelette se mettre à transpirer. Mais je fus bientôt moi aussi touché par les gouttes de pluie qui commençaient à tomber. Le temps avait changé bien trop vite pour que cela soit naturel.

*Un autre Spectre serait-il à l'origine de cette pluie ?*

Je décroisais les bras et me préparais à toutes éventualités, observant avec attention aussi bien Simon que notre hôtesse d'accueil.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 636
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Fév - 15:29
Ces fichues poiscailles, pourquoi éprouvaient-elles le besoin d'intimider leurs interlocuteurs à tout bout de champ ? Les Spectres n'avaient encore rien fait, et pourtant Scylla intensifiait déjà son cosmos. Ne connaissaient-ils donc que la menace, pensaient-ils que les serviteurs de l'Au-delà avaient oublié le goût amer de leur défaite ? Et dire qu'en sus de cette démonstration de force superflue, le second porteur d’Écaille ne s'était pas présenté alors que c'était lui l'ambassadeur... Le protecteur du Pacifique Sud semblait vouloir dire quelque chose mais ce fut son camarade qui parla, et pas pour délivrer son identité...

La Liche ne s'attendait certainement pas à entendre un Marina lancer ce qui ressemblait fort à une pique dirigée vers la légitimité de Thanatos. L'ennui, c'est que la remarque du Général masqué était malgré tout complètement sensée. Bien sûr, il y avait une raison à cette omission, plusieurs même : tout d'abord, Perséphone avait – par le biais de Son regretté messager – exprimé la volonté de S'entretenir avec Reiner, ce qui ne pouvait que mal se terminer si les envoyés de Poséidon venaient à se mêler de cette discussion. Peut-être que la Reine des Enfers disposait du même don d'ubiquité que la Mort, don qu'Elle pourrait utiliser pour faire preuve de duplicité en recevant et l'Ase, et les Marinas en même temps à des endroits différents, mais la Spectre ne savait pas si c'était le cas ; mieux valait donner au Sleipnir le temps d'en finir avec sa négociation actuelle pour ensuite rejoindre la Déesse.

La deuxième raison avait des origines plus... subjectives. Andréa ne savait pas ce qu'il se passait entre le Faucheur et l'épouse d'Hadès, et nulle proclamation officielle n'établissait clairement l'identité de Celui ou Celle qui dirigeait réellement les Enfers. Personnellement, elle aurait répondu Thanatos : c'était Lui qui avait réorganisé et reconstruit le Royaume des Ombres après la Guerre Sainte, Lui qui avait recruté une nouvelle Juge, encore Lui qui avait ordonné leurs conquêtes et écouté leurs rapports, toujours Lui qui était allé à la rencontre des autres factions divines. En comparaison, la Déesse du Renouveau n'avait pas brillé par Son implication... jusqu'à aujourd'hui du moins.

Ça ne lui disait toujours pas comment se tirer de cette situation. La polonaise ignorait tout de Perséphone alors comment pourrait-elle...

« Rappelle-toi du messager, bécasse. » intervint l'ancienne Liche. Mais bien sûr ! D'une manière ou d'une autre, la Reine devait surveiller ce qu'il se passait en ces lieux. Comment aurait-Elle pu dépêcher un héraut si vite autrement ?

« Sa Majesté est bien entendu informée de votre présence. Si Elle souhaite vous rencontrer, Elle nous le fera savoir. » répondit Andréa. Elle se préparait à inviter les Marinas à entrer et à les mener vers leur salon le plus luxueux pour les faire patienter, mais la réplique suivante de l'envoyé anonyme la désarçonna, et perturba plus encore les troufions. Impérieux, il annonçait rien de moins qu'une seconde intrusion de la part des séides de Poséidon ! Quant à cette histoire de sauf-conduit, elle n'était pas dupe, il ne l'évoquait sans doute que pour la forme. Ce n'était pas une requête mais un ultimatum... encore un.

« Voilà une exigence singulière... Êtes-vous bien conscients de ce que vous dites ? Le Tartare renferme des êtres que nos Maîtres divins Eux-mêmes ont jugé trop dangereux pour cette Terre. Les conséquences seraient catastrophiques si l'une de ces choses venait à s'en échapper, c'est pourquoi notre mission est de nous assurer que ses portes ne se rouvrent jamais. » prévint la Liche.

Le Tartare... la Prison la plus hermétique de l'Univers. Les Spectres en étaient théoriquement les gardiens, mais plutôt que d'empêcher les abominations antédiluviennes qu'il contenait de se libérer de leurs entraves, leur tâche était de stopper quiconque serait assez fou pour tenter d'en atteindre l'entrée depuis l'extérieur. Sauf que dans le cas présent le fou s'appelait Poséidon... Une fois encore, c'était une affaire bien trop importante pour une Étoile Terrestre. Elle n'avait vraiment pas de chance.

« Je vous prierais de bien vouloir attendre dans ce cas. Entrez donc, et je ferai tout mon possible pour que vous soyez reçus au plus vite. » concéda la jeune fille en ordonnant aux péons de conserver leur calme. Que pouvaient-ils faire d'autre, face à deux Généraux ? Les Squelettes dégagèrent le passage à son commandement, tandis qu'une paire de Fées prenait son envol pour aller rejoindre les divinités infernales. La pluie qui s'était subitement mise à tomber présageait le pire, rappelant de bien mauvais souvenirs aux sbires de l'Au-delà. Coïncidence ? Sans doute pas...
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 725
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Fév - 13:36
Simon s’immobilisa devant l’entrée du château, les propos de la jeune femme sur Perséphone n’était pas pour le rassurer. Il devait, sans s’avancer de trop, glisser une note précieuse. Pour protéger Calysto et son âme, les spectres doivent être amenés à penser que Perséphone est placée sous la protection de Poséidon.

-« Sa Majesté Impériale Poséidon a confié l’un de nos trésors à Sa Nièce… Nous espérons tous, en tant qu’atlantes, que Ses droits sont respectés. »

L’information était glissée, comprenne qui pourra. Quant à la suite du dialogue, leur jeune interlocutrice leur rappela les responsabilités incombant aux spectres et botta en touche en ce qui concernait l’autorisation de franchir les enfers. Cependant, la jeune femme oubliait que le Tartare n’est pas l’un des territoires d’Hadès. Le caractère isolé du royaume des morts offre une situation particulièrement avantageuse pour y placer l’entrée de l’un des plus dangereux territoires connus.

-« Il serait malavisé que les spectres outrepassent leur responsabilité en la matière. Le Tartare est sous la juridiction des trois Grands Olympiens et non des seuls spectres… Nous connaissons parfaitement la situation et il n'est pas question de libérer qui ou quoi que ce soit de cette prison. »

Simon tourna son visage masqué vers Daken, son coéquipier du jour ne devait rien comprendre à la situation et pour cause il ne bénéficiait que des informations détenues par Hakon. Le marina masqué effectua un geste discret afin de rassurer Scylla.

-« Nous resterons ici… Notre corps expéditionnaire n’est pas encore complet. Lorsqu’il le sera nous avancerons vers le Tartare avec ou sans votre autorisation. »
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 220
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mar - 19:27
Je remarquais, non sans mal, le geste discret de Simon à mon égard. Le nénuphar semblait savoir ce qu'il faisait. J'allais le suivre bien entendu, mais la seule question qui me restait en tête était: Est-ce un ordre de mission supérieur au mien ou une initiative personnelle ? Bien que cela n'ait pas vraiment d'importance en fin de compte puisque j'avais décidé de lui faire confiance. La réponse me viendrait bien assez tôt.

Mon camarade masqué c'était arrêter devant les grandes portes et lança quelques mots à propos d'un trésor Atlante. Puis une nouvelle fois il remit la Spectre à sa place, lui rappelant que le Tartare n'était pas sous la responsabilité des uniques serviteurs d'Hadès. Il n'en démordrait pas, nous irions dans la prison infernale, avec ou sans l'aval de ses gardiens. Je me demandais si le nénuphar aurait tenu le même discours face à Thanatos ou à l'un des trois Juges . Il est vrai que pour le moment il était facile de jouer et d'abuser de nos forces face à ce comité d'accueil mais que se passerait-il si un des généraux des Enfers se pointait ? Les Spectres avaient subi une récente défaite face à Poséidon, mais aujourd'hui le Dieu des Océans n'était pas là et il ne faudrait pas sous-estimer la puissance des habitants de ce palais. En ce point il était presque rassurant de savoir que des renforts arriveraient sous peu. Plus nous serions nombreux, moins l'on pourrait nous opposer de résistance.

Je pris un instant pour observer notre interlocutrice, avant de me rendre compte qu'elle ne s'était pas présenté. Elle s'efforçait de garder son calme et de rester poli mais l'on pouvait deviner son agacement et sa méfiance à notre égard. Après tout, comment les Marinas auraient réagi face à une telle situation ?...

Avec beaucoup moins de tact à n'en point douter...

Je me tournais vers la Spectre pour l'interroger.

Pourrions-nous au moins connaitre le nom de celle qui vient nous accueillir ? Il ne fait aucun doute qu'a su démontrer jusqu'à présent un calme et une politesse digne des plus sages, mais je suppose que même des êtres immortels comme vous savent que l'usage veut que l'on réponde à une présentation en donnant son propre nom. Sa Majesté Poséidon s'est retiré dans son Palais, pour gérer des affaires plus importantes...

Je laissais quelques secondes de silence, pour voir la réaction de la Spectre.

Mais je suis sûr qu'il sera curieux de connaître l'identité du Spectre qui a su si bien recevoir ses généraux et expliquer à ses supérieurs l'importance de la mission que nous menons....
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 636
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Mar - 13:46
Poséidon avait confié un de ses trésors à Perséphone ? Qu'est-ce que c'était encore que cette histoire ? Le rival de Zeus pour le titre de plus grand coureur de jupons de l'Olympe tentait-il de se rapprocher de l'épouse de son frère après avoir indirectement évincé ce dernier ou, plus inquiétant, s'agissait-il d'une ingérence atlante dans la succession infernale ? Comme toujours, Andréa n'avait les réponses ni à ces questions, ni à celle du Marina masqué. Sans blague, elle n'était qu'une soldate, s'attendait-il réellement à ce qu'elle soit dans le secret des Dieux ?

« Nous ne faisons que servir les Enfers, Général. Nul Spectre digne de ce nom n'aurait la prétention de se mêler des affaires de nos divins Maîtres. » répondit-elle en essayant de noyer le poisson. Elle passait sous silence les médisances de Custodio : malgré ses faits d'armes, celui-ci n'était qu'une Étoile Terrestre au même titre que la Liche et n'avait donc pas voix au chapitre (surtout que sa mauvaise foi légendaire ne faisait rien pour ajouter du crédit à ses allégations...). Bref, l'important c'était qu'il n'y avait pas à sa connaissance de conflit ouvert entre Coré et Thanatos.

Ayant clarifié la situation du mieux possible sur ce point, la jeune fille pensa pouvoir enfin précéder le duo d'importuns à l'intérieur... Sauf que l'ichtyophile anonyme insistait pour rappeler à qui voulait l'entendre que la garde du Tartare n'était pas la prérogative exclusive des infernaux. Soit, il voulait couper les cheveux en quatre ? Tant mieux, ça l'arrangeait bien, chaque seconde qu'ils perdaient ici en argumentations stériles était une seconde gagnée pour Reiner.

« Vous avez raison, bien entendu. » acquiesça la Liche en continuant d'afficher un sourire de façade. « Mais puisque le Tartare est, comme vous le dites si bien, également sous votre juridiction ainsi que celle de Zeus, ne devriez vous pas également demander la permission du Maître des Cieux ? Vu que ni Lui, ni Ses serviteurs ne se sont manifestés depuis une éternité, cela risque d'être difficile... force est d'ailleurs de constater que nous ne voyons pas non plus beaucoup de Marinas assurer la sécurité de cette Prison. »

Un territoire sous la juridiction des Trois Olympiens ? En théorie peut-être, mais dans les faits Poséidon s'était contenté d'en forger la porte, et le Roi des Dieux avait disparu on ne sait où en abandonnant apparemment Ses responsabilités, laissant Hadès et Ses guerriers comme seuls protecteurs de l'Abysse carcéral... avec les Enfers en première ligne pour se faire ravager par ses monstrueux prisonniers en cas d'évasion. Où était l'égalité là-dedans ?

L'homme au masque s'attacha finalement à confirmer l'exactitude des soupçons de la polonaise. Le consentement des guerriers en armures sombres, ils n'en avaient cure ; tout au plus cela leur épargnerait-il le contretemps que représenterait leur résistance. Elle était sûre que c'était comme ça que ces deux empaffés voyaient les choses... mais au moins acceptaient-ils d'attendre, pour le moment.

Ce fut alors que Daken se décida à reprendre la parole pour s'enquérir de l'identité de leur hôtesse. Son petit discours... flatterie ou sarcasme ? Peu importe, elle lui aurait volontiers tordu le cou si elle l'avait pu : après tout, la dernière fois que Poséidon s'était souvenu des noms d'une certaine paire de Spectres Terrestres, ça s'était très mal terminé pour les Enfers.

« Je ne suis qu'une Étoile Terrestre, Général de Scylla. Andréa de la Liche, pour vous servir. Puis-je maintenant vous inviter à franchir notre seuil ? » abandonna-t-elle. Rien ne servait de s'imaginer étriper ses interlocuteurs, cela ne faisait que rendre son impuissance plus rageante encore.
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 725
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Mar - 21:21
Tokyo

-« Nous irons dans le Tartare jeune homme… Quant à ce que nous allons y faire, tu le sauras bien assez tôt, dans tous les cas l’humanité ne sera pas concernée. »

Poséidon ramassa une partie de ses affaires et s’éloigna des humains avant de disparaître dans une brume épaisse, seule sa voix résonna…

-« Rejoignez-moi au château des spectre, ne soyez pas en retard. »

Château de Pandore

-« Mon frère ne s’est pas manifesté depuis si longtemps… » lâcha l’homme masqué.

Simon observait leur interlocutrice Andréa, Etoile Terrestre, il ne daignait toujours pas entrer dans le château. Victime de soubresauts, le Général du Nénuphar dut poser un genou à terre. Quelques secondes plus tard son aura cosmique explosa.

-« Je déteste me dédoubler… » dit-il en retirant son masque pour l’accrocher à sa ceinture.

Poséidon se tourna vers son général, il espérait que Daken ne prenne pas ombrage pas cette omission temporaire. Il s’approcha du jeune homme et posa une main ferme sur son épaule.

-« Je suis désolé de ne pas t’avoir prévenu plus tôt… Après la bataille de Tokyo j’ai eu besoin d’un peu de temps. Vaincre les divinités Nyorais m’a demandé un effort considérable. »

Poséidon dédia un sourire cordial au Général de Scylla et s’en retourna vers la jeune femme et remarqua que cette dernière n’avait rien pour lui plaire. Elle manquait d’un peu de tout et n’avait pas cet air coquin si particulier qui plaisait à l’empereur des mers. Hadès ne savait pas s’entourer, c’était là son plus grand défaut.

-« En l’absence de mes frères je suis le seul à même de décider de qui entre ou non dans le Tartare. Le reste de notre corps expéditionnaire arriva sous peu… »

En gros, il ne restait guère de temps aux spectres pour envoyer un émissaire plus capable que la jeune femme.
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 220
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Avr - 19:41
Notre interlocutrice se présenta enfin. Une Etoile Terrestre, les Spectres n'avaient donc personne de plus important pour venir accueillir deux généraux de Poséidon. Ou Andréa était-elle la plus proche de la porte quand nous sommes arrivés ? Je ne comprenais pas trop la stratégie des Enfers sur ce point. Si nous venions en tant qu'émissaires pour discuter politique Divine, un membre plus important de l'armée d'Hadès aurait été nécessaire. Et si nous voulions pénétrer ce château, où nous rendre dans le Tartare par exemple, contre l'avis de ses habitants, nul doute qu'il aurait fallu plus d'une étoile terrestre et quelques squelettes pour nous en empêcher...

Devant son insistance à vouloir nous faire entrer, j'allais lui emboiter le pas, précédant ainsi mon homologue Marina, quand celui-ci lança des mots que je ne compris pas tout de suite.

*Mon frère ?... *

Je commençais à me demander si le Nénuphar était réellement avec nous et s'il prenait toute cette histoire au sérieux quand il convulsa quelque peu avant de poser un genou à terre. Je n'eus pas le temps de venir l'aider à se relever que je fus presque soufflé par l'explosion de son aura qui suivi sa crise.

Il ne me fallu que quelques secondes pour réaliser enfin ce qu'il se passait. Le "Général du Nénuphar" ôta son masque et mon coeur sembla s'arrêter un instant. Je n'avais jamais vu sa Majesté en personne, mais cette aura si puissante associé à la sensation de force et de respect qui envahissait mon écaille à ce moment ne laissait aucun doutes.


Majesté Poséidon.

Je baissais légèrement la tête en signe de respect à mesure que mon seigneur s'approchait de moi. Sa main sur mon épaule, ses excuses et son sourire me remplirent d'une nouvelle énergie bienvenue. Je m'en voulais presque de ce sentiment qui m'envahissait et me faisait me retrouver comme un gamin à qui son père dit qu'il est fier de lui.

Je repris mes esprits et la situation commençait à s'éclaircir. Il paraissait maintenant évident que Simon suivait des ordres supérieurs à ceux de Kraken et que je devais le suivre quoi qu'il arrive. Je n'en voulais pas vraiment à sa majesté, bien que je ne comprenne pas pourquoi il ne s'était pas confié à ses généraux sur son état. Cacher sa faiblesse passagère à ses ennemis était une chose... mais faire croire à sa disparition à l'ensemble de ses fidèles était une stratégie qui m'échappait.
J'étais quand même des plus fier que le Dieu des Océan se révèle à moi mais je continuai de me demander si quelqu'un d'autre à New Atlantis était au courant.


En présence de mon Dieu, je ne pus m'empêcher de me redresser et de me tenir prêt à toutes éventualités. Le reste de notre unité ne devrait pas tarder et les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. Je ne dit plus un mot, laissant les rennes des négociations à l'Olympien, me contentant de rester à ma place de second prêt à defendre sa divinité.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 636
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Avr - 22:35
La polonaise était à deux doigts de l'attaque cardiaque. Devoir accueillir une paire de Généraux se comportant comme s'ils étaient en terre conquise était déjà bien assez angoissant, mais penser que l'un des deux puisse se révéler être Poséidon en personne ! Miraculeusement, elle réussit à maintenir une façade à peu près neutre – l'expérience de ses trop nombreuses rencontres avec des êtres divins ou quasi-divins sans doute – en se retenant de céder à la peur ou à la colère. Pourquoi dissimuler ainsi sa véritable identité, était-ce là l'idée qu'il se faisait de la plus élémentaire des courtoisies ? Et dire qu'ils avaient eu le culot de la corriger à mots couverts lorsqu'elle avait omis de se présenter... Par contre, Daken avait l'air aussi surpris qu'elle par ce rebondissement inattendu. L'Empereur des Océans se cachait de ses propres guerriers ? Se pourrait-il que la raison de ce comportement se trouve dans les mystérieuses allusions de Reiner ?

Hélas, avec ce changement de situation, le niveau d'insignifiance de la jeune fille ne faisait que s'accroître. Et puis comme il le rappelait lui-même, Poséidon était techniquement le frère de leur Sombre Monarque et ils lui devaient une certaine mesure de respect, qu'importe qu'il ait saccagé le domaine de ce même frère, massacré Ses serviteurs et ouvert la voie à Ses pires ennemis. Et il pouvait très bien détruire une seconde fois ce Château si on ne lui donnait pas ce qu'il voulait ; s'il s'était agi simplement de deux Marinas, même Généraux, Andréa aurait pu essayer de les ralentir assez longtemps pour que des renforts – ou même le Sleipnir – arrivent à la rescousse. Pas avec Poséidon.

« Kurwa... »

« Indubitablement. Nous ne nous étions pas préparés à cela, ils nous mettent le couteau sous la gorge... Peut-être que l'Ase avait raison, finalement. »

Oui, ils étaient dans de beaux draps. Elle en était réduite à espérer qu'un supérieur (ou mieux, Thanatos...) viendrait la tirer de cette galère. Dire qu'elle était venue ici en croyant pouvoir se reposer.

« Votre Majesté aurait dû prévenir, nous aurions déroulé le tapis rouge. » fit la Liche en s'inclinant bien bas. « Et nous aurions préparé un meilleur comité d'accueil. » compléta-t-elle intérieurement. Ils devaient sûrement se dire qu'elle n'était pas digne de leur présence, et ils n'avaient pas tout à fait tort. Elle n'avait aucune idée de comment se comporter jusqu'à l'arrivée des autres séides du plus irritable des Olympiens, dont l'aura et les menaces seules avaient suffi à la tétaniser par le passé. Il ne se rappelait sans doute pas de la petite Spectre tremblante et trempée jusqu'aux os qui était venue lui apporter la réponse d'Hadès sur ce même seuil, mais ce souvenir ne la quitterait jamais. Terreur, ire, honte, culpabilité... comment un seul être pouvait-il inspirer autant d'émotions à ceux qui l'entouraient ?
avatar
En ligne
OlrikRune de Surt | Administrateur
Rune de Surt | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 9875
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Avr - 9:54

Rejoindre l’Allemagne n’avait pas été très long pour Hruodland. Trouver le château des Spectres non plus : le Cosmos de Poséidon se ressentait sur des kilomètres à la ronde.

Le Marina filait à grande vitesse, le corps entouré de son cosmos flamboyant. Telle une comète prête à tout écraser dans son sillage, le Léviathan ne ralentit nullement sa vitesse avant d’arriver. Son atterrissage fut des plus remarqué et laissa une profonde marque dans le sol. Hruodland se releva doucement, laissant la poussière qu’il avait levée en s’écrasant s’estomper. Il regarda autour de lui et vit le Seigneur Poséidon et un Marina qu’il ne connaissait pas faire face à une jeune fille en Surplis. L’ancien Preux s’avança vers son souverain et inclina le buste.

- Me voici Mon Seigneur. J’espère ne pas vous avoir fait attendre.

Le guerrier se redressa et salua d’un mouvement de tête son homologue inconnu. Il se souvenait l’avoir croisé lors de la réunion tumultueuse des généraux lorsqu’il partait. Il se tourna ensuite vers l’entrée du château, face à la Spectre, laissant son Cosmos augmenter dangereusement.

- Souhaitez-vous que je nous débarrasse des parasites et que je nous ouvre le chemin vers notre destination ?

Comme toujours, Hruodland se voulait menaçant et toujours prêt à combattre. Savoir qu’en face de lui se trouvait des Spectres lui donnait encore plus envie d’en découdre et de transformer tous le palais en un joli amoncèlement de ruines.


avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4027
Age : 36
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Avr - 15:21
Plus qu'une cométe, un soleil éteincelant qui chutait du ciel à une vitesse fulgurante. tout d'abord un simple point rougoyant dans le lointain, ce fut ensuite la totalité des cieux au dessus du chateau qui rougoya, tandis quela gigantesque boule de feu se rapprochait. suivant de près le Leviathan.

Au chateau de pandore, c'était la pluie d'astéroide. l'atérissage de l'astre félin créa lui aussi un cratére enorme, dans une explosion incandéscante accompagné d'une éruption éblouissante de lave, de lumiére et de feu. avec quelques seconde, on put voir au fond  de l'immense  cratére le Seigneur noir se relever tranquilement, arborant son armure sombre aux reflets ardent et bleu nuit. il monta les quelques mettre qui le séparait des autres avec un calme et un sourire provocateur, plongeant son regard rubis dans les yeux de chaque personne présente.

"Salut les nazes, ça roule?"

Ses pupilles rougoyante se posérent sur poseidon une seconde, avant d'aller rapidement sur le suel Marinas qu'il ne connaissait pas.

"Tu dois être le seul qui ne me connait pas, alors pour éviter l'impolitesse, je suis le Seigneur noir du lion et je soutraite actuelement avec Poseidon.


Se désinteréssant totalement du seide du monarque des mer, Takeya tomba sur  le spectre de la liche et son sourire s'aggrandit.

"Ang... Non Attends, Andrea! salut ma chérie, tu sais que tu m'a manqué depuis le concert?"

Sans un mot de plus, il s'approcha, la plaqua contre le mur et lui roula un énorme patin avec la langue, sans oublier de lui peloter ses jolie petites fesses,  puis il relacha son étreinte et la fit redescendre sur le sol.

"Je bosse avec popo en ce moment, il a besoin de compagnie m'a t'il dit, tu m'en veux pas j'espére? je passerai faire coucou quand j'aurai finis mon contrat,  C'est triste, mais le travail passe avant le plaisir."

Une petite claque sur les fesses, un bisous sur le front, puis le taquin jeune homme se dirigea vers le Seigneur des mer, près du quel il se posta, jouant les garde très près du corps. 
avatar
GarethChevalier d'Or des Gémeaux
Chevalier d'Or des Gémeaux

Date d'inscription : 29/03/2013
Nombre de messages : 725
Age : 28
Double Compte : Eris

Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Avr - 9:40
Tous étaient enfin réunis, le corps expéditionnaire allait enfin pouvoir avancer. Seule ombre au tableau le comportement désinvolte (trop désinvolte) du Seigneur Noir. En acceptant d’être enrôlé par Poséidon le Seigneur Noir se plaça sous Son autorité dans les termes dévolus au contrat.

Seulement, l’Empereur des Océans n’aurait jamais toléré un tel comportement de la part de ses hommes, particulièrement en mission officielle lorsqu’Il était présent.

-« Jeune fille veuillez excuser le comportement du Seigneur Noir… J’ai été amené à recruté ce mercenaire pour m’éviter de dégarnir mes autres fronts. Mais, je constate là mon erreur. »

Poséidon tendit son bras en direction de Takeya et imposa au chevalier noir l’intégralité de sa puissance… Il usa d’une méthode similaire à celle lui permettant de créer un séisme. L’opération ne dura pas plus d’une minute, puis Poséidon orienta son cosmos dans une direction bien différente et propulsa Takeya contre la porte du château.

-« Hruodland, je suis désolé de ne pas t’avoir écouté… Débarrasse-moi de cet abruti s’il te plait. »

L’ordre enfin donné Poséidon fit signe à Daken de le suivre. Tous deux entrèrent dans le hall du château via la porte nouvellement enfoncée. L’Olympien venait de perdre patience, soit les spectres les autorisaient à traverser les enfers, soit ils les passeront un à un au fil de l’épée.
avatar
DakenProtecteur de Scylla
Protecteur de Scylla

Date d'inscription : 29/01/2016
Nombre de messages : 220
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Avr - 11:17
Je ressentis la présence cosmique du Léviathan avant de le voir. La puissance qu'il dégagea en atterrissant souffla un vent de poussière bien autour de lui. Je tournais naturellement la tête pour ne pas être incommodé par le souffle avant de reporter mon regard sur le Marina. Il marcha vers nous en me saluant rapidement, salut que je lui rendis respectueusement.

La hiérarchie Atlante nous plaçait peut-être au même niveau mais nuls doutes que sa puissance dépassait pour l'instant considérablement la mienne. Le souvenir de notre rencontre à New Atlantis me retraversa l'esprit et la colère qui semblait l'animer à l'époque n'avait pas l'air de s'être calmée. Ce trait de caractère devait lui coller à la peau et ce ne sont pas sont Cosmos grandissant et ses menaces à Andréa qui aiderait la situation à se calmer.

Puis vint le Chevalier Noir. Dans un grand spectacle de feu il avait suivit le Léviathan et bien que je doive avouer que je trouvais son armure des plus belles et raffinés, mon respect pour cet étranger et sa puissance s'évanouît quand il ouvrit la bouche.

*Les nazes ? C'est vraiment se qu'il à dit ?*

J'allais lui faire ravaler ses paroles devant Poséidon mais il me prit de court en se présentant à moi... tout en se désintéressant que je puisse lui répondre. Mais ce qui me marqua le plus fut la réaction qu'il eut face à la Liche. Ils semblaient visiblement se connaitre, mais la réaction d'Andréa montrait un certain inconfort. Alors qu'il revenait se placer près de sa Majesté Poséidon, je dévisageais le mercenaire aux pupilles rouges. Si l'Empereur des Mers l'avait recruté pour nous accompagner c'est qu'il devait avoir fait preuve d'une grande puissance, mais une force comme la sienne ne justifie en rien d'en abuser... comme le disait un ami à moi, "Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités"...(^^)

La réaction du Dieu ne se fit pas attendre et l'homme à l'armure sombre vola sur plusieurs mètres avant de traverser la lourde porte du Château Allemand. Des éclats volèrent un peu partout dans un grand bruit et la silhouette du Lion disparu dans le hall. Un ordre d'exécution à Hruoland et l'Olympien me fit signe de le suivre.

J'emboitais le pas à sa Majesté, m'assurant qu'aucun obstacle ne vienne nous déranger. Passant devant la Spectre, je la saluais d'un signe de tête des plus espérant qu'elle comprenne sans se vexer. Nous commencions à traverser le hall et j'attendis que nous soyons plus tranquille pour prendre la parole.

Mon Seigneur ? Je laissais une seconde de silence pour être sûr d'avoir l'attention de la divinité.

Je n'ai été appelé à votre service par mon écaille que très récemment et pourtant vous savez que je vous suivrais jusqu'au bout. Ma vie vous appartient. Mais pour remplir mon rôle du mieux que je puisse, pourriez-vous me donner les détails de cette expédition ? Je connais les histoires et légendes du Tartare... Que voulez-vous que nous allions chercher dans un tel endroit ? Quel rôle me destinez-vous ?

Nous continuions à marcher et je commençais à faire augmenter mon cosmos, prêt à me battre pour protéger Poséidon (comme si il en avait besoin). L'arriver des deux chevaliers avait déjà dû alerter tout les enfers et faire passer l'un d'eux à travers la porte allait surement attirer des personnages plus puissants que les squelettes.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 636
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Avr - 19:26
D'autres indésirables arrivaient pour se joindre à la fête, et avec chaque cosmos surpuissant qui s'ajoutait au groupe de Poséidon, la Liche perdait un peu plus ses moyens. Le premier à se poser, ravageant la route menant au Château en soulevant une gerbe de débris et de poussière, fut un homme dont l'allure et l'aura correspondaient à la description qui lui avait été faite de l'un des Marinas qui avaient attaqué Venise. L'ampleur de son cosmos atteignait des proportions si phénoménales que la Spectre inférieure en avait des difficultés à dire qui de lui ou de son maître Olympien possédait l'énergie la plus terrifiante. Sans doute l'Empereur des Océans, mais elle était bien trop éloignée de leur niveau pour pouvoir en juger : du point de vue d'une fourmi, quelle différence y avait-il à se faire écraser par un humain ou par un éléphant ?

En tout cas, le nouvel arrivant s'attela immédiatement à ne faire aucun cas de la présence de leur hôte et à proposer avec un empressement à peine voilé de recourir à la violence pour en finir plus vite avec cette première étape de leur expédition. Un digne soldat de Poséidon en somme.

« Barbare. » cracha l'ancienne Liche. « Ils sont ici chez nous, et nous sommes les parasites ? Quel culot ! »

« Il a bien raison dans ton cas pourtant. » rétorqua la polonaise sans conviction. Leurs échanges d'insultes n'avaient pas la même saveur quand ils étaient confrontés à un tel sentiment d'oppression. « En plus il peut nous atomiser avec son petit doigt, et il y en a un autre en chemin... »

Alors même qu'elle achevait sa phrase, un second trait de lumière cosmique déchira le firmament et vint frapper le sol avec le même manque total de considération pour le domaine terrestre d'Hadès déjà montré par le Léviathan. L'impact fut cette fois suivi d'une véritable déflagration, et du brasier émergea l'une des dernières personnes que l’Étoile Terrestre s'attendait à voir aux côtés du Dieu Atlante et de son engeance...

« Takeya ?! Mais... on était pas censés être alliés ? »

Andréa était perdue. À en juger par l'absence de réaction de l'Olympien et de son sauvage de serviteur, le Lion Noir était bien avec eux et non pas venu secourir les infernaux en détresse. Avait-il si vite retourné sa veste alors même qu'il avait combattu un Général de l'Atlantide lors de la Guerre Sainte ? Et bien sûr il n'avait même pas prévenu ses « alliés » Spectres, il les avait poignardés dans le dos ! Bouillante de colère difficilement contenue, la Liche en oublia sa peur et s'apprêta à exiger des explications... mais le fantasque pyromane ne lui en laissa pas le temps.

Une paire de répliques stupides dont on se demandait bien comment elles pouvaient sortir de la bouche d'un grand ponte de l'Ordre Noir, et ce fut le choc. Les pensées de la Liche s'arrêtèrent net ; ce fut le hurlement de protestation mental de Kochtcheï qui la réveilla et elle mit quelques secondes à comprendre ce qu'il venait de se passer, secondes que Takeya mit à profit pour prendre quelques libertés plus que déplacées supplémentaires avant de s'en retourner vers Poséidon. Muette et immobile, la jeune fille ne réagit pas alors que le Dieu présentait des « excuses » vides de sens et propulsait le Lion Noir à l'intérieur du Château avant d'y pénétrer avec ses sbires. Les derniers vestiges de sa contenance s'étaient écroulés, et elle ne savait pas par quel miracle elle parvenait à retenir ses larmes. Il lui fallut encore quelques instants pour que son esprit retrouve suffisamment de cohérence pour lui permettre de prendre une décision ; pour une fois, le parasite et elle étaient d'accord.

Un miasme à l'odeur abominable fit son apparition, ses volutes noires suintant du Surplis de la Spectre et se répandant sans distinction à la ronde. À son contact, les plantes mouraient et pourrissaient instantanément ; elle se mit à marcher et franchit le seuil, se désintéressant de Poséidon, du Scylla et des Squelettes pour se diriger dans la direction où avait été projeté le Seigneur Noir. Si elle avait eu toute sa lucidité, elle aurait rationalisé cette action en se disant que de toute façon il n'y avait rien qu'elle puisse faire pour ralentir l'avancée de ces envahisseurs, mais cette idée ne la traversa même pas. Elle était furieuse, dégoûtée, mortifiée, honteuse, trahie ; elle se fichait bien que le Lion incandescent soit mille fois plus fort qu'elle, elle se moquait éperdument de l'alliance de l'île de la Reine Morte avec Thanatos – ou de ce qu'il restait – comme de son abandon de poste et du châtiment qu'elle encourrait. Il y avait des limites aux dégradations qu'elle était prête à supporter en faisant son devoir, et Takeya les avait allègrement dépassées. Lorsqu'elle tomba enfin sur Hruodland, envoyé par le Dieu pour le « débarrasser de cet abruti » comme il l'avait dit lui-même, elle reprit le contrôle de sa technique, concentra l'obscurité mortifère au creux de sa main et s'adressa au Marina d'un ton confinant à l'obséquiosité.

« Excusez-moi Général, auriez-vous l'extrême amabilité de me laisser m'occuper de lui ? »
avatar
En ligne
OlrikRune de Surt | Administrateur
Rune de Surt | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 9875
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Avr - 17:09

Le mercenaire ne tarda pas à rejoindre le petit groupe qui se formait devant le palais des Spectres. Son entrée fut volontairement spectaculaire à outrance et Hruodland en ressenti immédiatement un énervement croissant. Il n’avait pas une bonne impression de cet être depuis qu’il l’avait rencontré à Tokyo et rien de ce qu’il faisait jusqu’à présent ne tendait à changer ce sentiment.
Et les évènements qu’il provoqua après son arrivé, ne firent qu’accroitre le ressenti éprouvé par le Marina.

Son attitude avec la jeune Spectre était tout bonnement outrancière et la réaction de Poséidon ne tarda pas à se faire connaitre. L’énergie du Divin augmenta rapidement et le Chevalier Noir fut propulsé contre la porte du château, qui céda sous le choc laissant le corps du guerrier pénétrer avec violence dans le palais. L’ordre qui suivit fut presque un soulagement aux oreilles du Léviathan. Il signifiait que Poséidon n’avait pas tant changé que cela et qu’il restait l’être qui n’hésitait pas à agir.

- Avec plaisir mon Seigneur.

En un instant, Hruodland fonça dans la direction qu’avait empruntée involontairement Takeya. Son cosmos entourait son corps et l’envie qu’il avait d’en découdre pouvait se lire dans son énergie. L’ancien Preux aimait le combat et vivait pour le sublimer. Plus encore lorsqu’il s’agissait d’un ordre de son supérieur. Le lion noir avait parcouru une sacrée distance sous l’action de Poséidon mais Hruodland finit par le retrouver.

- J’avais prévenu Poséidon que tu ne nous servirais à rien. Un homme prêt à vendre ses services n’a pas l’honneur que nous avons besoin. Je te laisse une chance de quitter ce lieu et de ne jamais te représenter devant le Seigneur Poséidon. Refuses, et ma lame te tranchera la tête !

La menace n’avait rien d’un palabre, elle était simplement. Hruodland ne tenait jamais de propos qu’il ne se savait pas en mesure de respecter et bien que le lion noir soit puissant, le Marina l’était encore plus. Des pas détournèrent un instant l’attention du Léviathan : la jeune Spectre les avait rejoints. A son expression, Hruodland comprit immédiatement qu’elle n’était pas satisfaite du comportement qu’avait eu Takeya à son égard. Une énergie étrange était concentrée au creux de sa main et le Marina comprit qu’elle était plus dangereuse qu’elle ne le paraissait. Lorsqu’elle lui demanda de pouvoir affronter le mercenaire, l’ancien Paladin de Charlemagne faillit éclater de rire avant de comprendre qu’elle était sérieuse. La différence de puissance entre les deux protagonistes était tellement importante que le Léviathan avait cru à une blague.

- Tu es sérieuse ? Tu ne fais pas le poids contre lui. En plus, Poséidon m’a donné un ordre et ce n’est pas dans mes habitudes de me défiler. Rentre donc jouer avec tes poupées gamine, et laisse-moi gérer cet énergumène.

Hruodland s’écarte d’Andréa sans plus s’intéresser à elle. Il laissa son cosmos glisser dans ses membres et se préparait à charger celui qui serait donc son adversaire.


HRP a écrit:
Deux adversaires sont partants pour se battre, on lance les dés pour choisir ?
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4027
Age : 36
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Avr - 18:30
[hrp] on attend un tour, je veux voir la réponse d'Andrea.[hrp]



Soudain, le chevalier noir se sentit écrasé par une force incommensurable, puis, propulsé violemment contre la porte du château. Sans comprendre, il entendit parler Poséidon et comprit que la traitrise venait de lui, aussitôt une rage incontrôlable s'empara de son être, il venait de se faire publiquement humilier et attaqué en traitre par son "employeur" qui venait de briser un contrat qu'il n'avait même pas prit la peine de lire ni le temps d'en préciser les détail tout en ayant l'audace et la malséance de l'insulter et de bafouer son honneur. Pour une fois que le lion avait choisit de faire confiance, si on oubliait thanatos qui était radicalement différent, à un dieu et de tenter de le comprendre, l'arrogance habituel des déités dans le genre de Poséidon lui était revenu en pleine face.

 La température commença rapidement à monter alors que l’atmosphère devenait de plus en plus inquiétante et malsaine. des nuages vinrent assombrirent le ciel, tandis que l'aura du seigneur noir qui se relevait devenait rouge sang, tout comme ses yeux qui brillaient d'un éclat haineux teinté de temps à autre d'orangé berzeker. 

Le fils d’Arès sentait l'odeur d'un combat épique et peut être même de plusieurs. il insufflait à l'héritier  de Prométhée, toute la puissance divine dont il était capable à son stade de régénération modifiant son cosmos et le poussant à son maximum.

La cosmos énergie  du manipulateur de flamme se déchaina et son aura se ressentit dans tous le château et ses alentours, aussi que sa colère et sa rage. la fureur qui s'était emparé Seigneur noir était tel que les sceaux gravé dans sa chair commencèrent à briller. la douleur de sa migraine ne fit qu'accentuer son envie de se battre et de demander réparation. des vague de flamme successives irradiaient de son être et allait s'éclater sur la roches, et les mures environnant, tout ce qui l'entourait comment ça à bruler ou a se transformer en lave et bientôt il fut entouré de magma.

Son but était simple, éliminer tout ce qui se trouvait entre lui et le dieu des mers etle désintégrer, peut importe ce que cela couterait. actuellement, il n'y avait qu'une personne capable de stopper la suite des événement et elle n'était pas présente, du moins, pas au yeux du fauve des ombres...

Puis soudain, une puissante douleur lui enserra de nouveau le crane. une douleur si virulente quelle le fit tomber a genoux et hurler. Son cosmos s'en trouvait changer, il n’avait  aussi chaotique, a tel point que le feu qui sen dégageait prit une couleur blanche aveuglante. Le lion n’avait jamais ressentit  quelques chose de ce genre, il avait l’impression de ne plus rien contrôler et que son crâne allait s'arracher.

"Putain, mais qu'est qui m'arrive!"

Un accès de rage faillit le submerger de nouveau quand il repensa à l'humiliation subit, mais il parvint à se contrôler. il avait l'impression d'avoir régresser à sa période adolescente quand il ne savait pas contrôler sa fureur et la folie qui le rongeait de l'intérieur... Depuis son réveil à Tokyo, son amnésie et ses migraines inexplicable, il avait l'impression d'être quelqu'un d'autre...

"Faut que je vois Thanatos..."


C'est alors qu'il croisât le regard choqué et emplie de colère d'Andréa et ses action récente lui revinrent en mémoire, y comprit le baiser et le pelotage, alors qu'il fronçait le nez, venant de capté l'odeur irrespirable du cosmos de la liche, plus impressionnant pour son niveau....

"Merde, mais putain qu'est ce que j'ai fais... Bordel..."


Poséidon, Hruodland, l’espionnage, mais qu'est ce qu'il avait fait... Il aurait du céder a ses pulsions guerrière bien avant, ça aurait simplifier les choses...


Il se releva, une main toujours sur le visage, l'autre tendu en signe de stop dans la direction de la liche.

"Déconne pas, je suis désoler, je sais pas ce qui m'a prit et je m'en excuse, j'agis pas comme ça d'habitude, mais depuis Tokyo..."

En fait il ne savait pas ce qu'il s'était vraiment passer à la capitale japonaise et en particulier avant... Vaguement, des souvenirs de l'inde lui revenait, mais il ne savait pas expliquer les images qu'il voyait... Sa migraine ne faisait qu'empirer avant d'une fois de plus brusquement disparaitre...


"Enfin bref, je suis désoler, je règle le problème du léviathan et tu pourras m'envoyer la plus belle patate de ta vie après si tu veux, voir me casser le gueule, je ne riposterai pas de toutes façon. Je suis un connard de milliardaire égocentrique, orgueilleux, vicieux, pervers et pitoyable, je n'aurai jamais du abuser de ma force et de toi et encore une fois, j'en suis désolé. "


Il savait très bien que ses excuses ne suffirait sans doute pas, mais il ne savait pas quoi faire d'autre. Continuant a se masser le crâne de sa main droit, il lui semblait sortir d'un rêve ou c'est pourtant lui qui avait agit... Mais il fallait parer au plus pressé.

Puis, il reporta son attention sur le léviathan. Son regard était froid, dure et terriblement calme, en total contradiction avec l'état dans lequel il était quelques instants plus tôt.

"Oui je sais, j'ai merdé dans les grandes largeurs, mais je vais mieux... Je crois... Il n’empêche qu'il y a eu rupture abusive de contrat, contrat non lu qui plus est. Et, une question me taraude, pourquoi un type comme toi bosse t'il pour un dieu comme Poséidon? On a pas la même façon de voir et de penser, c'est clair. mais tu est un drogué du combat, un fanatique des duels de haut niveau, un chevalier né pour sublimer le combat et se sublimer en combattant des adversaire digne de lui, comme moi, ça se vois, ça se sent, pourquoi être l'esclave d'une divinité alors que tu vaux tellement mieux que ça?"

Son cosmos était redevenue ardent, reprenant ses couleur orangé et rouge sang. son intensité, si elle avait baissé en sauvagerie, restait écrasante. Une déflagration impressionnante fissura le sol en de multiple endroit ou la lave commença à s'écouler.

l'ambiance devint sinistre, l’atmosphère étouffante, et certaine flammes qui auréolaient le Seigneur noir se muèrent en âme en peine ardente, virevoltant autour du grand fauve.
Citation :

Incarnation de Terreur.
Takeya est l’hôte de Déimos, le dieu de la terreur. Il est capable d’instiller la peur, le mal être ou le doute, ainsi que de lire dans le cœur des gens et connaître ou comprendre leurs émotions.
De façon général, Takeya possèdent une forte empathie.

(Utilisation du don rp" Incarnation de Terreur pour insinuer le doute dans le cœur d'Andrea et Hruodland .)






avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 1877
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Avr - 12:45
ASSEZ !

Proche du grondement, la voix de Thanatos avait retenti dans la totalité du palais. Les murs portèrent son écho de longues secondes durant, amplifiant la colère contenue dans ce simple mot. Comment avaient-ils osé ? Ici, au sein-même du palais... Cette forme du Dieu de la Mort ne contenait peut-être que la moitié de sa puissance, mais sa fureur était pleine et entière. Conséquence directe de son apparition, la pierre sous leurs pieds s'était mise à trembler, comme si la matière elle-même redoutait son jugement. Fort heureusement, il était encore assez lucide pour mettre un terme au phénomène avant d'aggraver les dégâts.

Néanmoins, une lueur mauvaise continua à palpiter longuement au fond de son regard, semblable à un coeur maléfique. Un brasier millénaire durement contenu par les murs d'une discipline encore neuve. Un feu qui ne demandait qu'à se répandre pour embraser la galaxie. Oh, il n'en serait rien : ni ici ni maintenant - mais bientôt, sûrement. Proliférant depuis l'ombre d'où il était apparu, des ténèbres rampantes s'étaient répandues dans la pièce, frémissant d'une vie propre et abritant qui sait quelles horreurs indescriptibles. Les Spectres n'étaient pas les seules choses à vivre par-delà la Mort...

Non, de toute évidence, la situation ne lui plaisait pas. Ses yeux rendus incandescents par l'émotion survolèrent tour à tour les différents concernés, sans que son hostilité parût faire de discernement. Autrefois, il ne lui en aurait pas fallu plus pour qu'il les extermine tous jusqu'au dernier ; une époque qu'il se surprit à regretter. Ses doigts se crispèrent et la pénombre cessa sa progression, gardant la pièce prisonnière d'une noirceur étouffante. Chacun d'eux put contempler les atrocités qui régnaient dans ses méandres...

Mon cher Hruodland, fit-il, s'armant d'une politesse de façade. Son timbre d'ordinaire si mesuré paraissait instable. si je veux garder ce palais en état, je crains de devoir vous interrompre. Mais n'ayez crainte : je vais vous offrir un autre terrain de jeu.

Thanatos opéra un mouvement du poignet. Aussitôt, le sol se déroba sous les pieds des deux belligérants, avalés par les ombres. Des ombres qui les recracheraient très bientôt autre part sur la planète, là où ils ne feraient de mal à personne - à tout le moins, personne dont le Faucheur n'estimerait avoir à se soucier. Il ne fallut qu'une seconde à l'immensité de leurs cosmos pour disparaître dans l'obscurité. Et ainsi ne restèrent plus que les ruines - à l'exception de la Liche, seule à avoir été épargnée.
En temps normal, Thanatos aurait été sensible à son désir de revanche - les gestes qu'avait eu pour elle Takeya n'étaient pas sans motiver au moins en partie sa décision -, mais les actes menés ici-même avaient eu raison de son peu d'empathie. Trop de choses étaient en jeu en ce moment pour se perdre en futilité ; en outre, Hruodland le punirait bien mieux qu'elle ne l'aurait fait. La voir rester coite face à ce spectacle donna à sa rage un dernier élan.

Qu'est-ce que tu regardes ? interrogea Thanatos ; une stalactite n'aurait été plus glaciale et perçante que son regard. Remets-toi au travail. Et tâche de mettre de l'ordre dans ce capharnaüm.

Ces ordres aboyés, il disparut sans laisser de traces.
Citation :
Takeya et Hruodland sont téléportés à Death Queen Island.
Post réalisé avec l'accord des deux concernés.
avatar
En ligne
OlrikRune de Surt | Administrateur
Rune de Surt | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 9875
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Avr - 17:37

La chaleur augmentait. Hruodland identifia rapidement le Chevalier noir comme la source de cette canicule, qu’il générait par son cosmos. Sa puissance était grande comme le Marina l’avait soupçonné mais les paroles qu’il prononçait n’avaient ni queue ni tête. Quelque chose semblait le perturber dans ce qui lui arrivait. Puis, ses mots devinrent plus cohérents et il sembla revenir à une attitude plus saine. Malgré cela, les paroles que prononça le simple mercenaire arrachèrent un rire en l’ancien Preux, chose qui était plus que rare.

- Tu penses parvenir à m’impressionner avec tes tours de passe-passe ? Garde tes intimidations pour les faibles comme les Spectres, elles ne marcheront pas avec moi. Tu ignores tout de qui je suis ou de ce que je désire. Servir Poséidon est un honneur comme tu ne peux le comprendre, toi qui n’a pas de but hormis ta propre personne. Je n’ai pas vécu plus de mille ans pour entendre quelqu’un comme toi essayer de me faire la morale.
Saches que tu te trouves face à Hruodland le Preux, Protecteur du Lévithan et que je serais ton bourreau !


Il était inutile d’ajouter quoi que ce soit, seules les armes allaient désormais parler. A l’instar du lion noir qui laissait son cosmos augmenter de manière considérable et qui tentait d’insinuer la peur dans le cœur des deux personnes qui lui faisaient face, le Léviathan accrut le sien et le laissa enrober son corps entier. Il était prêt à se porter à l’assaut lorsqu’une voix, presque un cri, retentit. Thanatos… Hruodland l’avait déjà croisé lors d’un entretien avec Poséidon mais le Dieu semblait avoir perdu son calme d’alors. Le sol trembla un instant sous l’influence de son énergie grandiose mais il reprit vite le contrôle.

La Mort s’adressa un instant au Marina mais avant que ce dernier ne put lui répondre ou même intervenir d’une quelconque manière, il sentit le sol s’ouvrir sous ses pieds et les murs du palais s’estompèrent dans les ténèbres…



>>>> http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t28412-takeya-vs-hruodland-l-ardeur-tranchante-du-combat-de-deux-legendes
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4027
Age : 36
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Avr - 21:52
Le Seigneur noir haussa simplement les épaules, gardant le silence et l'intensité de son cosmos. Ses yeux rubis ne quittait pas le Leviathan qu'il jaugeait, évaluant sa puissance.... Le combat serait rude, pour la premiére fois de sa vie depuis bien longtemps, il il sentit une étrange exitation lui monter le lon de l'échine... une exitation qui n'avait rien à voir avec la rage ni la colére, si l'étrange mal dont il était victime depuis son réveil a Tokyo... La réponse de l'ancien preux le fit sourire.


"Tu as plus d'honneur que ça..."


Répondit il simplement... Sa cape rouge foncé claquait ua vent, son armure brillait d'atrange reflet bleuté et rougoyant, sa position était étonnamment détendu. Le lion se mit en position d'attaque, laissant éclater son cosmos et se prépara à lancer l'assaut, mais soudain, il sentit un cosmos qui le fit lui glaça le sang, un cosmos qu'il connaissait bien, pour avoir eu une longue entrevue avec son possesseur... son regard se porta sur Mort lui même et la peur et la géne se lurent sur son visage. lui qui était si fier se trouvait devant l'une des rare personne qui était capable de lui faire ressentir la peur. son regard si ardent d'habitude se voila un instant ettout alla si vite qu'il eu à peine le temps de répondre...


"Désolé..."


Soudain, ils furent aspiré dans les ténébres pour être recraché dans un endroit qu'il connaissait bien, un endroit ou il avait obtenue son armure... Un endroit pour le combat, qui avait vu des duels faisait partie des plus violent  et des plus meurtrier existant sur cette planéte... le colisée...
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 636
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Avr - 22:17
Les paroles du guerrier franc auraient très bien pu être la goutte d'eau faisant déborder le vase si la Liche n'avait pas déjà été dans une colère noire. Dernier exemple en date d'une trop longue série, le Général ne la prenait absolument pas au sérieux, au point de refuser de la laisser venger l'affront dont elle avait été victime. Même Takeya abandonna bien vite ses piètres tentatives d'excuses pour se mettre à débiter une litanie de non-sens à destination du Léviathan. Peut-être s'était-il cogné la tête en passant à travers les murs, en tout cas son énergie cosmique, trahissant son état d'esprit, n'était pas des plus stables.

Et puis il utilisa cet étrange pouvoir qui avait déjà retourné le cerveau de la Liche par le passé, et auquel Kochtcheï réagit avec un sifflement de haine. Andréa n'était pas de taille à essuyer sans broncher une telle « attaque » comme le faisait Hruodland – le voir ignorer ainsi la sorcellerie psychique du Seigneur Noir lui apporta une infime satisfaction, vite disparue à la suite de l'obligatoire commentaire désobligeant à l'adresse des Spectres – mais elle avait en elle la rage combinée de deux âmes outragées. En fait, voir le Lion Noir manipuler ainsi ses émotions après les libertés qu'il avait prises avec son corps ne fit que renforcer sa détermination, et elle se libéra très vite de cette emprise.

« Ce cuistre vient de griller sa dernière chance de pardon... »

La polonaise réagit à l'indignation de Kochtcheï en envoyant une déferlante de miasme obscur à l'assaut des flammes du Black Knight, comptant bien prendre l'Atlante de vitesse. Quel dommage qu'elle l'ait fait à l'instant précis où le Maître des lieux venait mettre fin à cet intolérable désordre...

L'aura du Moissonneur de Vies était de loin la chose la plus horrible qu'elle ait jamais ressentie, même Fenrir ne pouvant prétendre à un tel niveau d'atrocité. Poséidon dégageait sans doute plus de force brute, mais c'était une puissance primaire dont la nature propre ne différait guère de celle de ses guerriers, là où l'énergie de Thanatos promettait une éternité de tourments indescriptibles à ceux qui avaient le malheur de subir Son courroux. Quant aux ombres, elles attiraient le regard, semblaient inviter l’œil imprudent à contempler des choses dont la seule apparence la réduirait à l'état de loque sanglotante... Sous l'influence de la présence écrasante du Faucheur, ses devoirs de servante des Enfers, fermement enracinés au plus profond de son être remontèrent à la surface et sa vengeance ne ressembla plus qu'aux gamineries d'une jeune fille effarouchée. Quelle stupidité, penser qu'elle pouvait ne serait-ce qu'une seconde oublier ses obligations envers son Seigneur...

L'espace lui-même se déchira, engloutissant le Léviathan comme le Lion Noir dans le néant derrière le voile de la réalité, les bannissant Thanatos seul savait où et ne laissant qu'un couloir ravagé... ainsi qu'un Dieu furieux et Sa guerrière terrorisée... mais méritait-elle encore ce titre ?

« Tout de suite Monseigneur ! » glapit presque la Liche en recevant les ordres de la divinité, trop heureuse de ressortir physiquement – mais pas mentalement – indemne de cette situation. Le verdict de Thanatos était absolu, se plaindre de cette résolution ne lui vint même pas à l'esprit... et même si elle l'avait pensé elle l'aurait gardé pour elle : tout valait mieux que de se retrouver à nouveau face à ce regard littéralement assassin. Elle déguerpit en direction de la porte, cherchant à rassembler les Squelettes dispersés par l'incursion mouvementée des Atlantes, cependant l'épreuve n'était pas terminée ; apparaissant de nulle part, une Fée se posa sur son épaule et livra un message.

Ordre direct de Sa Majesté Perséphone : il fallait se rendre au Sanctuaire. La guerre était déclarée.

« Kurwa... »

[OE] Qui veux la paix...prépare la guerre !!